SEPTIÈME TON

Dimanche

LE SAMEDI SOIR AUX PETITES VÊPRES

Lucernaire

On chante 4 stichères, en répétant le premier.

Venez, crions de joie pour le Seigneur / qui a brisé la puissance de la mort, / éclairant de sa lumière / le genre humain, qui chante avec les Anges: / Dieu créateur et sauveur, gloire à toi.

Pour nous, Sauveur, tu enduras la croix et le tombeau, / par ta mort, ô notre Dieu, tu as fait périr la mort; / aussi nous vénérons ta Résurrection le troisième jour: / Seigneur, gloire à toi.

Lorsque les Apôtres contemplèrent la Résurrection du Créateur, / ils crièrent merveille et chantèrent sa louange en chœur avec les Anges: / Gloire de l’Église et splendeur du royaume! / Toi qui as souffert pour nous, Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Redoutable et ineffable, en vérité, / le mystère accompli en toi, ô Vierge immaculée: / le Verbe, cause suprême de l’univers, / s’incarne du saint Esprit, dépassant toute cause ou raison; / de toi il prend chair et tu l’enfantes, / mais sa nature demeure inchangée; / unique est la personne où se rencontrent / les deux natures distinctes dont il est constitué; / le voici, homme et Dieu totalement, / en l’une et l’autre de ses natures montrant l’entièreté de leur puissance; / car, s’il a souffert en sa chair sur la croix, / impassible est demeurée sa propre divinité; / la mort, il l’a subie comme un mortel, / mais, étant Dieu, il revint à la vie le troisième jour, / abolissant la puissance de la mort / et de la fosse retirant l’humanité. / Comme au Rédempteur et Sauveur du genre humain, / demande-lui, sainte Mère de Dieu, / de nous accorder sa miséricorde et la grande miséricorde.

Apostiches

Du tombeau tu es ressuscité, Sauveur du monde, / et dans ta chair tu ressuscites le genre humain: / Seigneur, gloire à toi.

Je célébrerai ton nom d’âge en âge.

Ô Vierge, tu es l’Orient du Soleil spirituel / parvenu au couchant de notre nature; / par le crédit que tu as auprès de lui, / implore-le, Mère toute-digne de nos chants, / pour que de tant de fautes il libère nos âmes.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille.

Rameau sur la racine de Jessé, / ô Vierge, tu fis croître en vérité / celui qui arrache à la racine / les pousses du mensonge et de l’erreur; / par le crédit que tu as auprès de lui, / sans cesse supplie-le, Toute-digne de nos chants, / d’arracher les passions de mon cœur / et d’y planter sa crainte, afin de me sauver.

Devant ta face imploreront les plus puissants.

Vierge toute-sainte et porte de Dieu, / arrache-moi aux portes de l’Enfer; / montre-moi le chemin du repentir, / que je trouve la porte menant à la vie; / guide des égarés, sois la garde / de l’humanité croyante et sauve nos âmes.

Gloire au Père... Maintenant...

De toi, Vierge Mère, d’inexprimable façon / est né le Christ notre Dieu: / voici le Dieu d’avant les siècles, / voici l’homme des temps nouveaux; / du premier il possède l’éternité / et l’autre, il l’est devenu pour nous sauver; / de chacune des deux natures en effet / il conserve en lui-même les propriétés; / la première, il l’illustre par ses miracles, / la seconde, il l’affirme par sa Passion; / c’est le même qui meurt en tant qu’homme, / le même qui ressuscite comme Dieu; / prie-le de sauver nos âmes, ô Vierge inépousée.

GRANDES VÊPRES

Lucernaire

On chante 10 stichères: ordinairement 7 de la Résurrection (les suivants) et 3 du Saint du jour (à prendre au Ménée).

Tire mon âme de prison, / que je rende grâce à ton nom!

Venez, crions de joie pour le Seigneur / qui a brisé la puissance de la mort, / éclairant de sa lumière / le genre humain, qui chante avec les Anges: / Dieu créateur et sauveur, gloire à toi.

Les justes feront cercle autour de moi, / lorsque tu me rendras ta faveur.

Pour nous, Sauveur, tu enduras la croix et le tombeau, / par ta mort, ô notre Dieu, tu as fait périr la mort; / aussi nous vénérons ta Résurrection le troisième jour: / Seigneur, gloire à toi.

Du fond de l’abîme je crie vers toi, Seigneur, / Seigneur, écoute mon appel.

Lorsque les Apôtres contemplèrent la Résurrection du Créateur, / ils crièrent merveille et chantèrent sa louange en chœur avec les Anges: / Gloire de l’Église et splendeur du royaume! / Toi qui as souffert pour nous, Seigneur, gloire à toi.

Que ton oreille se fasse attentive / au cri de ma prière.

Malgré ton arrestation par des hommes impies, / ô Christ, tu es mon Dieu, je n’en rougis pas; / pourquoi te renierais-je, quand on frappe sur ton dos, / devrais-je le cacher, lorsqu’on te cloue à la croix? / Au jour de ta Résurrection je m’en glorifie, / puisqu’en ta mort tu me vivifies. / Maître tout-puissant et ami des hommes, Seigneur, gloire à toi.

Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? /

Mais près de toi se trouve le pardon.

Accomplissant la prophétie de David, / aux Disciples le Seigneur a révélé sa grandeur en Sion, / se montrant digne de gloire et de louange en tout temps / avec le Père et le saint Esprit; / lui qui était le Verbe incorporel, / pour nous il prit un corps humain et fut mis à mort, / mais dans sa puissance il ressuscite par amour pour les hommes.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; /

mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Ô Christ, tu as voulu descendre jusqu’aux Enfers, / triomphant de la mort, en ta divine seigneurie; / lorsque tu ressuscitas le troisième jour, / avec toi tu fis surgir Adam libéré de ses liens, / le tirant de la fosse pour qu’il puisse te chanter: / Gloire à ta Résurrection, ô Christ ami des hommes.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, depuis la garde du matin, /

qu’Israël espère le Seigneur!

Au tombeau l’on te dépose, Seigneur, comme un dormant, / par la force de ta puissance tu ressuscites le troisième jour, / avec toi faisant surgir Adam de la poussière du tombeau, / ô Seigneur tout-puissant.

Et pour les stichères du Ménée:

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: /

c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Gloire au Père... (du Ménée) Maintenant... Théotokion

Comme les lois de la nature sont dépassées / en ta maternité, ô Mère de Dieu, / en ta virginité tu dépasses l’entendement, / nulle langue ne peut expliquer la merveille de ton enfantement; / étonnante est la façon dont tu conçus, ô Vierge immaculée, / impénétrable la manière dont tu enfantas; / car, lorsque Dieu le veut ainsi, / les lois de la nature doivent se plier; / et nous qui savons tous que tu es la Mère de Dieu, / nous te prions ardemment d’intercéder auprès de lui / pour le salut de nos âmes.

Prokimenon, ton 6: Le Seigneur règne, / revêtu de majesté. Versets: 1. Le Seigneur s’est revêtu de puissance, il l’a nouée comme ceinture à ses reins. 2. Tu fixas l’univers, inébranlable, ton trône est stable pour toujours. 3. A ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Apostiches

Du tombeau tu es ressuscité, Sauveur du monde, / et dans ta chair tu ressuscites le genre humain: / Seigneur, gloire à toi.

Le Seigneur règne, vêtu de majesté, / le Seigneur règne, ceint de puissance.

Venez, adorons celui qui est ressuscité d’entre les morts, / illuminant le monde entier, / car il nous a libérés de la tyrannie de l’Enfer / par sa Résurrection le troisième jour: / il nous donne la vie et la grande miséricorde.

Tu fixas l’univers inébranlable, / ton trône est stable pour toujours.

Lorsque tu descendis aux Enfers, / ô Christ, tu dépouillas la mort; / lorsque tu ressuscitas le troisième jour, / tu nous as tous ressuscités avec toi / pour glorifier ta Résurrection, Seigneur tout-puissant.

À ta demeure convient la sainteté, / Seigneur, pour la suite des jours.

Lorsque tu reposes comme endormi dans le tombeau, / Seigneur, tu inspires l’effroi; / lorsque par ta puissance tu ressuscites le troisième jour, / avec toi tu fais surgir Adam, qui s’écrie: / Gloire à ta Résurrection, ô Christ ami des hommes.

Gloire au Père...du Saint à fêter, s’il en a; sinon,

Gloire... Maintenant... Théotokion

Vierge souveraine, nous trouvons refuge sous ta protection, / nous tous, les habitants de la terre, et nous te crions: / Mère de Dieu, notre espérance, / délivre-nous de la multitude de nos péchés, / pour le salut de nos âmes.

Tropaire

Par ta Croix, Seigneur, tu as détruit la mort, / tu as ouvert au Larron le Paradis; / tu as changé en joie le deuil des saintes Femmes / et tu as donné l’ordre à tes Apôtres de proclamer / que tu es ressuscité, Christ Dieu, / pour donner au monde la grande miséricorde.

Théotokion

Toi qui renfermas le trésor de notre résurrection, / ô Toute-vénérable, / sauve de l’abîme des péchés ceux dont l’espoir repose en toi: / en enfantant notre salut tu nous sauvas de l’emprise du péché, / toi qui, étant vierge avant l’enfantement, demeuras vierge dans l’enfantement / et vierge encore après l’enfantement.

LE SAMEDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Celui qui brise les combats / par la force de son bras / et fit sombrer dans la mer Rouge les cavaliers de Pharaon, / chantons-le comme Sauveur et comme Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

En cadeau d’action de grâces / orné de cantiques et d’hymnes convenant à notre Dieu, / c’est l’angélique salutation / qu’à présent, Vierge pure, nous t’offrons / pour nous avoir, en notre peine, procuré notre Joie.

Ta puissante protection / et la grâce de ta compassion, / sous silence nous ne la passerons, / Vierge pure qui nous as sauvés / des plus funestes dangers.

Gloire: De tant d’épreuves et de maux / sauvés par tes maternelles intercessions, / Toute-pure, nous voulons / tous ensemble d’une même voix / t’adresser notre merci chaleureux.

Maintenant: Vêtue d’or et de brocarts, / ô Vierge, par l’éclat de tes vertus, / ornée comme l’épouse de l’Éternel / par les grâces de ton âme, tu t’es montrée / en vérité la Mère de Dieu.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Sans interruption / offrons un cantique reconnaissant / comme au principe de notre joie / à celle qui mit la divine allégresse au plus haut point, / et vénérons-la / comme notre protectrice.

Nous qui grâce à toi, / ô Mère virginale, fûmes sauvés du malheur / e t qui par toi avons trouvé la joie, / tous ensemble comme louable protection / et comme excellente bienfaitrice / nous te glorifions.

Gloire: Nous avons reçu / la rémission de nos fautes, le pardon de nos péchés / par ta divine intercession / et te chantons, Mère du Christ notre Dieu, de nos voix reconnaissantes, fidèlement / comme la cause de ces biens.

Maintenant: Inlassablement / la Mère du Christ notre Dieu / telle une source fait jaillir / les flots de la joie éternelle / et nous procure à tous le salut, / les biens de la vie immortelle.

Ode 4

Elle couvre les cieux, / la vertu de ta sagesse infinie, / en ton œuvre de salut, / Ami des hommes, Christ notre Dieu.

Comme il se doit nous t’adressons / dans l’allégresse un cantique de joie, / Vierge pure qui de tout malheur / par tes prières nous met à l’abri.

Délivrés de tout chagrin, / par gratitude, Vierge pure, nous t’offrons, / des deux mains de notre âme, notre chant, / l’harmonie de nos cantiques divins.

Gloire: Contre nous se sont levés / tant de maux, de funestes passions: / veuille nous en délivrer, / ô Vierge, par ta divine protection.

Maintenant: Bienheureux, en vérité, / ceux qui t’honorent, ô Mère de Dieu, / puisque des fautes et du chagrin / nous sommes délivrés grâce à toi.

Ode 5

Nuit sans clarté, celle des incroyants, / pour les fidèles illumination dans les délices de tes divines paroles, ô Christ: / c’est pourquoi je veille devant toi / et je chante ta divinité.

Le destructeur du péché, le Christ, ô Vierge, tu l’as enfanté: / par lui le monde échappe aux épreuves, aux douleurs; / c’est pourquoi, délivrés de toute peine, / nous aussi, nous te chantons: Réjouis-toi.

Entourés de tant d’épreuves et de chagrins, / menacés par tant de peines et de malheurs, / Souveraine immaculée, dans notre désespoir / en toi nous avons trouvé l’espérance de la joie.

Gloire: Loin de nous tu chasses les épreuves, toi l’habitacle du salut, / sains et saufs tu nous gardes, nous tes serviteurs; / aussi pour tant de biens reçus de toi, / nous te rendons grâces en te chantant.

Maintenant: Délivrés grâce à toi de nos infirmités, / de nos maux et douleurs et de tant de fautes, / nous te rendons grâces, Souveraine immaculée: / tu es la ferme espérance de tes fidèles serviteurs.

Ode 6

Tombé dans le gouffre du péché, / comme Jonas depuis le monstre marin / je te crie, Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie, / Ami des hommes et sauve-moi.

Les Anges eux-mêmes se trouvent embarrassés / pour chanter ta louange, Souveraine immaculée; / quant à nous, c’est l’attitude du serviteur / que nous prenons pour t’adresser à présent / la joyeuse salutation de Gabriel.

Nous qui sommes, par nos péchés, / tombés dans l’abîme du chagrin / et le gouffre du malheur, / par toi de toute épreuve nous sommes délivrés, / divine Mère et Vierge immaculée.

Gloire: Ô Vierge, tu as mis le monde entier / dans l’obligation de te rendre grâce et de te louer, / de glorifier comme il se doit tes bienfaits, / puisque du mal et de la tristesse / nous fûmes délivrés grâce à toi.

Maintenant: En public et en privé, / de jour et de nuit, nous accourons / sous ton refuge, ta protection, / ô Vierge tout-immaculée, / pour te glorifier avec foi.

Cathisme

Seigneur, nous sommes ton peuple, les brebis de ton bercail: / vers toi ramène tes enfants dispersés; / sous ta houlette rassemble les brebis égarées, / de ton troupeau aie pitié, bon Pasteur, / par les prières de la Mère de Dieu, / seul Ami des hommes et Seigneur sans péché.

Ode 7

Dans la fournaise de feu / les Jeunes Gens transformèrent en rosée / l’ardente flamme qui les entourait, / car ils louaient le Seigneur en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Divine Mère, nous t’offrons / notre joyeuse action de grâces, / puisque par toi nous sommes délivrés / de toute emprise du mal, en vérité, / et tous ensemble te chantons: Tu es bénie.

Au soir les larmes nous prenaient / dans la détresse et l’attente du malheur, / mais sous ta splendide protection, / divinisés, nous avons trouvé au matin / l’allégresse de notre salut.

Gloire: Nous qui possédons auprès de Dieu / comme refuge divin ta protection, / dans les fautes, l’épreuve, l’oppression, / c’est vers toi, Toute-pure, que nous nous réfugions / et trouvons la délivrance grâce à toi.

Maintenant: Le bienfait de ton intercession, / de lèvres et d’esprit nous le proclamons, / Vierge pure et glorieuse, puisque grâce à toi / du trouble, des épreuves, du noir chagrin / et de nos passions nous sommes tous délivrés.

Ode 8

Celui que révèrent les Chérubins, / celui qui fait l’admiration des Séraphins, / le Créateur du monde, vous ses serviteurs, / les prêtres et les esprits des justes, chantez-le, / pour le bénir et l’exalter dans tous les siècles.

Nous qui sommes délivrés / de la tempête des épreuves et des passions / ainsi que de nos fautes par ton intercession / et qui passons des larmes à l’allégresse par toi, / divine Mère, nous te chantons dans l’action de grâces: Réjouis-toi.

Nous les sujets des maux et des passions, / dans ta bonté, ne nous dédaigne pas; / mais, exauçant notre petite prière, délivre-nous / de grands maux, afin que nous chantions, / Vierge pure, avec foi le pouvoir de ton intercession.

Gloire: Grâce à toi put s’opérer la destruction du mal: / divine Mère, tire-nous à présent / du chagrin, des passions, des épreuves et tentations; / de tout cela veuille nous délivrer complètement / par tes intercessions auprès de Dieu.

Maintenant: Tu fais descendre sur nous tous / en tout temps tes miséricordes, ô Christ, / par la grâce et les prières de celle qui t’enfanta; / et c’est ainsi que nous les chrétiens, / nous sommes pris en pitié par toi, Sauveur compatissant.

Ode 9

Conservant ta virginité, / tu enfantas de merveilleuse façon: / seule entre toutes les femmes tu es bénie: / par des hymnes nous te magnifions.

Par tes prières, ô Vierge, délivrés / de toutes sortes d’épreuves, ô Mère de Dieu, / nous t’adressons avec nos chants d’acclamation / la joyeuse salutation de l’ange Gabriel.

Divinement tu as pour nous / multiplié l’allégresse, la joie, le bonheur: / nous qui pleurions amèrement, / nous voici réjouis par tes prières.

Gloire: Je t’offre un sacrifice de louange par ma voix, / de tout cœur je t’adresse un chant d’action de grâces, / afin qu’au jour de la détresse par toi / je sois délivré après t’avoir invoquée.

Maintenant: Nous partageons la joie de ton enfantement divin: / dans notre misère, tu fis sourdre l’allégresse pour nous; / c’est pourquoi, dans l’action de grâces, nous aussi, / achevant notre cantique, nous te louons avec foi.

OFFICE DE MINUIT

Le canon triadique porte l’acrostiche: Je te loue, Trinité, être au principe unique.

Ode 1

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Ouvre de mon cœur / la bouche spirituelle, Seigneur, / et les lèvres de ma chair / pour ta louange, unique Dieu de l’univers, / Créateur de la lumière et triple Feu, / afin que je t’adresse un chant d’action de grâces.

Pour manifester / le trésor surabondant de ta bonté, / Trinité dont la puissance est infinie, / tu formas de terre l’humanité / comme la seule image, ô Créateur, / de ta royale Seigneurie.

Gloire: L’Intelligence sans début / qui engendre le Verbe de même éternité / et fait luire l’Esprit coéternel / nous a donné le pouvoir d’adorer / l’unique Divinité / en trois personnes consubstantielles.

Théotokion: Au buisson du Sinaï / tu apparus à Moïse, Verbe de Dieu, / comme un feu qui purifie, / sans brûler quoi que ce fût, / préfigurant ton incarnation virginale / par laquelle tu nous as tous renouvelés.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Te chantant, Seigneur, / comme l’unique Créateur au triple éclat, / nous te demandons / la délivrance du péché, des tentations, / Dieu dont la puissance est infinie; / ne méprise pas les fidèles glorifiant ta bonté.

Comme le rameau / surgi de la racine du Père éternel, / Dieu et Verbe, tu jouis / de la même force que l’Esprit divin, consubstantiel; / et c’est pourquoi, nous les fidèles, nous glorifions / en la trinité des personnes l’unique Seigneurie.

Gloire: Nous te glorifions, / nous tous, les fidèles, ô Trinité, / nature unique aux trois aspects, / partageant même gloire et substance, sans division; / et, nous prosternant devant toi, / nous te prions pour le pardon de nos péchés.

Théotokion: Tu es issu en vérité / de la Vierge pure, Verbe de Dieu, / ayant pris, sans changement, / l’entière ressemblance des mortels / pour montrer à tous la Divinité au triple éclat, / unique par essence et immuable en ses aspects.

Cathisme

Aie pitié de nous pécheurs, / Trinité sainte, de tes serviteurs; / accueille-nous qui revenons vers toi, / nous accordant ton pardon, Ami des hommes et Seigneur compatissant.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Conduis nos âmes vers le bien, / perverties qu’elles sont par tant de péchés; / divine Épouse et Mère immaculée de notre Dieu, / rachète de leurs fautes les chantres de ton nom.

Ode 4

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Unité au triple éclat, / principe divin qui sauves l’univers, / garde sous ta protection / ceux qui te chantent et sauve-les / de l’affliction, de leurs passions et de tout mal.

Manquant de termes pour désigner / l’insaisissable Divinité au triple éclat, / Maître qui nous aimes tant, / nous te célébrons par nos chants / et glorifions ta puissance, Seigneur.

Gloire: Sur la terre comme au ciel / en compagnie des Anges incorporels, / sans diviser ton Unité, / nous distinguons tes personnes, ô Trinité, / et glorifions avec amour l’universelle Seigneurie.

Théotokion: Librement tu descendis, / Dieu suprême, vers notre extrême pauvreté, / t’incarnant sans délaisser / la gloire paternelle, et tu nous fis monter / vers ta divine gloire, en ta bonté.

Ode 5

Dans l’attente du matin, / ô Christ notre Dieu, nous te chantons / qui, de la Vierge ayant pris chair, / nous as sauvés et illuminés, / dans ton amour pour les hommes.

Principe de clarté, / unique par le vouloir et la gloire et l’honneur, / trinitaire en tes aspects, / donne-nous, Seigneur, / la force de répondre à ton amour.

Gloire: De l’unique Divinité, / Intelligence, Verbe et Esprit, / comme d’un soleil au triple feu / nous chantons la gloire et nous la prions / de nous sauver des épreuves et de toute affliction.

Théotokion: Ayant pris, Verbe de Dieu, / d’une Vierge sainte la nature des humains, / tu nous appris à célébrer / en l’Unité la Trinité / partageant même nature et même trône dans les cieux.

Ode 6

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce mortel abîme délivre-moi.

Glorifions d’un même cœur / la divine et royale Seigneurie / en trois personnes recevant / même gloire pour sa puissance et conservant / son immuable variété / dans l’unique différence des propriétés respectives.

Gloire: Ils te chantent dans les cieux, / les Anges et leurs armées spirituelles, / Seigneur unique au triple feu, / et nous, de nos lèvres souillées / comme l’unique créateur de l’univers / nous te louons et fidèlement te glorifions.

Théotokion: En parole proférée / le Verbe issu du Père éternel, / Soleil de Soleil avant les siècles engendré, / s’est levé de la Vierge en ces temps ultimes / et nous enseigna l’insaisissable Divinité / en trois personnes conservant l’unité.

Cathisme

Trinité consubstantielle, tripersonnelle Unité, / prends en pitié l’ouvrage de tes mains, / consume la malice du péché, / illumine les âmes de tous ceux / qui chantent la tendresse de ton cœur; / Seigneur immortel et notre Dieu, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Plus que la flamme et que le feu / brille l’ardeur de ton amour: / des mortels il brûle les péchés, / il répand sa rosée sur les cœurs / de ceux qui chantent tes merveilles inégalées, / Mère de Dieu et souveraine immaculée.

Ode 7

Dans la fournaise de feu / les Jeunes Gens transformèrent en rosée / l’ardente flamme qui les entourait, / car ils louaient le Seigneur en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Nous conformant aux prophéties, / c’est toi, l’unique Dieu de l’univers, / que nous glorifions en l’unité / des trois personnes, chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Gloire: Avec les chœurs immatériels, / Trinité sainte, de nos lèvres souillées / nous te chantons en l’unité / de ton essence, et nous disons: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Théotokion: Le Créateur du genre humain, / pour lui rendre sa première beauté, / en toi, Vierge sainte, s’incarna, / divinisant ainsi les mortels qui s’écrient: / Béni soit, Toute-pure, le fruit de ton sein.

Ode 8

Le buisson du Sinaï / qui brûlait sans être consumé / révéla Dieu à Moïse, / s’adressant à celui qui n’avait pas la parole facile; / et dans le feu les trois jeunes gens, / invincibles dans leur zèle pour Dieu, / entonnèrent une hymne de louange: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Tu domines l’univers, / ô triple et unique / Seigneurie sans commencement, / et tu diriges la terre et les cieux; / aussi veuille garder en tout temps / mon cœur ravi d’amour pour toi, / afin qu’il te puisse chanter: / Louez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

De ton Soleil au triple feu / dirige les rayons lumineux, / pour qu’ils luisent sur les cœurs / de ceux qui te chantent, Seigneur; / et donne d’accéder â la vision / de ta splendeur, unique Trinité, / â ceux qui célèbrent comme il se doit, / avec foi, ta suprême majesté / dans tous les siècles.

Gloire: De ta lumière au triple éclat / fais de moi le temple, Seigneur / ami des hommes et source de tout bien, / le sanctuaire de ton communion intime; / et rends-moi inaccessible désormais / aux ennemis invisibles et aux passions charnelles, / Seigneur de gloire, mon Dieu et mon Roi, / afin que je puisse te chanter / dans tous les siècles.

Théotokion: La lumière de mon Dieu, / Vierge Mère, se levant de ton sein, / répandit sur l’univers / l’éclat de son triple soleil / et la terre devint grâce à toi, / Vierge pure, par l’effet de ses rayons / un autre ciel et se mit à chanter: / Louez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Ode 9

Qu’une Mère enfante Dieu, / qu’une Vierge conçoive et demeure vierge comme avant, / de la nature ce n’est point le fait, / mais l’œuvre de la divine condescendance; / toi seule qui fus digne des merveilles de Dieu, / Vierge pure, nous te magnifions.

De te louer comme il convient, / toi qu’au plus haut des cieux les Séraphins / sans cesse célèbrent de leurs chants, / nous les mortels, nous n’avons pas le pouvoir; / mais comme Seigneur de l’univers / et ami des hommes nous voulons te magnifier.

Des maladies corporelles / ainsi que des passions spirituelles / délivre les fidèles chantres de ton nom, / unique et indivisible Trinité; / de toute épreuve en cette vie / daigne les mettre à l’abri.

Gloire: Divinité au triple éclat / dont les personnes sont d’égale vigueur / et possédant la force, l’immuable splendeur / d’une bonté qui par nature te convient, / accorde à tes serviteurs le pardon de leurs péchés, / la délivrance des épreuves et des passions.

Théotokion: De tes entrailles immaculées / recevant, ô Mère de Dieu, / l’âme, l’esprit, un corps de chair, / le Verbe de Dieu s’est montré / homme véritable et faisant communier / à son être divin le genre humain.

LE DIMANCHE À MATINES

Cathisme I

Notre Vie gisait dans le tombeau / et sur la pierre furent mis les scellés; / les soldats montaient la garde auprès du Christ, / comme pour veiller sur le sommeil du Roi; / les Anges le glorifiaient comme Dieu immortel, / tandis que les saintes Femmes s’écriaient: / Le Seigneur est ressuscité, / accordant au monde la grande miséricorde.

Par ta sépulture de trois jours / tu as dépouillé l’empire de la mort, / par ta vivifiante Résurrection / tu relevas l’humanité de la poussière du tombeau; / ô Christ notre Dieu, / Ami des hommes, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le Christ notre Dieu, qui fut crucifié pour nous, / ressuscita et détruisit la force de la mort, / sans cesse implore-le, / Mère de Dieu, pour qu’il sauve nos âmes.

Cathisme II

Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / à tes Disciples tu t’es manifesté, universelle Résurrection, / renouvelant en nos cœurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.

Les saintes Femmes couraient vers le tombeau, / versant des larmes et portant des parfums; / et tandis que les soldats / te gardaient comme le Roi de l’univers, / elles se disaient: Qui nous roulera la pierre du tombeau? / Mais la voix des Incorporels se fit entendre et leur dit: / Il est ressuscité, l’Ange du grand conseil, le vainqueur de la mort! / Dieu tout-puissant que nul espace ne peut enclore, Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi, Pleine de grâce, Vierge Mère de Dieu, / havre et protectrice de tous les humains; / de toi le Rédempteur du monde s’est incarné: / seule, tu es Mère et Vierge, en effet, / toujours bénie et comblée de gloire; / prie le Christ notre Dieu d’accorder à toute terre la paix.

Hypakoï

Notre nature, tu l’as assumée, / en ton corps tu as souffert la croix; / sauve-moi, ô Christ, par ta Résurrection, / Ami des hommes et Seigneur notre Dieu.

Anavathmi

Antienne 1

Toi qui ramenas de leur égarement / les captifs de Sion; / Sauveur, rends-moi aussi la vie / en m’arrachant à l’esclavage des passions.

Celui qui sème en plein midi / dans les larmes, le jeûne et l’affliction / moissonnera des gerbes de joie / en nourriture de vie éternelle.

Gloire... Maintenant...

Elle appartient à l’Esprit saint, / la source des trésors divins; / il confère la sagesse, la crainte, le bon sens; / à lui louange et gloire, puissance et honneur.

Antienne 2

Si de notre âme le Seigneur / ne bâtit lui-même la maison, / c’est en vain que nous peinons; / sans lui n’aboutissent ni paroles ni actions.

Sous la mouvance de l’Esprit, / comme fruit des entrailles les Saints / font croître les enseignements paternels / sous forme de filiale adoption,

Gloire... Maintenant...

Toute chose du saint Esprit / tient le don d’exister: / Dieu d’avant les siècles, il est seigneur de l’univers, / lumière inaccessible, vie universelle.

Antienne 3

Ceux qui craignent le Seigneur / trouvent les chemins de la vie; / maintenant et toujours ils bénéficient / d’une gloire qui jamais ne passera.

À l’entour de la table voyant / comme plants d’olivier tes enfants, / suprême pasteur, empresse-toi / de les conduire au Christ, dans l’allégresse et la joie.

Gloire... Maintenant...

Trésor de grâces est l’Esprit saint, / abîme de splendeur et de profonds jugements; / d’égale gloire avec le Père et le Fils, / il est digne de la même adoration.

Prokimenon, ton 7: Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et dresse ta main, / ne laisse pas dans l’oubli les malheureux jusqu’à la fin.

Verset: Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon cœur, j’énonce toutes tes merveilles.

Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur.

Canons: de la Résurrection (4 tropaires), Stavroanastasimos, c’est-à-dire de la Croix et de la Résurrection (3), de la Mère de Dieu (3) et du Saint du jour (selon son importance 4, 6 ou 8 tropaires du Ménée).

Le canon stavroanastasimos est l’œuvre du moine Cosmas. Celui de la Mère de Dieu est acrostiche selon l’alphabet. Il suit des hirmi de la Résurrection, sauf dans les odes 8 et 9, où il continue sur les hirmi du Stavroanastasimos.

Ode 1

Canon de la Résurrection

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Par l’injuste jugement / te condamnant, Seigneur, au trépas / c’est la tyrannie de la mort / elle-même qui fut condamnée par la croix; / le prince des ténèbres, en effet, / ne pouvant rien contre toi, fut justement rejeté.

S’approchant de toi, l’Enfer / de ses dents ne put broyer ton corps: / il en eut les mâchoires fracassées, / tandis que toi, Dieu Sauveur, / mettant fin aux souffrances de la mort, / le troisième jour tu es ressuscité.

Théotokion: Elles cessent, les douleurs / d’Ève, la prime aïeule du genre humain: / sans connaître les douleurs, / tu enfantes de façon virginale; / et, sachant que tu es la Mère de Dieu, / Vierge pure, nous te glorifions.

Stavroanastasimos

Il ensevelit / dans la mer Rouge le Pharaon et ses chars, / celui qui brise les combats / par la force de son bras: / chantons-le, car il s’est couvert de gloire.

Il a fait jaillir / sur la croix les deux sources de la vie, / le Sauveur, de son côté / transpercé par la lance du soldat: / chantons-le, car il s’est couvert de gloire.

Hôte du tombeau, / ressuscité le troisième jour, / le Christ accorde à tout mortel / l’espérance d’une vie immortelle; / chantons-le, car il s’est couvert de gloire.

Théotokion: Seule, tu gardas / la virginité même après l’enfantement; / car tu mis au monde dans la chair / le Créateur de l’univers; / aussi nous te crions: Réjouis-toi.

Canon à la Mère de Dieu

Sur un signe de toi Vierge qui as enfanté / l’Océan de tendresse infinie, / purifie mon âme, je t’en prie, / par ta lumineuse clarté, / afin que je chante dignement / l’insondable océan de tes merveilles.

Nous voyant tous vulnérés, / criblés par les flèches du péché, / le Verbe eut compassion de nous, / le Dieu suprême d’inexprimable façon, / en sa tendresse, s’est uni à la chair, / Vierge pure, qu’il a prise de toi.

La nature des humains, / soumise à l’empire de la mort, / connut la poussière du tombeau; / mais toi qui as conçu le Dieu vivant, / Toute-pure, tu l’as ramenée / du sépulcre à la vie immortelle.

Ode 3

Canon de la Résurrection

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Quand tu es monté / sur la croix pour y souffrir librement / en notre faveur, Seigneur, compatissant, / tu supportas les blessures qui nous ont procuré la paix et le salut; / par elles tous les fidèles, Dieu d’amour, / furent réconciliés avec ton Père éternel.

Tu m’as purifié / de la blessure dont mon âme était frappée, / ô Christ, par la morsure du serpent, / et tu m’as éclairé, lorsque j’étais assis dans les ténèbres du tombeau; / descendu aux Enfers par ta croix, / tu m’as ressuscité avec toi.

Théotokion: Par l’intercession / de ta Mère virginale, Sauveur, / donne au monde la paix, / à nos Églises victoire sur l’Ennemi; / et de ta gloire ineffable, Seigneur, / rends digne qui te glorifie.

Stavroanastasimos

Toi dont le verbe affermit les cieux / et de la terre posa les fondements / sur les innombrables eaux, / Ami des hommes, affermis mon esprit / pour accomplir ta seule volonté.

Tu souffris les peines de la croix, / au bon Larron tu ouvris le Paradis: / Dieu qui nous combles de bienfaits, / Ami des hommes, affermis mon esprit / pour accomplir ta seule volonté.

Sorti de tombe le troisième jour, / tu fis lever l’aurore de la vie / sur le monde que tu vivifies; / Ami des hommes, affermis mon esprit / pour accomplir ta seule volonté.

Théotokion: Sans semence ayant conçu / et d’Ève abolissant les douleurs, / Vierge Mère de notre Dieu, / implore celui qui prit corps en ton sein, / pour qu’il sauve le troupeau de ton bercail.

Canon à la Mère de Dieu

Au commencement

Me séduisant par le désir / de devenir semblable à Dieu, / le serpent me fit tomber de l’Éden sur terre, / mais celui qui par nature est compatissant, pris de pitié, me déifia / lorsque, Vierge Mère, il demeura dans ton sein / et se fit semblable à toi.

Vierge Mère, joie de tous, / béni soit le fruit de ton sein: / pour le monde tu as enfanté / en vérité l’allégresse et la joie / dissipant 1a tristesse du péché, / divine Épouse, à tout jamais.

C’est la vie, c’est la clarté, / Vierge Mère, que tu as enfantée, / pour nous tu mis au monde la paix éternelle / qui met fin à l’antique lutte des hommes contre Dieu / par la foi dans le Père divin / et la grâce nouvellement concédée

Ode 4

Canon de la Résurrection

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Celui qui d’une Vierge avait pris chair / aux coups de fouet livre son propre dos / et le Maître immaculé / du coupable serviteur / est tourmenté pour effacer mes péchés.

Devant d’iniques juges il comparaît, / comme coupable au tribunal est condamné, / il est frappé par l’œuvre de ses mains, / le Dieu qui façonna l’humanité / et juge la terre selon ses justes décrets.

Théotokion: Étant vraiment la Mère de Dieu, / supplie ton Créateur et ton Fils: / vers le havre du salut, / vers le port de sa divine volonté / qu’il me conduise, ô Vierge immaculée!

Stavroanastasimos

Méditant sur ton ultime parousie, / ô Christ, le Prophète s’écria: / J’ai perçu ta puissance, Seigneur, / car tu es venu sauver ceux qui te sont consacrés.

Devenant ce que tu n’étais pas, / impeccable Seigneur, à cause du péché, / pour sauver le monde et tuer par ruse le Démon, / tu assumes la nature des humains.

Mis en croix et rachetant / le péché du premier-père Adam, / c’est Ève, Seigneur, que tu remplis de joie, / car tu es venu sauver ceux qui te sont consacrés.

Théotokion: Né de la Vierge, tu péris, / mais fais revivre l’errante humanité; / par ta force est terrifiée la mort, / car tu es venu sauver les hôtes des tombeaux.

Canon à la Mère de Dieu

Sans quitter le sein paternel

Toute belle ayant paru / devant Dieu au premier rang des créatures, Vierge élue, / illumine ceux qui chantent pour toi / de l’éclat de ta divine splendeur, / ô Mère toute-digne de nos chants.

Vierge pure, pour les mortels / tu mis au monde le Dieu incarné / de tes entrailles immaculées / et délivrant, Mère vierge, de leurs péchés / ceux qui te célèbrent de leurs chants.

Toute-digne de nos chants, / la nature offre un culte en esprit / au Soleil qui s’est levé de toi, / Bienheureuse, ayant pénétré maintenant / l’ineffable mystère de ton enfantement.

Ode 5

Canon de la Résurrection

Nuit sans clarté, celle des incroyants, / pour les fidèles illumination dans les délices de tes divines paroles, ô Christ: / c’est pourquoi je veille devant toi / et je chante ta divinité.

Pour des esclaves tu fus vendu, / ô Christ, tu enduras le soufflet procurant la liberté / à ceux qui chantent: Je veille devant toi / et je chante ta divinité.

Par ta divine puissance, ô Christ, / en la faiblesse de ton corps tu renversas le Puissant / et me rendis vainqueur de la mort, / Sauveur, par ta Résurrection.

Théotokion: Mère pure et digne de nos chants, / tu mis au monde le Dieu incarné de toi divinement, / sans avoir connu l’étreinte d’un mari, / mais l’ayant conçu du saint Esprit.

Stavroanastasimos

En ta présence veillant depuis la nuit, / je t’implore, Seigneur mon Dieu: / accorde-moi le pardon de mes péchés / et dirige mes voies, je t’en prie, / vers la lumière de tes commandements.

Lorsque, mis au nombre des criminels, / sur le Calvaire tu fus élevé, / les astres s’éclipsèrent, la terre chancela, / la gloire du temple se déchira, / manifestant la chute de la Loi.

Toute la puissance du tyran, / tu l’as détruite, Seigneur, par le pouvoir / de ta Divinité que nul ne peut saisir; / par ta Résurrection tu éveillas les morts, / et nous, par des hymnes, nous te glorifions.

Théotokion: Mère toute-digne de nos chants / qui mis au monde notre Roi et notre Dieu, / aux fidèles qui te chantent avec amour / envoie, par tes prières, / le pardon de leurs péchés.

Canon à la Mère de Dieu

En ta présence veillant depuis la nuit

Voyant l’échelle dressée jusqu’aux cieux, / Jacob par cette image fut initié / au mystère de ta virginale maternité: / grâce à toi, Dame toute-pure, en effet, / Dieu a conversé avec les hommes.

Grâce à toi, ô Vierge, ayant trouvé / maintenant l’éternelle rédemption, / divine Épouse, nous te crions: Réjouis- toi; / et, dans la joie que nous procure ta clarté, / nous te célébrons de nos chants.

Lorsque seule, ô Vierge, l’Époux / telle un lis au milieu des épines te trouva, / resplendissante d’un pur éclat/ dans la lumière de ta virginité, / il te prit pour épouse, Immaculée.

Ode 6

Canon de la Résurrection

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce mortel abîme délivre-moi.

À ta mémoire se rappelant, / les âmes des Justes, délaissées / et prisonnières de l’Hadès, / imploraient le salut de ta bonté, / que tu leur accordas, Dieu de tendresse, par ta croix, / lorsqu’aux séjours infernaux tu descendis.

Le chœur des Apôtres avait perdu / l’espérance de contempler à nouveau / ton temple vivant que nulle main n’avait bâti, / détruit par les souffrances de ta Passion; / contre toute attente s’étant prosternés devant lui, / ils proclamèrent sa résurrection en tout lieu.

Théotokion: De l’ineffable enfantement / accompli, Toute-pure, pour nous / quel homme, virginale Épouse de Dieu, / pourrait expliquer le comment? / Car le Verbe, Dieu que nul ne peut cerner, / s’est uni à toi, devenant chair en ton sein.

Stavroanastasimos

Du sein de l’Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

Sur la croix, Sauveur, étant monté, / tu enchaînas la puissance de l’Ennemi; / sur elle tu clouas, dans ta bonté, / la cédule de nos péchés.

Par ta puissance ressuscité des morts, / Sauveur, tu éveillas avec toi le genre humain, / Ami des hommes, nous accordant / la vie et l’immortalité.

Théotokion: Ô Vierge, ne cesse pas d’intercéder / auprès du Dieu qu’ineffablement tu enfantas, / pour qu’il délivre de tout danger, / Mère toujours-vierge, ceux qui chantent pour toi.

Canon à la Mère de Dieu

Naviguant sur l’océan

Les figures de la Loi, / les oracles des prophètes ont clairement annoncé, / Vierge pure, que tu concevrais / le Bienfaiteur de l’entière création, / qui à maintes reprises et de multiples façons / comble de biens ceux qui te chantent avec foi.

Des délices du Paradis / jadis le premier père s’étant privé / pour avoir suivi le conseil / de l’ennemi du genre humain, / Vierge inépousée, tu l’y ramènes en concevant / celui qui nous délivre de la transgression.

Vierge pure, de ton sein / est sorti celui dont la divine volonté / et la puissance créatrice avaient formé / l’univers à partir du néant; / il éclaire de sa divine splendeur / ceux qui gisaient dans les ténèbres de la mort.

Kondakion

Désormais la force de la mort est impuissante â retenir les mortels, / car le Christ est descendu, brisant et détruisant les puissances de la mort; / l’Enfer est enchaîné, / les Prophètes tous ensemble se réjouissent. / Le Sauveur, disent-ils, est apparu à ceux qui demeurent dans la foi; / venez, fidèles, prendre part à la Résurrection.

Ikos

En ce jour les enfers, l’Hadès et la mort / tremblent devant l’Un de la Trinité; / la terre chancelle et les portiers de l’Enfer / à ta vue sont saisis de frayeur; / avec les Prophètes se réjouit l’entière création, / elle chante une hymne de victoire en ton honneur, / notre Dieu et notre Rédempteur / qui brises la puissance de la mort. / Crions de joie et d’allégresse pour notre Roi: / voici l’arbre qui ramène au Paradis / Adam et tous ses descendants; / venez, fidèles, prendre part à la Résurrection.

Ode 7

Canon de la Résurrection

Jadis les Jeunes Gens / transformèrent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

Pour un arbre périt Adam, / ayant commis sa désobéissance de plein gré; / le Christ par son obéissance vient le restaurer, / car pour moi est crucifié le Fils de Dieu / qui surpasse toute gloire.

Ressuscité de tombe, ô Christ, / l’entière création te célèbre de ses chants; / aux Enfers tu fis fleurir la vie, / pour les morts la résurrection, dans les ténèbres la clarté, / toi qui surpasses toute gloire.

Théotokion: Réjouis-toi, fille d’Adam selon la chair, / réjouis-toi, seule Épouse de Dieu; / par toi la mort fut abolie, / réjouis-toi qui mis au monde notre Dieu; / Vierge pure, supplie-le de nous sauver.

Stavroanastasimos

Dans la fournaise de feu / les Jeunes Gens transformèrent en rosée / l’ardente flamme qui les entourait, / car ils louaient le Seigneur en chantant / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Toi qui sur l’arbre de la croix / émoussas l’aiguillon du péché / et par la lance transperçant ton côté / déchiras la cédule de la faute d’Adam, / tu es béni, Seigneur, Dieu de nos Pères.

Par la lance transpercé, / ton flanc laissa couler ton sang divin, / purifiant la terre souillée / par les sacrifices offerts aux faux-dieux: / tu es béni, Seigneur, Dieu de nos Pères.

Théotokion: De toi, ô Mère, s’est levée / la lumière antérieure au soleil, / le Christ qui chasse les ténèbres, illuminant / de sa connaissance divine ceux qui s’écrient: / Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos Pères.

Canon à la Mère de Dieu

Jadis les Jeunes Gens

Comme une reine revêtue, / ô Vierge, de splendides brocarts, / ainsi t’a chérie ton Créateur, / le Dieu de nos Pères et suprême Seigneur / qui surpasse toute gloire.

Isaïe fut purifié, / recevant la braise ardente jadis / et voyant en symbole ton Enfant, / le Dieu de nos Pères et suprême Seigneur / qui surpasse toute gloire.

Les Prophètes inspirés, / voyant jadis les signes de ton divin enfantement, / joyeusement se mirent à chanter / le Dieu de nos Pères et suprême Seigneur / qui surpasse toute gloire.

Ode 8

Canon de la Résurrection

Le buisson du Sinaï / qui brûlait sans être consumé / révéla Dieu à Moïse, / s’adressant à celui qui n’avait pas la parole facile; / et dans le feu les trois jeunes gens, / invincibles dans leur zèle pour Dieu, / entonnèrent une hymne de louange: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

L’Agneau sans tache, le Seigneur, / qui pour le monde a subi l’immolation / fit cesser les sacrifices de la Loi, / purifiant, comme Dieu sans péché, / l’univers qui proclame sans fin: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Immortelle n’était pas / notre chair assumée par le Créateur avant la Passion, / mais après la Croix et la Résurrection / elle devient inaccessible à la poussière du tombeau / et rénove les mortels qui s’écrient: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Théotokion: Ton impeccable pureté, / ô Vierge, a purifié entièrement / la souillure et l’impureté de l’univers, / et tu devins, Toute-sainte, la cause / de notre réconciliation avec Dieu; / c’est pourquoi nous te bénissons d’un même cœur / et t’exaltons dans tous les siècles.

Stavroanastasimos

Le Roi de gloire, le seul éternel, / devant qui tremblent les Puissances des cieux / et que les Anges n’osent regarder, vous, les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Le Seigneur qui librement / supporta les souffrances de la Passion, / fut mis en croix et brisa les puissances de l’Enfer, / vous les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Le Sauveur qui renversa / l’empire de la mort et ressuscita du tombeau / dans la gloire, pour sauver le genre humain, / vous les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Théotokion: L’éternel et seul compatissant, / le Verbe né de la Vierge ces derniers temps / pour mettre fin à l’antique malédiction, / vous les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Canon à la Mère de Dieu

Le buisson du Sinaï

Par la splendeur de ton enfantement / tu éclairas l’univers étrangement, / Mère de Dieu, car en tes bras tu as porté / le Dieu véritable, illuminant / les fidèles qui proclament sans fin: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Vierge pure, nous chantons / pieusement ton sein qui a porté, / sans qu’on puisse l’expliquer, / le Dieu fait chair, illuminant de savoir divin / les fidèles qui proclament sans fin: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Des rayons de ta splendeur / illumine ceux qui te chantent, Immaculée, / comme Mère de Dieu et Génitrice de la Clarté; / de la Lumière en effet tu es le tabernacle vivant / éclairant ceux qui proclament sans fin: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Ode 9

Canon de la Résurrection

Toi qui as conçu en toute pureté / et en qui s’est incarné / le Verbe créateur de l’univers, / Mère inépousée, virginale Génitrice de Dieu, / habitacle de celui que nul ne peut cerner, / demeure de l’Infini, ton créateur, / nous te magnifions.

Que se taisent ceux qui attribuent, / en l’erreur de leur pensée, / à la Divinité la faculté de souffrir! / Ce n’est pas en sa divine nature, en effet, / mais dans sa chair que le Seigneur de gloire fut crucifié; / et comme l’Un en deux natures / nous le magnifions.

Ceux qui rejettent la résurrection des corps / aillent en puiser l’enseignement / devant le sépulcre du Christ! / Mis à mort, elle est ressuscitée, / la chair du Seigneur vivifiant / pour affirmer notre ultime résurrection, / que nous espérons.

Triadique: Ce n’est pas une triade de divinités, / mais d’hypostases, que nous vénérons, / non point une monade de personnes, mais une seule Divinité; / nous retranchons ceux qui divisent la Trinité, / nous confondons ceux qui osent soutenir / la confusion des personnes en ce Dieu / que nous magnifions.

Stavroanastasimos

Qu’une Mère enfante Dieu, / qu’une Vierge conçoive et demeure vierge comme avant, / de la nature ce n’est point le fait, / mais l’œuvre de la divine condescendance; / toi seule qui fus digne des merveilles de Dieu, / Vierge pure, nous te magnifions.

Reflet du Père en sa splendeur, / lumière de lumière, flambeau d’éternité, / le Christ a rayonné / comme en l’obscurité de cette vie, / il a repoussé les ténèbres s’acharnant contre lui: / fidèles, sans cesse nous le magnifions.

Dans le Christ nous contemplons / les souffrances de la chair et la force de la divinité; / que soient confondus ceux qui supposent en lui / une seule nature composée, / car c’est le même qui meurt comme un homme / et ressuscite comme Dieu créateur.

Théotokion: Voici l’Église qui te crie: / Je ne connais point d’autre Dieu que toi, / Seigneur qui m’as choisie pour épouse / parmi les nations étrangères à la foi; / Verbe de tendresse, donne aux croyants le salut / par les prières de la Mère qui t’enfanta.

Canon à la Mère de Dieu

Qu’une Mère enfante Dieu

Tu nous procures par ton Fils / l’éternelle allégresse et la joie, / Mère demeurée vierge en enfantant / le Sauveur qui rachète tous ceux / qui en vérité et dans l’Esprit divin / désormais l’adorent comme Dieu.

David, ton ancêtre, t’a désignée / dans un psaume, ô Vierge immaculée, / comme l’arche de la divine sainteté, / toi qui abrites de merveilleuse façon / le Dieu reposant dans le sein paternel, / que nous fidèles, sans cesse nous magnifions.

Tu surpasses en vérité, / ô Vierge, l’entière création, / car tu enfantes dans la chair / pour nous le Créateur de l’univers; / comme la Mère de l’unique Seigneur, / de droit et sur tous tu remportes la victoire.

Laudes

On chante 8 stichères:

Pour exécuter sur eux la sentence prononcée; / et la gloire en sera pour tous les saints.

Le Christ est ressuscité d’entre les morts, / brisant les chaînes de la mort; / annoncez sur la terre une grande joie / et louez dans les cieux la gloire de Dieu.

Louez Dieu dans son sanctuaire, / louez-le au firmament de sa puissance.

Ayant vu la Résurrection du Christ, / prosternons-nous devant notre saint Seigneur Jésus: / il est le seul sans péché.

Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.

Sans cesse nous nous prosternons / devant la Résurrection du Christ; / c’est lui qui nous a sauvés de nos péchés: / saint est le Seigneur Jésus / qui nous montre la Résurrection.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Que rendrons-nous au Seigneur pour tout le bien qu’il nous a fait? / Pour nous sauver, Dieu habita parmi les hommes; / le Verbe s’est fait chair pour notre nature corrompue, / il a fixé sa tente parmi nous; / à notre ingratitude répond le Bienfaiteur, / vers notre servitude descend le Rédempteur; / vers ceux qui étaient dans les ténèbres le Soleil de justice, / sur la croix celui qui ne peut souffrir; / aux Enfers la Lumière, / dans la mort celui qui est la Vie, et pour les mortels la Résurrection. / Chantons-lui: ô notre Dieu, gloire à toi.

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

Seigneur, tu as brisé les portes de l’Enfer / et tu as renversé la puissance de la mort par la force de ton bras; / des ténèbres où ils dormaient depuis les siècles tu as fait surgir les morts / par ta divine et glorieuse Résurrection, / ô Dieu tout-puissant et Roi de l’univers.

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. /

Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!

Venez, crions de joie pour le Seigneur, / jubilons en sa sainte Résurrection, / car il a fait surgir les morts que retenaient les chaînes de l’Enfer, / accordant au monde par sa divinité / la vie éternelle et la grande miséricorde.

Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et dresse ta main, /

ne laisse pas dans l’oubli les malheureux jusqu’à la fin.

Un Ange éblouissant de lumière était assis / sur la pierre du sépulcre vivifiant; / aux Femmes myrophores il annonça la bonne nouvelle en disant:/ Ainsi qu’il vous l’avait prédit, le Seigneur est ressuscité! / Annoncez à ses Disciples qu’il vous précède en Galilée; / au monde il accorde la vie éternelle / et la grande miséricorde.

Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon cœur, / j’énonce toutes tes merveilles.

Pourquoi, dans votre injustice, avez-vous rejeté la pierre d’angle? / Telle est la pierre que Dieu a posée en Sion: / celui qui au désert a fait sourdre l’eau du rocher, / celui qui fit jaillir pour nous la vie immortelle de son côté; / c’est lui la pierre qui fut détachée d’une montagne vierge sans vouloir d’homme, / le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel / au-devant de l’Ancien des jours, comme dit le prophète Daniel, / et son règne est un règne éternel.

LE DIMANCHE À LA LITURGIE

Béatitudes

Il était beau à voir et bon à manger, / le fruit qui a causé mon trépas; / mais le Christ est cet arbre de vie / dont je puis manger sans mourir; / et je crie avec le bon Larron: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Dieu de tendresse, mis en croix, tu effaças / la cédule de l’antique péché d’Adam; / de l’erreur tu sauvas l’ensemble des mortels: / aussi nous te chantons, Bienfaiteur et Seigneur.

Sur la croix, Dieu de tendresse, tu clouas nos péchés, / par ta mort tu triomphas de la mort; / d’entre les morts tu éveillas les trépassés; / aussi nous nous prosternons devant ta sainte Résurrection.

Dans les oreilles d’Eve le serpent injecta son venin, / mais le Christ sur l’arbre de la croix / %t jaillir pour le monde la douceur de la vie. / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Au sépulcre on te dépose comme un mortel, / ô Christ, universelle Vie, / mais de l’Enfer ayant brisé les verrous, / tu ressuscites le troisième jour / avec gloire et puissance, illuminant le monde entier: / gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection.

Ressuscité d’entre les morts le troisième jour, / le Seigneur donne aux Disciples sa paix; / les bénissant, il les envoie et leur dit: / Amenez tous, les hommes au royaume de Dieu.

Gloire au Père...

Lumière est le Père, lumière le Fils, / lumière aussi le saint Esprit, / mais une seule lumière est en eux trois, / car en trois personnes il n’y a qu’un seul Dieu / consubstantiel et coéternel / sans division ni confusion depuis toujours et à jamais.

Maintenant... Théotokion

Tu mis au monde dans la chair / le Fils et Verbe du Père éternel / d’une manière que lui seul connaît; / aussi, Vierge Mère de Dieu, / nous qui par toi fûmes divinisés, / nous te crions: Réjouis-toi, espérance des chrétiens.

Lundi

LE DIMANCHE SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Élève, ô mon âme, ton regard, / contemple la miséricorde et le salut de notre Dieu: / sur terre il vint en inclinant les cieux / pour t’élever au-dessus de la misère de tes passions / et te placer sur le roc inébranlable de la foi: / merveille qui nous inspire l’effroi! / Gloire à ton abaissement, Seigneur ami des hommes.

Considère, ô mon âme, tes iniques actions, / étonne-toi de ce que la terre te porte encore, / que la foudre ne te consume, que les bêtes sauvages ne te dévorent, / que le Soleil sans déclin ne cesse de briller pour toi; / relève-toi, fais pénitence et crie au Seigneur: / Contre toi j’ai péché, mais prends pitié de moi.

En toi ayant mis notre espérance, / Seigneur tout-puissant, nous te prions / de nous sauver de toute sorte de périls / et de l’orage déchaîné de nos passions, / afin qu’en toute paix nous passions notre vie / et que, vivant en parfaite pureté, / au jour du jugement nous trouvions / en toi, Seigneur, bienveillance et pardon.

* * *

Tes Anges, tu les fis comme flammes de feu, / ô Christ, nous révélant ainsi leur ardeur / et de même nous indiquant la promptitude de leur esprit. / Seigneur tout-puissant, gloire à toi.

Sauve-nous par la protection de tes Anges, Seigneur, / lave-nous de la souillure de nos péchés, / efface nos stigmates de pécheurs, / afin que nous chantions: Seigneur, gloire à toi.

Trônes, Chérubins et Séraphins, / Puissances, Dominations et Vertus, / Anges et Archanges et Principautés / te chantent: Seigneur, gloire â toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Avec l’Ange, l’ensemble des mortels / à ton adresse s’écrie: Réjouis-toi, / Mère de Dieu, car tu leur as procuré / le salut par ton enfantement.

Prokimenon, ton 8: Et maintenant bénissez le Seigneur, / tous les serviteurs du Seigneur.

Verset: Debout dans la maison du Seigneur, dans les parvis de la maison de notre Dieu.

Apostiches

Comme le Fils prodigue, je viens / vers toi, ô Dieu de bonté, / devant toi je me prosterne, accueille-moi / comme l’un de tes serviteurs: / Seigneur, aie pitié de moi.

Vers toi j’élève mes yeux...

Comme le voyageur tombé aux mains des brigands, / moi-même j’ai succombé sous les coups de mes péchés, / et mon âme est blessée comme lui: / vers qui pourrais-je me réfugier, malheureux que je suis, / si ce n’est vers le Dieu compatissant / qui de nos âmes prend soin comme un sage médecin? / Répands sur moi la grande miséricorde.

Aie pitié de nous, Seigneur...

Gloire à toi, ô Christ notre Dieu, / fierté des Apôtres et allégresse des Martyrs / qui ont proclamé la consubstantielle Trinité.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Des Anges tu surpasses les chœurs, / ayant donné un corps à notre Dieu; / et moi qui surpasse tout homme par mes péchés, / hélas, je suis rempli de crainte et d’effroi; / je n’ose nullement t’invoquer, / toi, notre Souveraine et la Mère de Dieu; / or donc, ne détourne pas de moi ton regard, / mais hâte-toi de venir à mon secours / en m’indiquant le droit chemin du salut.

LE DIMANCHE SOIR À COMPLIES

Ce canon, œuvre de Métrophane de Smyrne, porte en acrostiche: Pour la septième fois je bénis notre Reine.

Ode 1

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’a lors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Les chœurs des Anges, en vérité, / à juste titre, Vierge tout-immaculée, / comme la Mère du Dieu de l’univers / te vénèrent, mais reçois également / de mes lèvres, si souillées qu’elles soient, / ce cantique d’intercession.

Le Soleil qui du Soleil / comme Verbe intemporellement / se lève d’insaisissable façon / a brillé grâce à toi dans notre temps; / ô Vierge, par son rayonnement / illumine nos âmes, éclaire-les.

Gloire: Veuille mortifier le mal / qui dans ma chair est encore bien vivant, / toi qui as enfanté la véritable Vie, / ô Vierge tout-immaculée; / quant aux fautes, aux péchés de ton serviteur, / procure-m’en la rémission.

Maintenant: Divine Mère, à toi convient / une parole d’éloges / qui soit efficace en tout temps; / quant à nous, Vierge pure, nous t’en prions, / sauve-nous des soucis de cette vie, / nous qui cherchons refuge auprès de toi.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / â Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

M’acquittant de mon devoir, / dans mon humble reconnaissance pour tes bienfaits, / notre Dame, chaleureusement / je te chante, ô Mère immaculée / du Verbe, l’universel Rédempteur; / aux périls de cette vie arrache-moi.

Le premier Adam / jadis par sa faute mis à mort, / tu lui procuras meilleure vie en enfantant, / Toute-pure, le Verbe, principe de la vie; / de la mort procurée par le péché / à présent délivre-moi.

Gloire: La loi charnelle des passions, / relevant la tête, opprime maintenant / en moi la loi de l’Esprit / et me pousse vers les plus sombres désirs; / mais toi, ô Vierge, accorde-moi promptement / la paix des sens par ta divine intercession.

Maintenant: Dans tes entrailles, inexplicablement, / ayant conçu, Vierge pure, le Christ, / celui qui tient en ordre l’univers, / tu libéras la nature des mortels / des liens de l’Enfer; à présent brise aussi / les pièges compliqués de ceux qui veulent mon malheur.

Ode 4

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Je combats de nuit, et mon esprit / est obscurci par les ténèbres du mal; / toi la Porte de la Clarté, / éclaire-moi de ton rayonnement, / vite arrache-moi aux tourments de l’affliction.

La multitude des péchés, / les liens des épreuves fortement / me tiennent enchaîné: / mais, invoquant, notre Dame, ton secours, / puissé-je être sauf de tout mal.

Gloire: L’assemblée des fourbes et des pervers, / le conseil des envieux et des méchants, / dissipe-les, Vierge toute-digne de nos chants, / et de tout ce qui menace ma vie, / de toute affliction délivre-moi.

Maintenant: Les filets que les menteurs / en paroles ont préparés contre moi, / notre Dame, tranche-les / par le glaive de tes prières, brise-les / et délivre-moi de toute affliction.

Ode 5

Nuit sans clarté, celle des incroyants, / pour les fidèles illumination dans les délices de tes divines paroles, ô Christ: / c’est pourquoi je veille devant toi / et je chante ta divinité.

Toi le rempart invincible des croyants, / ô Vierge, sois aussi ma protection: / de tout chagrin, de tout malheur / veuille protéger ton serviteur.

Je suis malade gravement, / ô Vierge, meurtri de tout côté: / de tes prières puissé-je recevoir / santé de l’âme et du corps!

Gloire: En l’océan de ta pitié / trouvant refuge, moi ton serviteur, / aux injustes menaces et au malheur / puissé-je, divine Mère, échapper!

Maintenant: En tout lieu est exaltée / la renommée de tes intercessions: / par elles, Vierge Mère, sauve-moi aussi / de tout péril en cette vie.

Ode 6

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce mortel abîme délivre-moi.

Par ses paroles, tout croyant / te loue d’avoir effacé / la dette de tous les hommes par ton enfantement; / et maintenant accueille également / la prière de qui chante pour toi; / sauve-le de toute épreuve et affliction.

Moi qui souffre, étant blessé / par les épines des passions et du péché, / je cherche la guérison qui vient de toi, / ô Vierge toute-pure, et je te prie / de m’éviter les douleurs et le chagrin, / de m’épargner les épreuves et l’affliction.

Gloire: La nature des mortels, / ô Mère de Dieu, vers le ciel / tu l’as élevée manifestement / en devenant le palais du Roi de gloire: / de l’abîme de mes innombrables péchés, / des passions et des épreuves tire-moi.

Maintenant: Par ta parole, Vierge immaculée, / d’une façon qui dépasse l’esprit et la raison / tu as conçu le Verbe incarné / qui de l’absence de raison nous a sauvés; / c’est pourquoi par des cantiques sans fin / nous te chantons et glorifions avec foi.

Cathisme

Notre Dame, ton Fils est courroucé / par les péchés de tes serviteurs: / à la colère nous avons poussé le Seigneur compatissant, / mais toi, Vierge pure, vers la miséricorde ramène-le; / dans ta compassion, divine Mère, fléchis son cœur / par des prières émouvantes, pour qu’il sauve de leurs chaînes les captifs.

Ode 7

Dans la fournaise de feu / les Jeunes Gens transformèrent en rosée / l’ardente flamme qui les entourait, / car ils louaient le Seigneur en chantant: Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Vierge tout-immaculée / que parent les joyaux de la pureté, / change la laideur / de mon âme perverse en ta divine beauté, / Protectrice du genre humain et Souveraine bénie.

Ils reprennent force, les esprits du mal, / en moi ils allument le feu des passions; / mais toi, par l’éclat de tes intercessions / consume-les jusqu’à ce qu’il n’en reste plus, / toi la protectrice du genre humain.

Gloire: Divine Mère immaculée, / en notre faveur ne cesse pas / d’intercéder auprès de ton Fils: / de ceux qui nous oppriment et de tout malheur / délivre par tes prières tes serviteurs.

Maintenant: Le suprême Fils de Dieu / de toi, ô Vierge, a pris chair / et s’est fait homme sans changement / pour sauver ceux qui chantent: / Il est béni, le fruit de ton sein.

Ode 8

Celui qui est Dieu en vérité, / à qui doit son existence l’univers, / le Christ, exaltons-le, / glorifions-le dans tous les siècles.

Toutes sortes de gardiens / sur les pâtures des passions et du mal / encerclent, notre Dame, ton serviteur, / mais toi, de leur emprise sauve-moi.

Que maintenant vienne sur nous, / notre Dame, ta main puissante / qui nous délivrera / des peines dont les hommes nous menacent.

Gloire: Les embûches préparées / par ceux qui vont au conseil des méchants, / divine Génitrice, brise-les / et délivre de tout mal tes serviteurs.

Maintenant: Très-sainte Vierge, toi qui es / pour les croyants le seul havre divin, / je te prie de me sauver, / moi qui subis la tempête sur l’océan de cette vie.

Ode 9

Brillante Épouse, réjouis-toi, / Mère de celui qui nous donne la clarté, / réjouis-toi qui as logé dans ton sein / celui que l’univers lui-même ne peut contenir, / réjouis-toi, plus vénérable que les Chérubins, / toi qui de nos âmes as enfanté le Sauveur.

J’ai bondi comme un poulain / hors des sentiers où je devais suivre / les commandements du Seigneur; / mais toi, Vierge sainte, ramène-moi / par le frein de tes prières / sur la route d’une prompte conversion.

Méprisant tous les conseils, / je suis tombé, pour mon extrême malheur, / dans les œuvres mauvaises du péché, / mais toi, ô Mère de Dieu, / de mes habitudes perverses, / je t’en prie, délivre-moi.

Gloire: Divine Mère qui montras / jadis le remède pouvant guérir / la nature des humains / et sauvas Adam et Ève de leur chute, / guéris-moi également / par ton intercession auprès de Dieu.

Maintenant: Veuille accorder à mon esprit / la totale sagesse, l’intégrité, / à mon cœur la pureté, / à ma conduite la vigilance, l’attention, / afin que de mon Dieu je puisse observer, / notre Dame, les préceptes sacrés.

LE LUNDI À MATINES

Cathisme I

Ô mon âme, prends la médecine du repentir, / avance en pleurant et gémissant / et dis au médecin des âmes et des corps: / Ami des hommes, délivre-moi de mes péchés; / traite-moi comme la Courtisane, le Larron et le Publicain / et, m’accordant le pardon de mes fautes, Seigneur, sauve-moi.

Du Publicain je n’ai pas imité le repentir, / de la Courtisane je n’ai pas les pleurs; / mon cœur endurci ne me permet pas un tel redressement: / Seigneur ami des hommes, sauve-moi, dans ta bonté.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu et Vierge sans défaut, / prie ton Fils avec les Puissances d’en-haut, / pour qu’il accorde le pardon de leurs péchés, / avant la mort, aux fidèles qui le glorifient.

Cathisme II

Tu as effacé et pardonné / le reniement de Pierre et les fautes du Publicain / en tenant compte des larmes et des gémissements: / Seigneur ami des hommes, gloire à toi.

Prépare-toi, mon âme, en cette vie / pour n’avoir point de trouble en l’au-delà; / tu n’auras alors personne pour t’aider / ni richesse ni puissance, ni prince ni ami, / mais seulement le témoignage de tes actions / et la miséricorde du Seigneur notre Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Plus vénérable que les glorieux Chérubins, / Vierge sainte, tu l’es en vérité; / car, ne pouvant supporter l’éclat de la divinité, / ils accomplissent leur service en se couvrant de leurs ailes les yeux; / mais toi-même, tu as pu contempler le Verbe incarné: / sans cesse implore-le pour le salut de nos âmes.

Cathisme III

Toi qui de Pierre as accueilli les pleurs / et qui as justifié le Publicain gémissant, / de mon âme accueille aussi le repentir / et dans ta miséricorde sauve-moi, Dieu Sauveur.

Saints Martyrs, intercédez / pour le pardon de nos péchés, / afin que nous soyons sauvés / de l’amertume de la mort et de tout danger.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Plus glorieuse que les Puissances des cieux, / tu es devenue le temple divin, / ô Mère de Dieu et Vierge bénie, / car tu as enfanté le Christ, le Sauveur de nos âmes.

Le canon catanyctique a pour acrostiche: Verbe de Dieu, accepte mes gémissements. Joseph.

Celui des Anges, œuvre de Théophane, porte en acrostiche: J’offre aux Incorporels ma septième louange.

Ode 1

Par Dieu Moïse fut aidé / à faire sortir de l’Égypte Israël; / à lui seul offrons nos chants, / car il s’est couvert de gloire.

Comme sombrant en l’océan, / au milieu des périls je te crie: / Dieu de tendresse, étends la main, / Ami des hommes, comme Pierre sauve-moi.

De tant de fautes lave-moi, / ô Christ, par la force de ton amour; / comme la Courtisane accueille-moi, pour que je te glorifie dans la foi.

Martyrika: Tu fis briller tes saints Martyrs / dans le creuset de multiples tourments: / ô Christ, par leur intercession / tire-moi de la ténèbre des passions.

Les saints Martyrs, se purifiant / par leur patience au milieu des tourments, / plus que le soleil ont resplendi / et fait pâlir la lampe des faux-dieux.

Théotokion: Protectrice des croyants, / toi qui ramènes vers Dieu les pécheurs, / Vierge tout-immaculée, / par tes prières sauve-moi.

* * *

Au Seigneur Dieu qui fit tomber / dans la mer Rouge le Pharaon et ses armées / chantons une hymne de victoire, / car il s’est couvert de gloire.

Verbe éternel et tout-puissant, / de ta lumière illumine mon esprit / pour célébrer tes Anges avec ardeur, / car tu t’es couvert de gloire.

Tirant l’éclat de leur splendeur / de la source divine qui les émet, / les chœurs des Anges dans le ciel / chantent pour la gloire du Christ.

Théotokion: De source sûre te sachant / toute parée de divine splendeur, / nous, les fidèles, te crions: / Réjouis-toi, Immaculée.

Ode 3

Toi dont le verbe affermit les cieux / et de la terre posa les fondements / sur les innombrables eaux, / Ami des hommes, affermis mon esprit/ pour accomplir ta seule volonté.

Des sombres fautes m’a saisi la nuit: / à la lumière de la conversion, / Ami des hommes, éclaire-moi désormais / pour qu’avec foi je te puisse glorifier.

Tous les chemins que j’ai suivis / m’ont précipité, en cette vie, / dans les gouffres du plaisir; ô Jésus, / montre-moi les sentiers de la pénitence.

Martyrika: Ayant avec noblesse combattu, / vous avez reçu céleste récompense, / Martyrs dignes de gloire à jamais, / qui intercédez pour nous tous.

Ayant souffert mille tourments, / vous jouissez de mille biens, / Martyrs à présent réunis / aux myriades d’Anges dans les cieux.

Théotokion: Seule Vierge qui as enfanté / le Roi céleste, fais tomber / le péché qui règne en maître sur mon cœur / et dans ta miséricorde sauve-moi.

* * *

Dans la foi est affermie l’Église du Christ / et sans cesse dans ses hymnes elle te crie: / Saint es-tu, Seigneur, et c’est toi que chante mon esprit.

Médiateurs de la divine clarté, / chœurs des Anges, de vos voix immatérielles / vous chantez tous: Saint es-tu, Seigneur tout-puissant.

Archanges qui par loi de charité / transmettez la divine lumière à votre tour, / vous chantez au Christ: Saint es-tu, Seigneur tout-puissant.

Du prime éclat imitant le second rayonnement, / les fidèles chantent au Christ d’un même chœur: / Saint es-tu, Seigneur, toi qui sauves nos âmes.

Théotokion: Celui qui du néant tira le monde par sa volonté / de toi, ô Vierge, prend la chair, en son amour, / et le Verbe se fait homme, par tendresse pour nous.

Ode 4

Elle couvre les cieux, / la vertu de ta sagesse infinie, / en ton œuvre de salut, / Ami des hommes, Christ notre Dieu.

Dieu de tendresse, toi qui veux / le salut de tous les hommes, sauve-moi / qui me suis éloigné de tes préceptes; / Verbe, ne viens pas m’anéantir.

À l’image du bétail / j’ai servi, malheureux que je suis, / les passions sans verbe ni raison; / Verbe de Dieu. en ta tendresse, prends pitié.

Martyrika: Livrés aux flammes et torturés, / vous avez consumé le mensonge des faux-dieux, / brûlant, ô saints Martyrs, / de l’ardeur de votre foi.

Bienheureux Témoins du Christ, / vous êtes un Paradis spirituel / ayant en son milieu l’arbre de vie, / le Christ, ce jardinier de l’univers.

Théotokion: Pleine de grâce immaculée, / Vierge pure, pour la joie de mon esprit / libère-le complètement / des ténèbres de l’erreur.

* * *

J’ai ouï ta voix, Seigneur, / car tu t’es manifesté sur terre / pour nous sauver; et nous chantons: / Gloire à ta puissance.

De mon âme guérissez / les blessures, chœurs des Anges qui vous tenez / devant le Christ en serviteurs de choix; / implorez-le pour moi.

Seigneur, l’armée des Incorporels / qui entoure ton trône avec respect / sans cesse chante à haute voix: / Gloire à ta puissance, Seigneur.

Les armées célestes, / ô Christ, te voyant sur terre prendre chair / et vivre avec des hommes mortels, / furent prises d’étonnement.

Théotokion: Toi qui enfantes notre Dieu / dans la chair, sans qu’on puisse l’expliquer, / Vierge toute-digne de nos chants, nous t’implorons: / intercède pour notre salut.

Ode 5

Dans l’attente du matin, / ô Christ notre Dieu, nous te chantons / qui, de la Vierge ayant pris chair, / nous as sauvés et illuminés, / dans ton amour pour les hommes.

Dans la paresse j’ai passé / toute ma vie, débauché que je suis, / et je crains l’inévitable tribunal / où je vais passer en jugement: / aie pitié de moi, Seigneur.

Verbe ayant illuminé / le regard des aveugles jadis, / de mon âme ouvre les yeux / si pleins de ténèbres, pour que je voie / la lumière de tes commandements

Martyrika: Dans les supplices, vaillamment, / vous avez enduré toute douleur, / Athlètes, en confessant le Christ, / dans la fermeté de votre foi; / aussi nous vous disons bienheureux.

Sur la tempête des tourments / vous avez navigué jusqu’au port / du royaume supérieur, / où vous êtes comblés, saints Martyrs, / de la véritable paix.

Théotokion: Toute-sainte, le Seigneur / qui fit des merveilles pour toi / ineffablement s’est incarné de toi: / sans cesse intercède auprès de lui / en faveur de nous tous.

* * *

Devant toi je veille et je m’écrie: / Dieu de tendresse, éclaire mon esprit / assombri par les ténèbres du péché / et guide-le à la clarté / de tes préceptes divins.

De leurs saintes bouches, à haute voix, / les Séraphins chantent le Principe divin / qui surpasse toute éternité / et resplendissent comme feu / de clarté immatérielle.

De leurs saintes ailes les Chérubins, / ces instruments de la sagesse de Dieu, / se couvrent le visage et les pieds, / n’osant élever leur regard / vers la divine splendeur.

Trônes de gloire jouissant / de la splendeur la plus belle à contempler, / par votre bienheureuse connaissance de Dieu / vous êtes les témoins privilégiés / des ineffables vérités.

Théotokion: L’intelligence de mon Dieu / se mêle, ô Vierge, à celle des humains / et s’unit sans confusion / dans tes entrailles plus que toutes immaculées / en l’unique Personne, sans changement.

Ode 6

Du sein de l’Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

L’océan de mes fautes m’encerclant, / je suis tombé dans le gouffre du péché; / comme pour Jonas tu fis jadis, / ô Verbe, conduis-moi de la fosse vers la vie.

Je traverse la tempête des pensées: / Dieu de tendresse, guide-moi vers le port / de la véritable conversion / et garde mon esprit dans la paix.

Martyrika: Armés du bouclier de vérité, / les Martyrs repoussèrent les flatteries / mensongères des tyrans / et, mis à mort pour le Christ, ils règnent avec lui.

S’élevant vers Dieu, dans leur amour, / les Martyrs ont rejeté l’amitié / de ce monde et furent les amis / du Créateur de l’univers.

Théotokion: Vierge immaculée, nous te chantons / qui enfantas le Verbe hautement glorifié, / que de leurs voix incessantes / chantent tous les Anges dans le ciel.

* * *

Du sein de l’Hadès cria Jonas

Des reflets naissants du Seigneur Dieu / elles brillent éternellement, les Dominations, / et célèbrent de leurs chants / son ineffable gloire.

Contemplant avec amour / la suprême majesté du Tout-puissant, / les Puissances célestes sont animées / de la force qui émane de Dieu.

Théotokion: Tu enfantas le Roi de tous, / Vierge issue de lignée royale, / en dépassant les lois de la nature et la raison, / et tu demeures vierge, en vérité.

Ode 7

Couvrant de rosée la fournaise a dente, Sauveur, / tu sauvas les Jeunes Gens qui te chantaient: / Béni es tu dans les siècles, / Dieu de nos Pères.

Offre un sacrifice de louange à notre Dieu, / hâte-toi, mon âme, de te convertir; / tant que dure la kermesse de la vie, / fais provision de vertus.

Elle approche, ô mon âme, la rupture de la mort: / porte de dignes fruits pour n’être point jetée / comme l’arbre stérile en la géhenne de feu / où tu risques de pleurer pour toujours.

Martyrika: Éteignant de leur sang la fournaise de l’erreur, / comme les Jeunes Gens, les saints Martyrs s’écriaient: / Béni es-tu dans les siècles, / Dieu de nos Pères.

Fils de lumière, saints Martyrs, / liés à la plus haute des clartés, / vous chassez les ténèbres de l’erreur / et sur tous vous répandez la clarté.

Théotokion: Préfigurée par le buisson non consumé, / tu enfantas l’insaisissable Feu; / c’est pourquoi, Vierge pure, je te crie: / brûle mes passions charnelles.

* * *

Dans la fournaise de feu / les Jeunes Gens transformèrent en rosée / l’ardente flamme qui les entourait, / car ils louaient le Seigneur en chantant: Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Sans répit je glorifie / le chœur des Anges qui entoure en esprit / le trône de ta majesté, / criant: Tu es béni, Seigneur, / Dieu de nos Pères.

C’est de toute leur ardeur / que les Principautés incorporelles / entourant l’unique Majesté / s’écrient en d’incessantes doxologies: / Béni es-tu, Dieu de nos Pères.

Théotokion: Sans semence tu conçus / en deux natures l’unique personne du Christ, / seul ami des hommes accomplissant, / Mère de Dieu, le redoutable plan du salut, / le Seigneur Dieu de nos Pères.

Ode 8

À l’instar des Jeunes Gens / ayant reçu la rosée de l’Esprit, / nous crions en notre foi: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Comme lampe m’éclairant / j’ai reçu la raison, mais insensé que je suis, / j’ai soumis mon être aux plus stupides passions / et j’ai cheminé dans les ténèbres du mal.

Le Seigneur est proche, nous le croyons; / sois diligente, ô mon âme, ne dors pas; / dans la vigilance, crie au Dieu d’amour: / Ami des hommes, sauve-moi.

Martyrika: Ayant goûté à la divine douceur, / vous avez supporté l’amertume des tourments, / saints Martyrs, et maintenant vous jouissez / du Verbe, en sa divine communion.

Martyrs illustres, ayant rejoint / le repos auprès de Dieu, vous jouissez / des biens qui furent votre espoir; / c’est pourquoi nous vous disons bienheureux.

Théotokion: De la malédiction fut délivré / par ton enfantement l’ensemble des humains, / Vierge Mère du Seigneur béni / qui pare de bénédictions l’univers.

* * *

Le Roi de gloire, le seul éternel, / devant qui tremblent les Puissances des cieux / et que les Anges n’osent regarder, vous, les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Jouissant de ses rayons en l’au-delà / auprès de Dieu, l’unique objet de vos désirs, / vous les Archanges, sans répit / demandez pour les siècles le pardon de tout péché / en faveur de qui vous chante.

Anges de suprême pureté / éloignés des passions charnelles, / sauvez tous ceux qui par amour / exaltent le Christ avec vous / dans tous les siècles.

Théotokion: Vierge Mère, toi qui as reçu / en ton sein l’inaccessible Clarté, / tu éclairas ceux qui gisaient dans les ténèbres de cette vie, / afin qu’ils glorifient pieusement le Christ / issu de toi de façon mystérieuse.

Ode 9

Conservant ta virginité, / tu enfantas de façon merveilleuse: / seule entre toutes les femmes tu es bénie: / par des hymnes nous te magnifions.

Voici qu’approche le jugement: / condamné par mes œuvres, je suis au désespoir; / juste Juge, ô Christ mon Dieu, / ne me condamne pas.

Comme la Cananéenne dans sa foi, / Ami des hommes, je te crie: pitié pour moi; / redresse-moi comme la femme courbée, / pour que je marche droit sur tes sentiers.

Martyrika: De tout mal vous vous êtes dépouillés, / les coups de fouet sont devenus votre manteau, / saints Athlètes, et vous avez reçu / un vêtement de gloire dans le ciel.

La terre sainte des vivants, / la céleste Sion, la cité des premiers-nés, / saints Martyrs, accueille en vous / les champions illustres des combats.

Théotokion: Par les rayons pleins de clarté / du Soleil qui s’est levé de toi, / Vierge pure, dissipant l’obscurité / de mes péchés et des passions, éclaire-moi.

* * *

Toute-digne de nos chants / et sublime bien plus que les cieux, / sans semence tu conçois le Verbe éternel / et pour les hommes enfantes Dieu dans la chair: / par des hymnes, nous tous les fidèles, nous te magnifions.

Jouissant de la clarté / émanant de la divinité, / les Anges célèbrent sans cesse de tous leurs chœurs / le Dieu hautement glorifié / et dans les siècles le magnifient.

Pour qu’il daigne me sauver / de l’empire des passions, / Chérubins et Séraphins, Puissances et Vertus, / Anges et Archanges, avec les Trônes, les Principautés / et les Dominations, intercédez auprès du Christ.

Théotokion: Par le crédit dont tu jouis / comme une Mère auprès de ton Fils, / ô Mère de Dieu, sauve de toute faute, péril et maladie / ceux qui te chantent avec amour, / afin que dans les siècles nous puissions te magnifier.

Exapostilaire (ton 2)

Anges et Archanges, Principautés, / Vertus, Puissances, Dominations, / Trônes et Chérubins aux yeux innombrables, / Séraphins aux six ailes, intercédez pour nous, / afin que nous soyons délivrés de tout danger / et que nous échappions à la flamme sans fin.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, tu es ma protection, / la défense du monde, son plus ferme rempart; / devant toi je me prosterne en disant: / délivre-moi de toute peine et du feu éternel, / puisqu’en toi, ô Vierge, repose mon espoir.

Apostiches

Comme au stérile figuier, / Seigneur, épargne-moi la cognée, / attends de nombreuses années, / accorde-moi le pardon de mes péchés, / arrose mon âme par les larmes du repentir / et je t’offrirai de dignes fruits.

Au matin comble-nous de ta miséricorde, Seigneur, / nous serons dans la joie et l’allégresse tous les jours de notre vie, / au lieu des jours où tu nous as humiliés, / des années où nous connûmes le malheur. / Jette un regard sur tes serviteurs et sur leurs œuvres, / sois un guide pour leurs fils.

Comme le Soleil de justice, / illumine les cœurs de ceux qui te chantent: / Seigneur, gloire à toi.

Sur nous soit la splendeur du Seigneur notre Dieu, / dirige d’en haut les œuvres de nos mains, / dirige l’ouvrage de nos mains.

Célébrant la mémoire de tes saints Martyrs, / ô Christ, nous te chantons en disant: / Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu, nous t’offrons le salut de Gabriel, / car tu surpassas les Anges en enfantant notre Dieu.

LE LUNDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Il était beau à voir et bon à manger, / le fruit qui a causé mon trépas; / mais le Christ est cet arbre de vie / dont je puis manger sans mourir; / et je crie avec le bon Larron: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Comme en sa foi la femme de Canaan, / je te crie en l’angoisse de mon cœur: / Aie pitié de moi, Sauveur, en ta bonté, / car mon âme est exposée / aux dangers que lui suscitent les intrigues de l’Ennemi / et mise en péril sur l’océan de cette vie.

Les Chérubins, les Séraphins, / les Trônes, les Principautés, les Vertus, / les Anges et les Archanges en rangs serrés / avec les sages Dominations / et la foule des Puissances dans le ciel / te glorifient, Seigneur qui nous combles de bienfaits.

Des funestes assauts de l’ennemi / les saints Martyrs élevés jusqu’à Dieu / ont triomphé totalement / et, devenus vainqueurs aux yeux de tous, / dans l’allégresse ils habitent maintenant les cieux, / resplendissants de la gloire d’en-haut.

Gloire au Père...

Devant le Père sans commencement / comme devant le Fils et l’Esprit / je me prosterne en adorant / l’Etre consubstantiel que nul autre n’a créé; / c’est lui l’auteur de l’univers, / du non-être il l’a créé divinement; / telle est la Trinité / dont nous confessons l’indivisible unité.

Maintenant... Théotokion

Souillé par les plaisirs de cette vie, / j’accours vers toi, ô Vierge immaculée; / de toute faute qui peut la ternir / délivre ma pauvre âme, je t’en prie, / afin que dans l’éternité / je te dise bienheureuse et comblée de grâce.

Mardi

LE LUNDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Seigneur et Dieu de tendresse, accorde-moi, / dans ta sagesse, de cultiver ta crainte en mon cœur; / accorde-moi de t’aimer de toute mon âme, / donne-moi d’avoir en horreur les œuvres du Mauvais / et d’accomplir ta volonté salutaire, / car c’est toi notre Dieu et tu as dit: / Demandez et l’on vous donnera.

Me voilà devenu la risée des démons, / l’opprobre du genre humain, / le chagrin de tous les Justes, l’affliction des Anges saints, / la pollution de l’air, de la terre et des eaux, / j’ai souillé mon âme, mon corps et mon esprit, / de Dieu je suis devenu l’ennemi par mes œuvres insensées; / hélas, Seigneur, j’ai péché contre toi, / j’ai péché, pardonne-moi.

Je t’en prie, montre-toi longanime, Seigneur, / envers moi qui ne produis point de fruit; / comme à l’arbre stérile épargne-moi la cognée, / la rupture de la mort et l’envoi vers le feu; / à ma prière, fais que je porte du fruit, / me donnant dans ta bonté le temps du repentir, / afin que j’efface dans mes pleurs / mes nombreux péchés, ô Christ, mon Sauveur.

Ornant de tes paroles sacrées l’Église du Christ, / tu l’amènes comme une épouse immaculée / et la prépares, divin Précurseur, / à suivre en toute obéissance le Seigneur; / dans la puissance que tu possèdes à présent, / sois pour elle un protecteur et défenseur, / afin que des attaques du démon / elle soit délivrée, Prophète bienheureux.

Faisant luire sur ma pauvre âme, / Précurseur, la clarté spirituelle, / chasse loin d’elle les ténèbres / des funestes plaisirs et des passions charnelles; / dans la puissance que tu possèdes à présent, / montre-toi mon protecteur et défenseur, / afin que de la crainte et des périls / je sois délivré, Prophète bienheureux.

Toi, le plus grand des Prophètes, / qui apposes les scellés sur la Loi, / toi dont l’extrême sainteté / surpasse l’ensemble des mortels, / toi le Précurseur et le héraut / de la première venue du Christ, / maître de pénitence et modèle de pureté, / assure à tes serviteurs le salut, / afin que de la crainte et des périls / nous soyons délivrés, Prophète bienheureux.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi, trésor sacré de la plus pure virginité, / réjouis-toi, demeure immaculée de notre Dieu, / réjouis-toi qui procures aux fidèles le salut, / réjouis-toi, notre Dame, Épouse inépousée.

Prokimenon, ton 4: Le Seigneur m’exauce / lorsque je crie vers lui.

Verset: Quand je crie tu m’exauces, Dieu de ma justice.

Apostiches

Comme le Fils prodigue, je viens / vers toi, ô Dieu de bonté, / devant toi je me prosterne, accueille-moi / comme l’un de tes serviteurs: / Seigneur, aie pitié de moi.

Vers toi j’élève mes yeux...

Comme le voyageur tombé aux mains des brigands, / moi-même j’ai succombé sous les coups de mes péchés, / et mon âme est blessée comme lui: / vers qui pourrais-je me réfugier, malheureux que je suis, / si ce n’est vers le Dieu compatissant / qui prend soin de nos âmes comme un sage médecin? / Répands sur moi la grande miséricorde.

Aie pitié de nous, Seigneur...

Saints Martyrs qui avez combattu noblement / et avez été couronnés dans le ciel, / intercédez auprès du Seigneur, pour qu’il sauve nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Pacifie, par l’intercession de ta Mère, / la vie de ceux qui te chantent comme nous: / Seigneur de tendresse, gloire à toi.

LE LUNDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Par Dieu Moïse fut aidé / à faire sortir de l’Égypte Israël; / à lui seul offrons nos chants, / car il s’est couvert de gloire.

Toi la cause de notre salut, / de notre divine rédemption, / intercède, Toute-pure, nous t’en prions, / pour que nos âmes soient sauvées.

Tout entier, je suis en proie / aux terribles épreuves, au malheur; / accablé de fautes, Souveraine, je m’écrie: / sauve-moi qui suis ton serviteur.

Gloire: Toi la Mère du Créateur, / Vierge pure, nous te supplions: / délivre-nous de tout mal / que peuvent nous faire les démons.

Maintenant: Dans la chair tu enfantas / le Verbe, d’indicible façon: / prie donc le prince de la vie, / le Christ notre Dieu, de nous sauver.

Ode 3

Sur la pierre de la foi / l’Église du Christ fut affermie; / en des hymnes incessantes elle s’écrie: / Saint es tu, Seigneur, / et c’est toi que chante mon esprit.

Le sentier de perdition / qui mène vers le mal, je, l’ai suivi, / et je n’ai pas trouvé la voie de mon salut; / mais vers elle veuille me guider, / Souveraine tout-immaculée.

Toute-pure, c’est en toi, / en toi seule, que je veux posséder / ma force, mon soutien, / mon secours, mon espérance: / sois ma protectrice au jour de mon départ.

Gloire: En tout temps je te supplie, / ô Vierge tout-immaculée: / à l’heure de ma mort / sois présente pour me délivrer / de toute peine au jour du jugement.

Maintenant: De la Vierge tu es né, / de manière ineffable tu es venu / comme toi-même tu l’as voulu; / et le monde, tu l’as renouvelé, / Seigneur Dieu, notre Sauveur.

Ode 4

J’ai entendu ta voix / et de crainte je suis rempli, / j’ai reconnu ton œuvre admirable, Seigneur.

De mon Maître j’ai transgressé / les préceptes et suis devenu pour l’ennemi / une proie facile: notre Dame, sauve-moi.

À l’heure de la mort / délivre et sauve du démon / ma pauvre âme, Vierge tout-immaculée.

Gloire: À l’emprise de la mort / arrache-moi, Souveraine, en me procurant / par tes prières la vie éternelle.

Maintenant: Vierge après l’enfantement, / c’est ainsi que nous te chantons, Immaculée, / te glorifiant comme la Mère de Dieu.

Ode 5

Dans l’attente du matin, / pour ta gloire et ta louange, ô Verbe de Dieu, / inlassablement nous célébrons / l’ image de ta Croix, / cette arme que tu nous donnes pour nous sauver.

Toi le havre de tous ceux / qui se trouvent en perdition sur les flots déchaînés, / toi la porte du salut, / ô Vierge, pour les fidèles sauvés, / sauve aussi ton serviteur, en ta bonté.

Tes multiples attentions, / ô Vierge Mère de Dieu, / envers moi ton serviteur / puissent apparaître pour me sauver / du terrible châtiment à venir.

Gloire: Mon âme s’enfonce dans la nuit / des impures passions, qui l’envoient / vers l’abîme de la perdition; / mais toi, à la clarté de tes prières, / sauve-moi, ô Tout-immaculée.

Maintenant: Tu mis au monde et dans le temps / le Verbe, d’une manière / que notre verbe est incapable d’exprimer: / prie-le, Vierge toute-sainte, / de sauver nos âmes.

Ode 6

Du sein de l’Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous-mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

Vierge sainte, nous t’avons / dans les épreuves comme ferme protection, / comme salut puissant dans l’affliction, / consolation dans la peine et secours dans le péril.

Toute-pure, tu t’es montrée / la sauvegarde de toute ma vie: / à l’heure de la mort délivre-moi des démons, / après ma fin procure-moi le repos.

Gloire: La beauté des Anges saints, / c’est toi, ô Vierge Mère de Dieu, / l’allégresse de tous les mortels: / guide-moi sur le chemin de la vie.

Maintenant: Ma pauvre âme, guéris-la / qui souffre, ô Vierge, d’incurable façon: / tant de portes lui sont fermées / par les égarements de ma vie.

Cathisme

Dans la tendresse de ton cœur, ô Christ notre Dieu, / de la Vierge sainte tu as bien voulu t’incarner: / par son intercession, / Ami des hommes, garde notre vie.

Ode 7

Couvrant de rosée la fournaise ardente, Sauveur, / tu sauvas les Jeunes Gens qui te chantaient: / Béni es tu dans les siècles, / Dieu de nos Pères.

La multitude de mes péchés, / Vierge toute-pure, affecte mon esprit; / aussi je t’appelle à mon aide, dans le désespoir, / pour ne pas être complètement perdu.

De la Vie personnifiée / tu es la Mère, Vierge pure, je le sais; / de la mort spirituelle délivre-moi, / pour que je trouve la vie éternelle.

Gloire: Du malheur et des passions, / Vierge pure, des peines, des maladies, / des fautes en cette vie et du feu qui dans l’autre ne s’éteint, / délivre les fidèles qui t’honorent par des chants.

Maintenant: Toute langue te glorifie, / toi la gloire et la fierté du genre humain, / la conductrice des égarés, / divine Mère toute-digne de nos chants.

Ode 8

À l’instar des Jeunes Gens / ayant reçu la rosée de l’Esprit, / nous crions en notre foi: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

J’ai gaspillé toute ma vie / dans l’insouciance, malheureux que je suis; / maintenant j’approche de la fin / et ne sais que faire: notre Dame, aide-moi.

Toi le refuge des pécheurs, / notre Dame, redressement de tous les déchus, / j’accours me réfugier / sous ta protection: sauve-moi.

Gloire: Toi dont ne dort l’intercession, / toute-pure Souveraine de l’univers, / délivre du châtiment futur / les fidèles qui vénèrent ton image sacrée.

Maintenant: Toute langue, te louant, / te chante, virginale Épouse de Dieu, / pour avoir mis au monde le Dieu transcendant: / prie-le de sauver les âmes de ceux qui chantent pour toi.

Ode 9

Conservant ta virginité, / tu enfantas de merveilleuse façon: / seule entre toutes les femmes tu es bénie: / par des hymnes nous te magnifions.

Les fidèles se réfugiant / sous ta miséricorde sont libérés des affligeants malheurs de cette vie; / c’est pourquoi, divine Mère, moi aussi, / j’ai cherché refuge sous ta protection.

Toi la puissante protection, / l’invincible rempart des affligés, / sauve-moi des peccamineuses passions / et du feu qui brûle sans fin.

Gloire: Vierge pure, aux clairs rayons / du Verbe qui s’est levé de toi comme soleil, / éclaire-moi dans ta bonté / et, m’arrachant aux peines éternelles, sauve-moi.

Maintenant: Celui qui porte l’univers, / en tes mains saintes, Vierge pure, tu l’as tenu: / prie-le de nous garder sains et saufs / de l’emprise du funeste ennemi.

LE MARDI À MATINES

Cathisme I

Ô mon âme, prends la médecine du repentir, / avance en pleurant et gémissant / et dis au médecin des âmes et des corps: / Ami des hommes, délivre-moi de mes péchés; / traite-moi comme la Courtisane, le Larron et le Publicain / et, m’accordant le pardon de mes fautes, Seigneur, sauve-moi.

Naufragé sur l’océan de cette vie, / j’enfonce sous la houle de mes péchés, / mais toi, Seigneur, étends la main / et comme Pierre, Ami des hommes, sauve-moi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

L’ardente protectrice, le refuge de; chrétiens, / c’est bien toi, virginale Mère de Dieu: / supplie ton Fils en compagnie du Précurseur, / afin que nous trouvions miséricorde auprès de lui.

Cathisme II

Du Publicain je n’ai pas imité le repentir, / de la Courtisane je n’ai pas les pleurs; / mon cœur endurci ne me permet pas un tel redressement: / Seigneur ami des hommes, sauve-moi, dans ta bonté.

Tu as effacé et pardonné / le reniement de Pierre et les fautes du Publicain / en tenant compte des larmes et des gémissements: / Seigneur ami des hommes, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Seigneur, nous sommes ton peuple, les brebis de ton bercail, / ramène vers toi tes enfants dispersés, / sous ta houlette rassemble les brebis égarées, / de ton troupeau aie pitié, bon Pasteur, / par les prières de la Mère de Dieu, / seul Ami des hommes et Seigneur sans péché,

Cathisme III

Seigneur, avec l’hysope de ton amour / lave la souillure de mon âme, en ta bonté; / en ta miséricorde, prends pitié de moi, / me purifiant, Sauveur, de la fange des passions; / par les prières de ton Précurseur / sauve l’ouvrage de tes mains, toi le seul compatissant.

Tes Martyrs, Seigneur, combattant sur terre, / ont vaincu l’ennemi et détruit le mensonge des faux-dieux; / aussi ont-ils reçu / la couronne des vainqueurs / de ta main, Seigneur et Dieu de bonté / qui nous accordes la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

De notre misère tu as compassion / et tu vois les habitants de la terre: / aie pitié d’un peuple désarmé, / divine Mère et Vierge bénie; / empresse-toi d’intercéder / pour nous éviter une triste fin; / ô Vierge sainte et immaculée, / implore le Dieu de bonté pour qu’il sauve nos âmes.

Le canon de componction porte l’acrostiche: Dans mes larmes, Sauveur, purifie-moi. Joseph.

Celui du Précurseur a pour acrostiche: Illustre, agrée aussi cette autre mélodie. Joseph.

Ode 1

Celui qui brise les combats / par la force de son bras / et fit sombrer dans la mer Rouge les cavaliers de Pharaon, / chantons-le comme Sauveur et comme Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

Chaque jour je pèche contre toi / et n’éprouve nul effroi; / ô Christ qui recherches avec patience ma conversion, / accorde-moi, dans ta bonté, le repentir / et ne me réprouve pas.

J’ajoute, sans désemparer, / tant de fautes à mes nombreux péchés, / hélas, malheureux que je suis; / Sauveur, toi le seul sans péché, / en ta miséricorde sauve-moi.

Martyrika: Noblement les saints Martyrs / s’écrièrent sans frémir; / Voici le stade plein de luttes, courons-y! / Le Christ y siège comme arbitre des combats / et couronne les vainqueurs de l’Ennemi.

De leurs corps se dépouillant / sous le nombre des tourments / et revêtant la tunique d’immortalité, / les saints Martyrs sont devenus / les fils du Père qui nous aime tant.

Théotokion: Mon âme est toute pervertie / par les péchés que j’ai commis: / guéris-la, Vierge Mère de Dieu, / afin que dans l’action de grâces / je te puisse glorifier.

* * *

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Précurseur de notre Dieu, / de l’Église tu t’es manifesté / l’ornement plein de beauté; / par tes prières sauve-la constamment / et malgré les assauts de l’Ennemi / garde-la sans faille dans la foi.

Comme victime sans défaut / tu fus offert au Créateur de l’univers, / comme agneau immaculé / immolé, divin Précurseur; / c’est pourquoi fidèlement je te prie: / délivre-moi de tous mes ennemis.

De nos âmes et de nos corps / guéris les passions et les douleurs, / Précurseur illustre du Seigneur, / suppliant le Verbe en tout temps, / car il a porté, dans son amour, / toutes nos langueurs et maladies.

Théotokion: Toute-sainte ayant conçu / le Verbe que nul espace ne peut cerner / et qui conversa avec les hommes, / selon notre condition charnelle, / prie-le de sauver les croyants / qui te disent bienheureuse en tout temps.

Ode 3

Toi dont le verbe affermit les cieux / et de la terre posa les fondements / sur les innombrables eaux, / Ami des hommes, affermis mon esprit/ pour accomplir ta seule volonté.

Toi qui pardonnes nos péchés / à cause de ton immense amour pour les humains, / ne regarde pas, ô Christ, / la multitude de mes fautes, en ta bonté, / afin que je te puisse glorifier.

J’ai méprisé, dans ma folie, / ô Christ, tes préceptes divins / pour accomplir la volonté de ma chair / et je crains le châtiment par le feu: / seul Sauveur, délivre-m’en.

Martyrika: Au milieu de leurs tourments / déjà les Martyrs contemplaient / la vie sans peine et sans douleurs / qu’avec joie ils ont trouvée dans le ciel / pour alléger les peines des mortels.

Par la splendeur de vos exploits / dissipant la sombre nuit de l’erreur, / Porteurs-de-Dieu, vous êtes arrivés / auprès de la lumière sans couchant, / pour nous délivrer de nos douleurs.

Théotokion: Le Prophète, avant le temps, / comme porte de Dieu t’a contemplée: / c’est par là qu’en son mystère il est passé; / ouvre-moi donc toi-même les portes du repentir, / je t’en supplie, ô Vierge immaculée.

* * *

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

De brillants rayons / tu éclaires l’entière création; / tu es l’astre annonciateur, / le Précurseur du Soleil sans déclin: / prie-le sans cesse de chasser loin de nos cœurs / les ténèbres des passions et toute douleur.

Tu formes le milieu, / Prophète divin, entre la grâce et la loi, / de l’une signalant la fin, / montrant la splendeur de l’autre / chastement survenue pour rénover / ceux qui avaient vieilli dans le péché.

De toute affliction, / des épines de la vie, des menaces du démon, / délivre-nous, Baptiste du Seigneur, / et sauve-nous, au jour du jugement, / de toute peine, en suppliant / la bonté suprême de Dieu.

Théotokion: Toi qui enfantas, / sans qu’on puisse l’expliquer, notre Dieu, / Vierge bénie, sans cesse implore-le / avec le Baptiste du Seigneur / pour nous qu’encerclent les périls de cette vie / et qu’en son empire tient le péché.

Ode 4

Voyant l’incarnation du Christ, / le prophète Habacuc s’écria, plein de foi: / Gloire à ta puissance, Seigneur.

Du chemin de vie j’ai dévié / et suis tombé dans le gouffre du péché: / Sauveur, ne me réprouve pas.

Ouvre la source de mes pleurs, / ô Verbe de Dieu et Seigneur, / pour que je lave le bourbier de mes péchés.

Martyrika: Comme agneaux conduits à l’abattoir, / les Martyrs ont abattu l’Ennemi / et mérité la gloire des cieux.

Votre sang versé à flots, / illustres Martyrs, a préparé pour tous / des fleuves de délices en l’au-delà.

Théotokion: De ton sein très-pur s’est incarné, / ô Vierge, le Seigneur qui accorde aux mortels / par tes prières conversion de leur vie.

* * *

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Toi qui terrasses l’ennemi / et remportes brillante victoire sur lui, / je t’en prie, Baptiste du Seigneur, / par tes prières terrasse le péché / qui règne en maître sur mon cœur.

De la justice te montrant, / Bienheureux, le flambeau spirituel, / tu montras Jésus, ce grand Soleil: / par tes prières puisse-t-il éclairer / de sa lumière tous les cœurs des mortels!

Dans le péché je fus conçu, / j’y suis né et j’ai vécu sans souci; / je crains le châtiment de l’au-delà, / mais afin que je puisse y échapper, / Baptiste, prie le Christ en ma faveur.

Présente à Dieu l’intercession / pour nous, les fidèles qui t’honorons, / Baptiste, afin que de tout mal / et des périls dont nous menacent les démons / il veuille bien sauver tes serviteurs.

Théotokion: Les figures de la Loi / t’ont montrée de multiples façons / comme celle qui enfante notre Dieu: / Vierge pure, prie-le de nous sauver / de toute injustice et des passions charnelles.

Ode 5

Chassant la nuit de mes passions, / répands sur moi ta clarté spirituelle, / toi qui de l’abîme as repoussé / les ténèbres originelles et fis briller / pour le monde, Créateur de l’univers, / la clarté du premier jour.

Jugeant la terre, sauve-moi / de ta juste colère, ô Verbe de Dieu; / et de mes nombreux péchés / purifie-moi par le repentir et fais de moi / le temple de ta suprême bonté, / toi, le Créateur de l’univers.

Sous la ténèbre des passions / j’ai contracté spirituelle cécité; / et je ne sais ce que je fais / à cause de l’opacité de mon cœur; / ô Christ, fais que je revienne vers toi / et, pour me purifier, accorde-moi le repentir.

Martyrika: Parcourant le stade jeunement, / divins Athlètes, couverts de sueur, / vous êtes arrivés à la borne céleste / et vous avez reçu du Christ le trophée / d’une victoire qui procure la vie / et l’allégresse sans fin.

Saints Martyrs, par la tension / des épreuves subies pour le Christ, / de toutes vos forces en vérité / vous avez étouffé le funeste serpent / et mérité les délices du Paradis; / c’est pourquoi nous célébrons vos exploits.

Théotokion: Du véritable repentir / répands sur moi la clarté spirituelle, / Nuée lumineuse du vrai Soleil, / et chasse la noirceur de mes pensées perverses, / afin que je te chante fidèlement / comme le salut des croyants.

* * *

En ta présence veillant depuis la nuit, / je t’implore, Seigneur mon Dieu: / accorde-moi le pardon de mes péchés / et dirige mes voies, je t’en prie, / vers la lumière de tes commandements.

Tu fus la voix, très-sage Précurseur, / la voix criant dans la solitude des cœurs / désertés par le divin savoir; / aussi je te prie de renouveler / mon âme désolée par le péché.

Divin Prophète qui parus / comme vase précieux du Seigneur, / délivre-moi, par ton intercession, / de mes œuvres infâmes et supplie la Source de tout bien, / pour que j’obtienne le trésor éternel.

Jusqu’à moi est arrivée / l’iniquité par la porte du nonchaloir; / par la pénitence, bienheureux Précurseur, / corrige-moi pour que je marche de tout cœur / sur les chemins du Seigneur.

Théotokion: Mortifie, sainte Mère de Dieu, / les raisonnements terrestres de ma chair: / Toute-pure, tu as enfanté / la Vie qui par sa mort anéantit / la Mort, en sa puissance infinie.

Ode 6

Tombé dans le gouffre du péché, / comme Jonas depuis le monstre marin / je te crie, Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie, / Ami des hommes et sauve-moi.

Nouveau prodigue, je le suis, / sur terre ayant mené honteuse vie / et suivi l’attrait des voluptés: / ô Christ, mon Dieu, ramène-moi / et sauve-moi, dans ton amour.

Gémis, mon âme, si tu veux / échapper aux gémissements éternels; / pleure, afin de n’avoir part, / dans la douleur et sans aucune utilité, / aux larmes incessantes en l’au-delà.

Martyrika: Comme pierres encastrées / dans la couronne de l’Église du Christ, / saints et grands Martyrs, / aux yeux de tous vous vous êtes montrés, / car vous en formez le charme et la beauté.

Étant dignes, saints Martyrs, / d’une fin qui trouve en Dieu sa valeur, / vous héritez la récompense sans fin; / priez donc pour qu’en état de conversion / nous trouve aussi la fin de notre vie.

Théotokion: De l’abîme des plaisirs / et des passions sans mesure sauve-moi, / Vierge pure qui as enfanté / l’Océan de miséricorde infinie, / et donne-moi source abondante de pleurs.

* * *

Du sein de l’Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

Par le rayonnement de tes vertus / et par l’éclat des témoignages resplendissants, / tu illumines l’entière création, / Ami intime du Soleil levant qu’est le Christ.

D’une stérile, en sa vieillesse, tu es né; / aussi, par tes prières, Bienheureux, / renouvelle par la beauté du repentir / mon être vieillissant dans le péché.

Chandelier de la Lumière sans déclin, / divin Prophète, par tes prières viens rallumer / la lampe éteinte de mon cœur / et fais que j’aie part à la divine clarté.

Théotokion: Comme pluie sur le regain / le Verbe est descendu en ton sein: / Vierge toute-sainte, supplie-le / d’assécher les flots de mes immenses forfaits.

Ode 7

Dans la fournaise les Jeunes Gens / ne furent touchés ni gênés par le feu; / et tous trois, comme d’une seule voix, / te chantent et bénissent en disant: / Dieu de nos Pères, tu es béni.

Dans la honte des passions / je suis tombé, ressemblant aux bestiaux; / Sauveur et Verbe, dans l’obscurité, / je ne vois plus ta longanimité: / donne-moi le temps du repentir et sauve-moi.

Dans la paresse j’ai vécu, / faisant ce qu’il n’est pas permis d’accomplir; / voici que j’approche des portes de l’Enfer / sans percevoir la moindre émotion: / ne me réprouve pas, ô Christ, dans ta bonté.

Martyrika: Dans votre amour pour la vie éternelle, / vous êtes morts pour le monde, saints Martyrs; / ayant mis à mort notre ennemi, / vous vous êtes envolés vers les cieux, / où vous intercédez sans cesse pour nous.

Détachés de la condition corporelle, / vous avez délié les chaînes de l’erreur / et vos âmes furent attachées, / saints Martyrs, à l’amour pour le Christ / qui s’unit à la chair pour nous sauver de la mort.

Théotokion: Le Prophète t’a vue comme livre nouveau / où le Verbe du Père fut inscrit; / Vierge pure, implore, je t’en prie, / Jésus, le rénovateur de l’univers, / pour que je sois inscrit au livre de vie.

* * *

Jadis les Jeunes Gens / transformèrent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

Ouvre la source de mes pleurs, / toi qui lavas dans le fleuve, Précurseur, / l’océan de la miséricorde infinie; / en tout mon être par tes prières purifie / les souillures de la chair et de l’esprit.

Présente ton intercession / au Dieu suprême, Prophète bienheureux, / pour qu’en sa tendresse il ait pitié / de moi aussi qui tant de fois ai péché / et qui ne puis encor me ressaisir.

Âme stérile, repens-toi, / de peur qu’à l’instar du stérile figuier / la divine justice ne t’arrache entièrement, / et crie au Seigneur de l’univers: / Fais-moi grâce, ô mon Dieu, et sauve-moi.

Théotokion: La gravité de mes péchés entraîne mon âme vers la mort: / Souveraine dont l’enfantement / a causé le trépas de l’Hadès, / vivifie-moi par la pénitence, je t’en prie.

Ode 8

Celui que sans cesse comme Dieu / les Anges glorifient dans les hauteurs, / cieux des cieux, collines et l’océan, / terre, montagnes et l’ensemble des humains, / bénissez-le par des hymnes / comme Créateur et Sauveur.

Plus que tous, en ma folie, / ayant joui des funestes plaisirs, / insensé, j’ai dépassé / l’ensemble des pécheurs par mes forfaits; / mais toi, l’Amour sans limites, accorde-moi / la rémission de mes péchés.

L’Époux se trouve sur le seuil: / mon âme, tiens ta lampe allumée; / en guise d’huile verses-y / la compassion et toutes sortes de vertus; / avant que la porte ne se ferme, hâte-toi / d’entrer avec le Christ dans la joie ineffable.

Martyrika: Sans nulle crainte des tourments, / les Athlètes courageux s’écriaient: / Le temps favorable, le voici, / tenons-nous fermes afin d’acquérir / par des peines de courte durée / la vie sans peine et les délices sans fin.

Victorieux Athlètes, vous baignant / sans cesse dans les ondes du Sauveur, / c’est la terre entière que vous abreuvez / par l’imitation de vos luttes sacrées / et de toutes vertus la rendez / fertile en Christ dans tous les siècles.

Théotokion: Mère de Dieu qui es l’espoir, / la plus sûre protectrice des chrétiens, / au jour du jugement protège-moi / qui suis tombé dans le péché tant de fois; / sauve-moi de l’effroyable géhenne en me plaçant / à droite du Christ parmi les brebis.

* * *

Le Roi de gloire, le seul éternel, / devant qui tremblent les Puissances des cieux / et que les Anges n’osent regarder, vous, les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Supplie le Christ qui, dans les liens, / procura la délivrance aux captifs; / Prophète, prie l’unique Rédempteur / pour moi que tant de fautes retiennent enchaîné, / afin que je te chante dans les siècles.

Le glaive des plaisirs m’a vulnéré, / et dans la peine de mon cœur je te crie: / de mon âme apaise la douleur, / Précurseur, en suppliant le Christ, / seul médecin des âmes et des corps.

Précurseur qui de ta main / as baptisé le Verbe au Jourdain, / supplie-le, sans te lasser, / de me sauver de l’emprise du péché, / moi que tant de fautes ont mis à terre et condamné.

J’ai mis en terre sottement / le talent que m’avait confié le Seigneur; / je m’attends à l’amertume du châtiment: / Baptiste, par tes prières délivre-m’en, / je t’en supplie de tout cœur.

Théotokion: Inconsumée tu es restée, / recevant dans tes entrailles le feu de l’Infini; / arrache-moi à la flamme éternelle, / ô Vierge, en versant dès maintenant / sur mon âme la rosée du repentir.

Ode 9

Quel mortel expliquera / la conception sans semence et l’enfantement, / qui sur terre ne s’étonnera / de la manière virginale d’enfanter? / Mais nous, les familles des nations, / divine Mère, nous te magnifions.

Pour recevoir en héritage, / fidèles, les biens à venir, / pratiquons la componction, / gémissons, invoquons le Seigneur, / tandis qu’il nous reste du temps / pour nous convertir et prier.

Je te crie: Pitié pour moi, / ô Christ, comme la femme de Canaan; / ô Jésus, redresse-moi / comme jadis la femme courbée; / j’enfonce dans le gouffre du péché: / viens me sauver, Dieu sauveur.

Martyrika: Par l’angoisse et l’affliction, / par les prières, les supplices, les prisons, / les saints et victorieux Martyrs / sont parvenus à la plaine du repos; / par leurs prières ils nous délivrent à présent / de la tyrannie du péché.

La terre couvre maintenant / vos restes mortels, mais le ciel, / saints Martyrs, accueille pour toujours / vos esprits, qui se tiennent à l’entour / du trône de la gloire de Dieu / et qui goûtent la joie des Anges.

Théotokion: Portant mon être, le Seigneur, / Vierge pure, est issu de toi; / intercède auprès de lui / pour qu’il me pare de la tunique de clarté, / ô Vierge, et me dépouille à jamais / du pesant manteau des passions.

* * *

Toi qui as conçu en toute pureté / et en qui s’est incarné / le Verbe créateur de l’univers, / Mère inépousée, virginale Génitrice de Dieu, / habitacle de celui que nul ne peut cerner, / demeure de l’Infini, ton créateur, / nous te magnifions.

De la racine la plus sacrée / comme un surgeon tu es issu, / et toutes les racines du mal, / Prophète bienheureux, tu les as retranchées; / visite-moi dans l’angoisse et l’affliction, / dirige-moi pour que je porte les fruits / de la divine conversion.

Colombe pleine de beauté, / ainsi l’Église t’a nommé, / car de la pénitence, illustre Précurseur, / tu chantas la suave mélodie / pour les âmes désertées par le Seigneur / et ravagées par le péché; / aussi nous te disons bienheureux.

Saint Précurseur, tu as montré / à tous les hommes les chemins / conduisant jusqu’aux portes du salut; / guide-moi pour que j’y marche moi aussi / qui dans toutes les impasses de la vie / me suis perdu par la ruse de celui / qui est l’auteur de tout mal.

Il s’approche, l’effroyable jour, / et je pleure, moi qui ai commis / des œuvres méritant condamnation; / Seigneur plein de tendresse et d’amour, / le seul qui aies pitié de nous, / par les prières du Précurseur et de tous les Saints, / fais-moi grâce au jour du jugement.

Théotokion: Toi qui enfantes la Clarté, / Pleine de grâce immaculée, / illumine mon âme assombrie / par les ténèbres du péché, / délivre-moi de l’obscurité éternelle; / alors, Bienheureuse en tout temps, / je chanterai ta gloire et tes hauts faits.

Exapostilaire (ton 3)

Célébrons Jean le Précurseur, / le Baptiste du Sauveur, / le Prophète né d’un prophète et le fils du désert, / l’enfant d’Élisabeth, / et tous ensemble glorifions son souvenir.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, tu intercèdes pour moi / devant le Dieu qui aime les hommes; / ne dénonce pas les œuvres de ma vie / en présence des Anges, / mais hâte-toi, je t’en prie, de venir à mon secours.

Apostiches

Comme au stérile figuier, / Seigneur, épargne-moi la cognée, / attends de nombreuses années, / accorde-moi le pardon de mes péchés, / arrose mon âme par les larmes du repentir / et je t’offrirai de dignes fruits.

Au matin comble-nous de ta miséricorde, Seigneur...

Comme le Soleil de justice, / illumine les cœurs de ceux qui te chantent:/ Seigneur, gloire à toi.

Sur nous soit la splendeur du Seigneur notre Dieu...

Devant le tribunal des impies, / sur le stade, les saints Martyrs criaient avec joie: / Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Dès le sein de la Stérile, jadis / celui qui fut la voix du Verbe trouva le moyen / de louer le Dieu et Verbe caché / dans tes entrailles, Vierge tout-immaculée, / et la grâce déjà lui fut donnée, / lorsque tu embrassas Élisabeth; / par la voix de sa mère il reconnut / que tu es la sainte Mère de Dieu, / comblant ainsi la stérilité maternelle / et le silence de l’organe paternel, / qui servirent à glorifier le Seigneur.

LE MARDI À IA LITURGIE

Béatitudes

Il était beau à voir et bon à manger, / le fruit qui a causé mon trépas; / mais le Christ est cet arbre de vie / dont je puis manger sans mourir; / et je crie avec le bon Larron: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

De mon cœur guéris les plaies incurables, / toi le seul médecin des âmes et des corps, / guide-moi toujours pour que je marche droit, / Seigneur, sur les chemins de ton salut.

Baptiste du Seigneur qui précédas / le Soleil de justice qu’est le Christ, / rallume par tes prières auprès de Dieu / la lampe de mon âme éteinte par tant de péchés, / afin que, jouissant du salut éternel, / sans cesse je te dise bienheureux.

Athlètes sortis vainqueurs de vos combats, / vous avez couvert de honte l’ennemi; / et maintenant que vous habitez les cieux, / comblés par la clarté éternelle, / en faveur de nos âmes, saints Martyrs, / sans cesse intercédez auprès de Dieu.

Gloire au Père...

De mon âme, ô sainte Trinité, / guéris les incurables passions, / délivre-moi des tentations / et sauve-moi de la géhenne qui m’attend, / toi que les fidèles glorifient en une seule divinité, / et donne-moi de prendre part au royaume des cieux.

Maintenant... Théotokion

En ton sein tu abritas, sans qu’il s’y sente à l’étroit, / l’Infini que nul espace ne contient; / Mère pure, implore-le / pour que de l’angoisse et de l’emprise des passions / il sauve tes fidèles serviteurs / qui te glorifient sans cesse de tout cœur.

Mercredi

LE MARDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Sur la croix te clouèrent les impies, / mais par elle tu triomphas de la mort: / Seigneur, gloire à toi.

Librement tu enduras les soufflets, / Dieu de tendresse, pour tirer de la servitude l’humanité: / Seigneur, gloire à toi.

Par l’arbre de la croix tu corriges l’amertume du premier fruit / et pour les hommes tu ouvres à nouveau le Paradis: / Seigneur, gloire à toi.

* * *

À la Vierge présentons la salutation angélique / et chantons à la Mère de Dieu: / Vierge pure et bénie, gloire à toi.

Mère du Seigneur et Vierge inépousée, / délivre tes fidèles serviteurs / des traits que lance le Serpent.

D’Ève tu fis cesser le chagrin, / Toute-pure, en mettant au monde notre Joie; / Vierge inépousée, réjouis-toi.

Gloire au Père... Maintenant...

Lorsque la Vierge toute-sainte te vit sur la croix / crucifié selon ton bon vouloir, / elle se mit à chanter plaintivement: / Gloire à ta puissance, Seigneur!

Prokimenon, ton l: Seigneur, ta miséricorde m’accompagne / tous les jours de ma vie.

Verset: Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien; sur des prés d’herbe fraîche il me fait reposer.

Apostiches

Jamais plus nous ne serons écartés de l’arbre de vie, / à présent que nous avons l’espérance de ta Croix: / Seigneur, gloire à toi.

Immortel, suspendu à l’arbre de la Croix, / tu as rompu les filets du diable: / Seigneur, gloire à toi.

Méprisant toute chose d’ici-bas, / saints Martyrs, sur le stade vous avez proclamé le Christ vaillamment; / de lui vous avez reçu la récompense de vos tourments; / et maintenant, puisque vous en avez le pouvoir, / intercédez auprès du Dieu tout-puissant, / pour qu’il sauve nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Verbe cloué sur la croix, / tu acceptes de descendre vers la mort, / disait la Vierge Mère, au milieu de ses pleurs, / en compagnie du Théologue bien-aimé; / par leurs prières, ô Christ qui pour nous as souffert / et triomphas de la mort, mortifie nos passions / et fais que je puisse prendre part / à ta vie divine et sauve-moi.

LE MARDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Apaise le remous / des passions, des voluptés / sous la brise de ta divine intercession, / ô Vierge tout-immaculée, / afin que, dans le calme de mon cœur, / je puisse glorifier ton ineffable enfantement.

Tout n’est que charme en ton enfantement, / tout n’est que douceur du salut, / souveraine Génitrice de Dieu, / car il chasse l’amertume / des passions et des péchés / en tes fidèles serviteurs.

Gloire: Toute-sainte, délivre-moi / de l’égarement causé par les démons, / de leur effet pernicieux, / de leurs maléfices et de leurs tentations, / afin qu’avec foi je te puisse glorifier, / toi qui, après Dieu, es mon aide et protection.

Maintenant: Verbe de Dieu, tu t’es montré / à Moïse dans le buisson, / toi qui brûles comme un feu / sans consumer en aucune façon, / à l’image de ta virginale nativité / par laquelle tu nous as renouvelés.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Divine Mère immaculée, / sans cesse intercède auprès de celui / qui fut mis en croix et terrassa la Mort; / prie-le pour les fidèles te chantant / sans cesse en des cantiques sacrés, / espérance du monde et secours des croyants.

Plus haute que les cieux, / en concevant notre Dieu, tu t’es montrée / et surpassant les Chérubins; / c’est pourquoi je te prie de me sauver / de mes fautes et du terrible jugement / par ta prière compatissante et ton ineffable pouvoir.

Gloire: Souveraine ayant tiré / les humains de la mortelle corruption / par ton enfantement divin, / délivre-moi du bourbier de mes passions, / des maladies et des funestes péchés, / et par ta médiation procure-moi la vie sans fin.

Maintenant: Devenu, sans changement, / en tout semblable aux hommes, Verbe de Dieu, / tu es sorti de la Vierge pure, / à tous montrant l’unique principe divin, / indivisible en son être et brillant, / par ses immuables personnes, comme triple Soleil.

Ode 4

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Ta pitié, ta compassion, / étends-la, Vierge sainte, / sur tes serviteurs te chantant sans cesse / et du terrible châtiment / par tes prières délivre-les.

Avec ardente et pure foi / vers toi je m’avance, m’écriant, / Tout-immaculée, sois ma propitiation, / de mes fautes innombrables / me délivrant et me sauvant.

Gloire: De notre joie tu t’es montrée / l’intendante par ton enfantement; / c’est pourquoi, notre Dame, je te prie: / de l’allégresse future / rends-moi digne par ta protection.

Maintenant: Sans quitter le sein paternel, / ô Christ notre Dieu, tu pris chair de la Vierge: / garde sauf le troupeau de tes brebis / qui se prosternent devant l’image sacrée / de ton Incarnation.

Ode 5

Nuit sans clarté, celle des incroyants, / pour les fidèles illumination dans les délices de tes divines paroles, ô Christ: / c’est pourquoi je veille devant toi / et je chante ta divinité.

Vierge pure, je t’en prie; / garde mon âme du péché ténébreux / et, dans ta miséricorde, éclaire-la / par la divine lumière du repentir.

Ceux qu’agitent les remous / des terribles épreuves et des funestes passions, / par tes prières et tes intercessions délivre-les, / Vierge sainte, et sauve ceux qui te louent.

Gloire: Notre Dieu, tu l’as conçu / dans tes entrailles virginales et tu l’as enfanté; / divine Mère, ceux qui te chantent, délivre-les / de toute peine en l’au-delà.

Maintenant: Te sachant la Mère de Dieu, / Vierge pure, et notre protection, / auprès du Seigneur de compassion / nous te déléguons en médiatrice de notre salut.

Ode 6

J’ai crié vers toi, Seigneur, / dans ma détresse, et de la fosse tu fis sortir, / en ta miséricorde, ma vie.

Ton Fils, ô Vierge, mis en croix / pour sauver de la corruption les mortels, / prie-le de sauver nos âmes.

Souveraine immaculée, / j’espère en toi, ne m’abandonne pas, / mais empresse-toi de m’aider.

Gloire: De l’affliction veuille sauver / ceux qui invoquent ton nom divin / et délivre-les de l’effroyable châtiment.

Maintenant: Souveraine immaculée, / notre ferme espérance, délivre-nous / qui te chantons avec amour comme la Mère de Dieu.

Cathisme

Le Christ notre Dieu qui fut crucifié pour nous / et qui a détruit la force de la mort, / sans cesse implore-le, / Vierge Mère de Dieu, pour qu’il sauve nos âmes.

Ode 7

Jadis les Jeunes Gens / transformèrent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

Dans le chagrin, dans l’embarras, / dans la peine je me trouve, Immaculée; / ardemment je t’invoque de tout cœur: / hâte-toi de venir me sauver / en m’apportant, ô Vierge, ta consolation.

La forte houle du péché, / la tempête des passions me submergent, / m’entraînant dans l’abîme de perdition: / Souveraine, étends vers moi ta main / et, dans ta puissance, sauve-moi.

Gloire: Pour intercéder en ma faveur, / c’est ta Mère, ô Verbe, que je choisis, / agréant sa prière, sauve-moi / de mes fautes et du jugement à venir, / m’épargnant une peine qui n’a pas de fin.

Maintenant: Par mes funestes transgressions / ayant meurtri mon âme, je te prie: / Souveraine dont l’enfantement / a mis à mort l’Enfer, vivifie-moi / par les dignes fruits du repentir.

Ode 8

Celui qui est Dieu en vérité, / à qui doit son existence l’univers, / le Christ, exaltons-le, / glorifions-le dans tous les siècles.

Sauve-moi de tout malheur, / délivre-moi des passions et des périls; / vers toi, Toute-pure, je me réfugie, / mon espérance et ma divine protection.

Arrache-moi, à l’heure de ma fin, / notre Dame, aux démons accusateurs / et vers la demeure de Dieu, / ô Vierge, guide mes pas.

Gloire: Ô mon âme, reprends-toi, / incline-toi vers la Mère de Dieu, / la priant de t’épargner le feu éternel, / puisque d’elle tout homme espère le salut.

Maintenant: L’unique Vierge bénie / entre toutes les femmes, nous la chantons, / exaltant le Christ et le glorifiant / dans tous les siècles.

Ode 9

Le Verbe ayant pris chair / sans semence de ton sein, tu l’enfantas / divinement, ô Vierge Mère de Dieu, / et nous fidèles, nous te magnifions.

Elle t’adresse en ma faveur / sa prière, la Mère de Dieu: / Christ notre Maître, l’agréant, / épargne-moi le châtiment.

En tout temps je te supplie / pour ma pauvre âme: délivre-la, / notre Dame, du châtiment / auquel je dois être condamné.

Gloire: Mon Auteur et Créateur, / ô Vierge, supplie-le / de m’épargner le terrible jugement / et de m’accorder la vie.

Maintenant: Mère tout-immaculée, / Vierge pure, veuille délivrer / de ce qui souille notre esprit / le troupeau fidèle qui te magnifie.

LE MERCREDI À MATINES

Cathisme I

Toi qui as souffert pour moi / d’être cloué sur la croix, / accorde-moi la louange sans fin, / Ami des hommes et Seigneur notre Dieu.

Seigneur des armées célestes, / tu connais la nonchalance de mon cœur: / sauve-moi, ô Christ notre Dieu, / par ta Croix et ton unique bonté.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Sans cesse protégés par la Croix de ton Fils, / ô Vierge, nous échappons aux assauts du Démon; / aussi nous te chantons et glorifions comme il se doit, / Mère de Dieu toute-digne de nos chants.

Cathisme II

Plus que la flamme et que le feu, / tu as fait briller le bois de ta Croix: / il brûle les péchés des malades / et il éclaire les cœurs / de ceux qui chantent ta crucifixion: / ô Christ notre Dieu, gloire à toi.

Ton Église, se prosternant devant toi, / te chante, ô Christ notre Dieu: / Accorde la victoire au peuple chrétien / et, par l’intercession de la Mère de Dieu, prends pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Si comme Mère te reconnaît la création, / comme Vierge t’a montrée le Créateur; / en la chair tu enfantas le Christ notre Dieu, / le Sauveur de nos âmes.

Cathisme III

Toi qui souffris pour nous l’opprobre de la croix, / reçois, ô Christ notre Dieu, / ceux qui chantent ta Passion / et sauve nos âmes, Seigneur.

Que les Justes se réjouissent, qu’exultent les cieux, / car sur terre les Martyrs ont triomphé de l’erreur; / que l’Église danse de joie, / en célébrant les exploits des vainqueurs, / et qu’elle chante le maître des combats, le Christ notre Dieu, / qui accorde au monde la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le Christ notre Dieu, qui fut crucifié pour nous / et qui a détruit la force de la mort, / sans cesse implore-le, / ô Mère de Dieu, pour qu’il sauve nos âmes.

Le canon de la Croix a pour acrostiche: L’erreur est repoussée par l’arbre de la Croix. Joseph. Le canon à la Mère de Dieu, œuvre de Joseph, porte l’acrostiche: Ce septième cantique, ô Vierge, accepte-le. Les hirmi sont les mêmes, sauf dans l’ode 9.

Ode 1

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Couvert d’opprobres, le Seigneur / supporte l’ignominie de la croix; /dans son amour du genre humain / il efface le déshonneur des mortels; / par la lance qui ouvre son côté / il transperce le funeste ennemi.

Tel un arc ayant tendu, / Dieu de tendresse, le bois de ta Croix, / comme de flèches tu as vulnéré / par tes clous l’ennemi du genre humain, / Sauveur, pour guérir ceux que jadis / il avait lui-même blessés.

Martyrika: Par le sang des saints Martyrs / prirent fin les maudites libations / jadis offertes aux faux-dieux / et toute la terre fut sanctifiée, / sans cesse en chants de laude célébrant / la béatitude des Saints.

L’armée des Anges dans les cieux / chantait les combattants terrestres / qu’elle voyait se mesurer / en leur corps avec les démons incorporels; / aussi le Christ, l’arbitre des combats, / comme vainqueurs les couronna.

Théotokion: Par la lance te blessant / est déchirée la dette contractée par Adam, / ô mon Fils et mon Seigneur! / s’écria la Souveraine immaculée; / c’est pourquoi je célèbre ta Passion / qui nous procure l’immortalité.

* * *

En sainteté tu surpassas / les ordres des Anges incorporels, / ô Vierge en qui s’est incarné / le Seigneur incorporel, notre Dieu; / c’est pourquoi, Vierge pure, je t’en prie, / mortifie mes passions corporelles.

Toi qui fus comblée de grâces, / comble aussi mon esprit de ta grâce / et répands, Vierge bénie, / sur mon âme ta lumineuse clarté, / afin qu’en toi je bénisse à jamais / celle qui couronne de bénédictions les mortels.

Sur mon âme consumée / par l’ardente brûlure du péché / verse les ondes de la vie, / afin que je produise l’épi / chargé de divine componction, / Vierge pure et Mère de Dieu.

Si je t’ai comme rempart, / je franchirai les murailles du péché, / fort de ta divine protection, / ô seule espérance des mortels, / toi qui seule procures au genre humain / après sa chute le retour au Paradis.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Toi qui étendis / le ciel à la façon d’une tente, / sur la croix tu étendis les mains, / Dieu de tendresse, pour guérir, dans ta bonté, / la main gourmande du premier homme pécheur, / et tu nous arrachas aux mains du Séducteur.

Une foule de hors-la-loi / te couronne d’épines, ô mon Roi, / toi qui de gloire couronnas le genre humain, / et tu coupes à la racine, Seigneur, / les ronces produites par la désobéissance d’Adam / pour planter dans tous les cœurs la connaissance de Dieu.

Martyrika: C’est l’immortalité / qu’en votre nature mortelle, saints Martyrs, / vous avez eu soin de rechercher; / aussi, dans l’allégresse, vous supportiez / les peines, les angoisses, l’affliction, / les mutilations et toutes sortes de tourments.

Par votre humilité, / saints Martyrs, vous avez humilié / l’ennemi gonflé d’orgueil qui menaçait / de détruire par sa ruse l’univers / et le Christ pour finir vous exalta, / vous revêtant de sa divine force contre lui.

Théotokion: Brebis Mère, tu versas / des flots de larmes en voyant ton Agneau / victime volontaire marchant vers sa Passion, / et tu disais: Qu’est-ce là, mon Enfant, / comment seras-tu mis à mort, / toi qui désires vivifier les mortels?

* * *

Voici dressé pour moi / le terrible et redoutable tribunal / où mes péchés seront jugés: / Vierge pure qui seule enfantas / le Juge éternel, notre Dieu, / supplie-le de m’épargner le châtiment.

Pour ta gloire on a parlé, / nous dit le Prophète, cité de Dieu; / au Seigneur de gloire, sans répit, / demande, en ton unique bonté, / d’accorder aussi la gloire des cieux / aux fidèles qui te glorifient.

Le Prophète jadis / t’a vue d’avance comme un livre / où le doigt du Père inscrivait / le Verbe, ô Mère immaculée; / supplie-le de m’inscrire au livre de vie, / en déchirant le lourd registre de mes péchés.

Ode 4

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Sur terre, par ton humanité, / tu fis des mortels des êtres destinés au ciel; / élevé sur l’arbre de la croix, / Seigneur, tu élevas avec toi / tous ceux qui chantent ta Passion.

Pour des mortels tu meurs, ô Vie, / pour des iniques, juste Maître, Jésus, / tu souffres l’infamie de ta Passion; / Seigneur longanime, nous chantons / ta miséricorde infinie.

Martyrika: Vous avez souffert, divins Martyrs, / l’assaut des fauves, la brûlure du feu, / l’ablation de vos mains et de vos pieds, / le sciage des membres et tout autre tourment / vous procurant le repos auprès de Dieu.

Sur la limite de vos corps / déjà, saints Athlètes, criant vers le Christ, / du Dieu de tous vous fûtes entendus / et vous voilà maintenant élevés / sur le roc de la divine perfection.

Théotokion: Pour nous tous qui te chantons / supplie celui qui s’est incarné de toi, / afin que nous trouvions secours / au temps de l’épreuve et du péril, / nous qui glorifions les Souffrances du Christ.

* * *

C’est la myrrhe au doux parfum / que de toi, Vierge pure, immaculée, / le Créateur du monde a fait couler: / l’univers embaume désormais / de la connaissance de sa divine volonté.

Le Soleil qui s’est levé / de ton sein, Vierge pure, illumina / de ses rayons tout l’univers; / toi-même, répands la clarté / sur mon cœur enténébré par les passions.

Les ombres de la Loi, / les révélations prophétiques t’ont montrée / comme la future mère du Législateur; / ô Vierge qui enfantas notre Dieu, / redresse qui te chante de tout cœur.

Ô Verbe, par l’intercession / de tes Prophètes, de tes divins Martyrs, / des saints Moines, de tes justes serviteurs, / Ami des hommes, et de celle qui t’enfanta, / à ton peuple accorde le salut.

Ode 5

En ta présence veillant depuis la nuit, / je t’implore, Seigneur mon Dieu: / accorde-moi le pardon de mes péchés / et dirige mes voies, je t’en prie, / vers la lumière de tes commandements.

Tu acceptas la mise en croix, / Verbe de Dieu, pour effacer le péché, / tu goûtas le fiel pour corriger / l’amertume du fruit défendu: / gloire à ta miséricorde infinie!

Quand sur la croix tu es monté, / tu ébranlas toute la terre par ton pouvoir divin / pour guérir, ô Maître, ses déchirements / et raffermir les cœurs ébranlés / sur la connaissance de toi.

Martyrika: Partout le diable déploya / les filets de sa perversité, / mais ne put surprendre les martyrs du Christ; / car, s’élançant sur les ailes du feu, / ils gagnèrent les demeures de Dieu.

Victorieux Martyrs, divinisés / par votre inflexible tension vers le Seigneur, / vous n’avez pas ressenti la douleur des châtiments, / mais êtes restés immuables dans les tourments, / comme si ce fût un autre qui souffrait.

Théotokion: De quels yeux pourrais-je contempler / l’œil qui assèche tous les abîmes, ô mon Fils, / et se ferme par ta mise en croix? / C’est ainsi que la Vierge pure s’exprimait, / versant des larmes et toute troublée.

* * *

De plaies malignes le diable m’a frappé, / il m’a couvert de blessures et m’a laissé / à demi mort sur le chemin, / mais toi-même soigne-moi de ta main, / notre Dame, pour me rendre la vie.

Redressement des cœurs brisés, / Mère de Dieu, je suis à terre, fais-moi lever, / je suis perdu, viens me sauver / par tes prières maternelles, je t’en prie / et illumine mon esprit.

Le chœur des Prophètes fut initié / au mystère de ton divin enfantement: / ils te désignèrent de multiples façons / comme la montagne ombragée, la montagne non taillée, / la fertile montagne de Dieu.

Ode 6

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce mortel abîme délivre-moi.

Toi l’unique Rédempteur, / tu versas le prix de ton sang pour nous sauver / et nous rachetas de la captivité, / Seigneur, en ton immense bonté, / puis nous menas vers ton Père, ô Christ, / après avoir tué le tyran par ta croix.

Par mon intempérance au Paradis, / j’ai connu la déchéance et le malheur, / mais sur l’arbre de la Croix / le Christ m’a relevé en étendant les mains; / par les blessures qu’il accepta de bon gré / à jamais il a guéri toutes mes plaies.

Martyrika: Bien loin d’avoir succombé / au sommeil de l’erreur, saints Martyrs, / vous avez endormi la malveillance des tyrans / et, dormant du sommeil des justes, bienheureux, / vous êtes devenus pour les croyants / de vigilants intercesseurs.

Affermis sur le rocher / des divins commandements du Christ, / Martyrs illustres, vous êtes demeurés / insensibles aux intrigues de l’Ennemi, / entravant sa démarche prudemment / et marchant pleins de majesté vers le ciel.

Théotokion: Tu enfantes un nouveau-né: / c’est le Dieu qu’avec le Père on connaît / comme précédant les siècles dans l’éternité; / il renouvelle par sa croix l’humanité / vieillie dans le péché à l’instigation du Mauvais, / Mère de Dieu immaculée.

* * *

Merveilleusement Jonas, / jeté au monstre marin, préfigura / la sépulture et la résurrection de celui / qui est né, Vierge pure, de ton sein; / c’est pourquoi je te supplie de m’arracher / au monstre des funestes passions.

La nonchalance et les plaisirs / m’entraînent au sommeil du péché; / me voilà couché sur le grabat du désespoir, / mais toi, Vierge pure, immaculée, / par ton intercession qui ne dort pas, / donne-moi la vigilance, la lumière et le salut.

Je tremble et suis saisi d’effroi, / Seigneur, lorsque d’avance je te vois / siégeant sur le trône de ta majesté, / car j’enfonce dans l’abîme du péché; / mais, puisque tu possèdes l’océan de l’amour, / par les prières de ta Mère sauve-moi.

Ode 7

Jadis les Jeunes Gens / transformèrent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

C’est la vie sans peine qu’a trouvée / le Premier-père, quand selon ton bon vouloir / tu enduras les peines de la croix / et, mis à mort, fis périr le Serpent, / Dieu de miséricorde, Jésus Christ.

Tous, nous sommes rachetés / de la malédiction légale, car l’Auteur de la Loi / est élevé sur la croix, / faisant jaillir sur nous l’intarissable bénédiction, / la miséricorde, la grâce et la vie immortelle.

Martyrika: Par le volontaire élan / qui les portait vers les supplices, les Martyrs / ont imité le Christ souffrant de son plein gré / et, par lui couronnés dans le ciel, / ils jubilent avec les Anges désormais.

Livrant vos corps à maints tourments, / vous avez étouffé l’ennemi incorporel / sous les flots de votre sang, / Martyrs pleins d’illustre renom / qui faites couler des sources de guérisons.

Théotokion: Comment donc, très-doux Enfant, / ne gémirais-je en te voyant sur la croix? / disait la Mère immaculée, / comment ne pleurerais-je l’injuste Passion / du Juge juste et bon?

* * *

Vulnéré sous l’arbre défendu, / je suis guéri par tes blessures sur l’arbre de la croix, / Seigneur impassible en ta divinité; / par les prières de celle qui t’enfanta / sauve ma pauvre âme égarée.

Ils préfigurent ton enfantement, / dans la fournaise les trois jeunes gens, / car tu n’as pas brûlé au feu que tu conçus; / aussi, Vierge pure, viens consumer / les passions charnelles de mon cœur.

La divine rosée sortie de toi / rafraîchit, Vierge pure, les esprits consumés / par la brûlure du péché; / c’est pourquoi je te prie de verser / sur mon âme consumée ta rosée.

Ode 8

Le buisson du Sinaï / qui brûlait sans être consumé / révéla Dieu à Moïse, / s’adressant à celui qui n’avait pas la parole facile; / et dans le feu les trois jeunes gens, / invincibles dans leur zèle pour Dieu, / entonnèrent une hymne de louange: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

L’eau avec le sang / qui sortirent, Sauveur de ton flanc / ont renouvelé le monde entier / et le comblèrent d’immortalité, / faisant cesser les maudites libations / et les sacrifices impurs offerts aux faux-dieux; / toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Sauveur, tu as porté / la couronne d’épines sur ton front; / le fiel et le vinaigre, tu les as goûtés, / tu fus couvert de crachats et de coups; / mis en croix, tu supportas les clous / et moi, sauvé par eux, je m’écrie: / toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Martyrika: Enrichis visiblement / aux trésors inépuisables de vérité, / saints Martyrs, vous avez méprisé / la totale indigence des faux-dieux; / et les pauvres, vous les avez enrichis, / divins Athlètes, en proclamant à grands cris: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Méprisant les ordres impies, / saints Martyrs, à l’instar des Jeunes Gens, / vous étiez jetés au feu brûlant, / mais là, vous avez découvert / la divine rosée qui vous a rafraîchis / et dans les flammes ardentes vous criiez: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Théotokion: Elle t’a d’avance figurée, / l’arche de l’antique Testament: / ce n’est pas les tables de la Loi, / mais le Christ notre Législateur que tu portas; / Vierge pure, celui qui fut cloué sur la croix / nous sauva pour nous permettre de chanter: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

* * *

Comme la porte, Immaculée, / le plus grand des prophètes d’avance t’a vue, / par laquelle Dieu entra, puis est sorti, / te laissant close et scellée comme avant, / mais ouvrant désormais la porte du ciel / à ceux qui le chantent en criant: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

C’est un saint Fils que tu conçus, / Vierge pure, en dépassant l’entendement; / il apporte la sanctification / à ceux qui reconnaissent sa sainteté; / emplis mon âme, mon cœur et mon esprit / de sainte grâce pour leur permettre de chanter: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Brise mes chaînes de malheur / par la divine lance de ton Fils / qui brisa les chaînes de l’Enfer / et revêts-moi du vêtement lumineux / de l’immortalité, pour me permettre de chanter, / ô Vierge, de grâces comblée: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

De tous leurs chœurs ils te supplient, / les Prophètes et les Apôtres divins / avec la multitude des Martyrs / par les prières de ta Mère, Seigneur, / de sauver de tout péril les croyants / qui s’écrient dans l’élan de leur foi: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Ode 9

Qu’une Mère enfante Dieu, / qu’une Vierge conçoive et demeure vierge comme avant, / de la nature ce n’est point le fait, / mais l’œuvre de la divine condescendance; / toi seule qui fus digne des merveilles de Dieu, / Vierge pure, nous te magnifions.

La force de l’Ennemi s’évanouit / lorsqu’avec force sur la croix, Dieu puissant, / tu crias vers ton Père sans commencement / et rappelas tes brebis dispersées, / Seigneur et Christ, pour les conduire à nouveau / vers la connaissance de Dieu.

Comme agneau tu fus fixé / librement sur le bois de la croix, / Sauveur, pour racheter au Loup / les brebis de ton mystique bercail, / abritant celles qui chantent pour toi / dans le troupeau de tes commandements.

Martyrika: Devenus imitateurs / de tes souffrances, les illustres Martyrs, / Ami des hommes, ont supporté / des supplices multiples et variés; / ils ont reçu la couronne des vainqueurs / et furent dignes de ton royaume, Seigneur.

La solennité des saints Martyrs / dignes d’éloges et couverts de trophées / brille autant que le soleil / sur les fidèles répandant grâce et clarté; / et des sombres ténèbres du péché / ceux qui la célèbrent sont délivrés.

Théotokion: Sur la croix brilla ton Fils, / Vierge pure, comme Clarté spirituelle; / il a couvert de déshonneur / les puissances des ténèbres et de la mort, / faisant pâlir la splendeur du soleil / tandis qu’il éclairait l’ensemble des croyants.

* * *

Toi qui as conçu en toute pureté / et en qui s’est incarné / le Verbe créateur de l’univers, / Mère inépousée, virginale Génitrice de Dieu, / habitacle de celui que nul ne peut cerner, / demeure de l’Infini, ton créateur, / nous te magnifions.

Dans l’insouciance j’ai passé ma vie / et sans fruit j’arrive, hélas, au but: / Mère que nul homme n’a connue, / donne-moi le repentir, je t’en prie, / ainsi que le pardon de mes péchés / grâce à ta divine intercession / en présence du Seigneur.

Chœurs des Puissances dans le ciel, / Prophètes inspirés par Dieu, / Martyrs pleins de gloire et Apôtres divins / qui vous tenez en présence de Dieu, / intercédez sans cesse avec sa Mère / afin que nous soyons délivrés / de tout péril et danger.

Tout entier, je suis la proie du mal / et, de mon âme n’ayant nul souci, / je me suis asservi à la chair; / hélas, que deviendrai-je, malheureux, / comment éviterai-je le châtiment, / comment trouverai-je le salut? / Vierge Mère de Dieu, sois mon secours et sauve-moi.

Toi qui fus comblée de grâce par Dieu, / tu enfantas un Fils bienheureux / qui apporte la béatitude des cieux / à tous ceux qui te glorifient; / c’est pourquoi, Vierge pure, je t’en supplie, / rends-moi digne de prendre part, moi aussi, / à l’héritage des bienheureux.

Exapostilaire (ton 2)

Arme invincible, soutien de la foi, / Croix divine, nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Tous ceux qui d’un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant la croix et les souffrances de ton Fils, / fais qu’ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

Apostiches

Étant le Maître, Ami des hommes et Source de vie, / par ta Croix tu rachetas l’univers; / Seigneur, gloire à toi.

Dieu de tendresse, le soleil s’est obscurci / quand tu fus crucifié de plein gré pour le monde; / Seigneur, gloire à toi.

Les saints Martyrs qui s’illustrèrent par leur victoire au combat / sont devenus des phares pour éclairer l’univers; / ils disent au Christ: Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Lorsque la Vierge toute-sainte te vit sur la croix / crucifié selon ton bon vouloir, / elle se mit à chanter plaintivement: / Gloire à ta puissance, Seigneur!

LE MERCREDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Il était beau à voir et bon à manger, / le fruit qui a causé mon trépas; / mais le Christ est cet arbre de vie / dont je puis manger sans mourir; / et je crie avec le bon Larron: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Sur la croix tu étendis les mains, / dans ta miséricorde et ta bonté, / pour corriger la faute d’Adam / qui vers l’arbre de la connaissance avait tendu la main; / aussi nous glorifions, / Seigneur, tes bienfaits envers nous.

Sur le Calvaire, ô Christ notre Roi, / les impies te firent mettre en croix, / toi qui écrases la tête du funeste serpent / et de ton sein fais sourdre les fleuves du pardon.

Imitateurs du Christ en sa Passion / qui nous procure le salut, / vous avez enduré toutes sortes de tourments / et rejoint la vie immortelle; / Martyrs d’illustre renommée, / sans cesse nous vous disons bienheureux.

Gloire au Père...

De la Trinité je chante la lumière au triple éclat, / en trois personnes je reconnais l’unique essence, l’unique Dieu; / unique est la nature comme le pouvoir / du Père, du Fils et de l’Esprit qui gouverne l’univers.

Maintenant... Théotokion

Sur la croix voyant le Fils sorti de toi, / Vierge Marie, tu crias, dans le trouble de ton cœur: / Comment, Fils longanime, souffres-tu cela, / toi qui de la fosse veux sauver le genre humain?

Jeudi

LE MERCREDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

La voix des saints Apôtres a retenti / jusqu’aux limites du monde habité. / Seigneur, gloire à toi.

Vous êtes en vérité la bonne odeur / du Verbe de Dieu, Apôtres bienheureux: / répandez sur moi le parfum de l’Esprit.

Vous êtes les citoyens de la patrie céleste: / instruisez-moi des pensées célestes / et des paroles conformes à la divine volonté.

* * *

Comme par tes prières, Père saint, tu sauvas / les officiers destinés à la mort, / de la même façon sauve-nous maintenant.

Les fidèles qui t’invoquent avec ardeur / et t’honorent, Pontife bienheureux, / sauve-les de toute affliction.

De la famine, des séismes, de l’affliction / et de toute nécessité libère tes serviteurs, / sage pontife Nicolas.

Gloire au Père... Maintenant...

Nous confessons ta virginité même après l’enfantement: / sans connaître d’homme tu as conçu le Sauveur; / intercède auprès de lui pour que nos âmes soient sauvées.

Prokimenon, ton 5: Ô Dieu, par ton nom sauve-moi, / fais-moi justice, dans ta puissance.

Verset: Ô Dieu, entends ma prière, écoute les paroles de ma bouche.

Apostiches

Illustres Apôtres, colonnes des Églises, / hérauts de la vérité et flambeaux de clarté, / au feu de l’Esprit vous avez brûlé toute erreur, / illuminant l’entière humanité; / implorez le Sauveur notre Dieu / pour qu’au monde il accorde la paix / et sauve nos âmes.

Apôtres du Christ, ouvriers du Sauveur, / sur vos épaules portant comme araire la croix, / de l’erreur des idoles vous avez nettoyé nos incultes guérets / pour y semer la parole de la foi; / à vous notre culte, comme il se doit, / saints Apôtres du Christ notre Dieu.

Martyrs dignes de toute louange, / vivantes hosties, holocaustes spirituels, / victimes agréables au Christ notre Dieu, / la terre ne vous a point cachés, c’est le ciel qui vous a reçus; / des Anges vous êtes devenus concitoyens; / avec eux intercédez auprès du Sauveur / pour la paix du monde et le salut de nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

De nos péchés délivre-nous, / Mère de Dieu, car nous fidèles, nous n’avons / d’autre espérance que toi, / après le Dieu que dans la chair tu enfantas.

LE MERCREDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Abreuve aux flots de vie / mon âme desséchée / par la brûlure des passions, / afin que je fasse pousser, / Vierge pure, la divine componction, / cet épi porteur de tant de fruits.

Sous la pluie de ta bonté / répands sur moi les flots de componction, / divine Épouse immaculée, / afin que je puisse effacer / de mon âme toute impureté / que par négligence elle s’est procurée.

Gloire: Dans ton sein ayant reçu / ton propre Créateur, tu enfantas / de façon virginale notre Dieu / devenu petit enfant; / merveille étrange: de servante tu devins / la Mère inépousée du Seigneur.

Maintenant: Vierge Mère immaculée, / pour nous tu as enfanté le Christ, / le Sauveur et libérateur, / le Rédempteur du genre humain; / et, sachant que tu nous as procuré / la vie éternelle, nous te glorifions.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

De tes entrailles immaculées / le Roi de tous a tissé la pourpre de sa chair; / l’ayant assumée sans la corruption, / comme Dieu par nature et mortel, / ô Vierge, il est sorti de toi / pour un règne qui n’a pas de fin.

Toi le trésor donné par Dieu, / procurant à tous les biens ineffables, / tu accordes en abondance tes bienfaits, / tes dons admirables à tous ceux / qui, dans les épreuves, la maladie / et la détresse, te supplient.

Gloire: Par avance il t’avait vue, / l’admirable Daniel, comme la montagne dont le Christ / comme une pierre s’est détaché / pour briser les idoles des démons; / aussi, comme la cause de tout bien, nous te chantons, / nous qui fûmes sauvés, ô Vierge, par ton enfantement.

Maintenant: Inspiré par Dieu, jadis / le Prophète d’avance t’a vue / comme le livre dans lequel / le Verbe par le doigt du Père fut inscrit; / c’est pourquoi je te prie de m’inscrire au livre de vie / en déchirant le triste compte de mes péchés.

Ode 4

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

À celui qui est né de toi / adresse une prière, Vierge immaculée, / afin que nous trouvions secours / au temps de la détresse, / nous qui rendons gloire à sa Passion.

Le Créateur de l’univers, / ce Parfum qui s’est répandu de toi, / chassant les miasmes de l’erreur, / Vierge sainte, a rempli 1e monde entier / de la connaissance de Dieu.

Gloire: Vierge pure, te posant, / pour ceux qui se trouvent sur terre, / comme échelle mystique, le Christ notre Dieu / par toi, dans sa bonté, conduit les fidèles / vers les œuvres dignes du ciel.

Maintenant: Accablé sous le fardeau / de mes immondes péchés, / je m’adresse à ta bonté, / te demandant de m’être propice, / toi la Mère ayant mis au monde le Dieu / qui enlève le péché du monde.

Ode 5

En ta présence veillant depuis la nuit, / je t’implore, Seigneur mon Dieu: / accorde-moi le pardon de mes péchés / et dirige mes voies, je t’en prie, / vers la lumière de tes commandements.

Mère du Dieu qui nous aime tant, / divine Génitrice toute-digne de nos chants, / puisqu’avec amour et foi / sans cesse je te loue, procure-moi / par tes prières la rémission de mes péchés.

Divine Mère immaculée, / habitacle de l’immuable Clarté / et temple du Reflet divin, / fais descendre sur mon âme enténébrée / ta lumière, je t’en prie.

Gloire: Je t’en prie, Seigneur mon Dieu / qui as voulu te faire homme pour nous, / daigne sauver le prodigue que je suis / par les prières de la Vierge immaculée / qui t’a mis au monde en toute pureté.

Maintenant: Souveraine Mère de Dieu, / procure-moi le pardon / de mes péchés, toi qui si purement / as enfanté pour le monde / celui qui est la Vie personnifiée.

Ode 6

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce mortel abîme délivre-moi.

De la corruption mortelle, / de l’adamique faute, ô Mère de Dieu, / nous fûmes délivrés par ton virginal enfantement, / car ton Fils, étant lui-même à la fois / homme et Dieu, a procuré aux croyants / la rédemption de leurs péchés.

La cédule de mes péchés, / notre Dame, déchire-la / pour m’inscrire au livre des sauvés / par tes prières auprès du Seigneur, / Vierge plus sainte que les Chérubins, / afin que je puisse te louer en chantant.

Gloire: Ceux qui furent rejetés / jadis loin de ta face, ô Christ, / par ton juste jugement, / tu les rappelles, en ta venue dans la chair, / par miséricorde et maintenant, Dieu de bonté, / reçois les pécheurs que nous sommes et sauve-nous du mal.

Maintenant: Vierge pure, je t’en prie, / toi qui enfantas la propitiation des pécheurs / et leur bienfaiteur, / par tes prières maternelles empresse-toi / de retrancher mes immenses transgressions / grâce au pouvoir que tu possèdes auprès de ton Fils.

Cathisme

Nous tous, sous ta protection / nous les fils de la terre, nous nous réfugions: / du feu qui brûle pour l’éternité / délivre nos âmes, Vierge pure, en ta bonté.

Ode 7

Jadis les Jeunes Gens / transformèrent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

Vierge tout-immaculée, / éveille aux œuvres de bien / mon esprit appesanti par le sommeil, / afin que je puisse te magnifier, / plus vénérable que l’entière création.

Le trio des Jeunes Gens / au milieu de la fournaise préfigura / ton enfantement: / mettant au monde le feu, tu ne fus pas consumée; / brûle donc les passions chroniques de mon cœur.

Gloire: Le Seigneur, t’ayant trouvée / parmi les femmes correspondant tout à fait / à sa beauté et sa bonté, / s’incarna de toi; prie-le donc, / Vierge sainte, d’accomplir mon salut.

Maintenant: La Rosée sortie de toi / rafraîchit, ô Vierge immaculée, / ceux que dessèche la brûlure du péché; / c’est pourquoi je t’en prie, moi aussi: / abreuve mon âme altérée.

Ode 8

Le buisson du Sinaï / qui brûlait sans être consumé / révéla Dieu à Moïse, / s’adressant à celui qui n’avait pas la parole facile; / et dans le feu les trois jeunes gens, / invincibles dans leur zèle pour Dieu, / entonnèrent une hymne de louange: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Le buisson du Sinaï, / allumé par la flamme sans brûler, / à Moïse le voyant / révéla ton merveilleux enfantement; / s’étonnant, Vierge pure, en effet, / de ton étrange façon de concevoir, / il s’écria dans l’allégresse: Chantez, / toutes ses œuvres, le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Toi la Mère de la Vie, / Vierge pure, vivifie mon esprit / mis à mort par le péché / et sauve par tes intercessions / maternelles auprès de Dieu / ton serviteur qui ne cesse / de psalmodier: Toutes ses œuvres, / chantez, bénissez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Gloire: Jour et nuit te possédant, / Vierge pure, comme infaillible protection, / des invisibles ennemis / tout autant que de ceux qu’on peut voir / je ne crains en aucune façon / les funestes et perfides assauts, / moi qui devant le Christ psalmodie: / Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Maintenant: Par tendresse pour nous tous, / ton Fils, divine Génitrice, / se laissant fléchir puisqu’il est bon, / t’a donné le pouvoir sur l’ennemi / et le don de guérir tous les maux / de ceux qui se mettent à psalmodier / avec foi: Toutes ses œuvres, / chantez, bénissez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Ode 9

Toi qui as conçu en toute pureté / et en qui s’est incarné / le Verbe créateur de l’univers, / Mère inépousée, virginale Génitrice de Dieu, / habitacle de celui que nul ne peut cerner, / demeure de l’Infini, ton créateur, / nous te magnifions.

Inviolable trésor que ta virginité: / dans la chair tu t’es montrée / la Mère du Seigneur tout-puissant, / toi l’Épouse inépousée qui as nourri / comme enfant celui qui rassasie / et sanctifie le monde entier / qu’il a lui-même créé.

Le Verbe ami des hommes, tu l’as enfanté, / lui qui enlève le péché du monde; / prie-le donc, ô Vierge, / de faire descendre le pardon / sur nous les fidèles / qui, sans réserve, te disons / bienheureuse, comme il se doit.

Gloire: Moi qui suis l’ami des voluptés, / je redoute avec tremblement / qu’à l’improviste la fin de la vie / ne m’atteigne, Souveraine immaculée, / protectrice de tous les opprimés; / c’est pourquoi je te prie d’intercéder / pour que je m’habitue au repentir.

Maintenant: Dans les flammes préparées pour moi / ne m’envoie pas, car intercèdent auprès de toi / la Vierge qui t’a enfanté, / le chœur des Anges, les Apôtres, les Martyrs, / les Prophètes, les Pontifes sacrés / et les âmes des Justes, / Dieu de tendresse et compassion.

LE JEUDI À MATINES

Cathisme I

De tes Apôtres, ô Verbe, tu as fait / les ouvriers de ta moisson; / ils extirpèrent les faux-dieux en proclamant ta seigneurie; / devant les nations ils te magnifièrent avec amour.

Illustres Disciples du Seigneur / qui avez éclairé la terre comme flambeaux, / sur mes ténèbres de passions et de péché / répandez la clarté grâce à votre intercession.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le Fruit de tes entrailles, ô Vierge immaculée, / c’est l’accomplissement des Prophètes et de la Loi: / aussi, te glorifiant comme la Mère de Dieu, / nous les fidèles, nous te magnifions.

Cathisme II

De ce monde étant les illuminateurs, / saints Apôtres du Seigneur, / vous éclairez de votre verbe les croyants, / chassant au loin les ténèbres de l’erreur; / par le baptême vous illuminez les nations, / vénérables annonciateurs de la sainte Trinité.

Les Prophètes ont annoncé, / les Apôtres ont enseigné, / les Martyrs ont confessé / et nous-mêmes; nous croyons / que tu es, ô Christ, le Fils de Dieu / et de ce monde l’unique rédempteur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Les témoins oculaires de la divine grâce, ô Mère de Dieu, / t’ont proclamée comme ciel sur terre nouvellement apparu, / toi dont le sein put contenir / le Dieu du ciel qui rend céleste la nature assumée.

Cathisme III

Sur la terre n’ayant chéri / nulle gloire terrestre, Apôtres glorieux, / c’est en prêchant le Dieu du ciel au genre humain / que vous avez conduit tous les hommes vers lui.

Soutenus par la puissance de la Croix, / tes Martyrs, Seigneur, ont mis en fuite l’ennemi, / ils ont dénoncé le mensonge des faux-dieux; / et maintenant ils chantent avec les Anges dans le ciel / l’hymne de victoire pour te glorifier, ô Christ; / par leurs prières, Seigneur, sauve-nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le Fruit de tes entrailles, divine Fiancée, / pour les hommes se montre source de salut: / aussi, Mère de Dieu, te glorifiant de bouche et de cœur, / nous les fidèles, nous te magnifions.

Après le canon aux saints Apôtres, celui de st Nicolas porte l’acrostiche: De Joseph, Nicolas, reçois septième chant.

Ode 1

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Devenus semblables à Dieu / par divine inclination de votre esprit, / saints Apôtres, vous avez brisé / les idoles qu’adoraient les impies, / afin de conduire à l’amour de notre Dieu / tous ceux qui eurent foi dans le Seigneur.

Étant le sel de l’univers, / Apôtres inspirés du Seigneur, / arrêtez la corruption / qui menace de gagner tout mon cœur / et guérissez mon esprit / que délaisse la raison.

Lorsqu’en votre compagnie, / en sa seconde et ultime parousie, / siégera le Juge juste et bon / pour juger tous les hommes, / Disciples du Seigneur, à ce moment / délivrez-nous de tout châtiment.

Théotokion: Avec les Anges incorporels, / les Prophètes, les Apôtres, les Martyrs, / Vierge tout-immaculée, / intercède en présence de ton Fils, / afin que nous obtenions de lui / miséricorde et rémission de nos péchés.

* * *

Par Dieu Moïse fut aidé / à faire sortir de l’Égypte Israël; / à lui seul offrons nos chants, / car il s’est couvert de gloire.

Toi qui menas dès ici-bas / une vie pleine de gloire, Nicolas, / procure la gloire en l’au-delà / aux fidèles qui te glorifient.

Naviguant sur l’océan / de cette vie périssable, nous voilà / cernés par les remous des tentations: / bienheureux Père, sauve-nous.

Tends-moi sans cesse, Nicolas, / une main secourable et sauve-moi / de tous mes ennemis, / les invisibles et ceux qu’on voit.

Théotokion: Mère de Dieu, le Créateur/ des Anges incorporels est sorti / de ton sein, pour être vu / des hommes, en son amour infini.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Vous étant montrés / comme les flèches aiguisées du Christ tout-puissant, / sages Disciples du Seigneur, / préservez-moi des flèches du Mauvais / et guérissez mon cœur grièvement vulnéré / par le glaive du péché.

Comme cieux qui annoncez, / selon la parole du Prophète, la gloire de Dieu, / divins Apôtres, vous avez prêché / sa divine incarnation et sa Passion; / par elles puissions-nous être exempts / de la tombe, de la mort et des passions!

Je fus séduit cruellement / et dépouillé de mes divins ornements: / saints Apôtres, empressez-vous de me vêtir / de la robe de lumière, vous dont la foi / mit à nu les intrigues de l’Ennemi / et le couvrit de confusion.

Théotokion: Toi dont le verbe a établi / les Puissances des cieux et qui donnas / ta grâce aux Prophètes de jadis, / aux Apôtres et à tous les Martyrs, / par leurs prières et par celles de ta Mère immaculée, / Dieu de miséricorde, sauve-nous tous, en ton amour.

* * *

Sois pour moi le ferme appui, / toi dont le verbe affermit les cieux; / toi qui fondas la terre sur les eaux, / sauve-moi, Seigneur, de tout danger.

Intercédant pour l’univers, / sans cesse, bienheureux Nicolas, / des innombrables afflictions / et de toute inquiétude sauve-nous.

Saint Nicolas qui délivras / d’une prison bien gardée les captifs, / brisant par tes prières les liens de mes péchés, / fais que je revienne vers Dieu.

Nous invoquons ta protection / la nuit comme le jour, saint Nicolas; / nous prenant sans cesse sous ta garde, / présente nos prières au Seigneur.

Théotokion: Toi, la pince ayant tenu / la braise divine en ton sein, / sans pour autant te consumer, / Toute-sainte, brûle en nous le péché.

Ode 4

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Le Fils qui possède dans le ciel / avec le Père même trône et s’incarna / sur la terre en notre humanité / vous a choisis comme Disciples pour annoncer / à tous les peuples sa divinité.

Misérable, je suis tombé, / pour la perte de mon âme, au pouvoir / de l’artisan de tous les maux / et j’eus le cœur vulnéré, mais je vous prie, / saints Apôtres, de me guérir en médecins.

Délivrez-nous de nos passions, / des plus graves périls, de l’affliction, / de toute adversité nous menaçant / et des peines du châtiment qui nous attend, / glorieux Apôtres du Seigneur.

Théotokion: Mère choisie de notre Dieu, / avec les Apôtres divins, les Martyrs / et les Prophètes prie ton Fils / pour qu’il me sauve de tout péril, / de toute peine et transgression.

* * *

Elle couvre les cieux, / la vertu de ta sagesse infinie, / en ton œuvre de salut, / Ami des hommes, Christ notre Dieu.

Obscurcissant l’esprit d’Arius / enténébré par l’hérésie, saint Nicolas, / par ta sagesse tu sauvas / ceux qu’il avait égarés.

Me guérissant de mes péchés / par tes prières agréables à Dieu, / Père saint et bienheureux, / verse ta clarté sur mon cœur.

Mortifiant l’élan de mes passions / qui réduisent mon âme à la mort, / Bienheureux, par tes prières vivifie / et renouvelle mon esprit.

Théotokion: En la chair tu enfantas / l’Intemporel, ô Vierge immaculée: / puisse-t-il par tes prières délivrer / des peines éternelles ceux qui chantent pour toi!

Ode 5

En ta présence veillant depuis la nuit, / je t’implore, Seigneur mon Dieu: / accorde-moi le pardon de mes péchés / et dirige mes voies, je t’en prie, / vers la lumière de tes commandements.

Seigneur mon Dieu qui accordas / jadis à tes Apôtres la paix, / par leurs prières donne aussi / à tous les hommes cette même paix / et la rémission de leurs péchés.

Seigneur mon Dieu, toi qui sauvas, / dans ta bonté surpassant tout amour, / de leur péché la Courtisane et le Larron, / par les prières de tes Apôtres également / fais-moi grâce et sauve-moi,

Théotokion: Seigneur mon Dieu, toi qui es né / d’une Vierge sans que nul homme l’ait connue, / par ses prières efface mes péchés / et par celle de tes Apôtres sauve-moi / du châtiment dans l’au-delà.

* * *

Devant toi veille mon esprit, / car tu es ma lumière, Seigneur / ami des hommes, et pour tes serviteurs / tes préceptes sont une source de guérison.

Les intrigues que toujours / des gens incultes forment contre nous, / saint Nicolas, par ton intercession / fais qu’elles restent sans effet.

Brise les liens de nos péchés / par tes prières, bienheureux Nicolas, / toi qui enchaînas la malice du serpent / déchaîné contre les âmes des croyants.

Nous qui sans cesse succombons, / exposés à de multiples dangers, / saint Nicolas, nous possédons en toi / un chaleureux défenseur.

Théotokion: Dame de l’entière création, / ô Marie, Génitrice de Dieu, / sauve mon pauvre cœur de l’ennemi / qui veut sans cesse dominer sur lui.

Ode 6

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce mortel abîme délivre-moi.

De la Sagesse personnifiée / devenus les Disciples divins, / les Apôtres ont rendu vaine la sagesse des Grecs / et ruiné le Diable, sophiste du mal, / afin que ceux qu’il avait égarés / reçoivent la lumière de la foi.

Toi qui de Pierre as effacé / jadis dans ses larmes le péché, / par ses prières purifie / mon âme de ses innombrables forfaits, / ô Christ, dans ta miséricorde infinie / et dans ton immense bonté.

Toi qui jadis eus compassion / des Ninivites pour leur humble conversion, / de moi aussi, en ta miséricorde de toujours, / par les prières de tes Apôtres, aie pitié: / épargne-moi, Sauveur, la multitude des tourments / que j’ai mérités pour le grand nombre de mes péchés.

Théotokion: Toi qui enfantes la Clarté, / illumine mon âme enténébrée par les passions; / avec les Apôtres, les Prophètes et les Martyrs / demande à ton Fils de me sauver / de tout mal et de tout péché / et de la malveillance de l’Ennemi.

* * *

Du sein de l’ Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

Par compassion tu annulas / l’injuste condamnation à mort / et sauvas ceux qui devaient mourir, / défenseur de qui t’invoque, Nicolas.

De nos âmes calme les douleurs / et brise, Pasteur très-saint, / les mâchoires ouvertes vainement / contre ceux qui t’aiment de tout cœur.

Toi le rempart de la vraie foi, / l’initiateur des mystères divins, / tu as chassé l’amer fourrage d’Arius / grâce au remède de tes discours.

Théotokion: Guéris, ô Vierge immaculée, / ma pauvre âme affaiblie sans retour / par les embûches de la vie / et par le flot de mes péchés.

Ode 7

Jadis les Jeunes Gens / transformèrent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

De l’amère impiété / jadis vous avez éteint le feu brûlant / sous la rosée de vos divins enseignements, / Apôtres glorieux, en criant: / Très-Haut, Dieu de nos Pères, tu es béni.

Christ, au poids de mes péchés, / au châtiment qui m’attend dans l’Enfer, / aux douleurs de la géhenne arrache-moi / et sauve-moi, ô Verbe, je t’en prie, / par l’intercession de tes Apôtres divins.

De l’abîme d’ignorance / ayant pris dans le filet du Verbe les mortels, / pêcheurs d’hommes, disciples du Seigneur, / sauvez aussi mon âme en péril / dans le gouffre de mes immenses forfaits.

Théotokion: Avec les Anges et les Martyrs, / les saints Moines et les Apôtres divins, / Toute-sainte, prie ton Fils et Seigneur, / le suppliant de sauver tes serviteurs / de l’inquiétude, des épreuves et des périls.

* * *

Couvrant de rosée la fournaise ardente, Sauveur, / tu sauvas les Jeunes Gens qui te chantaient: / Béni es tu dans les siècles, / Dieu de nos Pères.

Priant sans cesse le Bienfaiteur de l’univers / délivre-moi de la hideur de mes passions / sage Pontife, devenu / dans l’Église son plus bel ornement.

Sous la pluie de tes intercessions / baigne nos cœurs afin que nous portions, / saint Nicolas, les dignes fruits du repentir / pour recevoir de Dieu le pardon.

Par tes prières éclaire nos esprits / qui veillent dans la foi et rendent gloire à Dieu / et sans cesse te chantent / comme son vrai pontife, Nicolas.

Théotokion: Toute langue fidèlement te glorifie, / pure gloire et fierté du genre humain, / conductrice de qui s’égare, / divine Mère toute-digne de nos chants.

Ode 8

Le buisson du Sinaï / qui brûlait sans être consumé / révéla Dieu à Moïse, / s’adressant à celui qui n’avait pas la parole facile; / et dans le feu les trois jeunes gens, / invincibles dans leur zèle pour Dieu, / entonnèrent une hymne de louange: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Les Disciples du Seigneur, / allumés comme braises au feu spirituel, / comme chaume ont fait brûler / les idoles mensongères des faux-dieux / et répandirent leur clarté / sur les âmes des fidèles qui chantaient: / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Vous les Apôtres du Seigneur / qui avez part à l’éternelle clarté, / illuminez aussi mon cœur / enténébré par d’infâmes passions / et mon âme consumée par le péché, / afin que je puisse chanter: / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

De mon âme, vulnérée / par la morsure venimeuse du Séducteur, / guéris les plaies, toi qui souffris / en ta chair les blessures de la Passion; / à la prière de tes Disciples divins / sauve-moi pour que je puisse chanter: / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Théotokion: Tu demeuras inconsumée / en enfantant, ô Vierge inépousée / le feu de la divinité; / prie donc, avec les chœurs incorporels / et les Apôtres, celui que tu as enfanté / de sauver les fidèles psalmodiant: / Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

* * *

À l’instar des Jeunes Gens / ayant reçu la rosée de l’Esprit, / nous crions en notre foi: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Ton corps déposé à Myre / et répandant un doux parfum, saint Nicolas, / distille la myrrhe pour qui va vers toi / et fait cesser les maladies des humains.

Protecteur du monde t’a montré / le Créateur de l’univers, le Seigneur: / qui t’invoque trouve en face du péril / un défenseur toujours prompt.

Il n’est personne, t’invoquant en la détresse, / qui ne trouve aussitôt consolation; / c’est pourquoi, nous t’en prions, Bienheureux, / de toute peine allège le fardeau.

Théotokion: Toute langue chante et glorifie / ta divine maternité toute-digne de nos chants; / sans cesse, virginale Épouse de Dieu, / prie-le d’accorder à nos âmes le salut.

Ode 9

Toi qui as conçu en toute pureté / et en qui s’est incarné / le Verbe créateur de l’univers, / Mère inépousée, virginale Génitrice de Dieu, / habitacle de celui que nul ne peut cerner, / demeure de l’Infini, ton créateur, / nous te magnifions.

De toute force fut privé / le prince qui tenait le monde en son pouvoir, / car les Apôtres bienheureux et divins, / armés de la force du Tout-puissant, / ont réduit ses intrigues à néant / et sauvé de l’empire du Mal / les confins de l’univers.

Fleuves de grâce jaillissant du saint Esprit, / saints Apôtres, et débordant / par les flots des divins enseignements, / vous avez arrosé l’entière création / et, pleins de sagesse, l’avez rendue / capable de porter beaucoup de fruit; / c’est pourquoi nous vous disons bienheureux.

Avec les saints Apôtres célébrons / les Athlètes victorieux, / nous écriant: ô Maître et Seigneur, / par les prières de tes Disciples, / de tes Martyrs et de tous les Saints, / accorde à ce monde la paix / et sauve-nous de tout danger.

Voici la terre sanctifiée / en l’Esprit de sainteté / par les reliques des Apôtres divins, / tandis que l’Assemblée des premiers-nés / jubile sans cesse avec leurs esprits dans le ciel; / Sauveur, par leur intercession / prends le monde en compassion.

Théotokion: Les chœurs des Apôtres et des Martyrs, / Vierge pure t’ayant en leur milieu / comme lampe étincelante de clarté / et rayonnante des grâces de Dieu, / brillent d’immatérielle splendeur / et illuminent l’ensemble des croyants / qui te magnifient.

* * *

Conservant ta virginité, / tu enfantas de merveilleuse façon: / seule entre toutes les femmes tu es bénie: / par des hymnes nous te magnifions.

Des Apôtres du Seigneur / suivant les traces, tu as hérité / leur pouvoir et leur aspect / comme saint hiérarque, Nicolas.

Le Créateur a fait de toi / son zélateur divinement inspiré / et le secours, fameux dans l’univers, / de qui t’invoque avec ardeur.

D’un cœur contrit nous te crions: / saint Père Nicolas, sois pour nous / le consolateur qui en tout temps / écarte de nos âmes l’affliction.

La coupure de la mort / te menace comme un arbre la cognée; / ô mon âme, prends à cœur / de montrer les fruits du repentir.

Théotokion: En tes bras tu as porté / celui qui tient le monde dans sa main; / ô Vierge, supplie-le de nous sauver / des méfaits de l’Ennemi.

Exapostilaire (ton 3)

Apôtres du Seigneur dont le verbe a tiré / du sombre gouffre de l’erreur / vers la lumière l’univers entier, / sans cesse intercédez en notre faveur.

Ô gloire des Apôtres et Douzaine sacrée, / avec le saint de Myre, le pontife Nicolas, / intercédez sans cesse / auprès du Sauveur en notre faveur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, refuge des chrétiens, / avec le glorieux Évêque prie ton Fils / et supplie-le pour qu’à nous, tes indignes serviteurs, / nous soit permise la joie éternelle.

Apostiches

Apôtres du Christ, ouvriers du Sauveur, / portant la croix comme araire sur vos épaules, / vous avez nettoyé de l’erreur des idoles nos incultes guérets / pour y semer la parole de la foi; / à vous notre culte, comme il se doit, / saints Apôtres du Christ notre Dieu.

Illustres Apôtres, colonnes des Églises, / hérauts de la vérité et flambeaux de clarté, / au feu de l’Esprit vous avez brûlé toute erreur, / illuminant l’entière humanité; / implorez le Sauveur notre Dieu / pour qu’au monde il accorde la paix / et sauve nos âmes.

N’ayant qu’un but, qu’une seule aspiration, / les Martyrs ont suivi l’unique chemin de leur vie: / pour le Christ ils ont choisi la mort, / rivalisant de zèle pour mourir; / les supplices leur servirent de trésor; / ô merveille, l’un à l’autre ils se disaient: / Si maintenant nous échappons à la mort, / nous devrons de toute façon payer à la nature le tribut; / faisons de notre souffrance un honneur, / par notre mort acquérons la vraie vie! / Par leurs prières, Seigneur, sauve-nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Hélas, malheureux que je suis, / me voilà le jouet des plaisirs; / sans cesse l’ennemi me tourne en dérision, / aussi, Vierge sainte, je me prosterne devant toi; / vois mon angoisse et viens à mon secours, / en mes larmes purifie-moi et sauve-moi, je t’en prie, / Vierge pure, et que soient confondus / ceux qui jouissent de mon malheur!

LE JEUDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Il était beau à voir et bon à manger, / le fruit qui a causé mon trépas; / mais le Christ est cet arbre de vie / dont je puis manger sans mourir; / et je crie avec le bon Larron: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Dans l’océan de l’impiété / vous avez capturé le troupeau des nations, / glorieux Apôtres, et vous l’avez mené / à la foi de notre Dieu / et, comme mets de choix, / à la table du banquet céleste.

Par la clarté de vos enseignements / ayant repoussé les ténèbres de l’erreur, / vous avez illuminé les cœurs des croyants, / saints Apôtres du Seigneur; / aussi par des cantiques divins / sans cesse nous vous disons bienheureux.

Vos membres retranchés par le glaive, / divins Athlètes, vous êtes restés / inséparables de l’amour du Rédempteur; / et, après votre course vers lui, / dans l’allégresse maintenant vous habitez les cieux, / étincelants de glorieuse splendeur.

Gloire au Père...

Le corrupteur du genre humain, / le prince du mal me tient en son pouvoir; / par les prières de tes Hérauts, / toute-puissante Trinité, arrache-moi / à ses mâchoires, pour que je magnifie, / Seigneur, ton immense bonté.

Maintenant... Théotokion

De tes entrailles immaculées, / Vierge sainte, tu fis naître celui / qui partage avec le Père même trône dans le ciel / et lui fis porter la chair des mortels / pour qu’il confère l’immortalité / à la nature des humains; / aussi, comme il se doit, / tous ensemble nous te disons bienheureuse.

Vendredi

LE JEUDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Afin de rendre l’homme comme Dieu, / tu devins un mortel et te laissas crucifier; / gloire, Seigneur, à ton immense bonté!

Lorsque tu fus condamné au supplice de la croix, / ô Verbe, la terre trembla / et du soleil fut caché la clarté.

Dieu de tendresse, le soleil s’enténébra / en ta crucifixion, et l’univers fut ébranlé, / s’écriant: Seigneur, gloire à toi.

* * *

Toute-pure, incline ton oreille vers moi, / exauçant ma prière, en ta bonté; / ne me rejette pas loin de ta face, / n’éloigne pas de moi ton secours; / dans sa ruse le Séducteur médite ma perdition, / il excite mon cœur par d’absurdes passions; / mais toi, ô Vierge, garde-moi tout entier / sain et sauf, à l’abri de ses méfaits.

En la matière, ô mon âme, tu n’auras nul avantage ou profit; / pour elle tu t’occupes des vanité de cette vie, / pour elle tu te consumes dans les soucis; / mets donc ton souci dans le Seigneur / qui viendra te juger et dans les larmes crie-lui: / Ô Maître ami des hommes, sauve-moi / par les prières de celle qui t’enfanta.

M’étant privé du renom de la piété, / je suis le jouet de la débauche et de l’orgueil; / et du fait de ma négligence / je me trouve affronté à ces deux monstres; / c’est pourquoi je te prie, ô Vierge, de me sauver, / car l’espérance et la joie de mon âme, c’est toi.

Gloire au Père... Maintenant...

Jadis, au moment où je t’ai conçu, mon Enfant, / j’entendis des paroles de joie / qui me firent espérer tant d’allégresse / pour moi-même et pour les âmes affligées; / mais en fait tout cela s’est transformé / en tristesse par ta mort sur la croix; / le chagrin me consume et je préfère mourir, / tant la peine comble mon cœur.

Prokimenon, ton 6: Le secours me vient / du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre. Verset: Je lève les yeux vers les monts, d’où viendra mon secours.

Apostiches

Jamais plus nous ne serons écartés de l’arbre de vie, / à présent que nous avons l’espérance de ta Croix: / Seigneur, gloire à toi

Immortel, suspendu à l’arbre de la Croix, / du diable tu as rompu les filets: / Seigneur, gloire à toi.

Gloire à toi, ô Christ notre Dieu, / fierté des Apôtres et allégresse des Martyrs / qui ont proclamé la consubstantielle Trinité.

Gloire au Père... Maintenant...

Je suis blessée par le glaive du chagrin, / te voyant sur la croix, toi qui affermis la terre sur les eaux / et comme tente déployas le firmament, / car, te voyant sans vêtement, suspendu et immolé, / je préfère la mort, ô mon Fils bien-aimé; / terre, éprouve crainte et tremblement! / disait en ses larmes la Vierge immaculée.

LE JEUDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Au Seigneur Dieu qui fit tomber / dans la mer Rouge le Pharaon et ses armées / chantons une hymne de victoire, / car il s’est couvert de gloire.

Voyant déjà comme arrivée, / notre Dame, la fin de ma vie, / je m’écrie: de mes péchés / procure-moi, par tes prières, le pardon.

Vers l’océan de ta bonté, / Souveraine, j’accours en disant: / de toute peine en l’au-delà / par miséricorde sauve-moi,

Gloire: Notre Dame, accueille-nous / qui nous réfugions vers toi avec foi: / des épreuves et de l’affliction / fais que nous soyons délivrés.

Maintenant: Accomplissant la prophétie, / tu relevas notre nature déchue / lorsque dans ton sein tu portas, / Vierge pure, notre Sauveur et notre Dieu.

Ode 3

Sur la pierre de la foi / l’Église du Christ fut affermie; / en des hymnes incessantes elle s’écrie: / Saint es tu, Seigneur, / et c’est toi que chante mon esprit.

Vierge tout-immaculée / ayant conçu d’inexplicable façon / notre Seigneur et notre Dieu, / délivre-moi de la tempête du péché / qui me cerne, et sauve-moi.

Moi que retient l’obscure nuit / de mes fautes infâmes, éclaire-moi, / ô Vierge, grâce aux rayons du repentir / et donne-moi d’accomplir / les œuvres de lumière en tout temps.

Gloire: Toi qui enfantas, ô Mère de Dieu, / le pain céleste nourrissant / les cœurs de tous les croyants, / nourris ma pauvre âme / qui éprouve la faim.

Maintenant: Je me trouve affermi / quand je pense à ton divin enfantement / et je jouis de ton secours, / ô Vierge, en m’écriant: / Sauveur de nos âmes, saint es-tu, Seigneur.

Ode 4

J’ai entendu ta voix / et de crainte je suis rempli, / j’ai reconnu ton œuvre admirable, Seigneur.

Moi qui soupire, ô Vierge, devant toi / et de toute mon âme t’appelle constamment, / ne me dédaigne pas, ne déçois pas mon espoir.

Brûle l’épine enfoncée / dans ma pauvre âme par les voluptés charnelles, / toi qui as porté, notre Dame, le Feu divin.

Gloire: Me procurant la rémission / de mes fautes, Vierge toute-bénie, / sauve-moi de l’éternel et redoutable châtiment.

Maintenant: Le Verbe en toi fit son logis, / renouvelant ma nature déchue / par ma faute, ô Vierge immaculée.

Ode 5

Devant toi je veille et je m’écrie: / Dieu de tendresse, éclaire mon esprit / assombri par les ténèbres du péché / et guide-le à la clarté / de tes préceptes divins.

J’ai ressemblé, pour mon malheur, / aux bêtes privées de raison / en servant les passions bestiales de ma chair; / mais toi, divine Mère, / procure-moi la rémission.

Plus que tout homme j’ai péché, / mais j’accours sous ta chaleureuse protection: / Vierge Mère de Dieu, / arrache-moi au châtiment / en prenant pitié de moi.

Gloire: Les fidèles confessant, / Vierge Mère, ta divine maternité, / puissent-ils, grâce à toi, / trouver aussi la nourriture / du royaume sans fin.

Maintenant: Mère n’ayant connu mari, / glorieuse et toute bénie, / à mon âme meurtrie par le péché, / affligée par d’intenables passions, / veuille rendre la vie.

Ode 6

Du sein de l’Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

La tempête du péché / me cerne et me pousse au gouffre du désespoir; / mais toi, ô Vierge, tends-moi la main / pour me secourir et me sauver.

Vierge bénie, répands sur moi / l’onction de ta miséricorde, / divine Mère, me délivrant de mes péchés / et m’arrachant au feu qui ne s’éteint.

Gloire: La première Êve, tu l’as délivrée / de ses douleurs par ton enfantement: / des périls de cette vie / délivre aussi mon âme et mon corps.

Maintenant: Mère et Vierge immaculée, / tu as chanté le Dieu qui prit chair de ton sein / et tu as pleuré en le voyant / élevé sur la croix.

Cathisme

Le Fruit de tes entrailles, Immaculée, / a réuni par sa Croix les confins de l’univers / et délivré le monde de la mort: / c’est pourquoi, Mère glorieuse, nous te magnifions.

Ode 7

Dans la fournaise de feu / les Jeunes Gens transformèrent en rosée / l’ardente flamme qui les entourait, / car ils louaient le Seigneur en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Le grand nombre de mes péchés / représente une juste menace pour moi; / aussi je viens à toi et je m’écrie: / ô Vierge, avant la fin procure-moi / grâce, componction, amendement de ma vie.

La misère du péché / m’a fait tomber dans une grande maladie: / j’atteins le gouffre du désespoir; / mais par les œuvres divines vivifie-moi, / toi qui as enfanté la vie de tous.

Gloire: Mère de Dieu qui par bonté / délivres de la mort éternelle / les fidèles invoquant ta grâce de tout temps, / rends-les dignes du royaume des cieux / par tes saintes intercessions.

Maintenant: De la Vierge glorifions / l’admirable enfantement grâce auquel / nous fûmes libérés de la mort; / et chantons à celui qu’elle enfanta si purement: / Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos Pères.

Ode 8

Le Roi de gloire, le seul éternel, / devant qui tremblent les Puissances des cieux / et que les Anges n’osent regarder, vous, les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

La fournaise des passions / me brûle et consume au feu des plaisirs: / éteins-la, ô Vierge, sous la rosée / de ta pitié, en accordant / à mon âme le rafraîchissement.

J’ai souillé mon âme et corrompu ma chair / en me roulant tout entier dans les plaisirs; / je suis devenu l’opprobre du genre humain, / la risée de mes ennemis: / viens à mon secours, ô Mère de Dieu.

Gloire: Supplie ton Fils et notre Dieu, / ô Vierge, prie-le d’envoyer / aux fidèles qui t’honorent le salut, / la prompte guérison de leurs maux, / afin que nous puissions te chanter.

Maintenant: Le Seigneur qui a créé / Adam à son image, puis sortit / de la même pâte pour annuler l’antique malédiction, / vous les prêtres, louez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.

Ode 9

Toute-digne de nos chants / et sublime bien plus que les cieux, / sans semence tu conçois le Verbe éternel / et pour les hommes enfantes Dieu dans la chair: / par des hymnes, nous tous les fidèles, nous te magnifions.

Ma pauvre âme enténébrée / par les passions charnelles, éclaire-la, / lumineuse et virginale Mère de Dieu: / à la clarté de tes prières, / vers la crainte de Dieu guide-la.

Sous le poids de mes péchés, / Souveraine toute-sainte, / j’ai douté de mon salut / et je demeure incertain, mais envoie / sur moi ta miséricorde et tes bienfaits.

Gloire: Ton enfantement divin, / dépassant les lois naturelles, / étonne les Anges, stupéfie le genre humain; / nul ne peut l’expliquer, le saisir: / nous te rendons gloire en le chantant pieusement.

Maintenant: Revêts-moi du vêtement / d’incorruptible et d’immortelle condition, / toi qui as enfanté pour les hommes / notre tunique de salut, le Verbe incarné, / ce pourquoi sans cesse nous te magnifions.

LE VENDREDI À MATINES

Cathisme I

Toi qui as souffert pour moi / d’être cloué sur la croix, / accorde-moi la louange sans fin, / Ami des hommes et Seigneur notre Dieu.

Seigneur des armées célestes, / tu connais la nonchalance de mon cœur: / sauve-moi, ô Christ notre Dieu, / par ta Croix et ton unique bonté.

Gloire... Maintenant… Théotokion

Toujours-vierge Mère de Dieu, / quand tu vis ton Fils suspendu sur la croix, / en ta douleur maternelle tu magnifias, / Dame inépousée, sa condescendance infinie.

Cathisme II

Plus que la flamme et que le feu, / tu as fait briller le bois de ta Croix: / il brûle les péchés des malades / et il éclaire les cœurs / de ceux qui chantent ta crucifixion: / ô Christ notre Dieu, gloire à toi.

Toi qui as supporté pour nous / ta crucifixion volontaire, / rassemble autour de toi nos ennemis, / et qu’ils sachent que tu es leur vrai Dieu!

Gloire... Maintenant... Théotokion

Lorsque selon ta volonté / tu fus percé de clous et mis en croix, / en ta présence la Mère de Dieu / s’écria: Seigneur, Seigneur, / à nulle femme n’est advenue / une telle douleur; / par tes miracles je sais que tu es Dieu / et je te vois maintenant sans vie sur la croix; / mais ressuscite, comme tu l’as dit, / afin qu’avec allégresse je te chante: gloire à toi.

Cathisme III

Toi qui sur l’arbre de la croix / nous as sauvés de l’ancestrale condamnation, / sauve-nous aussi en guérissant, / Seigneur, les blessures de nos cœurs.

Saints Martyrs, intercédez / pour le pardon de nos péchés, / afin que nous soyons sauvés / de l’amertume de la mort et de tout danger.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Sans semence, ô Vierge, tu avais conçu / en ton sein, ô Mère de Dieu, / celui que tu as vu fixé sur une croix; / sans cesse implore-le pour que nos âmes soient sauvées.

Psaume 50.

Le canon de la Croix, œuvre de Joseph, porte l’acrostiche: Le dam de l’arbre cesse par la croix du Christ. Suit le canon à la Mère de Dieu.

Ode 1

Au Seigneur Dieu qui fit tomber / dans la mer Rouge le Pharaon et ses armées / chantons une hymne de victoire, / car il s’est couvert de gloire.

Élevé en croix, le Christ / attire tous les fidèles vers lui / et terrasse l’ennemi / qui avait fait choir l’humanité.

De ta vivifiante plaie, ô Christ, / tu fis sourdre sur moi un fleuve de vie / et tu mis à mort notre ennemi, / le Maître descendu dans la mort.

Martyrika: Présentez pour nous au Christ, / saints Martyrs, de continuelles intercessions, / afin que du terrible jugement / nous soyons tous délivrés.

Sages Martyrs qui par amour / pour le Christ vous êtes laissés humilier, / vous avez par grâce de Dieu / terrassez l’orgueil de l’Ennemi.

Théotokion: Voyant en croix le clair Soleil / qui s’est levé de toi, dans son amour infini, / notre Dame, tu versas des pleurs, / tout en le glorifiant comme Dieu.

* * *

Celui qui brise les combats / par la force de son bras / et fit sombrer dans la mer Rouge les cavaliers de Pharaon, / chantons-le comme Sauveur et comme Dieu, / car i1 s’est couvert de gloire.

Vierge pure, nous te présentons / la salutation angélique / en action de grâce comme le plus beau de tous les chants; / car, nous tirant de l’angoisse, / tu nous procures la joie.

Vierge toute-digne de nos chants, / sous silence nous ne passerons / la grâce de ton amour et la force de ta protection; / mais nous proclamons hautement / que tu sauves des plus rudes périls.

Sauvés de tant d’épreuves et de dangers / par ton intercession maternelle, / Vierge toute-digne de nos chants, / en action de grâces nous te chantons avec ardeur / une hymne de victoire.

Sous les ors de tes vertus / et les grâces de l’Esprit / parées de fins joyaux tout dorés, / pure Épouse du Père, en ta beauté, / tu te montres comme la Mère de Dieu.

Ode 3

Sur la pierre de la foi / l’Église du Christ fut affermie; / en des hymnes incessantes elle s’écrie: / Saint es-tu, Seigneur, / et c’est toi que chante mon esprit.

Impassible comme Dieu, / pourquoi souffres-tu la Passion, / toi qui m’insuffles la vie, pourquoi meurs-tu sur la croix? / Grande est ta miséricorde, longanime Seigneur.

Au milieu de deux larrons / sur la croix on t’élève injustement / et par la foi tu justifies qui reconnaît en toi / le Créateur de l’univers souffrant de plein gré.

Martyrika: En vos corps souffrant les scies, / l’ablation de vos mains et de vos pieds / et de tous vos membres, saints Martyrs, / vous avez trouvé la gloire et pour nous tous intercédez.

Sous l’abondance des tourments / ayant brillé de divine clarté, / vous possédez l’immense gloire, saints Martyrs, / et sans cesse intercédez pour que nos âmes soient sauvées.

Théotokion: Vierge pure, accorde-nous / la rémission de nos fautes par ton intercession maternelle, / toi qui as enfanté le Verbe Dieu / fait homme et suspendu sur la croix.

* * *

Toi dont le verbe affermit les cieux / et de la terre posa les fondements / sur les innombrables eaux, / Ami des hommes, affermis mon esprit / pour accomplir ta seule volonté.

Le trésor divin de notre joie, / la Vierge, cet exemple de modestie, / par nos chants d’action de grâces / empressons-nous de la saluer pieusement / comme la protectrice des croyants.

Par toi sauvés de tout danger / et possédant l’allégresse grâce à toi, / ô Mère inépousée, / comme bienfaitrice nous te glorifions / et comme notre illustre protection.

Par ta divine intercession / mis à l’abri des périls et du péché, / Mère du Christ notre Dieu, / en nos chants d’action de grâces nous t’invoquons / fidèlement comme la source de tout bien.

Source de joie immortelle, / tu fais sourdre les flots de l’allégresse / guérissant les âmes en péril, / Vierge pure, et tu sauves tout mortel, / dispensatrice infatigable des richesses de Dieu.

Ode 4

J’ai entendu ta voix / et je suis rempli de crainte, / j’ai reconnu ton œuvre admirable, Seigneur.

Comme une vigne aux beaux raisins, / sur la croix, Seigneur ami des hommes, on te fixa / et tu fis couler le suc de la joie.

Des hommes, ô Verbe, tu calmas / les douloureuses passions en supportant / dans ta chair ta Passion volontaire.

Martyrika: Par leurs blessures les Martyrs / ont vulnéré l’ennemi et se sont faits / les guérisseurs de nos passions.

Les Athlètes victorieux / ont marché vers les tyrans et reçu / pour leur triomphe la couronne des vainqueurs.

Théotokion: Sans semence tu conçus, / ô Vierge, le Verbe qui sur la croix / dans sa bonté nous libéra de la mort.

* * *

Elle couvre les cieux, / la vertu de ta sagesse infinie, / en ton œuvre de salut, / Ami des hommes, Christ notre Dieu.

Par tes prières délivrés, / Vierge pure, de tant de dangers, / dans l’allégresse nous t’offrons / en chant de laude l’angélique salutation.

Nos passions et nos péchés / nous exposent à toute sorte de dangers, / mais ta divine protection, / Vierge pure, nous apporte le salut.

Délivrés de l’affliction / et jubilant par des cantiques divins, / en notre âme nous battons des mains, / ô Vierge, et rendons grâces à ton nom.

Bienheureux, en vérité, / qui te vénère, sainte Mère de Dieu, / car en toi il est sauvé / de l’affliction et du péché.

Ode 5

Devant toi veille mon esprit, / car tu es ma lumière, Seigneur / ami des hommes, et pour tes serviteurs / tes préceptes sont une source de guérison.

Élevé, Seigneur, en croix, / tu fis monter l’entière création / des profonds abîmes sans clarté / vers la connaissance de Dieu.

Une foule inique a demandé / que sur le lieu du Crâne tu fusses crucifié, / ô Jésus, toi qui as écrasé / la tête du funeste serpent.

Martyrika: Par les flots de votre sang / vous avez stoppé le courant de l’impiété, / Martyrs du Christ, et vous avez noyé / en eux le Pharaon, ce tyran.

Écorchés cruellement, / saints Athlètes, vous avez déchiré / sous le blâme l’orgueil des cœurs hautains / et la victoire vous appartint.

Théotokion: Le Très-Haut a sanctifié, / en y demeurant, Vierge pure, ton sein; / élevé en croix, il éleva / avec lui l’entière création.

* * *

Chassant la nuit de mes passions, / répands sur moi ta clarté spirituelle, / toi qui de l’abîme as repoussé / les ténèbres originelles et fis briller / pour le monde, Créateur de l’univers, la clarté du premier jour.

Ô Vierge, tu a enfanté / pour les fidèles la rémission des péchés; / de toute peine et de tout danger / le monde est à l’abri désormais; / aussi délivré de l’affliction, / il t’adresse la salutation angélique.

Souveraine immaculée, / au milieu des épreuves les plus variées, / dans l’inquiétude et l’affliction, / le désespoir et les pires dangers, / en toi nous possédons toutefois / l’espérance de la joie.

Comme garante du salut, / Vierge pure, pour tes fidèles serviteurs, / tu repousses les dangers / et nous gardes sains et saufs; / aussi, pour tant de grâces reçues / en action de grâces nous te chantons.

Nous te rendons grâces et te chantons, / puisque nous sommes délivrés grâce à toi / de nos fautes sans nombre et des périls, / de nos peines, faiblesses et maladies, / ô Vierge sans tache et sûr espoir / de tes fidèles serviteurs.

Ode 6

Du sein de l’Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous-mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

En ta miséricorde, tu parus / tandis qu’était malade la nature des humains, / et tu la soignas, bon Médecin, / par ta Passion sur la croix.

Adam, sous l’arbre condamné, / par le bois de la Croix est justifié; / il obtient l’accès du Paradis / et la jouissance de ses biens.

Nous te chantons et glorifions, / Roi de gloire que les épines ont couronné, / qui fus élevé sur la croix / et couronnas de gloire les mortels.

Martyrika: Les Martyrs, ayant chassé / les funestes méfaits de l’idolâtrie, / sont passés par les supplices et par la mort, / mais ils règnent avec le Christ désormais.

Ni les poursuites ni la faim, / la nudité, les dangers ou la mort / n’ont séparé les saints Martyrs / de leur amour pour le Christ.

Théotokion: Tu chantes un Dieu né de ta chair, / Vierge Mère, et tu pleures en le voyant / exalté sur une croix, / ô Toute-pure, immaculée.

* * *

Tombé dans le gouffre du péché, / comme Jonas depuis le monstre marin / je te crie, Dieu de bonté: / À la fosse rachète ma vie, / Ami des hommes, et sauve-moi.

Aux Anges même il n’est aisé / de prononcer ton éloge, ô Vierge immaculée; / mais nous, tes serviteurs, nous empruntons, / pour te l’offrir à présent, / le salut de l’Ange Gabriel.

Tombés, en raison de nos péchés, / dans le gouffre de l’inquiétude et des périls, / grâce à toi nous sommes délivrés / de l’angoisse et du danger, / Vierge pure et Mère de Dieu.

Tu as mis le monde entier, / Vierge pure, dans l’obligation / de te rendre grâces et de te glorifier, / de te louer: grâce à toi, en effet, / nous sommes sauvés de l’affliction et du danger.

Au grand jour et en secret, / Vierge pure, la nuit comme le jour / nous accourons vers ton secours / et tous, nous chantons tes hauts faits, / toute sainte Mère de Dieu.

Ode 7

Jadis les Jeunes Gens / transformérent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très-Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

Ô Jésus, dans ta bonté, / pour alléger le poids de mes forfaits, / tu fus mis en croix parmi les malfaiteurs, / toi le Très-Haut, le Dieu de nos Pères; / Seigneur, tu es béni.

La lance perce ton côté / et tu corriges la faute issue de la côte d’Adam; / tu ordonnes désormais, / Sauveur, au glaive flamboyant / de me rouvrir l’accès du Paradis.

Martyrika: Pour l’Église devenus / comme astres fixés au firmament, / les saints Martyrs éclairent l’univers / par la splendeur de leurs exploits / et par l’éclat des guérisons.

C’est au livre des vivants / que sont inscrits pour toujours les Témoins du Seigneur, / car ils ont gardé de tout leur cœur / les préceptes écrits de notre Dieu / et pour eux ont combattu vaillamment.

Théotokion: La Toute-sainte fut en pleurs / lorsqu’elle vit élevé sur la croix / le Verbe du Père, ce Soleil / qui jadis s’était levé de son sein / pour sanctifier les mortels.

* * *

Dans la fournaise les Jeunes Gens / ne furent touchés ni gênés par le feu; / et tous trois, comme d’une seule voix, / te chantent et bénissent en disant: / Dieu de nos Pères, tu es béni.

Mère de Dieu, nous te présentons, / en action de grâces, la salutation angélique, / car de l’angoisse tu nous as vraiment sauvés / et, te chantant à l’unisson de nos voix, / dans la joie et l’allégresse nous te magnifions.

Au soir les larmes nous coulaient / en abondance, dans l’attente du malheur; / mais, implorant, ô Vierge, ta divine protection, / noûs avons découvert au matin / la joie qui met un terme à tout chagrin.

Possédant auprès de Dieu, / comme un refuge, ta divine protection, / dans les épreuves, les tracas et le péché, / Vierge pure, nous nous jetons à tes pieds / et trouvons la délivrance grâce à toi.

La grâce de ton intercession, / sans cesse nous la proclamons de bouche et de cœur; / par elle, nous tes serviteurs, / nous sommes délivrés des épreuves, de l’affliction / et de la tyrannie de nos passions.

Ode 8

Le Roi de gloire, le seul éternel, / devant qui tremblent les Puissances des cieux / et que les Anges n’osent regarder, vous, les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

L’arbre de la science m’a conduit / à la mort, mais toi, Jésus Christ, / mort en croix, tu m’as rendu la vie / et la clarté, pour que je chante: Vous les prêtres, louez Dieu, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Une foule impie t’a couronné / d’épines, toi le Roi qui arrachas / les ronces du premier-père désobéissant, / et sur la croix elle éleva le Sauveur / qui tire tous les hommes de l’abîme de l’erreur.

Une foule ignare sur la croix / étend celui dont la sagesse tendit les cieux, / te crucifiant, Sauveur qui as guéri / par tes souffrances nos péchés et mis fin / à nos douleurs par le supplice des clous.

Martyrikon: Les reliques des Martyrs / répandent la bonne odeur des guérisons / sur ceux qui s’en approchent de tout cœur; / elles chassent pour toujours les miasmes des passions / et procurent de par Dieu la santé.

Théotokion: Les Martyrs en chœur supplient, / ô Vierge, le Seigneur de ton sein, / celui qui du martyre sur la croix, / leur a montré l’exemple et le chemin; / ils te glorifient comme la Reine de tous.

* * *

Celui que sans cesse comme Dieu / les Anges glorifient dans les hauteurs, / cieux des cieux, collines et l’océan, / terre, montagnes et l’ensemble des humains, / bénissez-le par des hymnes / comme Créateur et Sauveur.

De la tempête du péché, / des épreuves et des passions libérés, / Mère de Dieu, par ton intercession, / nous t’adressons la salutation angélique / en chants d’action de grâces, étant passés / grâce â toi de la tristesse à la joie.

En l’angoisse des périls, / bonne Mère, tu ne fus lasse de nos cris; / mais, écoutant nos plaintes de mendiants, / tu nous sauvas de la plus grande affliction; / aussi, Vierge pure, nous chantons / fidèlement ta protection.

L’auteur du mal et du péché / suscite maintenant contre nous / dangers, souffrances et afflictions / et les cruelles épreuves des humains, / mais tes prières, Génitrice de Dieu, / par miracle nous arrachent à l’ennemi.

La tendresse de ton cœur, / intarissable, descend sur nous tous / en flots de grâces, ô Christ, / par les prières de celle qui t’enfanta: / en elle nous avons, nous chrétiens, / le trésor de ta miséricorde, Sauveur.

Ode 9

Toute-digne de nos chants / et sublime bien plus que les cieux, / sans semence tu conçois le Verbe éternel / et pour les hommes enfantes Dieu dans la chair: / par des hymnes, nous tous les fidèles, nous te magnifions.

Lorsque le soleil te vit / élevé sur le gibet, / Roi de tous, il éteignit sa clarté, / et le voile du temple fut déchiré / par le milieu, Seigneur tout-puissant.

Ils te percèrent, les impies, / les mains, les pieds et le côté, / une lance explora ton flanc porteur de vie, / on t’abreuva de vinaigre et de fiel, / Dieu de tendresse, la douceur de l’univers.

Martyrika: Les courageux Martyrs ont déchiré / les filets du Séducteur, / brisés qu’ils furent par toutes sortes de tourments; / et, couronnés pour leur victoire, / ils sont dignes du bonheur céleste.

Par leurs reliques déposées / les saints Martyrs ont sanctifié / toute la terre et, passant par le feu / comme holocaustes spirituels, mirent fin / à la fumée des viandes offertes aux faux dieux.

Théotokion: Plus sainte que les Chérubins, / toi qui enfantes notre Dieu, / donnant une chair au Verbe divin / dans laquelle il monta sur la croix, / prie-le sans cesse pour nous tous.

* * *

Quel mortel expliquera / la conception sans semence et l’enfantement, / qui ne s’étonnera sur terre / de la manière virginale d’enfanter? / Mais nous, les familles des nations, / divine Mère, nous te magnifions.

Avec l’archange Gabriel, / ô Vierge, nous t’adressons maintenant / parmi les cris d’acclamation / le salut qui est digne de toi, / sauvés que nous sommes de tant de périls / par tes prières, ô Mère de Dieu.

Venant de Dieu, nous sont données, / ô Mère qui n’as pas connu d’hyménée, / en abondance la jubilation, / l’allégresse et la divine joie; / et nous qui étions si fort affligés, / par tes prières nous jubilons maintenant.

Je t’offre un sacrifice de louange, / ô Vierge, par mes paroles et par ma voix / sans cesse t’adressant / des chants d’action de grâces, / sauvé que je fus de l’affliction / au jour où j’invoquais ton secours.

Ton enfantement divin, / Vierge pure, nous unit dans la joie; / dans les épreuves et l’affliction / tu fis jaillir l’allégresse sur nous; / aussi nous rendons grâces à ton nom / et te consacrons notre chant.

Exapostilaire (ton 2)

Sceptre royal de mon Christ, ô sainte Croix, / victoire des princes chrétiens, / gloire de la véritable foi, / garde ceux qui se prosternent devant toi, / afin que ne puissent triompher les doctrines erronées.

Croix, gardienne de tout l’univers, Croix, le charme et la beauté de l’Église, / sceptre vraiment royal qui soutient la vigueur de notre foi, / Croix, le suprême effroi des légions de l’enfer, / Croix, la gloire des Anges dans le ciel.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Se tenant près de la croix, celle qui sans semence t’enfanta / dans les larmes s’écria: Hélas, très-doux Enfant, / comment se couche la Lumière de mes yeux, / comment es-tu compté parmi les morts, toi la Source de vie?

Apostiches

Étant le Maître, Ami des hommes et Source de vie, / par ta Croix tu rachetas l’univers; / Seigneur, gloire à toi.

La Vigne véritable fut clouée sur la Croix, / les nations récoltèrent avec le Larron le Paradis; / telle est la gloire de l’Église, / tel est le trésor du royaume! / Toi qui as souffert pour nous, Seigneur, gloire à toi.

Célébrant la mémoire de tes saints Martyrs, / ô Christ, nous te chantons en disant: / Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Longanime Seigneur, tu acceptas l’immolation / et comme un malfaiteur l’infamante crucifixion, / afin d’exalter par l’arbre de la Croix / les hommes ayant failli sous l’arbre défendu, / mais la Vierge ta Mère fut frappée de terreur, / te voyant privé de vie, et te cria dans ses pleurs: / Comment des impies mènent le Juste à la mort?

LE VENDREDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Il était beau à voir et bon à manger, / le fruit qui a causé mon trépas; / mais le Christ est cet arbre de vie / dont je puis manger sans mourir; / et je crie avec le bon Larron: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Pour guérir les souffrances qu’Adam / avait éprouvées en suivant le conseil de l’Ennemi, / tu montes sur la croix, ô mon Roi, / et supportes la douleur des clous dans tes mains et tes pieds; / aussi nous glorifions, / Verbe de Dieu, ta patience infinie.

Au milieu de criminels / on te fixa, ô Christ sur la croix, / toi le Rédempteur et seul auteur de la Loi / qui délivres le genre humain / de toutes ses iniquités; / c’est pourquoi nous te chantons et célébrons.

Portant les marques des coups reçus / comme d’agréables ornements, / les divins Athlètes aux yeux de tous / sont devenus la parure de l’Église / et pour nos âmes constamment / ils intercèdent auprès du Seigneur.

Gloire au Père...

Sauvegarde, sainte Trinité, / tes serviteurs qui chantent pour toi, / anime les de la puissance de ta Croix / et guide nos pas vers la Cité céleste, / afin que, parvenus là-haut, / nous puissions trouver miséricorde auprès de toi.

Maintenant... Théotokion

Te voyant, ô Christ, sans forme et sans beauté / dans ta chair élevé sur le bois de 1a croix, / la Vierge toute-sainte dans ses larmes te cria: / Hélas, comment les impies t’ont déchiré, mon Enfant!

Samedi

LE VENDREDI SOIR À VÊPRES

Si l’on chante aux Matines du samedi Le Seigneur est Dieu, l’ordre des Vêpres est le suivant: au Lucernaire, 6 stichères du Saint du jour (ou, à défaut de Ménée, les Despotika redoublés); aux Apostiches, 3 Martyrika, avec les versets habituels (psaume 122). Tropaire apolytikion du Saint du jour et théotokion dominical du ton occurrent.

S’il y a Alléluia: au Lucernaire, 3 stichères du Ménée (ou, à défaut, les 3 Despotika) et 3 Martyrika; aux Apostiches, 1 Martyrikon et 2 Nékrosima, avec les versets des Défunts. Tropaire, Nékrosimon et Théotokion du ton 2, quelle que soit la semaine: Apôtres, Prophètes et Martyrs... Gloire au Père... Seigneur, souviens-toi... Maintenant... Mère de l’ineffable Clarté.

Lucernaire

Despotika

Seigneur, n’aie pas honte de moi / à cause de mes viles actions, / lorsque tu viendras juger le monde entier.

À cause du grand nombre de mes péchés / je m’attends à d’innombrables châtiments: / fais-moi grâce, ô mon Dieu, et sauve-moi.

Seigneur, en tes parvis de sainteté / accueille les fidèles trépassés / et rends-les dignes du royaume des cieux. /

Martyrika

Saints Martyrs qui avez combattu noblement / et dans le ciel avez été couronnés, / intercédez auprès du Seigneur, pour qu’il sauve nos âmes.

Méprisant toute chose d’ici-bas, / saints Martyrs, sur le stade vous avez proclamé le Christ vaillamment; / de lui vous avez reçu la récompense de vos tourments; / et maintenant, puisque vous en avez le pouvoir, / intercédez auprès du Dieu tout-puissant, / pour qu’il sauve nos âmes.

Martyrs dignes de toute louange, / vivantes hosties, holocaustes spirituels, / victimes agréables au Christ notre Dieu, / la terre ne vous a point cachés, c’est le ciel qui vous a reçus; / des Anges vous êtes devenus concitoyens; / avec eux intercédez auprès du Sauveur / pour la paix du monde et le salut de nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Comme les lois de la nature sont dépassées / en ta maternité, ô Mère de Dieu, / en ta virginité tu dépasses l’entendement, / nulle langue ne peut expliquer la merveille de ton enfantement; / étonnante est la façon dont tu conçus, ô Vierge immaculée, / impénétrable la manière dont tu enfantas; / car, lorsque Dieu le veut ainsi, / les lois de la nature doivent se plier; / et nous qui savons tous que tu es la Mère de Dieu, / nous te prions ardemment d’intercéder auprès de lui / pour le salut de nos âmes.

Prokimenon, ton 7: Ô Dieu, tu es le rempart qui me protège, / et ta miséricorde me prévient. Verset: Seigneur, délivre-moi de mes ennemis, et de mes adversaires protège-moi.

Apostiches

Martyrikon

Gloire à toi, ô Christ notre Dieu, / fierté des Apôtres et allégresse des Martyrs / qui ont proclamé la consubstantielle Trinité.

Nékrosima

Heureux ceux que tu as élus, ceux que tu as pris, Seigneur, avec toi.

À ton image et ressemblance, Seigneur, / à l’origine ayant façonné le premier homme jadis, / au Paradis tu le plaças, pour qu’il fût / le roi de l’entière création; / mais le Diable par jalousie l’ayant trompé, / il viola tes préceptes en goûtant au fruit défendu; / aussi à la terre dont jadis tu l’avais pris, / Seigneur, tu le condamnas à retourner, / dans l’espérance que tu lui donnes le repos.

Leur souvenir demeure d’âge en âge

Accorde le repos, Dieu Sauveur, / à nos frères défunts qui te crient: / Source de vie, Seigneur, gloire à toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Comme la montagne sainte te vit le prophète Daniel / et le sage Isaïe proclama ta divine maternité, / Vierge pure qui abritas dans ta chair / le Dieu qui façonna le premier homme jadis, / celui que les Chérubins tremblèrent de voir incarné, / tandis qu’ils le chantaient et glorifiaient / de leurs voix incessantes comme le Dieu trois fois saint; / demande-lui d’accorder à nos âmes le salut.

LE VENDREDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Sur un signe de toi, / Seigneur, en terre ferme se changea / la nature des eaux, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Ceux qui se confient en toi / et vers toi, divine Mère, se réfugient, / sauve-les de tout malheur, / des périls et de l’affliction, / de la flamme éternelle, du châtiment, / notre Dame, par ton intercession.

Sous la rosée de ta compassion, / Vierge pure, éteins le feu de mes passions / pour que je n’aille, condamné, / brûler dans la géhenne de feu / et ne mérite le châtiment / de la fournaise en l’au-delà.

Gloire: Comme pluie répands sur moi / les flots de ta miséricorde, / car je me consume constamment, / notre Dame, sous l’ardeur des passions; / alors, je pourrai sans cesse glorifier / le Dieu Sauveur né de toi.

Maintenant: Vierge pure, abreuve aux flots / de tes prières mon âme accablée / par la brûlure du chagrin, / afin que je puisse présenter / à celui qui est né de toi / les fruits de la joie divine.

Ode 3

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Vierge immaculée, / je te demande pour mon âme le salut, / accorde-lui la rémission, / abondance de grâce, en ta puissance, ta bonté, / dans ton amour de l’humanité, / rends-la digne de la vie immortelle.

Toi le vrai salut, / la protectrice du monde, / la Mère du divin Créateur, / Vierge pure, délivre de tout mal, / des épreuves de la vie, de l’éternelle damnation / ceux qui te chantent avec foi.

Gloire: Nous t’en supplions / sans cesse: en ta miséricorde, / ne méprise pas tes humbles serviteurs, / mais d’un œil compatissant et bienveillant, / dans ta bonté, jette un regard sur nous / pour nous libérer du démon tyrannique.

Maintenant: Je deviens la proie / maintenant d’un terrible chagrin, / toute ma force se trouve paralysée, / je suis à terre, mais te crie de tout cœur: / ô Vierge, relève-moi, / rends-moi fort par ta consolation.

Ode 4

Sans quitter le sein paternel, / sur la terre tu es descendu, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

De la corruption délivre-moi, / de la tyrannie du perfide serpent / qui s’enroule autour de moi / et sans cesse veut faire trébucher / ma démarche vers Dieu.

Toi la porte de la Vie, / ouvre-moi les portes du repentir, / car j’approche pour mon malheur, / à cause de mes nombreuses fautes, / du terrible seuil du désespoir.

Gloire: De mes passions et voluptés, / Vierge sainte, secoue la fange / par ta compassion et rends-moi pur, / revêts-moi de la tunique lumineuse / de la grâce, je t’en prie.

Maintenant: Me lavant de toute impureté, / Vierge pure, de l’âme et du corps, / par tes prières agréables à Dieu, / dirige ma vie de façon / à te chanter et glorifier.

Ode 5

Nuit sans clarté, celle des incroyants, / pour les fidèles illumination dans les délices de tes divines paroles, ô Christ: / c’est pourquoi je veille devant toi / et je chante ta divinité.

Prie le Verbe de toute bonté / de nous sauver, ô Tout-immaculée, / car c’est toi que nous avons dans l’épreuve / comme puissant secours et protection.

Ne me livre pas, Vierge pure, aux ennemis / qui cherchent à l’envi ma perdition / à cause de mes fautes, mais dans ta compassion / de leurs actions nuisibles garde-moi.

Gloire: Te sachant le Dieu de tous, / ô Christ, et le Créateur de l’univers, / en toi seul qui t’es incarné pour nous / nous avons mis l’espoir de notre salut.

Maintenant: Réjouis-toi, limpide Nuée / qui fis jaillir les flots de notre Vie, / réjouis-toi, ferme soutien des Martyrs / et gloire des Apôtres, ô Vierge immaculée.

Ode 6

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce abîme mortel délivre-moi.

J’ai perdu le bel aspect, / la splendide beauté que m’avait donnés le baptême, / notre Dame, en commettant / des fautes inconvenantes; / mais toi, par ta chaleureuse protection, / rends-les moi qui te vénère avec foi.

M’apportant consolation, / délivremoi de la misère et du chagrin, / des périls qui m’encerclent, ô Mère de Dieu, / car je n’ai d’autre protectrice, / hormis toi, Vierge tout-immaculée, / moi qui suis ton serviteur.

Gloire: Toi la Mère du Sauveur, / du Bienfaiteur qui nous a rachetés, / tu as le pouvoir de faire ce que tu veux, / ce que tu désires, tu peux l’accomplir; / aussi délivre-nous de nos passions, / nous tes serviteurs, nous t’en prions.

Maintenant: Isaïe t’a vue jadis, / en prophète éclairé par l’Esprit, / comme nuée légère sur laquelle était assis / le Seigneur de gloire qui vint terrasser / toutes les idoles de l’Égypte, / Vierge Mère immaculée.

Cathisme

Du feu qui ne s’éteint / délivre ceux qui se prosternent devant ton Fils, / car pour nous qui te chantons / le Christ a fait de toi notre ardente protection.

Ode 7

Jadis les Jeunes Gens / transformérent la fournaise ardente en une source de rosée / lorsqu’ ils chantaient le Dieu unique en disant: / Le Très-Haut, le Dieu de nos Pères, / s’est couvert de gloire.

Une masse de péchés / m’accable et me fait descendre / vers la fosse de la perdition / et du désespoir: divine Mère, empresse-toi / de m’accorder ton secours salutaire.

Délivre-moi de tout méfait, / de l’affliction, des épreuves de l’ennemi, / garde en calme et sérénité / mon âme, afin que dans la joie / je chante, notre Dame, ton pouvoir.

Gloire: Je vois d’avance condamnées / les œuvres mauvaises du malheureux que je suis; / aussi, du plus profond de mon cœur, / je m’écrie: sois pour moi, Souveraine immaculée, / ma protectrice et viens me sauver.

Maintenant: Avec les Anges, les Martyrs, / les Apôtres, Vierge tout-immaculée, / prie ton Fils et ton Seigneur/ afin que de toute épreuve, peine et chagrin / il veuille bien sauver tes serviteurs.

Ode 8

Le buisson du Sinaï / qui brûlait sans être consumé / révéla Dieu à Moïse, / s’adressant à celui qui n’avait pas la parole facile; / et dans le feu les trois jeunes gens, / invincibles dans leur zèle pour Dieu, / entonnèrent une hymne de louange: / Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, / exaltez-le dans tous les siècles.

Sois mon aide, mon secours, / ô Vierge toute-sainte, qui / me réfugie vers toi et chante avec foi: / divine Mère, prends pitié; / avant la fin de ma vie, accorde-moi / la rémission de mes fautes, / puis à l’heure de mon départ / procure-moi le salut / et le repos dans l’au-delà.

Je suis pris d’immense effroi / quand je pense au terrible examen, / à l’inflexible jugement / pour ceux qui auront fait le mal, / comme précisément c’est mon cas, / malheureux que je suis en vérité; / c’est pourquoi, Vierge sainte, je m’écrie: / sauve-moi des peines qui n’auront pas de fin, / Souveraine du monde.

Gloire: Toi la cause du salut, / la fidèle défense des croyants, / la propitiation de nos péchés, / la source d’où jaillissent tous les biens, / la fontaine refaisant notre beauté, / divine Génitrice immaculée, / guéris les douleurs de mon âme / et pour toujours fait jaillir sur moi / la grâce, l’allégresse et la joie.

Maintenant: Tout-immaculée, reçois / de nous comme prémices / de ce qui est dû au Seigneur / l’offrande de notre prière; / pour le don de ce poème en retour, / ô Vierge, accorde-nous ton secours, / afin que sans cesse nous puissions / chanter le Fils né de toi / et l’exalter dans tous les siècles.

Ode 9

Qu’une Mère enfante Dieu, / qu’une Vierge conçoive et demeure vierge comme avant, / ce n’est point le fait de la nature, / mais l’œuvre de la divine condescendance; / toi seule qui fus digne des merveilles de Dieu, / Vierge pure, nous te magnifions.

Vierge, sous ta protection / je cherche refuge à présent: / moi qui suis mis en péril de perdition / par mes fautes sans nombre, / sauve-moi de l’éternelle damnation, / Mère du Sauveur et Créateur.

Le Seigneur Dieu et Créateur / qui de tes chastes entrailles / s’incarna, ô Vierge immaculée, / prie-le en notre faveur / afin que d’un peuple sans espoir / par ta miséricorde il ait pitié.

Gloire: De l’inextinguible feu, / des ténèbres extérieures, / de l’éternel gémissement / délivre-moi qui suis digne de condamnation, / très-sainte et pure Mère de Dieu, / par ton ardente prière au Seigneur.

Maintenant: Protégé par ta grâce, / divine Mère, je demeure sain et sauf / sous les coups hostiles de l’ennemi; / t’ayant donc pour ferme soutien, / devant toi je me prosterne, / je te chante et je te magnifie.

LE SAMEDI À MATINES

Cathisme I

Soutenus par la puissance de 1a Croix, / tes Martyrs, Seigneur, ont mis en fuite l’ennemi, / ils ont dénoncé le mensonge des faux-dieux; / et maintenant ils chantent avec les Anges dans le ciel / l’hymne de victoire pour te glorifier, ô Christ; / par leurs prières, Seigneur, sauve-nous.

Tes Martyrs, Seigneur, combattant sur terre, / ont vaincu l’ennemi et détruit le mensonge des faux-dieux; / aussi ont-ils reçu / la couronne des vainqueurs / de ta main, Seigneur et Dieu de bonté / qui nous accordes la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Toi qui renfermas le trésor de notre résurrection, / ô Toute-vénérable, / sauve de l’abîme des péchés ceux dont l’espoir repose en toi: / en enfantant notre salut tu nous sauvas de l’emprise du péché, / toi qui, étant vierge avant l’enfantement, demeuras vierge dans l’enfantement / et vierge encore après l’enfantement.

Cathisme II

Saints Martyrs, intercédez / pour le pardon de nos péchés, / afin que nous soyons sauvés / de l’amertume de la mort et de tout danger.

Ta mort, Seigneur, a fait fleurir / pour les morts la vie éternelle; / tu dépouillas l’Hadès en rappelant vers toi / ceux qui dormaient dans les ténèbres de l’Enfer; / Source de vie, nous te prions, ô notre Dieu: / à ceux que d’entre nous tu as pris / parmi les Justes accorde le repos, / afin qu’à l’heure du jugement ils trouvent grâce auprès de toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi qui trouvas place dans ton sein / pour celui que les cieux même ne sauraient contenir; / réjouis-toi, l’Objet des enseignements prophétiques, / Vierge dont naquit l’Emmanuel, ô Mère du Christ notre Dieu.

Psaume 50.

Le canon de Tous les Saints porte en acrostiche: Je chante pour les chœurs des Martyrs et Pasteurs, moi Joseph. Le canon de Théophane pour les Défunts: Et sur le même thème septième canon.

Ode 1

Par Dieu Moïse fut aidé / à faire sortir de l’Égypte Israël; / à lui seul offrons nos chants, / car il s’est couvert de gloire.

Le chœur sans faille des Martyrs, / vainqueur de l’égarement du guerroyeur, / en présence du Créateur / danse d’allégresse et de joie.

Les Pontifes du Christ / et les saints Moines, après leurs combats, / ont obtenu dans la grâce / la félicité éternelle.

De ta colère acquitte-nous / et sauve nos âmes, ô Christ, / par la prière de tes Saints, / Prophètes, Moines et Femmes consacrées.

Nékrosimon: Toi qui me formas de terre / et vers la terre m’ordonnas de retourner, / aux fidèles trépassés / accorde, ô Verbe, le repos.

Théotokion: Très-sainte Vierge ayant conçu / le Verbe de toute sainteté, / sanctifie tous les croyants / qui chantent pour la gloire de ton nom.

* * *

Sur un signe de toi, / Seigneur, la nature des eaux / se changea en terre ferme, / elle qui était liquide jusqu’alors, / et lorsqu’il l’eut franchie à pied sec, / Israël te chanta une hymne de victoire.

Comme parure de joyaux / ornée de toutes sortes de vertus, / comme bijoux seyant à Dieu / par l’éclat de tant de charmes divins, / vous fûtes offerts en cadeau, / saints Martyrs, au Christ notre Dieu.

Dieu de tendresse et de pitié, / accorde à tes fidèles trépassés, / là où cessent tout chagrin, / toute plainte, douleur, gémissement, / de contempler l’inaccessible clarté / de ta splendeur au triple éclat.

Source de vie, tu éveillas / notre nature condamnée à la mort; / toi la Vie personnifiée, / ô Christ, en ta seule bonté, / aux fidèles passés près de toi / accorde le repos éternel,

Théotokion: Toute-sainte, tu corrigeas / la faute de la première aïeule en enfantant / le Seigneur qui l’a ressuscitée, / le Verbe qui insuffla dans les tombes / son souffle porteur de vie / par la force de sa divinité.

Ode 3

Dans l’attente du matin, / pour ta gloire et ta louange, ô Verbe de Dieu, / inlassablement nous célébrons / l’image de ta Croix, / cette arme que tu nous donnes pour nous sauver.

Écrasés sous les rochers, / abandonnés dans les gouffres et ravins, / vous avez broyé, Martyrs divins, / la puissance du Séducteur, en demeurant / invulnérables en votre esprit.

Par la splendeur de leurs vertus / et l’éclat de leurs divins enseignements / les saints Pontifes ont dissipé / l’obscure ténèbre des hérésies / pour illuminer les croyants.

Tes saints Moines, mortifiant / leurs attaches à ce monde, ont hérité / la vie céleste, en vérité; / par leurs prières ô Christ notre Dieu, / prends pitié de nous tous.

Nékrosimon: Pour nos frères trépassés / dans la foi et l’espérance prions tous / le Christ, ce Maître de bonté, / afin qu’à l’heure du jugement / il leur épargne tout châtiment.

Théotokion: Sans que le Verbe eût délaissé / le sein paternel, il s’est montré / sur ton sein comme un enfant / et par toi, Vierge pure, l’Intemporel / fit ses premiers pas dans le temps.

* * *

Au commencement / par ton Verbe tout-puissant tu affermis les cieux, / ô Seigneur et Sauveur, / et toute leur puissance par l’Esprit divin, artisan de l’univers; / rends-moi ferme sur la pierre inébranlable / de la confession de notre foi en toi.

Dans leur noble ardeur, / les chœurs des Martyrs ont montré / la force et l’endurance des jeunes gens, / supportant leurs blessures et la violence des tourments, / ravis qu’ils étaient, Dieu sauveur, / par le charme de ta gloire sans fin.

Ceux qui meurent dans l’espoir / de ta vie éternelle, Dieu d’amour, / reçois leurs âmes et place-les / dans le sein délectable du divin Abraham / et veuille les adjoindre, en ta bonté, / avec Lazare au nombre de tes élus.

Toi qui descendis / du ciel pour sauver le genre humain, / en la tendresse de ton cœur, / accorde â tes fidèles trépassés, / Sauveur, de jouir de ta joie, / de ta divine gloire et de ta pure clarté.

Théotokion: Vierge pure, en toi / la nature renonce â ses lois, / car tu conçois le Verbe en nul espace contenu, / tandis que la loi divine nous est donnée / par laquelle les pécheurs au désespoir / obtiennent le pardon grâce à la divine bonté.

Ode 4

Voyant l’incarnation du Christ, / le prophète Habacuc s’écria, plein de foi: / Gloire à ta puissance, Seigneur. Forts de leur amour pour le Seigneur, / les Martyrs affaiblirent la puissance de l’ennemi; / c’est pourquoi nous les disons bienheureux.

Par divine grâce, Pontifes bienheureux, / vous présidiez votre bercail spirituel / comme brebis de l’Agneau et du Pasteur.

Pères saints, vous avez lui / comme astres aux mille feux pour éclairer / de vos clartés la multitude des croyants.

L’assemblée des Femmes au grand cœur / et le cortège des Prophètes sacrés / ont trouvé le bien suprême dans les cieux.

Théotokion: Toute-digne de nos chants, / prie le Dieu que tu conçus de délivrer / de toute épreuve le troupeau qui t’est confié.

* * *

Sans quitter le sein paternel, / tu es descendu sur la terre, ô Christ notre Dieu; / de ton œuvre de salut / tel est le mystère que j’ai entendu, / et je te glorifie, ô seul Ami des hommes.

Les Martyrs, ayant accompli / leurs athlétiques exploits avec ardeur, / de ta justice, ô Christ notre Dieu, / ont ceint la couronne dans les cieux / et rendent gloire à ta puissance, Seigneur.

À qui trépasse pieusement / accorde la gloire surnaturelle, Seigneur, / lorsqu’avec tes Anges saints / dans ta gloire divine tu viendras, / Dieu de tendresse et d’amour.

De ta clarté au triple feu, / de ton unique et divine splendeur / rends dignes, Seigneur, en ta bonté, / ceux qui nous ont devancés auprès de toi, / Ami des hommes, et qui te glorifient.

Théotokion: Sans quitter le sein paternel, / en ton sein virginal a pris place le Christ / et de la mort il délivra / ceux qui te disent bienheureuse, ô Mère de Dieu / toute-digne de nos chants.

Ode 5

Devant toi veille mon esprit, / car tu es ma lumière, Seigneur / ami des hommes, et pour tes serviteurs / tes préceptes sont une source de guérison.

Vous, les Athlètes valeureux / qui méprisiez les blessures de la chair, / à présent vous guérissez toutes les plaies / des fidèles qui accourent vers vous.

Vous avez reçu pouvoir / sur la terre de lier et délier, / Pontifes du Christ; aussi délivrez-nous / du pesant fardeau de nos péchés.

Dans la pureté de leur esprit / unis à Dieu, les chœurs des Ascètes, / des saintes Femmes, des Justes et des Prophètes / dansent et jubilent sans fin.

Nékrosimon: Toi qui seul as compassion, / Ami des hommes, Christ notre Dieu, / aux fidèles ayant quitté cette vie / fais habiter le Paradis.

Théotokion: Chambre nuptiale du Seigneur, / ô Vierge toute-sainte, implore-le / pour qu’il me fasse prendre part / à son repas de noces éternel.

* * *

En ta présence veillant depuis la nuit, / je t’implore, Seigneur mon Dieu: / accorde-moi le pardon de mes péchés / et dirige mes voies, je t’en prie, / vers la lumière de tes commandements.

Martyrs illustres revêtus / de la mort vivifiante tissée dans les tourments, / demandez à notre Dieu / le repos pour les âmes des défunts / qui nous précèdent auprès de lui.

Toi qui répands à profusion / le trésor inépuisable de ta pitié, / veuille placer les âmes des défunts, / Sauveur, en l’assemblée des premiers-nés, / dans les tabernacles éternels.

Fais que tes serviteurs défunts, / déposant le fardeau et libérés de leurs liens, / rejoignent à présent la vie d’en-haut / et jouissent auprès de toi, Christ Sauveur, / de la splendeur de tes Saints.

Théotokion: Mère de Dieu, accorde-moi / la rémission de mes fautes et obtiens-moi / le pardon de mes péchés, / Souveraine immaculée qui as conçu / pour le monde la Vie personnifiée.

Ode 6

Du sein de l’Hadès cria Jonas: / À la fosse rachète ma vie! / Et nous-mêmes, nous clamons: / Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant.

Élevés jusqu’à Dieu par vos combats, / vous avez brisé la présomption de l’ennemi, / illustres Hoplites qui maintenant / êtes devenus les citoyens des cieux.

Chassant l’hiver des hérésies, / les véritables Pontifes du Christ / ont conduit la multitude des croyants / vers le printemps de vérité.

Par ta puissance justifiée, / ô Christ, la multitude des Saints, / Prophètes, Moines et Femmes consacrées, / jouit de ta lumière sans déclin.

Nékrosimon: Tu arraches, Dieu d’amour, / tes serviteurs à l’éphémère condition: / permets-leur de prendre part / aux vraies joies de la vie éternelle.

Théotokion: Sanctifie tes serviteurs, / Vierge sainte qui dans la chair as conçu / le Verbe de toute sainteté / que tout ce qui vit et respire glorifie.

* * *

Naviguant sur l’océan / soulevé par les soucis du monde, / englouti au milieu de mes péchés / et jeté au monstre qui dévore les âmes, / comme Jonas, ô Christ, je te crie: / De ce abîme mortel délivre-moi.

Avec courage ayant souffert / d’intolérables douleurs, les Martyrs / ont récolté ensemble / les délices d’une vie sans tourments, / recevant la couronne de justice / de la droite vivifiante.

Avec les Justes, Dieu d’amour / et Seigneur immortel, veuille placer / parmi les chœurs des Anges dans le ciel, / là où brille la splendeur de tes Saints, / pour y jouir de la vie éternelle, / tes serviteurs qui nous devancent auprès de toi.

Théotokion: Vierge pure, de ton sein / est sorti celui dont la divine volonté / et la puissance créatrice avaient formé / l’univers à partir du néant; / il arrache à la poussière du tombeau / ceux qui gisaient dans les ténèbres de la mort.

Ode 7

Dieu de nos Pères et notre Dieu, / tu es béni dans tous les siècles.

Les flots de sang des saints Martyrs / éteignirent la fournaise des impies.

Astres rayonnant sur le monde, / tels sont les Pontifes que nous célébrons.

Des Prophètes et des Moines saints / par nos hymnes vénérons l’assemblée.

Nékrosimon: De la géhenne sauve, ô Christ, / en ton amour, tous les fidèles défunts.

Théotokion: Plus vénérable que les Chérubins, / nous te chantons, ô Mère de Dieu.

* * *

Dans la fournaise de feu / les Jeunes Gens transformèrent en rosée / l’ardente flamme qui les entourait, / car ils louaient le Seigneur en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

C’est le Christ notre Roi / qu’entourent brillamment les chœurs des Martyrs / portant couronne dans le ciel / en compagnie des chœurs angéliques pour chanter: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Dieu de tendresse, toi qui as / tout pouvoir sur la vie et sur la mort, / accorde tes délices à nos défunts / qui furent tes fidèles serviteurs. / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Les éclairant de la clarté / de ta lumière immatérielle, Seigneur, / conduis aux tabernacles éternels / les âmes que tu appelles auprès de toi. / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Théotokion: D’abord sans mère dans le ciel, / voici que sans père est conçu / ineffablement par toi le Christ / qui veut connaître notre humaine pauvreté. / Béni soit, Vierge pure, le fruit de ton sein!

Ode 8

À l’instar des Jeunes Gens / ayant reçu la rosée de l’Esprit, / nous crions en notre foi: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Martyrs illustres et victorieux, / accomplissant votre course noblement, / vous avez détruit les temples des faux-dieux / et vous êtes montrés les tabernacles de l’Esprit.

Comme lis au doux parfum, / saints Pontifes, vous avez réjoui / de vos enseignements les âmes des croyants; / c’est pourquoi nous vous disons bienheureux.

Pèlerins de l’univers, / saints Moines, à l’instar des Prophètes divins, / vous avez fixé vos yeux / sur la gloire éternelle et l’héritage des cieux.

Nékrosimon: Seigneur des morts et des vivants, / ô Verbe, en ton amour unique pour nous, / veuille adjoindre tes fidèles serviteurs défunts / aux chœurs de tous les élus.

Théotokion: Vierge sainte, l’assemblée / des saintes Femmes ayant cherché le Seigneur / dans l’ascèse et les combats / sans cesse implore ta faveur.

* * *

Le Roi de gloire, le seul éternel, / devant qui tremblent les Puissances des cieux / et que les Anges n’osent regarder, vous, les prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Regardant vers la gloire du ciel, / ils méprisèrent les vaines gloires d’ici-bas, / les Témoins de la venue du Christ, / le chantant fidèlement comme Roi / dans les siècles.

Toi qui mets fin au séjour terrestre / des fidèles trépassés dans l’espérance de la vie, / accorde-leur une demeure dans le ciel, / sous la tente des Justes donne-leur le repos / dans tous les siècles.

Aux morts tu donnes la résurrection: / Seigneur qui possèdes la source de vie, / en ta bonté unique, abreuve nos défunts / aux fleuves de tes délices sans fin / dans tous les siècles.

Théotokion: Vierge Mère, toi qui as reçu / en ton sein l’inaccessible Clarté, / tu éclairas ceux qui gisaient dans les ténèbres de la vie, / afin qu’ils glorifient pieusement le Christ / issu de toi de mystérieuse façon.

Ode 9

Conservant ta virginité, / tu enfantas de merveilleuse façon: / seule tu es bénie entre toutes les femmes: / par des hymnes nous te magnifions.

À la prière des saints Martyrs, / des Prophètes et des Justes ayant vécu saintement / depuis les siècles, ô Jésus Christ, / prends nos âmes en pitié.

Comme liturges du Seigneur, / Pontifes, le Christ vous a unis / aux Serviteurs célestes avec lesquels / vous intercédez pour nous dans le ciel.

Ayant mené avec les Femmes / à bonne fin le cours de leur vie, / des Ascètes vénérons les chœurs / pour trouver par leurs prières la sainteté.

Nékrosimon: À la gloire méritée, / ô Christ, par l’ensemble des Saints / rends dignes de participer / les défunts t’ayant servi dans la foi.

Théotokion: Moi qui aime le péché, / je crains le redoutable tribunal de ton Fils; / garde-moi de sa condamnation, / Vierge pure, en ta bonté.

* * *

Qu’une Mère enfante Dieu, / qu’une Vierge conçoive et demeure vierge comme avant, / de la nature ce n’est point le fait, / mais l’œuvre de la divine condescendance; / toi seule qui fus digne des merveilles de Dieu, / Vierge pure, nous te magnifions.

Noblement les saints Martyrs / illuminèrent de leur éclat le monde entier; / ces colonnes de la foi, / pour l’Église inexpugnables donjons, / ces remparts de la piété, nous voulons, / comme il est juste, pieusement les magnifier.

Tous nos frères trépassés, / sauve-les du feu de la géhenne, Seigneur, / toi qui jadis as déchiré / la cédule de nos péchés par la lance de ton côté; / rends-les dignes, en ton unique bonté, / de la splendeur de tes Saints.

Dieu de tendresse et de bonté, / Ami des hommes et Seigneur compatissant, / toi qui de la vie éternelle / es le trésor inépuisable, Sauveur, / accorde aux fidèles trépassés avant nous / tes délices sans fin.

Théotokion: Les énigmes de jadis, / les ombres de la Loi ont disparu, / Vierge pure, en ton enfantement, / car le Christ accomplit les Prophètes et la Loi; / en deux natures le célébrant par nos chants, / Toujours-vierge, nous te magnifions.

Exapostilaire (ton 3)

Ô Dieu qui seul reposes parmi les Saints, / sauve ceux qui invoquent ton nom, / par les prières des Apôtres, des Martyrs, / des Prophètes, des Pontifes et de tous les Saints.

Ô Dieu, tu es le maître des morts et des vivants: / fais reposer tes serviteurs dans les tabernacles des élus; / et, même s’ils ont péché, / Dieu sauveur, ils ne se sont pas éloignés de toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

En toi, divine Mère, nous trouvons la fierté, / et tu plaides pour nous devant Dieu; / étends ta vénérable main / pour écraser notre Ennemi; / que Dieu par tes prières nous envoie / le salut de son Sanctuaire.

Apostiches

Martyrika

Devant le tribunal des impies, / les saints Martyrs criaient avec joie sur le stade: / Seigneur, gloire à toi.

Les saints Martyrs qui s’illustrèrent par leur victoire au combat / sont devenus des phares pour éclairer l’univers; / ils disent au Christ: Seigneur, gloire à toi.

N’ayant qu’un but, qu’une seule aspiration, / les Martyrs ont suivi l’unique chemin de leur vie: / pour le Christ ils ont choisi la mort, / rivalisant de zèle pour mourir; / les supplices leur servirent de trésor; / ô merveille, l’un à l’autre ils se disaient: / Si maintenant nous échappons à la mort, / nous devrons de toute façon payer à la nature le tribut; / faisons de notre souffrance un honneur, / par notre mort acquérons la vraie vie! / Par leurs prières, Seigneur, sauvenous.

Célébrant la mémoire de tes saints Martyrs, / ô Christ, nous te chantons en disant: / Seigneur, gloire à toi.

Nékrosimon

Sur la terre des Justes, Seigneur, / en ta miséricorde veuille placer / les fidèles que de ce monde passager, / Ami des hommes, tu as pris avec toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Intercède, ô Vierge, avec les Apôtres et les Martyrs, / afin qu’à l’heure du jugement les défunts / puissent trouver la grande miséricorde.

S’il y a Alléluia, nous chantons aux Laudes les précédents Martyrika, et comme Apostiches les Prosomia suivants:

Sur la Croix tu rendis l’âme, Seigneur immortel, / au tombeau tu fus déposé comme mort, / délivrant de la tombe et de la mort / le genre humain corrompu par le péché; / Océan d’inépuisable bonté, / Source de miséricorde infinie, / accorde à nos défunts le repos.

Heureux ceux que tu as élus, / ceux que tu as pris, Seigneur, avec toi.

Par le charme infini de ta beauté / et les rayons de ta divine clarté / illumine tes serviteurs défunts, / dans la lumière immatérielle qui émane de toi, / pour qu’avec les Anges ils glorifient, / ô Christ, ta royale seigneurie.

Leur souvenir demeure d’âge en âge.

Trésor inépuisable de bonté / qui dispenses largement tes riches présents, / accorde à tes défunts serviteurs / le lieu du repos et le séjour de tes élus, / la demeure de ta gloire, le virginal hyménée / et, dans ta bonté, les délices du Paradis.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère, tu enfantes la plénitude de la Loi, / le Rédempteur qui pour nous s’est fait chair; / il n’était pas de justification pour ceux qui sous la loi vivaient jadis, / mais le Christ accomplit toute justice en se laissant crucifier pour nous. / Intercède auprès de ton Fils compatissant / pour le repos des âmes pieusement trépassées, / ô Vierge toute-digne de nos chants.

LE SAMEDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Il était beau à voir et bon à manger, / le fruit qui a causé mon trépas; / mais le Christ est cet arbre de vie / dont je puis manger sans mourir; / et je crie avec le bon Larron: / Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Ayant combattu le bon combat / et gardé intacte votre foi, / vous avez reçu de Dieu / le couronne de la vie immortelle / et sa gloire fut votre part, / compagnons des Anges, Martyrs au grand renom.

Des Pontifes et Moines saints, / des Prophètes et des Femmes consacrées / vénérons la multitude sacrée / qui habite maintenant, dans la joie, / les tabernacles des premiers-nés / et se réjouit avec les Anges dans le ciel.

En ta miséricorde, ô Verbe de Dieu / dans les tabernacles des Justes veuille placer / tous nos frères trépassés, / sans tenir compte des péchés / que, par inadvertance ou le sachant, / leurs âmes ont commis sur terre.

Gloire au Père...

Trinité sainte, les défunts / s’approchent de toi et te prient, / suppliants de les sauver / de l’effroyable fournaise en l’au-delà / et d’obtenir à l’heure du jugement / les bienfaits de ta gloire sacrée.

Maintenant... Théotokion

En ton sein il habita, / le Reflet du Père éternel / et ceux qu’avait séduits jadis / le conseil perfide de l’ennemi ; pour les faire tomber dans la poussière du tombeau, / Vierge toute-sainte, il les a renouvelés.