SIXIÈME TON

Dimanche

LE SAMEDI SOIR AUX PETITES VÊPRES

Lucernaire

On chante 4 stichères, en répétant le premier.

Ô Christ, vainqueur de l’Enfer, / tu es monté sur la croix / pour ressusciter avec toi / ceux qui étaient assis dans les ténèbres de la mort, / toi qui, étant libre parmi les morts, / de ta propre lumière fais jaillir la vie; / Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

Le Christ, vainqueur de la mort, / en ce jour est ressuscité, / ainsi qu’il l’avait prédit; / au monde il a donné la joie, / pour que tous nous proclamions sa louange et chantions: / Lumière inaccessible et Source de vie, / Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

Seigneur qui es présent dans toute la création, / où fuirions-nous, loin de toi? / Dans le ciel toi-même tu demeures, / aux Enfers tu as terrassé la mort, / au fond de l’océan ta main, Seigneur, se trouve encor; / notre refuge est près de toi; / nous t’adorons et te supplions: / Ressuscité d’entre les morts, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Il est vraiment digne de te bénir, / Mère de Dieu, / car en ton sein très-pur est descendu / celui qui a créé tout l’univers; / sans changer de nature il s’est fait chair, / il n’a pas simulé son œuvre de salut, / mais à la chair douée d’âme et de raison / qu’il tenait de toi comme elle lui devait d’exister, / il s’est uni personnellement; / et nous fidèles, nous distinguons / les deux natures manifestées. / Toute-sainte et vénérable, implore-le / pour qu’il nous envoie la paix et la grande miséricorde.

Apostiches

Ta Résurrection, ô Christ sauveur, / les Anges la chantent dans les cieux, / et nous qui sommes sur la terre, / donne-nous un cœur pur / pour être dignes de te glorifier.

Je célébrerai ton nom d’âge en âge.

Ce qu’il avait promis par serment / à ton ancêtre jadis, / le Dieu qui surpasse tous les temps / en ces temps ultimes l’accomplit / lorsqu’il sortit de ton sein immaculé; / il s’est levé de toi, en vérité, / le Seigneur qui tient en main les confins de l’univers; / fais qu’il me montre également sa faveur / et qu’à l’heure du jugement / j’obtienne par l’exaltation des vertus / et la mise à mort de mes passions, / Vierge Marie, le royaume des cieux.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille.

Ô Vierge, le prophète Isaïe, / en la pureté de son esprit, / vit de loin que tu devais enfanter / l’Auteur de toute la création; / car seule, ô Tout-immaculée, / tu t’es montrée sans tache depuis les siècles; / c’est pourquoi je te prie / de purifier les souillures de mon cœur, / de me faire participer / à la splendeur divine de ton Fils / et de me tenir à sa droite lorsqu’il siégera, / comme il est écrit, pour juger le monde entier.

Devant ta face imploreront les plus puissants.

Par ton enfantement, ô Vierge, est apparue / la destruction de la mort, / car tu devins la demeure de la Vie immortelle; / c’est pourquoi, je t’en prie, / relève-moi des antres de l’Enfer / où m’ont fait descendre les passions, / et de ta main guide-moi vers l’allégresse de la vie, / vers la récompense des bienheureux, / et rends-moi digne de l’immarcescible et divine joie, / là où se trouvent les délices éternelles et la lumière sans déclin.

Gloire au Père... Maintenant...

Venez, tous les peuples, en chants de joie / célébrons la Vierge toute-sainte, la Mère de Dieu, / creuset de la nature humaine et demeure où furent forgées les merveilles inouïes; / car en elle se produisent des nouveautés: / l’Intemporel commence dans le temps, / la Parole divine prend l’épaisseur de la chair, / Dieu lui-même se fait homme pour que l’homme devienne Dieu, / sans que les natures en soient changées, / mais les unissant en sa personne; / car de deux contraires dérive l’Un, / en deux natures parfaites se faisant connaître sans division, / selon chacune des natures, en son vouloir et son agir / il est, nous le croyons, en toute vérité, / de par le plan divin de rédemption / le même Christ notre Dieu / qui accorde au monde la paix, le pardon et la grande miséricorde.

GRANDES VÊPRES

Lucernaire

On chante 10 stichères: ordinairement 7 de la Résurrection (les suivants) et 3 du Saint du jour (à prendre au Ménée).

Tire mon âme de prison, / que je rende grâce à ton nom!

Ô Christ, vainqueur de l’Enfer, / tu es monté sur la croix / pour ressusciter avec toi / ceux qui étaient assis dans les ténèbres de la mort, / toi qui, étant libre parmi les morts, / de ta propre lumière fais jaillir la vie; / Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

Les justes feront cercle autour de moi, / lorsque tu me rendras ta faveur.

Le Christ, vainqueur de la mort, / en ce jour est ressuscité, / ainsi qu’il l’avait prédit; / au monde il a donné la joie, / pour que tous nous proclamions sa louange et chantions: / Lumière inaccessible et Source de vie, / Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

Du fond de l’abîme je crie vers toi, Seigneur, / Seigneur, écoute mon appel.

Seigneur qui es présent dans toute la création, / où fuirions-nous, loin de toi? / Dans le ciel toi-même tu demeures, / aux Enfers tu as terrassé la mort, / au fond de l’océan ta main, Seigneur, se trouve encore, / notre refuge est près de toi; / nous t’adorons et te supplions: / Ressuscité d’entre les morts, aie pitié de nous.

Que ton oreille se fasse attentive / au cri de ma prière.

Notre fierté, ô Christ, est dans ta Croix, / nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car tu es notre Dieu: / nous n’en connaissons nul autre que toi.

Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? /

Mais près de toi se trouve le pardon.

En toutes choses bénissant le Seigneur, / nous chantons sa Résurrection, / car en souffrant la croix pour nous sauver / il a détruit la mort par sa propre mort.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; /

mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Gloire à ta puissance, Seigneur, / car tu as anéanti / celui qui détenait l’empire de la mort, / et tu nous as rénovés par ta Croix, / nous accordant la vie et l’immortalité.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit,

depuis la garde du matin, qu’Israël espère le Seigneur!

Ta sépulture, Seigneur, / a brisé les chaînes de l’Enfer, / ta Résurrection d’entre les morts / illumine le monde; Seigneur, gloire à toi.

Et pour les stichères du Ménée:

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: /

c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur

demeure pour toujours.

Gloire au Père... (du Ménée)

Maintenant... Théotokion

Qui donc refusera de te dire bienheureuse, ô Vierge toute-sainte, / qui donc ne voudra chanter la louange / de ton enfantement virginal? / Car le Fils unique, le reflet du Père intemporel, / celui qui est sorti de toi, ô Vierge immaculée, / s’est incarné ineffablement: / il est Dieu par nature et, par nature, s’est fait homme pour nous sauver; / sans être divisé en deux personnes, il s’est fait connaître en deux natures sans confusion; / ô Vierge sainte et toute-bienheureuse, / intercède auprès de lui pour qu’il ait pitié de nous.

Apostiches

Ta Résurrection, ô Christ sauveur, / les Anges la chantent dans les cieux, / et nous qui sommes sur la terre, / donne-nous un cœur pur / pour être dignes de te glorifier.

Le Seigneur règne, vêtu de majesté, / le Seigneur règne, ceint de puissance.

Ayant brisé les portes d’airain / et fait sauter les verrous de l’Enfer, / comme Dieu tout-puissant, / après sa chute tu as ressuscité le genre humain; / c’est pourquoi nous unissons nos voix pour te crier: / Ressuscité d’entre les morts, aie pitié de nous.

Tu fixas l’univers inébranlable, / ton trône est stable pour toujours.

Voulant nous relever de l’antique corruption, / le Christ fut mis en croix et déposé au tombeau, / et les femmes myrophores, versant des larmes, te cherchaient / et gémissaient en disant: / Hélas, Sauveur de l’univers, / comment as-tu daigné demeurer dans un tombeau, / comment t’es-tu laissé dérober et transporter, / en quel lieu a-t-on caché ton corps porteur de vie? / Seigneur, montre-toi, comme tu nous l’as promis / et fais cesser nos pleurs et nos gémissements. / À ces lamentations un Ange répondit: / Cessez vos chants funèbres et allez dire aux Apôtres / que le Seigneur est ressuscité, / accordant au monde le pardon et la grande miséricorde.

À ta demeure convient la sainteté, / Seigneur, pour la suite des jours.

Ô Christ, crucifié selon ta volonté, / par ta sépulture, tu as dépouillé la mort, / le troisième jour tu es ressuscité dans la gloire comme Dieu / pour accorder au monde la vie éternelle et la grande miséricorde.

Gloire au Père... du Saint â fêter, s’il en a; sinon,

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mon créateur et mon libérateur, le Seigneur Jésus Christ, / Vierge pure, en sortant de ton sein, / de tout mon être s’est revêtu / pour délivrer Adam de l’antique malédiction; / c’est pourquoi, Vierge Mère de Dieu, / nous ne cessons de t’adresser la salutation angélique: / Souveraine, réjouis-toi / qui nous protèges et nous défends pour que nos âmes soient sauvées.

Tropaire

Devant ton sépulcre les Puissances des cieux, / autant que les soldats, furent frappées d’effroi; / et Marie Madeleine se tenait près du tombeau, / cherchant ton corps immaculé; / mais tu brisas l’Enfer sans te laisser vaincre par lui, / tu rencontras la Vierge et nous donnas la vie. / Ressuscité d’entre les morts, / Seigneur, gloire à toi.

Théotokion

Toi qui as appelé ta Mère bienheureuse / et marchas vers ta Passion selon ton bon vouloir, / sur la Croix resplendit ta lumière, / car tu désirais partir à la recherche d’Adam; / aux Anges tu annonces: Réjouissez-vous avec moi, / car elle est retrouvée, la drachme perdue. / Toi qui fis tout avec sagesse, / gloire à toi, Seigneur notre Dieu.

LE SAMEDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: / Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Vierge inépousée, / toi qui possèdes / la grâce divine abondamment, / ne méprise pas / ceux qui accourent vers toi, / mais sauve-les toujours de la peine et du malheur.

Voici venir pour moi / le temps de la tristesse: / Dame toute-pure, lève-toi, / tends-moi ta main secourable, / toi qui as comblé / de divine allégresse le monde entier.

Gloire: Divine Mère, accorde-moi, / toi notre Protectrice, / promptement le secours / de ta puissance, / et moi qu’étreignent les passions, / gardem’en sain et sauf.

Maintenant: Mon âme est assaillie / par les épreuves mortelles / de ceux qui me haïssent sans raison / au point de m’entourer / comme serpents pour me perdre; / mais toi-même, divine Mère, sauve-moi.

Ode 3

Ma bouche s’élargit devant mes ennemis: / dans le Seigneur, en effet, mon cœur s’est affermi.

Mon âme, mise à mort par le péché, / vivifie-la, divine Mère qui mis au monde notre Vie.

De toute épreuve garde ceux qui se réfugient / vers toi, notre espérance, ô Mère de Dieu.

Gloire: Des cruels dangers qui se lèvent contre moi / sauve-moi, ô Mère immaculée de mon Seigneur.

Maintenant: Toi qui as procuré le salut au monde / par ton enfantement, préserve-moi de tout mal.

Ode 4

Le Prophète, Seigneur, / apprenant ta venue, / fut saisi de stupeur, / car tu as voulu naître d’une Vierge / et te montrer parmi les hommes, / et il dit:J’ai entendu ta voix / et je suis rempli de crainte, / gloire à ta puissance, Seigneur.

La misère affaiblit / la force de mon âme, / divine Mère, et sur moi / fond la sombre ténèbre / que mes fautes ont provoquée; / regarde vers moi, je t’en prie, / pour m’éclairer, toi qui es / la lumineuse Nuée de notre Dieu.

La tempête de mes malheurs, / la houle de mes fautes, / en calme change-les, / toi le havre du salut, / car des lions rugissants / cherchent à me dévorer: / de leurs pièges sauve-moi, / Vierge pure, je t’en prie.

Gloire: De jour et de nuit, / sur terre et en mer, / en tout lieu, c’est toi / notre ferme salut, / notre invincible protection; / divine Mère, sauve-moi: / nous les chrétiens, c’est sur toi qu’après Dieu / nous mettons en vérité notre espoir.

Maintenant: Des épreuves et des faux pas, / si grands, si divers qu’ils soient, / tu me sauves en tout temps; / c’est pourquoi je te prie, / toi qui as mis au monde le Seigneur, / et vers toi je me réfugie, / invincible secours des affligés: / de tout mal, par tes prières, garde-moi.

Ode 5

Toi qui fais poindre sur le monde la clarté, / illumine mon cœur, ô Christ; / je t’appelle du milieu de la nuit, sauve-moi.

Mère toute-pure du Verbe, grâce à toi / nous ne craignons pas l’assaut des ennemis / et te glorifions comme salutaire protectrice.

Des épreuves et des causes de chagrin, / Toute-pure, nous sommes délivrés / puisqu’en toi nous avons l’inébranlable rempart.

Gloire: Garde-moi de la langue des hommes pervers, / car elle est affilée comme un rasoir / et cherche à perdre mon âme cruellement.

Maintenant: Devant toi je me prosterne et sans cesse te prie: / toi la Mère de mon Créateur, / délivre-moi des maux qui font cercle autour de moi.

Ode 6

Englouti par le monstre du péché, / je crie vers toi, ô Christ: / comme le prophète Jonas / délivre-moi de la mort.

Ayant goûté l’amère saveur, / je me suis privé de la divine douceur; / aussi je lance vers toi mon appel: / accorde-moi, Vierge pure, ton secours.

L’assombrissement des passions / m’a fait esclave de la corruption: / toi qui as enfanté notre Lumière, / notre Dame, délivre-moi.

Gloire: En accord avec la foi / je te confesse comme la Mère de Dieu; / c’est le sacrifice que je t’offre, / délivré de toute peine grâce à toi.

Maintenant: Les iniques ont ouvert / leur bouche contre moi: / notre Dame, toi ma protectrice, / hâte-toi de m’en délivrer.

Cathisme, ton 6

Protectrice intrépide des chrétiens, / médiatrice inébranlable auprès du Créateur, / ne méprise pas les supplications des pécheurs, / mais dans ta bonté préviens-nous par ton secours, / nous qui te crions avec foi: / intercède pour nous, empresse-toi de supplier, / car toujours, ô Mère de Dieu, tu veilles sur tes fidèles.

Ode 7

Toi qui écoutas / l’hymne des Jeunes Gens / et sur la fournaise ardente versas la rosée, / Seigneur, tu es béni.

Les épreuves ont entouré / mon âme comme forts taureaux; / mais toi, Vierge sainte, / délivre-m’en toi-même à présent.

Toi qui protèges de tout cœur / ceux qui sont dans la peine, le malheur, / divine Mère, en tout temps / tu leur procures la joie.

Gloire: Moi qui suis tout entier / au désespoir de mes fautes et au chagrin, / Vierge pure, entoure-moi / de ton infaillible protection.

Maintenant: Grâce à ton secours / nous sommes délivrés du mal, de l’affliction, / divine Mère, et nous trouvons / l’inépuisable ressource de tes biens.

Ode 8

Au roi des siècles, le Christ, / redisons, nous les fidèles, / l’hymne des Jeunes Gens: / Bénissez, toutes ses œuvres, le Seigneur.

Me voici la proie / des hommes malfaisants: / de leurs vains complots délivre-moi, / je t’en prie, ô Mère de Dieu. je suis vaincu par le chagrin / à cause de mes épreuves: / notre Dame, je t’en prie, / préserve-m’en et sauve-moi.

Gloire: Des hommes trompeurs, / de leur langue et de leurs lèvres, / de leur tyrannie et de tout mal, / Vierge pure, garde-moi.

Maintenant: Moi qui suis dans l’égarement / et me trouve sans défense, / je t’appelle, ô Mère de Dieu: / de tout mal délivre-moi.

Ode 9

Toi qui reçus la salutation angélique / et mis au monde ton propre Créateur, / ô Vierge, sauve ceux qui te magnifient.

Divine Mère, sois compatissante envers moi / dans les peines de cette vie et sauve-moi du malheur, / moi qui maintenant cherche refuge auprès de toi.

Seule, en vérité, sur terre et sur mer / tu t’es montrée l’inébranlable protection / de ceux qui accourent sans hésiter auprès de toi.

Gloire: À moi l’insensé qui me suis asservi à tout funeste penchant / procure par tes prières la liberté, / Vierge toute-digne de nos chants.

Maintenant: Moi qui trouve en toi mon espoir, ma ferme protection, / je te magnifie comme la Mère de Dieu, / et c’est ainsi que j’achève mon chant.

OFFICE DE MINUIT

Le canon triadique, œuvre de Métrophane, porte en acrostiche: Divinité, je t’offre mon sixième chant.

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Des trois personnes nous chantons le pouvoir divin, / de l’unique nature l’immuable condition, / le Dieu de bonté qui nous aime tous / et nous accorde le pardon de nos péchés.

Seul Seigneur qui, en l’unique divinité, / as en propre l’être suprême au triple éclat, / instruis nos cœurs et donne-nous / d’avoir part à ton divin rayonnement.

Gloire: Initiant l’Église des Gentils, / saint Paul nous enseigna l’adoration / de toi, l’unique Dieu en trois personnes, / de qui, par qui et en qui tout a été fait.

Théotokion: De ton sein, ô Mère de Dieu, / se leva le Soleil spirituel / qui nous illumina du triple éclat de sa divinité; / et nous fidèles qui le chantons, nous te disons bienheureuse.

Ode 3

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

Divinité au triple éclat / qui disposas les armées célestes, / tu les préparas à te chanter / de leurs voix qui célèbrent le Trois-fois-saint: / avec elles reçois-nous également / qui célébrons ta bonté.

Chantant l’unique principe divin, / la seule et triple Divinité, / consubstantielle et sans changement, / nous te prions avec ferveur / de nous accorder maintenant / le pardon de nos péchés si nombreux.

Gloire: Intelligence, Père sans commencement, / Verbe de Dieu consubstantiel, / Esprit divin qui as en propre / la droiture et la bonté, / sauvegarde, dans ta compassion, / les fidèles qui célèbrent ton pouvoir.

Théotokion: Ayant pris la condition humaine / en ton sein, ô Vierge pure, / le Seigneur Dieu nous releva / de la poussière du tombeau / et libéra nos premiers parents / de l’antique condamnation.

Cathisme

Du haut du ciel regarde, Seigneur, / vois notre abaissement, ô Dieu de compassion, / et que ton cœur s’émeuve pour nous, / dans ton amour des hommes et ta souveraine bonté. / De nul autre nous n’espérons, en effet, / trouver indulgence pour nos crimes et forfaits; / aussi demeure avec nous, / et personne à jamais ne pourra rien contre nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Du haut du ciel, notre Dame, penche-toi, / regarde les souffrances que provoquent nos plaies; / montre-nous ta tendresse, ô Vierge immaculée, / guéris la fièvre ardente où nos consciences sont brûlées, / répandant sur elles la rosée de ton amour / et disant à ceux qui te servent de tout cœur: / Je suis toujours avec vous, / et personne à jamais ne peut rien contre vous.

Ode 4

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Élève vers toi nos pensées, / Dieu unique au triple éclat, / empresse-toi d’exalter / l’âme et le cœur de qui te loue / et rends-nous dignes, Seigneur, / de la splendeur de ta clarté.

Transforme et transfigure ton serviteur, / change mes crimes en vertus, / ô seule Trinité / non soumise à changement, / et fais-moi resplendir / au reflet de ta clarté.

Gloire: Selon ton sage dessein, / en ta prudence, tu disposas / les hiérarchies angéliques, / les serviteurs de ta bonté: / ô Dieu en trois personnes, / reçois ma louange avec la leur.

Théotokion: Le Dieu qui par nature est incréé, / puisqu’il est éternel, / toujours-vierge Mère de Dieu, / ayant assumé grâce à toi / la nature humaine créée, / l’a renouvelée dans ton sein.

Ode 5

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Cherchant à fixer en notre esprit / la nature du principe divin, / providence et salut de tous, / lumière unique au triple éclat, / devant toi, Seigneur, depuis l’aurore nous veillons, / implorant le pardon de nos péchés.

Dieu et Père sans commencement, / avec le Fils coéternel / et l’Esprit saint, unique Trinité, / donne force aux chantres de ton nom, / délivre-nous de tout malheur / et de toute affliction.

Gloire: À la lueur de ta divine clarté, / Soleil de gloire, guide-moi / pour que sans cesse je fasse le bon plaisir / de ta tripersonnelle divinité, / et donne-moi d’avoir part / à ton royaume dans les cieux.

Théotokion: Toi qui portes l’univers / et de ta main puissante le maintiens, / immuable Verbe de Dieu, / à qui chante la gloire de ton nom / accorde le salut, la protection, / par l’intercession de la Mère qui t’enfanta.

Ode 6

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Divinité au triple éclat, / accorde sagesse et savoir / aux chantres de ton nom / et donne à tous le pouvoir / de refléter les rayons / de ta lumineuse splendeur.

Gloire: Lumière par essence indivisible, / toute-puissante, inaccessible, / illumine de ta triple clarté / les cœurs des fidèles qui louent / ta divine majesté / et conduis-les vers ton amour.

Théotokion: Mère toujours-vierge, c’est en toi / qu’a vraiment fixé son séjour / celui qui domine et maintient l’univers, / et il invita l’humanité / à se prosterner / devant l’unique et triple éclat de notre Dieu.

Cathisme

Père, Fils et saint Esprit, / regarde vers nous fidèles qui devant toi nous prosternons / et glorifions, Dieu de tendresse, ta majesté / avec les Anges, malgré notre condition terrestre; / hors de toi nous ne connaissons d’autre dieu, / mais justement tu dis aux chantres de ton nom: / Je suis toujours avec vous, / et personne à jamais ne peut rien contre vous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu toute-digne de nos chants, / regarde vers nous pour éclairer nos cœurs enténébrés; / toute-pure, illumine ton troupeau, / car tout ce que tu veux, tu le peux accomplir, / étant la Mère du Créateur; / à ceux qui t’implorent tu diras en vérité: / Je suis toujours avec vous, / et personne à jamais ne peut rien contre vous.

Ode 7

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Donne force à mon esprit, / unique et trinitaire Clarté, / pour que je puisse observer / tes divins commandements / et sans cesse te chanter avec foi: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Unique Dieu dont nous chantons / l’identique nature ineffablement, / bien que portant le chiffre trois / en la personnelle trinité, / à tous assure-nous ta protection / contre les épreuves et les dangers.

Gloire: Nous te glorifions comme l’unique Dieu, / consubstantiel et de même éternité, / trinité qui présentes clairement, / en l’immuable nature, absolument, / des propriétés différenciant / les personnes, sans confusion.

Théotokion: Vierge pure, immaculée, / en ton sein le Dieu suprême assuma / par amour pour nous l’humanité / et lui-même nous apprit à clamer: / Bénie soit qui enfanta / en notre chair le vrai Dieu!

Ode 8

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Empresse-toi de m’accorder le pardon de mes péchés / et la délivrance des multiples passions, / consubstantielle Trinité et tripersonnelle Unité, / afin que je te glorifie dans tous les siècles.

Toi qui veux la miséricorde, ainsi qu’il est écrit, / Dieu de tendresse, prends pitié de nous tous / qui glorifions ta suprême majesté, / Triade de bonté et Monade au triple éclat.

Gloire: Lumière coéternelle, ô Verbe de Dieu, / engendré par le Père, éternelle Clarté, / fidèlement, avec l’Esprit, Lumière qui procède de lui, / nous te glorifions et t’exaltons dans tous les siècles.

Théotokion: Ô Vierge, pour les hommes tu enfantas le Médecin, / le Verbe tout-puissant, le Christ et Seigneur, / qui de l’ancestrale blessure a guéri / tous ceux qui l’exaltent dans les siècles.

Ode 9

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

Aux Anges il est impossible, / Seigneur, de soutenir / ta gloire et ta beauté, / puisque même les Chérubins / de leurs ailes se couvrent les yeux, / mais sans cesse ils chantent par trois fois / et glorifient l’unique pouvoir / de la tripersonnelle Divinité.

Soleil qui ne connais pas le déclin, / verse au cœur de tes servants / la clarté de tes rayons, / illumine nos âmes et sauve-nous / de la multitude de nos péchés; / seul Seigneur de tendresse et Trinité, / à ta vie immortelle / rends-nous dignes de prendre part.

Gloire: Ô Dieu qui fais naître la clarté / aux trois soleils de même éclat / et source de clarté, / illumine les fidèles te chantant, / sauve-les des ténèbres du mal / et rends-les dignes, Seigneur, / en ta suprême bonté, / d’habiter les tabernacles lumineux.

Théotokion: Ô Vierge, ton divin Fils / façonna sagement l’homme jadis / et, lorsqu’il fut tombé, / Mère toute-digne de nos chants, / le reforma grâce à toi / et combla de la splendeur sans déclin / de sa divine clarté / les fidèles qui te glorifient comme la Mère de Dieu.

LE DIMANCHE À MATINES

Cathisme I

L’Enfer déplorait l’ouverture du tombeau / et Marie Madeleine criait aux Apôtres qui se cachaient: / Vous, les ouvriers de la vigne, sortez, / proclamez la nouvelle de la Résurrection; / car le Seigneur s’est levé, / accordant au monde la grande miséricorde.

Marie Madeleine se tenait près de ton sépulcre, Seigneur, / et, te prenant pour le jardinier, elle criait dans ses larmes: / Où as-tu déposé la vie éternelle, / où as-tu caché celui qui siège sur le trône des Chérubins? / Car ses gardiens sont terrassés de frayeur; / rendez-moi donc mon Seigneur ou criez avec moi: / Toi qui, sorti de tombe, ressuscites les morts, / Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Gédéon préfigure ta conception, / David éclaire ton enfantement, / car il est descendu comme la pluie sur la toison, / Mère de Dieu, le Verbe dans ton sein; / et sans semence, Terre sainte, tu fis germer, / Pleine de grâce, le salut du monde, le Christ notre Dieu.

Cathisme II

Notre Vie gisait dans le tombeau / et sur la pierre furent mis les scellés; / les soldats montaient la garde auprès du Christ, / comme pour veiller sur le sommeil du Roi; / mais, frappant d’aveuglement ses ennemis, / le Seigneur s’est levé du tombeau.

Jonas préfigure ta mise au tombeau, / Siméon explique ta divine Résurrection, Seigneur immortel; / dans le sépulcre tu descends comme mort, / toi qui brises les portes de l’Enfer; / mais, sans connaître la corruption, / tu ressuscites, Seigneur, / pour le salut du monde, ô Christ notre Dieu, / illuminant ceux qui gisaient dans les ténèbres de la mort.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu et Vierge bénie, / prie ton Fils, le Christ notre Dieu, / qui s’est laissé fixer à la croix / et qui est ressuscité d’entre les morts pour le salut de nos âmes.

Hypakoï

Par ta mort volontaire et porteuse de vie, / ô Christ, tu as brisé les portes de l’Enfer; / Dieu, tu nous ouvres l’antique Paradis; / ressuscité des morts, tu arraches notre vie à la fosse.

Anavathmi

Antienne 1

Vers le ciel je lève les yeux, / vers toi, ô Verbe de Dieu:/ en ta miséricorde, sauve-moi / afin que je vive en toi.

Seigneur, aie pitié de nous: / tant de mépris nous rassasie; / comme vases d’élection, / ô Verbe, restaure-nous.

Gloire... Maintenant...

Le saint Esprit est principe de salut / et, lorsqu’il souffle sur un chacun, / bien vite il l’arrache aux soucis terrestres, / il lui donne des ailes pour monter jusqu’aux cieux.

Antienne 2

Sans le Seigneur qui était avec nous, / nul d’entre nous n’aurait su résister / devant les manœuvres de l’Ennemi, / mais les vainqueurs seront exaltés.

Que mon âme, ô Verbe de Dieu, / ne devienne la proie de leurs dents! / Hélas, comment échapperai-je aux ennemis, / moi qui suis la proie du péché?

Gloire... Maintenant...

Au saint Esprit appartient / de nous bénir et sanctifier, / de nous donner la connaissance et la paix: / comme le Père et le Verbe il se montre agissant.

Antienne 3

Ceux qui s’appuient sur le Seigneur / inspirent l’effroi aux ennemis; / ils sont dignes d’admiration, / car ils regardent vers le ciel.

La part des justes, Sauveur, / favorisée de ton secours, / sur le sceptre des impies / jamais ne porte la main.

Gloire... Maintenant...

Au saint Esprit appartient / le pouvoir sur l’univers: / c’est lui qu’adorent les Anges dans le ciel / avec tout ce qui respire ici-bas.

Prokimenon, ton 6: Seigneur, réveille ta puissance / et viens à notre secours. Verset: Pasteur d’Israël, prête l’oreille, toi qui mènes Joseph comme un troupeau.

Canons: de la Résurrection (4 tropaires), Stavroanastasimos, c’est-à-dire de la Croix et de la Résurrection (3), de la Mère de Dieu (3) et du Saint du jour (selon son importance 4, 6 ou 8 tropaires du Ménée).

Le canon de la Résurrection est l’œuvre de Jean le Moine; celui de la Mère de Dieu porte en acrostiche: Abondance de grâce, ô Mère, accorde-moi. L’un et l’autre ont les mêmes hirmi. Catavasies: Ma bouche s’ouvrira.

Ode 1

Canon de la Résurrection

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Lorsque sur la croix / tu étendis les mains, / de ton Père, ô Dieu de bonté, / tu accomplis le bon vouloir; / aussi d’un même cœur / nous chantons l’hymne de victoire en ton honneur.

Pleine d’effroi / comme une servante, la mort / sur ton ordre, Maître de la vie, / s’est approchée de toi: / par elle tu nous as donné / la résurrection et la vie qui ne finit pas.

Théotokion: Tu as reçu ton Créateur / comme lui-même l’a voulu: / sans semence, de ton sein / il prit chair ineffablement; / Vierge pure, tu es vraiment / la souveraine du monde créé.

Stavroanastasimos

Jadis sous les flots de la mer / le Seigneur ensevelit le Pharaon persécuteur; / et les fils du peuple racheté / ont mis en terre leur Sauveur; / mais nous, comme les enfants d’Israël, / chantons une hymne à notre Dieu: / car il s’est couvert de gloire.

Au tribunal de Pilate comparaît de son plein gré, / pour un injuste jugement, le Juge comme accusé, / et la main de l’impiété / frappe au visage le Dieu / devant qui tremblent la terre et le ciel.

Sur ta Croix vivifiante et immaculée / tu étendis tes divines mains, Sauveur, / et rassemblas, pour qu’elles te connaissent, Seigneur, / les nations qui se prosternent désormais / devant ta glorieuse Crucifixion.

Théotokion: Versant des flots de larmes, la Tout-immaculée / se tenait près de ta Croix, Sauveur; / et, voyant les gouttes de ton sang / couler de ton côté, ô Christ, / elle glorifiait ta suprême compassion.

Canon à la Mère de Dieu

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme

Ayant pris du fruit de l’arbre défendu, / Ève introduisit la malédiction; / mais tu l’as abolie, Vierge pure, en enfantant / le Christ comme prémices de la bénédiction.

Toi qui enfantas le Christ, cette perle au divin éclat, / dissipe la ténèbre de mes passions, / Vierge pure, et la tourmente de mes forfaits / grâce à la lumière de ta magnifique splendeur.

Jacob, par les yeux de l’esprit, / vit d’avance en mystère l’attente des nations: / le Dieu qui a pris chair de toi / et nous a délivrés par ta sainte médiation.

À défaut des princes de la tribu de Juda, / c’est ton Fils et ton Dieu, ô Vierge immaculée / qui, venu gouverner la terre et ses confins, / y exerce à présent sa véritable royauté.

Ode 3

Canon de la Résurrection

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

Lorsque la création / vit le Dieu crucifié dans sa chair, / elle chancela de frayeur, / mais elle fut retenue / par la main de celui / qui pour nous s’est laissé crucifier.

Par la mort / fut brisée la puissance de la mort; / sans force elle gît désormais, / car elle n’a pu supporter / la divine invasion de la Vie, / et la résurrection est accordée au monde entier.

Théotokion: Vierge pure, / la merveille de ton enfantement divin / dépasse la nature et ses lois: / c’est Dieu lui-même qu’ineffablement / tu as conçu dans ton sein / et tu restes vierge même après l’enfantement.

Stavroanastasimos

Seigneur qui suspendis la terre sur les eaux, / la création, te voyant suspendu à la croix, / trembla de frayeur et s’écria: / Nul n’est saint comme toi, ô notre Dieu.

Après trois jours au sépulcre, par ta vivifiante Résurrection / tu ressuscitas les morts de jadis; / délivrés de la condamnation, dans l’allégresse ils chantaient: / Tu es venu, Seigneur, te voici, ô Rédempteur.

Gloire: Sauveur, à ta Résurrection / qui nous délivre de la mort, de la tombe et de l’Enfer; / Tout-puissant, par des cantiques nous proclamons: / Seigneur ami des hommes, nul n’est saint comme toi.

Théotokion: Voyant percé d’une lance le fruit de ton sein, / Vierge toute-sainte, tu en eus le cœur transpercé / et dans l’effroi tu disais: / Telle est la gratitude de ce peuple, ô mon Fils!

Canon à la Mère de Dieu

Nul n’est saint

Mère de Dieu, / en prenant de ton sein / ma chair mortelle et déchue, / dans son ineffable bonté, le Seigneur / immortelle l’a rendue, / se l’unissant pour toujours.

Vierge bénie, / les chœurs des Anges, voyant / Dieu prendre chair en ton sein, / furent saisis de frayeur / et comme Mère de Dieu / ils te célèbrent de leurs hymnes sans fin.

I1 tressaillit, / le prophète Daniel en voyant, / Montagne spirituelle, le rocher / non taillé de main d’homme / dont la puissance a brisé, / Mère de Dieu, les statues des démons.

Nous les mortels, / nous n’avons de langue ou de mot / capables de te louer dignement, / Vierge en qui le Christ donneur de vie / sans semence a bien voulu / prendre chair en ton sein.

Ode 4

Canon de la Résurrection

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Le bois de la vraie vie, / ô Christ, a fleuri / quand fut plantée ta croix: / arrosée par le sang et l’eau / de ton côté immaculé, / elle nous fit germer la vie.

Jamais plus le serpent, / me trompant par sa ruse, ne me proposera / de devenir comme Dieu, / car le Christ, mon divin créateur, / aplanit pour moi le chemin de la vie.

Théotokion: Ineffables en vérité, / impossibles à cerner, / tels sont, ô Mère de Dieu / et toujours-vierge Marie, / pour ceux de la terre et du ciel / les mystères de ton divin enfantement.

Stavroanastasimos

Prévoyant ton divin abaissement et ta mort sur la croix, / le prophète Habacuc, dans son trouble, te cria: / Ô Dieu de bonté, par ta descente aux Enfers, / tu as brisé la force des tyrans, / car tu es le Roi tout-puissant.

Nous vénérons, ô Christ, ta précieuse Croix, / la sainte lance et les clous, / la couronne d’épines et le roseau: / par eux nous fûmes sauvés / de la mort et de l’Enfer.

Le Sépulcre, Sauveur, t’a reçu / lorsque tu te laissas voir en la mort pour nous, / mais ne put, ô Verbe, te retenir, / car tu ressuscitas comme Dieu / et sauvas le genre humain.

Théotokion: Virginale Génitrice de Dieu / qui pour les hommes enfantas le Christ Sauveur, / délivre de tout péril et châtiment / les fidèles se réfugiant / sous ta divine protection.

Canon à la Mère de Dieu

Le Christ est ma force Vierge pure, nous te chantons / comme tout-immaculée; / nous qui fûmes sauvés par toi, / pieusement nous te crions: / Bénie es-tu qui enfantas, / Mère toujours-vierge, notre Dieu.

C’est la lumière sans déclin, / ô Vierge, que tu as enfantée, / pour qu’en la ténèbre de cette vie / elle apparaisse dans la chair; / bienheureuse et toujours-vierge, tu fis jaillir, / pour ceux qui te chantent, notre Joie.

La grâce a fleuri, / la loi est périmée, / Toute-sainte, grâce à toi, / car en ta pureté virginale / tu enfantas le Seigneur / qui nous accorde le pardon.

Sous l’arbre défendu / ma gourmandise m’a tué; / mais l’Arbre de vie / qui, ô Vierge, s’est levé de toi, / me ressuscitant, m’a fait l’héritier / des délices du Paradis.

Ode 5

Canon de la Résurrection

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Les Chérubins ont reculé devant moi / et désormais, Seigneur, / le glaive de feu ne garde plus l’Éden, / te voyant, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable, / ouvrir au bon Larron le chemin du Paradis.

Je ne crains plus de retourner / vers la terre, Seigneur Christ, / car dans ta grande compassion, / alors que j’étais abandonné, / tu m’as fait revenir de la terre, / par ta Résurrection, vers les cimes de la vie immortelle.

Théotokion: Sauve dans ta bonté, / Souveraine de l’univers, / ceux qui te reconnaissent de tout cœur / comme la Mère de Dieu: / en toi nous possédons, en vérité, / une invincible protection.

Stavroanastasimos

Contemplant déjà la lumière sans déclin / qu’en ta bonté, ô Christ, tu nous as montrée par ta venue, / le prophète Isaïe veillait devant toi / et s’écria au milieu de la nuit: / Les morts ressusciteront et de leurs tombes se lèveront, / et la terre entière sera dans la joie.

Séduit par le fruit de l’arbre au Paradis, / Adam connut la déchéance et la mort / pour avoir désobéi, Seigneur, à ton commandement; / mais toi-même, te soumettant à ton Père, / par ta Croix tu l’as fait retourner / à sa première beauté.

Par ta mort, Dieu de bonté, / disparut l’empire de la mort; / pour nous jaillit le flot de vie, / l’immortalité nous est donnée; / nous vénérons avec foi ta Sépulture et ta Résurrection: / par elles, ô Dieu, tu illumines l’entière création.

Théotokion: Celui qui demeure dans les cieux, / le Créateur et Seigneur de l’univers, / en ton sein demeura d’inexplicable façon, / te glorifiant, Vierge pure, plus haute que les cieux, / plus sainte que les Anges incorporels; / et nous sur terre nous te disons bienheureuse.

Canon à la Mère de Dieu

Dieu très-bon, illumine

Resplendissante de l’éclat de ta pureté, / Vierge toute-digne de nos chants, / tu devins pour le Maître son divin séjour / et seule fus en vérité la Mère de Dieu, / l’ayant porté dans tes bras / comme un enfant nouveau-né.

Portant la beauté spirituelle / de ton âme pleine d’attraits, / tu devins l’Épouse de Dieu / marquée du sceau de la virginité, / illuminant, Vierge sainte, l’univers / de ta resplendissante pureté.

Gémisse la foule des impies / qui refusent de proclamer / ta virginale et divine maternité, / car tu t’es montrée à nos yeux / comme la porte de la divine Clarté / qui dissipa l’obscurité de nos péchés.

Ode 6

Canon de la Résurrection

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Lorsque sur la croix, / Seigneur, tu fus cloué, / tu as effacé l’antique malédiction / et, lorsque la lance perça ton côté, / tu as déchiré la dette contractée par Adam / et libéré le monde entier.

Trompé par le serpent, / Adam fut précipité / dans le gouffre de l’Enfer; / mais toi, ô Dieu compatissant, / tu es descendu le chercher / et sur tes épaules tu le portas ressuscité.

Théotokion: Souveraine immaculée / qui enfantas pour les mortels / leur Chef et Seigneur, / apaise le trouble incessant/ de mes violentes passions/ et donne le calme à mon cœur.

Stavroanastasimos

Enfermé dans les entrailles du monstre marin, / Jonas n’y fut point retenu, car il portait l’image de ta Passion; / préfigurant ton séjour dans le tombeau, / il en sortit comme d’une chambre nuptiale, en disant aux soldats: / C’est en vain que la garde veille encor / celui qui nous accorde la grande miséricorde.

Des Prophètes et du Christ / les Hébreux se sont faits les meurtriers: / comme jadis ils n’ont pas craint de tuer / les Prophètes, ces mystiques rayons de vérité, / par jalousie ils ont tué maintenant / le Seigneur qu’ils avaient annoncé; / mais pour nous sa mort est devenue notre vie.

Enfermé dans le sépulcre, Sauveur, / tu n’y fus point retenu / et, bien qu’ayant goûté la mort, / tu ressuscitas, ô Verbe, comme Dieu immortel, / éveillant avec toi les captifs de l’Enfer / et changeant en allégresse, / dans ta compassion, le deuil des saintes Femmes.

Théotokion: Sans gloire et sans éclat fut l’aspect de ta chair / aux yeux des mortels, au moment de ta Passion, / mais à David tu révélas dans toute sa splendeur / la beauté de ton être divin; / et la Vierge disait: Brisant la force de l’ennemi / par le sceptre de ton règne, ressuscite du tombeau, / ô mon Fils et mon Dieu.

Canon à la Mère de Dieu

Lorsque je vois l’océan de cette vie

De tous les prophètes le plus grand, / Moïse t’a d’avance montrée / comme l’arche et l’urne d’or, / comme la table sainte et le chandelier, / en images figurant le Très-Haut, / Vierge et Mère, prenant chair de ton sein.

À mort fut mise la mort, / la corruption châtiant Adam fut abolie, / lorsqu’elles touchèrent au fruit de ton sein, / notre Dame, car tu as enfanté / la Vie qui délivre de la corruption / tous les chantres de ton nom.

La loi ne fut plus en vigueur, / son ombre s’est évanouie / lorsqu’est apparue pour moi / la grâce dépassant la raison humaine, / le Dieu Sauveur que tu as enfanté, / Vierge toute-digne de nos chants.

Kondakion

De sa main vivifiante le Seigneur source-de-vie, / le Christ notre Dieu, / a fait surgir tous les morts des ténèbres de l’Enfer, / accordant la résurrection à tout le genre humain; / il est vraiment notre Sauveur, / notre vie, notre résurrection et le Dieu de l’univers.

Ikos

Ta Croix, ta Sépulture, Source de vie, / fidèlement nous les chantons et devant elles nous prosternons, / car tu as enchaîné l’Enfer, Seigneur immortel, / et comme Dieu tout-puissant ressuscitas les morts avec toi; / tu brisas les portes de l’Hadès / et détruisis l’empire de la mort. / Nous les mortels, nous te chantons avec amour, / toi qui, ressuscitant, brisas la force de l’ennemi funeste; / tous ceux qui croient en toi, tu les as ressuscités, / tu délivras le monde des traits du Serpent; / en ton unique puissance, Seigneur, / tu nous as libérés de l’ennemi nous égarant; / c’est pourquoi nous chantons pieusement / ta Résurrection qui nous sauve, ô Dieu de l’univers.

Ode 7

Canon de la Résurrection

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter. / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Se lamentant sur ta passion, / le soleil en plein jour / de ténèbres se couvrit / et sur toute la création / la lumière s’obscurcit en criant: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

À ta descente, ô Christ, / les royaumes infernaux se couvrirent de clarté / et le premier Père se montra / plein d’allégresse et de joie, / dansant, jubilant et disant: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Théotokion: Vierge Mère, grâce à toi / une lumière s’est levée, / illuminant le monde entier, / car tu as enfanté le divin Créateur de l’univers; / Toute-sainte, demande-lui / d’envoyer sur nous fidèles la grande miséricorde.

Stavroanastasimos

Ô merveille ineffable, / celui qui libéra de la fournaise les Jeunes Gens / maintenant sans vie est déposé au tombeau: / il l’a voulu ainsi pour notre salut; / chantons-lui: Toi qui nous sauves, Seigneur, tu es béni.

Ô l’étrange merveille: / celui qui délivra Israël de l’esclavage de Pharaon / par lui se laisse crucifier / et dénoue les liens de ses péchés; / pour lui chantons avec foi: / Rédempteur et notre Dieu, tu es béni.

Sur le Calvaire, Sauveur, / les fils impies des transgresseurs de la loi / te crucifièrent, toi qui pour notre salut / brisas les verrous et les portes d’airain; / mais nous te chantons et disons: / Rédempteur et notre Dieu, tu es béni.

Théotokion: De l’Ève de jadis / tu enfantas la délivrance et libéras Adam, / Vierge pure, de sa malédiction; / aussi avec les Anges nous te chantons / ainsi que ton Fils et crions: / Rédempteur et notre Dieu, tu es béni.

Canon à la Mère de Dieu

Dans la fournaise l’Ange

Il fut l’image de ton enfantement, / le feu qui n’a pas consumé / dans la fournaise les trois jeunes gens, / car le feu divin qui demeura dans ton sein / ne t’a pas brûlé, mais nous éclaire pour chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Illuminés par les rayons de ta clarté, / les confins de l’univers / te disent bienheureuse, ô Mère de Dieu, / et sous l’action de la grâce / s’écrient en chantant: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Le perfide serpent / m’a saisi de ses funestes dents, / divine Mère, mais ton Fils / les lui a brisées / et m’a donné la force de chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Seule Vierge bénie, / pour notre nature tu es devenue / l’arche de propitiation, / car tu as porté dans tes bras / le Dieu qui siège sur les épaules des Chérubins / et tu chantes: Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Ode 8

Canon de la Résurrection

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Le peuple qui tua jadis les prophètes / maintenant s’est laissé prendre par l’envie, / au point de mettre en croix le Verbe de Dieu, / que nous exaltons dans tous les siècles.

Sans quitter la voûte des cieux, / descendu aux Enfers, tu ressuscitas avec toi, / ô Christ, l’humanité vouée à la poussière du tombeau / et qui t’exalte dans tous les siècles.

Théotokion: Lumière de Lumière, le Verbe que tu conçus, / et gloire t’en revient pour l’avoir ineffablement enfanté, / car l’Esprit divin a fait sa demeure en toi: / ô Vierge, nous te chantons dans tous les siècles.

Stavroanastasimos

Que les cieux frémissent d’effroi, / que tremble la terre en ses fondements, / car le Dieu du ciel est compté parmi les morts / et loge en l’étroitesse du tombeau: / jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-1e, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Toute oreille fut saisie d’étonnement / lorsque le Très-Haut sur terre est venu / détruire la force de l’Enfer / par la croix et la tombe, de plein gré, / et faire que tous nous chantions: / Jeunes gens, bénissez le Seigneur et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

De l’Enfer a cessé la tyrannie, / son royaume est pour toujours anéanti, / car le Dieu qui transcende l’univers, / sur terre fixé à la croix, / a détruit son empire; c’est pourquoi, / jeunes gens, bénissez le Seigneur et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Ineffable est ton amour, ô Christ, / indicibles, tes bienfaits! / Me voyant anéanti / dans les geôles de l’Enfer, / tu enduras la Passion pour me sauver; / c’est pourquoi, ô Maître de l’univers, / nous te bénissons et t’exaltons dans tous les siècles.

Canon à la Mère de Dieu

De la flamme, pour tes Saints

Comme une reine en son habit doré, / resplendissante de l’éclat du saint Esprit, / ton Fils, ô Vierge, t’a placée à sa droite: / nous t’exaltons dans tous les siècles.

Celui qui fixa le monde par sa seule volonté / emprunte sa chair à ton sein immaculé, / voulant la recréer d’en haut: / nous l’exaltons dans tous les siècles.

Toute-pure, en l’éclat de ta virginité / tu fus le divin séjour / où le Verbe s’est lié à mon humanité; / aussi nous te chantons dans tous les siècles.

Chandelier tout doré, ainsi t’a figurée par avance / l’inaccessible Clarté qui éclaire l’univers; / ineffablement, ô Vierge, tu l’as reçue; / aussi nous te chantons dans tous les siècles.

Ode 9

Canon de ta Résurrection

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

En toi n’eurent point de place / les passions, ô Verbe de Dieu, / bien qu’en la chair tu aies vécu notre condition, / mais tu délivras l’humanité de ses passions, / rendant plus noble / par ta Passion les souffrances d’un chacun, / toi, notre Sauveur / qui seul es impassible et tout-puissant.

Descendu à la fosse, / dans la mort tu préservas ton corps / de la poussière du tombeau, / et ton âme, divine Source de vie, / ne fut pas laissée aux Enfers, / mais comme du sommeil / tu te levas, Seigneur, / et nous ressuscitas avec toi.

Triadique: Purifions nos lèvres, / nous mortels, afin de glorifier / Dieu le Père et son Fils coéternel, / de l’Esprit très-saint vénérant / l’ineffable puissance, / plus que toute de gloire comblée: / unique est l’indivise Trinité / qui a le pouvoir sur toutes choses.

Stavroanastasimos

Ne me pleure pas, ô Mère, / bien que tu aies vu gisant dans le tom beau / le Fils que tu avais conçu de merveilleuse façon, / car je ressusciterai et serai glorifié, / et dans ma gloire divine j’exalterai / pour l’éternité les fidèles qui t’aiment / et chantent ta gloire.

Lorsque tu gisais dans la tombe / comme un mortel, Source de vie, / tu as brisé la puissance de l’Enfer, / réveillant avec toi, ô Christ, / les morts qu’il avait engloutis / et comme Dieu tu accordas la résurrection / à tout fidèle dont la ferveur te magnifie.

La création se réjouisse, / qu’elle fleurisse comme lis, / car le Christ ressuscite d’entre les morts comme Dieu; / aussi nous crions à la Mort: où est ton aiguillon? / à l’Enfer: où est ta victoire? / Te voilà terrassé par celui / qui, dans sa tendresse, exalte notre front.

Théotokion: Vierge pure et notre Dame, / tu portes celui qui porte l’univers, / tu tiens en mains comme enfant nouveau-né / celui qui nous délivre des mains de l’Ennemi / et tu contemples élevé sur le bois de la croix / celui qui de l’abîme du mal / nous a tous relevés.

Canon à la Mère de Dieu

Aux hommes il est impossible

Grâce à toi, Toute-pure, / de Jacob s’est levé / sur ceux que les ténèbres retenaient / l’astre resplendissant de la divinité: / le Christ notre Dieu, le Verbe fait chair, / par qui nous fûmes illuminés, / en sorte qu’avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

Fortifié par ta puissance, / je te consacre mon chant / du plus profond de mon cœur, / mais en retour accorde-moi, / Vierge toute-pure, / de tes inaltérables trésors / ta grâce aux mille reflets, / toi que Dieu lui-même déclara bienheureuse.

Ô Vierge, tu te manifestes / comme le métier de la Divinité / sur lequel le Verbe a tissé / la parure de son corps, / divinisant ma condition humaine; / et, lorsqu’il en fut revêtu, / il a sauvé tous ceux / qui te magnifient d’un cœur pur.

Mère de Dieu et Souveraine, / par ton ineffable enfantement / que nul esprit ne peut saisir, / aux morts est donnée la résurrection, / car de toi est sorti le Seigneur, notre Vie, / revêtu de notre chair; / et, dissipant la sombre nuit de la mort, / il a resplendi sur l’univers.

Laudes

On chante 8 stichères:

Pour exécuter sur eux la sentence prononcée; / et la gloire en sera pour tous les saints.

Ta Croix représente pour ton peuple, Seigneur, / la vie et la résurrection; / ayant mis en elle notre espoir, nous te chantons: / ô notre Dieu ressuscité, prends pitié de nous.

Louez Dieu dans son sanctuaire, / louez-le au firmament de sa puissance.

Ô Maître, ton sépulcre a ouvert au genre humain / les portes du Paradis; / délivrés de la mort, nous te chantons: / ô notre Dieu ressuscité, prends pitié de nous.

Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.

Avec le Père et l’Esprit / glorifions le Christ / ressuscité d’entre les morts; / disons-lui à pleine voix: / tu es notre Vie, notre Résurrection, aie pitié de nous.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Le troisième jour, / tu es ressuscité du tombeau, / selon les Écritures, ô Christ; / et tu fis lever notre premier père avec toi: / le genre humain te glorifie / et chante ta sainte Résurrection.

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

Grand et redoutable, Seigneur, / est le mystère de ta sainte Résurrection: / tu es sorti du tombeau / comme de la chambre nuptiale un époux; / par ta mort tu as détruit la mort / pour qu’Adam fût délivré; / aussi les Anges se réjouissent dans les cieux / et sur terre nous glorifions / la miséricorde dont tu nous combles, par amour pour les hommes.

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. /

Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!

Injustes Pharisiens, / où sont les scellés, où est l’argent / que vous avez donné aux soldats? / Le trésor ne fut pas dérobé, / mais il est ressuscité, le Tout-puissant; / rougissez de honte, vous tous / qui avez renié le Christ, / ce Roi de gloire qui a souffert, / fut mis au tombeau et ressuscita d’entre les morts, / le Seigneur devant qui nous voulons nous prosterner.

Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et dresse ta main, /

e laisse pas dans l’oubli les malheureux jusqu’à la fin.

Alors qu’était scellé le tombeau, / comment vous êtes-vous laissé dérober, / malgré vos gardes et vos scellés? / À portes closes est passé le Roi; / produisez son corps ou adorez-le comme Dieu, / vous unissant à nous pour chanter: / Gloire à ta Croix, Seigneur, et à ta sainte Résurrection.

Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon cœur, / j’énonce toutes tes merveilles.

Les femmes myrophores se rendaient en pleurant / vers ton sépulcre vivifiant, / porteuses d’aromates pour embaumer ton corps immaculé, / mais sur la pierre trouvèrent assis / un Ange resplendissant / qui, s’adressant à elles, leur dit: / Pourquoi pleurez-vous celui qui de son côté / a fait sourdre la vie sur le monde? / Pourquoi parmi les morts cherchez-vous au sépulcre le Seigneur immortel? / Courez plutôt pour annoncer / à ses Disciples la joie universelle / de sa glorieuse Résurrection; / par elle, Sauveur, nous éclairant, nous aussi, / accorde-nous le pardon et la grande miséricorde.

Gloire au Père...

On lit ou chante l’Eothinon du dimanche

Maintenant... Théotokion

Tu es toute-bénie, Vierge Mère de Dieu, / car celui qui a pris chair de toi a triomphé de l’Enfer; / par lui Adam et Ève furent délivrés de la malédiction, / la mort fut mise à mort et nous avons été vivifiés; / c’est pourquoi nous élevons la voix pour chanter: / béni sois-tu, ô Christ notre Dieu, qui l’as voulu ainsi! Gloire à toi.

LE DIMANCHE À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de moi, Dieu sauveur, quand tu entreras dans ton royaume, / seul Ami des hommes, sauve-moi.

Adam fut séduit par l’arbre défendu, / mais par celui de la Croix tu as sauvé le bon Larron s’écriant: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Ayant brisé les portes et les verrous de l’Enfer, / tu as ressuscité, Source de vie, / Sauveur, tous ceux qui s’écrient: / Gloire à ta sainte Résurrection.

Souviens-toi de moi, Seigneur / qui par ta sépulture triomphas de la mort / et comblas de joie l’univers, / Dieu de tendresse, par ta Résurrection.

Les Myrophores venues au tombeau / entendirent l’Ange proclamer: / Il est vraiment ressuscité, / le Christ qui illumine le monde entier.

Le Christ qui fut cloué / sur le bois de la croix / et sauva le monde de l’erreur, / chantons-le tous d’un même chœur.

Gloire au Père...

Glorifions le Père et le Fils / et l’Esprit de sainteté, / disant à l’indivise Trinité: / sauve nos âmes, nous t’en prions.

Maintenant... Théotokion

Ô Vierge qui as conçu de merveilleuse façon / et mis au monde en ces derniers temps / ton propre Créateur, / sauve les fidèles qui te magnifient.

Lundi

LE DIMANCHE SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Verbe qui ne désires point la mort, / mais la conversion des pécheurs, / Christ à la grande tendresse, Seigneur / qui sans cesse fais miséricorde à ton serviteur, / je reviens à toi, pardonne-moi / les péchés par lesquels je t’ai si fort irrité, / fais-moi grâce puisque j’ose t’implorer, / car en ma faveur tu manifestes l’abîme de ta divine compassion / lorsque malgré mon indignité tu me sauves, en ton amour.

Seul Ami des hommes qui désires le salut de tous / et dont la tendresse appelle tes offenseurs à conversion, / ne te souviens pas, ô Maître, aucunement / de la honte des actions inconvenantes / qu’hélas j’ai commises devant tes yeux, / sans craindre l’inévitable châtiment de ta main; / c’est pourquoi je me prosterne gémissant et pleurant, / je me jette en esprit à tes pieds / pour obtenir le pardon de mes péchés.

Reçois ma prière, toi qui veux pour tout homme le salut, / ne me rejette pas loin de ta vue, / malgré mon indignité et le grand nombre de mes péchés / par lesquels depuis ma jeunesse j’ai surpassé l’ensemble des humains;/ aussi je me prosterne, dans les pleurs, / à genoux devant toi; / manifeste envers moi ta pitié, ta compassion, / Seigneur de gloire, Père de tendresse et de bonté, / ne repousse pas le malheureux qui te supplie.

Les chœurs angéliques, de leurs incessantes voix, / font retentir dans les siècles leurs chants festifs, / voyant en pleine lumière ton éclatante beauté / et comblés de ta splendeur, ô Dieu de bonté; / sans cesse attentifs aux choses contemplées / et captant avec ardeur la bienheureuse clarté, / ils intercèdent avec confiance pour nos âmes.

Par la protection des Anges garde ton troupeau, / toi qui établis leurs armées par ta parole et volonté, / chassant loin de lui les tentations, l’assaut des païens, l’audace des hérésies; / par ton sang tu l’as racheté en vérité / et tu effaças la condamnation de la loi et du péché; / fais que, délivré de l’angoisse qui l’étreint, / il puisse en la vraie foi, Sauveur, te magnifier.

Principautés, Dominations, / Trônes, Chérubins et Séraphins / avec les Anges et les Archanges entourent de respect / ta divine gloire et ton trône sacré; / les Vertus et les Puissances célèbrent ta majesté, / admirant ta providence et ta sagesse, ô Christ, / et intercèdent avec confiance pour nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ayant glissé dans le gouffre de mes pensées, / soumis à la séduction du Trompeur, / en ma misère j’ai recours, / divine Épouse, à ta merveilleuse compassion, / Vierge sainte, à ta chaleureuse intercession: / arrache-moi aux épreuves et tentations, / sauve-moi, Toute-pure, des assauts du démon, / afin que je te chante avec amour, / te glorifie et me prosterne devant toi, / te magnifiant, notre Dame, bienheureuse en tout temps.

Prokimenon, ton 8: Et maintenant bénissez le Seigneur, / tous les serviteurs du Seigneur.

Verset: Debout dans la maison du Seigneur, dans les parvis de la maison de notre Dieu.

Apostiches

Je n’ai pas les larmes du repentir, / aussi je te prie, Dieu Sauveur: / avant la fin convertis-moi / et donne-moi la componction, / afin que j’échappe au châtiment.

Vers toi j’élève mes yeux...

Au jour terrible de ta Parousie, / puissions-nous ne pas entendre, ô Christ: / Je ne vous connais pas! / Car notre espoir repose en toi, / même si nous sommes insouciants / au point de négliger tes commandements; / Sauveur, épargne nos âmes, nous t’en prions.

Aie pitié de nous, Seigneur...

Tes Martyrs, Seigneur, ne t’ont pas renié, / de tes préceptes ils ne se sont pas écartés: / par leurs prières, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

De l’Archange imitant la voix, / chantons fidèlement / le céleste palais, / la porte scellée en vérité: / Réjouis-toi par qui nous fut donné le Sauveur de l’univers, / le Christ source de vie et notre Dieu; / repousse, notre Dame, les ennemis de notre foi / qui font peser sur nous leur tyrannie; / qu’ils sachent la puissance de ton bras, / Vierge sainte, espérance des chrétiens!

LE DIMANCHE SOIR À COMPLIES

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Éloigne de mon esprit / le brouillard des passions, / Vierge pure, éclaire-moi, / toi qui as mis au monde la Clarté, / le reflet du Père, son Fils, / afin que je puisse te chanter.

De la Vierge, comme Gabriel / approchons-nous, fidèles; / disons-lui, pleins de respect: / Réjouis-toi, Toute-pure, / Vierge si belle, en vérité, / qui as enfanté notre Joie.

Gloire: Celui qui du Père immatériellement / avant les siècles est engendré, / en ces ultimes temps / l’ayant porté dans ton sein, / comme Dieu et homme à la fois / tu l’as mis au monde, et c’est ton Fils.

Maintenant: Toi seule, sans corruption / tu as mis au monde notre Dieu / et vierge tu demeuras après l’enfantement / comme avant que d’enfanter, / c’est pourquoi nous les fidèles, / Toute-pure, nous te disons: Réjouis-toi.

Ode 3

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

Nulle n’est immaculée / comme toi, ô Mère de Dieu / qui as mis au monde le Créateur/ et Seigneur de l’univers; / en action de grâces nous les fidèles, / nous te chantons: Réjouis-toi.

Le funeste remous des passions, / Vierge pure, me secoue, / et le nombre de mes fautes m’a jeté / amèrement, en vérité, / dans le gouffre du malheur: / tends-moi la main et sauve-moi.

Gloire: Dissipe la ténèbre / de mes fautes, pour m’éclairer, / Vierge pure, à la clarté / de l’impassible condition, / toi qui as mis au monde ineffablement / l’inaccessible Soleil.

Maintenant: Au feu de la crainte de Dieu, / Vierge sainte, me purifiant / des flétrissures du péché, / revêts-moi du lumineux / vêtement des vertus / pour m’agréger au chœur des Saints.

Ode 4

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Mère de la Lumière, / viens dissiper l’obscurité / de mes nombreuses transgressions / par ton rayonnement, Souveraine immaculée / qui du Soleil de justice / pour les fidèles fis naître la clarté.

En toi, Vierge pure, / je veux mettre à présent / l’espérance de l’infirme que je suis, / afin que je ne m’en revienne déçu, / mais qu’ayant trouvé le salut / dans l’allégresse je te puisse chanter.

Gloire: Le trésor de ta miséricorde, / Vierge pure, accorde-le / à nous, les fidèles, qui accourons / vers ton temple avec amour, / et délivre-nous / de toute épreuve et affliction.

Maintenant: En toi, Souveraine, / le Verbe a fait son logis, / et le monde fut délivré / des irrationnelles passions, / pour que tes chantres, ô Vierge immaculée, / puissent obtenir le royaume des cieux.

Ode 5

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Du divin Rayon / qui a lui de ton sein / éclaire, ô Vierge, mon esprit / dans les ténèbres endormi; / éloigne aussi la brume du péché / en m’illuminant de ta clarté.

Guéris, en ta bonté, / mon âme tombée / entre les mains des brigands: / verse l’huile de ta pitié / et le vin de ta tendresse en m’accordant / ta sagesse abondamment.

Gloire: Veuille guérir / les maux de l’âme et du corps / en nous qui accourons / vers toi, Toute-digne de nos chants: / divine Génitrice, tu es la force de ceux / qui cherchent refuge sous ton intercession.

Maintenant: Le saint Esprit de Dieu, / Vierge sainte, immaculée, / en demeurant dans ton sein / et te couvrant de son ombre, a fait de toi / le temple de la Trinité pour concevoir / par volonté du Père, le Verbe et l’enfanter.

Ode 6

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Veuille dissiper / les ténèbres de ma pauvre âme, / Vierge pure, et m’éclairer / de la lumière issue de ton sein, / qui a répandu ses rayons / sur l’entière humanité.

Délivre-moi de l’incursion / des ennemis invisibles et que l’on voit, / Toute-pure, et couvre-moi / de ton efficace protection: / c’est vers toi, en effet, / qu’à présent je me réfugie.

Gloire: Le Créateur de l’univers / en ces temps ultimes a pris chair / de tes entrailles sanctifiées / et renouvela le monde en recréant / le genre humain qu’à sa funeste perdition / avait conduit la faute d’Adam.

Maintenant: Les Anges saints, dans leur splendeur, / te chantent, et moi je te prie, / Vierge tout-immaculée: / éloigne de moi les démons, / leur hideuse apparition, / et dans le calme garde mon cœur.

Cathisme

L’assaut des ennemis menace ton héritage, Souveraine immaculée: / fais cesser leur audace et renverse à terre leurs propos insolents, / car tu es la Protectrice / de tous ceux qui te prient avec foi.

Ode 7

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

M’éclairant de l’inaccessible clarté / dans les ténèbres de mon ignorance, ô Vierge immaculée, / guide-moi vers la lumière / pour que je chante avec foi / et pieusement à l’adresse de ton Fils: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Éloigne de mon âme, Génitrice de Dieu, / les obscures nuées / en m’éclairant à la clarté / du Créateur de l’univers, / toi la demeure de la Lumière qui précède tous les temps / pour avoir lui du Père immatériellement.

Gloire: Penche-toi, divine Génitrice immaculée, / pour écouter nos prières avec compassion, / les présenter à Dieu dans ton intercession / et le rendre favorable envers nous / qui sans cesse mettons / notre espoir en ta bonté.

Maintenant: Puisque je suis avili / par mes passions et mes actes pervers, / comme propitiatoire, Immaculée, / accorde-moi le flot de mes pleurs / pour laver l’infamie de mon péché / à ta source de pureté.

Ode 8

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Toi qui dans la chair as enfanté le Maître de l’univers, / ô Vierge, fais que je domine les passions / et me concilie l’Auteur de l’entière création / en te chantant avec amour dans tous les siècles.

Je suis étendu sur un lit de douleur: / par ta visite, ô Vierge, relève-moi; / accorde-moi la santé de l’âme et du corps, / pour que je chante le Christ dans tous les siècles.

Gloire: Éteins la fournaise ardente de mes passions, / notre Dame, sous la rosée de tes intercessions / et sauve-moi comme ton Fils a jadis délivré / les Jeunes Gens qui l’exaltaient dans tous les siècles.

Maintenant: Je ne crains pas les assauts du guerroyeur, / moi qui ai mis mon espoir en ta bonté; / car en tout temps tu secours / et sauves tes chantres du malheur.

Ode 9

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

Libère, Vierge pure, / de tout mal ton serviteur / qui cherche en toi refuge avec foi; / accorde-moi la santé, / la délivrance de tout mal: / en toi je cherche mon abri; / alors, dans l’action de grâces, / je te rendrai gloire en tout temps.

Tu as mis fin à la tristesse / de l’antique malédiction / et, par ton enfantement, / as fait jaillir pour le monde la joie; / c’est pourquoi, te célébrant / comme toute-digne de nos chants, / nous tous, en l’action de grâces, / nous te disons bienheureuse en tout temps.

Gloire: Divine Génitrice / toute-digne de nos chants, / ton sein est devenu / l’habitacle de la Lumière qui est issue / du Père avant tous les siècles; / aussi, comme à la Mère de Dieu / nous te rendons gloire et le magnifions / comme ton Fils et ton Dieu.

Maintenant: Celui que le Père / fait luire comme Fils intemporel, / tu l’as fait naître dans le temps, / seule Vierge toute-pure, / par la descente de l’Esprit saint; / aussi, tous les fidèles, / de cœur et de langue nous confessons / ta virginale et divine maternité.

LE LUNDI À MATINES

Cathisme I

Je pense au jour terrible du jugement / et je pleure mes mauvaises actions; / comment me défendrai-je devant le Roi immortel, / comment oserai-je regarder mon Juge, malheureux que je suis? / Père très-bon, Fils unique et saint Esprit, / aie pitié de moi, Seigneur.

Dans la vallée des Larmes, / en ce lieu que tu as choisi, / Dieu de tendresse, pour siéger / et rendre un juste jugement, / ne dévoile pas les secrets de mon cœur, / pour que devant les Anges je n’aie pas à rougir, / mais épargne-moi, ô mon Dieu, / aie pitié de moi, Seigneur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Espoir et bouclier, havre de ceux qui accourent vers toi, / protectrice du monde, bonne Mère de Dieu, / implore avec les Anges constamment / celui que tu mis au monde, le Dieu qui nous aime tant, / de sauver nos âmes de tout danger, / Vierge sainte et seule bénie.

Cathisme II

Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous; / toute excuse nous fait défaut; / comme de pauvres pécheurs, nous t’adressons cette supplication: / Aie pitié de nous, Seigneur.

Seigneur, aie pitié de nous / qui avons confiance en toi; / ne t’irrite pas contre nous, / ne te souviens pas de nos iniquités, / mais dans ta bonté regarde vers nous maintenant / et de nos ennemis délivre-nous; / car tu es notre Dieu, / et ton peuple, c’est nous;/ tous, nous sommes l’ouvrage de tes mains / et c’est de ton nom que nous sommes appelés.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le début de notre salut / fut l’annonce de Gabriel à Marie; / lorsque l’Ange se présenta, elle n’a pas refusé la salutation; / elle n’a pas douté comme Sara le fit sous la tente, / mais elle a dit: Voici la servante du Seigneur, / qu’il me soit fait selon ta parole!

Cathisme III

Passant toute ta vie sans souci, / ô mon âme, tu oublies le jour terrible du jugement; / réveille-toi et choisis la conversion, / reviens au Christ et crie-lui: Dieu d’amour, / ne te souviens pas de la multitude de nos péchés / à l’heure où tu viendras, Seigneur, nous juger.

Pour les Justes, la lumière sans fin: / illuminés de ton éclat, / les Saints brillent sans cesse comme flambeaux resplendissants, / faisant pâlir la lampe des impies; / par leurs prières, Seigneur et Sauveur, / illumine mon âme et sauve-moi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

La glorieuse Mère de Dieu, / plus sainte que les Anges saints, / sans cesse nous la chantons de bouche et de cœur / et la reconnaissons pour la Mère de Dieu, / car elle a mis au monde en vérité / le Seigneur incarné, / et pour nos âmes elle intercède constamment.

Ode 1

Avec toute son armée / fut englouti le Pharaon, / mais le peuple d’Israël, / traversant la mer, s’écria: / Chantons pour le Seigneur notre Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

Ô Christ, je suis tombé / entre les mains de brigands scélérats, / et leurs plaies mortelles / m’ont laissé à demi mort, / mais avec l’huile de ta compassion guéris-moi / et fais-moi grâce, afin que je te glorifie.

Par la multitude de mes péchés / je suis devenu caverne de brigands; / toi qui naquis dans la grotte de Bethléem, / donne-moi des larmes en flots, / afin que je devienne, purifié, / le temple de ton Esprit saint.

Martyrika: Saints Martyrs, ayant terrassé, / dans votre jeune ardeur, l’Ennemi, / vous avez reçu en vérité / les couronnes divinement tressées / et dans le ciel avec les Anges vous vous tenez, / pleins de gloire, en présence de Dieu.

Saints et grands Martyrs / qui dans le flot de votre sang / avez jadis englouti / le Pharaon spirituel, / vous avez rejoint la terre promise par le ciel / en glorifiant le Christ notre Dieu.

Théotokion: Vierge pure, avec les Martyrs, / avec les Prophètes divins, / avec tous les Anges supplie / le Créateur de l’univers / de sauver, Pleine de grâce, / les fidèles qui te glorifient.

* * *

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Célébrant les célestes chœurs, / leur gracieuse splendeur, / je te demande, suppliant, / Christ, ô seul compatissant, / de bien vouloir m’illuminer / des rayons de leur clarté.

Par ton Verbe et par l’Esprit/ qui procède de toi, / des Anges ayant formé les chœurs, / ô Père, tu les as préparés / à te chanter, Dieu tout-puissant, / comme la cause de tout.

Théotokion: Tu as reçu ton Créateur / comme lui-même l’a voulu; / sans semence, de ton sein / il prit chair ineffablement; / Vierge pure, tu es vraiment / la souveraine du monde créé.

Ode 3

Établissant mon âme / sur le roc inébranlable de ta foi, / affermis-la, Seigneur, / car en toi j’ai trouvé / ma forteresse et mon abri.

J’avais promis au Christ de me convertir / et je n’ai cessé de faire le mal; / que deviendrai-je, entouré que je suis / d’une telle opacité? / Mais fais-moi grâce, ô mon Dieu.

Profitant de la divine longanimité, / dans l’indolence je passe ma vie, / mais sans cesse je crains / que la brisure de la mort / ne m’atteigne soudain.

Martyrika: Comme délices désirant les peines, les dangers, les persécutions, / les Martyrs se réjouissaient en contemplant / avec les yeux de l’esprit / les jouissances de l’au-delà.

Ayant sagement établi / votre âme sur la ferme pierre de la foi, / saine Martyrs, vous n’avez pas bougé / malgré les leviers / des tourments les plus variés.

Théotokion: Vierge pure, tu nous apparais / comme un nouveau Paradis / ayant en son milieu l’arbre de vie / dont, s’il en mange, Adam / est délivré de la mort.

* * *

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

La Nature dont le vouloir / du non-être a formé / toute nature douée de raison / en trois personnes est chantée / par la voix des Anges la glorifiant comme le Dieu trois fois saint.

Ô Maître de l’univers, / tu as montré que tu es / la source de tout bien / faisant jaillir abondamment / les chœurs des Anges incorporels / qui participent à ta bonté.

Théotokion: Grâce à toi, Mère de Dieu, / nous fut accordé le pardon; / car le Maître de la Loi, / ayant pris corps de ton sein, / pour nous souffrit sa Passion, / afin de tous nous racheter.

Ode 4

Ô Christ, tu as couvert / les cieux de ton renom / et de ta louange, Seigneur, / fut rempli tout l’univers.

Ne nous condamne pas / malgré la multitude de nos péchés, / mais dans ta bonté coutumière / fais-nous grâce, Seigneur.

Sauveur, Chemin de vie, / donne-moi d’éviter / sans cesse les chemins / du péché qui nous porte la mort.

Martyrika: Saints Martyrs descendus / dans la fournaise ardente des tourments, / les flammes ne vous ont pas touchés / grâce à la rosée de l’Esprit saint.

Vous goûtez en toute vérité / aux flots des divines délices, / Martyrs, les ayant héritées / par les flots de votre sang.

Théotokion: Vierge pure, ayant gaspillé / dans l’indolence toute ma vie, / je cherche refuge auprès de toi: / fais-moi grâce et sauve-moi.

* * *

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Étant par nature / inaccessibles à la mort, / les Esprits si proches de Dieu / entourent ton trône sacré, / Ami des hommes, te possédant / comme source d’immortalité.

Étant sanctifiées par l’Esprit, / les armées angéliques / demeurent insensibles / à l’attirance du mal, / déifiées par leur montée / vers le premier de tous les biens.

Théotokion: Tu fis cesser la malédiction / de la prime aïeule, ô Mère de Dieu, / car, ô Vierge immaculée, / tu mis au monde pour nous / la source de bénédiction / qui jamais ne tarira.

Ode 5

Toi qui fais poindre sur le monde la clarté, / illumine mon cœur, ô Christ; / je t’appelle du milieu de la nuit, sauve-moi.

Toi qui fleuris sur la racine de Jessé, / dessèche les surgeons de mes passions, / ô Christ, et plante en moi la crainte de ton nom.

Imitons les soupirs du Publicain / et détournons-nous du péché, / afin d’éviter les gémissements éternels.

Martyrika: Blessés par ton amour divin, / c’est avec joie que tes Martyrs, Seigneur, / supportèrent les blessures des tourments.

Surpassant dans la lutte, saints Martyrs, / les limites de votre corps, vous avez crié / et le Christ a entendu votre appel.

Théotokion: Chantons la Porte du ciel / par laquelle passe tout pécheur / pour obtenir le pardon.

* * *

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Le Prophète, voyant / le Seigneur et Créateur / s’avancer sur le trône des Chérubins, / par des symboles fut initié / à la puissance et seigneurie / de celui qui peut voir tout l’univers.

Daniel, t’apercevant, / Seigneur, entouré d’Anges / par myriades et millions / et cependant uni / à la condition humaine, / fut initié au mystère de ta splendeur.

Théotokion: Ton Fils à tous s’est montré / d’entre les fils d’homme la plus beau, / Vierge toute-digne de nos chants, / car il est le Verbe du Dieu suprême, / bien qu’il ait reçu de toi / la nature des humains.

Ode 6

Englouti par le monstre du péché, / je crie vers toi, ô Christ: / comme le prophète Jonas / délivre-moi de la mort.

Aux aveugles tu rendis la vue: / ouvre les yeux de mon âme, Seigneur, / afin que je voie ta clarté / et que j’échappe aux ténèbres des passions.

Seigneur compatissant, / emplis mon âme / des ondes vivifiantes du repentir / en me donnant les fleuves de larmes.

Martyrika: Dans le val des Martyrs / fleurissent les lis des guérisons, / e; les chœurs de tous les croyants / sont embaumés de leur parfum.

Dans les supplices ayant été déliés / de votre corps corruptible, / vous avez enchaîné votre cœur, / saints Martyrs, à l’amour du Seigneur.

Théotokion: Sainte Mère de Dieu, / en ta grande compassion / sanctifie mon cœur souillé / par mes viles actions.

* * *

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Lorsque Jacob, / en la pureté de son esprit, / vit descendre de loin / tes Anges sur l’échelle, Seigneur, / il apprit très clairement / ta venue dans la chair.

De tes Anges contemplant / la divine et brillante armée, / Israël ton serviteur / exulta d’allégresse, Seigneur, / devant l’harmonie de leurs chœurs / entourant ton ineffable splendeur.

Théotokion: Plus haute, en vérité / que les monts éternels / et que les Anges du ciel / est apparue la sublime élévation / de ton sein, ô Vierge, où put loger / la splendeur de la divinité.

Ode 7

Toi qui écoutas / l’hymne des Jeunes Gens / et sur la fournaise ardente versas la rosée, / Seigneur, tu es béni.

Sous tant de méchanceté / s’est aveuglé mon esprit; / et je n’ai pas vu la clarté de la conversion: / Christ sauveur, sauve-moi

Me confiant en ta miséricorde, / je me prosterne à tes pieds, Seigneur de bonté, / implorant la délivrance de mes péchés; / ô Maître, ne me dédaigne pas.

Seul, je me trouve dépouillé / des œuvres qui pourraient me justifier; / seul, j’ai commis toute vile action, / mais toi seul, ô Christ, aie de moi compassion.

Martyrika: Toi qui de splendeur surnaturelle / as revêtu les saints Martyrs / qui en ce monde ont combattu, / par leurs prières, ô Christ, sauve-moi.

Divins champions de la juste loi, / vous avez rejeté, dans la foi, / l’injuste ordonnance des tyrans / et combattu loyalement.

Théotokion: Ô Vierge, tu enfantes un Seigneur / qui revêt la forme du serviteur: / prie-le de me délivrer / de l’esclavage du péché.

* * *

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Vous rayonnez de beauté, / saints Anges du Tout-puissant, / vous qui approchez / l’ineffable splendeur du Christ / et sans cesse chantez avec ardeur: / Dans tous les siècles, ô Dieu, tu es béni.

Séjournant en esprit / autour de toi, Seigneur, / les Anges reçoivent éternellement / ton immatérielle clarté, / sans cesse te chantant et disant: / Dans tous les siècles, ô Dieu, tu es béni.

Thétokion: Le Seigneur incorporel / est avec toi, dit l’ange Gabriel; / voulant refaire notre nature corrompue, / il logea, ô Vierge, dans ton sein; / bénie es-tu qui enfantas / dans la chair le Seigneur notre Dieu.

Ode 8

Dans la fournaise les Jeunes Gens / ont imité les Chérubins, / chantant l’hymne du Trois- fois-Sainte / Louez, bénissez, / exaltez le Seigneur.

J’ai imité le riche sans pitié / et méprisé ma pauvre âme / qui, ulcérée par le péché, / mendiait devant la porte du repentir: / Christ, ne m’envoie pas au feu éternel.

Toi qui fis cesser l’hiver du péché, / Seigneur, ne m’enlève pas à cette vie / pendant l’hiver ou le sabbat, / en l’absence de vertus et sans préparation, / mais accorde-moi la divine conversion.

Martyrika: Foulant aux pieds l’erreur, / les Martyrs supportèrent la tempête des tourments / avec une invincible foi, / louant, bénissant, / exaltant le Seigneur.

Votre patience, comme rosée, / éteignit la fournaise ardente des tourments, / saints et victorieux Martyrs, / et vous avez brûlé l’impiété, / enflammés de zèle et d’amour pour notre Dieu.

Théotokion: Plus vénérable que les Anges du ciel, / tu mis au monde le Dieu saint / et plus que tout être fus sanctifiée, / Vierge Mère de Dieu: / sanctifie mon âme, je t’en prie.

* * *

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Comme jadis tu entouras ton serviteur Élisée / de la protection des armées incorporelles, / ô Christ, protège ton Église maintenant, / qui t’exalte dans tous les siècles.

Archistratèges de Dieu, qui sans cesse vous tenez / devant son trône redoutable, demandez / que soient délivrés de leurs péchés ceux qui glorifient avec amour / et exaltent le Christ dans les siècles.

Théotokion: Bienheureuse, avec le divin Gabriel / nous te crions: Mère et Vierge, réjouis-toi, / car tu mis au monde pour nous le Verbe de Dieu, / que nous exaltons dans tous les siècles.

Ode 9

Toi qui reçus l’angélique salutation / et mis au monde ton propre Créateur, / ô Vierge, sauve ceux qui te magnifient.

Par la continence Joseph devient fournisseur de blé, / et moi par ma débauche / je souffre la disette des bonnes actions.

Je pleure, ô Christ, comme Pierre repentant, / je gémis comme le Publicain, et comme le Prodigue / du fond du cœur je te crie: J’ai péché, pardonne-moi.

Martyrika: Avec l’aide du Christ ayant abattu, / saints Martyrs, la perversité de l’Ennemi, / du ciel vous avez reçu la couronne des vainqueurs.

La sainte mémoire des Martyrs / sanctifie en l’Esprit saint / les fidèles qui la célèbrent en la vraie foi.

Théotokion: Éclaire mon âme obscurcie par le péché, / toi qui mis au monde la Clarté immortelle, / afin que je te chante, ô Vierge immaculée.

* * *

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

En faveur de ton prophète David / tu écartas, dans ta bonté, / l’Ange frappant ton peuple avec l’épée; / ainsi accorde la paix / à toutes tes Églises, / dans ta grande miséricorde, ô Christ, / en allégeant les épreuves / qui les menacent à présent.

De ton peuple voyant les douleurs, / ô Christ, en tant que médecin / des âmes et des corps, / guéris-le, ô Maître, par l’intercession / de tes serviteurs les Anges / qui t’entourent à présent, ô Roi de tous, / et dont les hymnes incessantes / te glorifient comme Dieu.

Théotokion: Archanges, Principautés, / Dominations et Vertus, / Puissances, Séraphins, / Anges, Trônes et Chérubins / aux yeux innombrables, / vénérant maintenant ton Fils glorifié, / sans cesse, ô Vierge Mère, / pieusement te glorifient.

Exapostilaire (ton 2)

Anges et Archanges, Principautés, / Vertus, Puissances, Dominations, / Trônes et Chérubins aux yeux innombrables, / Séraphins aux six ailes, intercédez pour nous, / afin que nous soyons délivrés de tout danger / et que nous échappions à la flamme sans fin.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, tu es ma protection, / la défense du monde, son plus ferme rempart; / devant toi je me prosterne en disant: / délivre-moi de toute peine et du feu éternel, / puisqu’en toi, ô Vierge, repose mon espoir.

Apostiches

Guéris, Sauveur, les blessures de mon cœur / vulnéré par tant de péchés, / car tu es le médecin des âmes et des corps; / à ceux qui t’invoquent tu accordes le pardon de leurs péchés: / accorde-moi les larmes du repentir / et pour mes fautes la rémission; / Seigneur tout-puissant, aie pitié de moi.

Au matin comble-nous de ta miséricorde, Seigneur, / nous serons dans la joie et l’allégresse tous les jours de notre vie, / au lieu des jours où tu nous as humiliés, / des années où nous connûmes le malheur. / Jette un regard sur tes serviteurs et sur leurs œuvres, / sois un guide pour leurs fils.

Me trouvant dépouillé de vertus, / l’ennemi m’a décoché la flèche du péché, / mais toi le médecin des âmes et des corps, / guéris mon âme de ses plaies: / Dieu de tendresse, aie pitié de moi.

Sur nous soit la splendeur du Seigneur notre Dieu, / dirige d’en haut les œuvres de nos mains, / dirige l’ouvrage de nos mains.

Seigneur, en mémoire de tes Martyrs / c’est un jour de fête pour toute la création: / avec les Anges dans les cieux / la terre des hommes se réjouit; / par leur intercession, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

À la parole de l’Archange que tu reçus, / tu devins le trône des Chérubins / et tu as porté dans tes bras, / Mère de Dieu, l’espérance de nos âmes.

LE LUNDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de moi, Dieu sauveur, / quand tu entreras dans ton royaume, / seul Ami des hommes, sauve-moi.

Pardonne mes péchés volontaires ou non, / Seigneur ami des hommes, Jésus, / et veuille m’accorder la part de tes élus.

Toi qui des Anges fais resplendir les chœurs, / par leurs prières, Seigneur, / illumine le regard de mon cœur.

Ayant supporté toutes sortes de tourments, / des hommes sans cesse vous guérissez, / victorieux Martyrs, les blessures et les douleurs.

Gloire au Père...

Prosternons-nous devant la sainte Trinité / que chantent les Anges dans le ciel / et demandons-lui pour nos âmes le salut.

Maintenant... Théotokion

Délivre-moi du feu éternel / et du châtiment dont je suis menacé, / pour que je te dise bienheureuse, ô Mère de Dieu.

Mardi

LE LUNDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Dès ma jeunesse j’ai servi les plaisirs / et tout entier suis devenu le jouet / de la chair et des passions, qui me dictent leur loi; / sans tenir compte de mon âme, Sauveur, / j’ai méprisé tes commandements, / mais toi, mon Créateur, toi le seul sans péché, / connaissant ma faiblesse, Seigneur, / accorde-moi dans ta miséricorde le pardon / des péchés que depuis ma jeunesse j’ai commis / par inadvertance ou le sachant, / en action ou par esprit, / toi le seul qui de nous aies compassion.

Qui me délivrera / de cette chair qui me procure la mort / et sauvera mon âme des épreuves et tentations? / Dans la force, elle me tyrannise par son amour du plaisir / et contre l’âme se montre révoltée; / dans la faiblesse, hélas, elle m’opprime de nouveau; / et je ne puis lutter contre sa faiblesse, Sauveur; / mais ne permets pas, mon Créateur, / que la fange soit victorieuse de l’esprit, / toi qui, selon ton bon plaisir, / mis en moi ton souffle de vie.

Lorsqu’à ton commandement / tu voudras séparer mon âme / des liens de la chair, Seigneur immortel, / épargne-moi, ce jour-là, / envoyant pour me chercher / un Ange au doux regard qui m’apporte la joie / et me sauve des puissances d’obscurité, / me donnant la force d’accomplir / en droite ligne la montée céleste / et de courir me prosterner / sans subir de condamnation / devant ton redoutable trône, ô Dieu de bonté.

Pour ma débauche je mérite condamnation, / mais devant toi qui plus que tous fus glorifié / je me prosterne et te supplie du fond du cœur; / vois l’affliction de mon âme, / toi qui brillas au-devant de notre Joie, / héraut de la pénitence, vois les blessures de mon cœur / et accorde-moi le salut / par tes divines prières, ô Précurseur, / et ton intercession en présence du Seigneur.

Me voilà condamné pour mes péchés, / tout entier plongé dans le gouffre du désespoir, / rempli de méchanceté, d’obscurité, / souillé par les plaisirs les plus vils, / lamentablement perdu et corrompu; / aussi je me jette à tes genoux: / ne me repousse pas, mais sauve-moi, / ami du Seigneur et bienheureux Précurseur.

Délivre mon âme de la mort, / de l’amertume du péché, / vivifie-la par l’accomplissement des préceptes du Christ / et par la puissance de ton intercession; / arrête les ennemis invisibles / qui sans cesse combattent contre moi; / et guide-moi par les droits chemins / vers le salut et le repos céleste / par tes prières auprès de Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Signe de colère est le ressentiment, / elle se manifeste dans l’emportement: / par eux les différentes formes d’irritation / jaillissent sans pudeur de la bouche des méchants, / rendant ceux qui s’y laissent entraîner / passibles du feu de la géhenne, ainsi qu’il est écrit; / aussi, mon âme, sois vigilante, / fuis 1a colère, l’emportement, / la rancune, le courroux / et toute sorte d’animosité, / demandant à la Mère de Dieu: / notre Dame, sauve-moi.

Prokiménon, ton 4: Le Seigneur m’exauce / lorsque je crie vers lui.

Verset: Quand je crie tu m’exauces, Dieu de ma justice.

Apostiches

Je n’ai pas les larmes du repentir, / aussi je te prie, Dieu Sauveur: / avant la fin convertis-moi / et donne-moi la componction, / afin que j’échappe au châtiment.

Vers toi j’élève mes yeux...

Au jour terrible de ta Parousie, / puissions-nous ne pas entendre, ô Christ: / Je ne vous connais pas! / Car notre espoir repose en toi, / même si nous sommes insouciants / au point de négliger tes commandements; / Sauveur, épargne nos âmes, nous t’en prions.

Aie pitié de nous, Seigneur...

Tes Martyrs, ô Christ, / ont enduré maints tourments / et reçu pour finir la couronne des cieux, / afin qu’ils intercèdent pour nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Réconfort des infirmes, consolatrice des affligés, / Vierge Mère de Dieu, / sauve ton peuple chrétien, / car tu es la paix des opprimés, / le repos des naufragés / et l’unique protection des croyants.

LE LUNDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: / Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Ployant sous une multitude de malheurs, / sous le poids de mes actions perverses, / Vierge pure, j’incline vers toi / la nuque de mon âme et de mon corps, / et je t’appelle sans répit: / redresse-moi, je t’en prie.

Vierge tout-immaculée, / toi l’espérance des humbles chrétiens / et le puissant secours des croyants, / toi-même délivre-moi / des voluptés charnelles / et des passions qui me tiennent en leur pouvoir.

Gloire: Illuminatrice des cœurs enténébrés, / Toute-pure qui as enfanté / la Clarté spirituelle, / illumine mon âme, sanctifie mon esprit, / en faisant disparaître / la ténèbre des passions et du péché.

Maintenant: De mon âme enténébrée / par l’assaut d’indécentes pensées / fais cesser l’obscurcissement, / souveraine Mère de Dieu, / sous la lumière des saints commandements / de celui qui a pris chair en ton sein.

Ode 3

Ma bouche s’élargit devant mes ennemis: / dans le Seigneur, en effet, mon cœur s’est affermi.

Mon espoir, / Vierge pure, reposant / sur toi, puissé-je donc / ne pas perdre ce que j’attendais de toi: / délivre-moi des pièges de l’ennemi, / toi la Mère de celui qui nous aime, le Dieu compatissant.

Ô Marie, / divine Mère, porte du salut / par laquelle seul est passé / le Créateur de l’univers, / ouvre-moi, Vierge pure, à présent / les portes de la divine conversion.

Gloire: Sois pour moi / le calme havre me gardant, / moi qui sans cesse suis ballotté / sur l’océan de cette vie / par les terribles vagues des passions, / seule Mère toujours-vierge, immaculée.

Maintenant: Mon esprit / enténébré pour mon malheur / par un grand nombre de péchés, / blessé par les flèches du Mauvais / et devenu infirme, éclaire-le, / ô Marie, sainte Mère de Dieu.

Ode 4

Le Prophète, Seigneur, / apprenant ta venue, / fut saisi de stupeur, / car tu as voulu naître d’une Vierge / et te montrer parmi les hommes, / et il dit:J’ai entendu ta voix / et je suis rempli de crainte, / gloire à ta puissance, Seigneur.

Toi qui es ma force, / mon refuge, mon soutien, / l’inébranlable rempart, / mon avocate auprès de Dieu, / Vierge pure, sauve-moi / de la géhenne qui brûle à jamais.

Vierge toute-pure, / calme la houle des passions, / la tempête des tentations / qui agitent mon esprit, / Mère toujours-vierge qui enfantas / la source de l’impassible condition.

Gloire: Fais que de mon âme / disparaissent l’impureté / et la souillure, ô Vierge immaculée, / toi le tabernacle de pureté / qui fus capable d’abriter / la divine incarnation.

Maintenant: Ô seule toute-pure, / toi la seule immaculée, / Vierge sainte, je t’en prie, / purifie mon âme infortunée / que ternissent les souillures des passions: / je compte sur ton intercession.

Ode 5

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Souillé par mes pensées, / corrompu par mes fautes sans nombre, / ô Mère de Dieu, / toi la seule pure, / montre-moi, je t’en prie, ta compassion / et sauve-moi par ton intercession.

Les liens de mes péchés, / brise-les par ton intervention, / ô Vierge, et par ta protection; / d’allégresse et de calme divin / remplis ma pauvre âme, / des ténèbres la délivrant.

Gloire: Par le divin rayonnement / qui émane de ta bonté, / sur mon âme enténébrée par les plaisirs / envoie ta clarté / et guide-moi vers les chemins du ciel, / toi qui seule as enfanté selon la chair notre Sauveur.

Maintenant: Puisqu’en toi j’ai maintenant / l’unique refuge divin, / vers toi je lance mon appel / et je me prosterne avec foi: / sois pour moi le secours, la salutaire protection, / Souveraine du monde, et sauve-moi.

Ode 6

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Étant l’esclave du péché, / grièvement blessé par lui, / malheureux que je suis, / divine Mère, je recours à ta compassion, / te demandant d’effacer / les cicatrices de mes transgressions.

Tourière de la grâce de Dieu / qui as ouvert aux mortels / la porte des cieux, / ouvre-moi les huis du repentir / et des portes de la mort, / notre Dame, préserve-moi.

Gloire: Moi qui suis près de fléchir / sous les hostiles coups des passions, / fortifie-moi, ô Mère de Dieu / qui as enfanté la source de l’impassible condition: / Consolatrice de ma pauvre âme, vers toi / je me suis réfugié.

Maintenant: Vois mon humiliation, / je suis désespéré: sauve-moi, / Souveraine, car tu es / mon espérance, ma protection, / divine Mère, la lumière de mon cœur, / ma sauvegarde, ma vie.

Cathisme

Très-sainte Mère Vierge, tu es en vérité / la force pour qui n’a plus de secours; / les humbles sont relevés par toi, / grâce à toi nous tenons le front haut; / tu es pour tous la protection / et notre avocate auprès de Dieu.

Ode 7

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

C’est toi qu’en tout temps auprès de Dieu / nous avons comme propitiatoire; / demande-lui donc, ô Tout-immaculée, / de préserver en l’au-delà / des effroyables châtiments / tous ceux qui reconnaissent ta divine maternité.

Vierge pure, ne permets pas / que je sois voué à la perdition; / ne me laisse pas devenir la proie / du funeste serpent / toujours désireux de me faire périr, / mais accorde-moi le trésor de ta pitié.

Gloire: La paresse me tient: réveille-moi / pour que j’accomplisse les œuvres de Dieu; / rends-moi fort contre l’ennemi / qui sans cesse me fait la guerre sans pitié / et me prend à l’hameçon / des funestes raisonnements.

Maintenant: Intercède sans répit / auprès du Dieu qui nous aime, / Vierge tout-immaculée, / afin que, totalement pardonnés, / nous obtenions les biens célestes qu’il nous a préparés / et l’allégresse que rien ne peut ravir.

Ode 8

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Toi qui as rendu entièrement stériles par ton enfantement / les méfaits de l’erreur, / rends mon cœur, totalement privé des œuvres de bien, / porteur de fruits, par tes prières auprès de Dieu.

Notre prière, ô Vierge, élève-la jusqu’à Dieu, / sauve nos âmes, toi qui es comblée de grâce, / afin que nous soyons délivrés de l’assaut des passions / et des épreuves que nous font subir les démons.

Gloire: Sous tes ailes je trouve refuge, Tout-immaculée, / et c’est toi que j’élis comme protectrice de ma vie; / ô Vierge, épargne-moi l’effroi du jugement, / le terrible examen et le feu éternel.

Maintenant: Des terribles maux causés par l’ennemi / garde mon âme, ô Vierge immaculée, / préserve-moi du châtiment par le feu / et des pénibles tourments qui me sont réservés.

Ode 9

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

Voici que m’agite / la tempête des passions; / j’enfonce dans la houle des voluptés; / Toute-pure, toi qui enfantas / le Christ, notre pilote, / je t’en prie, tends vers moi / une main secourable, / seul secours des fidèles, ô Vierge bénie.

Toi la chambre nuptiale, / toi le trône du grand Roi, / montagne de Dieu, cité choisie, / nuée lumineuse du Soleil / et paradis spirituel, / illumine mon âme en dissipant / la brume de mes nombreuses iniquités, / Vierge comblée de grâce par Dieu.

Gloire: Portique de la lumière, / tabernacle de la pureté, / Vierge chaste, veuille ouvrir / la porte de mon âme en fermant / tout accès au péché, / afin que ne m’atteigne la main du Séducteur / pour me conduire à ma perte, / m’exposer aux effroyables tourments.

Maintenant: Viens à résipiscence, / sois vigilante en l’oraison, / en toute bonne action, / rejetant le sommeil du désespoir, / puisque tu as, ô mon âme, / comme infatigable protection / la pure Mère de Dieu / qui toujours manifeste sa compassion.

LE MARDI À MATINES

Cathisme I

Je pense au jour terrible du jugement / et je pleure mes mauvaises actions; / comment me défendrai-je devant le Roi immortel, / comment oserai-je regarder mon Juge, malheureux que je suis? / Père très-bon, Fils unique et saint Esprit, / aie pitié de moi, Seigneur.

Dans la vallée des Larmes, / en ce lieu que tu as choisi, / Dieu de tendresse, pour siéger / et rendre un juste jugement, / ne dévoile pas les secrets de mon cœur, / pour que je n’aie pas à rougir devant les Anges, / mais épargne-moi, ô mon Dieu, / aie pitié de moi, Seigneur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le Fils et Verbe de Dieu, né du Père avant les siècles / sans le secours d’une mère, / en ces derniers temps fut enfanté dans la chair / de tes entrailles virginales, ô Mère de Dieu: / prie-le de nous accorder avant la fin / le pardon de nos péchés.

Cathisme II

Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous; / toute excuse nous fait défaut; / comme de pauvres pécheurs, nous t’adressons cette supplication: / Aie pitié de nous, Seigneur.

Seigneur, aie pitié de nous / qui avons confiance en toi; / ne t’irrite pas contre nous, / ne te souviens pas de nos iniquités, / mais dans ta bonté regarde vers nous maintenant / et de nos ennemis délivre-nous; / car tu es notre Dieu, / et ton peuple, c’est nous; / tous, nous sommes l’ouvrage de tes mains / et c’est de ton nom que nous sommes appelés.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Espérance du monde, Vierge Mère de Dieu, / je réclame ta protection qui seule inspire le respect, / aie pitié du peuple qui se presse à tes côtés, / implore Dieu pour qu’il nous montre son amour / en délivrant nos âmes de tout châtiment, / ô Vierge entre toutes bénie.

Cathisme III

Comme tu montras aux peuples les chemins de la vie, / saint Jean, criant: Préparez vos cœurs pour le Seigneur, / sauve mon âme chargée de péchés, / pénètre de componction la dureté de mon esprit / et sauve-moi du châtiment éternel / par tes prières, Précurseur du Sauveur.

Comme sur l’arène les athlètes s’exerçaient, / sur les Martyrs s’acharnaient les bourreaux; / les chœurs des Anges leur préparaient la couronne des vainqueurs; / leur sagesse étonna les tyrans et les rois; / ils ont vaincu le diable en confessant le Christ. / Toi qui leur donnas la force, Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Si grande est la multitude de mes péchés / que vers toi je me réfugie, en quête de salut; / pure Mère de Dieu, visite mon âme affaiblie / et demande à ton Fils et notre Dieu / de m’accorder le pardon pour le mal que j’ai commis, / seule Vierge entre toutes bénie.

Le canon catanyctique a pour acrostiche: Christ Rédempteur, allège-moi de mes péchés. Joseph. Celui du Précurseur porte un acrostiche alphabétique et dans les odes 8 et 9, la signature: Cantique de Joseph.

Ode 1

Le Seigneur est mon secours, ma protection, / c’est lui qui m’a sauvé, / il est mon Dieu, et je veux le glorifier, / le Dieu de mon père, et je l’exalterai, / car il s’est couvert de gloire.

Jésus, mon rédempteur, / comme jadis tu rachetas / de tant de péchés la Courtisane repentie, / délivre-moi aussi de mes fautes, je t’en prie, / ô Seigneur de compassion.

Naviguant sur l’océan / déchaîné de cette vie, / en la vanité de mon esprit, hélas, je suis passé / par tant de naufrages, mais toi, ô Jésus, / délivre-moi et sauve-moi.

Martyrika: Dans l’allégresse glorifions / les Athlètes valeureux / qui, dans l’ardeur de leurs combats, terrassèrent l’Ennemi / et reçurent du Très-Haut / la couronne des vainqueurs.

Avec audace proclamant / sagement la parole de Dieu, / vous avez triomphé des rhéteurs de perdition / et, supportant toutes sortes de tourments, / hautement vous fûtes glorifiés.

Théotokion: Toi, la porte de la vie, / Vierge pure, tu détruis, / par ton enfantement, les portes de la mort; / tu es la terre choisie: par toi le genre humain / put s’élever de terre jusqu’aux cieux.

* * *

Avec toute son armée / fut englouti le Pharaon, / mais le peuple d’Israël, / traversant la mer, s’écria: / Chantons pour le Seigneur notre Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

C’est un Ange divin / qui annonce à ton père / ta naissance, divin Messager; / avec lui souviens-toi de nous, / Précurseur, au jour du jugement / pour trouver grâce auprès du Seigneur.

Tendre fleur du désert, / Précurseur de mon Maître, / coupe à la racine le plant / de ma négligence sans cesse renaissant / et fais que je porte / les dignes fruits du repentir.

En toute gloire, un stérile sein / t’a porté, toi qui fais fructifier / les cœurs jadis privés de fruit; / et plein de foi, je te crie: / arrache mes stériles pensées, / saint Baptiste du Seigneur.

Théotokion: Dans sa ruse, l’Ennemi / sans cesse me poursuit méchamment; / délivre-moi de ses pièges, / toute-pure Mère de Dieu, / afin que j’accomplisse uniquement / la volonté du Seigneur.

Ode 3

Seigneur, affermis mon cœur / sur la pierre de tes commandements, / pour qu’il ne chancelle pas, / car tu es le seul Saint et le seul Seigneur.

De ton bienveillant regard, / lorsqu’en ta présence il me faudra / comparaître en jugement, / regarde-moi, seul Seigneur de compassion.

Gémissant du fond du cœur / comme le Publicain accueille-moi; / accorde-moi la conversion / me délivrant, Sauveur, de tout péché.

Martyrika: Le flot sacré de votre sang, / saints Martyrs, a fait cesser / les maudites libations / offertes jadis aux démons.

Fortifiés par le très-saint Esprit, / saints Martyrs, vous avez détruit / les sanctuaires de la perdition, / pour affermir tout homme dans la foi.

Théotokion: Vierge sainte, tu conçus / celui qui cerne l’univers; / délivre-moi, je t’en prie, / de toute peine qui m’étreint.

* * *

Établissant mon âme / sur le roc inébranlable de ta foi, / affermis-la, Seigneur, / car en toi j’ai trouvé / ma forteresse et mon abri.

Accorde-moi la conversion / après l’errance de ma route; / tends-moi la main, bienheureux Précurseur, / car sans cesse j’enfonce / dans le gouffre du mal.

De mon insouciante vie s’approche la cognée; / par tes prières, saint Précurseur, / donne-moi de me ressaisir, / afin que je ne sois jeté / comme sans fruit dans le feu qui ne s’éteint.

Le jour terrible est sur le seuil, / et je suis chargé de graves péchés; / délivre-moi de leur fardeau, / saint Baptiste du Seigneur, / par tes pures intercessions.

Théotokion: Ô Vierge, tu es le trône de Dieu, / sur lequel il s’assit dans la chair / pour relever de leur antique abaissement / les hommes qui sans cesse te louent / en chants d’action de grâce, ô Mère de Dieu.

Ode 4

Le Prophète, Seigneur, / apprenant ta venue, / fut saisi de stupeur, / car tu as voulu naître d’une Vierge / et te montrer parmi les hommes, / et il dit: J’ai entendu ta voix / et je suis rempli de crainte, / gloire à ta puissance, Seigneur.

Des larmes donne-moi le cours / asséchant le flot de mes passions / et lave la noirceur / de mon péché, très-doux Seigneur, / faisant cesser pour moi / la géhenne de feu / qui brûle dans l’éternité.

De mon âme je ne cesse d’irriter / les blessures, en ma quête du plaisir; / seul insensible et ne voulant / dissoudre mon opacité, / que vais-je devenir, / que ferai-je, ô mon Christ? / Viens me guérir et sauve-moi.

Martyrika: Des flots de perdition, / de la tempête du péché, / bienheureux Martyrs, ayant franchi / l’immensité par votre foi / et grâce au gouvernail divin, / vous avez rejoint / le port tranquille du royaume des cieux.

Flambeaux de notre foi, / luminaires de la vérité, / par la clarté de vos combats / vous avez chassé l’obscurité / du sombre culte des faux-dieux; / par l’éclat de vos miracles vous dissipez, / saints Martyrs, la brume des passions.

Théotokion: D’avance le Prophète a contemplé / en toi, ô Vierge, le septuple chandelier / portant le feu de la divine connaissance / pour illuminer qui se trouvait en péril / dans les ténèbres de l’ignorance; / c’est pourquoi, Toute-pure, je te crie: / illumine mon âme, je t’en prie.

* * *

Seigneur, j’ai entendu ta voix / et je suis rempli d’effroi; / sur tes œuvres j’ai médité: / gloire à ta puissance, Seigneur.

Précurseur, je t’en supplie, / guéris mon cœur blessé par l’attaque des brigands, / comme remède lui appliquant / l’efficacité de ta divine intercession.

En mon âme, ô Précurseur, / renverse le péché encore subsistant; / j’enfonce dans le gouffre des plaisirs, / mais donne-moi de me ressaisir.

Sois pour nous le havre nous sauvant / de la tempête en l’océan de cette vie / et transforme la fureur de flots, / Précurseur, en calme parfait.

Théotokion: Selon mes œuvres ne me juge pas, / mais fais-moi grâce, je t’en prie, / par l’intercession de ton Baptiste, Seigneur, / et de celle qui t’enfanta.

Ode 5

La nuit, je veille devant toi, Seigneur ami des hommes, / je t’en prie, illumine-moi, / conduis-moi sur la route de tes commandements / et apprends-moi, Dieu Sauveur, à faire ta volonté.

Je suis ton serviteur indolent, / ô Christ, j’ai caché ton talent / et je me suis adonné / aux viles œuvres des passions, / mais ne me jette pas au feu.

Par grâce devenu ton fils, / Dieu de tendresse, j’ai servi l’Ennemi / et par la débauche de ma vie / loin de toi je me suis éloigné: / ramène-moi et sauve-moi.

Martyrika: Au tribunal ont comparu les Martyrs, / portant la cuirasse de la foi; / des flèches de l’erreur / le terrible Bélial / n’a pu les vulnérer.

Mis à mort quant à leur corps, / les Martyrs ont anéanti / tous les plans de l’ennemi / et c’est la vie sans fin qu’ils ont gagnée avec joie, / recevant couronne de splendeur.

Théotokion: Infranchissable Porte, ouvre-moi / les portes de la véritable conversion / et montre-moi, je t’en prie, / le chemin du salut, / Vierge pure, conductrice des humains.

* * *

Seigneur, je veille devant toi / qui, dans ta miséricorde, t’es abaissé, sans subir de changement, / jusqu’à souffrir la Passion, impassible Verbe de Dieu; / après ma chute accorde-moi la paix, Seigneur, / dans ton amour pour les hommes.

Bienheureux temple de la Trinité, / dans ton saint temple nous voici rassemblés / et, dans l’ardeur de notre foi, / Précurseur, nous te prions / de nous délivrer de toute épreuve et affliction.

En mon cœur déserté par les vertus / je t’implore maintenant, Bienheureux; / toi qui pris de ton vivant le chemin du désert, / fais que j’abrite sous mon toit le Dieu de tous / par l’acquisition des plus hautes vertus.

Toi qui plongeas dans les flots du Jourdain / l’Océan de miséricorde, Précurseur, / par tes prières fais tarir / les sources innombrables de mes passions, / m’accordant les flots d’une sainte componction.

Théotokion: Toute parée de divine splendeur, / tu mis au monde le plus beau des enfants; / ô Vierge, sans cesse implore-le / pour qu’il délivre de la mort / ceux qui te glorifient, dans l’ardeur de leur foi.

Ode 6

J’ai crié de tout mon cœur / vers le Dieu de tendresse, / il écoute mon appel du plus profond de l’Enfer, / et à la fosse il rachète ma vie.

Au jour terrible du jugement, / ne fais pas de moi le jouet des démons; / et que je n’entende alors, Christ Jésus, / ta voix me condamnant au feu de la géhenne!

L’ennemi des justes m’a plongé / dans l’abîme des transgressions; / j’accours vers l’océan de ton amour, / guide-moi, Seigneur, vers le havre de la vie.

Martyrika: De nos âmes ayant renouvelé les sillons / avec le soc de vos tribulations, / par la semence de la foi vous faites croître, saints Martyrs, / le riche épi du témoignage.

Par vos blessures vous avez couvert de plaies, / divins Hoplites, qui vous a blessés; / vers la vie étant passés, / vous guérissez les souffrances des mortels.

Théotokion: Tu es le divin temple, Immaculée, / où Jésus logea pour diviniser / la nature des humains et faire de nous / merveilleusement les temples de sa gloire.

* * *

J’enfonce dans l’abîme du péché / et, ne pouvant plus souffrir la colère des flots, / comme Jonas je te crie: / À la fosse rachète ma vie.

Rejeton d’un stérile plant, / tu as fleuri, Prophète du Christ, / et les cœurs stériles en connaissance de Dieu / grâce à toi portent fruit pour la louange du Seigneur.

Hâte-toi de broyer le Mal / sous nos pieds et dirige nos pas / mystiquement au chemin de la paix / par tes saintes prières, divin Précurseur.

Prophète en qui les justes ont leur champion, / protège ton troupeau, le délivrant / de toute intrigue des démons / et du châtiment éternel.

Théotokion: Nous qui fûmes sauvés par toi / de l’antique malédiction / et portons les fruits de la divine bénédiction, / ô Vierge, nous t’offrons notre chant d’action de grâces.

Ode 7

Nous avons commis le péché, 1’iniquité, / l’injustice devant toi; / nous n’avons pas gardé / ni mis en pratique tes commandements: / ne nous rejette pas jusqu’à la fin, / Seigneur, Dieu de nos Pères.

Ayant péché sans mesure, / en ton amour sans limites je me fie; / je connais ta compassion, / ta patience et ta bonté; / Dieu de tendresse, accorde-moi / les fruits du repentir et sauve-moi.

Bon Maître, de mon cœur / guéris les incurables douleurs, / de mes dettes acquitte-moi, / allège mon pesant fardeau, / pour que dans les larmes je te glorifie, / Seigneur, Dieu de nos Pères.

Martyrika: Mutilés, livrés au feu, / torturés sur le chevalet, / donnés en proie aux lions / ou tendus sur la roue, / les divins et saints Martyrs / ne t’ont pas renié, Dieu vivant.

On vous séparait de votre corps, / mais inséparables vous restiez / de celui qui s’est uni divinement lui-même / sans semence â notre chair; / sans cesse priez-le, saints Martyrs, / de nous sauver de tout danger.

Théotokion: Sans semence tu fis croître celui / que le Père engendre dans le ciel, / demeurant vierge après l’enfantement / comme avant que d’enfanter, / sans cesse, ô Vierge, tu es glorifiée / et dite bienheureuse comme la Mère du vrai Dieu.

* * *

Pour obéir à la Loi de leurs pères, les nobles Jeunes Gens / affrontèrent la mort et méprisèrent l’ordre insensé du roi de Babylone; / tous ensemble, dans le feu qui ne pouvait les consumer, / ils chantaient dignement la louange du Tout-puissant: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Voix du Verbe, exauce nos voix, / délivre ton peuple, Baptiste du Seigneur, / des souffrances, des périls, / de toute angoisse et du châtiment éternel.

Prophète, tu montres de la main / l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde; / prie-le d’effacer mes transgressions, / si graves et fréquentes, et de m’accorder la vie.

Ô mon âme, soupire et gémis, / délaissant les ténèbres de tes viles passions; / à la prière du Baptiste fais-moi grâce, Jésus, / et délivre-moi du bourbier de mes actions.

Théotokion: Celui devant qui tremblent les Anges dans le ciel, / tu l’enfantes, Vierge pure, en l’humaine condition / à laquelle il s’est uni, dans sa bonté; / sans cesse prie-le de faire grâce à tes serviteurs.

Ode 8

Celui que tous les Anges glorifient, / devant qui tremblent les Chérubins / et les Séraphins, / que tout ce qui vit et respire / et toute la création / le chante, le bénisse et l’exalte dans tous les siècles!

Je considère la grandeur de ton amour, / ô Christ, et, plus que David ayant péché, / avec lui je te crie, seul Dieu de compassion: / hâte-toi de me prendre en pitié.

Je prie pour la fin parfaite de ma vie, / sans me hâter de mettre fin à mes viles actions, / à cause de l’endurcissement de mon cœur, / mais toi, ô Verbe de Dieu, montre-moi ta compassion.

Martyrika: Comme victimes de choix et sans défaut, / librement vous vous êtes offerts au Fils unique, saints Martyrs, / qui lui-même en victime s’est immolé pour nous, / et vous avez mis fin aux sacrifices offerts aux démons.

Saints martyrs, vous avez souffert vaillamment / la coupure des nerfs, l’arrachement des dents, / l’ablation de vos mains, le sciage des membres et tout autre tourment / en chantant le Christ, seul arbitre des combats.

Théotokion: Comme enfant nouveau-né tu mis au monde pour nous / l’Ancien des jours, qui sur terre nous montra / la voie nouvelle renouvelant notre nature vieillie, / Vierge inépousée, entre toutes bénie.

* * *

Pour obéir à la Loi de leurs pères, les nobles Jeunes Gens / affrontèrent la mort et du roi de Babylone méprisèrent l’ordre insensé; / tous ensemble, dans le feu qui ne pouvait les consumer, / ils chantaient dignement la louange du Tout-puissant: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Sur le Verbe que tu baptisas tu vis le saint Esprit / descendu sous forme de colombe / et tu fus digne d’entendre la voix du Père: / Celui-ci est mon Fils consubstantiel pour qui chante l’entière création: / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Prophète, par le feu de tes intercessions / brûle les broussailles de mes passions, / ranime la lampe éteinte de mon cœur, / pour qu’en pleine connaissance je chante la clarté des commandements du Créateur. / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Je suis, hélas, le serviteur ayant caché / le talent reçu de Dieu pour le faire fructifier. / Que ferai-je, lorsqu’il viendra juger les œuvres d’un chacun? / Viens à mon aide, Prophète que j’invoque avec foi. / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Théotokion: Pleine de grâce, garde mon cœur en l’humilité, / toi dont l’enfantement brisa l’orgueil du Démon; / retire-moi de la fange de mes passions, / abreuve-moi aux flots de ta grâce, pour que je puisse chanter: / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Ode 9

Sans semence tu as conçu, / ineffable est ton enfantement, / ô Mère inépousée: / virginalement / Dieu s’incarne et renouvelle les lois de la nature; / et selon la vraie foi, / ô Vierge Mère de Dieu, / d’âge en âge nous te magnifions.

Notre faiblesse, tu la connais, / toi seul, Ami des hommes, / ô Jésus, car tu l’as portée, / ayant voulu par amour / nous en débarrasser; / lave-nous de nos souillures, / guéris les plaies de nos passions / et sauve-nous, Seigneur.

Comme la Courtisane de jadis, / Seigneur, je t’offre mes pleurs; / comme le Publicain, / je te crie, dans mes soupirs: / Fais-moi grâce et sauve-moi; / comme la Cananéenne: Prends pitié; / et comme Pierre repentant / rends-moi digne de pardon.

Martyrika: Enlacés corporellement / avec l’incorporel ennemi, / sous les coups de vos exploits / vous l’avez terrassé / et dignement avez reçu / la couronne des vainqueurs; / priez pour ceux qui dans la foi / vous célèbrent, saints Martyrs.

Seigneur, tu sanctifias / la terre par le sang / de tes saints Martyrs / et tu joignis leurs âmes, Dieu saint, / aux angéliques esprits, / pour sans cesse. grâce à eux, / sanctifier qui glorifie, / en la vraie foi, ta sainteté.

Théotokion: Nous redisons pour toi, / Vierge sainte et bénie, / l’angélique salutation: / Réjouis-toi en qui / fit sa demeure l’Infini; / mettant fin à la malédiction, / tu introduisis la bénédiction / et, toi seule, nous ouvris la porte du Paradis.

* * *

À l’immortelle et sainte table / que le Maître a préparée dans la pauvre grotte, / venez, fidèles, prenons part / en élevant nos cœurs, / ayant appris l’ineffable incarnation / du Verbe dont nous chantons la gloire.

Guéris mon âme blessée / par les plaisirs de cette vie, / apaise l’ouragan / qui me secoue violemment / et montre-moi, Précurseur du Seigneur, / les justes voies du repentir.

Entre l’Ancien et le Nouveau / tu t’es montré le milieu, / à l’un, Prophète, mettant fin, / de l’autre nous montrant la clarté; / à cette lumière donne-nous de marcher divinement, / pour être délivrés de l’éternelle obscurité.

Au chœur des Anges fut lié ton destin; / avec eux prie le Christ, Bienheureux, / pour qu’il sauve de tout danger / ceux qui sur terre vénèrent ton nom / dans ta sainte maison, / Baptiste Jean, Précurseur du Seigneur.

Jour de ténèbres, jour de fureur, / celui du terrible jugement / pour ceux qui dans les ténèbres ont agi; / Baptiste du Christ et Précurseur, / par tes prières sauve alors / de toute condamnation ceux qui célèbrent ton nom.

Théotokion: Toi qui te montres plus élevée / que les Chérubins, pour avoir enfanté / le Dieu qui excelle en sainteté, / ô Vierge, sanctifie les fidèles glorifiant, / le jour et la nuit, / d’une voix pure ta parfaite sainteté.

Exapostilaire (ton 3)

Célébrons Jean le Précurseur, / le Baptiste du Sauveur, / le Prophète né d’un prophète et le fils du désert, / l’enfant d’Elisabeth, / et tous ensemble glorifions son souvenir.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, tu intercèdes pour moi / devant le Dieu qui aime les hommes; / ne dénonce pas les œuvres de ma vie / en présence des Anges, / mais hâte-toi, je t’en prie, de venir à mon secours.

Apostiches

Guéris, Sauveur, les blessures de mon cœur / vulnéré par tant de péchés, / car tu es le médecin ces âmes et des corps; / à ceux qui t’invoquent tu accordes le pardon de leurs péchés: / accorde-moi les larmes du repentir / et pour mes fautes la rémission; / Seigneur tout-puissant, aie pitié de moi.

Au matin comble-nous de ta miséricorde, Seigneur...

Me trouvant dépouillé de vertus, / l’ennemi m’a décoché la flèche du péché, / mais toi le médecin des âmes et des corps, / guéris mon âme de ses plaies: / Dieu de tendresse, aie pitié de moi.

Sur nous soit la splendeur du Seigneur notre Dieu...

Seigneur, si nous n’avions le patronage de tes Saints / et l’assurance de ta compatissante bonté, / comment oserions-nous te chanter, / Sauveur que les Anges bénissent sans fin; / toi qui sondes les cœurs, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Nul de ceux qui ont recours à toi ne s’en revient confondu, / Vierge pure et Mère de Dieu, / mais qui implore ta grâce reçoit / selon sa prière le don qui lui convient.

LE MARDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de moi, Dieu sauveur, / quand tu entreras dans ton royaume, / seul Ami des hommes, sauve-moi.

Toi qui de Pierre agréas les pleurs, / agrée, ô Christ, ma conversion / et place-moi parmi tes élus.

Baptiste et Précurseur du Seigneur / qui prêchas aux hommes le repentir, / prie-le pour la conversion de mon âme.

Saints Martyrs ayant supporté la houle des tourments, / vous guérissez maintenant les souffrances des mortels; / c’est pourquoi l’univers vous déclare bienheureux.

Gloire au Père...

Seigneur mon Dieu que les Prophètes ont glorifié / en l’unique et indivisible Trinité, / sauve-moi par les prières du divin Précurseur.

Maintenant... Théotokion

Protectrice indéfectible des affligés, / au milieu des souffrances de cette vie / protège-moi, je t’en prie, et sauve-moi.

Mercredi

LE MARDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Seigneur qui veux sauver l’ensemble des humains, / vois ma prière, écoute-la, / ne rejette pas comme inutiles mes pleurs; / qui, en effet, s’est approché de toi, suppliant, / sans être sauvé aussitôt, / qui a crié vers toi de tout cœur / sans être aussitôt exaucé? / Car tu te laisses trouver promptement, / Seigneur, en ta miséricorde infinie, / par tous ceux qui cherchent auprès de toi le salut.

Dieu de tendresse, en ton amour pour moi, / retire-moi de l’abîme du péché, / relève-moi du gouffre où m’entraînent les voluptés; / ne permets pas que je devienne le jouet du Démon, / de tes redoutables mystères ne me prive pas, / mais avant ma fin, Seigneur compatissant, / agrée mes soupirs et mes larmes, éloigne-moi des passions.

Pleure, mon âme, avant la fin, / prosterne-toi pénitent devant le Créateur, / offre-lui tes larmes de tout cœur, / dis au Christ, rempli de componction: / J’ai péché, ô Verbe, accueille-moi / malgré la multitude de mes péchés / de moi, juste Juge, n’aie pas dégoût, / ne détourne pas de moi ton regard / et, dans ta miséricorde infinie, / ne m’envoie pas au feu, longanime Seigneur.

Les noces du céleste Époux / sont prêtes, disent les hérauts; / âme souillée que tardes-tu? / Tes vêtements sont sales, en vérité, / à cause de tes viles actions; / hélas, comment feras-tu pour entrer? / Avant la fin prosterne-toi, / à la Toujours-vierge criant de tout cœur: / Vierge sainte, purifie-moi, / lave-moi avec l’hysope de ton intercession / et rends-moi digne des noces de ton Fils, / afin que sans cesse je te magnifie.

Ô Vierge, le prophète Isaïe, / en la pureté de son esprit, / vit de loin que tu devais enfanter / l’Auteur de toute la création; / car seule, ô Tout-immaculée, / sans tache depuis les siècles tu t’es montrée; / c’est pourquoi je te prie / de purifier les souillures de mon cœur, / de me faire participer / à la splendeur divine de ton Fils / et de me tenir à sa droite lorsqu’il siégera, / comme il est écrit, pour juger le monde entier.

La Courtisane, ayant vidé son vase de parfum / jadis, ô Maître, sur tes pieds, / fut délivrée de tous ses péchés; / au bon Larron il a suffi / de se rappeler à ton souvenir / et aussitôt tu le fis entrer au Paradis; / et moi, que ferai-je, malheureux? / Je n’ai ni parfum ni componction: / aie pitié de moi gratuitement, / fais-moi grâce, ô Verbe de Dieu, / par l’intercession de ta Mère immaculée / qu’au monde tu donnas comme refuge des pécheurs.

Gloire au Père... Maintenant...

Les juges d’Israël, ô mon Fils, / ont décidé de te condamner à mort, / te faisant comparaître comme un accusé devant le tribunal, / Sauveur qui juges les vivants et les morts; / ils te soumettent au jugement de Pilate, les impies, / mais avant la sentence t’ont déjà condamné; / à voir cela, je suis blessée et je partage, Seigneur, ta condamnation, / car je préfére la mort à une vie pleine de gémissements, / disait la Mère du Dieu qui seul a compassion.

Prokiménon, ton 1: Seigneur, ta miséricorde m’accompagne / tous les jours de ma vie.

Verset: Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien; sur des prés d’herbe fraîche il me fait reposer.

Apostiches

Ta Croix représente pour ton peuple, Seigneur, / la vie, la protection; / ayant mis en elle notre espoir, nous te chantons: / Dieu crucifié en ta chair, aie pitié de nous.

Ta Croix, Seigneur, ouvrit au genre humain / les portes du Paradis; / délivrés de la tombe, nous te chantons: / Dieu crucifié en ta chair, aie pitié de nous.

Les victorieux Martyrs, / citoyens de la patrie céleste, / sur la terre combattant, / ont enduré maints tourments; / par leur intercession / et par leurs prières, Seigneur, garde-nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Christ, lorsqu’elle te vit crucifié, / celle qui t’avait mis au monde s’écria: / Ô mon Fils, quel étonnant mystère frappe mes yeux, / comment peux-tu mourir en ta chair, / suspendu à la croix, toi qui donnes la vie?

LE MARDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Je verse des pleurs / sur ma vie totalement corrompue / et sur le nombre infini de mes péchés: / ô Vierge, que dois-je te confesser? / J’hésite et l’effroi me saisit: / viens, Souveraine, à man secours.

Par où commencerai-je le récit / de mes hideuses fautes, / moi que les passions ont envahi? / Malheur à moi: que faire désormais? / Mais toi, notre Dame, avant la fin / montre-moi ta compassion.

Gloire: Je pense constamment / à l’heure de la mort, / au tribunal effrayant, / mais je suis égaré / par l’habitude du mal: / Vierge pure, aide-moi.

Maintenant: Le Corrupteur, me voyant/ dépouillé maintenant / des vertus divines et des biens célestes, / étranger à Dieu, éloigné de lui, / essaie de m’engloutir: / prends, notre Dame, les devants.

Ode 3

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

J’ai fait tort à mon âme / par mes immenses péchés, / souveraine Mère de Dieu: / où irai-je désormais, / tout en proie au désespoir, / malheureux que je suis?

J’ai souillé, par ma débauche, / Vierge pure, pour mon malheur, / l’image et ressemblance de Dieu: / dans mon orgueilleuse volonté, / en parole, en action, en pensée, / j’ai commis d’énormes péchés.

Gloire: Il n’est parmi les hommes / nul autre ayant commis / de si viles actions; / nul n’est venu au monde comme moi, / bonne Mère, avec tant de ténèbre en l’esprit, / puisque j’ai souillé mon baptême divin.

Maintenant: Du mal j’atteins le terme, / très-sainte Vierge, mais toi, / à mon secours viens promptement, / car ciel et terre, amèrement, / contre moi réclament / pour mes honteuses actions.

Ode 4

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Les chœurs angéliques, / les Puissances, l’armée des cieux, / ô Vierge, considèrent en tremblant / le pouvoir de ton Fils; / moi seul n’ai pas eu crainte de lui, / moi qui désespère maintenant.

L’ensemble de la terre / voit, saisi d’étonnement, / le mal que j’ai commis, / mes honteuses et funestes actions, / et s’étonne que ton Fils / ait tant de miséricorde envers moi.

Gloire: J’ai souillé le temple / de mon corps honteusement / ainsi que le temple du Seigneur / où les hommes pénètrent avec tremblement; / et moi, j’y entre sans pudeur, / moi le débauché, le malheureux que je suis.

Maintenant: Ne t’éloigne pas, notre Dame, / ne t’éloigne pas de moi / qui me suis éloigné du sang de ton Fils / par ma totale indignité; / toi-même efface en moi / la souillure de mes péchés.

Ode 5

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Par ton rayonnement divin / veuille guérir, en ta bonté, / les passions que le Corrupteur / en mon âme a semées; / de son amère servitude tire-moi: / il rit en effet de me voir sans secours.

Adam, ô Vierge, a transgressé / un seul commandement de ton Fils / et dans l’exil est tombé; / comment donc pleurer le malheur / de mes nombreuses transgressions, / moi qui l’ai trahi et renié?

Gloire: Caïn, s’étant montré jadis / fratricide et meurtrier, / se fit maudire par Dieu; / que ferai-je donc, moi qui mets à mort / avec tant d’audace mon âme à présent / sans éprouver nulle honte?

Maintenant: J’ai imité le misérable Ésaü / par la gloutonnerie, / la recherche de la satiété; / par l’ivresse, la volupté / j’ai souillé mon âme et toute ma vie: / qui pleurera le malheureux que je suis?

Ode 6

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Mon existence fut celle d’un débauché, / misérable est ma vie, / mon âme est toute souillée, / tout mon corps est mis à mal par le péché; / empresse-toi donc, / ô Vierge, de me secourir.

Voici que s’approche la fin, / et je ne le supporte pas; / ma conscience me poursuit: / mes mauvaises actions surgissent devant moi, / ainsi que ma vie de débauché: / bonne Mère, je crains le tribunal de ton Fils.

Gloire: La brûlure attend ma chair, / la flamme de feu terrifiant, / inextinguible en vérité, / et le ver qui ronge sans fin: / par tes prières éteins-les, / Vierge tout-immaculée.

Maintenant: L’effroi me saisit à présent; / bonne Mère, je crains / que le Malin ne me prenne; / avant ma fin, le Séducteur / veut me perdre en me tenant / captif et dépouillé de vertus.

Cathisme

Tu es l’espérance, le rempart, / le havre de ton peuple, ô Vierge immaculée / dont le Sauveur de l’univers / vint au monde virginalement / pour sauver ceux qui espèrent en toi; / et, comme tu as pleuré ton Fils sous la croix, / implore-le pour qu’il délivre à présent / de la mort tous ceux qui chantent pour toi.

Ode 7

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter. / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Le septuple feu des passions / me brûle pour mon malheur, / mettant sans cesse à mort / par la débauche mon cœur: / divine Mère, éteins-le / sous les flots de mes larmes et sauve-moi.

J’enfonce dans le bourbier de mes péchés: / ne me délaisse pas, Souveraine, en ta bonté; / car, me voyant au désespoir, / l’ennemi se rirait de moi; / mais de ta puissante main / toi-même relève-moi.

Gloire: Redoutable est le jugement, / amers et sans fin les tourments: / pauvre âme ayant perdu le sens, / dès maintenant prosterne-toi / devant la Mère de ton divin Juge / et ne te désespère point.

Maintenant: Pour mon malheur, je me suis enténébré / sous la masse de mes immenses forfaits; / j’ai souillé mon âme, mon corps, mon esprit, / aussi je te demande, Immaculée: / à la lumière de ton rayonnement / guide-moi vite vers l’impassible douceur.

Ode 8

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Toi qui as enfanté comme Dieu l’Un de la sainte Trinité / et dans ta main, Vierge Mère, l’as porté, / éteins la fournaise ardente de mes passions / et lave mon âme sous le flot de mes pleurs.

Je crains, Vierge pure, la venue de la mort / et je redoute à présent le jugement de l’au-delà, / moi qui n’ai pas eu honte de commettre le mal, / mais avant la fin procure-moi par tes prières la grâce de Dieu.

Gloire: Notre Dame, accorde-moi les soupirs incessants / et le flot de larmes pour laver la multitude de mes péchés, / pour guérir mes incurables plaies, / afin que j’obtienne la vie éternelle.

Maintenant: La multitude de mes fautes, je te l’ai confessée, / notre Dame, car nul au monde n’a courroucé / autant que moi ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu; / inspire-lui promptement la miséricorde envers moi.

Ode 9

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

Vers toi, Toute-pure, / je m’avance avec amour / et grande crainte, mais je sais, / moi ton serviteur, l’intensité / de ta prière qui est capable / de grandes choses en vérité, / puisqu’en Mère tu intercèdes auprès d’un Fils / qui se laisse fléchir, en la tendresse de son cœur.

Les chœurs des Archanges, / la multitude des armées / qui servent mon Créateur dans le ciel, / les Prophètes et les Apôtres assemblés, / les Vénérables, les Martyrs / et les Pontifes ayant témoigné par le sang, / agrée leur prière et présente-la / pour nous à Dieu comme ton intercession.

Gloire: Puissé-je avoir ton aide / maintenant et alors, / au départ de mon esprit: / accueille-la promptement, / délivre-la des bourreaux diaboliques, / Vierge toute-pure, / ne permets pas, dans ta bonté, / qu’elle soit livrée à leur pouvoir.

Maintenant: J’attends le tendre Juge, / Vierge pure, ton Fils, / lui qui aime l’humanité; / ne me dédaigne pas, mais rends-le / favorable envers moi / pour qu’il daigne me placer droite après le jugement, / moi espère en toi.

LE MERCREDI À MATINES

Cathisme I

Dès que fut planté le bois de ta croix, / ô Christ, tu ébranlas les assises de mort; / l’Enfer se hâta d’engloutir celui qu’il devait rendre avec effroi Dieu saint, tu nous as montré le salut / et nous te rendons gloire: Fils de Dieu, aie pitié de nous.

Seigneur, les enfants d’Israël t’ont condamné à la mort, / toi la Vie de tout l’univers; / eux qui avaient franchi la mer Rouge grâce au bâton de Moïse, / ils t’ont cloué au bois de là croix; / eux qui avaient sucé le miel du rocher, / pour nourriture ils t’ont donné du fiel; / mais tu as souffert librement / pour que nous soyons délivrés / de la servitude de l’ennemi. / Gloire à toi, ô Christ notre Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

La Mère toujours-vierge qui t’enfanta, / te voyant, ô Christ, souffrir pour nous sur la croix, / eut l’âme transpercée de chagrin et pleurait maternellement. / Par son intercession, aie pitié de nous.

Cathisme II

En ce jour, la parole du Prophète s’accomplit: / voici que nous prosternons, / Seigneur, devant le lieu où se posèrent tes pieds; / ayant goûté à l’arbre du salut, / nous avons été libérés de nos passions et du péché, / par les prières de la Mère de Dieu.

Ta Croix, Seigneur, est sanctifiée: / elle répand la guérison / sur ceux qui languissaient dans le péché; / par elle nous t’implorons: Prends pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Voyant suspendu sur la croix comme mort / le Dieu qu’en la chair elle avait enfanté, / la Vierge, dans ses larmes, criait: / Ô mon Fils, ton ineffable patience me stupéfie! / Comment les impies t’ont cloué comme un condamné sur la croix, / toi le juste Juge et l’unique Seigneur?

Cathisme III

Au premier homme l’arbre défendu / en l’Éden procure la mort, / tandis que fait fleurir la vie / sur le Calvaire l’arbre de la Croix; / Adam fut trompé par la malice de l’ennemi, / mais lorsque le Christ est cloué sur le bois / il trouve grâce et retourne au Paradis, / s’écriant: Béni soit le bois de la Croix!

Les Saints ont combattu le noble combat, / ils ont reçu de toi la récompense des vainqueurs; / et, méprisant le jugement des impies, / ils ont obtenu la couronne d’immortalité; / par leurs prières, ô notre Dieu, / accorde-nous la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu et Vierge bénie, / prie ton Fils, le Christ notre Dieu, / qui s’est laissé fixer à la croix pour délivrer le monde de l’erreur, / d’avoir pitié de nos âmes.

Le canon de la Croix porte en acrostiche: Sauve-moi, Sauveur étendu sur le bois. Joseph. Celui de la Mère de Dieu: J’offre un sixième chant à la divine Mère. Joseph. Les hirmi sont les mêmes.

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Étendant les mains sur la croix, / Seigneur, tu embrassas / les mortels éloignés de toi / qu’à ton Père tu ramenas / comme Fils bien-aimé / et comme Verbe consubstantiel.

Tu fus, comme un agneau, / élevé sur la croix, / cherchant, ô Verbe, ta brebis perdue / et, l’ayant trouvée, tu la plaças / parmi celles qui n’avaient point failli; / gloire à ta puissance, Jésus.

Martyrika: Désirant la vie de l’au-delà, / sur terre furent mis à mort / les Martyrs pleins de gloire et d’honneur / et dignes de toute admiration; / ils ont souffert d’innombrables tourments / et les supplices les plus variés.

Au tribunal des impies, / Martyrs du Christ, vous avez comparu / à cause du plus juste de tous / et vous avez supporté / tout injuste jugement / qui vous justifiait devant Dieu.

Théotokion: Dans ses larmes, la Mère de Dieu / criait à son Fils, le Seigneur: / Afin de procurer l’immortalité / à toute chair issue d’Adam, / tu souffres la mort sur la croix; / ce que voyant, la terre est ébranlée.

* * *

Ayant suivi le conseil de l’ennemi, / la première aïeule trouva la mort, / mais toi, ô Vierge immaculée / qui enfantas notre Vie, / alors que nous gisions au tombeau, / tu nous as vivifiés.

Anéanti par mes pensées, / souillé de charnelle impureté, / vers toi je me réfugie, / Vierge pure en vérité / et seule immaculée: / viens en aide à ton serviteur.

Guéris, ô Mère de Dieu, / les pesantes passions de mon cœur; / par ta divine médiation / apaise, notre Dame, / l’ouragan déchaîné / de mes honteuses pensées.

Ode 3

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

En terre fut plantée la Croix, / et l’erreur a disparu, / la création trembla de frayeur, / et les cœurs des mortels, / ébranlés par la malice de l’ennemi, / ont accueilli la vraie foi.

Un peuple injuste et furieux / te condamne à la mort, / toi le seul juste, Seigneur, / qui justifies les mortels / et les arraches à la main / de l’inique Séducteur.

Martyrika: Le Trompeur met en œuvre / tous ses perfides moyens / dans sa lutte avec les Saints, / mais il est vaincu en constatant / leur inébranlable fermeté / et la gloire divine qui leur revient.

Leur beauté corporelle / fut altérée par tant de plaies, / mais plus encore brilla / la splendeur spirituelle / des victorieux Athlètes du Christ / sous l’action de l’Esprit saint.

Théotokion: Plus qu’en tous les fils des hommes / j’ai reconnu ta beauté / dès ta naissance, ô mon Fils, / comment as-tu perdu cette splendeur, / ô Christ à présent mis en croix? / disait la Vierge tout en pleurs.

* * *

Toi seul qui par nature / compatis à nos douleurs, / ô Verbe, par amour pour moi / tu versas ton sang sur là croix: / fais-moi grâce et sauve-moi / par les prières de celle qui t’enfanta.

Devenu un temple de Dieu / par divine filiation, / je suis tombé dans plus viles passions / par ma propre volonté; / c’est pourquoi, notre Dame, je te prie: / viens à mon aide, toi le Temple de Dieu.

Chambre nuptiale choisie du Seigneur, / fais que je puisse prendre par aux noces éternelles de l’Agneau, / moi qui te célèbre avec amour / dans ton saint temple chaque jour / sous ta divine protection.

Ode 4

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Le soleil, te voyant / étendu sur la croix, / fut assombri de peur, / mais de ses ténèbres la création se dépouilla, / l’Ennemi fut enchaîné / et l’erreur anéantie.

Une foule injuste, Sauveur, / mit aux chaînes tes mains, / mais d’insolubles liens / furent délivrés tous les captifs; / ô Christ, Soleil sans déclin, / toute la création te glorifie.

Martyrika: Saints Martyrs, sous les flots de votre sang / vous avez englouti / le Pharaon persécuteur / qui sans mesure et sans raison se glorifiait / et vers la terre d’élection / vous avez marché dans la joie.

Survolant les filets de l’ennemi / avec les ailes de l’Esprit, / les saints Athlètes dans la joie / sont montés en courant / là où résident le suprême Bien, / la Vie et la Lumière sans fin.

Théotokion: Ô Vierge, tu fus vulnérée / par le glaive des douleurs / de celui qui prit chair en ton sein, / lorsque tu le vis crucifié / et qu’une lance eut percé / pour nous son flanc immaculé.

* * *

Vierge pure, par les flots / coulant du côté de ton Fils, / efface la souillure de mes passions, / lave les taches de mon cœur / et de ta lumière, Immaculée, / fais resplendir ton serviteur.

Toi qui enfantes notre Voie, / sois pour moi le droit chemin / et la route conduisant / aux sentiers du salut, / car chaque jour je me fourvoie / dans les ornières du péché.

Ô Vierge, répands sur mon cœur / une pluie de componction, / toi qui as fait jaillir / la divine Source de vie, / et refoule le flot / de mes sordides passions.

Sainte Dame qui enfantas / le très-saint Verbe, accorde aussi / à mon âme la sainteté / et délivre ma vie / de la houle déchaînée / sur l’océan des tentations.

Ode 5

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Toi qui revêts le ciel de nuées, / sur la croix, ô Christ, / tu fus cloué sans voiles, selon ta volonté, / afin de m’arracher, Seigneur, / à la nudité du péché / et de m’orner de la robe d’immortalité.

Sur la croix fut suspendue la Vigne véritable, / le Christ, lui-même vigneron / et pour nos âmes vraie douceur: / c’est lui qui distille le suc / mettant fin à l’ivresse de l’erreur / où nous fit tomber notre Ennemi.

Martyrika: Ornés du vêtement bariolé / des blessures du Christ / et portant couronne, les Martyrs / se tiennent en présence du Dieu / qui lui-même souffrit en sa chair / et ils demandent pour nous la rémission de nos péchés.

Regardant vers la gloire de l’au-delà, / vers la vraie joie et la vie, / Athlètes victorieux, / vous avez supporté la tempête des tourments, / puisant votre force / dans la Passion du Seigneur.

Théotokion: Ayant abrité dans mon sein / celui seul que l’univers / ne puisse contenir, / ô Christ, je t’ai mis au monde sans douleurs, / mais à présent je souffre de te voir crucifié, / disait à son Fils la Vierge tout en pleurs.

* * *

Je suis devenu un étranger à mon Dieu / pour avoir abrité le péché, / mais toi, ô Vierge qui connus / un étrange enfantement, / par ta médiation fais que j’y devienne étranger / et que j’abrite en moi le Seigneur compatissant.

Jadis le prophète Daniel / te vit comme montagne / et resplendissante d’un éclat virginal, / d’où se détache le rocher / qui par la force de la Divinité / brise, ô Vierge, les idoles de l’erreur.

Mon âme est vulnérée / par l’attaque des brigands, / je me trouve à demi mort, / en danger sur la route de la vie; / ô Verbe, viens me visiter / par l’intercession de celle qui t’enfanta.

Ode 6

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

D’épines tu es couronné / pour couper les ronces du péché; / la lance perce ton côté, / Seigneur longanime, et tu pourfends / l’industrieux serpent / qui avait causé notre mort.

Au gibet tu es suspendu / pour abattre la puissance de l’Ennemi / et tu acceptes les soufflets, / ô Maître, pour me délivrer / de l’amère servitude du Démon; / je chante, Seigneur, ta patience et ton amour.

Martyrika: Protégés par la Croix, / les Martyrs ont abattu / les sombres remparts de l’erreur / et, portant couronne de vainqueur, / ils ont rejoint la cité d’en-haut; / c’est pourquoi tous les peuples les disent bienheureux.

Parvenus au faîte glorieux / du témoignage, saints Martyrs, / vous avez terrassé / le funeste orgueil de l’ennemi / et du ciel avez reçu / la couronne des vainqueurs.

Théotokion: Comment fut élevé en croix / le Reflet du Père divin / illuminant tout l’univers / et renversant le prince des ténèbres! / disait au milieu de ses pleurs / la très-pure Vierge, la Mère de Dieu.

* * *

Rameau béni qui pour nous fis pousser / cet arbre de vie qu’est le Seigneur, / vois la misère de mon cœur / où croissent de funestes pensées / et veuille le purifier / par la Croix de ton Fils.

Du monstre de mes péchés, / comme Jonas du ventre du poisson, / retire-moi par l’intercession / de celle qui dans son chaste sein / te logea, Seigneur de bonté / qui par nature es infini.

Plus que le sable de la mer / se sont multipliés mes noirs péchés: / Océan de miséricorde, Seigneur, / ramène-moi vers toi repentant / et sauve-moi par l’intercession, / ô Verbe, de celle qui t’enfanta.

Ode 7

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Par ta flagellation tu as étrillé / la venimeuse méchanceté du Serpent; / suspendu à la croix, Dieu tout-puissant, / tu as illuminé tous les mortels, / afin qu’ils puissent chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Goûtant le fruit de l’arbre défendu, / Adam, le premier homme, trouva la mort; / mais le Christ, nouvel Adam, / mis à mort sur l’arbre de la Croix, / nous donna la vie immortelle / en tuant l’industrieux Ennemi.

Martyrika: Dans l’attente du Seigneur / vous avez surmonté les souffrances des tourments; / et vous êtes demeurés / sur la pierre inébranlable de la foi, / déjouant la malice de l’ennemi / sous la divine impulsion.

Plus brillants que le soleil, / par vos souffrances vous avez resplendi / et vous avez détruit / toutes les puissances des ténèbres, saints Martyrs, / tandis que vous chantiez pour le Christ: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Théotokion: Immuable en ta divinité, / tu provoques par ta crucifixion / le changement de toute la création, / disait la Vierge à son Fils; / ce que voyant, je pleure, étonnée / par l’aspect redoutable de ton œuvre de salut.

* * *

Toi qui divinisas la nature d’Adam / par ton enfantement surnaturel, / vois, j’ai péché sans mesure, / irritant la bonté infinie de mon Dieu; / fais qu’avec lui je sois réconcilié / par ta médiation maternelle.

Mon cœur fait jaillir chaque jour / le fleuve d’innombrables péchés; / toi qui fis sourdre pour les croyants / la source vive du salut, / purifie-le pour qu’il puisse chanter: / Bénie sois-tu qui dans la chair enfantas notre Dieu.

Sainte Génitrice de Dieu, / sur terre tu fus le ciel / qu’habita le Créateur de la terre et des cieux; / prie-le de me délivrer des maux d’ici-bas / et de me faire participer / aux biens du séjour céleste.

Ode 8

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Tu as humilié la superbe du Serpent, / montant sur la croix, en l’humilité de ton cœur, / Dieu très-haut, et tu as exalté / Adam humilié par ses passions, Dieu de bonté.

Changeant l’amertume de l’arbre défendu, / tu goûtas le fiel sur l’arbre de la croix, / étant, ô Maître, l’universelle douceur, / la vie personnifiée, la lumière et le salut.

Martyrika: Devant les idoles vous n’avez pas fléchi le genou, / mais fûtes immolés comme agneaux sans défaut;/ saints Martyrs, vous avez plié la force du Mal / et c’est le Christ que vous exaltez dans tous les siècles.

Comme temples du vivant Esprit, / vous avez détruit les temples des idoles, saints Martyrs, / et vous avez rejoint le temple des cieux, / chantant le Christ dans tous les siècles.

Théotokion: Comme échelle te vit d’avance Jacob / nous conduisant vers le faîte du ciel, / nous qu’avait engloutis le gouffre du mal; / Vierge pure, nous te chantons dans tous les siècles.

* * *

Sans le vouloir, hélas, je fais le mal, / étant l’esclave d’une habitude qui m’asservit / aux mauvais anges ayant glissé loin de Dieu; / Vierge souveraine, délivre-m’en.

Toi qui sans labours enfantas le raisin / qui fit couler pour tous le vin du salut, / vois de quelle ivresse m’enténèbre le péché; / Vierge souveraine, rends-moi sobre et sauve-moi.

À l’heure du jugement ne me place pas, / malgré mes fautes, parmi les damnés; / mais, agréant mes faibles gémissements, / par l’intercession de ta Mère, Dieu de tendresse, sauve-moi.

Ode 9

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

Des heures et des ans tu es le Maître: / longanime Seigneur, / au milieu de la terre et du jour / tu montas, crucifié, sur l’arbre de la croix / pour corriger la faute / commise au milieu du Paradis / sous l’arbre au fruit meurtrier / dont le premier homme avait goûté.

La Croix plantée en terre, / en son âme le Tyran / reçoit plaie mortelle: / les captifs de la tombe sont déliés / et pour tous les hommes / fleurit la connaissance de Dieu, / l’ennemi est terrassé / et tout l’univers est rempli d’allégresse.

Martyrika: Aux cieux s’unit la terre, / saints Martyrs du Seigneur, / depuis que sur la croix / fut immolé notre Dieu / et qu’à sa suite il entraîne / votre multitude ayant souffert / une infinité de tourments / pour resplendir avec la multitude des Anges divins.

De lumière immatérielle / resplendissant, vous les Martyrs, / vous êtes, si l’on peut dire, des dieux / habitant les tabernacles des premiers-nés, / pleins de gloire éternelle; / aussi, comme il convient, / nous tous, les fidèles, / nous célébrons votre mémoire sacrée.

Théotokion: Étonnante est la manière, / redoutable la façon / dont je t’ai conçu, puis enfanté, / Maître longanime que l’entière création / s’étonne de voir sur la croix / crucifié selon ta propre volonté! / disait au milieu de ses pleurs / la Mère toute-pure que nous magnifions.

* * *

Moi seul, je transgresse, / dans la folie de mon cœur, / ta loi salutaire, Seigneur, / et des plus graves péchés / je me suis fait l’esclave; / sauve-moi qui suis déjà condamné, / dans ta bonté fais-moi grâce / par les prières de la Vierge pure qui t’enfanta.

En la tempête sois mon havre, / car je suis en péril / sur le flot des tentations, / apaise la houle de mes passions, / Souveraine pleine de grâce, / de mes péchés assèche l’océan, / afin que je te chante / comme il se doit, Toute-digne de nos chants.

Indique-moi la juste route, / pour que je puisse trouver / la porte conduisant vers les royaumes d’en-haut, les divins tabernacles / du céleste Paradis / et la véritable félicité / qui demeure en l’éternité.

Les Martyrs en grand cortège, multitude des Saints, / des Prophètes inspirés, / des Apôtres et des Anges divins / avec les justes Pontifes / et la Vierge qui t’enfanta / te prie, / ô Christ, de nous sauver, / de nous faire grâce, en ta bonté.

Exapostilaire (ton 2)

Arme invincible, soutien de la foi, / Croix divine, nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Tous ceux qui d’un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils, / fais qu’ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

Apostiches

En ta Croix je possède mon espoir, ô Christ, / en elle me glorifiant, je te crie: / Seigneur ami des hommes, abaisse l’orgueil / de ceux qui ne reconnaissent pas / que tu es Dieu et homme en vérité.

Protégés par le rempart de ta Croix, / nous résistons à l’Ennemi / sans craindre ses intrigues et ses assauts, / car le superbe fut anéanti et terrassé / par la puissance du Christ crucifié sur le bois.

La mémoire des Martyrs / réjouit ceux qui craignent le Seigneur: / en combattant pour le Christ / ils ont reçu la couronne dans le ciel; / et maintenant ils ont le pouvoir d’intercéder / pour le salut de nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

La très-sainte Mère de Dieu, / te voyant suspendu sur la croix, / te cria dans ses larmes: / Ô mon Fils et mon Dieu, / ô mon Enfant bien-aimé, / comment peux-tu souffrir cette injuste Passion?

LE MERCREDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de moi, Dieu sauveur, / quand tu entreras dans ton royaume, / seul Ami des hommes, sauve-moi.

De l’abîme du mal tu rappelas / ceux qui étaient perdus, Seigneur compatissant, / lorsque sur la croix tu montas librement.

La terre fut ébranlée, le soleil perdit sa clarté, / Soleil de justice, en te voyant / souffrir sur la croix, selon ta volonté.

Ayant communié aux souffrances du Seigneur, / vous participez aussi à sa divine splendeur, / saints Martyrs, par la communication de sa divinité.

Gloire au Père...

Relève-moi du gouffre du péché, / Christ, mon Dieu et l’Un de la Trinité, / toi qui daignas souffrir la crucifixion.

Maintenant... Théotokion

Debout près de la Croix / et voyant la Passion volontaire de ton Fils, / Vierge Mère, tu le magnifias.

Jeudi

LE MERCREDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Ayant reçu la puissance céleste du Paraclet, / les Apôtres du Christ / ont repoussé les phalanges de l’ennemi; / ils ont confondu les sages et triomphé des rois, / sans culture et sans instruction, / combattant sans cuirasse et sans armes, / avec l’Évangile seulement; / ils ont fait merveilles par le verbe de vérité / et poussèrent les peuples à obéir au Christ, / et c’est avec audace qu’ils intercèdent maintenant pour nos âmes.

Par amour pour toi les glorieux Martyrs, / renonçant à eux-mêmes, t’ont suivi de tout cœur; / se chargeant de leur croix à ta suite, / pour obéir à ton commandement, / ils ont quitté la terre, reçu en héritage les cieux, / converti les peuples à ta connaissance, Seigneur; / et, pour toujours devenus tes confidents, / c’est avec audace qu’ils intercèdent maintenant pour nos âmes.

Ayant passé toute ma vie dans l’insouciance, / j’en arrive au terme sans fruits, / portant seulement l’incommode fardeau / de mes mauvaises actions, ô Dieu de bonté; / Ami des hommes, efface-les / par la force de ton amour / et donne-moi la componction, / la conversion salutaire, / par les saintes prières de tes Apôtres, ô mon Dieu, / qu’en ambassade je t’envoie avec celle qui t’enfanta.

* * *

Bienheureux Nicolas, / aie pitié de moi qui me prosterne devant toi, / de mon âme illumine les yeux, / afin que je contemple en toute pureté / le Seigneur qui nous éclaire et nous prend en pitié.

Délivre-moi, saint Nicolas, / des ennemis qui me guettent pour me faire du mal, / toi qui as du crédit auprès de Dieu; / sauve-moi de la honte, Pontife saint, / et délivre-moi des hommes de sang.

En toi nous possédons maintenant / le havre à l’abri des tempêtes et l’invincible rempart, / la tour de sûreté, la porte du repentir, / le guide fidèle et le défenseur toujours prompt.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le plus grand des bienfaits / fut pour nous tous, en vérité, / l’enfantement virginal de la Mère de Dieu / renouvelant notre nature corrompue / pour façonner à nouveau le genre humain.

Apostiches

Jadis tes Disciples, ô Christ, / secoués sur la barque, s’écriaient: / Maître, sauve-nous, nous périssons! / Et maintenant, nous-mêmes, nous crions: / Sauveur ami des hommes, nous t’en prions, / délivre-nous de tout danger.

Seigneur, tes Apôtres ont touché / tantôt le fond de la mer par leurs filets, / tantôt les hauteurs du royaume par leurs enseignements; / en leur adresse, ils ont fouillé les insondables profondeurs, / en leur foi, ils ont scruté ton cœur infini, / au monde ils ont prêché ton Fils intemporel; / par leurs prières et par celles de tous les Saints, prends pitié de nous.

Ta Croix, Seigneur, est devenue pour les Martyrs un invincible trophée; / voyant la mort qui les guettait / et prévoyant quelle vie les attendait / ils puisèrent la force en ton espoir; / par leur intercession, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu, tu es la Vigne, en vérité, / qui a fait croître le fruit de vie; / notre Dame, nous t’en prions: / au milieu des Apôtres et de tous les Saints / intercède pour le salut de nos âmes.

LE MERCREDI SOIR À COMPLIES

Le canon, œuvre de l’hiéromoine Jean, porte en acrostiche: Toute-sainte, reçois les pleurs du moine Jean.

Ode 1

Le Seigneur est mon secours, ma protection, / c’est lui qui m’a sauvé, / il est mon Dieu, et je veux le glorifier, / le Dieu de mon père, et je l’exalterai, / car il s’est couvert de gloire.

Comment m’approcherai-je de toi, moi le désespéré / qui tout entier suis pris par d’impures passions? / De ma pauvre âme aie donc pitié / et sauve-moi, divine Mère immaculée.

Du gouffre de l’infamie, / pauvre âme, relève-toi; / de la seule Pure avec ardeur / implore la pitié: / Vierge immaculée, délivre-moi des passions.

Gloire: J’enfonce sous la houle du péché / et des épreuves: tends-moi la main, / Vierge pure, dès maintenant / et des passions infâmes délivre-moi / pour qu’en tout temps je puisse te glorifier.

Maintenant: Des funestes ondes du péché, / divine Génitrice, délivre-moi; / sinon, je serais endommagé: / allège-moi donc, je t’en prie, / du fardeau de mes iniquités.

Ode 3

Seigneur, affermis mon cœur / sur la pierre de tes commandements, / pour qu’il ne chancelle pas, / car tu es le seul Saint et le seul Seigneur.

J’ai vieilli dans les passions honteuses; / ma jeunesse, rends-la-moi, / Vierge tout-immaculée, / en allégeant les chaînes du péché.

De la fange du péché, / de son bourbier purifie-moi; / fais de moi un temple divin, / qui me réfugie vers toi, divine Mère.

Gloire: Pauvre âme, réveille-toi / du sommeil de l’acédie: / lève les yeux vers l’Épouse de Dieu, / l’unique Vierge qui te sauvera.

Maintenant: Désespéré, le cœur contrit, / notre Dame, je viens à toi; / ardemment je recours à ton intercession: / moi ton serviteur, ô Vierge, sauve-moi.

Ode 4

Le Prophète, Seigneur, / apprenant ta venue, / fut saisi de stupeur, / car tu as voulu naître d’une Vierge / et te montrer parmi les hommes, / et l dit: J’ai entendu ta voix / et je suis rempli de crainte, / gloire à ta puissance, Seigneur.

Pour mes paroles et mes actions, / divine Génitrice, justement / je vais passer en jugement; / mais auprès de ton Fils / puissé-je alors trouver / refuge en toi, l’Immaculée, / et puissant secours / me préservant de tout mal.

Ma misérable vie, / tout entière corrompue / et souillée par l’habitude du péché, / Vierge immaculée, purifie-la / des immondes transgressions: / blanchis-la comme neige / par ton intercession / auprès du Dieu compatissant.

Gloire: Les liens de mes péchés / me serrent de partout, / au point que je ne puis / prendre le chemin du repentir; / Vierge tout-immaculée, / étends vers moi ta main / pour diriger mon chemin / et me guider sur la voie du salut.

Maintenant: Des terribles châtiments, / des ténèbres de l’exclusion, / de la géhenne de feu, / ô Vierge, délivre-moi / par ton intercession: / tu en as, si tu le veux, / le pouvoir, ayant conçu / le seul Seigneur de bonté.

Ode 5

La nuit, je veille devant toi, Seigneur ami des hommes, / je t’en prie, illumine-moi, / conduis-moi sur la route de tes commandements / et apprends-moi, Dieu Sauveur, à faire ta volonté.

Notre Dame, au jour du jugement / montre-toi présente auprès de moi, / pour me préserver du feu et des tourments / afin que, sauvé, je chante ton indéfectible faveur.

Souveraine, me voyant éloigné / de ta protection, l’ennemi / a jeté mon âme dans le gouffre du péché, / et cela le fait rire, mais toi, aide-moi.

Gloire: Relève, je t’en prie, / ma pauvre âme accablée; / Vierge tout immaculée, / ôte le poids de mes péchés.

Maintenant: Je t’adresse la prière issue / de mes lèvres impures et souillées; / Vierge pure, obtiens-moi, je t’en prie, / par ta prière compassion.

Ode 6

J’ai crié de tout mon cœur / vers le Dieu de tendresse, / il écoute mon appel du plus profond de l’Enfer, / et à la fosse il rachète ma vie.

Malgré ma débauche et ma souillure accueille-moi, / ô Christ mon Maître, et délivre-moi du châtiment; / par l’intercession de la Mère qui t’enfanta / épargne-moi le sort des réprouvés.

Le sombre enfer m’inspire l’effroi, / la part des boucs me fait trembler: / Vierge pure, délivre-m’en, / je t’en prie, ô Mère de Dieu.

Gloire: Ma pauvre âme, mise à mort, / notre Dame, par les passions charnelles, / Vierge pure, vivifie-la / et guide-moi par le droit chemin.

Maintenant: C’est la prière du serviteur / que je t’adresse, en mon égarement: / vers ta miséricorde je me réfugie, / fais que je ne revienne pas déçu.

Cathisme

Du fond de mon cœur je t’adresse mes soupirs, / réclamant, Vierge pure, ton secours bienveillant: / de ma pauvre âme aie compassion, / infléchis en ma faveur le Seigneur compatissant / pour qu’il m’épargne le jugement et le fleuve de feu, / toi l’unique entre toutes bénie.

Ode 7

Nous avons commis le péché, l’iniquité, / l’injustice devant toi; / nous n’avons pas gardé / ni mis en pratique tes commandements: / ne nous rejette pas jusqu’à la fin, / Seigneur, Dieu de nos Pères.

Tout entière te sachant, / Vierge Mère, amie du bien, / compatissante, immaculée, / dans mon malheur, j’accours vers toi: / ne me repousse donc pas, / ne me renvoie pas déçu.

Pauvre âme, reprends-toi, / relève-toi, misérable que tu es; / frappe-toi la coulpe du fond du cœur / et fais jaillir des flots de pleurs, / afin que la tendre Mère du Christ ton Dieu / ait pitié de ta misère.

Gloire: Moi qui étais un temple de Dieu / par mon saint baptême jadis, / tout entier je me sens avili, / affreusement déchu par ma faute; / Vierge sainte, relève-moi, / espérance des sans-espoir.

Maintenant: Un lourd nuage a recouvert / mon misérable cœur, / l’obscure ténèbre est tombée / sur ma pauvre âme, mais toi, / des rayons du repentir éclaire-moi / pour que je puisse te glorifier.

Ode 8

Celui que tous les Anges glorifient, / devant qui tremblent les Chérubins / et les Séraphins, / que tout ce qui vit et respire / et toute la création / le chante, le bénisse et l’exalte dans tous les siècles!

Le fleuve de feu me terrifie, / l’obscure ténèbre me fait trembler, / le ver qui ronge m’effraie / de même que les grincements de dents: / puissé-je avoir à ce moment / ta puissante protection!

Puissé-je, Seigneur, ne pas devenir / la proie du feu ni entendre ta malédiction, / moi qui aurai pour te prier / ta Mère immaculée / et te crierai: pitié pour moi / par son intercession.

Gloire: Fais que j’entende, ô Christ, / ta voix divine m’invitant / à partager le sort des élus / et que ne me soit réservé / le lieu des larmes, puisque j’aurai / ta divine Mère pour intercéder.

Maintenant: Accorde-moi les flots de pleurs, / Vierge pure, dès maintenant / et du fond de l’âme les soupirs / pour que, recourant à ta protection, / j’obtienne la rémission / de mes fautes par ton intercession.

Ode 9

Sans semence tu as conçu, / ineffable est ton enfantement, / ô Mère inépousée: / virginalement / Dieu s’incarne et renouvelle les lois de la nature; / et selon la vraie foi, / ô Vierge Mère de Dieu, / d’âge en âge nous te magnifions.

Le jour du jugement, / ô Vierge, me remplit d’effroi, / les grincements de dents / me glacent le cœur, / je crains de me trouver avec les boucs: / puissé-je donc obtenir / ton aide dans le malheur, / lorsque je serai jugé.

De moi s’empare l’effroi, / la terreur de la géhenne me secoue / dès maintenant, et je ne sais, / moi le misérable, le réprouvé, / que faire si ce n’est / accourir vers toi et te crier / avec une humble ferveur: / Vierge pure, ne me dédaigne pas.

Gloire: Je vois, ô Christ, le tribunal, / je pense au juste jugement / par lequel je répondrai / de mes actions condamnables, / mais j’aurai, pour plaider / auprès de ta grande bonté, / à ce moment l’intercession / de ta Mère, l’épouse de Dieu.

Maintenant: En esprit ayant suivi tes pas, / Toute-pure, je te supplie: / accepte mes pleurs, / écoute mon chant, / accorde-moi la rémission / de mes fautes, je t’en prie, / ô Vierge, par ton intercession / afin que de tout cœur je te puisse magnifier.

LE JEUDI À MATINES

Cathisme I

Comme tu es apparu au milieu de tes Disciples en leur donnant ta paix, / viens aussi parmi nous, Dieu Sauveur, et sauve-nous.

Sur terre répandant la divine clarté, / par vos sages enseignements vous avez illuminé l’univers / et par la connaissance de Dieu / vous avez repoussé les ténèbres des faux-dieux, / brillant du pur éclat de la sainte Trinité / et sauvant de nombreux peuples de la sombre erreur, vous les Apôtres du Sauveur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ouvre-nous la porte de ta compassion, / Mère de Dieu et Vierge bénie;/ ayant mis en toi notre espoir, / puissions-nous ne pas nous égarer, / mais que par toi nous soyons délivrés de tout mal, / car tu es le salut du peuple chrétien.

Cathisme II

La mémoire de tes Apôtres, Seigneur, / rappelle le Paradis et l’Éden; / en elle se réjouit l’entière création / et par leur intercession / accorde-nous, Seigneur, / la paix et la grande miséricorde.

La douzaine de tes Apôtres, Seigneur, / sur terre s’est montrée comme un soleil à douze flambeaux; / par eux tu consumas la nuisance de l’erreur, / par eux tu éclairas les âmes de tes serviteurs; / par eux, Seigneur, compatissant, / nous te prions de nous sauver, nous aussi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Sainte Dame et pure Mère de notre Dieu, / qui mis au monde ineffablement le Créateur de l’univers, / avec les saints Apôtres implore chaque jour de sa bonté / qu’il nous délivre des passions et nous accorde la rémission de nos péchés.

Cathisme III

Remplissant leurs barques grâce au filet de la foi, / les pêcheurs d’hommes ont tiré du gouffre de l’erreur / tous ceux qu’ils ont offerts à notre Dieu / comme adorateurs pour sans cesse le magnifier.

Seigneur, la mémoire de tes Martyrs / rappelle le Paradis et l’Éden; / en elle se réjouit l’entière création / et, par leur intercession, / accorde-nous, Seigneur, / la paix et la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Nous tenant dans le temple de ta gloire, / nous croyons être au ciel; / Mère de Dieu, céleste portail, / ouvre-nous la porte de ta miséricorde.

Après le canon des Apôtres, celui de st Nicolas porte en acrostiche: Accueille, Nicolas, ce sixième cantique. Joseph.

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

De ce monde étant la clarté, / vous nous avez illuminés / par l’éclat de vos enseignements, / nous délivrant de la nuit des passions / et de la ténèbre des tentations, / bienheureux Apôtres, en nous parlant de Dieu.

Disciples du Seigneur, / comme princes le saint Esprit / sur toute la terre vous a établis; / c’est pourquoi vous avez repoussé / les princes des ténèbres en délivrant / de leur empire les âmes des croyants.

Braises allumées / au feu immatériel, / sages Apôtres, consumez / mes passions charnelles, / en m’indiquant le chemin / vers la lumière et la vie.

Théotokion: Par les prières, Seigneur, / de tes Apôtres, Prophètes et Martyrs / et de la Vierge pure qui t’enfanta, / Jésus, divin roi de l’univers, / de tout ton peuple aie pitié / qui a péché contre toi.

* * *

Avec toute son armée / fut englouti le Pharaon, / mais le peuple d’Israël, / traversant la mer, s’écria: / Chantons pour le Seigneur notre Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

Toi qui habites dans les cieux, / rempli d’allégresse, Père saint, / de ceux qui sur terre avec foi / te célèbrent d’une même voix / chasse toute peine et chagrin / par ta puissante médiation.

Contre toute vile passion, / contre la nuisance de l’ennemi / et les pièges du séducteur / fortifie à présent, saint Nicolas, / de ta puissante protection / les fidèles qui accourent vers toi.

Nous sommes vulnérés / par d’invisibles archers: / viens nous guérir, saint Nicolas, / par ta divine intercession / afin que, jouissant de la santé, / nous suivions les chemins du Seigneur.

Théotokion: Le Fils consubstantiel / au Père dont il partage l’éternité / a voulu en ces derniers temps / élire sa demeure en ton sein / pour la renaissance des croyants; / c’est pourquoi nous te chantons, Mère de Dieu.

Ode 3

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

L’Esprit divin / répandu par vos langues / en sa terrifiante venue / renouvelle grâce à vous / pour la vie divine les hommes déchus, / glorieux Apôtres du Seigneur.

Au jour du jugement / comment serai-je pardonné / des péchés qu’en pleine connaissance j’ai commis? / C’est pourquoi, ô Verbe, je te crie: / ma conscience m’a déjà condamné, / mais à cause de tes Disciples fais-moi grâce, Seigneur.

Vous qui avez imité / les salvifiques souffrances du Christ, / de mon âme guérissez / les mortelles et terribles passions, / car vous êtes pour les chrétiens, / glorieux Apôtres, des médecins.

Théotokion: Ô Christ, j’ai péché, / mais comme Dieu convertis-moi, / fais-moi grâce par l’intercession / de tes Apôtres et de celle qui t’enfanta; / et du feu éternel / délivre-moi, ô mon Sauveur.

* * *

Établissant mon âme / sur le roc inébranlable de ta foi, / affermis-la, Seigneur, / car en toi j’ai trouvé / ma forteresse et mon abri.

Bienheureux Nicolas, / tu assures la victoire / sur les passions mortelles; / par tes prières délivre-nous / du joug qu’en tout temps elles font peser sur nous.

Par la tempérance mortifiant / les membres charnels, tu es passé / à la vie qui n’a pas de fin; / fais que par tes prières nous l’obtenions, / nous qui dans l’allégresse te célébrons.

Veillant sur nous depuis le ciel, / saint Pontife, ne cesse pas / de chasser loin de nous / tous les désagréments de cette vie / par tes prières auprès de Dieu.

Théotokion: Obtiens-nous du Rédempteur / la rémission de nos péchés, / Vierge pure, immaculée / qui dissipes en tout temps / les ténèbres de nos âmes par ton intercession.

Ode 4

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Havres tranquilles et sereins, / divins Apôtres du Seigneur, / au malheureux que je suis, / ballotté par la tempête du péché, / offrez le calme et l’abri / d’une véritable conversion.

Pleure, ô mon âme, et gémis, / unis-toi, pauvre cœur, / fortement et tout entier / au Bien suprême, le Seigneur, / afin qu’il te délivre / du feu à venir et de l’éternel châtiment.

Auprès du Seigneur qui nous sauve, / sauveurs des mortels, intercédez / afin qu’il veuille bien nous délivrer / du fardeau des tentations, / dans son amour pour les hommes, / bienheureux Apôtres de notre Dieu.

Théotokion: Avec les Apôtres, / Vierge pure, immaculée, / intercède en notre faveur, / afin que nous puissions échapper:/ aux redoutables tentations, / aux épreuves et aux dangers.

* * *

Seigneur, j’ai entendu ta voix / et je suis rempli d’effroi; / sur tes œuvres j’ai médité: / gloire à ta puissance, Seigneur.

À mon cœur irrémédiablement / vulnéré par le Séducteur / apporte, saint Nicolas, la guérison / par tes prières auprès du Dieu de bonté.

Tu brisas les idoles de perdition, / serviteur du Christ; aussi je te prie / fidèlement d’anéantir / les pires idoles de mon esprit.

Par tes œuvres de justice, Sage en Dieu, / tu devins une source de parfum / et de Myre tu ornas le siège épiscopal, / Père et pontife Nicolas.

Théotokion: Mère bénie de notre Dieu, / délivre de tout déshonneur / ceux qui te chantent, Vierge inépousée, / seule auxiliatrice du genre humain.

Ode 5

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Vous qui avez suivi, en vérité, / la route conduisant à la vie / par la porte resserrée, / par les épreuves et l’affliction, / Disciples du Verbe, aplanissez / les sentiers de mon âme.

Luminaires du Soleil levant, / Apôtres du Christ, délivrez-moi / des ténèbres de mes passions / et de l’ivresse des plaisirs, / des tentations et des périls, / de la tempête et des dangers.

Tomes du Verbe semblables à Dieu, / Apôtres du Seigneur, priez-le / de m’inscrire au livre de vie / et par vos prières déchirez / le registre accablant / où sont inscrits mes péchés.

Théotokion: Mon espérance et mon salut, / protectrice intrépide des croyants, / sauve-moi, qui espère en toi, / par tes prières auprès du Seigneur, / seule digne de nos chants, / et par l’intercession des Apôtres divins.

* * *

Toi qui fais poindre sur le monde la clarté, / illumine mon cœur, ô Christ; / je t’appelle du milieu de la nuit, sauve-moi.

Nicolas, par ta sainte médiation / arrache-moi à la négligence et l’oisiveté, / pour faire de moi un cœur ardent.

Implore le Sauveur Jésus / afin que de l’éternel châtiment / il me sauve, pontife Nicolas.

Des pièges de ce monde sauve-moi / ainsi que de la malice du Démon, / par tes prières, pontife Nicolas.

Théotokion: Celui qui nous donne d’exister / a fait sa demeure en ton sein: / Mère de Dieu, prie-le de nous sauver.

Ode 6

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Comme tables gravées par Dieu, / en vos âmes vous avez conservé / sans faille, scrupuleusement, / glorieux Apôtres, les préceptes de l’Esprit, / grâce auxquels vous avez abrogé / la lettre de la Loi, pour sauver l’univers.

Âme pécheresse et asservie / aux mauvaises habitudes, en ta folie, / embrasse la pénitence, la conversion, / et crie au Seigneur de compassion: / par les prières de tes Apôtres divins, / Verbe de Dieu, sauve-moi.

Au jour terrible de ta venue, / place-moi à droite parmi les brebis, / grâce aux prières de ces brebis choisies / que sont tes Apôtres, / divins annonciateurs de l’Agneau sans défaut / qui fut immolé pour tous les hommes.

Théotokion: Tes serviteurs incorporels, / Fils du Dieu dont tu partages l’éternité, / et tes Disciples avec eux / t’implorent et te supplient / d’accorder à ton peuple ta grâce et ton amour, / par les prières de celle qui t’enfanta.

* * *

Englouti par le monstre du péché, / je crie vers toi, ô Christ: / comme le prophète Jonas / délivre-moi de la mort.

En toi, saint Nicolas, l’entière création / possédant son flambeau spirituel / est illuminée par les rayons / de tes miracles sans pareil.

Saint Nicolas, vigilant défenseur / de ceux qui accourent près de toi, / arrache-moi au pesant sommeil / où ma négligence m’a plongé.

Jadis tu sauvas de la mort / ceux qui devaient la subir injustement; / sage Pontife, de même sauve-moi / des fautes dont mon âme est menacée.

Théotokion: Seule pure et comblée de grâce, / ô Vierge, viens à mon secours, / car sans cesse je suis exposé / à la tempête et aux périls de cette vie.

Ode 7

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter. / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Par l’hameçon de votre verbe ayant tiré / du gouffre de l’erreur le genre humain, / saints Apôtres, vous l’avez conduit / au Verbe immolé pour nous / et pour lequel vous chantez: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Apôtres, ayant vécu / au contact immédiat du Seigneur / apparu dans notre corps de chair, / vous brillez des reflets de sa clarté; / éclairez-moi aussi pour que je m’écrie: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Disciples du Seigneur, / implorez le bon Pasteur / pour qu’il me cherche, brebis perdue / sur les montagnes de transgression, / et me sauve; alors je chanterai: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Théotokion: Avec les Prophètes du Seigneur, / les Apôtres divins, les Martyrs, / ô Vierge, supplie ton Enfant / pour qu’il délivre de tout péril / ceux qui lui chantent avec amour: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

* * *

Toi qui écoutas / l’hymne des Jeunes Gens / et sur la fournaise ardente versas la rosée, / Seigneur, tu es béni.

Bienheureux, par la force de Dieu, / des hérétiques tu défis l’attroupement / et tu sauvas ton troupeau / de leur égarement.

Aux matelots tu apparus / et tu nourris ta cité en danger; / de la disette dont mon âme est menacée, / Père saint, par tes prières délivre-moi.

Par tes prières fortifie / ceux qui t’appellent à leur secours, / apaisant, ô Père saint, / la tempête soulevée par les démons.

Théotokion: Souveraine du genre humain, / très-sainte Mère de Dieu, / de la servitude de mes passions / par tes prières libère-moi tout entier.

Ode 8

De la flamme, pour tes Saints, / tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Avec le soc de votre verbe ayant labouré / les cœurs en friche, vous avez semé / les saints dogmes, pour moissonner, / Apôtres de Dieu, au centuple les élus.

Avec la faucille de vos intercessions / nettoyez ma conscience de toute ivraie, / Apôtres du Sauveur et divins jardiniers, / afin que je porte l’épi du salut.

Ayant endormi la malveillance de l’ennemi, / du sommeil des justes vous avez reposé, / Disciples du Verbe, qui êtes pour nous / dans tous les siècles de vigilants intercesseurs.

Théotokion: De la flamme éternelle délivre-moi, Seigneur, / exauçant les prières des Prophètes et des Martyrs, / de tes Apôtres et de la Vierge inépousée, / dont le sein fut ta demeure d’inexplicable façon.

* * *

Dans la fournaise les Jeunes Gens / ont imité les Chérubins, / chantant l’hymne du Trois-fois-Saint: / Louez, bénissez, / exaltez le Seigneur.

Parvenu au faîte d’une vie lumineuse / et connu dans tout l’univers / pour les divers miracles que tu as accompli, / porteur de Dieu, saint Nicolas, / tu illumines nos ténèbres d’ici-bas.

Comble de grâces, saint Nicolas, / les fidèles qui veillent devant Dieu / en vénérant ta mémoire sacrée; / endors aussi la malice des ennemis / qui s’acharnent contre nous.

Toi qui par la force de l’Esprit / as rompu les filets du Démon, / par tes prières délivre-m’en, / prenant le gouvernail de ma vie, / sage Pontife Nicolas.

Théotokion: Nous te chantons, Vierge Mère de Dieu, / car tu as aboli la malédiction / et introduit la bénédiction / en faveur de qui te reconnaît / pour la Mère inépousée de notre Dieu.

Ode 9

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

Un Dieu qui parle aux hommes, / divinisant par son union / notre condition mortelle, / par tout l’univers vous l’avez annoncé / pour libérer le monde / de l’errance des sans-Dieu; / aussi, divins Apôtres, / sans cesse nous vous disons bienheureux.

Apôtres ayant reproduit l’image / de la Passion du Sauveur / par les souffrances de votre corps, / mortifiez les passions de la chair / et vivifiez ma pauvre âme / privée de toute vigueur, / environnée de tant de périls / et réduite à la mort.

Vers la route sans faille / de tes préceptes divins, / Seigneur ami des hommes, / sois pour moi le droit chemin, / car me voilà près de ma perte, / tombé dans le gouffre du péché, / je m’enfonce vers les voies du mal, / environné de tant de dangers.

Théotokion: Les Anges et les Archanges, / les Puissances, les Vertus, / les Chérubins, les Séraphins, / les Trônes, les Principautés, les Dominations, / le chœur de tes Apôtres, / la Vierge Mère qui t’enfanta / t’implorent tous, unique Roi, / pour que tu sauves tes serviteurs.

* * *

Toi qui reçus l’angélique salutation / et mis au monde ton propre Créateur, / ô Vierge, sauve ceux qui te magnifient.

Source de miracles, toi qui es le joyau des prêtres, / supplie le Dieu qui nous aime tant, / pour que nous obtenions le pardon de nos péchés.

Saint Nicolas, toi qui de la mort / jadis as délivré les captifs, / libère-nous aussi des épreuves de cette vie.

Enseveli à Myre de Lycie, / Nicolas, tu répands la myrrhe en tout temps / pour chasser les relents de nos passions.

Imminente est la venue du Créateur: / sois diligente, ô mon âme, hâte-toi de crier: / Par les prières de Nicolas, Seigneur, sauve-moi.

Théotokion: Mère de la Clarté, toute-digne de nos chants, / illumine les pupilles éteintes de mon cœur, / afin que, sauvé grâce à toi, je te magnifie.

Exapostilaire (ton 3)

Apôtres du Seigneur dont le verbe a tiré / du sombre gouffre de l’erreur / vers la lumière l’univers entier, / sans cesse intercédez en notre faveur.

Ô gloire des Apôtres et Douzaine sacrée, / avec le saint de Myre, le pontife Nicolas, / sans cesse auprès du Sauveur / intercédez en notre faveur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, refuge des chrétiens, / avec le glorieux Évêque prie ton Fils / et supplie-le pour qu’à nous, tes indignes serviteurs, / nous soit permise la joie éternelle.

Apostiches

Jadis tes Disciples, ô Christ, / secoués sur la barque, s’écriaient: / Maître, sauve-nous, nous périssons! / Et maintenant, nous-mêmes, nous crions: / Sauveur ami des hommes, nous t’en prions, / délivre-nous de tout danger.

Seigneur, tes Apôtres ont touché / tantôt le fond de la mer par leurs filets, / tantôt les hauteurs du royaume par leurs enseignements; / en leur adresse, ils ont fouillé les insondables profondeurs, / en leur foi, ils ont scruté ton cœur infini, / au monde ils ont prêché ton Fils intemporel; / par leurs prières et par celles de tous les Saints prends pitié de nous.

Notre Dieu fit merveille par les Saints qu’il a choisis. / Soyez dans la joie et l’allégresse, vous tous qui le servez, / car il vous a couronnés dans le royaume des cieux: / nous vous demandons de ne pas nous oublier.

Gloire... Maintenant... Théotokion

De charismes divins tu es pourvue, / Vierge pure et Mère de Dieu, / car c’est l’Un de la sainte Trinité, / le Christ, la source de vie, / que tu enfantas dans la chair / pour le salut de nos âmes.

LE JEUDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de moi, Dieu sauveur, / quand tu entreras dans ton royaume, / seul Ami des hommes, sauve-moi.

Lumineux Apôtres du Seigneur, / comme nuages, sur le monde vous avez répandu / les saintes ondes de la connaissance de Dieu.

Parcourant le monde comme mystiques rayons, / glorieux Apôtres du Seigneur, / vous avez illuminé par la foi le genre humain.

Exposés au feu des tourments, / saints Martyrs, vous avez reçu du Seigneur / la divine rosée qui vous a rafraîchis.

Gloire au Père...

Devant la sainte Trinité nous prosternant, / fidèles, crions d’un même chœur: / par les prières des Apôtres accorde-nous le salut.

Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu qui as conçu par la parole / le Verbe coéternel au Père ineffablement, / prie-le d’accorder à nos âmes le salut.

Vendredi

LE JEUDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Ami des hommes, longanime Seigneur, / Dieu de tendresse et de compassion, / comment as-tu souffert l’immolation et la mort sur la croix / en faveur du genre humain? / Nous glorifions ta miséricorde envers nous.

Longanime Seigneur, tu endures les soufflets, / la crucifixion, le déshonneur, / voulant nous délivrer de la main du Séducteur, / et tu souffres tout cela, / Dieu de tendresse qui seul nous donnes la vie.

Bon Pasteur, tu montas sur la croix / et tu étendis les mains en criant: / Venez à moi, soyez illuminés, les mortels / qui êtes soumis aux ténèbres de l’erreur, / je suis en effet la Clarté! / Source de lumière, gloire à toi.

* * *

Redresse, ô Vierge, mon âme accablée / sous l’insupportable fardeau de mes péchés: / comme une mère tu as en effet le pouvoir / de persuader aisément le Sauveur, / qui lui-même est venu redresser les esprits abattus; / déchire aussi la cédule de mes péchés, / en ta grande miséricorde et par ta sainte médiation.

Vois, je suis au désespoir à cause de mes péchés, / souillé par mes fautes, ayant méprisé les préceptes divins; / loin de ta face ne me repousse pas; / tu es en effet mon espérance, ma protection; / Mère de Dieu, sois attentive à mon appel, / de toute souillure purifie-moi, / en ta grande miséricorde et par ta sainte médiation.

Ouvre-moi la porte du repentir, / donne-moi la source des pleurs, / accorde-moi la tempérance, la componction; / toi seule, je te désigne comme ma sûre protection; / toute mon attente repose en toi; / ne me repousse pas, rempli de confusion, / mais dans ta grande miséricorde accueille-moi et sauve-moi.

Gloire au Père... Maintenant...

Te voyant cloué sur la croix, / la Toute-pure s’écria: / Ô mon Fils et mon Dieu, / quelle nouvelle étrange et inouïe, / la Passion que tu souffres, en ton amour infini!

Apostiches

Ta Croix représente pour ton peuple, Seigneur, / la vie, la protection; / ayant mis en elle notre espoir, nous te chantons: / Dieu crucifié en ta chair, aie pitié de nous.

Ta Croix, Seigneur, ouvrit au genre humain / les portes du Paradis; / délivrés de la tombe, nous te chantons: / Dieu crucifié en ta chair, aie pitié de nous.

Tes Martyrs, Seigneur, ne t’ont pas renié, / de tes préceptes ils ne se sont pas écartés: / par leurs prières, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Jadis se tenait sous la croix / au moment de la crucifixion / la Vierge avec le Disciple vierge, et elle criait dans ses pleurs: / Hélas, comment souffres-tu, / Seigneur qui accordes à tous les hommes l’immortalité!

LE JEUDI SOIR À COMPLIES

Le canon porte en acrostiche: Ô Vierge, accorde-moi les pleurs du repentir.

Ode 1

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Ma prière, ô Vierge, reçois-la / de mes lèvres indignes, / de ma bouche souillée / qui hardiment se tourne vers toi pour te l’offrir; / éclaire donc, Toute-pure, / de ta lumineuse tendresse ton serviteur.

Vierge Mère immaculée, / obtiens-moi par tes prières / le flot des larmes pour qu’avec ardeur / je pleure les péchés que j’ai commis / sur terre et que par toi / j’échappe à tout châtiment.

Gloire: Ne repousse pas mes soupirs, / toi qui as mis au monde / la source de la compassion, / mais avec tendresse, en ta bonté, / par ton regard compatissant, / divine Mère, guéris mon âme de ses passions.

Maintenant: Ô mon âme, en soupirant / pleure sur toi, verse des larmes, / t’inclinant devant la Mère de Dieu / et lui disant: délivre-moi, / malgré les péchés que j’ai commis, / de l’effroyable châtiment.

Ode 3

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

Nul, comme moi, / n’a péché à ce point, / Vierge sainte, immaculée, / en esclave des pensées honteuses; / mais, puisqu’en toi j’ai mis mon espoir, / délivre-m’en, je t’en prie.

Voici que sur moi / ont fondu, comme fléau, / tous les coups dont l’ennemi / lourdement m’impose le faix; / mes plaies suppurent affreusement / et conduisent mon âme à sa fin.

Gloire: Le nombre est si grand / de mes fautes, et c’est pourquoi, / ô Vierge toute-sainte, avec foi / je me prosterne et te demande humblement:/ à l’heure terrifiante supplie / celui qu’en la chair tu as conçu.

Maintenant: Sainte Mère de Dieu, / malgré mes fautes affranchis-moi / de toute condamnation, / grâce au crédit que tu as / comme Mère auprès de Dieu, / et fais qu’en sa demeure je sois admis.

Ode 4

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Donne-moi, notre Dame, / comme fontaine les pleurs / afin que je puisse effacer / de ma pauvre âme ce qui est vil / et retrouve le bien que j’ai perdu / sur le conseil du serpent.

Ô Dieu de tendresse, / toi qui aimes l’humanité / et veux la miséricorde, à présent / déverse sur moi ta compassion, / ta Mère intercédant pour cela, / elle, mon espoir et mon soutien.

Gloire: Moi le misérable, / le débauché qui sans pudeur / ni retenue ai péché / si souvent contre Dieu, / Vierge pure, sauve-moi par pitié / et de la géhenne préserve-moi.

Maintenant: Tu as fait disparaître / les enclos de la mort, / ô Vierge, en enfantant / la Vie universelle; c’est pourquoi / je te crie, moi aussi: j’ai péché, / par tes prières maternelles sauve-moi.

Ode 5

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Prends, ô Vierge, pitié de moi / puisqu’en toi j’ai mis tout mon espoir; / et dans la foi je te crie: / montre envers moi ta compassion, / de mon âme négligeant / toutes les passions funestes.

De mes peines et de toute affliction, / des mauvais coups de l’ennemi / sauve-moi, en délivrant / ma pauvre âme de leur assaut, / afin qu’ils ne puissent dire de moi, / ô Vierge: Nous avons eu le dessus!

Gloire: Vierge sainte qui t’es montrée / très-pure d’âme et de corps, / libère mon âme de ce qui est vil, / donne-moi de vivre purement / et guide-moi pour accomplir / la divine volonté du Seigneur.

Maintenant: Je possède en toi seulement / mon refuge et l’accès / auprès de Dieu, moi qui ai / par tant de fautes gaspillé / toute ma vie; c’est pourquoi / fais-moi grâce, ô Mère de Dieu.

Ode 6

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Mon faible gémissement, / l’élévation de mes mains, / notre Dame, dirige-les / comme sacrifice d’agréable odeur / et permets que d’un cœur pur je puisse rencontrer ton regard.

La prière de mes lèvres, / Souveraine, en ta bonté, / ne la dédaigne pas, / toi la Mère du Dieu compatissant / qui est sorti comme Soleil de ton sein, / mais avant la fin procure-moi la divine rémission.

Gloire: J’ai penché pour mon malheur / vers la débauche des passions, / je me suis éloigné de Dieu: / prie-le de me sauver, en ta bonté; / c’est vers toi que je me réfugie: / pare-moi du premier vêtement.

Maintenant: Il n’a pas brûlé ton sein, / Jésus, ce feu divin, / mais de toi il est sorti selon la chair; / prie-le donc, Vierge pure, d’épargner / le feu et toutes sortes de châtiments / à ceux qui te chantent avec foi.

Cathisme

Gloire des Anges, illustre Vierge immaculée, / sous la croix de ton Fils et ton Dieu / ne souffrant pas la méchanceté des ennemis, / pleurant et gémissant tu t’écrias, / seule entre toutes bénie: / Comment l’Ami des hommes peut-il / supporter cela de leur part, / lui qui porte en sa main tout l’univers?

Ode 7

Jadis, dans la fournaise de Babylone, les Jeunes Gens / ne craignaient point le feu où ils furent jetés, / mais ils marchaient dans les flammes, tout couverts de rosée, / et ils chantaient: Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Ô mon âme, repens-toi du mal que tu as fait: / pourquoi dormir plus longtemps, / pourquoi gis-tu dans le sommeil de l’acédie? / Crie à la Mère de Dieu: Toute-sainte, à mon secours!

Je vénère l’image de ton aspect, / Toute-sainte, mais n’ose pas lever les yeux vers toi; / je prie donc pour être pardonné de mes péchés / et contempler ton icône en toute pureté.

Gloire: À ta protection, divine Génitrice, j’ai recours, / je me prosterne pour obtenir mon pardon; / notre Dame, ne me dédaigne pas, / mais sauve-moi en me montrant ta compassion.

Maintenant: Le corrupteur des âmes par toutes formes de maux / a terni mon âme et souillé mon esprit; / ne me dédaigne pas, Vierge pure, je t’en prie, / et de ses épreuves délivre ton serviteur.

Ode 8

Pour obéir à la loi de leurs pères, les nobles Jeunes Gens affrontèrent la mort / et du roi de Babylone méprisèrent l’ordre insensé; / tous ensemble, dans le feu qui ne pouvait les consumer, / ils chantaient dignement la louange du Dieu tout-puissant: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / à lui haute gloire, louange éternelle.

Ayant commis d’énormes fautes et follement souillé mon corps par mes péchés, / je pense au jour de l’insoutenable jugement / et, dans les transes, / la crainte, le tremblement, / notre Dame, j’ai recours à la tendresse de ton cœur: / vois ma peine, ne me repousse pas, / épargne-moi la damnation et ses multiples tourments.

Au mépris de la loi divine, je me vautre dans la paresse pour mon malheur: / regarde vers moi, Toute-pure, et promptement relève-moi, / fais que j’obtienne ma part de salut, / afin qu’en l’allégresse je puisse te chanter:/ seule auxiliatrice et joie du monde, réjouis-toi, / ferme protection de qui t’invoque avec foi.

Gloire: Hélas, mon âme, comment nous tiendrons-nous alors / devant le redoutable tribunal, / en présence des Anges, avec crainte et tremblement? / Ayant la divine Mère pour secours, fléchis le genou, / élève les mains vers le ciel en t’écriant: / Ô Vierge, de ton regard compatissant fais-moi grâce ce jour-là.

Maintenant: Que ta force invincible vienne à mon aide maintenant, / puisque ton Fils, ô Vierge, se laisse fléchir / par tes prières maternelles, comme il se doit: / dès maintenant prends donc les devants / à l’heure critique, pour que je ne parte non-préparé, / mais que je vive encore un peu, divine Mère immaculée.

Ode 9

Ne me pleure pas, ô Mère, / bien que tu aies vu gisant dans le tombeau / le Fils que tu avais conçu de merveilleuse façon, / car je ressusciterai et serai glorifié, / et dans ma gloire divine j’exalterai / pour l’éternité les fidèles qui t’aiment / et chantent ta gloire.

Pour que la céleste gloire, / ô Vierge, soit mon lot, je t’en prie, / fais-moi grâce et délivre-moi des ténèbres du péché, / sans tenir compte de mes fautes / commises par ignorance ou le sachant, / aussi bien de jour que de nuit: / alors, en action de grâces, je t’adresserai l’angélique salutation.

Tire-moi de ma détresse, / Vierge sainte, affermissant / mes pieds sur le roc du salut divin: / puisque je possède maintenant / ton invincible protection, / j’espère franchir l’enceinte ou le mur / édifié par ma désobéissance de jadis.

Gloire: Je t’implore, toi la Mère / du Juge et Maître compatissant: / agrée l’audace de mes lèvres souillées, / la pauvreté de mon chant; / n’aie pas dégoût de moi qui plus que tous ai péché, / car c’est toi qu’après Dieu / j’ai pour protectrice, moi ton serviteur.

Maintenant: Surpassant toute créature, / divine Mère, en ton sein / tu as porté le Dieu qui a pris chair; / prie-le donc, Vierge pure, incessamment, / afin que ton serviteur soit affranchi / de tout péril et que je puisse à pleine voix / te rendre gloire, moi aussi.

LE VENDREDI À MATINES

Cathisme I

En ce jour, la parole du Prophète s’accomplit: / voici que nous prosternons, / Seigneur, devant le lieu où se posèrent tes pieds; / ayant goûté à l’arbre du salut, / nous avons été libérés de nos passions et du péché, / par les prières de la Mère de Dieu.

Dès que fut planté le bois de ta croix, / ô Christ, tu ébranlas les assises de la mort; / l’Enfer se hâta d’engloutir / celui qu’il devait rendre avec effroi. / Dieu saint, tu nous as montré le salut / et nous te rendons gloire: Fils de Dieu, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Seule Brebis sans défaut, / Vierge Mère de Dieu, / lorsque tu vis suspendu à la croix / celui qu’en tes chastes entrailles tu as conçu, / au milieu d’amères larmes tu crias: / Mon doux Fils, je chante ton œuvre de salut.

Cathisme II

Ta Croix, Seigneur, est sanctifiée: / elle répand la guérison / sur ceux qui languissaient dans le péché; / par elle nous t’implorons: Prends pitié de nous.

Seigneur, les enfants d’Israël t’ont condamné à la mort, / toi la Vie de tout l’univers; / eux qui avaient franchi la mer Rouge grâce au bâton de Moïse, / ils t’ont cloué au bois de la croix; / eux qui avaient sucé le miel du rocher, / pour nourriture ils t’ont donné du fiel; / mais tu as souffert librement / pour que nous soyons délivrés / de la servitude de l’ennemi, s Gloire à toi, ô Christ notre Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Se tenant près de la Croix, / la Vierge et Mère de celui / qu’ineffablement et sans douleurs / elle avait enfanté dans la chair, / en sa douleur maternelle s’écria: / Je ne supporte pas de te voir mis à mort, / toi qui sur terre donnes souffles à tout vivant, / ni suspendu sur la croix, ô mon Fils et mon Dieu.

Cathisme III

Arbre béni de la Croix / guérissant les malades et chassant les démons, / force et gardienne des croyants, / trophée des rois, fierté des orthodoxes en vérité, / soutien de l’Église du Christ, / sois notre sauvegarde, notre assurance et notre rempart.

Pour les Justes, la lumière sans fin: / illuminés de ton éclat, / les Saints brillent sans cesse comme flambeaux resplendissants, / faisant pâlir la lampe des impies; / par leurs prières, Seigneur et Sauveur, / illumine mon âme et sauve-moi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Très-sainte Mère de Dieu, / ne m’abandonne pas tout le temps de ma vie, / ne me livre pas à la protection humaine, / mais toi-même protège-moi et prends pitié de moi.

Le canon de la Croix porte en acrostiche (excepté dans les théotokia): Du Maître je louerai la divine Passion. Joseph. Celui de la Mère de Dieu porte un acrostiche alphabétique. Les hirmi sont les mêmes, sauf dans l’ode 5.

Ode 1

Jadis sous les flots de la mer / le Seigneur ensevelit le Pharaon persécuteur; / et les fils du peuple racheté / ont mis en terre leur Sauveur; / mais nous, comme les enfants d’Israël, / chantons une hymne à notre Dieu: / car il s’est couvert de gloire.

Par ta vénérable Passion / tu as comblé d’honneur / la nature humaine déshonorée; / aussi, te vénérant avec crainte, / nous magnifions ta puissance, Seigneur, / et fidèlement la glorifions, / car elle s’est couverte de gloire.

Ô Verbe, par ton sang / tu as mis fin aux injustes libations, / et de la souillure du péché / tu as purifié le genre humain; / c’est pourquoi nous te glorifions maintenant, / sauvés par la force de ton bras, / ô Seigneur tout-puissant.

Martyrika: La constance des Martyrs / digne de toute admiration / a triomphé en vérité / des monstres avides de sang; / elle a vaincu la nature du feu / sous la rosée de la grâce de Dieu / et fait cesser la tempête des faux-dieux.

Par les flots de votre sang / vous avez asséché les torrents de l’erreur, / et ce sont des flots de guérisons / que sur le monde vous avez fait pleuvoir / pour éteindre l’ardeur des passions; / Martyrs et témoins de vérité, / nous vous disons bienheureux.

Théotokion: La Vierge inépousée, / cette parure des croyants, / t’apercevant en ta Passion / sans forme ni beauté, / toi parmi les fils d’homme le plus beau, / comme une mère gémissait / et de tout son cœur te glorifiait.

* * *

Ô Mère immaculée / et comblée de grâce, / glorieuse Vierge Marie / qui enfantes notre Joie, / comble de grâces divines tous ceux / qui, dans l’enthousiasme, chantent pour toi, / afin qu’en action de grâces nous puissions te glorifier.

Tes mystères, ô Mère de Dieu, / sont dignes d’admiration, / car sur toute la création / tu as reçu la seigneurie, / ayant porté dans tes bras / celui que les Anges n’osent regarder; / c’est pourquoi nous te disons bienheureuse.

Le genre humain tout entier / fut condamné à la poussière du tombeau / par la faute de la première aïeule qui jadis / goûta au fruit de l’arbre défendu; / mais il fut rappelé grâce à toi, / Vierge pure ayant conçu / la vie qui jamais ne passera.

Ode 3

Seigneur qui suspendis la terre sur les eaux, / la création, te voyant suspendu à la croix, / trembla de frayeur et s’écria: / Nul n’est saint comme toi, ô notre Dieu.

Toi qui suspendis la terre sur les eaux, / le soleil se couvrit de ténèbres en te voyant / mis en croix et le cœur transpercé / et te reconnut pour l’universelle clarté.

Le Mauvais, qui a blessé Adam jadis au Paradis, / longanime Seigneur, fut blessé par tes clous, / et sa blessure demeure incurable à jamais, / tandis que les fidèles ont trouvé la guérison de leurs plaies.

Martyrika: Lorsque le chœur des Anges vit la foule des Martyrs / frappée de coups pour l’Agneau immolé, / il s’étonna que d’ennemis incorporels / des êtres de chair aient triomphé / et gagné la couronne des vainqueurs.

Les saints Martyrs, revêtus de force par celui / dont l’unique puissance anime l’univers, / luttèrent avec l’Ennemi et foulèrent aux pieds / son impuissante force et reçurent couronne de Dieu.

Théotokion: Voyant percé d’une lance le fruit de ton sein, / Vierge toute-sainte, tu en eus le cœur transpercé / et, dans l’effroi, tu disais: / Telle est la gratitude de ce peuple, ô mon Fils!

* * *

M’ayant séduit par l’envie de devenir comme Dieu, / le rampant ennemi de l’Éden m’a jeté sur terre; / mais, prenant chair de ton sein, ô Mère de Dieu, / le Christ m’a fait grâce, me rappelant au Paradis.

Mère de Dieu, par ta médiation / est abolie la sentence de l’antique malédiction, / car le Seigneur né de toi fait jaillir pour tous / l’abondante source de bénédiction, dans son immense bonté.

Le prophète Ézéchiel te vit d’avance comme porte de la Vie / que seul le Seigneur a franchie en la chair, / te laissant close, ô Vierge, après qu’il fut passé, / comme le Dieu suprême lui-même le sait.

Ode 4

Prévoyant ton divin abaissement et ta mort sur la croix, / le prophète Habacuc, dans son trouble, te cria: / Ô Dieu de bonté, par ta descente aux Enfers, / tu as brisé la force des tyrans, / car tu es le Roi tout-puissant.

Arrêtant, Seigneur, l’élan d’une main tendue / vers le fruit de l’arbre et voulant sauver les morts / par son immolation sur l’arbre de la croix, / tu fis jaillir de ton sein / la rédemption pour les captifs.

Sauveur, tu souffris ta Passion / afin de nous sauver, en ta suprême bonté, / de nos passions contraires à la raison; / tu bus le fiel, divine Source de douceur, / et par ta mort, Seigneur. tu me procures la vie.

Martyrika: En leur âme rationnelle portant / le feu de la divine charité, / les victorieux Athlètes du Christ / éteignirent la lampe des impies / et devinrent des flambeaux resplendissants.

Les amis divins du suprême Roi, / se détachant de toute amitié pour leur chair, / se présentèrent vaillamment / devant toutes sortes de tourments / et reçurent la couronne des vainqueurs.

Théotokion: Je t’ai mis au monde sans douleurs: / comment te vois-je maintenant / familier de la douleur, ô Fils éternel, / comment peux-tu souffrir tout cela? disait la Vierge immaculée, / glorifiant la patience infinie de son Dieu.

* * *

Vierge élue entre toutes les générations, / seule ayant surpassé tout honneur, / resplendissante de vertus, / Vierge pure, fais briller de ton éclat / ceux qui de leurs hymnes célèbrent ton nom.

De tes chastes entrailles, ô Mère de Dieu, / virginalement tu enfantes dans la chair le Seigneur, / le Dieu sauveur qui délivre de tout mal / tous ceux qui chantent pour toi, / ô Vierge pure et comblée de grâce.

Le chœur des Anges incorporels / entoure ton divin Fils dans le ciel / et sur terre, pure Mère de Dieu, / le genre humain te chante avec amour; / illumine nos cœurs des reflets de ta splendeur.

Ode 5

Seigneur, je veille devant toi / qui, dans ta miséricorde, t’es abaissé, sans subir de changement, / jusqu’à souffrir la Passion, impassible Verbe de Dieu; / après ma chute accorde-moi la paix, Seigneur, / dans ton amour pour les hommes.

Sur le Calvaire tu te laisses voir en la mort, / toi qui meurtris l’Hadès par les souffrances de ta chair, / et tu n’as plus ni forme ni beauté, / Ami des hommes, suspendu à la croix, / car tu veux me rendre ma première splendeur.

Pour arracher les passions du premier Adam, / tu te laisses clouer sur la croix / et par la lance qui transperce ton côté / tu détournes, Seigneur, le glaive flamboyant, / pour que tes serviteurs puissent entrer désormais.

Martyrika: Imitant les souffrances du Seigneur, / nombre de martyrs sont cloués sur la croix; / on leur enlève les mains et les pieds, / tandis qu’ils se hâtent sur le chemin / du témoignage, en leur zèle divin.

En la perfection de votre esprit, vous avez terrassé / l’esprit superbe qui, plein d’audace, s’exaltait, / tandis que vous-mêmes vous imitiez / par votre humilité, Martyrs du Christ, / celui qui exalte tous les humbles de cœur.

Théotokion: Ayant poussé sur la racine de Jessé, / ô Vierge, comme fleur tu as produit / le Jardinier de l’univers qui dessécha / les surgeons de l’erreur par le plant de la croix / qu’en sa miséricorde il a soufferte en sa chair.

* * *

Contemplant déjà la lumière sans déclin / qu’en ta bonté, ô Christ, tu nous as montrée par ta venue, / le prophète Isaïe veillait devant toi / et s’écria au milieu de la nuit: / Les morts ressusciteront et de leurs tombes se lèveront, / et la terre entière sera dans la joie.

L’échelle en image apparue à Jacob / et s’élevant, divine Épouse, vers le ciel, / c’est l’étonnante merveille de ton enfantement / par lequel en effet Dieu habita parmi nous, / en sa divine condescendance, / pour nous faire remonter vers la vie.

Du chagrin de la première aïeule grâce à toi / nous avons été délivrés, ô Mère de Dieu, / et remplis de consolation, car tu as enfanté / la joie et l’allégresse du monde entier; / par tes prières sauve et garde de tout danger, / ô Vierge bénie, tous les chantres de ton nom.

Initié à tes mystères, Moïse au regard divin / vit ton image, ô Vierge immaculée: / le buisson non consumé par le feu, / car le Créateur fit sa demeure en toi, / divine Épouse, sans te brûler, / toi qui surpasses tout être parmi sa création.

Ode 6

Enfermé dans les entrailles du monstre marin, / Jonas n’y fut point retenu, car il portait l’image de ta Passion; / préfigurant ton séjour dans le tombeau, / il en sortit comme d’une chambre nuptiale, en disant aux soldats: / C’est en vain que la garde veille encor / celui qui nous accorde la grande miséricorde.

Croisant les mains pour bénir ses enfants, / Jacob préfigura jadis ta sainte Croix: / lorsque tu montas sur elle, Dieu très-haut, / tu délivras le genre humain de l’antique malédiction / et tu fis jaillir la bénédiction sur qui te bénit, / suprême Bonté, Créateur et Sauveur.

Préfigurant ta Passion, Moïse éleva jadis / le serpent d’airain délivrant ceux qui le voyaient / de la morsure venimeuse des serpents; / car, ô Verbe et Maître, par ta crucifixion / c’est de la nuisance du Serpent maudit par Dieu / que nous tous, les fidèles, nous avons été sauvés.

Martyrika: Comme si un autre souffrait pour eux, / ainsi luttaient jadis les divins Athlètes du Seigneur, / prévoyant les récompenses et la joie de l’éternité; / par leurs prières, ô Christ de compassion, / délivre du péché, des tentations / et de leurs épreuves ceux qui chantent pour toi.

Par les flots de leur sang, les divins Martyrs / ont arrêté les torrents de l’erreur; / pour les fidèles ils sont devenus / sources d’où jaillit la connaissance de Dieu; / par leurs prières, Sauveur du monde, fais pleuvoir / sur tous les hommes le pardon, la miséricorde et la vie.

Théotokion: Voyant la mise en croix du Pasteur et Maître universel, / la Brebis mère s’écria dans ses larmes: / Quel est, ô mon Fils, ce mystère nouveau, / quelle est cette mort que tu acceptes de souffrir, / toi qui par nature es immortel, / mais qui veux sauver les mortels de la tombe?

* * *

Les figures de la Loi, Vierge Mère de Dieu, / et les oracles des Prophètes ont montré clairement / que tu enfantes le Sauveur de l’univers / et le Bienfaiteur de l’entière création, / qui à maintes reprises et de multiples façons / comble de biens les fidèles qui t’aiment et te glorifient.

Par la ruse du meurtrier des hommes, cet ennemi de Dieu, / nos premiers parents furent chassés du Paradis, / mais tu les ramènes vers ses délices, ô Mère de Dieu, / ayant enfanté le Sauveur et le Seigneur / qui dans sa puissance divine a souffert / la crucifixion et la mise au tombeau.

Celui qui du non-être a formé l’univers / par sa puissance créatrice et sa divine volonté, / Vierge pure, est sorti de ton sein, / homme et Dieu, pour éclairer / des reflets de sa divine splendeur / ceux qui étaient jadis dans les ténèbres de l’erreur.

Ode 7

Ô merveille ineffable, / celui qui libéra de la fournaise les Jeunes Gens / maintenant sans vie est déposé au tombeau: / il l’a voulu ainsi pour notre salut; / chantons-lui: Toi qui nous sauves, Seigneur, tu es béni.

D’effroi trembla la terre / lorsque tu fus condamné à la croix; / le soleil, te voyant, suspendit sa clarté; / ceux des ténèbres ont vu la lumière de ta venue, / te chantant: Dieu qui nous sauves, / Seigneur, tu es béni.

Tu souffres les outrages, / frappé, Sauveur, par le roseau / et couronné d’épines comme roi, / selon ton bon vouloir, ô Christ notre Dieu, / pour nous qui te chantons: Dieu qui nous sauves, / Seigneur, tu es béni.

Martyrika: Martyrs chargés de chaînes, / vous brisez les artifices du démon, / vous souffrez les supplices et l’injuste mort / par amour pour la vie de l’au-delà / et vous chantez: Dieu qui nous sauves, / Seigneur, tu es béni.

Martyrs comblés de gloire, / vous tenant au milieu du feu, / c’est le mensonge du diable que vous avez brûlé / et, rafraîchis par la divine rosée, / vous chantiez: Dieu qui nous sauves, / Seigneur, tu es béni.

Théotokion: La croix, tu l’acceptes, / ce que voyant, disait la Mère de Dieu, / mon âme est plongée dans le chagrin: / tu meurs, Fils éternel, et tu donnes la vie / à ceux qui chantent: Dieu qui nous sauves, / Sauveur, tu es béni.

* * *

Revêtue comme reine / des ornements dorés de ta splendeur, / ainsi t’a chérie ton Fils et Seigneur / pour nous sauver qui te chantons: / Vierge pure et Mère de Dieu, / béni soit le fruit de ton sein.

Au milieu des épines / trouvant une rose pure, le Seigneur / nous emplit des grâces parfumées de l’Esprit, / alors que dans la componction / nous chantons: Dieu qui nous sauves, / Seigneur, tu es béni.

Les divins Prophètes, / voyant les signes de ton enfantement divin, / s’écrièrent: Toute-pure, joyeusement:/ Dieu viendra de la Vierge pour délivrer / ceux qui lui chantent: Dieu qui nous sauves, / Seigneur, tu es béni.

Ode 8

Que les cieux frémissent d’effroi, / que tremble la terre en ses fondements, / car le Dieu du ciel est compté parmi les morts / et loge en l’étroitesse du tombeau: / jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Dans les souffrances de la croix, / ô Christ, tu bois le calice désiré / pour verser de ton côté vivifiant / à l’homme ayant connu la mort de par la côte d’Adam / les sources du pardon, pour qu’il puisse chanter: / Prêtres, bénissez le Seigneur, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Lorsqu’au milieu de criminels une foule sans loi / te condamna, Jésus, au supplice de la croix, / la terre trembla de frayeur / et tous chantèrent avec effroi: / Jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Martyrika: Elle fut précieuse devant le Seigneur, / votre mort, divins Martyrs; / au milieu de tant de souffrances vous avez communié / à la Passion du Christ en chantant: / Jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Vos armes pour combattre l’ennemi / ne furent pas les armes de la chair, / mais la foi, l’espérance, la vérité; / par elles ayant trouvé Dieu, saints Martyrs, / vous avez rejoint le chœur des Anges en chantant: / Jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Théotokion: Dieu très-haut et Fils éternel, / tu supportes les outrages et les crachats, / on te frappe du roseau par dérision, / disait la Mère de Dieu, mais je glorifie / ta longanimité que bénissent les jeunes gens, / tandis que les prêtres la célèbrent de leurs chants / et le peuple l’exalte dans tous les siècles.

* * *

Daniel, le prophète inspiré par Dieu, / te vit d’avance comme la montagne non taillée; / de toi, ô Vierge, sans main d’homme s’est détachée / une pierre, et c’est le Christ notre Dieu; / jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Par des hymnes, Vierge pure, les armées des cieux / glorifient sans cesse ton enfantement; / avec nous elles te chantent, ô Vierge inépousée, / mélodieusement comme la Mère de Dieu / que bénissent les jeunes gens, / tandis que les prêtres te célèbrent de leurs chants / et le peuple t’exalte dans tous les siècles.

Des rayons de ta splendeur / illumine, ô Vierge Marie, / ceux qui te reconnaissent en vérité / pour la Mère de Dieu, pure Génitrice de la Clarté; / de la Lumière, en effet, tu es le tabernacle vivant / pour les fidèles qui te chantent: Réjouis-toi, / Vierge bénie et glorifiée dans tous les siècles.

Ode 9

Ne me pleure pas, ô Mère, / bien que tu aies vu gisant dans le tombeau / le Fils que tu avais conçu de merveilleuse façon, / car je ressusciterai et serai glorifié, / et dans ma gloire divine j’exalterai / pour l’éternité les fidèles qui t’aiment / et chantent ta gloire.

Pour délivrer de la tombe / celui qu’y avait conduit la nourriture défendue, / en ta bonté, unique Sauveur, tu acceptas / de souffrir en ta chair la crucifixion et la mort; / sans cesse nous chantons, ô Jésus, / ta divine puissance / et ta miséricorde infinie.

Quelles peines tu endures, / fixé à la croix, ô mon Sauveur, / pour m’arracher aux pires douleurs, / et de quelles épines tu es couronné, / toi qui détruis les ronces de nos passions, / et de quel vinaigre on t’abreuve, / toi qui nous offres la coupe de la joie!

Martyrika: Tourmentés, mis au secret, / les membres affreusement mutilés, / tendus cruellement sur les roues, / livrés aux fauves comme proies, / vous n’avez pas, divins Martyrs, / renié le Christ, / le seul Maître de l’univers.

Elle brille, la mémoire / lumineuse et sereine des Martyrs, / plus fort que les rayons du soleil; / elle éclaire les âmes des croyants, / chasse les ténèbres des passions / et dissipe la profonde nuit / des épreuves suscitées par les démons.

Théotokion: Ô Vierge toute-pure, / tu portes celui qui porte l’univers / et tu tiens dans tes bras comme un enfant / celui qui nous délivre de la main de l’Ennemi / et tu vois élevé sur la croix / celui qui nous tira / de l’abîme du mal.

* * *

Ô Vierge, tu nous procures / la joie éternelle et la vie, / Mère de Dieu, en concevant le Sauveur universel / qui efface en vérité / toute larme de la face de la terre / et nous accorde à tous / l’allégresse sans fin.

David, ton ancêtre, / dans un psaume t’a d’avance figurée / comme l’arche d’alliance, et Moïse le voyant / comme le vase d’or où la manne est conservée, / car tu abrites celui qui demeure dans le sein paternel; / aussi par des hymnes / nous te glorifions, ô Mère de Dieu.

En vérité, tu surpasses / toute la création, car tu as enfanté / dans la chair le Dieu de tout l’univers; / en toi nous avons notre protection, / notre ferme espérance, le plus solide des remparts; / grâce à toi, ô notre Dame, / nous pouvons espérer le salut.

Exapostilaire (ton 2)

Sceptre royal de mon Christ, ô sainte Croix, / victoire des princes chrétiens, / gloire de la véritable foi, / garde ceux qui se prosternent devant toi, / afin que ne puissent triompher les doctrines erronées.

Croix, gardienne de tout l’univers, / Croix, de l’Église le charme et la beauté, / sceptre vraiment royal qui soutient la vigueur de notre foi, / Croix, le suprême effroi des légions de l’enfer, / Croix, la gloire des Anges dans le ciel.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Se tenant près de la croix, celle qui t’enfanta sans semence / s’écria dans les larmes: Hélas, très-doux Enfant, / comment se couche la Lumière de mes yeux, / comment es-tu compté parmi les morts, toi la Source de vie?

Apostiches

En ta Croix je possède mon espoir, ô Christ, / en elle me glorifiant, je te crie: / Seigneur ami des hommes, abaisse l’orgueil / de ceux qui ne reconnaissent pas / que tu es Dieu et homme en vérité.

Protégés par le rempart de ta Croix, / nous résistons à l’Ennemi / sans craindre ses intrigues et ses assauts, / car le superbe fut anéanti et terrassé / par la puissance du Christ crucifié sur le bois.

Seigneur, en mémoire de tes Martyrs / c’est un jour de fête pour toute la création: / avec les Anges dans les cieux / la terre des hommes se réjouit; / par leur intercession, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

En mon humanité, on m’a cloué sur la croix, / mis à mort et déposé sans vie au tombeau; / en ma divinité, c’est dans la gloire, / Vierge Mère immaculée, / que le troisième jour je ressusciterai.

LE VENDREDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de moi, Dieu sauveur, / quand tu entreras dans ton royaume, / seul Ami des hommes, sauve-moi.

Étendant tes mains sur la croix, / tu embrassas les peuples qui célèbrent de leurs chants / ta miséricorde, ô Christ notre Dieu.

Librement tu fus cloué sur la croix / et tu fis disparaître l’aiguillon du Séducteur / par ta puissance, ô Christ notre Dieu.

Saints Martyrs, ayant goûté les tourments, / vous avez obtenu les délices du Paradis / et sans cesse vous intercédez pour le monde.

Gloire au Père...

Père, Fils, Esprit divin / partageant même trône, Seigneur, / sauve de toute peine tes serviteurs.

Maintenant... Théotokion

Te voyant fixé à la croix, / la Vierge, tout en larmes, gémissait; / par ses prières sauve-nous, Seigneur.

Samedi

LE VENDREDI SOIR À VÊPRES

Si l’on chante aux Matines du samedi Le Seigneur est Dieu, l’ordre des Vêpres est le suivant: au Lucernaire, 6 stichères du Saint du jour (ou, à défaut de Ménée, les Despotika redoublés); aux Apostiches, 3 Martyrika, avec les versets habituels (psaume 122). Tropaire apolytikion du Saint du jour et théotokion dominical du ton occurrent.

S’il y a Alléluia: au Lucernaire, 3 stichères du Ménée (ou, à défaut, les 3 Despotika) et 3 Martyrika; aux Apostiches, 1 Martyrikon et 2 Nékrosima, avec les versets des Défunts. Tropaire, Nékrosimon et Théotokion du ton 2, quelle que soit la semaine: Apôtres, Prophètes et Martyrs... Gloire au Père... Seigneur, souviens-toi... Maintenant... Mère de l’ineffable Clarté...

Lucernaire

Despotika

Sauve-moi de la géhenne qui m’attend, / arrache-moi au feu éternel, / juste Juge, je suis déjà condamné; / fais que j’échappe, Verbe de Dieu, / à la tempête qui veut m’engloutir; / je tremble, hélas, à la pensée / du grand nombre de mes péchés; / devant toi je me prosterne en pleurant, / Ami des hommes, dans la contrition de mon cœur, / implorant, Seigneur, ta pitié.

Qui ne verserait des larmes sur moi? / Dans mon intempérance, j’ai transgressé la loi du Seigneur; / j’ai habité l’Enfer au lieu du Paradis; / la douceur du fruit s’est transformé en l’amertume du fiel; / de ta gloire et de celle des Anges je me suis éloigné, / mais agrée ma conversion, / en ton amour des hommes, Dieu de tendresse et de pitié.

Tous les fidèles défunts, place-les, / Source de vie, sur la terre des vivants, / dans le lieu du repos, dans les tabernacles éternels, / là où resplendit ton visage de clarté, / là où les Justes goûtent les délices, la joie et la paix, / sans tenir compte des fautes qu’ils ont commises en parole, en action, / consciemment ou non, Seigneur de bonté.

* * *

Martyrika

Tes Martyrs, ô Christ, / ont enduré maints tourments / et reçu pour finir la couronne des cieux, / afin qu’ils intercèdent pour nos âmes.

Les victorieux Martyrs, / citoyens de la patrie céleste, / combattant sur la terre, / ont enduré maints tourments; / par leur intercession / et par leurs prières, Seigneur, garde-nous.

Ta Croix, Seigneur, est devenue / pour les Martyrs un invincible trophée; / voyant la mort qui les guettait / et prévoyant quelle vie les attendait, / ils puisèrent la force en ton espoir; / par leur intercession, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Qui donc refusera de te dire bienheureuse, ô Vierge toute-sainte, / qui donc ne voudra chanter la louange / de ton enfantement virginal? / Car le Fils unique, le reflet du Père intemporel, / celui qui est sorti de toi, ô Vierge immaculée, / s’est incarné ineffablement: / il est Dieu par nature et, par nature, s’est fait homme pour nous sauver; / sans être divisé en deux personnes, il s’est fait connaître en deux natures sans confusion; / ô Vierge sainte et toute-bienheureuse, / intercède auprès de lui pour qu’il ait pitié de nous.

Prokimenon, ton 7: Ô Dieu, tu es le rempart qui me protège, / et ta miséricorde me prévient. Verset: Seigneur, délivre-moi de mes ennemis, et de mes adversaires protège-moi,

Apostiches

Tes Martyrs, Seigneur, ne t’ont pas renié, / de tes préceptes ils ne se sont pas écartés: / par leurs prières, aie pitié de nous.

Par ton verbe créateur / tu m’as permis de naître et d’exister, / pour faire de moi un être vivant, / tu as uni en moi le visible et l’invisible; / de la terre tu as façonné mon corps, / tu m’as donné une âme également / par ton souffle divin et vivifiant; / à ton serviteur accorde aussi le repos, Dieu sauveur, / dans les tabernacles des justes, sur la terre des vivants.

Adam fut saisi de douleur / lorsqu’il goûta au fruit défendu / autrefois dans l’Éden, / car le serpent lui injecta son venin, / et par lui dans le monde entra la mort, / qui engloutit le genre humain; / mais le Seigneur est venu, / il a tué le dragon / et nous a donné le repos; / aussi crions-lui: Dieu sauveur, / épargne ceux que tu as pris avec toi / et donne-leur le repos parmi tes élus.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Christ, par les prières de celle qui t’enfanta, / des Prophètes, des Apôtres, des Martyrs, / des Pontifes, des Justes, des Bienheureux, / et par les prières de tous les Saints, / accorde à tes serviteurs défunts le repos éternel.

LE VENDREDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Le Seigneur est mon secours, ma protection, / c’est lui qui m’a sauvé, / il est mon Dieu, et je veux le glorifier, / le Dieu de mon père, et je l’exalterai, / car il s’est couvert de gloire.

Ne me repousse pas, n’aie pas dégoût de moi, / Vierge pure, en ta bonté, / ne me dédaigne pas qui accours de tout cœur / sous ta miséricorde, mais donne-moi / de goûter la grâce qui est en toi.

Excellente Mère de Dieu, secours des affligés, / de mon âme agrée les soupirs / et délivre-moi / de la conséquence des péchés / que j’ai commis pour mon malheur.

Gloire: Je me prosterne devant toi, / Protectrice des malheureux; / préserve-moi du feu éternel, / des ténèbres, de la séparation, / moi qui ai gâché mon existence dans le mal.

Maintenant: Hélas, comment t’implorer, / ô Jésus, mon rédempteur, / moi qui ai si fort péché contre toi? / Désormais comme avocate je vais t’envoyer / ta pure Mère: prends pitié et sauve-moi.

Ode 3

Seigneur, affermis mon cœur / sur la pierre de tes commandements, / pour qu’il ne chancelle pas, / car tu es le seul Saint et le seul Seigneur.

Mère du Verbe, je m’incline devant toi, / en ta miséricorde, accueille-moi; / procure à qui l’implore le pardon de ses péchés / par ta chaleureuse intercession.

Notre Dame, prends pitié de moi: / délivre-moi de tout mal, / des coups portés par les démons / et du châtiment éternel.

Gloire: Calme l’ivresse de mes passions, / Souveraine, en m’accordant / la divine tempérance, le repentir / et la salutaire conversion.

Maintenant: Divine Génitrice ayant conçu / ineffablement le Seigneur / et Créateur de l’univers, / prie-le d’accorder à tes brebis le salut.

Ode 4

Le Prophète, Seigneur, / apprenant ta venue, / fut saisi de stupeur, / car tu as voulu naître d’une Vierge / et te montrer parmi les hommes, / et il dit: J’ai entendu ta voix / et je suis rempli de crainte, / gloire à ta puissance, Seigneur.

Mon âme constamment / porte les plaies de mes vices, / je suis assailli / par les blessures et la douleur, / mon cœur demeure endurci, / incurable est mon cas: / divine Mère, prends pitié, / pour me guérir par tes prières et me sauver.

Les ténèbres du péché / ont couvert mon âme, Génitrice de Dieu: / c’est comme en pleine nuit / que je chemine en la clarté, / puisque je n’observe pas / les préceptes du Christ: / Mère de la divine lumière, aie pitié, / éclaire-moi, je t’en prie.

Gloire: Le Verbe du Dieu vivant, / Vierge Mère, est descendu / dans tes entrailles et il a pris / de ton chaste sein / toute ma complexion: / une seule personne en est issue / en deux natures; prie-la / pour que nos âmes aient le salut.

Maintenant: Constamment j’ai suivi / les désirs de mon corps / et toute volupté; / j’en suis tout corrompu, / avili, dégoûtant: / pure Génitrice de Dieu, / prends pitié et sauve-moi, / dans la tendresse de ton cœur.

Ode 5

La nuit, je veille devant toi, Seigneur ami des hommes, / je t’en prie, illumine-moi, / conduis-moi sur la route de tes commandements / et apprends-moi, Dieu Sauveur, à faire ta volonté.

Pour moi j’ai allumé le feu de la géhenne: / faisant ce qui ne convient pas, / je me suis attiré le courroux divin; / Vierge pure, aide-moi, ne m’abandonne pas.

Bien que demandant la rémission de mes péchés, / je ne cesse de commettre l’iniquité, / Vierge pure, au point de t’irriter, / mais fais-moi grâce, propitiation des croyants.

Gloire: Celui que tu as enfanté de tes entrailles, / homme parfait et véritable Dieu, / Vierge pure, supplie-le / de nous épargner le feu éternel.

Maintenant: Infranchissable Porte, je t’en prie, / ouvre-moi les portes de la véritable conversion / et montre-moi les chemins du repentir, / Vierge pure, souveraine de tous.

Ode 6

J’ai crié de tout mon cœur / vers le Dieu de tendresse, / il écoute mon appel du plus profond de l’Enfer, / et à la fosse il rachète ma vie.

La houle des impures pensées m’entraîne vers le fond, / mais toi, dans la tendresse de ton cœur, / guide-moi vers le calme port / de la véritable conversion.

Puisqu’en toi, ô Vierge, nous avons / espérance, invincible rempart et ferme protection, / nous sommes délivrés des funestes passions, / du péché et de tout mal.

Gloire: Vierge pure, je me prosterne devant toi / et dans les larmes je t’appelle, ô Mère de Dieu: / ma pauvre âme, délivre-la / du jugement à venir et du feu éternel.

Maintenant: Tu es, ô Vierge, par ton intercession / la force des âmes en difficulté: / puisque j’ai l’âme en peine, viens donc, / ne dédaigne pas de me guérir.

Cathisme

Dans la tendresse de ton amour, / ô Christ, descendu sur terre / et prenant chair de la Vierge, tu sanctifias / tous les terrestres pour les appeler vers les cieux; / nous ne pouvons plus faillir puisqu’en toi nous espérons, / mais par toi nous sommes délivrés de tout danger; / c’est toi qui nous sauves, en effet, / toi notre Créateur et notre Dieu.

Ode 7

Nous avons commis le péché, l’iniquité, / l’injustice devant toi; / nous n’avons pas gardé / ni mis en pratique tes commandements: / ne nous rejette pas jusqu’à la fin, / Seigneur, Dieu de nos Pères.

Lorsque ma pauvre âme subira / la séparation de mon corps / et que nul ne sera là / pour la délivrer, la consoler, / notre Dame, sois présente à ce moment / pour la sauver des malfaisants démons.

Je me prosterne devant toi, / de mes chaudes larmes j’apporte le flot: / je connais ton amour pour l’humanité, / ta clémence, ta longanimité; / Vierge pure, aie pitié de moi, / me procurant le pardon et le salut.

Gloire: Ô Vierge, prends en pitié / ma pauvre âme infortunée; / vois le remous de mes passions, / l’ardeur intolérable de ma chair; / pour m’en affranchir accorde-moi / ton salutaire secours.

Maintenant: Le Fils consubstantiel au Père, le Verbe coéternel / ayant pris de toi notre chair / porteuse d’âme et d’esprit / sans changement, comme il le sait / en elle a renouvelé, perfectionné / notre nature, ô Vierge immaculée.

Ode 8

Celui que tous les Anges glorifient, / devant qui tremblent les Chérubins / et les Séraphins, / que tout ce qui vit et respire / et toute la création / le chante, le bénisse et l’exalte dans tous les siècles!

Je tremble à la pensée de mes actions, / je redoute le jugement du terrible tribunal: / malheureux que je suis, / quelle réponse présenter? / Mais toi, Souveraine du monde, ce jour-là / tu plaideras en ma faveur.

Lorsque j’élève les yeux / vers ton image sacrée, / toi-même ne me rejette pas, / Souveraine, mais sois pour moi / compatissante, pour me préserver / de la condamnation dont je suis menacé.

Gloire: Divine Épouse inépousée, / ô Marie, délivre-moi / de tout funeste mal, / moi ton serviteur, je t’en prie, / par ta présence, désormais, / seule protectrice des chrétiens.

Maintenant: Pour diviniser les hommes, ton Fils, / notre Dame, est issu de toi / en homme parfait; / prie-le donc de me purifier entièrement / afin que je puisse avoir part / à son royaume divin.

Ode 9

Sans semence tu as conçu, / ineffable est ton enfantement, / ô Mère inépousée: / virginalement / Dieu s’incarne et renouvelle les lois de la nature; / et selon la vraie foi, / ô Vierge Mère de Dieu, / d’âge en âge nous te magnifions.

Toi seule, ô Vierge immaculée, / tu es la protectrice des humains, / toi seule, tu es / le rempart des chrétiens, / et c’est toi que maintenant / comme avocate je choisis devant le Christ / pour que du misérable que je suis / par tes prières il prenne pitié.

J’ai commis les œuvres de la nuit, / et la nuit des supplices à présent / va couvrir bien justement / mes vaines actions, / je vais subir tous les tourments de l’enfer; / mais toi, Vierge pure qui as enfanté / notre Juge et notre Dieu, / de toute peine sauve-moi.

Gloire: Dans le mal j’ai gaspillé / tout le temps de ma vie; / des portes de l’enfer / j’approche à présent / et j’y vais sans être prêt; / divine Mère, en ta bonté, / viens à mon secours, / puisqu’en toi j’ai placé mon espoir.

Maintenant: Souveraine amie du bien, / beauté des Anges, gloire des Martyrs, / intercède avec eux / pour nous obtenir / miséricorde, rémission de nos péchés, / et de pouvoir achever / en tout bien notre vie, / accomplissant ce qui plaît au Seigneur Dieu.

LE SAMEDI À MATINES

Cathisme I

Comme sur l’arène les athlètes s’exerçaient, / sur les Martyrs s’acharnaient les bourreaux; / les chœurs des Anges leur préparaient la couronne des vainqueurs; / leur sagesse étonna les tyrans et les rois; / ils ont vaincu le diable en confessant le Christ. / Toi qui leur donnas la force, Seigneur, gloire à toi.

Les Saints ont combattu le noble combat, / ils ont reçu de toi la récompense des vainqueurs; / et, méprisant le jugement des impies, / ils ont obtenu la couronne d’immortalité; / par leurs prières, ô notre Dieu, / accorde-nous la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Toi qui as appelé ta Mère bienheureuse / et marchas vers ta Passion selon ton bon vouloir, / sur la Croix resplendit ta lumière, / car tu désirais partir à la recherche d’Adam; / aux Anges tu annonces: Réjouissez-vous avec moi, / car elle est retrouvée, la drachme perdue. / Toi qui fis tout avec sagesse, / gloire à toi, Seigneur notre Dieu.

Cathisme II

Seigneur, la mémoire de tes Martyrs / rappelle le Paradis et l’Éden; / en elle se réjouit l’entière création / et, par leur intercession, / accorde-nous, Seigneur, / la paix et la grande miséricorde.

Vraiment, tout est vanité: / comme un songe, comme une ombre passe la vie; / c’est en vain que s’agitent les mortels, / comme l’Ecriture le dit; / quand nous aurons gagné l’univers, / nous habiterons tout de même le tombeau, / les pauvres comme les rois. / Aussi, ô Christ notre Dieu, / donne à tes serviteurs défunts le repos, / en ton amour pour les hommes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Puissante protectrice et refuge des mortels, / Mère de Dieu et Vierge Marie, / toi qui as enfanté dans le temps / le Fils intemporel et Verbe de Dieu, / comme une Mère sans cesse prie-le / avec les Prophètes, les Martyrs / et les Ascètes divins / de sauver les fidèles trépassés.

Le canon de Tous les Saints porte en acrostiche: Je loue par mes paroles les amis du Verbe. Joseph. Celui des Défunts est l’œuvre de Théophane, et il a pour acrostiche: Aux trépassés j’adresse mon sixième chant.

Ode 1

Avec toute son armée / fut englouti le Pharaon, / mais le peuple d’Israël, / traversant la mer, s’écria: / Chantons pour le Seigneur notre Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

De leur esprit illuminé / confondant les sombres tyrans / qui faisaient fi de la Clarté, / les Martyrs sont passés sagement / vers la lumière sans déclin, / portant couronnes de vainqueurs.

Les Pontifes du Christ / et tous les saints Moines en chœur, / l’immense multitude / des Prophètes et de tous les Saints, / dans la splendeur de leurs vertus, / ont rejoint les tabernacles des cieux.

Par leur courage dans les combats / ayant foulé aux pieds le meurtrier / qui par sa ruse avait causé le trépas / de la première aïeule jadis, / les saintes Femmes sont entrées dans l’intimité du Seigneur / et par des hymnes nous les disons bienheureuses.

Nékrosimon: Toi qui façonnas le genre humain / du limon de la terre, au commencement, / fais reposer les âmes de tes serviteurs, / ô Christ, nous t’en prions, / dans le lieu de fraîcheur et de paix, / dans les tabernacles des Justes, Seigneur de bonté.

Théotokion: Plus sainte, ô Vierge, tu as paru / que les Chérubins et les Séraphins, / ayant enfanté l’Auteur de la création; / sans cesse implore-le / pour qu’il prenne en pitié / tes serviteurs qui te glorifient.

* * *

Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, / comme en terre ferme, / et vu le Pharaon persécuteur / englouti dans les flots, / alors il s’écria: Chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu.

Dans les parvis célestes / les nobles Martyrs / sans cesse t’implorent, ô Christ, / en faveur des fidèles décédés / afin que tu leur donnes d’avoir part / à l’héritage des biens éternels.

Lorsque tu ajustas la création, / tu me mis à la croisée de l’univers / et l’homme, tu le modelas / entre le zéro et l’infini: / Sauveur, accorde le repos / aux âmes de tes fidèles serviteurs.

Aux origines tu m’établis / citoyen et jardinier du Paradis / et tu m’en as chassé / lorsque j’ai violé ta loi: / Sauveur, accorde le repos / aux âmes de tes fidèles serviteurs.

Théotokion: Celui qui d’une côte façonna / Ève notre aïeule jadis, / de ton sein immaculé / sortit revêtu de notre chair / et par elle détruisit, / Vierge pure, la force de la mort.

Ode 3

Établissant mon âme / sur le roc inébranlable de ta foi, / affermis-la, Seigneur, / car en toi j’ai trouvé / ma forteresse et mon abri.

Les martyrs, ayant souffert / les peines corporelles, / dans l’allégresse ont découvert / la récompense qui mit fin à leurs douleurs / et dans la grâce ils nous délivrent de toute sorte de maux.

Par la fermeté de leur esprit / repoussant les fauves cruels, / les divins Pontifes ont gardé / de leur méchanceté / saines et sauves les ouailles du Christ.

Ayant accepté de plein gré / le joug du Seigneur, / le chœur des saints Moines a mortifié / l’arrogance de la chair / et reçu pour les siècles la vie.

Nékrosimon: De l’éternelle flamme, ô Christ, / délivre les fidèles trépassés;/ accorde-leur, en ta bonté, / la rémission de leurs péchés / et le bonheur en l’au-delà.

Théotokion: Les Femmes amies du Christ, / se tenant près de toi, / ô Vierge immaculée / qui l’as conçu d’inexplicable façon, / dansent et jubilent de joie.

* * *

Nul n’est saint / comme toi, Seigneur mon Dieu; / tu as exalté la force de tes fidèles, dans ta bonté, / et tu nous as fondés / sur le roc inébranlable / de la confession de ton nom.

Tes Martyrs, Source de vie, / ont mené le bon combat / et de toi ils ont reçu / la couronne des vainqueurs: / les âmes des fidèles trépassés / obtiennent par eux l’éternelle rédemption.

Par des prodiges éclatants / m’ayant d’abord enseigné, / pour finir tu t’es abaissé, / en ton immense compassion, / et moi, la brebis perdue que tu cherchais, / m’ayant trouvé, tu m’as donné le salut.

Ceux qui ont dépassé près de toi / la fragilité de cette vie, / Seigneur, accorde-leur / d’habiter joyeusement / dans les tabernacles éternels: / justifie-les par la foi et l’amour.

Théotokion: Nul n’est sans tache comme toi, / sainte Mère de Dieu, / car seule tu as conçu / en ton sein l’éternel / et suprême Dieu de vérité / qui a brisé la puissance de la mort.

Ode 4

Seigneur, j’ai entendu ta voix / et je suis rempli d’effroi; / sur tes œuvres j’ai médité: / gloire à ta puissance, Seigneur.

Debout, les victorieux Martyrs / voyaient à leurs pieds le Superbe terrassé / et, dans l’action de grâces, glorifiaient / le Créateur de l’univers.

Tout armés de leurs clairs discours, / les saints Pontifes ont conduit les croyants / vers la lumière de la divine connaissance / pour les sauver des ténèbres de l’erreur.

Comme braises enflammées / par votre ardeur pour les choses de Dieu, / vous avez consumé les passions charnelles, / saints Moines, et grande gloire vous fut donnée.

Nékrosimon: Seigneur qui as pouvoir / sur les vivants et sur les morts, / fais reposer nos trépassés / en compagnie de tes élus.

Théotokion: Ayant pris chair ineffablement / de toi, ô Vierge immaculée, / le Seigneur agrée les saintes Femmes / qui ont lutté vaillamment.

* * *

Le Christ est ma force, / mon Seigneur et mon Dieu! / tel est le chant divin / que la sainte Église proclame / et d’un cœur purifié / elle fête le Seigneur.

Leur montrant les signes / d’une plus haute Sagesse / et de ta bonté, Seigneur, / si généreuse de ses dons, / tu as mis les saints Martyrs / au nombre des Anges dans le ciel.

Accorde en partage / ta gloire ineffable / à ceux qui près de toi, ô Christ, sont passés / dans le séjour bienheureux / où sans fin résonne le chant de la joie.

Ceux que tu as pris de terre, / Dieu de tendresse, accorde-leur / de chanter éternellement ta divine majesté: / les purifiant de tout péché, / transforme-les en fils de lumière.

Théotokion: Tu es le ciboire très-pur / et le temple immaculé, / l’arche d’alliance sacrée, / le lieu de toute sainteté; / virginale gloire de Jacob, / tu es l’élue du Seigneur notre Dieu.

Ode 5

Toi qui fais poindre sur le monde la clarté, / illumine mon cœur, ô Christ; / je t’appelle du milieu de la nuit, sauve-moi.

Saints Martyrs, revêtus de l’habit tissé par la grâce d’en-haut, / vous avez dépouillé l’Ennemi.

Avec les saints Prophètes vénérons / les Moines agréables au Seigneur / et les Pontifes imitateurs de la sagesse de Dieu.

Par nos psaumes et nos chants, / des saintes Femmes célébrons l’assemblée, / car elles furent agréables au Seigneur.

Nékrosimon: Dans les tabernacles des Justes, Seigneur, / veuille placer tes fidèles serviteurs, / sans tenir compte des péchés commis en cette vie.

Théotokion: Devant la malfaisance de l’ennemi, / notre Dame, sois pour nous le salut / en implorant le Christ, le seul compatissant.

* * *

Dieu très-bon, illumine, je t’en prie, / de ton éclat divin / les âmes de tes amants qui veillent devant toi, / afin qu’ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, / toi le Dieu véritable / qui nous fais revenir des ténèbres du péché.

Comme holocaustes sacrés / et prémices du genre humain / les saints Martyrs furent offerts / au Dieu qui les a glorifiés; / et sans cesse à présent / ils nous procurent la grande miséricorde.

À tes fidèles serviteurs / qui se sont endormis avant nous, / accorde, Seigneur, / avec la rémission des péchés, / le céleste séjour / et le partage de tes dons.

Par nature tu es le seul / qui donne vie à l’univers; / insondable océan de bonté, / Dieu de tendresse, le seul immortel, / à tes défunts serviteurs, / Seigneur, accorde le royaume des cieux.

Théotokion: Celui qui est né de toi, / Souveraine de l’univers, / est devenu la force et le salut, / la louange des âmes perdues / qu’il a sauvées des portes de l’Enfer / pour magnifier ton nom dans la foi.

Ode 6

Englouti par le monstre du péché, / je crie vers toi, ô Christ: / comme le prophète Jonas / délivre-moi de la mort.

Sous les flots divins de votre sang / vous avez englouti l’Ennemi, / tandis que vous avez abreuvé, / saints Martyrs, les cœurs des croyants.

Pour le monde et pour les passions / vous-mêmes vous étant crucifiés, / saints Moines et Pontifes, / vous avez obtenu la gloire de Dieu.

Les Prophètes en chœur, / les Femmes en leur sainte assemblée / pour le bon combat qu’ils ont mené / sont dits bienheureux, comme il se doit.

Nékrosimon: Des fidèles trépassés avant nous / fais reposer les âmes, / Seigneur, parmi tes élus, / sans tenir compte de leurs péchés.

Théotokion: Toi qui enfantas le Christ dans la chair, / mortifie mes passions charnelles, / ô Vierge, et vivifie / mon âme par ta sainte médiation.

* * *

Lorsque je vois / l’océan de cette vie / soulevé par la tempête des tentations, / j’accours à ton havre de paix / et je crie, ô Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie.

Le cortège des Martyrs / qui t’ont suivi dans ta passion, / Seigneur cloué sur la croix, / tu l’as réuni près de toi: / Dieu de bonté, nous t’en prions, / accorde aux trépassés le repos éternel.

Au jour terrifiant / où dans la gloire tu viendras / sur les nuées du ciel / pour juger le monde entier, / Sauveur, accorde à tes fidèles serviteurs / de te rencontrer dans l’éternelle splendeur.

Tu es la source de la vie / et, dans ta force divine, Seigneur, / tu as fait sortir les captifs de l’Enfer; / c’est pourquoi nous te prions d’accorder / aux serviteurs qui t’ont rejoint par la foi / le bienheureux séjour et les délices du Paradis.

Théotokion: Du Seigneur ayant jadis / transgressé le précepte divin, / vers la terre nous sommes retournés, / mais par toi, ô Vierge, nous montons à nouveau / de la terre jusqu’au ciel, / ayant secoué la poussière du tombeau.

Ode 7

Toi qui écoutas / l’hymne des Jeunes Gens / et sur la fournaise ardente versas la rosée, / Seigneur, tu es béni.

Honorons par des chants / les victorieux Athlètes du Christ / qui sous les flots de leur sang / étouffèrent la fournaise des faux-dieux.

Les Pontifes au bon renom, / ayant mis fin à l’hiver des hérésies, / dans l’allégresse sont passés / vers le printemps de notre Dieu.

En votre patience infinie, / saints Ascètes, vous vous êtes enrichis / des grâces de l’Esprit / en abattant l’audace de l’Ennemi.

Nékrosimon: Aux fidèles ayant quitté cette vie, / en ton amour des hommes, Seigneur, / accorde en héritage, dans ta bonté, / les délices du Paradis.

Théotokion: Celui qui conserva ta virginité, / Toute-pure, même après l’enfantement, / des chœurs des saintes Femmes a voulu / que tu fusses accompagnée.

* * *

Dans la fournaise l’Ange répandit la rosée / sur les nobles Jeunes Gens, / mais le feu brûla les Chaldéens / sur l’ordre de Dieu / et le tyran fut forcé de chanter; / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Par ton sang les Martyrs / rachetés de la première transgression / et lavés dans leur propre sang / ont clairement représenté / ta sainte immolation: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Ayant terrassé l’orgueilleuse mort, / ô Verbe, principe de vie, / accueille auprès de toi maintenant / ceux qui s’endormirent dans la foi; / ils chantent ta gloire en disant: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

De ton souffle divin / tu as animé l’humanité; / Dieu suprême et Sauveur, / en ton royaume reçois les trépassés, / afin qu’ils puissent te chanter: / Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Théotokion: Sommet de la création, / Vierge pure, tu as conçu / le Dieu vainqueur de la mort / qui a brisé les portes de l’Enfer; / et nous, fidèles, te chantons, / Tout-immaculée, comme la Mère de Dieu.

Ode 8

Dans la fournaise les Jeunes Gens / ont imité les Chérubins, / chantant l’hymne du Trois-fois-Saint:/ Louez, bénissez, / exaltez le Seigneur.

Par grâce, les divins Martyrs / ayant traversé vaillamment / la tempête sanglante des tourments, / ont gagné le calme profond / du royaume d’en-haut.

Les Pontifes vénérés, / comme soleil resplendissant, / ont illuminé l’univers / des rayons de leurs sages enseignements / et par la splendeur de leurs miracles étonnants.

Chantons, parmi les Femmes, les amies de Dieu / et celles qui ont servi le Créateur / dans l’ascèse et les combats, / devenant capables d’intercéder / auprès du Maître de l’univers.

Nékrosimon: Chantons les Justes de tous les temps, / les Prophètes divinement inspirés / et crions, pleins de componction: / par leurs prières, ô Verbe de Dieu, / fais reposer les fidèles trépassés.

Théotokion: Toi, si proche de Dieu, / le chœur des saintes Femmes t’a chérie, / ô Vierge, et fut conduit / à ta suite devant le Roi de l’univers, / d’une même voix te disant bienheureuse.

* * *

De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée / et, par l’eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, / car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: / ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Ayant combattu généreusement, / vous avez reçu la couronne des vainqueurs, / valeureux Athlètes du Christ, en chantant: / Ô Christ, nous t’exaltons dans tous les siècles.

Aux fidèles ayant quitté cette vie, / qui sont passés près de toi, Seigneur, / en ta grâce, accorde le repos, / afin qu’ils t’exaltent dans tous les siècles.

Sauveur, accueille en tes parvis / sur la terre des justes les trépassés; / justifie-les pour la foi qu’ils eurent en toi, / afin qu’ils t’exaltent dans tous les siècles.

Théotokion: Bienheureuse nous te disons, ô Vierge bénie / qui as mis au monde pour nous dans la chair / le Verbe céleste et bienheureux / que nous exaltons dans tous les siècles.

Ode 9

Toi qui reçus l’angélique salutation / et mis au monde ton propre Créateur, / ô Vierge, sauve ceux qui te magnifient.

Au Seigneur vous étant offerts, / saints Martyrs, comme victimes immaculées, / priez-le pour que nos âmes soient sauvées.

Comme pasteurs ayant mené vos brebis, / saints Pontifes, sur les pâturages de la foi, / au bercail divin vous résidez maintenant.

Avec lès Prophètes et les Pontifes saints, / avec le chœur des Femmes ayant bien combattu, / chœurs des Moines, nous vous disons bienheureux.

Nékrosimon: De l’allégresse sans fin / que partage la multitude des Saints, / Dieu de tendresse, rends dignes les défunts.

Théotokion: Chassant les profondes ténèbres du péché, / illumine mon âme, ô Vierge immaculée, / toi qui as mis au monde la Clarté.

* * *

Aux hommes il est impossible / de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes / n’osent fixer leur regard, / mais aux mortels s’est manifesté le Verbe fait chair / grâce à toi, ô Toute-pure, / et lorsque nous le magnifions / avec les armées célestes / nous te proclamons bienheureuse.

La divine espérance / fortifia les chœurs des Martyrs / et toute son ardeur / comme sur des ailes / les transporta vers ton amour, / préfigurant l’immuable repos à venir / qu’en ta bonté, Seigneur, / tu voudras accorder aux défunts.

Ô Christ, ta bienveillance / fasse trouver aux fidèles trépassés / ta divine et brillante clarté: / dans le sein d’Abraham / accorde-leur le repos, / toi le seul compatissant, / et juge-les dignes, Seigneur, / de la béatitude sans fin.

Nékrosimon: Toi seul es par essence / bienveillance et compassion, / toi qui aimes la bonté, / Océan de miséricorde infinie: / ceux que tu as arrachés / à ce lieu de perdition / et à l’ombre de la mort, / donne-leur ta lumière sans fin.

Théotokion: Tu es l’arche d’alliance, / Vierge pure, le tabernacle saint, / la table où la grâce est inscrite comme loi; / à cause de toi est accordée / la rémission des péchés / aux fidèles justifiés / par le sang de celui qui s’incarna / de ton sein, ô Vierge immaculée.

Exapostilaire (ton 3)

Ô Dieu qui seul reposes parmi les Saints, / sauve ceux qui invoquent ton nom, / par les prières des Apôtres, des Martyrs, / des Prophètes, des Pontifes et de tous les Saints.

Ô Dieu, tu es le maître des morts et des vivants: / fais reposer tes serviteurs dans les tabernacles des élus; / et, même s’ils ont péché, / Dieu sauveur, ils ne se sont pas éloignés de toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

En toi, divine Mère, nous trouvons la fierté, / et tu plaides pour nous devant Dieu; / étends ta vénérable main / pour écraser notre Ennemi; / que Dieu par tes prières nous envoie / de son Sanctuaire le salut.

Laudes

Martyrika

Seigneur, en mémoire de tes Martyrs / c’est un jour de fête pour toute la création: / avec les Anges dans les cieux / la terre des hommes se réjouit; / par leur intercession, aie pitié de nous.

Seigneur, si nous n’avions le patronage de tes Saints / et l’assurance de ta compatissante bonté, / comment oserions-nous te chanter, / Sauveur que les Anges bénissent sans fin; / toi qui sondes les cœurs, / aie pitié de nous.

La mémoire des Martyrs / réjouit ceux qui craignent le Seigneur: / en combattant pour le Christ / ils ont reçu la couronne dans le ciel; / et maintenant ils ont le pouvoir d’intercéder / pour le salut de nos âmes.

Notre Dieu fit merveille par les Saints qu’il a choisis. / Soyez dans la joie et l’allégresse, vous tous qui le servez, / car il vous a couronnés dans le royaume des cieux: / nous vous demandons de ne pas nous oublier.

Nékrosimon

Adam fut saisi de douleur / lorsqu’il goûta au fruit défendu / autrefois dans l’Éden, / car le serpent lui injecta son venin, / et par lui dans le monde entra la mort, / qui engloutit le genre humain; / mais le Seigneur est venu, / il a tué le dragon / et nous a donné le repos; / aussi crions-lui: Dieu sauveur, / épargne ceux que tu as pris avec toi / et donne-leur le repos parmi tes élus.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Tu es notre Dieu, / avec sagesse tu as créé l’univers et l’as rempli; / ô Christ, tu as envoyé les prophètes pour annoncer ta parousie / et les Apôtres pour proclamer tes hauts faits: / les uns ont prophétisé ta venue, / les autres par le baptême ont illuminé les nations; / par leurs souffrances les martyrs / ont obtenu l’objet de leur désir/ et leur chœur intercède devant toi / avec celle qui t’enfanta; / ô Dieu, fais reposer les âmes de ceux que tu as pris / et juge-nous dignes du royaume des cieux, / toi qui, pour effacer ma condamnation, / as souffert la croix, mon Sauveur et mon Dieu.

S’il y a Alléluia, nous chantons aux Laudes les précédents Martyrika, et comme Apostiches les Prosomia suivants;

Apostiches

Par la tendresse ineffable que tu as pour nous / et la source inépuisable de ta bonté, / accueille, Seigneur, les trépassés dans la terre des vivants / et place-les dans les tabernacles éternels, / lui assurant la jouissance des biens désirés, / car tu as versé ton sang, ô Christ, / pour racheter le monde au prix de ta vie.

Heureux ceux que tu as élus, / ceux que tu as pris, Seigneur, avec toi.

Pour nous faire vivre, tu as accepté la mort, / tu as fait jaillir les sources de vie, / aux fidèles tu donnes le bonheur éternel; / accorde-le à ceux qui se sont endormis / dans l’espérance de la résurrection, / efface tous leurs péchés, dans ta bonté, / car tu es le seul sans péché; / montre-nous ton amour, / afin que soit loué ton nom / et que, sauvés par toi, ô Christ, / nous puissions glorifier ton amour envers nous.

Leur souvenir demeure d’âge en âge.

Ô Christ, nous reconnaissons / ta divine seigneurie / sur les vivants et sur les morts; / accorde à tes fidèles serviteurs / qui ont rejoint leur seul bienfaiteur / le séjour de tes élus, / dans le lieu du rafraîchissement, / dans la gloire de tes Saints, / car tu es celui qui veut la miséricorde et, comme Dieu, / tu sauves, en ton unique bonté, / ceux qu’à ton image tu as créés.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Vierge toute-sainte, tu es la demeure de Dieu, / tu l’as abrité dans ton sein / et, sans épousailles, tu as enfanté / l’unique personne en deux natures; / prie le Fils unique et premier-né / qui a laissé intacte ta virginité, / même après l’enfantement, / d’accorder le repos / aux fidèles pieusement endormis, / dans la béatitude et la lumière sans fin.

LE SAMEDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de moi, Dieu sauveur, / quand tu entreras dans ton royaume, / seul Ami des hommes, sauve-moi.

Ami des hommes qui as glorifié / les Prophètes, les Docteurs, les Justes, les Moines saints, / par leurs prières, Seigneur, sauve-nous.

Glorieux Martyrs qui n’avez pas redouté / le feu, le glaive, les bêtes fauves, les scies, / vous avez mérité la vie éternelle.

Avec tous les Justes et les Saints / place, ô Verbe, les fidèles que de ce monde passager / tu as pris avec toi pour qu’ils te glorifient.

Gloire au Père...

Trinité qu’en l’Unité nous chantons, / Dieu tout-puissant, place dans le sein d’Abraham / les fidèles que tu as fait passer de terre vers toi.

Maintenant... Théotokion

Bienheureuse, tu l’es pour toutes les générations, / car tu as enfanté la suprême béatitude, notre Dieu, / Vierge pure, sans qu’on puisse l’expliquer.