HUITIÈME TON

Dimanche

LE SAMEDI SOIR AUX PETITES VÊPRES

Lucernaire

On chante 4 stichères, en répétant le premier.

Notre hymne du soir, / notre culte spirituel, / ô Christ, nous te l’offrons, / car tu as bien voulu nous faire miséricorde / par ta sainte Résurrection.

Seigneur notre Dieu, / loin de ta face ne nous repousse pas, / mais daigne nous faire miséricorde par ta sainte Résurrection.

Réjouis-toi, ô sainte Sion, / Mère des Églises, habitacle de Dieu, / toi qui la première as reçu la rémission des péchés / par la sainte Résurrection.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Comment te dire bienheureuse, ô Mère de Dieu, / comment chanter, ô Vierge bénie, / l’impénétrable mystère de ton enfantement? / Car l’auteur des siècles, le créateur du genre humain, / prenant sa propre image en compassion, / est descendu jusqu’en l’extrême abaissement. / Celui qui est dans le sein du Père immatériel, / Vierge inépousée, a séjourné en ton sein pur / et s’est fait de toi chair sans subir de changement, / demeurant ce Dieu que par nature il était; / c’est pourquoi nous nous prosternons devant lui / en la perfection de sa divinité et de son humanité; / il est le même en l’une et l’autre condition, / en lui se trouve, en effet, / chacune des natures en vérité; / ses propriétés naturelles, / nous les proclamons toutes doublement, / puisque les essences sont au nombre de deux; / deux sont aussi les énergies, les volontés, / car pour être consubstantiel au Père comme Dieu, / c’est librement qu’en homme il décide et agit. / Vierge bienheureuse, implore-le / pour qu’il sauve nos âmes.

Apostiches

Tu es monté sur la croix, ô Jésus, / toi qui étais descendu du ciel, / tu es allé vers la mort, toi la vie immortelle, / vers les ténèbres, Lumière véritable, / vers les mortels, ô notre Résurrection: / Sauveur qui nous illumines, gloire à toi.

Je célébrerai ton nom d’âge en âge.

Réjouis-toi, auguste Mère de Dieu, / source faisant jaillir la vie sur les fidèles, / Dame souveraine de l’entière création; / réjouis-toi, Vierge sans tache et bénie, / comblée de gloire, immaculée, / réjouis-toi, palais, tabernacle divin; / réjouis-toi, pure Vierge et Mère, / réjouis-toi, Épouse de Dieu.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille.

Réjouis-toi, pure Mère de Dieu, / espérance des croyants, / purification du monde, réjouis-toi; / tu délivres tes serviteurs de toute affliction, / réjouis-toi, consolation du genre humain, / réjouis-toi, protectrice porteuse de vie; / rempart de qui t’invoque, réjouis-toi, / séjour divin et montagne sacrée.

Devant ta face imploreront les plus puissants.

Réjouis-toi, souveraine Mère de Dieu, / réjouis-toi, qui des mortels / es la protectrice et l’unique espoir; / réjouis-toi, qui nous offres un sûr abri, / chandelier d’éternelle clarté, / réjouis-toi, ô lampe brillant d’un pur éclat; / réjouis-toi, demeure sanctifiée, / Paradis, tabernacle divin, / réjouis-toi, ô Source d’où l’eau vive jaillit / sur ceux qui accourent auprès de toi.

Gloire au Père... Maintenant...

Celui que le ciel même ne contient, / Vierge Mère de Dieu, / en ton sein fut contenu sans s’y trouver à l’étroit; / et tu es restée pure d’inexprimable façon, / sans aucun dommage pour ta virginité; / seule entre les femmes tu fus vierge et mère à la fois; / seule, Toute-pure, tu as allaité le Fils qui donne la vie, / et l’Œil qui ne dort, tu l’as porté dans tes bras; / du sein paternel il ne s’est pas éloigné: / avant les siècles il y était déjà; / pleinement Dieu parmi les Anges dans le ciel / et pleinement ton Fils parmi les hommes ici-bas, / il est partout sans qu’on puisse l’expliquer. / Dame toute-sainte, supplie-le de sauver / ceux qui selon la vraie foi te reconnaissent comme la pure Mère de Dieu.

Tropaire et théotokion: voir à la fin des Grandes Vêpres.

GRANDES VÊPRES

Lucernaire

On chante 10 stichères: ordinairement 7 de la Résurrection (les suivants) et 3 du Saint du jour (à prendre au Ménée).

Tire mon âme de prison, / que je rende grâce à ton nom!

Notre hymne du soir, / notre culte spirituel, / ô Christ, nous te l’offrons, / car tu as bien voulu nous faire miséricorde / par ta sainte Résurrection.

Les justes feront cercle autour de moi, / lorsque tu me rendras ta faveur.

Seigneur notre Dieu, / loin de ta face ne nous repousse pas, / mais daigne nous faire miséricorde par ta sainte Résurrection.

Du fond de l’abîme je crie vers toi, Seigneur, / Seigneur, écoute mon appel.

Réjouis-toi, ô sainte Sion, / Mère des Églises, habitacle de Dieu, / toi qui la première as reçu la rémission des péchés / par la sainte Résurrection.

Que ton oreille se fasse attentive / au cri de ma prière.

Le Verbe né du Père avant les siècles / a pris chair de la Vierge en ces derniers temps, / il a voulu souffrir et mourir sur la croix, / afin que l’homme, autrefois soumis à la mort, / soit sauvé par sa sainte Résurrection.

Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? /

Mais près de toi se trouve le pardon.

Ô Christ, nous glorifions ta sainte Résurrection / par laquelle tu as libéré/ le genre humain de la tyrannie de l’Enfer, / pour donner au monde par ta divinité / la vie éternelle et la grande miséricorde.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; /

mon âme espère er. ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Gloire à toi, ô Christ notre Sauveur, / Fils unique de Dieu qui fus cloué sur la croix, / mais es ressuscité du tombeau le troisième jour.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, depuis la garde du matin, /

qu’Israël espère le Seigneur!

Seigneur, nous te glorifions, / toi qui librement souffris pour nous sur la croix, / devant toi, Sauveur, nous nous prosternons; / loin de ta face ne nous rejette pas, / mais, dans ton amour pour les hommes, / exauce-nous et sauve-nous, par ta sainte Résurrection.

Et pour les stichères du Ménée:

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: /

c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Gloire au Père... (du Ménée)

Maintenant... Théotokion

Le Roi des cieux, dans son amour pour les hommes, / s’est manifesté sur la terre, / il a conversé avec les hommes; / ayant pris chair d’une Vierge pure / et sorti d’elle par l’enfantement, / il est le Fils unique, une seule personne en deux natures. / Et nous qui proclamons en toute vérité / la perfection de sa divinité et de son humanité, / nous confessons le Christ notre Dieu. / Mère inépousée, intercède, auprès de lui, / pour qu’il accorde à nos âmes sa miséricorde.

Prokimenon, ton 6: Le Seigneur règne, / revêtu de majesté. Verset: 1. Le Seigneur s’est revêtu de puissance, il l’a nouée comme ceinture à ses reins. 2. Tu fixas l’univers, inébranlable, ton trône est stable pour toujours. 3. À ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Apostiches

Tu es monté sur la croix, ô Jésus, / toi qui étais descendu du ciel, / tu es allé vers la mort, toi la vie immortelle, / vers les ténèbres, Lumière véritable, / vers les mortels, ô notre Résurrection: / Sauveur qui nous illumines, gloire à toi.

Le Seigneur règne, vêtu de majesté, / le Seigneur règne, ceint de puissance.

Glorifions le Christ ressuscité d’entre les morts: / il a séparé par sa passion / l’âme et le corps qu’il avait assumés; / son âme toute-pure descendit aux Enfers pour les dépouiller / et le tombeau ne put corrompre / le très-saint corps du Rédempteur de nos âmes.

Tu fixas l’univers inébranlable, / ton trône est stable pour toujours.

Par des psaumes et des hymnes nous glorifions, / ô Christ, ta Résurrection d’entre les morts: / par elle tu nous libéras de la tyrannie de l’Enfer, / nous accordant par ta divinité / la vie éternelle et la grande miséricorde.

À ta demeure convient la sainteté, / Seigneur, pour la suite des jours.

Ô Maître de tout l’univers, / ineffable créateur du ciel et de la terre, / par ta passion sur la croix tu nous libéras de nos passions, / par le tombeau où tu daignas être mis / et ta glorieuse Résurrection / tu as tendu ta main toute-puissante pour ressusciter Adam; / gloire à ta Résurrection le troisième jour: / par elle tu nous accordas la vie éternelle / et, dans ta miséricorde, le pardon de nos péchés.

Gloire au Père...du Saint à fêter, s’il en a; sinon,

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge inépousée dont Dieu prit chair ineffablement, / Mère du Dieu très-haut, / ô Tout-immaculée, reçois notre supplication, / toi qui obtiens pour les hommes la rémission de leurs péchés, / exauce-nous maintenant et intercède pour notre salut.

Tropaire

Du ciel tu descendis, ô Dieu de miséricorde, / trois jours dans le tombeau tu souffris de demeurer / pour nous délivrer de nos péchés; / notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi.

Théotokion

Toi qui es né de la Vierge et souffris pour nous la croix, / qui par ta mort vainquis la mort et nous montras la résurrection, / ne dédaigne pas ceux que ta main a façonnés; / montre-nous ton amour, ô Dieu de miséricorde, / exauce les prières de celle qui t’enfanta / et sauve, Sauveur, le peuple qui espère en toi.

LE SAMEDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Chantons une hymne de victoire au Seigneur / qui a mené son peuple à travers la mer Rouge autrefois, / car il s’est couvert de gloire.

Venez, frères, chantons à la sainte Mère de Dieu / comme depuis le commencement un chant nouveau, / célébrant en ce jour ses merveilles avec foi.

Jadis tu éclairas l’esprit de Moïse en sa vision de Dieu, / Vierge pure, en lui révélant ton divin enfantement, / car en ce phénomène surnaturel tu lui apparus comme tige du buisson.

Gloire: Cordialement je t’adresse mon œuvre, te dédie mon écrit, / comme au proche abri de la divine protection, / l’offrant par toi à mon Maître le Christ.

Maintenant: Tends l’oreille vers moi qui accours avec foi, / avec amour et crainte me prosternant devant ta face: / exauce mon appel suppliant.

Ode 3

Tu es le firmament de qui chemine vers toi; / les habitants des ténèbres trouvent en toi leur clarté / et mon âme te chante, Seigneur.

L’échelle du patriarche Jacob t’a préfigurée, / révélant par les Anges la condescendance divine envers nous, / Toute-pure, la descente de Dieu dans ton sein.

La tribu de Juda s’est réjouie, puisque Jacob a prédit / que d’elle devait naître le Rédempteur Jésus Christ, / que tu as eu, Vierge pure, la gloire d’enfanter.

Gloire: Désespéré par mes fautes, j’ai trouvé en toi, divine Mère immaculée / le havre de paix, notre espérance et notre secours; / dirige donc mes pas sur la voie du repentir.

Maintenant: Glorieuse Souveraine, si proche du Seigneur, / je t’adresse avec foi le rouleau de mes œuvres: / ne garde pas silence, mais réponds à mon appel.

Ode 4

Ô Verbe, le Prophète inspiré de Dieu / a reconnu ta future incarnation / de la montagne ombragée, / l’unique Mère de Dieu, / et dans la crainte il glorifiait ta puissance.

Comme l’épouse du Père, / parée de joyaux d’or / et ornée de virginale beauté, / ayant reçu la grâce, tu t’es montrée / la Mère du Fils de Dieu.

C’est toi, la véritable Sion, / que le Christ et Verbe s’est choisie / comme demeure divine, / comme séjour d’élection / pour le renouveau du monde entier.

Gloire: Splendide palais du Verbe, / virginale chambre du Roi, / fierté de tous les immortels, / réjouis-toi, / auxiliatrice des humains.

Maintenant: Ils s’éloignent de Dieu / et par suite se perdent, / ceux qui rejettent l’icône de ton Fils, / virginale Souveraine et Mère de Dieu; / mais qui la vénère par elle est sauvé.

Ode 5

Source de lumière, ô Christ notre Dieu, / éloigne de mon âme l’obscurité, / toi qui séparas les ténèbres de la clarté, / fais que je marche à la lumière de tes commandements, / afin que je te glorifie en veillant devant toi.

Avec l’archange Gabriel, / divine Mère, nous te chantons: / Réjouis-toi, Vierge sainte et comblée de grâce, / le Seigneur est avec toi: / faisant cesser par toi le deuil, il nous a donné la joie.

Vierge pure, Gédéon / a vu l’image de ton sein virginal / où, comme pluie, le Verbe descendu / par l’Esprit saint a pris chair / sans se séparer du Père divin.

Gloire: Tu es la protectrice des hommes déchus, / l’auxiliatrice du monde, virginale Génitrice de Dieu, / la salutaire propitiation / des fidèles qui se réfugient vers toi avec amour, / la rémission d’un grand nombre de péchés.

Maintenant: Sans semence tu fis croître / par l’Esprit saint, pure Mère de Dieu, / le Fils qui, avant toute la création, / est né du Père avant le début des temps; / et tous nous vénérons son image sacrée.

Ode 6

Seigneur ami des hommes, accueille-moi: / je suis enfermé dans le cercle de mes péchés, / Dieu de miséricorde, e me prosterne devant toi; / comme le Prophète, Seigneur, sauve-moi.

Toi le miroir de la virginité, / le pur habitacle de la divinité, / ô Vierge inépousée, / par des hymnes nous te glorifions.

Dieu en tes entrailles a pris chair / d’immatérielle et merveilleuse façon, / comme au début d’un rouleau neuf / écrit par le doigt paternel.

Gloire: Comme propitiatoire nous avons, / Vierge pure, ta protection, / tu es notre espérance, notre secours: / notre Dame, ne déçois pas tes serviteurs.

Maintenant: Le trouble incessant des passions, / par ta présence, Épouse de Dieu, / change-le en calme serein / et guide-nous vers le havre de paix.

Cathisme

Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur, invincible Reine, / toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine! / Vers toi montent nos louanges, nos chants d’action de grâce. / De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, / sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir / les fidèles qui te chantent:Réjouis-toi, Épouse inépousëe.

Ode 7

La condescendance de Dieu / troubla le feu à Babylone autrefois; / c’est pourquoi les Jeunes Gens / dans la fournaise dansaient d’un pas joyeux, / comme en un pré fleuri, et ils chantaient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ô Vierge, tu t’es montrée / l’intendante de notre joie; / et nous, t’offrant avec amour / des couronnes de grâce, / nous te chantons: réjouis-toi, / en te louant, Vierge pure et bénie.

Tu es la montagne sainte, / divinement ombragée, / la montagne fertile, ô Vierge immaculée, / la montagne fécondée / par le divin rayonnement, / celle que Dieu a choisie pour séjour.

Gloire: Pour toi, nul péché / n’effarouche ta grâce: / tu as l’audace, la volonté / d’une Mère, faisant oublier / toute faute par ton intercession / et tu repousses tout assaut de l’ennemi.

Maintenant: Divine Mère, tu as enfanté / l’Un de la sainte Trinité / demeuré sans changement / dans son union avec la chair: / en deux natures une seule personne / dont nous vénérons l’image sacrée.

Ode 8

Celui qui sur la montagne sainte fut glorifié / et pour Moïse révéla dans le buisson ardent / le mystère de la Mère toujours-vierge, / c’est le Seigneur, chantez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.

Au Prophète tu apparus / comme l’encensoir contenant / l’ardente braise de la divinité / qui enlève nos péchés, / virginale Mère de notre Dieu.

Vierge Mère de Dieu, / Daniel t’a vue comme grande montagne / dont une pierre précieuse, le Christ, / s’incarna et fut séparée, / détruisant les temples des idoles et de l’erreur.

Gloire: Ils cherchent à m’engloutir, / le monstre du funeste péché / et le désespoir causé par mes fautes; / mais toi, Souveraine, / prends les devants pour sauver ton serviteur.

Maintenant: Celui qui grâce à toi / a conversé avec les hommes, / lui le Dieu de l’univers, / a pris l’aspect humain / dont nous vénérons, sur les icônes, les traits.

Ode 9

À juste titre nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu; / par toi nous avons trouvé le salut: / ô Vierge immaculée, / avec les chœurs des Anges nous te magnifions.

Dans son Cantique, le sage Salomon / te chante comme jardin clos, Vierge Mère de Dieu, / comme fontaine scellée par l’Esprit divin; / et comme arbre de vie en toi s’incarne le Christ.

Le prophète ayant prédit ton ineffable enfantement / t’a vue comme livre scellé, / car personne n’a pu percer le secret / de l’incarnation divine en ta merveilleuse conception.

Gloire: Humblement nous te prions: / ne méprise pas nos prières, / Souveraine, mais sois pour nous bienveillante protection / et exauce les demandes que nous t’adressons.

Maintenant: Je me prosterne devant l’icône de ton Fils, / je n’hésite pas à la vénérer, / rejetant, divine Mère, l’hérésie des manichéens; / et c’est ainsi que d’orthodoxe manière j’achève mon chant.

OFFICE DE MINUIT

Le canon triadique, œuvre de Métrophane, porte l’acrostiche: Unique Trinité, sauve-moi qui te sers.

Ode 1

À la tête de ses chars le Pharaon fut englouti / grâce au bâton de Moïse / autrefois, merveilleusement, / lorsqu’en forme de croix / il frappa la mer et la fendit, / mais il sauva Israël qui put fuir / et passer à pied sec/ en chantant un cantique au Seigneur.

Le royal et triple Soleil, / le Maître qui a souci de l’univers, / le seul qui par nature soit bonté / et possède en l’unité / la divine gloire et majesté, / fidèles, adorons-le, / lui chantant l’hymne / qui célèbre le Trois-fois-saint.

Initiés aux divins enseignements, / aux célestes oracles d’en-haut, / fidèlement nous glorifions / l’unique nature de la divinité / en trois personnes jouissant / de la même éternité, / le Père, le Fils et l’Esprit, / le Maître créateur et tout-puissant.

Gloire: Initiateur des mystères sacrés, / tel fut Abraham autrefois / lorsqu’en figure de la divine réalité / il se réjouit de recevoir / en trois personnes le Créateur de l’univers, / le Seigneur notre Dieu, / et de ces trois personnes / reconnut comme unique le pouvoir.

Théotokion: Sans connaître d’homme, / Toute-sainte, tu mis au monde le Christ, / qui assuma notre nature pour nous sauver / et, dans l’une et l’autre, / demeura ce qu’il était, sans changement: / ô Vierge, sans cesse implore-le / pour qu’il pardonne mes péchés / et me délivre de toute épreuve et tentation.

Ode 3

Au commencement, par ton intelligence, tu affermis les cieux / et tu fondas la terre sur les eaux; / ô Christ, rends-moi ferme sur la pierre de tes commandements, / car nul n’est saint / hormis toi, le seul Ami des hommes.

Inaccessible Dieu et Roi de gloire, / sur un trône élevé Isaïe te contempla / glorifié par les Chérubins, les Séraphins, / en des hymnes incessantes, / comme en trois personnes l’unique Dieu.

Concevant par des raisonnements appropriés / et par l’enseignement des Écritures sacrées / le seul Verbe né du Père comme fils de sa pensée / et l’Esprit qui procède ineffablement de lui, / nous adorons le Dieu unique au triple éclat.

Gloire: Le Père que nul n’a engendré / de sa propre essence engendre le reflet, / lumière de lumière, le Fils ineffablement / et produit la procession de l’Esprit, / clarté consubstantielle et divin créateur.

Théotokion: Vierge Marie, tu es le temple très pur / du Christ qui soutient sagement / de sa main puissante l’univers: / par tes prières maternelles / fais qu’il me montre sa grâce et sa faveur.

Cathisme

De la Divinité au triple éclat, / fidèles, célébrons la suprême majesté / qui d’un seul geste constitua l’univers, / les chœurs angéliques dans le ciel / et la hiérarchie des Églises ici-bas / pour chanter: Saint, saint, saint es-tu, Dieu de bonté, / louange et gloire à ta puissance.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Toi qui mis au monde l’immuable Dieu, / à mon cœur sans cesse mu par le péché, / la paresse et les assauts du Séducteur / donne force en ta bonté par tes intercessions maternelles / pour que moi aussi, je puisse te crier, / dans l’action de grâce, ô Mère de mon Dieu: / Vierge toute-pure, prends pitié / du troupeau de ton bercail.

Ode 4

C’est toi ma force, Seigneur, / toi ma puissance, / toi mon Dieu et mon allégresse; / sans quitter le sein du Père, / tu as visité notre pauvreté; / aussi avec le prophète Habacuc je te crie: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

L’Orient de la divinité / manifesté à ceux des ténèbres / dissipa l’obscure nuit de nos passions / et fit lever le Soleil de justice, / simple en son essence, / mais trinitaire en sa clarté, / que sans cesse nous chantons et glorifions.

De nos lèvres souillées nous glorifions / celui qui est chanté dans le ciel / par la bouche des Séraphins, / Seigneur de gloire, monade et trinité / selon la nature et les aspects, / et nous crions: Roi de tous, accorde à tes serviteurs / la rémission de nos multiples péchés.

Gloire: Invisible soutien de tous les êtres, / Dieu de tendresse, d’amour et de pitié, / vénérable et divine Trinité, / n’oublie pas tout à fait ton serviteur, / ne déchire pas le testament / que tu rédigeas en notre faveur, / dans ton ineffable tendresse pour nous.

Théotokion: En toi seule, ô Vierge immaculée, / depuis les siècles ayant trouvé / l’éclatante «beauté de Jacob», / le Verbe d’avant les siècles / fit de toi sa demeure et, par amour, / restaura la nature des humains: / de toute affliction prie-le sans cesse de me sauver.

Ode 5

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

Nous glorifions l’unique Seigneur / en trois personnes de même éternité, / les distinguant sans diviser / la nature de Dieu / et fidèlement nous chantons: / Trinité sainte et divine majesté, / de toute peine délivre tes serviteurs.

Grandement je déplore / la faiblesse de ma conscience, / puisque je subis, sans le vouloir, / l’involontaire dégradation; / c’est pourquoi je te crie: vivifiante Trinité, / donne-moi l’habitude du bien.

Gloire: Appesanti par la torpeur du péché, / je suis acculé au sommeil de la mort: / dans ton amour des hommes et ta bonté, / dans ta miséricorde infinie, / Trinité sainte, principe de vie, / fais-moi grâce et relève-moi.

Théotokion: Vierge Mère immaculée, / toute-pure et comblée de grâce, / obtiens-moi par ton intercession / la faveur de ton Fils, ton Seigneur et ton Dieu, / pour qu’il délivre promptement / des passions et du péché ton indigne serviteur.

Ode 6

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / retire-moi de l’abîme du mal, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

Imitant les chœurs des esprits célestes, / de nos bouches terrestres nous chantons / aux accents du Trois-foissaint / la gloire qui te revient, / Trinité sainte et suprême majesté.

Dieu en trois personnes qui façonnas / à ton image et ressemblance le genre humain / et du non-être fis surgir tout l’univers, / je me prosterne devant toi, / je t’honore et par des hymnes je te magnifie.

Gloire: Dieu tout-puissant et seul incirconscrit, / viens faire ta demeure sous mon toit, / Seigneur au triple éclat; / envoie ta lumière, éclaire-moi, / dans l’ineffable tendresse de ton cœur.

Théotokion: Tu es le temple immaculé / du Dieu que nul espace ne contient: / Dame toute-sainte, fais de moi aussi / le temple de la grâce de Dieu / par tes prières et garde-moi de tout danger.

Cathisme

Fidèles, chantons en vérité / le Père sans commencement, / le Fils coéternel et l’Esprit divin, / consubstantielle, unique et sainte Trinité, / sans confusion, sans changement et sans altération, / nous écriant avec les Anges: Tu es saint, / Père, Fils, en l’unité du saint Esprit, / aie pitié de ceux que tu formas à ton image, Seigneur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère de Dieu, nous te rendons grâces en tout temps, / nous magnifions et célébrons par des hymnes ton Enfant, / Vierge pleine de grâce, et, devant lui nous prosternant, / nous chantons sans cesse: Sauve-nous, dans ton amour, / et, dans ta bonté, arrache-nous aux noirs démons, / pour qu’au jour des comptes et du terrible jugement / nous tes serviteurs, nous n’ayons pas à rougir.

Ode 7

La condescendance de Dieu / troubla le feu à Babylone autrefois; / c’est pourquoi les Jeunes Gens / dans la fournaise dansaient d’un pas joyeux, / comme en un pré fleuri, et ils chantaient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

En ta sagesse ineffable, / Trinité, dans l’océan de ta bonté, / maintenant comme jadis, / unique Dieu, fais de moi / l’objet de ta gracieuse compassion, / me délivrant du mal, du péché et des passions.

Gloire: Intelligence que nul n’engendra, / Verbe du Père, Esprit divin / qui procèdes de lui sans qu’on puisse l’expliquer, / unique Dieu au triple éclat, / je te chante, divin Roi: / béni es-tu, Dieu de nos Pères.

Théotokion: Me voilà réduit à la mort, / ayant bu le poison du péché, / mais fidèlement j’accours vers toi, / Toute-sainte qui enfantas le Principe de la vie: / par tes prières vivifie ton serviteur, / me délivrant des épreuves et des passions.

Ode 8

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prétres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Ô Lumière sans déclin, / triple Soleil au triple éclat, / unique Dieu que nul ne peut saisir, / seul Seigneur souverain, / illumine mon cœur enténébré, / fais que je luise des rayons de ta clarté / pour te chanter et glorifier / dans tous les siècles.

Les Séraphins, si proches de Dieu, / de leurs ailes saintes avec respect / se couvrent le visage et les pieds, / ne pouvant soutenir la splendeur / de ta prodigieuse beauté, / Dieu de tendresse, toute-sainte Trinité; / mais nous fidèles, nous osons néanmoins / te chanter et te glorifier dans les siècles.

Gloire: Éternelle Seigneurie, / toute-puissante et révélatrice du sacré, / source infinie de tous les biens, / cause sans cause et Créateur, / éternelle providence, Dieu sauveur, / par essence l’Unité, / en tes personnes Trinité, / je te chante avec foi dans les siècles.

Théotokion: Sur la terre s’est levé, / Vierge pure, le Soleil sans couchant / par ton virginal enfantement, / mettant fin pour les mortels / à la sombre ténèbre des faux-dieux; / des rayons de sa divinité / éclaire-moi donc à présent / et protège ton serviteur à jamais.

Ode 9

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux: / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Roi de tous et Créateur, / être suprême qui surpasses tous les temps, / source de vie, amour des hommes et compassion, / c’est ainsi que nous te glorifions, ô Trinité, / demandant la rémission de nos péchés, / la concorde pour les Églises et la paix pour le monde.

Gloire: Seule Seigneurie au triple éclat, / Dieu unique brillant d’un triple feu, / accueille avec bonté les chantres de ton nom, / sauve-les du péché, des tentations et des périls, / Ami des hommes, accorde promptement / à tes Églises la paix et l’unité.

Théotokion: Christ sauveur qui habitas / le sein d’un Vierge, tu parus / au monde en ta divine humanité / sans changement ni confusion / et tu promis d’être avec nous pour toujours: / par ses prières pacifie ton bercail.

LE DIMANCHE À MATINES

Cathisme I

Tu t’es levé d’entre les morts, Vie universelle, / un Ange de lumière aux saintes Femmes a dit: / Séchez vos larmes et courez vers les Apôtres, / leur annonçant la nouvelle du salut; / dites à pleine voix que le Christ Seigneur est ressuscité: / comme Dieu il a voulu sauver tout le genre humain.

Ressuscité du sépulcre en vérité, / aux saintes Femmes tu donnas l’ordre, ainsi qu’il est écrit, / d’informer les Apôtres de ta Résurrection, / et Pierre se rendit au sépulcre en courant: / voyant la lumière dans la tombe il fut saisi d’effroi, / car il aperçut les bandelettes sans le corps divin; / il crut et s’écria: Gloire à toi, ô Christ, / car tu sauves tous les hommes, Dieu sauveur, / toi qui du Père es vraiment la splendeur et le reflet.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Chantons l’arche nouvelle et la porte du ciel, / la montagne sainte, la nuée lumineuse, / l’échelle céleste, la délivrance d’Ève, le Paradis mystique / et l’immense trésor de tout l’univers; / car en elle le salut fut accompli, / de son ancienne dette le monde fut acquitté; / c’est pourquoi nous lui crions: supplie le Christ notre Dieu / d’accorder la rémission de leurs péchés / à ceux qui pieusement se prosternent devant ton Fils.

Cathisme II

Des mortels ont scellé ton sépulcre, Sauveur, / mais un Ange enleva la pierre à l’entrée du tombeau; / les Femmes t’ont vu ressuscité d’entre les morts / et l’ont annoncé à tes Disciples en Sion: / voici que s’est levée la Vie universelle, / brisant les liens de la mort. Seigneur, gloire à toi.

Pour ta sépulture ayant apporté leurs parfums, / du sépulcre les Femmes entendirent la voix angélique: / Cessez vos larmes et au lieu du deuil soyez porteuses de joie, / chantez à pleine voix que le Seigneur Christ est ressuscité; / comme Dieu il s’est plu à sauver le genre humain.

Gloire... Maintenant... Théotokion

En toi exulte, ô Pleine de grâce, toute la création: / le chœur des Anges dans le ciel et les peuples de la terre; / ô Temple saint du Seigneur, merveilleux jardin du Paradis / et gloire virginale; / dont le Dieu suprême prit chair pour devenir petit enfant, / le Dieu d’avant les siècles, notre Dieu très-haut. / De ton sein le Seigneur a fait son trône, / il l’a rendu plus vaste que les cieux. / En toi exulte, ô Pleine de grâce toute la création: gloire à toi.

Après le Polyéléos, les Évloghitaires de la Résurrection et la petite litanie:

Hypakoi

Les Myrophores, venues au tombeau de la Source-de-vie, / cherchaient parmi les morts le Seigneur immortel; / mais, recevant d’un Ange l’annonce de la joie, / elles dirent aux Apôtres: Le Seigneur est ressuscité, / accordant au monde la grande miséricorde.

Anavathmi

Antienne 1

Dès ma jeunesse me tente l’ennemi, / il me brûle par le goût des plaisirs, / mais j’espère en toi, ô mon Sauveur, / et sur lui je me montre vainqueur. Comme chaume qu’on fauche à la moisson / soient les ennemis de Sion; / au pied de l’arbre se trouve la cognée: / le Christ viendra les retrancher.

Gloire... Maintenant...

C’est par grâce du saint Esprit / que toute âme vit: / avec le Père et le Verbe nous le chantons / lumière de lumière et Dieu de majesté.

Antienne 2

Que mon cœur en s’humiliant / soit gardé par ta crainte, / qu’il ne succombe dans l’orgueil / loin de toi, Dieu de tendresse.

Qui espère en le Seigneur / n’aura pas à craindre / quand il viendra par le feu / juger et châtier le monde.

Gloire... Maintenant...

En l’Esprit saint tout homme pieux / prophétise et fait merveilles, / en trois personnes chantant l’unique Dieu / dont l’éclat rayonne en triple flamme.

Antienne 3

J’ai crié vers toi, Seigneur: / prête l’oreille à mon cri; / tout entier purifie-moi / avant de m’enlever à cette terre.

En la terre-mère descendu, / tout homme reviendra pour recevoir / selon les actes de sa vie / tourments ou récompense.

Gloire... Maintenant...

Par l’Esprit saint nous est connu / le Dieu unique et trois fois saint: / Père éternel et Fils intemporel, / Esprit consubstantiel qui procède du Père.

Antienne 4

Voyez comme il est bon, comme il est doux / d’habiter en frères tous ensemble: / le Seigneur y donne un avant-goût / de la vie éternelle qu’il a promise.

Celui qui revêt les lys des champs / de sa riche parure / nous invite à déposer / tout souci du monde.

Gloire... Maintenant...

Si l’univers demeure en paix, / l’Esprit saint en est la cause: / avec le Père et le Verbe en effet / il partage même nature divine.

Prokimenon, ton 8: Le Seigneur règne pour les siècles, / ton Dieu, ô Sion, d’âge en âge.

Verset: Loue, ô mon âme, le Seigneur: je veux louer le Seigneur tant que je vis.

Psaume 50

Canons: de la Résurrection {4 tropaires}, Stavroanastasimos, c’est-à-dire de la Croix et de la Résurrection (3), de la Mère de Dieu (3) et du Saint du jour (selon son importance 4, 6 ou 8 tropaires du Ménée).

Le canon de la Résurrection est l’œuvre de Jean Damascène, le Stavroanastasimos de Cosmas le Moine, le canon à la Mère de Dieu est alphabétique.

Ode 1

Canon de la Résurrection

À la tête de ses chars le Pharaon fut englouti / grâce au bâton de Moïse / autrefois, merveilleusement, / lorsqu’en forme de croix / il frappa la mer et la fendit, / mais il sauva Israël qui put fuir / et passer à pied sec / en chantant un cantique au Selpeur.

Comment n’admirerions-nous pas / la toute-puissante divinité / du Christ qui par sa passion / a répandu sur nous tous / l’immortelle et sainte vie / sans passion ni corruption / qui jaillit de son côté / et que fait sourdre le sépulcre vivifiant?

Avec quelle majesté / aux saintes Femmes maintenant / l’Ange est apparu; / portant les signes éclatants / de son immatérielle pureté / et annonçant par son aspect / la clarté de la Résurrection, / il clame: Le Seigneur est ressuscité!

Théotokion: Glorieux, ce qui fut dit d’âge en âge à ton sujet, / ô Marie, Mère de Dieu, / qui en ton sein as accueilli / la Parole de Dieu, / demeurant vierge cependant; / après Dieu tu es le seul appui, / c’est pourquoi nous te chantons d’un même cœur.

Stavroanastasimos

Traversant la mer à pied sec / et fuyant la servitude des Égyptiens, / le peuple d’Israël s’écria: / Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Les portes de l’affliction se sont dressées, / les geôliers de l’Enfer ont frémi / lorsqu’ils virent dans les profondeurs / celui qui transcende la condition universelle.

Les Anges s’étonnèrent de voir / établie sur le trône du Père / la nature humaine qui avait failli / au point d’être enfermée dans les plus sombres profondeurs.

Théotokion: Les chœurs des Anges et des mortels / sans cesse te chantent, ô Mère inépousée, / car dans tes bras tu as porté / comme un enfant le Créateur de l’univers.

Canon à la Mère de Dieu

Chantons une hymne de victoire au Seigneur / qui a mené son peuple à travers la mer Rouge autrefois, / car il s’est couvert de gloire.

Sainte Mère de Dieu, nous te chantons / qui as enfanté de merveilleuse façon / le Verbe éternel et divin qui a pris chair de ton sein.

Ô Christ, la Vierge t’enfanta, / toi, la Vigne porteuse de vie / distillant pour le monde la douceur du salut.

La race d’Adam, conduite grâce à toi / vers la béatitude dépassant tout esprit, / Mère de Dieu, te glorifie comme il se doit.

Ode 3

Canon de la Résurrection

Au commencement, par ton intelligence, tu affermis les cieux / et tu fondas la terre sur les eaux; / ô Christ, rends-moi ferme sur la pierre de tes commandements, / car nul n’est saint / hormis toi, le seul Ami des hommes.

Ô Christ, la salutaire passion de ta chair / a justifié Adam jadis condamné / pour avoir goûté l’amertume du péché, / car sans être coupable tu as souffert / l’épreuve de la mort, ô Seigneur sans péché.

La lumière de la Résurrection / a resplendi pour ceux qui gisaient / dans les ténèbres et l’ombre de la mort, / car Jésus mon Dieu, par sa divinité, / a lié le Prince du mal et lui a pris son butin.

Théotokion: Plus haute que les Chérubins, les Séraphins, / tu es apparue, ô Mère de Dieu, / car seule, Vierge pure, tu as reçu dans ton sein / le Dieu que rien ne peut cerner; / et nous fidèles, en nos hymnes incessantes nous te disons bienheureuse.

Stavroanastasimos

Seigneur qui as tendu la coupole des cieux / et qui as édifié l’Église en trois jours, / rends-moi ferme dans ton amour, / seul Ami des hommes, / haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

Lorsqu’autrefois j’ai transgressé, / Seigneur, le commandement du Créateur, / tu m’as chassé du Paradis, / mais en prenant forme d’esclave tu m’appris à obéir / et par ta croix tu m’as repris en ton amour.

Toi qui fis tout avec sagesse, Seigneur, / en ta prescience tu créas l’univers, / en ton intelligence, les séjours infernaux, / en ta condescendance, ô Verbe, tu as daigné / ressusciter celui que tu créas à ton image.

Théotokion: Ayant habité le sein de la Vierge corporellement, / tu t’es montré aux hommes, Seigneur, / comme il convenait de te manifester; / Ami des hommes, tu l’as désignée / comme la Mère de Dieu et le secours des croyants.

Canon à la Mère de Dieu

Tu es le firmament de qui chemine vers toi; / les habitants des ténèbres trouvent en toi leur clarté / et mon âme te chante, Seigneur.

Par tes prières, Vierge immaculée, / viens à notre aide en détournant / les dangers dont nous sommes entourés.

D’Ève la mère des vivants, / Mère de Dieu, tu fus le relèvement, / car tu as mis au monde l’Auteur de la vie.

Ceins-moi de puissance, Immaculée / qui dans la chair as enfanté le vrai Dieu, / la puissance du Père hypostasiée.

Ode 4

Canon de la Résurrection

C’est toi ma force, Seigneur, / toi ma puissance, / toi mon Dieu et mon allégresse; / sans quitter le sein du Père, / tu as visité notre pauvreté; / aussi avec le prophète Habacuc je te crie: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

Sans mesure tu m’as aimé, / moi qui étais ton ennemi, / sur la terre tu es descendu, Sauveur compatissant, / pour t’anéantir d’une manière inouïe / sans dédaigner mon extrême pauvreté; / du faîte de ta gloire immaculée / tu glorifias celui qui était jadis méprisé.

Qui ne serait frappé de stupeur / en te voyant détruire la mort, / ô Seigneur, par ta Passion / et chasser par ta croix la corruption, / par ta mort vider l’Enfer de ses trésors? / Telle est l’œuvre de ton divin pouvoir, / Ami des hommes fixé sur la croix!

Théotokion: Tu es la gloire des croyants, / c’est toi leur avocate, / le refuge, le rempart / et le havre des chrétiens: / tu portes leurs prières devant ton Fils / et tu sauves de tout danger / les fidèles qui te reconnaissent pour la Mère de Dieu.

Stavroanastasimos

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Ami des hommes, les impies / te clouèrent sur la croix, / et c’est ainsi que tu sauvas, / dans ta miséricorde, ceux qui glorifient ta Passion.

Ressuscité du tombeau, / tu fis lever avec toi tous les morts de l’Enfer; / en ta miséricorde, tu illuminas / ceux qui glorifient ta Résurrection.

Théotokion: Le Dieu que tu as enfanté, / ô Marie toute-pure, supplie-le / d’accorder le pardon de leurs péchés / aux fidèles qui implorent ta faveur.

Canon à la Mère de Dieu

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Tu fis germer l’épi vivifiant / qui donne la vie au monde, / toi la terre sans labours: / sauve, ô Mère de Dieu, tous les chantres de ton nom.

Nous tous qui avons reçu sa clarté, / Toute-sainte, nous reconnaissons en toi / la Mère toujours-vierge de notre Dieu, / soleil de justice qui est sorti de ton sein.

Pour nos fautes d’ignorance accorde-nous, / le pardon, toi le Dieu sans péché; / au monde qui est tien donne la paix, / par les prières de la Mère qui t’enfanta.

Ode 5

Canon de la Résurrection

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

Avant tes Souffrances, Sauveur, / tu acceptas d’être vêtu par les soldats / d’un manteau de dérision / pour couvrir la nudité du premier homme créé; / et nu, tu te laissas clouer sur la croix, / déposant la tunique symbole de mort.

De la poussière du tombeau / tu as refait mon être déchu, / ô Christ, lorsque tu es ressuscité; / tu m’as orné d’éternelle jeunesse, / me faisant ressembler à l’image du Roi / rayonnante d’immortelle clarté.

Théotokion: Ayant l’assurance d’une Mère auprès de ton Fils, / Vierge toute-sainte, nous t’en prions, / ne refuse pas ta protection / au peuple chrétien, / car tu es notre unique propitiation / devant le Christ notre Maître et Seigneur.

Stavroanastasimos

Éclaire-nous de tes préceptes, Seigneur, / et par la force de ton bras tout-puissant, / Ami des hommes, donne au monde la paix.

Conduis-nous, ô Christ, par la puissance de ta croix: / en elle c’est toi que nous adorons; / Ami des hommes, donne-nous la paix.

Dirige notre vie, Dieu de bonté, / car nous chantons ta Résurrection; / Ami des hommes, donne-nous la paix.

Théotokion: Implore sans cesse ton Fils et notre Dieu, / ô Marie, sainte Vierge inépousée, / pour qu’il envoie sur nous fidèles la grande miséricorde.

Canon à la Mère de Dieu

En cette veille et dans l’attente du matin, / Seigneur, nous te crions: Prends pitié et sauve-nous, / car tu es en vérité notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi.

Apaise le flot déchaîné, / la tempête de mes passions, / toi qui mis au monde notre Dieu, / le Seigneur qui nous guide sur les flots.

Mère de Dieu et Vierge immaculée, / le chœur des Anges dans le ciel / et sur terre les mortels / adorent Celui que tu as enfanté.

Ô Marie, Mère de Dieu, / ô Vierge inépousée, fais échouer / les espérances de nos ennemis / et réjouis le cœu de qui chante pour toi.

Ode 6

Canon de la Résurrection

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / retire-moi de l’abîme du mal, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

Sous l’arbre, le Prince du mal m’a terrassé violemment, / mais toi-même, ô Christ, sur l’arbre de la Croix / tu l’as livré en spectacle, / car avec plus de force tu l’as fait tomber / tandis que l’homme déchu, tu l’as fait se relever.

Ressuscitant du tombeau, / tu as eu pitié de l’antique Sion, / en ton amour tu l’as renouvelée, / ô Christ, par ton sang divin: / en elle désormais tu règnes pour les siècles.

Théotokion: Par tes prières, sainte Mère de Dieu, / puissions-nous être délivrés de nos péchés / pour obtenir, ô Vierge immaculée, / la divine illumination du Fils de Dieu / qui merveilleusement s’est incarné dans ton sein.

Stavroanastasimos

Je répands ma supplication devant Dieu, / au Seigneur j’expose mon chagrin, / car mon âme s’est emplie de maux / et ma vie est proche de l’Enfer, / au point que je m’écrie comme Jonas: / De la fosse, Seigneur, délivre-moi.

Étendant les mains sur la croix, / tu guéris la main du premier-père / tendue avidement vers l’arbre défendu: / à sa place tu goûtas le fiel / et tu sauvas, ô Christ tout-puissant, / ceux qui glorifient les souffrances de ta Passion.

Le Rédempteur a goûté la mort / pour briser aussi l’empire de la mort / et l’antique condamnation; / descendu près des captifs de l’Enfer, / par sa force il a ressuscité et sauvé / ceux qui chantent sa divine Résurrection.

Théotokion: Ne cesse pas d’intercéder pour nous, / très-sainte Vierge et Mère de Dieu, / car tu es la forteresse des croyants: / en ton espoir nous sommes affermis / et nous te glorifions avec amour / ainsi que le Fils qui a pris chair de ton sein.

Canon à la Mère de Dieu

Accorde-moi la tunique de clarté, / toi qui te drapes de lumière comme d’un manteau, / trésor de tendresse, ô Christ notre Dieu.

Nous les fidèles, nous te chantons, / Vierge Mère, comme l’arche et le temple de Dieu, / sa chambre nuptiale et la porte du ciel.

Divine Épouse, ô Marie, / ton Fils devant qui les idoles ont disparu / comme Dieu est adoré avec le Père et l’Esprit.

Aux mortels le Verbe de Dieu, / ô Mère, t’a montrée comme l’échelle des cieux: / par toi, en effet, il est descendu jusqu’à nous.

Kondakion

Ressuscité du tombeau, / tu as éveillé les morts et ressuscité Adam, / Ève danse de joie en ta Résurrection, / les confins de la terre célèbrent ton éveil d’entre les morts, / ô Dieu de miséricorde.

Ikos

Ayant dépouillé les royaumes de l’Enfer / et ressuscité les morts, Seigneur compatissant, / tu es allé au-devant des Myrophores, / au lieu de larmes leur portant la joie; / à tes Apôtres tu as montré, Sauveur, / les signes de ta victoire, Seigneur source-de-vie; / ami des hommes, tu as illuminé la création; / c’est pourquoi le monde aussi se réjouit / de ton éveil d’entre les morts, / ô Dieu de miséricorde.

Ode 7

Canon de la Résurrection

La condescendance de Dieu / troubla le feu à Babylone autrefois; / c’est pourquoi les Jeunes Gens / dans la fournaise dansaient d’un pas joyeux, / comme en un pré fleuri, et ils chantaient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ô Christ, le glorieux abaissement, / le trésor divin de ton humble cœur / ont frappé les Anges de stupeur / lorsqu’ils te virent cloué sur la croix / pour sauver tous ceux qui chantaient avec foi; / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Lorsque, Dieu, tu descendis, / les antres de l’Enfer s’emplirent de clarté, / les sombres ténèbres furent dissipées, / les captifs depuis les siècles enchaînés / se levèrent et se mirent à chanter: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Triadique: Ô Dieu, parlant de toi, / nous te chantons selon la foi / comme le Seigneur de l’univers, / Père du Fils unique Jésus Christ, / Père dont procède uniquement / l’Esprit consubstantiel, éternel comme toi.

Stavroanastasimos

Les Jeunes Gens venus de Judée / à Babylone foulèrent jadis / par leur foi dans la Trinité / la flamme de la fournaise en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Selon la prophétie de David, / au milieu de la terre tu as accompli le salut; / exalté sur la croix, tu rappelas vers toi / tous ceux qui te chantent avec foi: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Comme d’un sommeil te levant du tombeau, / tu sauvas de la mort le genre humain; / à la foi tu amenas la création / par les Apôtres annonçant la Résurrection; / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Théotokion: Du Père partageant l’éternité / ainsi que la puissance et l’énergie, / dans le sein de la Vierge le Verbe est façonné / par le bon vouloir du Père et de l’Esprit. / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Canon à la Mère de Dieu

Les Jeunes Gens venus de Judée / à Babylone foulèrent jadis / par leur foi dans la Trinité / la flamme de la fournaise en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Du sein de la Vierge tu es apparu / revêtu de notre chair pour notre salut, / et nous qui la reconnaissons pour Mère de Dieu, / dans l’action de grâce nous chantons: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Vierge bienheureuse, tu es vraiment / le rameau poussé sur la racine de Jessé / qui du salut a fait naître le fruit / pour les fidèles qui disent à ton Fils: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Sagesse personnifiée du Très-Haut, / par l’intercession de la Mère de Dieu, / remplis de ta sagesse et puissance tous ceux / qui te chantent avec foi: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ode 8

Canon de la Résurrection

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prétres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

La divine puissance de Jésus / a fait luire sur nous sa divine clarté: / lorsqu’en la chair il a goûté / pour tout homme la mort sur la croix, / il brisa la force de l’Enfer; / jeunes gens, sans relâche bénissez-le / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Le Crucifié s’est éveillé, / l’arrogance de l’Enfer est tombée, / l’homme déchu et brisé s’est relevé; / la mort bannie, fleurit l’immortalité, / la vie reprend ses droits sur les mortels: / jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Triadique: Comme un triple flambeau, la Divinité / fait luire le seul éclat / de l’unique nature partagée en trois personnes: / le Père qui engendre éternellement, / le Verbe consubstantiel et l’Esprit qui règne avec lui: / jeunes gens, bénissez le Seigneur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Stavroanastasimos

Devenus par ta grâce vainqueurs / du tyran et de la flamme, les Jeunes Gens / si fort attachés à tes commandements / s’écrièrent: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Le Seigneur qui sur la croix tendit les mains vers moi, / m’invitant à réchauffer ma nudité / auprès de son noble dépouillement, / louez-le, toutes les œuvres du Seigneur, / exaltez-le dans les siècles.

Le Seigneur qui m’a relevé, / du plus profond de l’Enfer où j’étais descendu, / et sur le trône du Père m’a glorifié, / louez-le, toutes les œuvres du Seigneur, / exaltez-le dans les siècles.

Théotokion: Ô Vierge, tu es apparue / comme la fille d’Adam le déchu / et la Mère du Dieu par qui ma nature fut renouvelée: / toutes ses œuvres, louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Canon à la Mère de Dieu

Le Roi des cieux / que chantent les armées célestes, / louez-le, exaltez-le dans tous les siècles.

Vierge pure, éteins les traits séducteurs et enflammés / que lance contre nous l’ennemi, / et nous te chanterons dans les siècles.

Ô Vierge, tu enfantas de merveilleuse façon / Dieu le Verbe créateur et sauveur; / aussi nous te chantons dans tous les siècles.

La Lumière inaccessible qui fit de toi son logis / t’a révélée comme lampe aux reflets d’or / illuminant dans tous les siècles.

Ode 9

Canon de la Résurrection

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux: / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Malgré ta nature divine sans commencement, / tu assumas en toi-même notre chair, ô Verbe de Dieu; / en ta nature humaine tu as souffert, / mais impassible tu es resté comme Dieu; / en deux natures sans division ni confusion nous te magnifions.

Dieu très-haut descendu parmi tes serviteurs, / sur la terre tu appelas Dieu ton Père des cieux; / sorti du tombeau, tu daignas révéler comme Père des humains / celui qui par nature est le Seigneur et Dieu: / avec lui tous en chœur nous te magnifions.

Théotokion: Ô Vierge, tu es apparue comme la Mère de Dieu, / toi qui enfantas corporellement de merveilleuse façon / le Verbe très-bon que le Père a proféré / de son sein avant les siècles, car il est bon, / et malgré son vêtement de chair nous le savons transcendant.

Stavroanastasimos

Toute oreille fut saisie d’étonnement / devant l’ineffable condescendance de Dieu, / car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps / et devenir un homme dans le sein virginal; / pure Mère de Dieu, nous les fidèles, nous te magnifions.

De Dieu tu es par nature le Fils / conçu dans le sein de la Mère de Dieu / et fait homme pour nous sauver; / sur la croix te voyant souffrir en ton humanité, / en ton impassible divinité nous te magnifions.

Les sombres ténèbres ont disparu, / le Christ, soleil de justice, s’est levé de l’Enfer, / éclairant l’univers à la lumière de sa divinité; / homme céleste et Dieu descendu sur terre, / en ses deux natures nous le magnifions.

Théotokion: Chevauche dans l’éclat de ta royale splendeur, / toi le Fils de la divine Mère, / soumets le peuple de nos ennemis / à la puissance de la Foi, / nous accordant l’arme invincible de ta Lance et de ta Croix.

Canon à ta Mère de Dieu

À juste titre nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu; / par toi nous avons trouvé le salut: / ô Vierge immaculée, / avec les chœurs des Anges nous te magnifions.

Ta mémoire pleine d’allégresse et de joie / est une source de guérison pour tous ceux / qui s’approchent de toi / et pieusement te reconnaissent comme la Mère de Dieu.

Pleine de grâce, par des psaumes nous te louons, / sans cesse nous te chantons: Réjouis-toi, / car tu as fait jaillir sur tous / comme une source l’allégresse et la joie.

Plein de charme est le Fruit de ton sein: / à qui en mange il ne procure plus la mort, / mais c’est la vie qu’il donne, ô Mère de Dieu, / à tout fidèle qui te magnifie.

Laudes

On chante 8 stichères:

Pour exécuter sur eux la sentence prononcée; / et la gloire en sera pour tous les saints.

Seigneur, bien que tu aies comparu devant Pilate / pour être jugé à son tribunal, / tu n’as pas quitté le trône où tu sièges avec le Père / et, ressuscité d’entre les morts, / tu as libéré le monde de la servitude de l’ennemi, / dans ton amour pour les hommes.

Louez Dieu dans son sanctuaire, / louez-le au firmament de sa puissance.

Seigneur, tu nous as donné pour triompher du démon / l’arme de ta sainte Croix: / devant elle il tremble et frémit, ne pouvant souffrir de contempler sa puissance, / puisqu’elle fait surgir les morts et triomphe de la mort; / c’est pourquoi nous nous prosternons / devant ta sépulture et ta sainte Résurrection.

Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.

Seigneur, si l’on te déposa tel un mort dans le tombeau, / les soldats montèrent la garde cependant, / comme pour veiller sur le sommeil du Roi; / et, pour garder le trésor de la Vie, / ils y posèrent les scellés, / mais tu as procuré par ta Résurrection l’immortalité à nos âmes.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Ton Ange, Seigneur, en proclamant la Résurrection / remplit d’effroi ceux qui te gardaient, / mais s’adressant aux saintes Femmes, il leur demanda: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui vit? / Il est ressuscité, notre Dieu, / accordant la vie au monde entier.

* * *

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

Impassible en ta divinité, tu as souffert sur la croix, / tu demeuras trois jours dans le tombeau / pour nous libérer de la servitude de l’ennemi; / par ta Résurrection tu nous donnes la vie et l’immortalité, / Seigneur, dans ton amour pour les hommes.

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. /

Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!

J’adore, je glorifie et je chante, ô Christ, / ta Résurrection du tombeau: / par elle tu nous as délivrés / des indissolubles liens de l’Enfer, / accordant au monde, comme Dieu, / la vie éternelle et la grande miséricorde.

Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et dresse ta main, /

ne laisse pas dans l’oubli les malheureux jusqu’à la fin.

Veillant sur ton sépulcre porteur de vie, / avec la garde ils le scellèrent, les impies; / mais toi, Dieu immortel et tout-puissant, / tu es ressuscité le troisième jour.

Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon cœur, / j’énonce toutes tes merveilles.

Quand tu parvins devant les portes de l’Enfer / et que, Seigneur, tu les brisas, / alors s’écria qui s’y trouvait prisonnier: / Quel est celui-ci? / Aux séjours souterrains il n’est pas condamné, / mais comme tente il a brisé la prison de la mort! / Comme mortel je l’ai reçu, / mais je le crains comme Dieu. / Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

Gloire au Père...

On lit ou chante l’Eothinon du dimanche

Maintenant... Théotokion

Tu es toute bénie, Vierge Mère de Dieu, / car celui qui a pris chair de toi a triomphé de l’Enfer; / par lui Adam et Ève furent délivrés de la malédiction, / la mort fut mise à mort et nous avons été vivifiés; / c’est pourquoi nous élevons la voix pour chanter: / béni sois-tu, ô Christ notre Dieu, qui l’as voulu ainsi! Gloire à toi.

LE DIMANCHE À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, / comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, / et rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, / d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.

Adam, écoute, réjouis-toi avec Ève, / car celui qui jadis vous dépouilla tous les deux / et dont la ruse nous rendit captifs / est anéanti par la Croix du Christ.

Sur l’arbre de la croix, Sauveur, tu acceptas d’être cloué / pour sauver Adam de la malédiction méritée sous l’arbre défendu / et lui rendre la ressemblance à ton image, Dieu de bonté, / ainsi que le bonheur d’habiter le Paradis.

En ce jour le Christ est ressuscité du tombeau, / à tout fidèle accordant la vie incorruptible; / aux Myrophores il donne l’annonce de la joie / après ses Souffrances et sa divine Résurrection.

Sages Myrophores, réjouissez-vous / qui les premières avez vu la Résurrection du Christ / et qui à ses Apôtres avez annoncé / la restauration du monde entier.

Vous les Apôtres, amis du Christ en cette vie / et destinés à partager son trône en la gloire du ciel, / comme Disciples intercédez auprès de lui / pour que nous puissions nous présenter sans crainte devant son trône.

Gloire au Père...

Unité partageant même trône et Trinité sans commencement, / Être sans division en qui la gloire est partagée, / Royauté qui par nature précèdes tous les temps, / sauve les fidèles qui chantent pour toi.

Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi, vaste demeure de Dieu, / réjouis-toi, arche du nouveau Testament, / réjouis-toi, ciboire qui as renfermé / pour tous les hommes la manne des cieux.

Lundi

LE DIMANCHE SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Comment puis-je me conduire sans souci / et passer le temps de ma vie / dans un tel manque de modération, / sans tenir compte de mes péchés si nombreux, / de la terrible menace de la mort / et du sévère examen au jour du jugement! / Qui me délivrera du feu éternel, / si dans ta suprême bonté, / Seigneur, tu ne me prends en pitié?

Hélas, pauvre âme, combien tu pleureras en l’au-delà, / méditant sur tes actions, / lorsque les justes seront appelés au royaume éternel / et que tu seras condamnée aux flammes éternelles / à cause de tes actions! / Gémis et pleure et recours désormais / au Christ ton Rédempteur / et lave la souillure de tes péchés.

Tant que dure le temps de cette vie, / ô mon âme, repens-toi, / donne-toi de la peine dès ici-bas pour tes péchés, / afin qu’en l’au-delà tu trouves le repos / et sois préservée de l’éternel châtiment. / Seigneur, Seigneur, Dieu de tendresse et de bonté, / rends-moi digne de partager le sort de tes élus.

* * *

Seigneur, la multitude des Anges incorporels / sans relâche te glorifie, / charmée par ta splendeur ineffable et ta beauté / et recevant le riche éclat de ton triple soleil; / par leur prière et protection, / Sauveur, sauve nos âmes.

De tes Anges, Seigneur, tu établis / les chœurs si pleins d’harmonie / grâce à ton Verbe tout-puissant et ton saint Esprit, / leur accordant la clarté sans faille de tes rayons; / par leur prière et protection, / Sauveur, sauve nos âmes.

Les Séraphins te chantent, Seigneur, / les Anges et les Archanges avec eux / ainsi que les Puissances, les Trônes et les Vertus; / les Principautés, les Dominations / et les redoutables Chérubins / te présentent la louange de leurs chants; / par leur prière et protection, / Sauveur, sauve nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi qui éloignes les démons, / réjouis-toi, ô fille d’Adam / qui fis fleurir en vérité l’immarcescible fleur; / réjouis-toi, ô gloire de tes serviteurs, / délivrance des périls, / réjouis-toi, Vierge tout-immaculée; / réjouis-toi, cadeau fait au monde par Dieu, / salut de qui t’invoque, réjouis-toi, / auguste Souveraine et gloire de qui te glorifie.

Prokimenon, ton 8: Et maintenant bénissez le Seigneur, / tous les serviteurs du Seigneur. Verset: Debout dans la maison du Seigneur, dans les parvis de la maison de notre Dieu.

Apostiches

Les Anges te chantent sans fin / comme leur Maître et leur Roi; / et moi, comme le Publicain, je me prosterne devant toi: / pardonne-moi, Seigneur, et sauve-moi.

Vers toi j’élève mes yeux...

Mon âme, tu es un être immortel, / ne te laisse pas submerger par le flot de cette vie, / réveille-toi et crie à Dieu, ton bienfaiteur: / Pardonne-moi, Seigneur, et sauve-moi.

Aie pitié de nous, Seigneur...

Martyrs du Seigneur qui sanctifiez l’univers / et guérissez toute maladie, / intercédez maintenant en notre faveur / pour délivrer nos âmes du filet de l’ennemi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi, colombe spirituelle et palais du grand Roi, / réjouis-toi, rempart et asile des croyants, / protectrice de ceux qui placent en toi leur espoir, / leur délivrance et leur salut, / réjouis-toi, passerelle menant tout homme vers le ciel, / réjouis-toi, Dame sainte et bénie en tout temps.

LE DIMANCHE SOIR À COMPLIES

Ode 1

À la tête de ses chars le Pharaon fut englouti / grâce au bâton de Moïse / autrefois, merveilleusement, / lorsqu’en forme de croix / il frappa la mer et la fendit, / mais il sauva Israël qui put fuir / et passer à pied sec / en chantant un cantique au Seigneur.

Glorieux, ce qui est dit, / Vierge pure, à ton sujet, / ô la seule gloire des croyants; / aussi par tes prières / fais que je participe également / à la gloire de l’au-delà, / moi qui te glorifie, / très-sainte Vierge toute-digne de nos chants.

Vierge pure, béni soit / le fruit de tes entrailles; / par lui, nous les humains, / nous avons été délivrés, / nous tous, de la malédiction; / ineffable merveille, nouvelle inouïe, / salut de tous les croyants, / ô Vierge toute pure et bénie.

Gloire: Seigneur, en tout temps / intercèdent auprès de toi / la multitude des Anges saints, / le chœur de tes Disciples, / l’assemblée des Prophètes, / des saints Moines et des Martyrs; / accorde-nous la rémission de nos péchés, / Ami des hommes, par l’intercession de la Mère de Dieu.

Maintenant: Vierge tout-immaculée / ayant reçu dans tes entrailles / l’insoutenable feu de la divinité, / avec foi je te prie / de m’éviter le feu de la géhenne, / de m’épargner également / l’éternel châtiment / par tes prières agréables à Dieu.

Ode 3

Seigneur qui as tendu la coupole des cieux / et qui as édifié l’Église en trois jours, / rends-moi ferme dans ton amour, / seul Ami des hommes, / haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

Ayant cessé de vivre purement, / je me suis mis au rang des bestiaux / et je me trouve à juste titre condamné: / toi qui as enfanté le Juge de l’univers, / de toute peine délivre-moi et sauve-moi.

Vierge pure, accorde-moi / les pleurs de l’âme, les soupirs, / la continuelle componction, / afin que je regrette les passions / qui m’ont pris à l’improviste, ô Vierge bénie.

Gloire: Les chœurs célestes, les esprits qui te servent, / l’ensemble des apôtres, des martyrs / avec les prophètes sans cesse te prient: / accorde à ton peuple, / Dieu de tendresse, la rémission de ses péchés.

Maintenant: Vierge tout-immaculée, / intercède auprès du Seigneur de bonté / pour qu’il me juge digne de sa compassion, / moi qui, devenu impitoyable, / suis plutôt digne du feu éternel.

Ode 4

C’est toi ma force, Seigneur, / toi ma puissance, / toi mon Dieu et mon allégresse; / sans quitter le sein du Père, / tu as visité notre pauvreté; / aussi avec le prophète Habacuc je te crie: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

Déchire la cédule de mes péchés, / Vierge pure, avec la lance ayant percé / le côté divin de celui / qui a bien voulu / se faire homme dans ton sein: / prie-le de m’inscrire au livre des sauvés, / moi l’insensé qui me suis éloigné de lui.

Afin que je puisse te glorifier, / te chanter en action de grâces / te magnifier avec amour divin, / toi 1a Vierge pure ayant rapproché de Dieu, / par ton enfantement, tous ceux qui s’en étaient éloignés, / fais que j’obtienne le pardon du Seigneur, / moi qui loin de lui ai failli gravement.

Gloire: En toi les lois de la nature sont dépassées, / car de façon surnaturelle / tu as enfanté le Verbe de Dieu; / c’est pourquoi je te prie avec foi: / moi qui surpasse tout homme par le nombre de mes péchés / et qui me suis éloigné de Dieu, / ramène-moi, Vierge pure, et par tes prières sauve-moi.

Maintenant: L’ennemi a couvert de blessures / mon âme sous les flèches du péché, / il a souillé mon cœur par les passions, / l’entraînant en dehors / du droit chemin; c’est pourquoi, / Vierge sainte, je m’écrie: / fais que je retourne guéri et sauvé grâce à toi.

Ode 5

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

D’âge en âge, ô Vierge, désormais / toutes les générations te disent bienheureuse, / et les puissances des cieux te louent / pour avoir uni aux êtres célestes ceux d’en bas, / toi la seule bénie entre les femmes, / le relèvement du genre humain déchu.

Pour que je reste sain et sauf, / que j’hérite des biens qui ne passeront pas, / que je suive le droit chemin / et fasse ce qui plaît à Dieu, / prie, ô Vierge, le Verbe né de toi, / qui nous a délivrés de l’absence de raison.

Gloire: Ô Verbe qui sur la croix / as répandu ton propre sang, / dans l’abîme immense de ton amour, / assèche l’océan de mes péchés / et permets que, par l’intercession / de ta Mère, je te plaise, ô mon Dieu.

Maintenant: Vierge Mère, épouse de Dieu, / toi qui as enfanté dans la chair / celui que nul espace ne peut contenir, / la gloire des anges, l’effroi des démons, / à mon cœur blessé par le péché / accorde la divine guérison.

Ode 6

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / de l’abîme du mal retire-moi, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

Grâce à toi le genre humain, / Souveraine miséricordieuse, fut pris en pitié, / car tu as enfanté le Dieu compatissant; / c’est pourquoi je te supplie / d’avoir pitié de mon âme, Vierge tout-immaculée.

Ils intercèdent auprès de toi, / ô Christ, les chœurs des Anges incorporels, / des Prophètes, des Apôtres, des Martyrs; / sauve ton peuple de tout danger / à cause de celle qui t’a enfanté.

Gloire: Toi la terre sans labours / qui as enfanté le Créateur de l’univers, / fais que par les divins raisonnements / mon âme, dévastée par les passions, / à nouveau puisse produire du fruit.

Maintenant: J’ai transgressé les commandements / qui devaient me conduire à Dieu / et, sans le vouloir, je fus asservi aux cruelles passions; / aussi je te prie, Mère toujours-vierge: / de leur empire veuille bien me délivrer.

Cathisme

Toi que révèrent les Puissances des cieux / et que nos âmes louent profondément, / Vierge Mère, nous les fidèles, nous te louons: / Réjouis-toi qui as porté dans ton sein / le Créateur des Anges, réjouis-toi, / propitiation de notre nature déchue / qui as mis au monde le Verbe de Dieu, / réjouis-toi, Épouse inépousée.

Ode 7

La condescendance de Dieu / troubla autrefois le feu à Babylone; / c’est pourquoi les Jeunes Gens / dans la fournaise dansaient d’un pas joyeux, / comme en un pré fleuri, et ils chantaient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Par ton inexplicable enfantement, / divine Mère, tu nous as fait accéder / aux biens ineffables et merveilleux; / délivre-moi donc du terrible châtiment, / comble-moi de l’ineffable joie, / afin que sans cesse je puisse te chanter.

Dans l’insouciance j’ai passé toute ma vie, / sans produire de fruit, et je redoute la cognée, / la géhenne où le feu ne s’éteint pas: / toi qui as enfanté, divine Mère, / l’insoutenable Feu, exige de lui / qu’il me délivre par ton intercession.

Gloire: Merveille immense, surpassant tous les hauts faits, / Vierge pure, que ton enfantement; / aussi je te prie, Génitrice de Dieu: / manifeste en ma faveur / les merveilles de ton amour / et délivre-moi du châtiment, au dernier jour.

Maintenant: Moi qui ai vécu dans la paresse, / qui n’ai pas observé tes préceptes, Sauveur, / ni tes divins commandements, / ô Christ, montre-moi ta compassion / par les prières de celle qui t’enfanta, / Dieu de tendresse et divin Bienfaiteur.

Ode 8

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Vivifie mon être meurtri, / relève ma nature déchue, / guéris mon âme vulnérée, / pacifie mon esprit, / apaise les remous des tentations, / ô Vierge, et sauve-moi qui psalmodie: / Jeunes gens, bénissez et vous prêtres, célébrez le Seigneur, / peuple, exalte-le dans les siècles.

Comme le Larron, je te crie: / Ami des hommes, souviens-toi de moi; / comme la Courtisane, dans les pleurs, / je te confesse: J’ai péché; / et comme le Prodigue repentant, / accueille le désespéré que je suis, / afin que de tout cœur je psalmodie: / Peuple, exalte-le dans les siècles.

Gloire: À la façon du serviteur / je t’invoque, divine Mère toute-digne de nos chants: / avec les innombrables Puissances des cieux, / les Prophètes, les Moines saints, / les Apôtres et les Martyrs, / fais monter l’intercession / pour tous les hommes chantant: / Peuple, exalte-le dans les siècles.

Maintenant: Divine Mère tout-immaculée, / tu es plus vénérable que les chœurs / des Anges dépassant notre condition terrestre; / car tu as enfanté / le Créateur et Seigneur, / de ton sein virginal, inépousé, / en deux natures, sans changement, sans confusion, / une seule personne, le Verbe fait chair.

Ode 9

Toute oreille fut saisie d’étonnement / devant l’ineffable condescendance de Dieu, / car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps / et devenir un homme dans le sein virginal; / pure Mère de Dieu, nous les fidèles, nous te magnifions.

Divine litière de Salomon / qu’entourent les soixante preux, comme l’Écriture sainte le dit, / et sur laquelle a reposé notre Dieu, / garde-moi sauf par ta puissance, Vierge Mère, / des multiples démons qui font cercle autour de moi.

Toi qui as distillé la divine douceur / en enfantant notre suavité, / adoucis mon âme rendue amère par le venin du serpent; / par tes prières épargne-moi le mal qu’il pourrait me causer, / protectrice intrépide des croyants.

Gloire: Éclaire ma pauvre âme, Soleil de gloire, Jésus, / par les prières de la pure Vierge qui t’enfanta, / de tes Serviteurs incorporels, / de tes Apôtres, Pontifes, Prophètes, Martyrs, / des Moines saints et de tous les élus.

Maintenant: Je redoute, unique Roi, / ton second et terrible avènement, / me sachant d’avance condamné; / mais avant la fin je te crie: / par l’intercession de ta Mère, fais-moi grâce et, dans ta bonté, sauve-moi.

LE LUNDI À MATINES

Après l’hexapsalme (et la grande litanie), on chante Le Seigneur est Dieu, puis le tropaire du Saint du jour

En Carême, on chante l’Alléluia, puis les triadiques du ton occurrent

Cathisme I

Vois, Seigneur, ma misère d’un œil compatissant, / car, ma vie est sur le point d’être consumée / et je n’ai pas les œuvres conduisant au salut: / c’est pourquoi, je t’en prie, Seigneur, dans ton amour, / vois avec tendresse ma misère et sauve-moi.

Ô mon âme, sois vigilante à la pensée de ce terrible jour, / prépare ton huile et tiens ta lampe allumée, / car tu ne sais quand surgira la voix / qui te dira: Voici ton Époux! / Veille donc, ô mon âme, à ne pas tomber dans le sommeil, / pour qu’à la porte tu ne sois laissée, / comme les vierges folles de jadis, / mais sois ferme et vigilante afin de rencontrer / en toute clarté le Christ notre Dieu, / pour qu’il te donne d’accéder à la chambre nuptiale de sa divine gloire.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le Maître et Créateur de l’univers, / ayant pris chair de ton sein pur / fit de toi, Toute-sainte, la protectrice des humains; / aussi nous réfugions-nous tous auprès de toi, / notre Dame, en demandant la rémission de nos péchés, / et nous te prions d’être sauvés, en l’au-delà, / des peines éternelles et de tout châtiment, / afin de pouvoir te dire avec foi: / Intercède auprès du Christ notre Dieu, / pour qu’il accorde, ô Vierge, le pardon / à tout fidèle accourant sous ta sainte protection.

Cathisme II

Considère, ô mon âme, l’imminence du jugement, / prépare-toi à la venue de ce jour effrayant: / pour les cœurs impitoyables il n’est point de pitié; / aussi épargne-moi, Sauveur ami des hommes.

Comme la Courtisane, je me prosterne devant toi / pour obtenir la rémission de mes péchés; / au lieu de myrrhe, je t’offre les larmes de mon cœur; / Christ notre Dieu, entoure-moi de la même pitié / et accorde-moi le pardon de mes fautes; / comme elle en effet je te crie, Dieu Sauveur: / délivre-moi du bourbier de mes péchés.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Vierge bénie et comblée de grâce par Dieu, / avec les Anges, les Archanges et toutes les Puissances des cieux, / implore sans cesse en notre faveur / celui qui par amour est devenu ton enfant: / fais qu’il nous donne avant la fin / le pardon et la rémission de nos péchés / et l’amendement de notre vie, / pour que nous soyons dignes de sa miséricorde.

Cathisme III

Jusques à quand, mon âme, vivras-tu sans souci, / jusques à quand cette nonchalance de ta vie? / Malheureuse, éveille-toi de ton sommeil paresseux, / repasse en esprit tes actions et gémis, / du juste Juge redoute la condamnation. / Que répondras-tu à l’heure du jugement, / comment échapper à l’imminente flamme, si tu ne corriges ta vie? / Crie donc au Juge, avant la fin: Accorde-moi / le pardon de mes fautes, longanime Seigneur.

En ce jour s’illumine le tabernacle des cieux, / en lui se réjouissent les armées célestes / et les chœurs des Saints s’unissent à leur joie / en mémoire des victorieux Martyrs; / par leurs prières, ô Christ, envoie sur le monde la paix / et sur nos âmes la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

L’ordre mystérieux une fois connu de l’Ange, il alla droit à l’huis de Joseph; / à la Vierge il dit: Celui qui par sa descente a fait pencher les cieux sur la terre / tout entier demeure en toi sans subir de changement. / Le voyant dans ton sein prendre la forme d’un esclave, / stupéfait je crie vers toi: / Réjouis-toi, Épouse inépousée.

Psaume 50.

Le canon de componction porte en acrostiche: Ô Christ, délivre-moi du feu de la géhenne. Joseph. Le canon des Incorporels, œuvre de Théophane, est acrostiche selon l’alphabet. Les hirmi sont les mêmes, excepté dans les odes 4, 6, 8 et 9.

Ode 1

Traversant la mer à pied sec / et fuyant la servitude des Égyptiens, / le peuple d’Israël s’écria: / Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Délivre-moi de la géhenne / méritée par mes immenses forfaits; / en ma conscience, Rédempteur, / de ton amour allume le feu bienheureux.

Aveuglément soumis aux passions, / je ressemble aux bestiaux, moi pourvu de raison; / Seigneur, donne à mon âme de se ressaisir / et sauve-moi par les moyens que tu connais.

Martyrika: Corporellement tordus par les tourments, / les illustres Martyrs couronnés / ont montré l’inflexible droiture de leur esprit / et leur amour envers le Dieu créateur.

Dieu de tendresse, les flots de sang / versés par tes illustres Martyrs / en ta puissance ont arraché / les ronces produites par le culte des faux-dieux.

Théotokion: Vierge pure, guéris-moi / qui suis atteint gravement / en ma chair et mon âme par les passions, / afin que je te dise avec foi bienheureuse.

* * *

Vous, les princes des Anges saints / qui jouissez de la divine vision, / implorez en notre faveur / le Sauveur et la Source de tout bien.

En proie aux violentes tentations, / à vous nous recourons comme défense des croyants: / divins Archanges, maintenant / sans relâche implorez le Seigneur.

Théotokion: Vierge Mère de Dieu, / sois mon refuge, mon havre, mon rempart, / ma protectrice, toi qui dans la chair / enfantas le Rédempteur et le Dieu plein d’amour.

Ode 3

Seigneur qui as tendu la coupole des cieux / et qui as édifié l’Église en trois jours, / rends-moi ferme dans ton amour, / seul Ami des hommes, / haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

De quels yeux te regarderai-je, / alors que sur terre je n’ai observé, / Christ Sauveur, un seul de tes commandements? / Comment comparaîtrai-je devant ton inflexible tribunal / en rendant compte de mes immenses forfaits?

M’ouvrant les bras de ton amour, / accueille-moi comme le Prodigue jadis / asservi de même à l’infamie des passions / et s’étant éloigné de toi, / Ami des hommes et suprême bonté.

Martyrika: Enracinés sur le roc de la science de Dieu, / victorieux Martyrs du Christ, / vous avez déraciné les ronces de l’erreur / avec le glaive de la foi / et cultivé les fruits de vos pénibles combats.

Ces inébranlables donjons de la vraie foi, / ces brillants ornements de l’Église, / ces agneaux splendides offerts en sacrifices, / les saints Martyrs du Christ / reçoivent ici la louange de nos chants!

Théotokion: Toute-sainte, c’est toi / qu’en les épreuves je possède pour me garder; / après Dieu, tu es ma vigilante protection; / puissé-je trouver en toi au jour du jugement / celle qui me sauve de toute condamnation!

* * *

Ornés des dons les plus divers, / Archistratèges, en tant que vous exercez / le commandement sur les armées des cieux, / gardez les Églises du Christ / en toute sûreté grâce à votre protection.

Par les armes de la bienveillance, sauvez / de tout danger l’ensemble des croyants, / vous, les divins Archanges, couronnés / de la splendeur de la vraie foi, / étant l’escorte renommée de notre Dieu.

Théotokion: De la vie sans fin tu fus le tabernacle divin, / seule en tous les siècles ayant paru / comme Vierge et Mère en toute pureté; / de l’ombre de la mort, je t’en prie, maintenant / par tes prières conduis-moi vers la vie.

Ode 4

Ô Verbe, le Prophète inspiré de Dieu / a reconnu ta future incarnation / de la montagne ombragée, l’unique Mère de Dieu, / et dans la crainte il glorifiait ta puissance.

Grand est le combat de l’âme séparée, / terrible le tremblement, lorsque le Juge s’assied / et que sont jugés les hommes pécheurs; / hélas, que ferai-je, condamné que je suis?

Ayant le cœur rempli d’impuretés / et portant l’incommode fardeau de mes péchés, / vers ta miséricorde je me réfugie: / ne me méprise pas, mais fais-moi grâce, je t’en prie.

Martyrika: Précieuse devant Dieu fut votre mort, / vaillants Athlètes victorieux; / car vous ne l’avez point renié / au milieu des peines et de mille tourments.

C’est l’Ennemi qui a souffert, en la souffrance des Martyrs, / son orgueil et sa superbe sont tombés; / et celui qui les couronne s’en trouve magnifié, / glorifié en ses membres divins.

Théotokion: Toi le chaste logis du Seigneur, / avec foi je t’implore, purifie-moi / de toute souillure, Génitrice de Dieu, / et fais de moi un temple saint de l’Esprit.

* * *

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Michel et Gabriel, / qui présidez l’assemblée des Archanges, / sauvez de tout danger / ceux qui accourent sous votre protection.

Archistratèges glorieux / qui sans cesse contemplez la splendeur / de la divine Source de tout bien, / délivrez de tout mal votre troupeau.

Théotokion: Saintement te glorifient / les divines armées des Anges incorporels, / très-auguste Mère de Dieu, / car c’est leur Créateur que tu as enfanté.

Ode 5

Éclaire-nous de tes préceptes, Seigneur, / et par la force de ton bras tout-puissant, / Ami des hommes, donne au monde la paix.

Par mes pensées mauvaises je t’ai courroucé, / Seigneur, et j’ai commis d’indignes actions: / je reviens à toi, fais-moi grâce et sauve-moi.

Mon esprit ne se détache pas du mal / et je suis insensible, en ma folie: / brise mon opacité, ô Jésus, et sauve-moi.

Martyrika: Divins Martyrs, la Source de la vie / vous a posés comme joyaux rayonnant la science de Dieu / et dissipant les ténèbres de l’erreur.

Aux lois impies substituant les divines lois, / vous avez proclamé le vrai Dieu / et pour lui avez choisi de mourir.

Théotokion: Mortifie l’élan de mes passions, / Vierge pure qui par ton enfantement / as ôté la vie au péché de nos premiers parents.

* * *

Archistratèges faisant cercle autour de Dieu / et rayonnants des reflets jaillis d’en haut, / faites bonne garde autour de votre troupeau.

Pour qu’il nous accorde la délivrance, / priez le Seigneur notre Dieu, / vous les serviteurs de l’universelle Rédemption.

Théotokion: Toute-pure qui enfantes Dieu dans la chair, / mystiquement nous t’appelons le Parfum / qui répand la suave odeur des charismes divins.

Ode 6

Seigneur, tu as enfermé Jonas / tout seul dans le monstre marin / et moi qui suis enserré dans le filet de l’ennemi, / comme Jonas sauve-moi de la mort.

Comme soleil fais lever la lumière du repentir / sur moi qu’enténèbrent mes péchés, / ô Christ, dispensateur de la clarté, / afin que je chante ta suprême bonté.

Je crains ton redoutable tribunal, / et pourtant je ne m’arrache pas à l’habitude du mal: / ô Christ, redresse-moi, / pour que je chante ta suprême bonté.

Martyrika: En chœur, les saints Martyrs ont combattu, / ils ont repoussé la multitude des démons, / puis se sont joints aux chœurs des Anges, dans la joie; / par leurs prières, Seigneur, sauve-nous.

En ta puissance, / Seigneur, tu rendis forts tes Martyrs: / ils ont brisé la force de l’antique Séducteur; / par leurs prières, Seigneur, sauve-nous.

Théotokion: Pour qu’en chants d’action de grâces, / ô Vierge immaculée, je te glorifie en tout temps, / chasse de mon âme toute opacité, / effaçant mes fautes à la clarté du repentir.

* * *

Je répands ma supplication devant Dieu, / au Seigneur j’expose mon chagrin, / car mon âme s’est emplie de maux / et ma vie est proche de l’Enfer, / au point que je m’écrie comme Jonas: / De la fosse, Seigneur, délivre-moi.

Archanges dignes de vous tenir fermement / devant le redoutable trône pour voir Dieu, / vous qui êtes comblés par la clarté / de la sainte Trinité, / intercédez pour que soient délivrés des tentations / et des passions ceux qui accourent vers vous.

Ceux qui vous chantent mélodieusement, / priez pour qu’ils reçoivent l’hospitalité du Seigneur, / qu’ils soient dignes de la joie sans fin / et de la divine splendeur, / Archanges semblables à Dieu, / Michel et Gabriel, pleins d’illustre renom.

Théotokion: Chambre nuptiale du Seigneur / qui brilles d’une clarté semblable au jour / par les clairs rayons de ta virginité, / comme lys au milieu des ronces enchevêtrées, / ô Mère de Dieu remplie de majesté / et Vierge toute-pure, tu es glorifiée.

Ode 7

Les Jeunes Gens venus de Judée / à Babylone foulèrent jadis / par leur foi dans la Trinité / la flamme de la fournaise en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Comme jadis au Publicain, / ô Christ, accorde-moi les soupirs, / comme à la Courtisane donne-moi les pleurs / pour laver mes fautes, et fais-moi grâce pour chanter: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Tombée sous les coups de brigands meurtriers, /, mon âme, Sauveur, est couverte de plaies: / avec l’huile de la véritable pénitence guéris-moi / et donne-moi la componction pour chanter. / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Martyrika: Étant morts au monde, vous n’avez nullement / renié ce mort que fut le Christ porteur-de-vie, / nobles et victorieux Martyrs, / mais, luttant pour lui, vous chantiez: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

En trois personnes confessant / l’unique nature de la Trinité, / Athlètes victorieux, vous, avez terrassé / l’erreur des multiples faux dieux, en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Théotokion: Dieu, le Verbe de Dieu, / Pleine de grâce, ayant habité dans ton sein, / a fait de toi la protection des affligés / et de tous ceux qui chantent: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

* * *

Archistratèges divins, / grâce multiple vous fut donnée par l’universel Bienfaiteur: / gardez saine et sauve maintenant / son Église qui chante: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Fortifiés par la puissance de celui / qui domine de son regard le monde entier, / surveillez les confins de l’univers / et sauvez tous les fidèles qui chantent: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Théotokion: Puisqu’en toi nous avons à présent, / Vierge Mère de Dieu, le havre du salut, / nous échappons aux périls de cette vie / et aux tempêtes, en criant vers ton Fils: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ode 8

Celui qui sur la montagne sainte fut glorifié / et pour Moïse révéla dans le buisson ardent / le mystère de la Mère toujours-vierge, / c’est le Seigneur, chantez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.

Soumis que je suis aux plaisirs de la chair, / éloigné de toi, ô Verbe, en ma folie, / et devenu semblable aux animaux, / Sauveur, ne me méprise pas, / mais avant la fin convertis-moi et sauve-moi.

Au péché je ne m’arrache aucunement / et je te crie; hélas, j’ai péché! / sans qu’il s’en suive nulle conversion; / fais-moi grâce, Seigneur, / et de mon âme dissous l’opacité.

Martyrika: Les nobles et victorieux Athlètes du Seigneur, / baptisés dans les flots de leur sang, / n’ont plus connu la souillure du péché; / aussi en compagnie des Anges, / porteurs de couronnes, ils exultent sans fin.

Les courageux Témoins de la foi / ont supporté la rigueur des tourments, / fortifiés par l’espérance des biens futurs; / et, parvenus à leur fin, / ils se tiennent pour toujours près du trône du Seigneur.

Théotokion: Tu es la ferme assurance des vaillants, / le redressement des cœurs défaillants: / redresse-moi qui suis tombé, / afin que je te glorifie, / Vierge comblée de grâces, dans tous les siècles.

* * *

Le Roi des cieux / que chantent les célestes armées, / louez-le, exaltez-le dans tous les siècles.

Des célestes chantres de ta gloire ineffable, / Seigneur, accueille l’intercession / qu’ils t’adressent pour nous dans tous les siècles.

Ô Christ, unique bonté, / en notre faveur agrée l’intercession / de l’armée des Anges qui te chantent dans les siècles.

Théotokion: Éclaire de ta brillante clarté / les fidèles qui te célèbrent, ô Mère de Dieu, / et te chantent dans les siècles.

Ode 9

Toute oreille fut saisie d’étonnement / devant l’ineffable condescendance de Dieu, / car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps / et devenir un homme dans le sein virginal; / pure Mère de Dieu, nous les fidèles, nous te magnifions.

Comme tu purifias la Courtisane éplorée se prosternant devant toi, / comme tu justifias le Publicain pour ses seuls gémissements, / comme tu agréas la prière de Manassé / et comme tu eus pitié de David pénitent, / Christ ami des hommes, accueille-moi et sauve-moi.

Gémis et pleure, ô mon âme, / renonce à tes premières transgressions, / prosterne-toi devant celui qui sait tous nos secrets, / crie-lui avec ardeur: J’ai péché, Seigneur, contre toi, / fais-moi grâce et sauve-moi, dans la tendresse de ton amour.

Martyrika: Sur terre les divins Martyrs ont lutté vaillamment, / ils ont reçu l’héritage inébranlable au royaume des cieux / et dans la joie ils participent aux délices du Paradis; / par leurs prières, Seigneur, / fais-nous participer à ta gloire, nous aussi.

Astres illuminant l’aurore sans couchant, / vous avez repoussé le crépuscule des sans-Dieu / et vous éclairez de vos flambeaux sacrés, / Martyrs victorieux, tous ceux qui magnifient / votre célébration toute pleine de clarté.

Théotokion: Illumine les yeux de mon cœur / qu’obscurcissent les profondes ténèbres du péché / et sur moi, notre Dame, porte de clarté, / répands l’éclat du repentir / et sauve-moi, par tes prières, du feu éternel.

* * *

À juste titre nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu; / par toi nous avons trouvé le salut: / ô Vierge immaculée, / avec les chœurs des Anges nous te magnifions.

Ô Christ, fais que l’Église / par ses vertus imite les chœurs incorporels; / et ton troupeau, entoure-le / de saints Anges comme d’un rempart.

Illustres Anges qui nous gardez, / implorez Dieu pour qu’il veuille accorder / à ceux qui accourent sous votre protection / le salut de leurs âmes.

Théotokion: Ô Vierge, le Soleil de justice, / le Christ que tu portais dans tes bras, / telle l’aurore tu l’as fait lever / sur ceux qui se trouvaient dans les ténèbres de l’erreur.

Exapostilaire (ton 2)

Anges et Archanges, Principautés, / Vertus, Puissances, Dominations, / Trônes et Chérubins aux yeux innombrables, / Séraphins aux six ailes, intercédez pour nous, / afin que nous soyons délivrés de tout danger / et que nous échappions à la flamme sans fin.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, tu es ma protection, / la défense du monde, son plus ferme rempart; / devant toi je me prosterne en disant: / délivre-moi de toute peine et du feu éternel, / puisqu’en toi, ô Vierge, repose mon espoir.

Apostiches

Lorsque je revois en esprit / la multitude de mes funestes actions, / lorsque je pense au terrible jugement, / saisi d’effroi, je me réfugie près de toi: / Seigneur ami des hommes, ne me dédaigne pas, / mais je te supplie, toi le seul sans péché: / avant la fin, donne-moi la componction et sauve-moi.

Au matin comble-nous de ta miséricorde, Seigneur, / nous serons dans la joie et l’allégresse tous les jours de notre vie, / au lieu des jours où tu nous as humiliés, / des années où nous connûmes le malheur. / Jette un regard sur tes serviteurs et sur leurs œuvres, / sois un guide pour leurs fils.

Donne-moi des larmes, Seigneur, / comme à la Pécheresse d’autrefois / et permets-moi de les répandre sur tes pieds, / car ils m’ont détourné du chemin de l’erreur; / et je t’offrirai comme un parfum de bonne odeur / la conversion de mon cœur et la pureté de ma vie, / afin d’entendre aussi ta douce voix / me dire: Va en paix, ta foi t’a sauvé!

Sur nous soit la splendeur du Seigneur notre Dieu, / dirige d’en haut les œuvres de nos mains, / dirige l’ouvrage de nos mains.

Comment vous appellerons-nous, saints Martyrs? / Chérubins? car vous êtes le trône du Christ; / Séraphins? car vous le glorifiez incessamment; / Anges? puisque vous avez renoncé à votre corps; / Puissances? pour les miracles accomplis: / vous avez tant de noms et plus encore de dons! / Intercédez pour le salut de nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Les cieux chantent ta grâce, ô Mère inépousée, / et nous glorifions ton ineffable enfantement; / Mère de Dieu, intercède pour le salut de nos âmes.

LE LUNDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, / comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, / et rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, / d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.

Christ, guéris les souffrances de mon âme, / seul Médecin des âmes et des corps; / et lave-moi aux flots de componction, / en ta miséricorde, purifie-moi tout entier.

Faisant cercle autour du trône de la Divinité, / Trônes, Chérubins, Puissances et Principautés / et les autres ordres des Incorporels / resplendissent d’une lumière plus que toutes sacrée.

Embrasés par l’ardeur de leur amour pour le Christ, / au milieu du feu les Martyrs demeurèrent inconsumés; / les ronces et les épines de l’impiété, / par grâce divine, ils les ont enflammées.

Gloire au Père...

Trinité unique et souveraine Unité, / sauve tes serviteurs du feu qui ne s’éteint, / par les prières de tes Anges divins, / et juge-les dignes de ton royaume.

Maintenant... Théotokion

Comme un livre Isaïe te vit d’avance jadis, / où par le doigt du Père fut écrit / le Verbe, sans qu’on puisse l’expliquer, / nous inscrivant, Pleine de grâce, au livre de vie.

Mardi

LE LUNDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

À qui, mon âme, pourrais-je te comparer, / toi qui passes, pleine de nonchalance, ta vie, / dans un profond sommeil, accablée de langueur? / Hâte-toi de courir pour te jeter / aux pieds de l’Omniscient, / implore, dans les larmes, le temps du repentir / avant d’être la proie du feu qui ne s’éteint.

Ô Christ, tu connais la faiblesse de notre chair, / l’inconsistance de notre nature, tu la sais, / ô Maître, étant le Dieu qui nous a créés; / apaise la tempête de mon cœur, / accorde à ma pauvre âme sérénité, / corrige l’inconvenance de mes œuvres, en ton amour, / et sauve-moi du feu qui ne s’éteint.

Dans la honte et la débauche j’ai dépensé, / Ami des hommes, mon existence et ma vie, / sans prêter la moindre attention aux châtiments de l’au-delà; / mais comme le Prodigue accueille-moi / qui retourne vers toi, mon Sauveur et mon Dieu, / et par les prières de ton Précurseur et de tous tes Saints / comme de celle qui t’enfanta, ô Christ, sauve-moi.

* * *

Rejeton de la Stérile et plant de pureté, / ornement des mortels et Précurseur du Seigneur, / saint Jean, toi qui es plein d’un illustre renom / et qui de mon âme es le garde divin, / accorde-moi ta prière et ton secours, / me délivrant des embûches du Serpent, / de ses attaques et de tous ses méfaits.

Pour que je chante, vénère et glorifie, / pour que j’honore et célèbre avec foi / ton nom divin, plein de grâce et d’éclat, / ne t’éloigne pas de moi, / ne t’écarte pas de ton serviteur, / sans cesse, Précurseur, protège-moi de tout mal.

Tout entier, illustre Précurseur, tu es rempli / de suavité divine et de douceur, / tu réjouis tous les fidèles qui s’approchent de toi, / adoucissant les sens de l’âme et du corps, / nous délivrant sans cesse de l’affliction, / des maladies, des périls, des souffrances et des douleurs / et des plaisirs où notre âme trouve la mort.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi, souveraine Mère de Dieu, / réjouis-toi, chaste demeure du Très-Haut, / réjouis-toi, divin char du Verbe, comblée de grâce par Dieu, / réjouis-toi, palais de la divine incarnation, / réjouis-toi, trésor divin, / table sainte et chambre nuptiale de Dieu, / arche d’alliance et demeure du saint Esprit.

Prokimenon, ton 4: Le Seigneur m’exauce / lorsque je crie vers lui.

Verset: Quand je crie tu m’exauces, Dieu de ma justice.

Apostiches

Les Anges te chantent sans fin / comme leur Maître et leur Roi; / et moi, comme le Publicain, je me prosterne devant toi: / pardonne-moi, Seigneur, et sauve-moi.

Vers toi j’élève mes yeux...

Mon âme, tu es un être immortel, / ne te laisse pas submerger par le flot de cette vie, / réveille-toi et crie à Dieu, ton bienfaiteur: / Pardonne-moi, Seigneur, et sauve-moi.

Aie pitié de nous, Seigneur...

Martyrs du Seigneur, intercédez auprès de Dieu / et pour nos âmes demandez / qu’il nous accorde, en sa grande bonté, / le pardon de nos péchés si nombreux.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ta protection, Vierge Mère de Dieu, / nous est un remède spirituel / qui assure à nos âmes la délivrance des maladies.

LE LUNDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Traversant la mer à pied sec / et fuyant la servitude des Égyptiens, / le peuple d’Israël s’écria: / Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Divine Génitrice dont nous savons / que tu es une fontaine d’intercessions, / répands tes flots sur nos âmes et nos corps, / et sans cesse nous pourrons te glorifier.

Dépassant la nature, tu as enfanté le Verbe divin / pour tirer de la fosse notre humanité: / délivre-moi donc de mes passions / qui ne respectent ni la nature ni la raison.

Gloire: Les passions charnelles font cercle autour de moi / et comme loups me harcèlent cruellement: / viens vite auprès de ton serviteur / et de leurs ravages, notre Dame, sauve-moi.

Maintenant: Le Sauveur qui porte et maintient l’univers, / en ta main, ô Vierge, s’est montré / circonscrit par notre chair / afin de renouveler le genre humain.

Ode 3

Tu es le firmament de qui chemine vers toi; / les habitants des ténèbres trouvent en toi leur clarté / et mon âme te chante, Seigneur.

Apaise en moi le trouble causé / par les maux cruels qui me tiennent à leur merci, / notre Dame, délivre-moi de mes péchés et des passions.

Ineffable est l’océan de ta miséricorde: / par lui délivre-moi, Vierge pure, / de mes fautes et de toute maladie.

Gloire: Hâte-toi de venir me visiter, / dans ma souffrance, ô Vierge immaculée, / me délivrant de tout mal et de toute affliction.

Maintenant: Manifeste envers moi la grandeur de ton amour, / ô Vierge, le secours de tes intercessions, / me délivrant de toute épreuve et de toute affliction.

Ode 4

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Vierge pure, en tout temps / à mon cœur montre-toi / comme la propitiation, / le rachat des fautes, la sanctification.

Tout-immaculée, accorde-moi / salut de l’âme et du corps, / guérison des maladies / et délivrance de toute affliction.

Gloire: Arrête la perfidie des sombres démons / et le soulèvement des passions; / ô Vierge tout-immaculée, / à notre faiblesse procure la vigueur.

Maintenant: Vierge pure, de ton sein / le Soleil de justice s’est levé, / pour que le monde fût illuminé: / de ses rayons divins fais-moi briller également.

Ode 5

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

Tu as brisé les liens de la mort / par ton enfantement divin / et tu as lié la puissance de la corruption: / Vierge sainte et digne de nos chants, / hâte-toi de briser aussi les chaînes de mes péchés / et les peines qui m’accablent de leur poids.

Souveraine, délivre-nous / du mal causé par les démons / et de tout mauvais traitement, / empresse-toi de guérir nos âmes et nos corps, / toi qui as enfanté le seul médecin / de la chair et de l’esprit, le Sauveur notre Dieu.

Gloire: Toi la pince ayant porté / la Braise divine, je te prie, / Vierge pure, d’embraser / tout désir passionné de ton serviteur, / les infirmités trop dures à supporter, / et d’assécher le flot de nos pleurs.

Maintenant: À nous tous ton Fils t’a donnée, / Souveraine très-pure, pour sauver / ceux qui croient en lui / et le reconnaissent comme Dieu / ayant pris chair de ton sein; / des peines qui m’affligent délivre-moi donc.

Ode 6

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / de l’abîme du mal retire-moi, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

Abaisse vers moi, notre Dame, / ton regard compatissant: / des embûches, des faux pas, / de tout mal dont je suis à présent menacé, / de toute infirmité délivre-moi promptement.

Des passions irrationnelles, / des envies inconvenantes, / de tout mal en cette vie, / Souveraine immaculée, / par tes prières délivre-moi.

Gloire: Celui qui nous a créés / est devenu créature en toi / pour sauver de la mort le genre humain: / des épreuves dont je suis assailli / sauve-moi, Vierge pure, par ton intercession.

Maintenant: Tu es devenue le temple très-pur / du Dieu que nul espace ne pouvait contenir: / notre Dame, fais de moi également / le temple de sa grâce, / par tes prières, et sans dommage garde-moi.

Cathisme

Comme Vierge et seule femme qui sans semence enfantas Dieu dans la chair, / nous te disons bienheureuse, nous, toutes les générations humaines, / car en toi fit sa demeure le feu de la divinité / et comme nourrisson tu allaitas le Seigneur et Créateur; / aussi avec les Anges nous glorifions comme il se doit, / nous, l’ensemble des hommes, ton enfantement très-saint / et nous unissons nos voix pour te crier: / Toute-pure, intercède auprès du Christ notre Dieu / pour qu’il accorde la rémission de leurs péchés / à ceux qui chantent ta gloire, Souveraine immaculée.

Ode 7

Les Jeunes Gens venus de Judée / à Babylone foulèrent jadis / par leur foi dans la Trinité / la flamme de la fournaise en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

De cruelles douleurs me sont échues comme lot / et je souffre sous t’étreinte de tant de maux, / mais je te prie, ô Mère de Dieu: / viens â mon aide, accorde-moi / par tes prières de guérir promptement.

Refuge de tous les fidèles affligés, / Vierge bénie, épargne-moi / toute épreuve et chagrin, / tout méfait de la part de ceux qui m’envient; / garde-moi du péché et de toute infirmité.

Gloire: Urne d’or ayant versé / pour les fidèles la vivifiante Myrrhe, / ôte de mon âme et de mon corps / tout mal et souillure de péché, / par ton intercession, pure Mère de Dieu.

Maintenant: Sans cesse glorifiant celui qui est né / de toi, divine Mère, ineffablement, / le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, / à sa louange nous chantons: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ode 8

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

De tes divins miracles nous proclamons, / notre Dame, la grandeur en accourant / tous ensemble sous ta protection: / des funestes maux qui accablent maintenant / mon corps et mon âme délivre-moi, / m’accordant le salut et la santé, / afin que je puisse glorifier / dans les siècles ton Fils, notre Dieu.

À l’improviste ont soufflé les vents ennemis / et les torrents destructeurs ont assailli / soudainement le temple de mon esprit; / mais toi, Vierge pure, / comme s’apaisent les flots déchaînés, / arrête l’élan forcené de ce malheur / et par ton intercession / procure-moi pour les siècles la paix.

Gloire: Celui qui de la fange forma / le corps de l’homme, lui insufflant / une âme immortelle, est façonné, / lui le Dieu suprême, en ton sein; / ô Vierge, rends-le-nous bienveillant / et favorable par ton intercession, / accordant aux affligés / le secours, la délivrance promptement.

Maintenant: Tu éclaires toujours de ta splendeur / ceux qui te rendent gloire, ô Vierge immaculée, / puisque de tes entrailles s’est levée la lumière sans couchant; / et tu délivres tes serviteurs / des terreurs ténébreuses et nocturnes; / délivre-moi également / des pièges du démon et sauve-moi / des maux qui m’assaillent, par ton intercession.

Ode 9

À juste titre nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu; / par toi nous avons trouvé le salut: / ô Vierge immaculée, / avec les chœurs des Anges nous te magnifions.

Relève le front de tes fidèles, / Vierge pure, permets aux croyants / d’être plus forts que les païens, / affermis le pouvoir de la foi.

Abaisse l’audace de qui sème la terreur, / triomphe de ceux qui veulent nous entraîner / dans la guerre. ô Vierge immaculée, / et tes serviteurs garde-les sains et saufs.

Gloire: Seule défense des chrétiens qui te louent selon la vraie foi, / par tes prières fais échouer promptement / l’hostilité des fils d’Agar contre nous.

Maintenant: Encourage les chœurs des croyants, / fortifie-les contre les ennemis / invisibles ou que l’on voit / et de toute affliction sauve-les.

LE MARDI À MATINES

Cathisme I

Vois, Seigneur, ma misère d’un œil compatissant, / car ma vie est sur le point d’être consumée / et je n’ai pas les œuvres conduisant au salut: / c’est pourquoi, je t’en prie, Seigneur. dans ton amour, / vois avec tendresse ma misère et sauve-moi.

Comme la Courtisane, je me prosterne devant toi / pour obtenir la rémission de mes péchés; / au lieu de myrrhe, je t’offre les larmes de mon cœur, / Christ notre Dieu, entoure-moi de la même pitié / et de mes fautes accorde-moi le pardon; / comme elle en effet je te crie, Dieu Sauveur: / délivre-moi du bourbier de mes péchés.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Rempart inébranlable de la foi / et précieux trésor de nos âmes, nous te magnifions / par nos hymnes, ô Mère de Dieu; / réjouis-toi, car tu as porté dans ton sein la Source de vie, / réjouis-toi, espoir des confins de l’univers et protectrice des affligés, / réjouis-toi, Épouse inépousée.

Cathisme II

Considère, ô mon âme, l’imminence du jugement, / prépare-toi à la venue de ce jour effrayant: / pour les cœurs impitoyables il n’est point de pitié; / aussi épargne-moi, Sauveur ami des hommes.

Des Vierges sages considère la joie, / ô mon âme, et des folles la légèreté; / contente les affamés et fais entrer les étrangers, / fais briller ta lampe avec l’huile des bonnes actions, / sans te glorifier de tes petits bienfaits; / car c’est la miséricorde et non le sacrifice qu’il agrée, / il récompense au centuple la bonté, / le Maître de tendresse, car à ceux qui distribuent / sur la terre leur richesse généreusement / il accorde le festin nuptial de sa gloire dans les cieux.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ayant sombré dans l’océan du terrible découragement, / à cause de mes œuvres mauvaises et iniques j’en suis venu à l’anxiété / et maintenant je suis en proie au désespoir. / Mère de Dieu et notre Dame, en ta miséricorde sauve-moi; / des pécheurs tu es en effet le secours, la purification et le salut.

Cathisme III

Sans souci, ô mon âme, tu as gaspillé ta vie: / relève-toi et tourne-toi vers le repentir, / pleure amèrement, du fond du cœur, / pour ne pas verser d’inutiles larmes en l’au-delà; / tremble à la pensée du Maître, à sa seconde venue, / avant le jugement toi-même juge-toi, / et tu éviteras de la sorte une juste condamnation.

Saints Martyrs, vous apparaissez comme de flambeaux mystiques, / par votre foi vous avez dissipé les ténèbres de l’erreur, / vous avez illuminé la lampe de nos cœurs; / dans la gloire des cieux vous avez rejoint la chambre de l’Époux: / intercédez auprès de lui pour le salut de nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Comme l’obole de la Veuve de jadis / je t’offre, ô Vierge, la louange qui t’est due / et l’action de grâce pour tes bienfaits, / car tu es mon secours et ma protection, / sans cesse tu me délivres des épreuves et de toute adversité; / comme du milieu de la fournaise de feu, / tu me sauves de mes oppresseurs, et de tout cœur je m’écrie: / divine Mère, viens à mon aide et intercède auprès du Christ notre Dieu / pour qu’il m’accorde la rémission de mes péchés, / car tu es l’espérance de ton serviteur.

Psaume 50. Le canon catanyctique porte en acrostiche (en dehors des théotokia): De mes larmes, Jésus, accepte le trop-plein. Joseph. Le canon du Précurseur est l’œuvre de Joseph.

Ode 1

Celui qui brise les combats par la force de son bras / et sur la mer Rouge fit passer Israël, / chantons-le comme notre Rédempteur, / car il s’est couvert de gloire.

Emplis mon cœur de componction, / ô Christ, afin que je gagne tes parvis / dans le repentir; alors je t’offrirai / des chants d’action de grâces me délivrant de mes péchés.

Délivre-moi de mes chaînes et forfaits, / pour que je marche sur tes justes sentiers, / qui me conduiront par le repentir / vers le repos et l’éternelle jubilation.

Martyrika: La magnificence de tes Martyrs, / ô Christ, fut élevée au plus haut point; / ayant lutté de tout leur art, / ils furent magnifiés par tes dons surnaturels.

L’effusion de sang des saints Martyrs / fit cesser les sacrifices sanglants offerts à l’Ennemi, / et l’univers fut sanctifié / par la grâce du saint Esprit.

Théotokion: Montre-moi les chemins du repentir, / ô Vierge, et détourne-moi du sentier / qui mène au péché, afin que je te loue, / bienheureuse et toute-digne de nos chants.

* * *

Celui qui dans la mer / secoua la tyrannie de Pharaon / et conduisit à pied sec le peuple d’Israël, / c’est le Christ, chantons-le, / car il s’est couvert de gloire.

Héraut du repentir, / supplie le Maître et Seigneur / d’accorder à mon âme la conversion, / illuminant l’esprit et le cœur / du fidèle qui t’honore, Précurseur.

Rejeton du désert, / Précurseur et Témoin du Christ, / moi qui habite la solitude des passions, / par ta divine intercession / conduis-moi sur le chemin du salut.

De la tyrannie du péché, / Précurseur, par ta sage médiation, / je t’en prie, délivre-moi promptement / et brise l’ouragan déchaîné / des démons contre moi.

Théotokion: Chaste Mère du vrai Dieu, / sauve-moi de la tempête des passions / où je sombre constamment / et veuille me diriger / vers le havre tranquille du salut.

Ode 3

Mon cœur est affermi dans le Seigneur, / ma force s’exalte en mon Dieu, / ma bouche s’élargit devant mes ennemis, / car ton salut me fait danser de joie.

Effaçant en mon cœur la souillure du péché, / permets-moi de paraître immaculé / devant toi au jour du jugement, / ô Christ, en ta suprême bonté.

Bélial usa de ruse pour me tuer / avec l’aiguillon du péché, / mais toi, ô Christ, viens me guérir / avec le remède vivifiant du repentir.

Martyrika: L’un à l’autre les Athlètes se disaient: / Que personne ne déserte, soyons courageux, / car notre Maître vient en aide à ceux / qui combattent, en la noblesse de leur cœur.

Fidèles, honorons de nos chants / les Martyrs, ces destructeurs de l’erreur, / divins remparts de notre foi / et pour l’Église joyaux très précieux.

Théotokion: Mère de Dieu, redressement des cœurs abattus, / du gouffre du mal où je me suis enfoncé / tire-moi, ô notre Dame, et pose-moi / sur la pierre des divins commandements.

* * *

Affermis nos esprits et nos cœurs, / toi qui affermis par ton verbe les cieux, / pour te chanter et glorifier comme Sauveur, / comme Rédempteur et trésor de pitié.

Verse sur moi la pluie du repentir, / toi qui baptisas dans le fleuve l’Océan de pitié, / le Seigneur de l’univers, / Précurseur et Témoin du Sauveur.

L’esprit sans cesse troublé / par le désordre et l’agitation de cette vie, / c’est sous ta protection que je me réfugie: / viens en aide à ton serviteur, Précurseur.

Je t’invoque en mes prières de la nuit, / toi qui apportes au monde la lumière du jour. / Bienheureux Précurseur de notre Dieu, / illumine les sentiments de mon cœur.

Théotokion: Illumine mon âme, ô Vierge immaculée / qui enfantas la clarté issue de la clarté; / fais que j’aie part à l’héritage des élus, / afin que je te chante, Toute-digne de nos chants.

Ode 4

Seigneur, j’ai entendu ta voix / et je suis rempli d’effroi: / en ton ineffable dessein, étant le Dieu éternel, / de la Vierge tu es issu porteur de chair; / gloire à ta condescendance et â ta puissance, ô Christ.

Par le goût du péché / l’ennemi trompeur m’a séduit / et m’a éloigné de toi, Dieu de bonté, / il a fait de moi la proie de ses dents; / seul Sauveur, hâte-toi de m’en tirer.

Seigneur, tu connais les profonds secrets ce mon cœur: / si j’ai beaucoup péché, fais-moi grâce, seul Sauveur, / selon les multiples ressources de ta compassion / et, pour me purifier, donne-moi le temps du repentir.

Martyrika: Encerclés, saints Martyrs, / comme de vagues par la fureur des tourments, / sous le gouvernail du Christ vous avez pu gagner / les havres du royaume des cieux, / recevant de lui la couronne des vainqueurs.

Illustres Martyrs, renouvelant / par la piété la glèbe de vos cœurs, / vous y avez jeté la semence de la foi / et vous avez moissonné au centuple / l’épi du témoignage, par grâce de Dieu.

Théotokion: À haute voix je te crie, / Dame toute-digne de nos chants: / remplis d’allégresse mon esprit, / assure-moi les bienfaits de la componction, / l’élan du repentir et la science du salut.

* * *

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Je pleure sur moi-même, saint Jean, / car ma vie est dépourvue de correction, / dans le péché j’atteins la perdition: / sauve-moi et fais-moi grâce, je t’en prie.

Dans la prière et l’oraison / puissé-je trouver en toi, Bienheureux, / pour mon âme le secours et la vigueur, / pour mes pensées la lumière m’éclairant.

Me voilà plongé, au péril de ma vie, / dans l’océan déchaîné de mes péchés: / toi qui plongeas le Christ dans le Jourdain, / guide-moi vers le calme de la science de Dieu.

Théotokion: Par l’humilité sauve-moi, / car j’entretiens d’orgueilleuses pensées, / Vierge pure qui as enfanté / celui qui releva notre nature déchue.

Ode 5

Source de lumière, ô Christ notre Dieu, / éloigne de mon âme l’obscurité, / toi qui séparas les ténèbres de la clarté, / fais que je marche à la lumière de tes commandements, / afin que je te glorifie en veillant devant toi.

Toi qui purifias la Courtisane / par ton ordre, Créateur, purifie / mon âme de la difformité du péché / et rends-lui, Dieu d’amour, sa beauté, / la revêtant, je t’en prie, de splendides ornements.

Me délivrant des chaînes / de mes nombreux péchés, ô Christ notre Dieu, / donne-moi de marcher sans entrave sur tes chemins, / afin que, libéré de la chair, / je te glorifie dans tes parvis de sainteté.

Martyrika: Par vos peines ayant tissé / votre manteau de gloire, saints Martyrs, / vêtus splendidement, vous habitez / dans l’allégresse le royaume d’en-haut, / ornés de la précieuse couronne des vainqueurs.

Échangeant ce qui passe / pour les biens qui demeurent, sagement / dans la détresse vous avez souffert bien des tourments, / illustres et sages Martyrs, pour gagner / l’allégresse véritable du royaume des cieux.

Théotokion: Sainte Mère de Dieu / qui enfantas dans la chair le Verbe saint / qui seul repose parmi tous les Saints, / sanctifie mon esprit sans cesse demeurant / dans l’habitude des mauvaises actions.

* * *

Toi qui fis briller jusqu’au bout de l’univers / sur la nuit de l’ignorance la connaissance de Dieu, / au matin éclaire-moi, Seigneur, / de ton amour pour les hommes.

Perdu en la nuit de cette vie, / je t’en prie, glorieux Précurseur / qui es le flambeau du Soleil de justice, / sur mon âme répands ta clarté.

Me voici en péril, / troublé par l’assaut des démons: / rends-moi ferme, toi que nous chantons, / sur la pierre des divins commandements.

Au jour du jugement, / lorsque devant le Seigneur je devrai me présenter, / puissé-je trouver en toi le protecteur / qui me délivre d’une sentence de malheur!

Théotokion: Étant celle qui surpasse / l’ensemble des créatures, fais qu’aussi / je survole les filets de l’ennemi, / ô Mère toujours-vierge de notre Dieu.

Ode 6

Comme tu sauvas le Prophète / des profondeurs de l’abîme, ô Christ notre Dieu, / sauve-moi aussi de mes péchés, / dans ton amour pour les hommes, / et prends, je t’en prie, le gouvernail de ma vie.

Accueille-moi pénitent, / comme jadis les Ninivites obéissant / à la divine prédication / de ton Prophète, ô Christ, / et prends, je t’en prie, le gouvernail de ma vie.

Comme le Publicain je soupire, / comme la Courtisane je verse des pleurs, / ô Christ, et comme Pierre je m’écrie, / enfoncé dans le gouffre de tant de péchés: / pour me secourir tends-moi la main et sauve-moi.

Martyrika: Comme astres parus nouvellement, / vous avez, par la splendeur de vos exploits, / illuminé le monde entier / et de l’erreur vous avez repoussé, / saints Martyrs, la profonde obscurité.

Bienheureuse est la fin / que vous avez trouvée, Martyrs bienheureux, / et sans cesse vous célébrez / la béatitude de Dieu, / vous qui jouissez de son clair rayonnement.

Théotokion: Le vase contenant la manne / jadis te préfigura, Mère de Dieu, / car tu as fait pousser le Christ, / cette manne spirituelle / qui tombe en pluie sur qui t’honore de tout cœur.

* * *

Accorde-moi la tunique de clarté, / toi qui te drapes de lumière comme d’un manteau, / trésor de tendresse, ô Christ notre Dieu.

En proie au monstre des tentations, / du fond de mon cœur je te crie, Précurseur: / délivre-moi du fardeau de mes douleurs.

Avec la cognée du véritable repentir, / Précurseur, purifie tout mon cœur / et fais qu’il porte le fruit des vertus.

Mon âme, fais pénitence avec ardeur, / le jugement approche, ressaisis-toi et t’écrie: / Fais-moi grâce, divin Sauveur.

Théotokion: Toi qui seule par la parole enfantas / dans la chair la Parole de Dieu, / sauve nos âmes du filet de l’ennemi.

Ode 7

Toi qui envoyas ton Ange sur les Jeunes Gens / pour changer en une fraîche rosée / l’ardente flamme de la fournaise de feu, / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Puisque dans le péché je fus conçu / et que depuis ma naissance j’ai péché / plus que tout homme, Dieu de compassion, / pour me justifier donne-moi le temps du repentir.

Comme le Pharisien m’étant sottement exalté, / j’ai fait une chute qui me glace d’effroi: / ce que voyant, notre ennemi se réjouit; / Verbe de Dieu, ne me méprise pas.

Martyrika: La multitude des Martyrs, / l’armée invincible, la sainte assemblée, / ayant bien combattu sur terre, / fut inscrite au registre de la cité céleste.

Ayant souffert votre passion de plein gré / pour obtenir la condition immortelle, / vous faites jaillir des flots de guérisons / pour apaiser les souffrances des mortels.

Théotokion: Dépassant toute cause, tu enfantes la Cause de tout / devenue un mortel par extrême bonté; / et c’est pourquoi d’un même chœur, / Vierge pure, nous te disons bienheureuse.

* * *

Au commencement tu as fixé la terre sur ses bases / et par ton verbe tu as affermi les cieux: / pour les siècles tu es béni, / Seigneur, Dieu de nos Pères.

Toi qui préparas les voies du Seigneur, / dirige vers Dieu mes chemins, / afin que je m’écrie: Tu es béni, / Seigneur, Dieu de nos Pères.

Héraut de la Lumière, illumine mon âme, / délivre-moi de l’effroyable obscurité / et du feu de la géhenne sauve-moi / qui d’un cœur résolu me réfugie auprès de toi.

De la Stérile étant le bourgeon fructueux, / transforme la stérilité de mon cœur, / pour qu’il porte de beaux fruits, / par tes prières, sage Baptiste du Christ.

Théotokion: Brebis choisie du Verbe de Dieu, / supplie le Dieu incarné de ton sein, / pour qu’à l’heure du jugement / il veuille m’adjoindre au bercail de ses élus.

Ode 8

Toi qui établis ta demeure au-dessus des eaux, / qui fixas les limites de l’océan, / le soleil te chante, la lune te glorifie; / à toi revient la louange de toute la création, / Dieu créateur, pour les siècles.

Tu as les mains toutes souillées d’impureté, / comment les élèves-tu vers le haut, priant Dieu? / Pour des œuvres honteuses tu as mésusé de tes pieds; / hâte-toi, ô mon âme, de marcher / par la pénitence vers les chemins du salut.

En tes préceptes, Seigneur, je ne suis pas demeuré, / un seul jour je n’ai fait ta volonté; / de quels yeux regarderai-je vers toi, Dieu de bonté / qui rends un juste jugement / et qui envoies les coupables en la géhenne de feu?

Martyrika: Sages Martyrs, des multiples faux dieux / vous avez éteint les fournaises allumées / et versé votre sang comme abondantes eaux, / le répandant par amour du Créateur; / aussi vous héritez les délices à flots.

Vous êtes passés au-dessus du corps terrestre humilié, / supportant les peines comme si ce fût un autre qui souffrait; / on vous a coupé les mains et les pieds; / aussi vous méritez à présent / la vie suprême pour les siècles.

Théotokion: Ballotté par la houle du péché, / Vierge pure, je m’écrie: porte-moi / par tes prières vers les havres pleins de paix / de la salutaire conversion, pour que je voie / la lumière du salut, moi qu’enténèbre ma lâcheté.

* * *

Le Roi de gloire éternel / devant qui tremblent les puissances des cieux / et frémissent tous les Anges divins, / prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Baptiste, implore celui que tu montras, / l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, / de mettre fin à mes passions / et d’accorder à mon âme le salut.

Prophète, tu t’éloignas en fuyant, / tu habitas la solitude du désert; / aussi hâte-toi, je t’en supplie: / fais que mon âme soit désertée par les passions.

De mon âme allège le carcan, / combats ceux qui guerroient contre moi; / à l’abri de leurs méfaits, / Baptiste du Seigneur, garde-moi sain et sauf.

Théotokion: Toi la Vigne qui enfantas le raisin mûr, / ô Vierge, abreuve-moi maintenant / aux flots de la divine componction / et repousse l’ivresse de mes passions.

Ode 9

Béni soit le Seigneur Dieu d’Israël: / il nous suscite une force de salut / dans la maison de David son serviteur; / il vient nous visiter, soleil levant, lumière d’en-haut, / et guide nos pas au chemin de la paix.

Puisque, sauvé aussi, dans l’action de grâces / je te magnifie, ô Christ, regarde vers moi / qui ai reçu tant de blessures sur le dos / et soigne-moi, versant l’huile et le vin / en signe, Sauveur, de ta miséricorde infinie.

Comme tu rachetas du meurtre et de mille forfaits / le bon Larron t’adressant la parole, Sauveur, / comme tu fis grâce à la Courtisane tout en pleurs, / comme de Pierre ton disciple et du prophète David, / aie pitié de moi aussi en mon désespoir.

Martyrika: Vous conformant à la Passion de qui souffrit pour vous, / vous avez partagé sa gloire, saints Martyrs; / maintenant divinisés par communion avec Dieu / et plus brillants que les rayons du sensible soleil, / vous répandez sur tous les cœurs votre éclat.

La vertu des saints Athlètes a répandu sa clarté: / toute ville possède ces inviolables trésors, / cette vraie richesse de la foi / répandant l’abondante grâce des miracles éclatants; / chantons-les comme nos ardents protecteurs.

Théotokion: Toute-pure, par les rayons lumineux / du Fils et Dieu qui est sorti de ton sein, / illumine qui te chante dans la foi; / sauve-nous des ténèbres sans clarté / et des peines éternelles, par ta sainte médiation.

* * *

Celui qui révéla au Législateur / sur la montagne dans le buisson ardent / le mystérieux enfantement de la Toujours-vierge / en vue de notre salut, / par nos hymnes incessantes nous le magnifions.

Lorsque je devrai comparaître, Seigneur, / devant ton redoutable tribunal / et rendre un compte exact de mes actions, / quelle défense trouverai-je, malheureux? / Seigneur mon Dieu, épargne-moi, ce jour-là.

Voix du Verbe, dirige ma voix, / sage Baptiste, auprès du Seigneur; / de la perversité du Diable sauve-moi / ainsi que des attaques des humains, / pour que je te dise bienheureux comme il se doit.

Nourris-moi des préceptes du Christ / comme d’une nourriture immortelle; abreuve-moi, / Baptiste et Prophète, au breuvage de la vie; / et place-moi sauvé près de Dieu, / moi qui me réfugie sous ta sainte protection.

Théotokion: Vierge souveraine, pure et glorifiée, / en compagnie du vénérable Précurseur / prie ton Fils et notre Roi., / pour qu’il sauve de tout danger / les fidèles qui te disent bienheureuse.

Exapostilaire (ton 3)

Célébrons Jean le Précurseur, / le Baptiste du Sauveur, / le Prophète né d’un prophète et le fils du désert, / l’enfant d’Élisabeth, / et tous ensemble glorifions son souvenir.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, tu intercèdes pour moi / devant le Dieu qui aime les hommes; / ne dénonce pas les œuvres de ma vie / en présence des Anges, / mais hâte-toi, je t’en prie, de venir à mon secours.

Apostiches

Lorsque je revois en esprit / la multitude de mes funestes actions, / lorsque je pense au terrible jugement, / saisi d’effroi, je me réfugie près de toi: / Seigneur ami des hommes, ne me dédaigne pas, / mais je te supplie, toi le seul sans péché: / avant la fin, donne-moi la componction et sauve-moi.

Au matin comble-nous de ta miséricorde, Seigneur...

Donne-moi des larmes, Seigneur, / comme à la Pécheresse d’autrefois / et permets-moi de les répandre sur tes pieds, / car ils m’ont détourné du chemin de l’erreur; / et je t’offrirai comme un parfum de bonne odeur / la conversion de mon cœur et la pureté de ma vie, / afin d’entendre aussi ta douce voix / me dire: Va en paix, ta foi t’a sauvé!

Sur nous soit la splendeur du Seigneur notre Dieu...

Martyrs, vous avez combattu vaillamment,, / souffrant noblement les tourments des impies / et confessant le Christ en présence des rois; / après avoir quitté cette vie, / dans le monde s’exerce encore votre pouvoir, / vous guérissez toute souffrance et maladie:/ intercédez pour le salut de nos âmes.

Gloire.:. Maintenant... Théotokion

Sainte Vierge, Mère de Dieu, / je me réfugie sous ta protection, / dans la certitude d’obtenir le salut: / Vierge pure, tu as le pouvoir de venir à mon secours.

LE MARDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, / comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, / et rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, / d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.

Océan de miséricorde, ô Christ notre Dieu, / assèche l’océan de mes péchés / et, me lavant avec les larmes de la componction, / Seigneur compatissant, purifie-moi tout entier.

Toi qui jadis baptisas le Christ dans les eaux, / divin Baptiste, vois, je suis naufragé / au milieu de la houle de mes passions, / mais par tes prières conduis-moi au port de conversion.

Athlètes victorieux, sous le flot de votre sang, / vous avez éteint la fournaise des faux-dieux; / faites sourdre sans cesse les flots de guérison, / pour soigner nos âmes de leurs nombreuses passions.

Gloire au Père...

Père éternel, Fils unique, Esprit divin, / par les prières du Baptiste je te supplie: / de mon âme apaise les incessantes douleurs, / accordant le salut à ton fidèle serviteur.

Maintenant... Théotokion

Délivre-nous de l’infamie de nos passions / et du sévère châtiment qui nous attend dans l’Enfer, / par tes prières, pure Mère de Dieu, / car notre piété te proclame bienheureuse.

Mercredi

LE MARDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Verbe de Dieu, suprême Bonté, / qui pour nous tel un condamné fus mis en croix, / délivre-nous de la redoutable condamnation et du feu de l’Enfer, / ainsi que de toute peine, par l’intercession de la Mère de Dieu; / car nous tous chaque jour, / Christ ami des hommes, par nos mesquines pensées / nous irritons ta suprême bonté.

Le soleil s’effraya lorsqu’il te vit / étendu sur la croix, ô Jésus, / la terre trembla et les rochers se fendirent, / les sépulcres s’ouvrirent, dans l’effroi, / les puissances des cieux furent toutes saisies de terreur; / et la Vierge, te voyant sur la croix, / s’écria, Seigneur: Hélas, quelle vision frappe mes yeux!

Mère de Dieu toute-digne de nos chants, / qu’elle est profonde, la bonté / du Fils qui a pris chair de ton sein! / Librement il a souffert la mort sur la croix / pour sauver le monde qu’il a créé: / prie-le de sauver du châtiment le misérable que je suis / et de me placer là où brille la lumière sans fin.

* * *

Réjouis-toi, virginale Épouse de Dieu, / réjouis-toi, espérance des croyants, / purification du monde, réjouis-toi; / tu sauves de toute affliction tes serviteurs, / tu les délivres de la mort; / réjouis-toi, Paradis qui nous portes la vie, / secours de qui t’invoque, réjouis-toi, / sainte demeure de Dieu et montagne sacrée.

Réjouis-toi, sainte Mère de Dieu, / source de vie, échelle des cieux, / Dame souveraine de l’entière création; / réjouis-toi, Vierge toute-pure et bénie, / sans souillure et de gloire comblée, / toute-digne de nos chants, tabernacle divin; / réjouis-toi, Vierge Mère, Épouse inépousée.

Réjouis-toi, souveraine Mère de Dieu, / réjouis-toi, seule espérance des mortels, / réjouis-toi, leur secours et leur abri; / réjouis-toi, chandelier de la Clarté, / réjouis-toi, splendide palais, / pure gloire de la virginité et flambeau tout brillant, / source d’où jaillissent les guérisons pour qui s’approche de toi.

Gloire au Père... Maintenant...

Merveille inouïe, / mystère étrange et nouveau! / disait la Vierge en voyant sur la croix, / suspendu au milieu des larrons, / celui qu’elle avait enfanté sans douleurs / et, gémissant, elle pleurait en disant: / Hélas, ô mon Enfant bien-aimé, / comment ce peuple cruel, / dans son ingratitude, t’a cloué sur la croix?

Apostiches

On t’élève sur la croix, ô Christ notre Dieu, / et tu sauves le genre humain: / nous glorifions, Seigneur, ta Passion salutaire.

On te fixe sur la croix, ô Christ notre Dieu, / et tu ouvres les portes du Paradis: / nous glorifions en toi le Rédempteur du genre humain.

Tes Martyrs, Seigneur, oubliant cette vie / et méprisant aussi les tourments / à cause de la vie éternelle, / obtinrent l’héritage des cieux / et des Anges ils partagent la joie: / par leurs prières accorde à ton peuple la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Lorsque ta Mère, longanime Seigneur, / te vit cloué sur la croix, / elle versa des fleuves de larmes à ton sujet; / mais, vivement frappée par ton extrême bonté / et par ta compassion envers les humains, / elle se mit à chanter ta puissance infinie.

LE MARDI SOIR À COMPLIES

Petit canon paraclitique, œuvre du moine Théostéricte.

Ode 1

Traversant la mer à pied sec / et fuyant la servitude des Égyptiens, / le peuple d’Israël s’écria: / Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Sous le poids de tant d’épreuves ou tentations, / vers toi je me tourne, cherchant le salut: / ô Mère du Verbe et Vierge immaculée, / délivre-moi de toute peine ou danger.

Troublé par l’assaut des passions, / j’ai l’âme toute pleine de chagrin: / ô Vierge très-pure, apaise-la / par le calme de ton Fils et ton Dieu.

Gloire: Toi qui as enfanté le Dieu sauveur, / ô Vierge, sauve-moi de tout danger; / vers toi cherchant refuge à présent, / j’élève aussi mon âme et mon cœur.

Maintenant: Malade de corps et d’esprit, / j’implore la divine consolation, / le réconfort qui émane de toi, / ô Mère aimante du Dieu d’amour.

Ode 3

Seigneur qui as tendu la coupole des cieux / et qui as édifié l’Église en trois jours, / rends-moi ferme dans ton amour, / seul Ami des hommes, / haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

Ô Mère de Dieu, je te choisis / comme refuge et protection de ma vie: / guide-moi vers ton havre de salut, / comme vers la source de tout bien, / soutien des fidèles et seule digne de nos chants.

Dissipe le tumulte de mon esprit, / apaise la houle de mes soucis, / toi qui es la seule immaculée / et l’Épouse divine ayant conçu / le Christ sauveur, ce vrai Prince de paix.

Gloire: Au monde tu as mis le Bienfaiteur, / tu fis naître la Source de tout bien: / sur nous répands en abondance tes bienfaits, / car tu peux tout désormais, / Bienheureuse qui as conçu le Christ tout-puissant.

Maintenant: Viens à mon aide, ô Vierge, / moi qu’éprouvent les pénibles infirmités / et les souffrances de la maladie; / je sais que tu es en effet, / Toute-pure, le trésor inépuisable des guérisons.

Ode 4

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Épouse divine ayant conçu / le Seigneur qui gouverne sur les flots, / apaise la tempête de mes passions / et dissipe l’ouragan de mes péchés.

À moi qui t’invoque fidèlement / accorde l’océan de ta bonté, / car tu as fait naître le Dieu compatissant / qui sauve tous les chantres de ton nom.

Gloire: Nous qui jouissons de tes faveurs, / Toute-sainte, nous chantons en ton honneur / l’hymne d’action de grâce et d’amour / en te reconnaissant pour la Mère de Dieu.

Maintenant: Nous qui avons en toi notre espoir, / notre rempart, notre abri le plus sûr, / ô Vierge toute-digne de nos chants, / par toi nous sommes sauvés de toute adversité.

Ode 5

Éclaire-nous de tes préceptes, Seigneur, / et par la force de ton bras tout-puissant, / Ami des hommes, donne au monde la paix.

Emplis mon cœur d’allégresse, / Vierge pure qui donnes liesse à l’univers / en enfantant la Source de toute joie. Mère de Dieu, sauve-nous de tout péril, / toi qui fis naître la Rédemption éternelle / et la Paix qui surpasse tout esprit.

Gloire: Dissipe la ténèbre de mes péchés, / divine Épouse, par l’éclat de ta splendeur, / toi qui enfantes l’éternelle et divine Clarté.

Maintenant: Vierge pure, visite mon âme, en ta bonté, / viens guérir l’infirmité de mes passions / et, par tes prières, accorde-moi le salut.

Ode 6

Je répands ma supplication devant Dieu, / au Seigneur j’expose mon chagrin, / car mon âme s’est emplie de maux / et ma vie est proche de l’Enfer, / au point que je m’écrie comme Jonas: / De la fosse, Seigneur, délivre-moi.

Comme de la mort et du tombeau / le Christ, se livrant lui-même à la mort, / a sauvé ma nature mortelle et corrompue, / Vierge pure, intercède maintenant / auprès de ton Fils, le Seigneur, / pour qu’il m’arrache à l’emprise du mal.

En toi je reconnais la protectrice de ma vie, / ô Vierge, le refuge le plus sûr; / tu dissipes la horde des tentations, / tu repousses les assauts du démon; / aussi je t’implore sans répit: / de mes passions mauvaises délivre-moi.

Gloire: En toi nous avons l’abri, le rempart, / et pour nos âmes en tout temps le salut, / dans les épreuves un puissant réconfort, / et sans cesse ta lumière nous comble de joie; / éloigne de nous les passions, / Vierge souveraine, sauve-nous de tout danger.

Maintenant: Je repose sur un lit de douleur, / en ma chair il n’est plus rien de sain, / mais toi qui as fait naître dans la chair / le Dieu et Sauveur de l’univers, / le Guérisseur de toute langueur et maladie, / de la fosse du mal relève-moi, je t’en prie.

Cathisme

Voyant sur la croix l’Agneau, le Pasteur et le Sauveur, / celle qui t’enfanta, dans ses larmes, disait: / Le monde se réjouit de recevoir la rédemption / et mes entrailles se consument à la vue de la crucifixion / que pour nous tu subis, ô mon Fils et mon Dieu.

Ode 7

Les Jeunes Gens venus de Judée / à Babylone foulèrent jadis / par leur foi dans la Trinité / la flamme de la fournaise en chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Sauveur, lorsque tu as décidé / d’accomplir en notre faveur le salut, / dans le sein de la Vierge tu habitas / et tu en fis la protectrice des humains: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Le Dieu compatissant que tu conçus, / ô Mère, implore-le maintenant / pour qu’il ôte la souillure du péché / en l’âme de ceux qui chantent fidèlement: / Dieu de nos Pères, béni soïs-tu.

Gloire: De ta Mère tu fis le trésor du salut / et la source de la vie immortelle, / la tour de sûreté et la porte du repentir / pour ceux qui te chantent avec foi: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Maintenant: Daigne guérir, Génitrice de Dieu, / toute faiblesse et toute maladie / dans le corps et l’âme des fidèles qui vont / se placer sous ta divine protection, / ô sainte Mère du Christ sauveur.

Ode 8

Le Roi des cieux / que chantent les armées célestes, / louez-le, exaltez-le dans tous les siècles.

De toi nous implorons le secours: / ô Vierge, ne méprise pas / tes chantres qui t’exaltent dans les siècles.

Tu verses l’abondance du salut, / ô Vierge, sur qui te chante avec foi / et qui exalte ton merveilleux enfantement.

Gloire: De mon âme tu guéris l’infirmité, / ô Vierge, et de mon corps les douleurs, / et je te glorifie, Pleine de grâce.

Maintenant: Tu repousses l’assaut des tentations, / ô Vierge, et l’élan des passions, / et nous te célébrons dans tous les siècles.

Ode 9

À juste titre nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu; / par toi nous avons trouvé le salut: / ô Vierge immaculée, / avec les chœurs des Anges nous te magnifions.

Ô Vierge, tu ne peux mépriser / le flot de mes larmes et de mes pleurs, / car tu as mis au monde le Christ / qui essuie toute larme de nos yeux.

Comble d’allégresse mon cœur, / ô Vierge, toi qui as effacé / le deuil et l’amertume du péché / en recevant la plénitude de la joie.

Gloire: Chassant les ténèbres de l’erreur, / envoie les rayons de la clarté, / ô Vierge, sur ceux qui pieusement / te reconnaissent pour la Mère de Dieu.

Maintenant: Je succombe sous le poids du malheur, / affligé de faiblesse et langueur: / ô Vierge, guéris-moi tout entier, / changeant en force mon infirmité.

LE MERCREDI À MATINES

Cathisme I

Voyant le Prince de la vie suspendu à la croix, / le bon Larron s’écria, dans un acte de foi: / Si celui qui est crucifié avec nous n’était un Dieu incarné, / le soleil n’aurait pas caché ses rayons ni la terre chancelé de frayeur; / et toi qui supportes patiemment tout cela, / souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Sur le calvaire se dressait ta Croix, / balance de justice entre les deux larrons, / dont l’un fut entraîné par le poids de son blasphème jusqu’en Enfer / et l’autre, allégé de ses fautes, monta vers la divine connaissance. / Gloire à toi, ô Christ notre Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Voyant sur la croix l’Agneau, le Pasteur et le Rédempteur, / celle qui t’enfanta, dans ses larmes, disait: / Le monde se réjouit de recevoir la rédemption / et mes entrailles se consument à la vue de la crucifixion / que tu subis pour nous, dans la tendresse de ton cœur, / suprême Bonté et Seigneur sans péché! / C’est pourquoi nous lui crions, dans notre foi: / use de miséricorde, ô Vierge, envers nous / et procure la rémission de leurs péchés / aux fidèles qui se prosternent devant les Souffrances de ton Fils.

Cathisme II

Au milieu de l’Éden un arbre avait produit la mort, / un arbre a fait éclore la vie au milieu de la terre; / en goûtant du premier nous avons connu la corruption, / du second nous avons obtenu la jouissance de l’immortalité, / puisque sur la croix, ô Dieu, tu sauves le genre humain.

Jadis au Paradis, l’ennemi me dépouilla: / me faisant goûter au fruit de l’arbre, il introduisit la mort; / mais sur terre fut planté l’arbre de la Croix: / il apporte aux hommes le vêtement de vie, / et le monde entier déborde de joie. / Voyant la Croix exaltée, chantons au Seigneur, d’une même voix: / Ton temple est rempli de ta gloire!

Gloire... Maintenant... Théotokion

Se tenant près de la croix, la Mère de Dieu, / versant des larmes, s’écria, pleine de compassion: / Incompréhensible, ô mon Fils, est ta Passion; / je ne puis supporter le déchirement de mon cœur / et ne puis souffrir de te voir sur la croix; / ne méprise pas ta servante, mais ressuscite des morts / pour me glorifier, moi qui te crie: / Dieu de tendresse, gloire à toi.

Cathisme III

L’arbre de l’Éden apporta l’amertume jadis, / l’arbre de la Croix fit fleurir la douceur de la vie; / car en goûtant du premier, Adam tomba dans la corruption, / mais nous, en mangeant la chair du Christ, nous sommes vivifiés / et mystiquement nous sommes déifiés, / recevant l’éternel royaume de Dieu; / c’est pourquoi nous crions dans notre foi: / Gloire, Seigneur, à tes Souffrances.

Ayant mortifié, par le renoncement, / l’ardeur et l’élan de leurs passions, / les Martyrs du Christ ont reçu le pouvoir / de chasser toute langueur et toute maladie / et de faire des miracles, vivant après leur mort. / Ô merveille étonnante: de simples ossements / deviennent une source de guérison. / Glorifions l’unique sagesse du Dieu créateur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

L’Agnelle immaculée, voyant l’Agneau et le Pasteur / suspendu sur la croix, s’écria: Mon Enfant, / quelle est cette étrange vision qui déçoit tout espoir? / Toi, la Vie universelle, te voilà condamné comme un mortel! / Mais ressuscite d’entre les morts, / ô Verbe, le troisième jour, comme tu l’as dit.

Psaume 50.

Le canon de la Croix porte en acrostiche (en dehors de théotokia): Au Dieu fixé en croix je rends grâces. Joseph. Le canon à la Mère de Dieu a pour acrostiche: À la Vierge huitième prière. Joseph. Les hirmi sont les mêmes, sauf dans les odes 3, 6 et 9.

Ode 1

À la tête de ses chars le Pharaon fut englouti / grâce au bâton de Moïse / autrefois, merveilleusement, / lorsqu’en forme de croix / il frappa la mer et la fendit, / mais il sauva Israël qui put fuir / et passer à pied sec / en chantant un cantique au Seigneur.

Mis à mort sur la croix, / ô Verbe, tu m’as vivifié, / moi qui avais connu la mort / pour ma gourmandise sous l’arbre défendu, / et tu m’as embelli; / je me prosterne devant ta majesté, / je chante les souffrances de ta Passion / et l’immensité de ton amour envers nous.

Lorsque sur le bois de la croix / fut fixée la Vigne non plantée, / elle fit couler pour nous / le vin de la divine grâce / réjouissant le cœur des humains, / dissipant totalement / l’ivresse de l’erreur / et nous purifiant de la souillure du péché.

Martyrika: Bariolés de blessures sacrées, / embellis par vos pénibles exploits, / Martyrs du Christ, vous vous tenez / devant le Seigneur qui vous orne de splendeur, / jubilant dans la gloire à la semblance de Dieu.

Secondés par la puissance du Très-Haut, / saints Martyrs, vous avez abattu vaillamment / la funeste force du Puissant; / ornés de la couronne des vainqueurs, / vous vous tenez dans l’allégresse en présence du Seigneur.

Théotokion: Près de ta Croix, Seigneur, / se tenait la Mère inépousée; / à la vue de tes blessures vulnérée, / elle disait: Hélas, ô mon Enfant, / les douleurs que je n’ai pas connues en enfantant / maintenant me font souffrir cruellement.

* * *

Glorieux sont les propos / qu’on a tenus à ton sujet, / Vierge pure et glorifiée; / par tes prières accorde-moi / le partage de la gloire à venir, / moi qui sans cesse te glorifie / comme Souveraine tout-immaculée.

Béni soit le fruit de ton sein / par qui nous tous, les mortels, / fûmes délivrés de la malédiction; / ô Vierge toute-sainte et bénie, / merveille qu’on ne peut expliquer, / insaisissable à notre esprit: / à l’ensemble des mortels, / Tout-immaculée, tu apportes le salut.

La multitude des Anges / sans cesse t’implore, Seigneur; / à leurs voix se joint aussi le chœur / des Prophètes, des Apôtres, / de tes Martyrs et des Moines saints; / par les prières de la Mère de Dieu, / en ton amour pour les hommes, / accorde-nous le pardon de nos péchés.

Vierge pure qui as reçu / dans tes entrailles le feu de l’Infini, / je t’implore fidèlement: / de la géhenne sauve-moi / et du châtiment qui me revient / pour la multitude de mes péchés / délivre-moi, je t’en supplie, / par tes prières agréables au Seigneur.

Ode 3

Au commencement, par ton intelligence, tu affermis les cieux / et tu fondas la terre sur les eaux; / ô Christ, rends-moi ferme sur la pierre de tes commandements, / car nul n’est saint / hormis toi, le seul Ami des hommes.

Toi qui affermis les cieux et fixas la terre, / qui par ton verbe enchaînas l’océan, / tu fus lié pour moi et suspendu en croix, / Seigneur ami des hommes, / pour me délier des entraves du péché.

Butant contre le bois de la Croix, l’ennemi / avec tous ses mauvais anges fut réduit à la mort; / et l’homme, condamné pour avoir goûté au mal, / fut pris en pitié, tandis que la création / était affermie sur l’assise de la foi.

Martyrika: Livrés à toutes sortes de tourments, / au glaive et aux fauves, dans la nudité de leur corps, / les divins Athlètes courageusement / ne se sont pas soumis au méchant persécuteur / par amour pour un bien supérieur.

Regardant d’un esprit vigilant / vers les biens qui demeurent, les illustres Martyrs / n’ont prêté nulle attention à ceux qui passent; / aussi ont-ils supporté, / dans l’allégresse, d’intolérables tourments.

Théotokion: L’Agnelle toute-digne de nos chants, / regardant l’Agneau conduit vers sa Passion / et dans sa chair crucifié selon sa volonté, / versant des larmes gémissait, / glorifiant et chantant sa patience infinie.

* * *

Seigneur qui as tendu la coupole des cieux / et qui as édifié l’Église en trois jours, / rends-moi ferme dans ton amour, / seul Ami des hommes, / haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

Déchu de la vie sainte, / je me suis assimilé aux bestiaux / et me voilà sous le coup du jugement; / toi qui as enfanté le Créateur, / délivre-moi de toute condamnation et sauve-moi.

Vierge pleine de grâce, accorde-moi / profonds soupirs et larmes en esprit, / ainsi qu’une durable componction, / afin que je pleure les passions / que ma négligence a fait croître en mon cœur.

Les Puissances spirituelles qui te servent dans le ciel, / les chœurs des Prophètes, des Apôtres et des Martyrs, / Dieu de tendresse, te supplient / avec celle qui t’a mis au monde / d’accorder à ton peuple le pardon de ses péchés.

Vierge pure, implore en ta pitié / le Dieu de tendresse, pour qu’il daigne à présent / me gratifier de sa divine compassion; / et moi, privé de cœur et de pitié, / par la pénitence rappelle-moi vers le bien.

Ode 4

C’est toi ma force, Seigneur, / toi ma puissance, / toi mon Dieu et mon allégresse; / sans quitter le sein du Père, / tu as visité notre pauvreté; / aussi avec le prophète Habacuc je te crie: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

De la chute que subit / jadis le premier homme créé / fut relevé le genre humain; / car l’universel Créateur fut mis en croix, / le sang a coulé de ses doigts, / de ses mains clouées selon sa volonté, / et par une lance fut percé son côté.

La Croix fut dressée, / et toute erreur est tombée; / par ton dépouillement, Sauveur, / l’ennemi fut dépouillé, / Adam fut revêtu d’incorruptible vêtement, / la création illuminée, tandis que le soleil / fut obscurci, ô Christ, par ta mise en croix.

Martyrika: Comme victimes nouvellement immolées, / saints Martyrs, vous fûtes offerts / au Verbe lui-même sacrifié; / par les flots de votre sang vous avez asséché, / en la divine grâce, l’océan de l’erreur / et sans cesse, illustres Martyrs, vous repoussez / par une pluie de miracles les flammes des passions.

Vous avez subi, saints Martyrs, / la mutilation de vos membres, / l’arrachement des ongles et des dents, / de la langue et des pieds / et de toutes les jointures du corps; / aussi vous êtes dignes d’une gloire sans fin / et vous vous tenez en présence du Dieu de l’univers.

Théotokion: La virginale Brebis, / voyant son Agneau suspendu sur le bois, / gémissante s’écria: Ô mon Enfant, / comment une foule de hors-la-loi / n’a fait preuve d’aucune compassion / envers toi qui eus pitié d’elle, / mais par trahison a préféré te mettre à mort injustement?

* * *

La funeste cédule de mes péchés, / Toute-pure, déchire-la / par la sainte lance ayant percé / le côté du Dieu qui a voulu / s’incarner, ô Vierge, de toi; / supplie-le de m’inscrire au livre des élus, / moi qui me suis follement éloigné de mon Dieu.

Pour qu’en chants d’action de grâces / je dise ta gloire, Immaculée, / pour que je puisse avec ardeur te magnifier, / toi dont le sublime enfantement / a grandi tous les hommes humiliés, / accorde au grand pécheur que je suis, / en ma déchéance, le pardon de mes péchés.

Les lois de la nature, Immaculée, / se sont renouvelées en toi: / en concevant le Verbe tu les dépassas; / aussi je t’implore avec foi: / moi qui ai dépassé le genre humain / par tant de péchés qui m’ont éloigné de Dieu, / par tes prières fais-moi revenir et sauve-moi.

L’Ennemi a vulnéré / toute mon âme par les traits du péché, / de plaisirs il a souillé mon cœur / et m’a fait dévier, / ô Vierge, du chemin sans détour; / c’est pourquoi je crie vers toi: / agrée mon repentir et sauve-moi.

Ode 5

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

Pour racheter ma gourmandise au Paradis, / tu voulus goûter le fiel, longanime Seigneur, / et pour me dépouiller des souffrances de la mort, / ô Jésus, tu acceptas / d’être fixé sans voile sur la croix; / je chante, Seigneur, la tendresse de ton cœur.

Par tes souffrance renouvelant, / ô Verbe, mon âme corrompue, / tu rendis l’esprit â ton Père, / tandis que tu étais suspendu sur la croix; / et la terre bien que sans âme, comprenant, / ne le souffrit point, mais de crainte, pour ta louange, trembla.

Martyrika: Saints Martyrs, resplendissant / de la beauté des divines souffrances, / vous avez suivi le Fils unique du Père éternel, / le Verbe qui accorde à tous / par ses souffrances l’absence de passions; / c’est pourquoi vous jouissez de sa gloire dans les cieux.

Étrangers aux choses d’ici-bas, / vous avez hérité les biens qu’on ne voit pas, / dans les tabernacles célestes ayant trouvé logis, / déifiés hors de la matière / par la divine participation, / invincibles Témoins du Sauveur.

Théotokion: Étrange est le spectacle que je vois, / disais-tu, Vierge toute-digne de nos chants, / comment celui qui d’un regard ébranle l’univers / s’endort au faîte de la croix / pour éveiller les dormants séculaires? / Devant ta longanimité je me prosterne, ô mon Fils.

* * *

De génération en génération, / tu es dite bienheureuse en tout temps; / et tu es célébrée par les Puissances d’en-haut / comme celle qui unit la terre et les cieux, / seule entre toutes les femmes bénie, / de sa déchéance ayant relevé l’humanité.

Pour que je demeure au nombre des sauvés, / sans me détourner de la meilleure position, / mais chemine droit et plaise à Dieu par mes actions, / rends-moi fort et puissant, / ô Mère du Verbe bel et bon / qui nous sauve de l’absence de raison.

Ô Verbe qui sur la croix / répandis la totalité de ton sang / en raison de ton immense compassion, / assèche l’océan de mes passions / et par les prières de la Mère de Dieu / fais qu’en ma componction je te plaise, Seigneur.

Ode 6

L’abîme de mes fautes, la houle du péché / me troublent et me poussent violemment / vers le gouffre du désespoir; / tends vers moi ta main puissante / et comme Pierre sur les flots / sauve-moi, ô divin Nautonier.

Toutes les puissances des cieux / te chantèrent, ô Verbe, s’étonnant / de te voir pendu sur une croix; / Adam, lui-même couvert de plaies, / Sauveur, est guéri par ta Croix, / et la malédiction est bannie désormais.

De tes entraves est libéré / le genre humain, longanime Seigneur, / lorsque tu es lié dans ta chair; / et le tyran est enchaîné, / objet de risée pour tous les croyants. / Gloire à ta puissance, Seigneur Jésus Christ.

Martyrika: Athlètes victorieux, / vous vous êtes montrés semblables à Dieu / et comme braises, en la grâce, avez brûlé / toutes les broussailles de l’impiété, / dansant sur les braises enflammées / et jouissant de la divine fraîcheur.

Comme brebis du véritable Pasteur / vous vous êtes montrés, Athlètes victorieux, / et sans dommage vous êtes demeurés / au milieu des loups cruels; / puis, ayant achevé la course divine avec succès, / vous avez trouvé place dans le bercail céleste.

Théotokion: Celle qui avait enfanté le Maître de la vie / dépassant tout fils d’homme par sa beauté, / la Vierge, s’écria: / Quelle mort, ô mon Fils, / sur la croix, privé de charme et d’attrait, / toi qui d’un geste combles de beauté l’univers!

* * *

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / retire-moi de l’abîme du mal, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

La nature humaine grâce à toi / est objet de miséricorde, / car tu as enfanté le Seigneur miséricordieux; / Toute-sainte qui nous prends en pitié, / je t’en prie, aie compassion de mon âme.

Les chœurs des Anges incorporels, / ô Christ, t’implorent en compagnie / des Prophètes, des Martyrs, / de tes Apôtres et de celle qui t’enfanta: / sauve ton peuple, Seigneur, de tout danger.

Terre non labourée qui enfantas / le divin Jardinier, le Créateur de l’univers, / sur mon âme où pullulent les passions / fais qu’il pousse du fruit / grâce à la connaissance de Dieu.

J’ai transgressé les préceptes / qui pouvaient me conduire vers Dieu; / de plein gré je me suis asservi / aux funestes passions; c’est pourquoi je t’en prie: / Toujours-vierge, sauve-moi de leur tyrannie.

Ode 7

La condescendance de Dieu / troubla le feu à Babylone autrefois; / c’est pourquoi les Jeunes Gens / dans la fournaise dansaient d’un pas joyeux, / comme en un pré fleuri, et ils chantaient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ces mains, ô Christ, furent blessées / avec lesquelles tu fis des miracles étonnants; / et les blessures, tu les as supportées, / toi le guérisseur de toute plaie; / Verbe Ionganime, je te chante et m’écrie: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ô Christ, tes mains et tes pieds / sur la croix furent troués par les clous, / une lance a transpercé ton flanc, / faisant couler des flots de rémission / pour ceux qui chantent sans fin: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Martyrika: Formons un chœur, exultons en célébrant / les Témoins de Dieu qui furent comptés / parmi les chœurs des Anges dans le ciel, / car ils illuminent l’univers / et ne cessent de chanter: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Sanctifiés, vous demeurez / dans la splendeur éclatante des Saints, / victorieux Martyrs qui répandez / la sainteté et le pardon / sur tous ceux qui vous chantent et s’écrient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Théotokion: Verbe, Soleil sans déclin, / comment déclines-tu, fixé à la croix? / disait la Vierge, et, te voyant, / le soleil a suspendu son cours, / incapable de briller pendant ta Passion! / Je chante et glorifie ta divine majesté.

* * *

Par ton ineffable enfantement, / ô Mère de Dieu, tu nous as procuré / d’ineffables et redoutables trésors; / sauve-moi de la redoutable condamnation, / rends-moi digne de l’ineffable joie, / afin que je te chante, Toute-digne de nos chants.

Ayant gaspillé toute ma vie / dans la paresse, je suis resté sans fruit; / je redoute le jugement / et le feu de la géhenne qui ne s’éteint: / ô Vierge qui as enfanté le feu divin, / délivre-moi des flammes par ta sainte médiation.

Toute merveille est dépassée / par celle de ton merveilleux enfantement; / c’est pourquoi, Vierge pure, je te crie: / Génitrice de Dieu, envers moi / manifeste les merveilles de ta pitié / et sauve-moi de la colère qui m’attend.

Moi qui ai vécu sans souci, / au mépris de tes lois divines, / Sauveur, et de tes saints commandements, / fais-moi grâce et sauve-moi / à cause de celle qui t’enfanta, / divin Bienfaiteur et trésor de compassion.

Ode 8

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Ô Christ, tu es issu / de la racine de Jessé en t’incarnant; / et pour qu’à la racine fussent arrachées / les ronces qu’a fait croître la désobéissance d’Adam, / tu portas la couronne d’épines; / fixé au bois, tu nous as guéris de la malédiction / issue de l’arbre; et tu sauves ceux qui chantent: / Peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Afin que l’homme devienne Dieu, Ami des hommes, tu devins un mortel / et tu as souffert la croix, / tu as bu le vinaigre et ton flanc fut percé; c’est pourquoi, ô Verbe, nous tous qui avons été sauvés par tes souffrances, / nous rendons grâces en disant: Prêtres, louez le Christ, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Martyrika: Martyrs aux pieds liés / et sacrifiés comme brebis, / sans pitié rôtis au feu, / livrés aux fauves ou la tête tranchée, / vous exultez d’une joie ineffable en criant: / Jeunes gens, bénissez le Christ / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Martyrs au front couronné, / compagnons des Anges dans le ciel, / qui avez terrassé les ennemis les plus cruels, / intercédez pour nous en présence du Seigneur, / afin qu’en toute concorde et charité / nous puissions vivre et proclamer: / Vous les prêtres, louez le Christ, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Théotokion: Gémissant de douleur, se lamentant maternellement, / ne pouvant plus souffrir la peine de ton cœur, / tu crias en regardant sur la croix / celui que tu avais porté dans ton sein: / Quelle vision, ô mon Enfant! / Impassible, comment souffres-tu? / Mais tu veux sauver de la mort tout le genre humain.

* * *

Vivifie mon âme meurtrie, / relève-la, elle est tombée, / guéris-la, elle est couverte de plaies; / donne la paix à mon esprit, / calme, ô Vierge, la houle des tentations / et sauve-moi qui psalmodie: / Jeunes gens, bénissez le Christ et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Comme le bon Larron je te crie: / Ami des hommes, souviens-toi de moi; / comme la Courtisane je répands mes pleurs / et comme le Prodigue de jadis je te crie: J’ai péché; / reçois la conversion de mon âme au désespoir, / par l’intercession de ta Mère, afin que je chante avec ardeur: / Vous les prêtres, louez le Christ, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Suppliants, nous t’invoquons, / Mère de Dieu toute-digne de nos chants, / avec les Puissances spirituelles dans les cieux, / les Martyrs, les Moines saints, / les Prophètes, les divins Apôtres. / Intercède pour tous les fidèles qui chantent avec ferveur: Vous les prêtres, louez le Christ, peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Ode 9

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux: / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Tu as guéri mes blessures, Seigneur, / quand tu fus toi-même blessé et eus les mains ensanglantées; / dirige-moi, dans ta bonté, vers les chemins de ton salut, / toi qui eus les pieds transpercés sur la croix, / ces pieds qui, foulant le Paradis, firent se cacher nos ancêtres jadis.

Dressé en croix, tu redressas de sa chute le premier homme créé / et toute la puissance de l’Ennemi fut déchue, / la terre entière fut sanctifiée par le sang et l’eau / qui coulèrent, Dieu de tendresse, de ton flanc; / c’est pourquoi sans cesse nous te magnifions.

Martyrika: Torturés, vous avez effacé les tortueuses voies de l’ennemi, / saints Martyrs, et vous l’avez entravé / par les chaînes où vous avez souffert avec ardeur; / vous l’avez couvert de honte et foulé aux pieds / et par grâce divine en avez fait la risée des spectateurs.

La terre est sanctifiée / par la déposition des saintes reliques des Martyrs, / car elle possède la source d’où jaillissent toutes sortes de guérisons, / portant remède aux souffrances des âmes et des corps / et repoussant la violence des démons, dans le saint Esprit.

Théotokion: Ayant échappé aux douleurs maternelles de l’accouchement, / longanime, Seigneur, à présent que tu es soumis / aux souffrances de ta Passion, selon ta volonté, / pleine de douleurs, je souffre en mon âme et mon cœur, / disait la Toute-pure que nous magnifions dignement.

* * *

Toute oreille fut saisie d’étonnement / devant l’ineffable condescendance de Dieu, / car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps / et devenir un homme dans le sein virginal; / pure Mère de Dieu, nous les fidèles, nous te magnifions.

Divine litière de Salomon, / escortée de soixante preux, comme l’Écriture le dit, / et sur laquelle le Verbe a reposé, / garde-moi sain et sauf contre l’attaque de mille démons, / par ta puissance, Mère toujours-vierge et sans défaut.

Source qui enfantas pour tous la divine douceur, / adoucis mon âme empoisonnée par le Serpent, / me détournant de l’amertume du péché / par ta sainte médiation, / protectrice intrépide des croyants.

Soleil de gloire, Jésus, / illumine ma pauvre âme / par l’intercession de la Vierge immaculée qui t’enfanta, / de tes Serviteurs incorporels et des Apôtres divins, / des Hiérarques, Prophètes, illustres Martyrs et de tes Moines saints.

Unique Roi, je crains ta seconde venue; / dans mon impuissance je tremble, me voyant condamné; / mais avant la fin je crie vers toi, Seigneur: / Ami des hommes, par les prières de celle qui t’enfanta, / fais-moi grâce et sauve-moi, dans ta miséricorde et ta bonté.

Exapostilaire (ton 2)

Arme invincible, soutien de la foi, Croix divine, nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Tous ceux qui d’un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils, / fais qu’ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

Apostiches

Le bâton de Moïse, Sauveur, / préfigura ta sainte Croix; / par elle tu sauvas, en effet, / Ami des hommes, ton peuple comme du fond de la mer.

Le Paradis jadis planté en Éden / a fait croître l’arbre de la science en son milieu; / et ton Église, ô Christ, a fait pousser ta sainte Croix, / qui fait jaillir la vie sur le monde; / mais le premier a fait mourir Adam qui en mangea, / tandis que la seconde a vivifié le bon Larron, qui fut sauvé par sa foi; / permets-nous, ô Christ notre Dieu, / de participer à la même rédemption, / toi dont les souffrances nous ont sauvés de la fureur de l’Ennemi, / et rends-nous dignes de ton royaume dans les cieux.

Invincibles Martyrs du Christ qui avez triomphé de l’erreur / par la puissance de la Croix, / vous avez reçu la grâce de la vie éternelle; / sans crainte devant les menaces des tyrans, / vous avez subi les tourments; / et maintenant vous exultez de joie / et nos âmes sont guéries par votre sang: / intercédez pour notre salut.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Seigneur, lorsque la Brebis vierge qui t’enfanta / te vit cloué sur la croix, / elle se déchira le visage et cria en gémissant: / Ô mon Fils, comment souffres-tu cette injuste immolation, / Immortel, comment passes-tu par la mort des humains? / Réponds-moi, douce Lumière, vois ta Mère éplorée; / glorifie-la, ô Verbe, par ta sainte Résurrection.

LE MERCREDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, / comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, / et rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, / d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.

Par son bâton Moïse préfigure ta Croix, / il ouvre l’abîme et fait passer le peuple d’Israël; / et nous-mêmes, en traçant le signe de la croix, / nous repoussons les ennemis invisibles.

Autrefois Jacob, bénissant ses enfants, / de ses mains croisées forma le signe de ta Croix, / par laquelle nous tous, ô Christ et Sauveur, / nous avons été délivrés de la malédiction.

Imitant la Passion du Christ, victorieux Martyrs, / vous avez souffert vaillamment l’amertume des tourments; / mais, couronnés de la couronne d’immortalité, / vous habitez à présent la céleste cité.

Gloire au Père...

Gloire soit au Père comme au seul immortel, / gloire au Fils qui vit en l’éternité, / gloire aussi à l’Esprit de toute sainteté / qui sanctifie l’entière création,

Maintenant... Théotokion

De ton sein virginal il a pris son éveil, / le Créateur de la lune et du soleil; / divine Mère, le voyant sur la croix, / toute créature fut prise d’effroi.

Jeudi

LE MERCREDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Tu fis briller tes Apôtres, Seigneur, / de la splendeur du Paraclet, / tu les posas comme astres illuminant l’univers / de l’éclat spirituel / de la connaissance de Dieu; / c’est pourquoi nous nous prosternons / devant ton immense bonté.

Seigneur, entourant ton bercail, / par les prières des Apôtres divins, / tu le gardes en paix contre l’assaut des ennemis; / l’ayant racheté au prix de ton sang, / tu l’as ainsi délivré / de la servitude de l’Ennemi, / Sauveur, dans la tendresse de ton cœur.

Sur le diadème de l’Église du Christ / vous êtes apparus / comme pierres précieuses, illuminant de vos rayons / l’univers qui a resplendi par vous / de la connaissance de Dieu, / Apôtres bienheureux qui entourez la Trinité / et devant elle intercédez pour nos âmes.

* * *

Seigneur, par la divine intercession / que le pontife Nicolas sait te faire agréer, / délivre de tout péril et de tout mauvais sort / ainsi que des outrages des méchants, / Ami des hommes, tes serviteurs / qui se prosternent, dans l’ardeur de leur foi, / devant ton incomparable majesté.

Seigneur, en ce monde tu as fait / de ton Hiérarque un parfum de bonne odeur, / car il embaume les cœurs de tous les fidèles / par ses miracles étonnants / et par ta grâce il bannit / de leurs âmes passions et maladies; / Dieu de tendresse, par ses prières sauve les chantres de ton nom.

Seigneur, jusqu’au bout de l’univers / tu glorifias ton Pontife sacré, / lui accordant la grâce des miracles étonnants / et faisant de lui un défenseur / pour ceux qu’entourent les dangers, / de toute part assaillis par le malheur et l’affliction, / et qui implorent son incessante protection.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Divine Épouse, sois attentive aux soupirs / de mon cœur contrit et humilié, / Vierge Marie, Mère tout-immaculée, / ne repousse pas, mais agrée / l’élévation de mes mains, / Vierge pure et amante du bien, / pour que je chante et magnifie celui qui magnifie le genre humain.

Prokimenon, ton 5: Ô Dieu, par ton nom sauve-moi, / fais-moi justice, dans ta puissance.

Verset: Ô Dieu, entends ma prière, écoute les paroles de ma bouche.

Apostiches

Sur la terre les Apôtres, Seigneur, / t’ayant chéri plus que tout, / ont estimé toute chose comme cendre et rebut, / pour te posséder comme unique trésor / et pour toi ils ont livré aux supplices leur corps; / c’est pourquoi, glorifiés dans le ciel, / ils intercèdent pour nos âmes.

Sur la terre, Seigneur, tu magnifias / la mémoire de tes Apôtres divins; / tous ensemble nous rassemblant en effet, / nous te glorifions en ce jour, / car tu nous accordes par eux les guérisons, / et le monde, par leurs prières, reçoit la paix et la grande miséricorde.

Toute gloire et toute louange revient aux Martyrs: / ils ont courbé la nuque sous le poignard, / à cause de toi qui descendis en inclinant les cieux; / ils ont versé leur sang / pour toi qui t’es abaissé / en prenant la forme d’un serviteur; / et, s’humiliant jusqu’à la mort, ils ont suivi ta pauvreté: / Seigneur, par leurs prières et selon ta miséricorde, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ceux que Dieu jugea dignes de le voir incarné / comme épouse vierge t’ont proclamée / de la dignité du Père et de sa divinité, / génitrice du Verbe divin, / habitacle de l’Esprit saint, / car en toi fit sa demeure, de façon corporelle, / Toute-pleine de grâce, la plénitude de la Divinité.

LE MERCREDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

À la tête de ses chars le Pharaon fut englouti / grâce au bâton de Moïse / autrefois, merveilleusement, / lorsqu’en forme de croix / il frappa la mer et la fendit, / mais il sauva Israël qui put fuir / et passer à pied sec / en chantant un cantique au Seigneur.

Le Verbe de Dieu, d’abord immatériel, / tu l’as enfanté dans la chair / en dépassant la nature, ô tout-immaculée / et virginale Mère de Dieu, / pour qu’il vive en la divinité, l’humanité / dans le monde; c’est pourquoi / tous ensemble nous te glorifions, / après Dieu notre unique protection.

Comme reine vêtue de brocarts / et comblée de grâce par Dieu, / tu as mis au monde, Vierge bénie, / sans qu’on puisse le comprendre, l’expliquer, / le Verbe du Père ineffablement / par miséricorde fait chair, / et tu es demeurée / vierge et pure malgré l’enfantement.

Gloire: Vierge pure ayant poussé / sur la racine des rois, / tu as fait croître le Messie royal, / le Christ et Verbe de Dieu, / incarné, d’une façon qui dépasse l’esprit, / de tes entrailles immaculées, / en une seule personne / des deux natures montrant l’unité.

Maintenant: Quiconque reconnaît, / Vierge pure, ta divine maternité / triomphe de toute hérésie, / car tu as mis au monde, / comme Génitrice de Dieu, / celui qui sans changement / s’est uni à notre chair, / lui le Verbe qui existe depuis toujours.

Ode 3

Au commencement, par ton intelligence, tu affermis les cieux / et tu fondas la terre sur les eaux; / ô Christ, rends-moi ferme sur la pierre de tes commandements, / car nul n’est saint / hormis toi, le seul Ami des hommes.

Dans tes saintes entrailles / Dieu a fait sa demeure, / divine Mère, de la façon qu’il sait; / et il nous a sauvés par sa vivifiante Passion: / aussi comme la porte du salut nous te glorifions.

Sur terre incarné, / il a vécu avec les hommes, celui / qui insuffle l’âme en tous les fils d’Adam; / sans semence, de tes entrailles il est issu; / et nous les fidèles, en nos hymnes nous te disons bienheureuse.

Gloire: Celui qui est né du Père avant les siècles, / dans tes entrailles tu l’as conçu, / ô Vierge, sans connaître d’homme, et pour nous / tu l’as enfanté, homme et Dieu, / parfait en ses deux natures, sans nulle division.

Maintenant: Nous tous, Vierge pure, te connaissons / comme bâton ayant fait croître / le Christ, la fleur de l’immortalité, / et comme l’encensoir d’or ayant porté, / Vierge bienheureuse, la braise ardente, l’Être divin.

Ode 4

C’est toi ma force, Seigneur, / toi ma puissance, / toi mon Dieu et mon allégresse; / sans quitter le sein du Père, / tu as visité notre pauvreté; / aussi avec le prophète Habacuc je te crie: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

L’arche recevant la loi écrite par Dieu, / Toute-pure, a préfiguré de loin / l’ineffable conception, / en tes entrailles du Verbe, / ce principe de vie / qui nourrit les âmes des fidèles chantant: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

Toi seule, ô Mère de Dieu, / tu fus la véritable cause du salut / lorsque le Créateur de l’univers / emprunta notre chair / à tes chastes entrailles: / tu détruisis ainsi les portes de la mort / pour faire le don de la vie aux hommes.

Gloire: Pour retrouver ton image ensevelie par le péché, / dans l’immensité de ton amour / tu fis ta demeure du sein virginal; / et la Vierge, tu l’as édifiée / en temple de la Sagesse de Dieu; / c’est pourquoi, ayant vécu avec les hommes, / tu as sauvé jusqu’en ses confins l’univers.

Maintenant: C’est toi qu’après Dieu nous possédons, / Tout-immaculée, comme protection, / car tu as été la Mère du Dieu / qui nous a façonnés et créés / et qui a pris notre aspect; / nous ayant sauvés du péril et de la mort, / de sa gloire divine il nous a glorifiés.

Ode 5

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

Comme celle qui a conçu / le Dieu créateur et Seigneur, / toutes les générations humaines / te disent bienheureuse, ô Tout-immaculée, / et les chœurs des Esprits incorporels / te glorifient comme la Mère de Dieu.

L’armée des Puissances d’en-haut / te déclare bienheureuse, ô Tout-immaculée: / par ton intermédiaire, en effet, / nous qui sommes sur la terre, / nous nous sommes unis à ceux du ciel / et célébrons ton divin enfantement.

Gloire: D’une manière ineffable / en toi le Verbe a logé / et s’est fait homme, lui qui a brillé / du Père avant les siècles / pour tirer les hommes de la corruption / et leur donner la vie immortelle, dans la tendresse de son cœur.

Maintenant: De vertu virginale, / Vierge pure, tu as resplendi, / de la première Ève tu as chassé / la malheureuse image en enfantant le Christ / qui accorde à tes chantres / le vêtement de la condition immortelle.

Ode 6

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / retire-moi de l’abîme du mal, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

Celui qui maintient par sa force toute-puissante l’univers / en naissant de toi, ô Vierge immaculée, / s’est revêtu de notre infirmité / pour le bien des hommes, / dans son amour envers nous.

Sur toi, Vierge pure, est descendu / l’Esprit créateur de l’univers, / et le Verbe de ton sein fit son logis: / sans subir de changement / il a pris chair d’inexplicable façon.

Gloire: Éclaire les âmes de ceux / qui te chantent selon la vraie foi; / les oracles des Prophètes d’avance ont annoncé / ta virginale conception, / divine Épouse, et ton ineffable enfantement.

Maintenant: Chantons pieusement la Vierge Marie / comme le vénérable séjour divin, / car elle a trouvé place pour Dieu / en accueillant celui que nul ne peut saisir / et que nul espace ne saurait contenir.

Cathisme

Virginale Épouse du Créateur, / ô Mère sans tache du divin Sauveur, / demeure du Très-Haut toute-digne de nos chants, / empresse-toi de venir me délivrer, / moi qui suis devenu l’habitacle de la honte et du péché / et par mes pensées le jouet du démon; / fais briller ma demeure de la clarté des vertus; / Chandelier tout brillant de lumière, dissipe les ténèbres de mes passions / et rends-moi digne de la clarté du ciel / en m’éclairant de ta lumière sans déclin.

Ode 7

La condescendance de Dieu / troubla le feu à Babylone autrefois; / c’est pourquoi les Jeunes Gens / dans la fournaise dansaient d’un pas joyeux, / comme en un pré fleuri, et ils chantaient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Souveraine immaculée / qui as conçu le Rédempteur de l’univers, / procure-moi, je t’en supplie, / l’ineffable et divine rédemption, / à moi qui chante tout haut: / le Dieu de nos Pères est béni.

L’univers est comblé de la divine clarté / à présent, Vierge pure, grâce à toi, / car tu as été la porte ayant permis à Dieu / de communiquer avec le monde / pour illuminer les fidèles chantant: / Le Dieu de nos Pères est béni.

Gloire: À présent est accomplie / la prophétie de David: / ils implorent ta face en vérité, / divine Mère immaculée, / ceux que les richesses de la grâce ont comblés / et qui bénissent le Dieu de nos Pères désormais.

Maintenant: Vierge pure, tu as conçu / le Dieu de tous, le Seigneur / qui de la mort et du tombeau / a voulu sauver le genre humain; / nous le chantons comme il est juste en proclamant: / le Dieu de nos Pères est béni.

Ode 8

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prétres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Vierge pure et bénie, / guéris les blessures de mon âme, / les cicatrices du péché, / toi la divine Épouse / dont les chastes entrailles ont porté / le Dieu qui transcende l’univers; / jeunes gens, bénissez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.

De l’inaccessible Clarté / tu as été le logis, / Vierge resplendissante de vertus virginales, / et tu as illuminé tous ceux qui, en vérité, / te reconnaissent pour la Mère de Dieu / et chantent: Jeunes gens, bénissez-le, / vous les prêtres, célébrez, / exaltez-le dans tous les siècles.

Gloire: Sanctifiée par l’Esprit, / divine Mère immaculée, / dans ton sein tu as reçu / le Fils sans commencement / et coéternel au Père / qui prit chair de toi, ô Vierge, pour le bien / de ceux qui chantent: Jeunes gens, bénissez-le, / prêtres, célébrez, exaltez-le dans les siècles.

Maintenant: Vierge ayant enfanté notre Dieu / d’une manière qui dépasse l’entendement, / prie-le, divine Mère immaculée, / de nous être favorable / malgré notre indignité, / lorsqu’en son terrible et redoutable avènement, / alors que nous serons sans secours et condamnés, / il viendra pour juger le genre humain.

Ode 9

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux: / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Nous qui avions été rejetés de l’antique demeure / et qui étions lamentablement tombés dans la mort, / tu nous as rappelés, ô Vierge immaculée, / en devenant la Mère du Rédempteur / et tu nous as permis de rejoindre l’ancienne patrie: / c’est pourquoi, divine Mère, nous te magnifions incessamment.

Divine Mère, accorde-moi de franchir / sans naufrage la houle passionnée de cette vie, / ses épreuves, ses soucis; / dans ta bonté, apaise-la, / guide-moi vers les vertus célestes, / afin qu’en tout temps je magnifie tes bienfaits.

Gloire: Glorieuse Mère de Dieu, / préserve des épreuves ceux qui te chantent avec amour, / apaise leur trouble, en ta compassion: / ayant enfanté notre Dieu, tu peux faire / sans obstacle tout ce que tu veux; / alors, tous ensemble, nous pourrons te magnifier.

Maintenant: Fais que la sainte Église / triomphe vaillamment des hérésies, / elle que ton Fils, dans sa bonté, / s’est acquise au prix de son sang; / et sauve-nous du malheur qui nous étreint, / Souveraine comblée de grâce par Dieu.

LE JEUDI À MATINES

Cathisme I

Comme les guides et flambeaux de l’univers / et les prémices de notre salut / nous célébrons les divins Apôtres de notre Dieu, / car ils ont fait lever la clarté sur nos ténèbres, / nous faisant connaître le Soleil de justice; / ils ont repoussé le mensonge des faux-dieux, / proclamant la Trinité en une seule divinité. / C’est pourquoi nous vous prions, saints Apôtres du Christ notre Dieu, / accordez la rémission de leurs péchés / à ceux qui fêtent de tout cœur votre mémoire sacrée.

Votre sage voix, parcourant en vérité / le monde jusqu’en ses ultimes confins, / illustres Apôtres du Seigneur, a proclamé / clairement pour tous les hommes le savoir divin / et transformé en connaissance l’ignorance des païens, / faisant briller la lumière sur les ténèbres de l’erreur. / C’est pourquoi nous vous prions: intercédez auprès du Christ notre Dieu / pour qu’il accorde la rémission de leurs péchés / à ceux qui fêtent de tout cœur votre mémoire sacrée.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Vierge toute-sainte, sauve-nous de tout mal et de tout danger, / car en toi nous possédons le rempart et l’ardente protection / et, dans la confiance que tu nous inspires, nous nous prosternons / devant celui qui est sorti de ton sein; / implore-le pour qu’il nous sauve de tout danger.

Cathisme II

Vous êtes apparus comme des luminaires étincelants, / Témoins oculaires du Verbe, qui en tout temps / répandez votre clarté sur toute la terre / et dissipez l’obscure multitude des faux dieux / par la splendeur de vos enseignements sur la foi; / et moi qui chemine sans crainte dans la ténèbre des plaisirs, / éclairez-moi de la clarté de vos divines intercessions, / saints Apôtres porteurs-de-Dieu.

Ayant reçu fidèlement, comme un riche trésor, / en leur âme les promesses du Seigneur, / les Apôtres sont devenus les bienfaiteurs de l’univers, / repoussant la pauvreté que nous procure le Démon / pour enrichir tous les hommes des richesses de Dieu; / tous ensemble à leur adresse nous nous écrions: / puisqu’en bonnes œuvres nous sommes indigents, / nous vous prions de nous enrichir, nous aussi,

Glaire... Maintenant... Théotokion

Vierge toute-pure, vois mon âme misérable et naufragée, / sans gouvernail en la tempête de la vie et la fureur des tentations, / submergée visiblement par le fardeau de ses péchés / et risquant de sombrer jusqu’au fond de l’Enfer; / hâte-toi, divine Mère, par ta chaleureuse intercession / sauve-la, toi qui procures le havre de paix, / afin qu’avec foi je puisse te crier: / intercède auprès du Christ notre Dieu / pour qu’il m’accorde la rémission de mes péchés, / car tu es l’espérance de ton indigne serviteur.

Cathisme IlI

Au filet de vos divins enseignements ayant pêché les hommes comme autant de poissons, / vous les avez offerts en prémices à notre Dieu; / désireux de revêtir les stigmates du Christ, / vous vous êtes faits les imitateurs de sa Passion. / Réunis en ce jour, nous célébrons comme il convient, / glorieux Apôtres, votre solennelle festivité / et d’une même voix nous nous écrions: / Intercédez auprès du Christ notre Dieu / pour qu’il accorde la rémission de leurs péchés / à ceux qui fêtent votre mémoire sacrée.

Par la foi du témoignage, vous vous êtes révélés / comme les flambeaux de l’univers, toujours lumineux; / ayant mis tout votre espoir dans le Seigneur, / vous avez allumé la lampe de vos cœurs / avec l’huile mystique du saint Esprit / et, comme des calices spirituels, / vous versez pour l’Église les flots de votre sang. / Saints Martyrs, dignes de toute louange, intercédez auprès du Christ notre Dieu, / pour qu’il accorde le pardon de leurs péchés / à ceux qui fêtent de tout cœur votre mémoire sacrée.

Gloire… Maintenant... Théotokion

Porte mystique de notre vie, / Mère de Dieu et Vierge immaculée, / délivre de tout danger les fidèles qui accourent vers toi, / afin que nous puissions glorifier ton enfantement très-saint / pour le salut de nos âmes.

Psaume 50.

Le canon en l’honneur des Apôtres, œuvre de Joseph, a pour acrostiche: Chœur des Apôtres saints, puisses-tu me sauver!

Le canon à saint Nicolas: À toi, saint Nicolas, revient l’octave chant. Joseph. Les hirmi sont les mêmes, sauf dans les odes 1, 8 et 9.

Ode 1

Traversant la mer à pied sec / et fuyant la servitude des Égyptiens, / le peuple d’Israël s’écria: / Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Chœur lumineux des Apôtres / qui te tiens en présence de la grande Clarté, / éclaire les ténèbres de mon cœur / et guide-moi vers les chemins du salut.

Amis intimes du Rédempteur, / délivrez-moi de l’amour des passions, / moi qu’égarent les séductions de cette vie / et que la nuit de l’ignorance a recouvert.

Vous, les flèches du Tout-puissant, / Apôtres divins, guérissez / ceux qu’a vulnérés le glaive du Mauvais / et qui se réfugient avec foi sous votre aile.

Théotokion: Il s’est privé de sa richesse, notre Dieu, / et de ton sein, Mère pure, est sorti / porteur de chair pour sauver, dans son amour, / ceux qui étaient soumis à la malice du Serpent.

* * *

Le bâton que Moïse avait taillé / a séparé l’élément qu’on ne pouvait diviser, / le soleil a vu un sol qu’i1 n’avait jamais vu, / les eaux ont englouti le perfide ennemi, / Israël est passé par l’infranchissable océan, / tandis qu’on entonnait: Chantons pour le Seigneur, / car il s’est couvert de gloire.

Bienheureux Nicolas qui te tiens / avec les chœurs des Puissances d’en-haut / en présence de notre divin Roi, / nous qui sur terre te prions / avec tant de foi, sauve-nous / de toute grave tentation, / demandant pour nous le pardon de nos péchés.

Nous qui t’avons pour protecteur, / Nicolas, de jour et de nuit, / fidèlement nous te crions: / nous sommes en péril, assaillis par les démons / et par de funestes ennemis; / viens à notre aide, empresse-toi / afin que, trouvant le repos, nous chantions tes bienfaits.

Par la force de tes prières, / saint Nicolas, étouffe l’ardeur / de ceux qui cherchent à nous étrangler / et délivre de leurs assauts / ceux qui entonnent la louange: / Chantez pour le Seigneur, / car il s’est couvert de gloire,

Théotokion: Le divin Législateur qui s’est fait homme, / hors des lois de la nature tu l’enfantas, / Vierge tout-immaculée; / implore-le, dans sa bonté, / de ne pas tenir compte des péchés / de ceux qui crient: Chantons pour le Seigneur, / car il s’est couvert de gloire.

Ode 3

Tu es le firmament de qui chemine vers toi; / les habitants des ténèbres trouvent en toi leur clarté / et mon âme te chante, Seigneur.

Apôtres du Sauveur, / ceignez de puissance mon cœur / affaibli par les plaisirs et les passions.

Les Disciples, annonçant / l’unique splendeur du Dieu au triple éclat, / ont dissipé l’obscure multitude des faux dieux.

Apôtres du Sauveur, / apaisez comme sages médecins / les blessures malignes de mon cœur.

Théotokion: Sauve-moi, Vierge pure / qui enfantas de merveilleuse façon / le Seigneur et Maître, le Sauveur et Rédempteur.

* * *

Saint pontife Nicolas, / viens à notre aide, tends-nous la main / pour que nous puissions célébrer ta louange en tout temps.

Saint Nicolas, nous t’en prions, / endors par ta vigilante intercession / les tentations qui se lèvent contre nous.

Que me délivre ta médiation, / car je suis encerclé par les passions / et les épreuves des hommes pervers.

Théotokion: Vierge pure, implore Dieu / pour qu’il m’accorde le pardon de mes péchés / et la délivrance des périls de cette vie.

Ode 4

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Illustres Apôtres, en la beauté / de la divine splendeur, vous resplendissez, / éclairés par les rayons / de celui qui fit de vous ses flambeaux.

Délivrez de la tempête, / divins Apôtres, nautoniers de l’univers, / celui qui éprouve les remous et les dangers / sur l’océan des périls de cette vie.

Comme chevaux choisis par Dieu, / des multiples faux dieux piétinant l’océan, / par votre intercession / fermez l’abîme de mes péchés.

Théotokion: Agissant à l’égal du Père, / le Verbe a pris corps en ton sein; / aussi, Vierge Mère, tu es apparue / comme la suprême créature de Dieu.

* * *

À cause de la multitude de mes péchés / je me trouve en de nombreuses et cruelles afflictions; / empresse-toi, viens à mon aide, saint Nicolas, / imitant les bienfaits du Seigneur.

Sur moi-même je pleure, / perdu que je suis par l’insouciance de ma vie; / par tes prières, saint Nicolas, / vers la repentance conduis-moi de ta main.

Père saint qui délivras / les trois enfants destinés à la mort, / sauve-moi de toute peine / ainsi que de l’éternelle condamnation.

Théotokion: Vierge pure, donne-moi la vigueur / pour cultiver les pensées célestes / et dirige les mouvements / de mon âme vers les portes de la vie.

Ode 5

En cette veille et dans l’attente du matin, / Seigneur, nous te crions: Prends pitié et sauve-nous, / car tu es en vérité notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi.

Enserré comme en une gorge profonde / par la multitude de mes péchés, / saints Apôtres, divins nautoniers, / dirigez-moi vers le calme plat du salut.

Apôtres ayant vu notre Dieu, / délivrez-moi, je vous prie, / de toute vile action, / moi qui entoure de respect votre chœur.

Apôtres du Seigneur, / ayant imité les souffrances du Sauveur, / veuillez chasser de mon âme / les passions et l’amour du plaisir.

Théotokion: Dame toute-sainte, / guéris mon âme alanguie, / toi qui as enfanté / le Guérisseur de toute maladie.

* * *

Saint pontife Nicolas, / par tes prières rends-nous forts / pour observer les commandements / du Christ, notre unique Dieu.

Tu habitas la cité de Myre: / comble-nous, saint Nicolas, / du parfum de la divinité, / nous dont la piété te célèbre sans fin.

Prends nos âmes en pitié / et par tes prières, saint Nicolas, / intercède, Bienheureux, / auprès du Dieu qui a pitié de tous.

Théotokion: Ô Vierge comblée / des flots jaillissants de la vie, / à ta source abreuve-nous / qui te chantons, dans l’élan de notre foi.

Ode 6

Je répands ma supplication devant Dieu, / au Seigneur j’expose mon chagrin, / car mon âme s’est emplie de maux / et ma vie est proche de l’Enfer, / au point que je m’écrie comme Jonas: / De la fosse, Seigneur, délivre-moi.

Apôtres, vous les initiés aux mystères du Christ, / par l’invocation de vos prières vous avez ébranlé / et démoli les temples des faux-dieux; / brisez les idoles de mon âme, je vous prie, / et mon être soumis à tant de péchés, / transformez-le en un temple de Dieu.

Pierres précieuses et choisies, / Témoins oculaires de Dieu, / sur la pierre inébranlable vous avez été fondés; / follement j’ai fondé mon cœur sur le sable: / sauvez-moi, car les fleuves des tentations, / survenant, m’ont très fort ébranlé.

Amis du Verbe, délivrez-moi / d’une fausse amitié pour la chair; / et moi que la multitude de mes péchés / rend haïssable, enchaînez-moi / à l’amour de qui aime les pécheurs / et leur accorde le pardon, dans son immense pitié.

Théotokion: Comme rose, comme lis, / comme parfum d’agréable senteur, / des plus belles vallées du monde t’ayant choisie, / Vierge pure, le Créateur / fit sa demeure en ton sein et, prenant chair, / de sa bonne odeur il a rempli l’univers.

* * *

Ton cœur est un nouveau Paradis / possédant en son milieu cet arbre de vie / qu’est le Rédempteur, ô Nicolas;/ sans cesse prie-le pour nous tous / qui t’avons comme ardent protecteur, / pour qu’il fasse de nous les habitants du Paradis.

Passant ma vie dans la paresse, / je pèche sans crainte, malheureux; / mais, quand je pense à l’inflexible jugement, / me voilà saisi d’angoisse: / par les prières de saint Nicolas, / fais-moi grâce, ô mon Dieu, en la tendresse de ton cœur.

Lorsque soudain fond sur moi / la tempête des multiples tentations / à cause de mes nombreuses transgressions, / ne me laisse pas sans défense, je t’en prie, / mais fais-moi grâce, bienheureux Nicolas, / me tendant une main secourable, en ta grande compassion.

Théotokion: Tu es devenue le palais du grand Roi, / ô Vierge, le trône de feu, / surpassant les Chérubins, les Séraphins / au-dessus de ce qu’on peut concevoir; / c’est pourquoi tout ce qui a souffle de vie / comme la Mère du Créateur te glorifie.

Ode 7

Dans la fournaise les Jeunes Gens / foulèrent la flamme avec ardeur / et changèrent le feu en une fraîche rosée; / et ils criaient: Seigneur notre Dieu, / tu es béni dans les siècles.

La nuit de l’insouciance me saisit, / je suis couvert par les ténèbres du péché; / sages Apôtres, vous qui êtes apparus / comme lumière du monde, hâtez-vous / d’illuminer l’obscurité de mon cœur.

Vous qui êtes un second firmament / racontant la gloire de notre Dieu, / délivrez de l’infamie de leurs passions, / Hérauts divins, les fidèles / qui accourent sous votre puissante protection.

Comme braises enflammées, / allumées au feu du Paraclet, / faites flamber le bois de nos forfaits / et sauvez-nous de la flamme / qui ne s’éteint dans les siècles.

Théotokion: Daniel te vit comme montagne / que nulle main n’a taillée et dont un Roc s’est détaché: / ô Vierge, perce mon cœur de componction, / car il a pris la dureté de la pierre / pour une amère recherche du plaisir.

* * *

Tu fis sourdre des flots d’enseignement, / asséchant les torrents des hérésies; / les âmes des fidèles, tu les abreuvas / en abondance, pontife Nicolas; / c’est pourquoi nous te vénérons.

Grâce à la puissance de la Trinité, / tu eus la force de briser les idoles de l’erreur; / aussi est-ce avec foi que je te prie: / Père saint, détruis les idoles / qui suscitent en mon âme les passions.

Ayant présidé saintement / l’Église de Myre, après la mort / tu fais sourdre le divine myrrhe, Bienheureux, / repoussant les miasmes des passions / pour les fidèles qui s’approchent de toi.

Théotokion: Tu as arrêté l’élan de la mort, / ayant enfanté le Dieu immortel; / Vierge pure, supplie-le / de mortifier les passions de mon corps / et, malgré ma misère, me juger digne de la vie.

Ode 8

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur, le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur/ et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Affermissez mon âme troublée par les passions, / vous les fondements indestructibles de l’Église, / colonnes qui ne risquez pas d’être ébranlées, / forteresses avancées des croyants, / pêcheurs d’hommes qui avez pris au filet / ceux que retenait le gouffre de la perdition, / havres de paix qui sans cesse chantez: / Peuple, exalte le Christ dans les siècles.

Moi qui gis en la tombe de l’obscur désespoir, / dans le gouffre sans fond des plaisirs, / par vos prières et votre compassion / faites-moi remonter, / rendez-moi digne de jouir sûrement / de la miséricorde du Seigneur, / Disciples du Sauveur, Apôtres ayant vu Dieu, / pour que je l’exalte dans les siècles.

Théotokion: Puisque tu avais brillé par la beauté de tes vertus, / Toute-pure, tu as logé dans ton sein / la rayonnante majesté du Créateur; / sans cesse implore-le / pour que mon âme en proie aux passions fautives, / mais recherchant son originelle beauté, / Vierge pure, resplendisse / de suprême splendeur dans les siècles.

* * *

Dans la fournaise les Jeunes Gens / foulèrent la flamme en louant Dieu; / dans leur ardeur ils psalmodiaient: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Illuminé par les splendides rayons / de la Divinité au triple éclat, / sage Pontife, tu chantais: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Saint pontife Nicolas, / toi qui sauvas de la mort les officiers / par ton étonnante apparition, / sauve-nous du péché qui nous mène à la mort.

Troublés que nous sommes par l’assaut des démons / et des gens iniques, saint Nicolas, / affermis-nous par ton intercession / et par tes prières sauve-nous de tout mal.

Théotokion: Auprès du Seigneur intercède pour nous, / montre-nous ta miséricorde, / sauve tous ceux qui se réfugient vers toi, / Vierge toute-sainte, auxiliatrice des humains.

Ode 9

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux; / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Saints Apôtres, par la force de Dieu / ayant brisé les mâchoires des lions tueurs d’âmes, / selon le psaume vous avez soumis les princes au Christ / sur la terre que vous avez conquise grâce à l’Esprit; / soumettez à la divine loi les élans désordonnés de mon cœur.

Sages Apôtres ayant annoncé au monde le Verbe de Dieu, / le plus beau des enfants des hommes, / qu’ils sont beaux, vos pieds, car ils ont annoncé / la bonne nouvelle de la paix et de la vie; / apaisez par vos prières mon âme troublée par les passions.

Bienheureux Apôtres, mortifiant vos membres terrestres, / vous avez revêtu la totalité de la vie, / figurant par vos souffrances la Passion du Christ;/ moi qui suis mis à mort par les flèches du Mauvais, / vivifiez-moi par le remède du véritable repentir.

Théotokion: Toi qui enfantas la suprême Bonté, / guéris mon âme affligée de terribles douleurs, / dans ta compassion, Vierge pure, et sauve-moi / des ennemis qui m’assaillent et me frappent, / afin que, sauvé, je magnifie celle qui magnifia le genre humain.

* * *

À juste titre nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu; / par toi nous avons trouvé le salut: / ô Vierge immaculée, / avec les chœurs des Anges nous te magnifions.

Bienheureux Nicolas, / défenseur de qui t’invoque en l’affliction, / sauve-moi de la perversité / des ennemis visibles et de ceux qu’on ne voit pas.

Très-saint Père Nicolas, / faisant partie maintenant / des chœurs célestes, / prie le Dieu bon de nous prendre en pitié.

Le jugement est sur le seuil: / sois attentive, ô mon âme, / crie au divin Juge: Sauve-moi, / Seigneur, par les prières de saint Nicolas.

Théotokion: Tabernacle de la Clarté, / ô Vierge, illumine / mon âme enténébrée par les passions, / afin que dans la foi et l’amour je te glorifie.

Exapostilaire (ton 3)

Apôtres du Seigneur dont le verbe a tiré / du sombre gouffre de l’erreur / vers la lumière l’univers entier, / sans cesse intercédez en notre faveur.

Ô gloire des Apôtres et Douzaine sacrée, / avec le saint de Myre, le pontife Nicolas, / sans cesse auprès du Sauveur / intercédez en notre faveur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Ô Vierge, refuge des chrétiens, / avec le glorieux Évêque prie ton Fils / et supplie-le pour qu’à nous, tes indignes serviteurs, / nous soit permise la joie éternelle.

Apostiches

Sur la terre les Apôtres, Seigneur, / t’ayant chéri plus que tout, / ont estimé toute chose comme cendre et rebut, / pour te posséder comme unique trésor / et pour toi ils ont livré aux supplices leur corps; / c’est pourquoi, glorifiés dans le ciel, / ils intercèdent pour nos âmes.

Sur la terre, Seigneur, tu magnifias / la mémoire de tes Apôtres divins; / tous ensemble nous rassemblant en effet, / nous te glorifions en ce jour, / car tu nous accordes par eux les guérisons, / et le monde, par leurs prières, reçoit la paix et la grande miséricorde.

Fièrement vous avez revêtu la cuirasse de la foi, / pour armure vous avez pris le signe de la Croix, / vous vous êtes montrés de valeureux soldats; / aux tyrans vous avez résisté noblement, / le mensonge du Diable, vous l’avez aboli, / vous avez mérité la couronne des vainqueurs: / intercédez auprès du Christ pour le salut de nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Notre Dame, reçois la prière de tes serviteurs: / délivre-nous de tout danger et de toute affliction.

LE JEUDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, / comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, / et rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, / d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.

Retentissantes trompettes du Christ, / saints Apôtres, éveillez ceux qui gisent / dans les sépulcres des doctrines erronées / et faits-en les héritiers de la vie éternelle.

Ayant répandu comme semence la parole du Christ, / Hérauts du Verbe, vous avez rendu fructueux / en science divine les cœurs de tous les païens, / c’est pourquoi vous méritez d’être appelés bienheureux.

S’étant dépouillés de toute malignité, / les divins Athlètes se sont avancés / courageusement au milieu des supplices / et du ciel ont reçu le vêtement du salut.

Gloire au Père...

Mortifie, très-sainte Trinité / les terribles passions de ma pauvre âme, / par les prières de tes Apôtres divins, / afin que, sauvé, je puisse te glorifier.

Maintenant... Théotokion

Réjouis-toi, pincette de la divine braise, / réjouis-toi, prophétique scellé, / gloire des Apôtres, sainte Mère de Dieu / qui nous as délivrés de la poussière du tombeau.

Vendredi

LE JEUDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire

Une foule des plus injustes, ô Jésus, te condamna / à être crucifié entre deux brigands, / toi le Seigneur et Créateur du monde entier; / voyant l’audace de ces gens, / la terre entière trembla, / pour montrer que tu es, ô Maître, l’Artisan de l’univers.

Tous, nous sommes délivrés de nos péchés / et de la malédiction de la Loi, / car le Maître de la loi est exalté sur la Croix, / faisant jaillir l’incessante bénédiction, / la grâce et la miséricorde sur nous qui chantons sa divine Passion.

Ami des hommes, ce sont nos plaies que tu guéris, / lorsque tes mains sont transpercées; / Seigneur, tu diriges nos pas vers les chemins de ton salut, / lorsque tes pieds sont cloués sur la croix, / ces pieds qui jadis, foulant le Paradis, / firent se cacher le premier homme créé.

* * *

Réjouis-toi, souveraine Mère de Dieu, / sceptre de David et porte du ciel, / buisson non consumé et montagne ombragée; / réjouis-toi, chandelier de la Clarté, / réjouis-toi, Vierge tout-immaculée, / réjouis-toi, ciboire où la manne est conservée; / réjouis-toi, palais du grand Roi, / réjouis-toi, Mère très-pure de notre Dieu, / pince à feu et divine table où notre Pain a reposé; / réjouis-toi, espérance du monde entier.

La houle de mes péchés, comme en une mer en fureur, / passant au-dessus de ma tête, / notre Dame, cherche à me faire sombrer; / mais, comme à Pierre jadis s’enfonçant, / tends-moi la main, je t’en prie, / et guide-moi sain et sauf vers le havre du repentir, / pure Mère de Dieu, toute-digne de nos chants, / espérance du monde entier.

Enténébré par les passions fautives, / malheureux que je suis, / je m’empresse de choir dans le gouffre du désespoir; / Pleine de grâce et Vierge bénie, / fais briller sur moi la clarté / de ta miséricorde et conduis-moi, je t’en prie, / sans détourner de moi ton regard, / Toute-pure, vers des chemins sans détours.

Gloire au Père... Maintenant...

La Toute-pure, te voyant suspendu / sur la croix selon ta volonté, / connaissant ta puissance, fut saisie de chagrin, / ô Christ, et dans sa douleur te cria: / N’abandonne pas ta mère, ô mon Enfant, / ne garde pas le silence envers moi, ô mon Fils, / mais réponds à ta servante, ô Verbe de Dieu.

Prokimenon, ton 6: Le secours me vient / du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre. Verset: Je lève les yeux vers les monts, d’où viendra mon secours.

Apostiches

On t’élève sur la croix, ô Christ notre Dieu, / et tu sauves le genre humain: / nous glorifions, Seigneur, ta salutaire Passion.

On te fixe sur la croix, ô Christ notre Dieu, / et tu ouvres les portes du Paradis: / nous glorifions en toi le Rédempteur du genre humain.

Martyrs du Seigneur qui sanctifiez l’univers / et guérissez toute maladie, / en notre faveur intercédez maintenant / pour délivrer nos âmes du filet de l’ennemi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

La Mère de Dieu, te voyant mourir sur la croix, / s’écria: Hélas, très-doux Enfant, / comment se fait-il que tu endures ces douleurs? / Par ta lance mon cœur est transpercé, / mes entrailles sont consumées par ta Passion; / cependant je te chante, car librement tu as voulu / souffrir tout cela pour sauver l’humanité.

LE JEUDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Chantons une hymne de victoire au Seigneur / qui a mené son peuple à travers la mer Rouge autrefois, / car il s’est couvert de gloire.

Rends-moi favorable le Christ / et sauve-moi au jour de son redoutable jugement, / ô Vierge tout-immaculée.

Répands sur moi une pluie de componction / pour effacer en moi ce qui est vil, / afin que je puisse te glorifier.

Gloire: Ô Vierge qui as enfanté la lumière sans déclin, / de ma nonchalance dissipe les ténèbres sans fond / et répands sur mon être la clarté.

Maintenant: Divine Mère, sauve-moi / de tant de fautes où je me perds, / délivre-moi de toute peine et de la funeste condamnation.

Ode 3

Seigneur qui as tendu la coupole des cieux / et qui as édifié l’Église en trois jours, / rends-moi ferme dans ton amour, / seul Ami des hommes, / haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

Déchu de la sainte vie que je menais, / j’ai fini par ressembler aux bestiaux, / me voici condamné totalement; / mais toi qui as enfanté mon Juge, / préserve-moi de toute peine et sauve-moi.

Vers toi, Souveraine, je me réfugie, / assailli que je suis chaque jour / d’une multitude de tentations; / toi qui as enfanté le Sauveur de tous, le Seigneur, / seule digne de nos chants, prends pitié et sauve-moi.

Gloire: Infranchissable Porte menant vers Dieu, / ô Vierge, ouvre-moi, je t’en prie, / les portes de la pénitence pour effacer / la souillure de mes péchés, / Pleine de grâce, sous les flots de ton amour.

Maintenant: Préserve-moi de l’assaut des passions, / défais les ennemis qui me combattent maintenant, / affermis mon être sur la roche des préceptes divins, / illumine aussi mon âme, / porte sainte de la divine Clarté.

Ode 4

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Guéris les blessures de mon âme, / Vierge comblée de grâce par Dieu; / illumine aussi mon esprit / enténébré par la ruée des passions.

Du sommeil de l’acédie / et des ténèbres du péché / vers la pénitence, Tout-immaculée, / toi la Mère du Verbe, rappelle-moi.

Gloire: Souveraine ayant enfanté / virginalement le Verbe dans la chair, / illumine mon âme et sauve-moi / du feu de la géhenne et de tout châtiment.

Maintenant: C’est en toi que j’ai mis, / Vierge Mère, tout mon espoir: / sauvegarde mon âme, je t’en prie, / toi qui as enfanté mon Sauveur et mon Dieu.

Ode 5

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

De mon âme guéris, / ô Vierge, les incurables passions; / en moi rallume le chandelier / que ma paresse avait éteint / et guide-moi sur le chemin du repentir, / pour que de tout cœur je puisse te glorifier.

Je me condamne moi-même, / Pleine de grâce, avant d’être examiné, / moi qui seul ai commis, pour ma condamnation, / tant d’ignobles forfaits; / toi la protectrice de l’univers, assiste-moi / et d’une peine horrible préserve-moi.

Gloire: Sans cesse tire-moi / de la servitude du péché, / des passions funestes qui font cercle autour de moi / et des malheurs qui me tuent, / Vierge sainte, protectrice des pécheurs, / prompt secours de tout homme ici-bas.

Maintenant: Tout entier, je suis meurtri / par les douleurs mortelles / provenant de la transgression: / vivifie-moi, Vierge pure qui enfantas / pour le monde le rédempteur royal, notre vie, / et guide-moi vers sa divine clarté.

Ode 6

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / de l’abîme du mal retire-moi, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

Il m’a réduit à la mort, / le grand nombre de mes péchés: / vivifie-moi, divine Mère immaculée / qui as mis au monde ineffablement notre Vie, / et guide-moi pour que j’accomplisse la volonté du Seigneur.

En toi nous les fidèles, nous avons / notre rempart et protection, / nous qui sommes sans cesse menacés / par un abîme de maux et de chagrins, / divine Mère, seul refuge des croyants.

Gloire: Toi qui as détruit jusqu’aux racines l’absence de Dieu / par le fruit qui a saintement poussé de toi, / fais disparaître, Vierge immaculée, / le mal que l’ennemi / veut faire croître en mon âme constamment.

Maintenant: Sanctifie mon esprit, / illumine mon cœur, / sainte Mère de mon Dieu; / mets fin aux malheurs qui m’empoignent / pour que je glorifie ta puissante protection.

Cathisme

Merveille nouvelle et mystère étonnant! / s’écria la Brebis vierge voyant son Fils cloué au bois de la croix; / Verbe immortel et divin, que signifie cela, / comment te vois-je en la mort, toi qui ébranles la terre en Seigneur tout-puissant? / Je chante ta redoutable et divine condescendance.

Ode 7

Dans la fournaise les Jeunes Gens / foulèrent la flamme avec ardeur / et changèrent le feu en une fraîche rosée; / et ils criaient: Seigneur notre Dieu, / tu es béni dans les siècles.

Sois compatissante envers moi / qu’a blessé l’aiguillon du péché: / applique-moi le pansement de ton intercession / et préserve du feu qui ne s’éteint / ton serviteur, ô Mère de Dieu.

Mère du Sauveur, tire-moi / de la servitude où les arguments du Mauvais / et l’habitude du péché me tiennent pour mon malheur, / afin que, sauvé pour toujours, / comme il se doit je puisse te glorifier.

Gloire: Vers toi, divine Mère, je me réfugie, / lié que je suis par les chaînes du péché: / dans la tendresse de ton cœur, / ô Vierge, romps mes liens, me délivrant / des démons et du feu éternel.

Maintenant: Ô Vierge, sauve-moi par compassion, / toi qui as enfanté le Verbe compatissant, / et de la lumière qui est en toi / éclaire mon âme, délivre-moi / des démons et de leur funeste perfidie.

Ode 8

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur, le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Celui qui en tout est parfait / et par nature inaccessible / m’est devenu proche en revêtant, / excellente Mère, la chair reçue de toi; / sans cesse intercède auprès de lui / pour qu’il ôte le fardeau de mes iniquités; / et garde mon âme des passions, des démons, / du jugement à venir et des ténèbres sans fin.

Toi qui mis au monde ineffablement / ton Créateur et ton Seigneur, / comme à ton Fils demande-lui / qu’à l’heure du jugement / il épargne la condamnation et le feu, / les ténèbres sans clarté, les grincements de dents / aux fidèles ayant chanté pieusement: / Peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Gloire: Atteinte par les passions, mon âme est ternie, / et ma nonchalance l’obscurcit: / ô Vierge tout-immaculée, / avec foi je me réfugie / vers ta lumineuse intercession; / sauve-moi qui psalmodie: / Jeunes gens, bénissez et vous prêtres, célébrez le Seigneur, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Maintenant: Mon âme meurtrie / par la morsure du serpent, / vivifie-la, ô Vierge immaculée / qui seule as enfanté notre Vie, / et fais que j’accomplisse la volonté de celui / qui est né pour nous; alors je chanterai: / Jeunes gens, bénissez et vous prêtres, célébrez le Seigneur, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Ode 9

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux: / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Illumine, toi la porte de la Clarté, / mon âme aveuglée par les passions, / assombrie pour son malheur par les funestes pensées; / délivre-moi des épreuves et tentations, / du mal causé par les démons, / du terrible examen, du feu et des peines à venir.

Sauveur né d’une Vierge, épargne-moi, / toi qui gardas, même après l’enfantement, / sa virginité à ta Mère: / lorsque tu siégeras pour juger mes actions, / ne regarde pas mes fautes, mes iniquités; / toi le seul sans péché, Ami des hommes, compatis.

Gloire: Pleine de grâce ayant tenu, / comme pince, dans tes bras / l’ardente braise de la divinité, / en mon âme consume les passions, / délivre-moi du terrible feu, de la condamnation / et des peines que font subir les démons.

Maintenant: De ton spirituel rayonnement / éclaire notre âme, notre cœur, notre esprit, / Vierge comblée de grâce par Dieu, / afin que, nous dirigeant par les chemins de la vie, / nous obtenions miséricorde, / nous qui proclamons ta louange en tout temps.

LE VENDREDI À MATINES

Cathisme I

Voyant le Prince de la vie suspendu à la croix, / le bon Larron s’écria, dans un acte de foi: / Si celui qui est crucifié avec nous n’était un Dieu incarné, / le soleil n’aurait pas caché ses rayons ni la terre chancelé de frayeur; / et toi qui supportes patiemment tout cela, / souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.

Sur le calvaire se dressait ta Croix, / balance de justice entre les deux larrons, / dont l’un fut entraîné par le poids de son blasphème jusqu’en Enfer / et l’autre, allégé de ses fautes, monta vers la divine connaissance. / Gloire à toi, ô Christ notre Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Voyant sur la croix, suspendu au milieu des Larrons, / celui qui s’incarna de tes chastes entrailles / et que tu mis au monde, Vierge pure, de merveilleuse façon, / ton cœur fut saisi de douleur et tu pleurais maternellement en criant: / Hélas, mon enfant, quel est ce mystère ineffable et divin / par lequel tu sauves ta création en lui donnant la vie? / Je chante ton amour et ta miséricorde.

Cathisme II

Dieu de bonté qui souffris la croix pour nous, / prenant sur toi la pauvreté d’Adam, / Seigneur sans péché, unique et suprême Bonté, / en ton amour, tu as brisé la force de la mort / et tu as sauvé le monde par ta divine Passion; / je t’en prie, ô Maître qui nous donnes la vie, / prends en pitié mon âme déchue, / Ami des hommes et juste Juge, quand tu jugeras mes actions; / accorde-moi la rémission de mes péchés, / Dieu de tendresse, le seul impeccable, en ton immense compassion.

Au milieu de l’Éden un arbre avait produit la mort, / au milieu de la terre un arbre a fait éclore la vie; / en goûtant du premier nous avons connu la corruption, / du second nous avons obtenu la jouissance de l’immortalité, / puisque sur la croix, ô Dieu, tu sauves le genre humain.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Par le sang de mes entrailles tu devins un mortel / et par ton sang versé tu divinise les mortels; / en ta suprême bonté, tu es descendu / à la recherche de ceux qui avaient goûté la mort sous l’arbre défendu! / s’écriait gémissante la Vierge pure jadis, / voyant le Christ suspendu à la croix; / et devant sa mort elle versa des larmes à flots, / se déchirant le visage et magnifiant son Fils comme Dieu.

Cathisme III

Séduit par l’espoir de devenir comme Dieu, / notre chef de lignée est devenu pour tous ses descendants / la cause de la corruption universelle; / mais tu as voulu, dans ta suprême bonté, / par ta Croix faire jaillir les sources de la vie, / tu t’es laissé clouer pour nous sauver de la première condamnation; / c’est pourquoi, ô Christ, nous chantons ta Passion volontaire.

En ce jour s’illumine le tabernacle des cieux, / en lui se réjouissent les armées célestes, / et les chœurs des Saints s’unissent à leur joie / en la mémoire des victorieux Martyrs; / par leurs prières, ô Christ, envoie sur le monde la paix / et sur nos âmes la grande miséricorde.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Merveille nouvelle et mystère étonnant! / s’écria la Brebis vierge voyant son Fils cloué au bois de la croix; / Verbe immortel et divin, que signifie cela, / comment te vois-je en la mort, toi qui ébranles la terre en Seigneur tout-puissant? / Je chante ta redoutable et divine condescendance.

Psaume 50.

Le canon de la Croix porte en acrostiche: De tous les biens la Croix est la somme. Joseph. Suit le canon à la Mère de Dieu.

Ode 1

Lorsque la Croix par Moïse / fut tracée de son bâton, la mer Rouge se fendit / pour le peuple d’Israël qui passa à pied sec; / puis il ferma l’immense flot / parmi le fracas des chars de Pharaon, / inscrivant sur lui l’arme invincible; / c’est pourquoi nous chantons le Christ notre Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

Étendant, ô Jésus, / tes divines mains sur la croix, / tu rassemblas autour de toi l’ouvrage de tes mains / et, délivrant tous les hommes de l’emprise du Malin, / tu les soumis à ta main toute-puissante, / divin Roi de l’univers; / c’est pourquoi nous les fidèles, nous chantons / ta majesté qui s’est couverte de gloire.

Funeste nous fut en l’Éden / le détestable fruit de l’arbre défendu, / qui introduisit la mort dans le monde; / mais le Christ, mis à mort sur le bois, / pour tous les hommes fit sourdre la vie / et, dans sa divine puissance, il a tué le Serpent; / c’est pourquoi nous chantons notre Dieu, / car il s’est couvert de gloire.

Martyrika: La multitude des Martyrs / a eu le courage de résister / aux souffrances par ta Croix et ta Passion, / de confesser, en présence des ennemis, / que tu règnes sur l’entière création / et de souffrir des supplices, des périls sans fin; / c’est pourquoi ils ont tous obtenu / ta gloire, ô Jésus, et la vie éternelle.

Purifiés par l’aspersion / de ton sang divin, tes Martyrs, / Seigneur, ayant trouvé la rédemption, / ont répandu leur propre sang, / injustement contraints par les tyrans / à offrir des libations aux tueurs d’âmes, les démons; / c’est pourquoi, Roi de tous, / ils t’ont présenté le sacrifice de leur vie.

Théotokion: Lorsque la Vierge pure / te vit cloué sur la croix, / toi dont le regard domine l’univers, / elle dit, en sa douleur: Est-ce là, mon Enfant, / la gratitude de ceux qui ont joui de tes bienfaits, / comment supporterai-je mon malheur? / Mais je glorifie ton œuvre de salut, / Dieu de tendresse et longanime Seigneur.

* * *

À la tête de ses chars le Pharaon fut englouti / grâce au bâton de Moïse / autrefois, merveilleusement, / lorsqu’en forme de croix / il frappa la mer et la fendit, / mais il sauva Israël qui put fuir / et passer à pied sec / en chantant un cantique au Seigneur.

Le fait de proclamer / que tu es la pure Mère de Dieu / nous détourne de toute hérésie, / car tu as enfanté, / divine Génitrice, celui / qui s’est fait chair sans changement, / celui qui domine l’entière création, / comme éternelle Parole de Dieu.

Toute-pure, jouissant du crédit / que te confère ta divine maternité / auprès de celui qui fut enfanté par toi, / le Fils unique, le Verbe / qui du Père partage l’éternité, / consubstantiel au saint Esprit, / sans cesse implore-le pour qu’il sauve du péril / ceux qui te glorifient comme la Mère de Dieu.

T’ayant pour protectrice, / nous ne craignons point, Mère de Dieu, / la foule de nos ennemis / s’opposant aux fidèles / qui sans cesse glorifient / le Seigneur et Dieu de tous / qui s’est incarné de toi: / en notre faveur intercède auprès de lui.

L’esprit le plus céleste, / Vierge toute-digne de nos chants, / est incapable de saisir / l’incompréhensible mystère; / car en ton sein a demeuré / celui qui siège avec le Père dans les cieux / et qui, en deux natures, a bien voulu / sortir de toi comme un enfant nouveau-né.

Ode 3

Un bâton devient la figure de ce mystère: / fleurissant, il décide du sacerdoce d’Aaron / et dans l’Église naguère stérile / fleurit à présent l’arbre de la Croix / pour être sa force et la puissance qui l’affermit.

Te voyant injustement fixé à la croix, / le soleil se voila de noirs habits, / les rochers se fendirent et la terre tressaillit d’effroi, / seul Sauveur, universelle rédemption.

Étendant les mains, Moïse figura la sainte Croix / et nous-mêmes, avec sagesse la traçant, / nous mettons en fuite les nations étrangères vouées aux démons, / demeurant ainsi à l’abri de tout mal.

Martyrika: Au milieu de tant de supplices, les Martyrs / maîtrisèrent leurs souffrances, imitant la Passion / de celui qui, souffrant de plein gré, a mortifié nos passions / et fait surgir la vie sur le monde.

Suivant le chemin du martyre sans défaillance, / les illustres Athlètes ont balayé / les obstacles de l’erreur, pour arriver, / dans l’allégresse, jusqu’aux parvis de notre Dieu.

Théotokion: Hors des lois humaines je t’ai mis au monde, mon Enfant; / comment les impies t’élèvent en croix au milieu de criminels, / toi qui seul as promulgué les normes de la vie? / disait en ses larmes la Mère de Dieu.

* * *

Au commencement, par ton intelligence, tu affermis les cieux / et tu fondas la terre sur les eaux; / ô Christ, rends-moi ferme sur la pierre de tes commandements, / car nul n’est saint / hormis toi, le seul Ami des hommes.

Par la force de la Vie / qui s’est levée de ton sein sur le monde, / relève mon âme réduite à la mort, / efface les cicatrices et les marques du péché, / seule Génitrice immaculée de notre Dieu.

Enfantant le Verbe, tu as scellé / les oracles des Prophètes et leurs visions, / car c’est par eux qu’il a parlé / et il en accomplit les prophéties, / seule Vierge toute-pure et bénie.

Ayant conçu, ô Vierge, dans ton sein, / ineffablement et sans connaître de mari, / celui qu’avant les siècles le Père a engendré, / pour nous tu l’as fait naître homme et Dieu, / parfait en deux natures et sans nulle division.

Dieu, ayant fait sa demeure en ton sein, / y prit chair, divine Mère, comme il le sait, / et par sa Passion vivifiante il nous a tous sauvés; / c’est pourquoi, ô Vierge, / nous te reconnaissons comme la porte du salut.

Ode 4

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Par ta Croix, Sauveur, / le Paradis fut ouvert; / l’homme condamné s’y installe de nouveau, / magnifiant ta suprême bonté.

Comme cèdre portant la foi, / comme cyprès notre espoir / et comme pin la charité, / nous nous prosternons devant l’arbre de la Croix.

Par ta mort, Dieu Sauveur, / tu vivifias les hommes meurtris / et tu mis à mort le Serpent / qui introduisit la mort dans le monde.

Martyrika: Les Témoins de notre Dieu, / s’étant conformés aux souffrances du Christ, / ont également participé, / à la splendeur de sa gloire dans le ciel.

Ayant plu au Verbe bel et bon, / saints Martyrs, vous avez resplendi de sa beauté; / et vous rayonnez de son éclat, / ayant chéri le Soleil de justice.

Théotokion: Tu mis au monde comme enfant nouveau-né / un être avant les siècles parfait / qui sur la Croix, ô Vierge immaculée, / accomplit toutes choses, en sa bonté.

* * *

C’est toi ma force, Seigneur, / toi ma puissance, / toi mon Dieu et mon allégresse; / sans quitter le sein du Père, / tu as visité notre pauvreté; / aussi avec le prophète Habacuc je te crie: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

Après Dieu, c’est toi / que nous avons comme protectrice, / car tu es la Mère de celui / qui nous a formés et façonnés, / qui assuma notre nature / pour la sauver de la corruption et de la mort / et la glorifier de sa gloire dans les cieux.

Étant de race royale, / tu mis au monde pour nous / le Verbe régnant sur l’univers, / qui a pris chair sans changement; / aussi, comme la Mère de Dieu, / à juste titre et en toute vérité, / Vierge toute-sainte, nous te glorifions.

Implore le Dieu qui a pris chair de ton sein, / demeurant ce qu’il était, sans changement, / égal au Père en sa divinité, / devenu consubstantiel à toi qui l’enfantas, / pour qu’il accorde le pardon de leurs péchés / ainsi que le salut de leur âme / à ceux qui te chantent de toute leur foi.

Abaisse, ô Vierge, maintenant / l’orgueil de ceux qui rejettent / la vénération de ton image sacrée, / de celle de ton Fils merveilleusement incarné / pour illuminer le monde entier / et de l’icône de tous les Saints; / éclaire les fidèles qui t’honorent, seule digne de nos chants.

Ode 5

Ô bois de l’arbre trois fois heureux et béni / sur lequel fut mis en croix le Christ notre Roi, notre Seigneur! / Il causa la chute de qui nous séduisit sous l’arbre défendu / et qui fut pris au piège / de ta chair clouée sur la croix, ô Dieu de majesté / qui nous procures la paix pour nos âmes.

Voulant nous revêtir, / nous qui avions été dépouillés, / de la tunique d’immortalité, / ô Christ tu fus dévêtu et mis en croix, / mais tu as mis à nu la ruse de l’Ennemi; / c’est pourquoi nous glorifions tes Souffrances, Seigneur.

Le sang versé par ton côté vivifiant / purifia le monde entièrement, / faisant cesser les sanglantes libations; / il reforma le genre humain corrompu / par le fruit mangé sous l’arbre défendu / et fit sourdre pour nos âmes la vie immortelle.

Martyrika: Rayonnants de la beauté / de leurs multiples blessures, / les illustres Martyrs, signés du sang divin, / ont marché d’un pas ferme vers le glaive / jadis barrant l’accès de l’Éden / et, dans l’allégresse, ont habité le Paradis.

Que tu es admirable dans tes Saints / qui t’ont chéri fidèlement, ô Christ! / Enrichis par toi des biens de Dieu, / sur le monde ils font couler / des fleuves de guérisons / et assèchent l’épanchement de nos passions.

Théotokion: Nous qui étions malades à cause du péché, / Vierge pure, tu nous as guéris / en mettant au monde le Sauveur, / ce médecin de l’univers, / lui-même vulnéré sur l’arbre de la Croix / pour accorder à nos âmes la vie immortelle.

* * *

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

Ô Vierge, sans connaître de mari, / pour nous les hommes tu as conçu / le Verbe qui s’est incarné, / lui que sa nature divine rendait illimité, / et qui de tes entrailles virginales fut formé / hors des lois de la nature, ineffablement.

Ô Vierge, en ta virginité, / tu resplendis de la plus pure beauté, / et de la première Ève tu as recouvert / la honteuse laideur / en enfantant le Christ qui accorde / à qui te célèbre la tunique d’immortalité.

Nous tous qui reconnaissons en toi, / Vierge pure, la véritable Mère de Dieu, / c’est en connaissance que nous proclamons / Dieu et Verbe celui qui est sorti de toi / en deux natures, énergies et volontés / hors des lois de la nature, ineffablement.

Nous qui t’avons comme rempart / et sommes entourés de ta protection, / nous glorifiant de ta divine gloire, / nous te disons bienheureuse: / sur nos âmes, Toute-sainte, en effet / tu fais jaillir l’allégresse et la joie.

Ode 6

Dans les entrailles du monstre marin / Jonas, étendant les mains en forme de croix / â l’image de ta Passion, après trois jours en sortit, / ébauchant la Résurrection universelle / du Seigneur notre Dieu crucifié dans sa chair, / le Christ illuminant le monde / par sa Résurrection le troisième jour.

Sur le lieu du Crâne, au milieu de la terre, / la Croix fut plantée et guérit la blessure / qu’avait occasionnée l’arbre défendu au milieu du Paradis, / car au milieu de brigands criminels / fut suspendu le seul juste, Jésus le Messie; / avec lui il exalta le genre humain / et rejeta dans l’abîme le Démon tombé de haut.

Ô Christ, ayant tendu comme un arc / ta divine et précieuse Croix, / contre le Meurtrier tu as lancé / comme flèches les clous de tes mains, / que tu plantas dans son cœur plein de crime et de fureur, / et sans quartier l’as mis à mort / pour vivifier, Dieu de tendresse, ceux qu’il avait fait périr.

Martyrika: Les flots de sang répandus par les corps des Martyrs / éteignirent, sous le souffle de l’Esprit, / les bûchers du culte des faux-dieux; / ils ont arrosé les sillons de l’Église, / stimulant la croissance des épis, / porteurs de la foi et l’espérance qui procurent le salut / et dont se nourrit toute âme, par grâce de Dieu.

Par leur piété, les Athlètes victorieux / ont fait grandir la flamme de la foi envers Dieu, / lorsque les sentences de juges scélérats / les ont livrés en proie au feu matériel, / mais ils sont restés inconsumés / de par la force et la grâce de l’Esprit, / qui les a couronnés pour avoir lutté selon les règles du jeu.

Théotokion: Un glaive a traversé ton cœur, à la vue / de ton Fils étendu sur la croix, / Vierge immaculée, et supportant / sa Passion et la lance perçant son côté / selon son vouloir, tandis qu’il égorgeait / sur ce même bois l’hostile Dragon; / et dans tes pleurs maternels tu le magnifiais.

* * *

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / retire-moi de l’abîme du mal, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

L’Esprit créateur s’est posé sur toi, / le Verbe de Dieu a logé dans ton sein; / Vierge toute-pure, et s’est fait chair / sans qu’on puisse l’expliquer, / demeurant ce qu’il était, sans changement.

Comme une arche vivante, / c’est l’Auteur de la loi que tu contins / et comme un temple saint / tu as reçu le Dieu saint qui se fit homme, / Toute-pure, pour nous combler de ses bienfaits.

Dame souveraine de l’univers, / c’est ainsi que nous voulons t’appeler, / car ineffablement tu enfantas / l’Être suprême, le Dieu créateur / qui renferme et soutient le monde entier.

Il est Dieu, le fruit de ton sein, / nous le reconnaissons, divine Épouse; / dans ta puissance, implore-le / pour qu’il nous accorde le pardon de nos péchés, / à nous qui t’invoquons, Toute-pure, avec foi.

Ode 7

L’ordre insensé du tyran pervers dompta les peuples, / menace et blasphème / sortaient de sa bouche contre Dieu; / cependant les Jeunes Gens n’ont pas craint sa bestiale fureur / ni la fournaise de feu, / mais dans les flammes crépitant sous le souffle de la rosée / ils unirent leurs voix et chantèrent: / Dieu de nos Pères et le nôtre, Seigneur de gloire, sois béni.

Lorsque tu fus étendu sur le bois de la croix, / Verbe du Père, comme une vigne, / tu fis couler le doux nectar / pour faire cesser l’ivresse du péché / et réjouir le cœur de qui te reconnaît / comme divin Créateur, toi qui souffres librement / et sauves ceux qui chantent: / Dieu de nos Pères et le nôtre, Seigneur de gloire, sois béni.

Tu as souffert, Jésus Christ, / l’infamie de la croix pour effacer / l’opprobre des mortels et leurs gémissements; / goûtant le fiel, tu as ôté / toute l’amertume du mal; / Dieu de tendresse, tu fus couvert de plaies / pour guérir les blessures de nos âmes et nous permettre de chanter: / Dieu de nos Pères et le nôtre, Seigneur de gloire, sois béni.

Martyrika: Courageux Athlètes, par vos peines / c’est la vie sans peine que vous avez héritée; / aussi vous allégez tout à fait nos peines, / recevant d’en haut la grâce / de guérir les douleurs et de chasser les esprits, / d’assurer la défense des croyants / et de sauver ceux qui chantent: / Dieu de nos Pères et le nôtre, Seigneur de gloire, sois béni.

Saints Martyrs, vous avez comparu / devant les tribunaux en confessant le Christ / qui assuma pour nous la chair, sans corruption; / devenus les imitateurs de sa Passion, / vous avez supporté le supplice du feu / et tout autre châtiment, / chantant en l’allégresse:/ Dieu de nos Pères et le nôtre, Seigneur de gloire, sois béni.

Théotokion: Te voyant souffrir injustement, / ô mon Fils, je suis remplie de chagrin; / et mon âme est vulnérée / lorsque la lance perce ton côté, / s’écriait, en ses larmes et sa douleur, / la Mère de Dieu, l’unique Souveraine, qu’avec foi / nous disons bienheureuse à juste titre, chantant: / Dieu de nos Pères et le nôtre, Seigneur de gloire, sois béni.

* * *

La condescendance de Dieu / troubla le feu à Babylone autrefois; / c’est pourquoi les Jeunes Gens / dans la fournaise dansaient d’un pas joyeux, / comme en un pré fleuri, et ils chantaient: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Voici qu’est accomplie maintenant / la divine vision du prophète David, / car ils implorent ta faveur en vérité, / ceux qui possèdent la richesse de la grâce, / pure Génitrice de Dieu, / et bénissent le Dieu de nos Pères.

Maintenant l’univers est comblé / de lumière divine grâce à toi, / Toute-pure, car tu as paru / comme la porte par laquelle notre Dieu / est venu en ce monde illuminer les fidèles chantant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Délivrés des entraves de la mort / par ta divine et virginale maternité / et de la malédiction du premier homme créé, / te reconnaissant comme la Mère de Dieu, / nous chantons, ô Vierge immaculée: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Tous ensemble nous glorifions / en toi la Souveraine et la Mère de Dieu; / grâce à toi le Créateur a gratifié du salut / tout le genre humain; et c’est pourquoi / nous chantons d’un même chœur: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ode 8

Jeunes Gens au nombre égal à celui de la Trinité, / bénissez le Père créateur et chantez le Verbe / qui descendit, changeant le feu en rosée, / et exaltez dans les siècles l’Esprit très-saint / qui donne la vie à tous les êtres.

Bénissez le bois par lequel fut effacé / la funeste malédiction produite en l’Éden / par le fruit mangé sous l’arbre défendu, / car sur lui le Christ a bien voulu / être élevé, en sa miséricorde et suprême bonté.

L’illustre Patriarche, croisant les mains / jadis pour bénir ses descendants, / traça l’image de la sainte Croix, par laquelle sont bénis / ceux qui avaient hérité la malédiction de l’arbre défendu / et s’étaient enfoncés dans le gouffre du péché.

Dressé en croix, tu redresses le genre humain, / et voici que tombe la masse des démons; / ce qui était divisé retrouve l’unité, / tandis qu’est exaltée la force de ton pouvoir / et de ta puissance dans tous les siècles.

Martyrika: Vous êtes à présent les héritiers du séjour lumineux, / de la bienheureuse gloire, de la nourriture d’éternité, / divins Athlètes du Seigneur, / et vous habitez avec les armées célestes, / ayant reçu dans l’allégresse l’objet de vos splendides espoirs.

Plus que soleil a brillé votre courage, / lumineux Athlètes du Christ / et par la divine puissance, saints Martyrs, / vous avez éclipsé l’erreur du Diable, / illuminant les cœurs des fidèles dans tous les siècles.

Théotokion: Nuée lumineuse, tabernacle de sainteté, / trône et porte de Dieu, chandelier de la Clarté, / orient du Verbe, c’est ainsi que nous les croyants, / nous t’appelons, Vierge toute-pure, / Mère bénie du Créateur de l’univers.

* * *

Sept fois plus que de coutume, / dans sa fureur le tyran des Chaldéens / fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; / mais, lorsqu’il les vit sauvés / par une force plus puissante, il s’écria: / Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur / et vous, prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

De la lumière sans déclin, / Toute-sainte, tu fus la demeure, / car tu as brillé de virginal éclat, / et tu as illuminé ceux qui de toute leur âme / te reconnaissent pour la Mère de Dieu et s’écrient: / Jeunes gens, bénissez le Christ / et vous prêtres, louez-le, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

L’éternelle Parole de Dieu / proférée par le Père, / celui qui, selon la volonté paternelle, / assembla l’univers à partir du néant, / tu l’as enfanté divinement / lorsque pour nous les hommes il s’incarna; / aussi nous te disons Mère de Dieu selon la vraie foi, / exaltant le Christ dans tous les siècles.

Mère de Dieu toute-pure, tu as paru / plus sainte que l’armée des Anges dans le ciel, / car tu as enfanté / leur Créateur et Seigneur / de ton sein virginal, sans connaître de mari, / sans confusion ni changement, / une seule personne en deux natures, / le Dieu suprême qui assuma notre chair.

Mon âme mise à mort par le péché, / envenimée par la morsure du Serpent, / Vierge inépousée qui enfantas / hors des lois de la nature le Dieu / capable de vivifier l’univers, / relève-la pour qu’elle puisse psalmodier: / Prêtres, bénissez le Christ, / peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Ode 9

Pour avoir jadis mangé le fruit défendu, / notre race a vu fondre la mort sur elle / qui cède en ce jour devant le triomphe de la Croix, / car la malédiction de tous les descendants de notre prime aïeule est effacée / par le fruit de la pure Mère de Dieu / que les Puissances angéliques magnifient dans le ciel.

Dieu de tendresse, t’exaltant, / nous nous prosternons devant ta lance et ta Croix, / devant l’éponge, le roseau, / les clous de tes mains et de tes pieds, / par lesquels nous trouvons la parfaite rémission / et sommes rendus dignes du séjour au Paradis.

Juste Juge et seul Roi de l’univers, / par quelle injuste condamnation / te voilà fixé sur une croix, / toi qui veux justifier tous les fidèles / qui glorifient ta Passion volontaire / et magnifient sans cesse ton œuvre de salut!

Martyrika: Livrant leur corps aux supplices de bon gré, / les illustres Martyrs ont souffert les tourments, / la mort violente, les membres arrachés, / les déchirures et tout autre châtiment, / brûlant d’amour pour le Seigneur; / c’est pourquoi dans le ciel ils se trouvent couronnés.

Douceur des Apôtres et des Martyrs, / par leurs prières exauce nos vœux, / dans la tendresse de ton cœur, / nous accordant le pardon de nos péchés si nombreux, / l’humilité et le séjour en ton royaume, / Christ, Dieu de tous, qui t’es incarné pour nous.

Théotokion: Tu es la chambre nuptiale, pleine de clarté, / de celui qui logea dans ton sein virginal / et de plein gré souffrit sa bienheureuse Passion, / accordant, par un effet de son ineffable pitié, / l’absence de passions à tous les hommes; / nous prosternant devant lui, nous les fidèles, nous te magnifions.

* * *

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux: / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Fais que la sainte Église soit victorieuse des hérésies, / elle que le Christ, ton Enfant, / Pleine de grâce, a rachetée au prix de son sang; / Souveraine, sauve-nous / de tout péril et de l’emprise du mal.

Chassés que nous étions du séjour céleste et tombés dans la mort, / tu nous as rappelés, pure Mère du Rédempteur, / et nous as rendus dignes de marcher, / Mère de Dieu, vers notre ancienne patrie; / c’est pourquoi sans relâche nous te magnifions.

Mère de Dieu, donne-moi de franchir aisément / la tempête des épreuves de la vie, / apaisant la turbulence des passions / et me guidant vers le cours céleste des vertus, / afin que sans cesse je magnifie tes bienfaits.

Toi qui mis au monde le Sauveur et Rédempteur, / accorde-moi, ô Vierge, de trouver le salut, / brisant par tes prières les liens de nos péchés; / car tout ce que tu souhaites réussit, / puisque tu as porté sur ton sein le Roi de tous, incomparable en sa bonté.

Exapostilaire (ton 2)

Sceptre royal de mon Christ, ô sainte Croix, / victoire des princes chrétiens, / gloire de la véritable foi, / garde ceux qui se prosternent devant toi, / afin que ne puissent triompher les doctrines erronées.

Croix, gardienne de tout l’univers, / Croix, le charme et la beauté de l’Église, / sceptre vraiment royal qui soutient la vigueur de notre foi, / Croix, le suprême effroi des légions de l’enfer, / Croix, la gloire des Anges dans le ciel.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Se tenant près de la croix, celle qui t’enfanta sans semence / s’écria dans les larmes: Hélas, très-doux Enfant, / comment se couche la Lumière de mes yeux, / comment es-tu compté parmi les morts, toi la Source de vie?

Apostiches

Le bâton de Moïse, Sauveur, / préfigura ta sainte Croix: / par elle tu sauvas, en effet, / Ami des hommes, ton peuple comme du fond de la mer.

Le Paradis jadis planté en Éden / a fait croître l’arbre de la science en son milieu; / et ton Église, ô Christ, a fait pousser ta sainte Croix, / qui fait jaillir la vie sur le monde; / mais le premier a fait mourir Adam qui en mangea, / tandis que la seconde a vivifié le bon Larron, qui fut sauvé par sa foi; / permets-nous, ô Christ notre Dieu, / de participer à la même rédemption, / toi dont les souffrances nous ont sauvés de la fureur de l’Ennemi, / et rends-nous dignes de ton royaume dans les cieux.

Comment vous appellerons-nous, saints Martyrs? / Chérubins? car vous êtes le trône du Christ; / Séraphins? car vous le glorifiez incessamment; / Anges? puisque vous avez renoncé à votre corps; / Puissances? pour les miracles accomplis: / vous avez tant de noms et plus encore de dons! / Intercédez pour le salut de nos âmes.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Merveille inouïe, / mystère étrange qui suscite l’effroi: / comment l’Immortel par nature est suspendu sur la croix, / comment goûte la mort à présent, / comment est condamné l’innocent? / Cache ta lumière et tressaille d’effroi, / soleil, en constatant l’audace des impies! / gémissait la Vierge en voyant / sur la croix le Christ, son enfant.

LE VENDREDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, / comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, / et rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, / d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.

Sur la croix, ô Christ, tu étendis les mains, / tu couvris de honte les puissances et les principautés du mal / et sauvas de leur funeste emprise / les fidèles qui te magnifient.

Mis en croix et transpercé par la lance du soldat, / tu fis jaillir les flots de la vie immortelle / sur nous qu’avait réduits à la mort une folle transgression; / c’est pourquoi dans la crainte nous te célébrons.

S’étant faits étrangers aux plaisirs de la terre, / les Martyrs se sont eux-mêmes livrés / à d’étranges tourments, vulnérant Bélial / par leurs propres blessures sacrées.

Gloire au Père...

Glorifiant l’unique pouvoir sans commencement / du Père, du Fils et du saint Esprit, / venez, fidèles, prosternons-nous, / demandant à notre Dieu le pardon de nos péchés.

Maintenant... Théotokion

Lorsqu’elle vit en sa chair suspendu â la croix / le Verbe, l’Agneau de Dieu, l’Emmanuel, / l’unique Brebis, la seule Vierge sans défaut / se mit à pleurer, consumée de chagrin.

Samedi

LE VENDREDI SOIR À VÊPRES

Si l’on chante aux Matines du samedi Le Seigneur est Dieu, l’ordre des Vêpres est le suivant: au Lucernaire, 6 stichères du Saint du jour (ou, à défaut de Ménée, les Despotika redoublés); aux Apostiches, 3 Martyrika, avec les versets habituels (psaume 122). Tropaire apolytikion du Saint du jour et théotokion dominical du ton occurrent.

S’il y a Alléluia: au Lucernaire, 3 stichères du Ménée (ou, à défaut, tes 3 Despotika) et 3 Martyrika; aux Apostiches, 1 Martyrikon et 2 Nékrosima, avec les versets des Défunts. Tropaire, Nékrosimon et Théotokion du ton 2, quelle que soit la semaine: Apôtres, Prophètes et Martyrs... Gloire au Père... Seigneur, souviens-toi... Maintenant... Mère de l’ineffable Clarté.

Lucernaire

Despotika

Je ressemble au stérile figuier, / ayant revêtu l’habit de sainteté / comme des feuilles qui ne couvrent aucun fruit; / Seigneur, je redoute la cognée: / ne me retranche pas pour m’envoyer / au feu qui ne s’éteint dans l’éternité; / accorde-moi le temps du repentir, / pour que je t’offre le beau fruit de mes bonnes actions / et sois jugé digne de ton royaume, dans les cieux.

Seigneur de tendresse, Seigneur, / moi ton serviteur qui chaque jour / ai gravement courroucé ton amour et ta bonté, / ne me rejette pas loin de ta face, / dans ta juste colère, ne me châtie pas, / j’ai péché, je le confesse, comme nul autre contre toi: / fais-moi grâce et sauve-moi / par les prières de la Mère de Dieu.

Lorsqu’en ta gloire, comme Roi de l’univers, / tu siégeras sur le trône du jugement, / lorsqu’avec crainte les Anges feront cercle autour de toi / et que le genre humain tout entier / comparaîtra devant toi pour être jugé, / alors par les prières de ta Mère, Seigneur, / sauve de tout châtiment / tes serviteurs endormis dans la foi.

* * *

Martyrika

Martyrs du Seigneur qui sanctifiez l’univers / et guérissez toute maladie, / intercédez maintenant en notre faveur / pour délivrer nos âmes du filet de l’ennemi.

Tes Martyrs, Seigneur, oubliant cette vie / et méprisant aussi les tourments / à cause de la vie éternelle, / obtinrent l’héritage des cieux / et ils partagent la joie des Anges: / par leurs prières accorde à ton peuple la grande miséricorde.

Toute gloire et toute louange revient aux Martyrs: / ils ont courbé la nuque sous le poignard, / à cause de toi qui descendis en inclinant les cieux; / ils ont versé leur sang / pour toi qui t’es abaissé / en prenant la forme d’un serviteur; / et, s’humiliant jusqu’à la mort, ils ont suivi ta pauvreté: / Seigneur, par leurs prières et selon ta miséricorde, aie pitié de nous.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Le Roi des cieux, dans son amour pour les hommes, / s’est manifesté sur la terre, / il a conversé avec les hommes; / ayant pris chair d’une Vierge pure / et sorti d’elle par l’enfantement, / il est le Fils unique, une seule personne en deux natures. / Et nous qui proclamons en toute vérité / la perfection de sa divinité et de son humanité, / nous confessons le Christ notre Dieu. / Mère inépousée, intercède auprès de lui, / pour qu’il accorde à nos âmes sa miséricorde.

Prokimenon, ton 7: Ô Dieu, tu es le rempart qui me protège, / et ta miséricorde me prévient.

Verset: Seigneur, délivre-moi de mes ennemis, et de mes adversaires protège-moi.

Apostiches

Martyrikon

Martyrs du Seigneur qui sanctifiez l’univers / et guérissez toute maladie, / intercédez maintenant en notre faveur / pour délivrer nos âmes du filet de l’ennemi.

Nékrosima

Heureux ceux que tu as élus, ceux que tu as pris, Seigneur, avec toi.

Je pleure et me lamente quand je pense à la mort, / lorsque je vois gisant dans les tombeaux / sans forme, sans gloire et sans attrait / la grâce qui nous fut donnée à l’image de Dieu: / prodigieux mystère que notre destin! / comment se fait-il que nous descendions au tombeau, / que nous soyons intimement liés à la mort? / Selon les Écritures, c’est par l’ordre de Dieu, / qui accorde aux trépassés le repos.

Leur souvenir demeure d’âge en âge.

Ta mort, Seigneur, nous procure la vie immortelle / et par ta mise au tombeau / tu nous ouvres le Paradis: / accorde aux trépassés le repos et la paix.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Porte du Verbe, Vierge immaculée, / toi la Mère de notre Dieu, / intercède pour notre salut.

LE VENDREDI SOIR À COMPLIES

Ode 1

Chantons une hymne de victoire au Seigneur / qui a mené son peuple à travers la mer Rouge autrefois, / car il s’est couvert de gloire.

Mortifie mes pensées charnelles / et préserve-moi de toute peine, / Vierge pure qui enfantas notre Vie.

Du clair Rayon issu de toi / illumine, ô Vierge, le regard de mon âme, / pour que je puisse te glorifier.

Gloire: Intercède, sainte Mère de Dieu, / pour que je trouve au jour du jugement / le salut et la divine clarté.

Maintenant: Apaise les souffrances de mon cœur, / divine Mère qui sans douleurs / ineffablement mis au monde le Christ.

Ode 3

Tu es le firmament de qui chemine vers toi; / les habitants des ténèbres trouvent en toi leur clarté / et mon âme te chante, Seigneur.

Des traits de l’ennemi, / ô Vierge, par tes prières garde-moi / et préserve mon cœur de l’assaut des pensées.

Guéris les blessures de mon âme, / toute-pure Mère de Dieu, / calme par tes prières le tumulte de mon cœur.

Gloire: Apaise le trouble de mes pensées, / ôte de mon âme tout chagrin, / Souveraine qui mis au monde notre Joie.

Maintenant: Fierté des Apôtres et des Martyrs, / réjouis-toi, Vierge Mère du Christ, / salut de ceux qui accourent vers toi.

Ode 4

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Verbe de Dieu blessé pour moi, / dans ton amour pour les hommes, / soigne les plaies de mon âme / et veuille illuminer les ténèbres de mon esprit.

Le sommeil du péché m’a saisi, / la somnolence du nonchaloir: / par ta vigilante intercession / éveille-moi au repentir.

Gloire: Assailli par les tentations, / je t’appelle à mon aide: empresse-toi, / Souveraine toute-pure, de me sauver, / toi qui as mis au monde le Verbe sauveur.

Maintenant: Sainte Épouse de notre Dieu, / Souveraine du monde, sauve-moi / en me préservant de tout malheur / et dissipe le trouble des passions.

Ode 5

En cette veille et dans l’attente du matin, / Seigneur, nous te crions: Prends pitié et sauve-nous, / car tu es en vérité notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi.

Vierge immaculée, regarde vers moi, / écoute mon appel, / efface entièrement, / Souveraine, mes iniquités.

Toi qui as enfanté le Soleil sans déclin, / éclaire-moi tout à fait / qui suis assombri par les passions, / pour que je puisse te louer et glorifier.

Gloire: Très-sainte Vierge, aie pitié / de mon âme réduite au désespoir: / dans ma détresse, accorde-moi / d’échapper à l’éternel châtiment.

Maintenant: Guéris mon âme accablée / par toutes sortes d’infirmités, / Souveraine immaculée / ayant mis au monde le céleste Médecin.

Ode 6

L’abîme de mes fautes, la houle du péché / me troublent et me poussent violemment / vers le gouffre du désespoir; / tends vers moi ta main puissante / et comme Pierre sur les flots / sauve-moi, ô divin Nautonier.

Divine Mère, mortifie / les élans passionnés de ma chair, / toi dont l’enfantement rendit la vie / à ceux que le mal avait réduits â la mort; / alors je pourrai te glorifier / comme la cause de notre renouveau.

Toi qui enfantas l’Ami des hommes, / l’Océan de miséricorde, / sauve mon âme également / des afflictions de cette vie, / ouvre-moi les portes de la joie spirituelle, / puisqu’en toi seule j’ai mis mon espoir.

Gloire: Toi qui es capable de compassion / pour avoir enfanté le Verbe ami des hommes, / préserve-nous de la violence et du péril: / c’est toi qu’en effet nous avons, / nous les fidèles, Souveraine immaculée, / comme unique et invincible protection.

Maintenant: Dépassant la nature, tu as enfanté / celui qui, sans quitter le sein paternel, / a vécu parmi les hommes, ô Vierge, grâce à toi; / divine Mère, aie compassion / de nous tous qui nous réfugions / auprès de toi, notre gloire et notre abri.

Cathisme

Le Verbe du Père est descendu sur terre, / un Ange de lumière a dit à la Mère de Dieu: / Réjouis-toi, Vierge bénie qui seule as conçu / le Dieu d’avant les siècles en ta virginité, / pour qu’il puisse sauver de l’égarement / le genre humain, lui le Dieu tout-puissant.

Ode 7

Dans la fournaise les Jeunes Gens / foulèrent la flamme avec ardeur / et changèrent le feu en une fraîche rosée; / et ils criaient: Seigneur notre Dieu, / tu es béni dans les siècles.

Hélas, comment fuirai-je les peines qui m’attendent / pour le mal que j’ai commis en cette vie / et comment me présenter devant le Juge terrifiant? / Malheureux que je suis! / Divine Génitrice et notre Dame, sois mon aide ce jour-là.

Éteins le feu de mes passions, / apaise le tumulte de mon cœur, / divine Mère immaculée; / de la flamme éternelle préserve-moi, / garde-moi d’être châtié par les démons.

Gloire: Considère mon affliction, / la multitude des maux qui s’abattent sur moi: / procure-moi du répit avant mon départ / en usant auprès de ton Fils / de ton intercession maternelle.

Maintenant: Sous la divine rosée, / éteins la flamme de mes passions; / ô Vierge, préserve-moi / de la terrible géhenne de feu, / de l’emprise des démons et de l’éternel châtiment.

Ode 8

Devenus par ta grâce vainqueurs / du tyran et de la flamme, les Jeunes Gens / si fort attachés à tes commandements / s’écrièrent: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Ô Vierge, mortifie / tout soulèvement de notre chair, / toi qui mis à mort le serpent par ton enfantement vivifiant; / intercède pour que nous obtenions la vie éternelle, / afin qu’en tous les siècles nous puissions te chanter.

À l’aide je t’appelle constamment: / ne déçois pas mon attente, ô Mère de Dieu; / mes œuvres sont infâmes, compatis, / Vierge pure, évite-moi le brasier, / épargne-moi l’éternel châtiment.

Gloire: Pleine de grâce, montre-toi, / dans les maux qui m’assaillent, mon secours; / garde-moi des coups portés par les démons, / afin que je puisse te dire bienheureuse en tout temps, / divine Mère, protectrice de tous.

Maintenant: Vierge tout-immaculée, / fierté des Apôtres, gloire des Martyrs, / fais que je puisse prendre part / à la gloire éternelle, moi qui chante: bénissez / l’Esprit saint dans tous les siècles.

Ode 9

Le ciel fut saisi de stupeur / et les confins de la terre furent frappés d’étonnement / lorsqu’aux hommes Dieu s’est montré revêtu de notre chair; / et ton sein est devenu plus vaste que les cieux: / ô Mère de Dieu, / l’assemblée des Anges et des hommes te magnifie.

Sous ta lumière sans couchant / dissipe les ténèbres de mon âme, toi la porte de la Clarté, / et montre-moi les lumineux chemins du repentir, / pour qu’en faisant route sur eux / j’évite les ombres du péché / et sans cesse puisse te magnifier.

À tes serviteurs fais grâce, en ta bonté, / accorde-leur le pardon de leurs péchés, / de la flamme éternelle délivre-les, / donne-leur part à ton royaume, ô Verbe de Dieu, / puisque tu as souffert la croix / afin de sauver le genre humain.

Gloire: Donne-moi de passer sans obstacles le reste de ma vie, / accorde-moi de surmonter les épreuves, / dans ta bonté, apaise mes passions, / conduis-moi, par les vertus, au royaume des cieux, / guide-moi vers le repos céleste, / afin que, sauvé, je te puisse glorifier.

Maintenant: Mon âme atteinte par les passions funestes, / dans ta miséricorde, guéris-la, / toi qui as enfanté le Dieu de toute bonté; / délivre-moi de qui m’afflige sans répit, / afin que, sauvé, je puisse de tout cœur / magnifier en toi la grande gloire du genre humain.

LE SAMEDI À MATINES

Cathisme I

Saints Martyrs, vous apparaissez comme de mystiques flambeaux, / par votre foi vous avez dissipé les ténèbres de l’erreur, / vous avez illuminé la lampe de nos cœurs; / dans la gloire des cieux vous avez rejoint la chambre de l’Époux: / intercédez auprès de lui pour le salut de nos âmes.

Ayant mortifié, par le renoncement, / l’ardeur et l’élan de leurs passions, / les Martyrs du Christ ont reçu le pouvoir / de chasser toute langueur et toute maladie / et de faire des miracles, vivant après leur mort. / Ô merveille étonnante: de simples ossements / deviennent une source de guérison, / Glorifions l’unique sagesse du Dieu créateur.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Toi qui es né de la Vierge et souffris pour nous la croix, / qui par ta mort vainquis la mort et nous montras la résurrection, / ne dédaigne pas ceux que ta main a façonnés; / montre-nous ton amour, ô Dieu de miséricorde, / exauce les prières de celle qui t’enfanta / et sauve, Sauveur, le peuple qui espère en toi.

Cathisme II

Prophètes, Martyrs du Christ et Pontifes saints / qui avez combattu le bon combat selon les règles et dans la foi / et reçu de Dieu des couronnes qui ne peuvent se flétrir, / sans cesse implorez pour nous de sa bonté / qu’il nous accorde, en sa divine indulgence, le pardon de nos péchés.

Les fidèles passés de cette vie éphémère vers toi, / agrège-les, Seigneur, au nombre des Justes, dans les parvis de tes élus, / leur accordant le repos là où résonne l’écho de la fête, / dans les délices sans fin du Paradis, / leur pardonnant les fautes commises de plein gré ou sans le vouloir, / Ami des hommes, en ta suprême bonté.

Abîme de sagesse qui aimes les hommes et diriges toutes choses en vue du salut, / unique Créateur dont chacun reçoit ce qui lui convient, / accorde le repos, Seigneur, aux âmes de tes serviteurs, / car leur espoir repose en toi, / notre Auteur, notre Créateur et notre Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Tu es notre rempart et notre havre de salut, / la plus sûre médiatrice auprès du Dieu que tu conçus, / Vierge Mère de Dieu, tu es le salut des chrétiens.

Psaume 50.

Le canon de Tous les Saints porte en acrostiche: Du nouvel Octoèque, c’est la fin en Dieu; et l’œuvre est de Joseph. Celui des Défunts, œuvre de Théophane, a pour acrostiche: Pour les fidèles défunts mon huitième chant.

Ode 1

Chantons une hymne de victoire au Seigneur / qui a mené son peuple â travers la mer Rouge autrefois, / car il s’est couvert de gloire.

Nobles Athlètes du Seigneur, / vous êtes apparus comme les perles de grand prix / ornant la couronne de l’Église du Christ.

Les sages Pontifes ont brillé / de la divine splendeur de leur doctrine et des vertus, / illuminant les cœurs des fidèles.

Nous t’implorons, Verbe de Dieu, / admirable en tes Prophètes et Moines saints: / sauve-nous par leurs prières.

Nékrosimon: Lorsque tu viendras pour rendre un juste jugement, / juste Juge et Verbe de Dieu, / épargne la condamnation à tes fidèles trépassés.

Théotokion: Ayant su que tu l’avais enfanté, / le chœur des saintes Femmes a lutté pour 1e Seigneur, / puis à ta suite, ô Vierge, lui fut présenté.

* * *

Traversant la mer à pied sec / et fuyant la servitude des Égyptiens, / le peuple d’Israël s’écria: / Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Par leurs souffrances et leur trépas / ayant imité la Passion et la mort du Christ, / en chœur les saints Martyrs ont obtenu / la vie divine et la béatitude des cieux.

Sans regarder aux péchés de leur jeunesse, / passant outre à leurs fautes, Christ Sauveur, / veuille agréger au nombre des élus / tes serviteurs endormis avant nous.

Donne en partage abondamment / la gloire et l’allégresse qu’ont obtenu / ceux qui ont rejoint le bienheureux séjour / aux serviteurs qu’en ta bonté tu as pris avec toi.

Théotokion: Tu as conçu le Verbe du Père éternel / uni en sa personne à la chair reçue de toi, / Vierge tout-immaculée, / celui qui a détruit l’Enfer par sa puissante divinité.

Ode 3

Toi qui affermis par ton verbe les cieux / et fondas la terre sur la masse des eaux, / rends-moi ferme également, / pour que je chante ta gloire, Seigneur.

Les Martyrs, ayant repoussé / d’un cœur ferme les sacrifices impurs, / devinrent, pour le Verbe offert en sacrifice, / des victimes de toute pureté.

Renouvelant par vos paroles sacrées / ceux qui avaient vieilli sous tant de péchés, / vous êtes apparus comme Disciples de ce Dieu / qui apporta au monde le renouveau.

La grâce de l’Esprit très-saint / clairement donnée aux Prophètes en premier lieu / a comblé en ces temps ultimes / les Ascètes de charismes divins.

Nékrosimon: Place avec les chœurs de tes Saints / les fidèles ayant quitté cette vie, / fais d’eux les citoyens du Paradis, / en ton ineffable miséricorde, Seigneur.

Théotokion: Bien que n’étant limité par nul espace, / Jésus habita, sans s’y trouver à l’étroit, / tes entrailles sanctifiées, / Vierge pure et toute-digne de nos chants.

* * *

Seigneur qui as tendu la coupole des cieux / et qui as édifié l’Église en trois jours, / rends-moi ferme dans ton amour, / seul Ami des hommes, / haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

Purifiés de la faute ancestrale / par le Baptême et la seconde naissance, / bienheureux Martyrs, des flots de votre sang / vous vous êtes aspergés / et dans le ciel vous régnez avec le Christ.

Toi qui fus déposé au sépulcre selon ton gré / et rappelas ainsi les hôtes des tombeaux, / Sauveur, qu’il te plaise d’accorder / à nos frères que tu as pris avec toi / le séjour dans les tabernacles de tes élus!

Mû par la divine tendresse de ton cœur / et la bonté que nous savons ton propre bien, / Sauveur et Maître, donne le repos / à tes fidèles serviteurs, / leur accordant le pardon de leurs péchés.

Théotokion: Celui qui a pris chair de ton sein / et s’est fait homme, étant par-dessus tout / le seul ami du genre humain, / sauve l’homme des portes de la mort, / pure Mère de Dieu, seule digne de nos chants.

Ode 4

Seigneur, j’ai perçu / le mystère de ta venue, / sur tes œuvres j’ai médité / et j’ai glorifié ta divinité.

Parvenus sur le stade du témoignage, / divins Athlètes bienheureux, / par la ferveur de votre esprit / vous avez mis le feu aux broussailles de l’erreur.

Tu as comblé de gloire, Seigneur, / tes Pontifes et tes Moines saints; / par leurs prières fais qu’aussi / je participe à ta gloire dans les cieux.

Le divin souffle de l’Esprit / dont les Prophètes furent illuminés / a donné aux sainte Femmes le pouvoir / de détruire l’orgueil de l’Ennemi.

Nékrosimon: Laisse-toi fléchir, suprême Bonté, / permets à tes fidèles serviteurs / que tu as fait passer auprès de toi / d’exulter en compagnie de tes Saints.

Théotokion: Hors des lois de la nature / tu enfantas, ô Vierge immaculée, / le divin Législateur renouvelant / la nature déchue des mortels.

* * *

C’est toi ma force, Seigneur, / toi ma puissance, / toi mon Dieu et mon allégresse; / sans quitter le sein du Père, / tu as visité notre pauvreté; / aussi avec le prophète Habacuc je te crie: / Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes.

Afin de contempler ta gloire, Seigneur, / et d’obtenir sûrement dans les cieux / la splendeur de ta clarté, / les divins Martyrs ont souffert en luttant / les épreuves multiples des tourments, / chantant pour toi, ô Christ: / Gloire à ta puissance, Seigneur notre Ami.

Nombreuses sont les demeures auprès de toi / et chacun y trouve sa part / selon ses mérites et le degré de ses vertus; / Dieu de miséricorde, Sauveur, / permets qu’en héritent tous ceux / qui, trépassés, te chantent dans la foi: / Gloire à ta puissance, Seigneur notre Ami.

Homme, tu l’as été comme nous, / Immortel, et tu souffris notre mort / pour nous montrer la route de la vie; / fais-en profiter les trépassés, / Seigneur ami des hommes, / pardonne aussi tous leurs péchés / et donne-leur de communier à ta clarté.

Théotokion: Tu es la gloire des croyants, / c’est toi leur avocate, / le refuge, le rempart / et le havre des chrétiens: / tu portes leurs prières devant ton Fils / et tu sauves de tout danger / les fidèles qui te reconnaissent pour la Mère de Dieu.

Ode 5

Éclaire-nous de tes préceptes, Seigneur, / et par la force de ton bras tout-puissant, / Ami des hommes, donne au monde la paix.

Les saints Martyrs ont supporté les blessures de la chair; / c’est pourquoi, vulnérant les démons, / ils guérissent sans cesse nos plaies.

Saints Pontifes de Dieu, / avec tous les saints Moines priez le Christ / de nous accorder le pardon de nos péchés.

Épuisant leur chair dans l’ascèse ou les tourments, / les saintes Martyres et les Femmes consacrées / ont mérité les biens qu’elles avaient espérés.

Nékrosimon: Toi qui détruisis la mort par ta mort, / immortel Ami des hommes, fais reposer / tes fidèles serviteurs morts en l’espoir de la vie.

Théotokion: Ayant enfanté dans la chair / Jésus, le seul Seigneur qui nous justifie tous, / tu fis cesser, Vierge pure, l’ancestrale condamnation.

* * *

Pourquoi m’as-tu repoussé / loin de ta face, Lumière inaccessible? / Malheureux que je suis, / les ténèbres extérieures m’ont enveloppé; / fais-moi revenir, je t’en supplie, / et dirige mes pas vers la lumière de ta loi.

De ta gloire ineffable, / de ta béatitude qui dépasse tout esprit / permets que, dans les tabernacles de tes Saints, / là où résonne l’écho de la fête, / dans ta bonté, profitent les défunts / pour une vie sans peine, seul Ami du genre humain.

Là où les Anges en chœur, / là où le peuple des Justes exultent de joie, / dans le sein d’Abraham, divin Sauveur, / veuille placer tes serviteurs / et permets-leur, en ton amour, de se tenir / avec assurance devant le redoutable trône de Dieu.

En toi nous avons vu notre pardon, / notre justice et notre rédemption; / par tes plaies et tes blessures tu nous as guéris, / Dieu de tendresse, de toute maladie; / en ta bonté, place donc les défunts / dans les délices du Paradis.

Théotokion: En ta miséricorde et compassion, / tu assumas notre condition humaine, / toi dont la gloire dans le ciel / brille de sublime élévation; / et du sein virginal tu pris une chair / douée d’âme et de raison, pour détruire la mort.

Ode 6

Sauveur, accorde-moi ton pardon, / malgré le nombre de mes péchés; / retire-moi de l’abîme du mal, je t’en supplie; / c’est vers toi que je crie; / Dieu de mon salut, Seigneur, exauce-moi.

Par vos blessures sacrées, / vous guérissez les maladies de nos âmes / et vous effacez les plaies de nos corps, / vulnérant, saints Martyrs, / la multitude des funestes démons.

Le chœur des saints Moines, / le cortège des Pontifes, / la sainte multitude des Femmes consacrées, / ayant lutté avec ardeur, / ont trouvé le repos dans le ciel.

Ascètes, mortifiant votre chair, / c’est la vie que vous avez obtenue; / sages Pontifes, ayant conduit / saintement le troupeau du Seigneur, / c’est la gloire immortelle que vous avez mérités.

Nékrosimon: Verbe, tu es la vie pour les vivants, / pour les morts le repos éternel: / tes serviteurs qui sont passés de ce monde / vers toi, sur un signe divin, / place-les dans le sein de ton serviteur Abraham.

Théotokion: Il a fait sa demeure en ton sein, / le Reflet du Père, ô Vierge immaculée: / grâce aux rayons immatériels de sa divinité / il a chassé les ténèbres des multiples faux dieux / et sur le monde répandu sa clarté.

* * *

«Sauveur, accorde-moi ton pardon»

Tes saints Martyrs ont enduré, / Sauveur, de multiples tourments, / blessés en leur âme par ton amour, / désireux de ta gloire sans fin / et voulant jouir de ta douce communion. Sauveur, tu déchiras / les entrailles de l’hostile Mort / et ressuscitas tous ses captifs, / leur accordant la vie; Bienfaiteur, / fais-en jouir à présent les défunts.

Des pleurs et des soupirs de l’Enfer / délivre, en ta bonté, tes serviteurs, / car en ton unique compassion / tu as effacé toute larme des yeux / de ceux qui, dans la foi, te reconnaissent comme Dieu.

Théotokion: En ton sein est façonné / le Dieu par nature créateur; / de riche qu’il était, il se fait pauvre comme nous, / Vierge pure, et le seul Immortel / goûte notre mort pour le salut du genre humain.

Ode 7

À Babylone les Jeunes Gens, dans leur piété, / n’adorèrent pas l’image d’or, / mais au milieu de la fournaise de feu / couverts de fraîche rosée, / ils entonnèrent un cantique, disant: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Vous dont les chaînes sacrées / ont brisé la clôture de l’impiété, / Martyrs illustres, renversez / le fardeau de nos péchés / et sauvez ceux qui chantent: / Dieu de nos Pères, béni soistu.

Sous la pluie de votre sang / vous avez éteint le foyer des hérésies / et vous avez brûlé, / sages Pontifes, l’ivraie de l’erreur, / afin de répandre / la clarté sur les âmes des croyants.

Ils vivent après la mort, / les Ascètes qui mortifièrent leur chair / par la maîtrise des passions, / tandis qu’est glorifié le chœur des Prophètes et des Justes, / comme celui des Femmes ayant mené le bon combat. / Par leurs prières, ô Christ, délivre-nous de tout danger.

Nékrosimon: Fais reposer les âmes de tous ceux / qui se sont endormis dans l’espérance de la vie, / ô Christ, fermant les yeux / sur les fautes de leur vie, / en raison de ton immense compassion, / Dieu de nos Pères et unique Sauveur.

Théotokion: En ta parfaite pureté, / tu reçus dans ton sein le Verbe incarné; / prie-le donc de purifier / les péchés qu’en mon âme et mon corps, / Toute-pure, j’ai commis, / car vers toi j’accours dans la pureté de ma foi.

* * *

Dans la fournaise les Jeunes Gens / foulèrent la flamme avec ardeur / et changèrent le feu en une fraîche rosée; / et ils criaient: Seigneur notre Dieu, / tu es béni dans les siècles.

Tout le désir des Témoins / fut tendu vers l’unique Seigneur; / par amour unis à lui, / ils chantaient: Seigneur notre Dieu, / tu es béni dans les siècles.

Accorde aux fidèles trépassés / la splendeur de ton royaume divin, / les revêtant de l’immortalité, / pour qu’ils chantent: Seigneur notre Dieu, / tu es béni dans les siècles.

Comble d’allégresse et de joie / tes serviteurs passés auprès de toi; / en ta miséricorde permets-leur / de te chanter: Seigneur notre Dieu, / tu es béni dans les siècles.

Théotokion: Faisant cesser la malédiction / de la mère des vivants, tu habitas / la Vierge tout-immaculée / offrant la source de bénédiction à ceux qui chantent: / Béni soit, Toute-pure, le fruit de ton sein!

Ode 8

Dans la fournaise les Jeunes Gens / foulèrent la flamme en louant Dieu; / dans leur ardeur ils psalmodiaient: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Combattant, vous avez détruit les temples des faux-dieux / et vous êtes vous-mêmes édifiés / en divins temples de la Trinité, / compagnons des Anges, Martyrs du Seigneur.

Tes prêtres, revêtus de justice, / partagent la joie des Justes de tous les temps, / ô Christ, sans cesse contemplant / clairement ta divine beauté.

Par les prières de tes Prophètes, / des saintes Femmes et des Justes de tous les temps, / ô Verbe, veuille gratifier / de ta miséricorde ce monde qui est tien.

Nékrosimon: Juste Juge, quand tu viendras pour juger / ceux d’entre nous que tu as pris avec toi, / épargne-leur, ô Maître, la condamnation, / fermant les yeux sur les péchés qu’ils ont commis.

Théotokion: Chasse de mon âme / par ta lumière les obscures nuées, / ô Vierge qui es apparue / comme la Mère du Soleil de justice.

* * *

Au son de la musique et de tous les instruments, / alors que les peuples adoraient la statue d’or, / les trois Jeunes Gens, refusant de s’incliner, / chantaient le Seigneur, / le glorifiant dans tous les siècles.

Ayant mené sur terre leur combat, / ils reçurent la couronne dans le ciel, / les Martyrs, témoins de vérité, / sans cesse chantant: Louez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Descendu au plus profond de l’Enfer, / tu fis surgir les hôtes des tombeaux / par la force de ta main vivifiante, / accordant, Dieu de tendresse, le repos / à tes serviteurs fidèles endormis avant nous.

Source de vie éternelle / et fleuve des délices sans fin, / à tes serviteurs fidèles qui s’en sont allés vers toi / permets de te chanter et glorifier / dans les siècles des siècles.

Théotokion: Mère de Dieu et Vierge Marie / qui as fait naître dans un corps / pour les hommes notre Dieu Sauveur, / sauve les fidèles qui chantent ton Fils / et l’exaltent dans tous les siècles.

Ode 9

Mère de Dieu et Vierge inépousée / qui as conçu sans qu’on puisse l’expliquer / par ta parole le vrai Dieu, / plus haut que les Puissances immaculées / par des hymnes incessantes nous te magnifions.

Les Martyrs se tenaient / devant les injustes tribunaux, / condamnant toute injustice par la grâce de Jésus, / confondant les captifs de l’erreur / et recevant la couronne de justice.

Bienheureux Pontifes et Pasteurs, / vous vous êtes montrés les timoniers / conduisant la barque de l’Église saintement / vers le havre des divins commandements; / nous vous honorons comme sages nautoniers.

La multitude des Prophètes et des saints Moines, / le cortège des Justes ayant lutté brillamment / et s’étant distingués dans l’ascèse, / Ami des hommes, te prient / de nous accorder ta miséricorde, Seigneur.

Nékrosimon: À l’honneur et la gloire éternelle mérités / par tous les Saints du Seigneur / rends dignes de participer / les fidèles ayant quitté la vanité de cette vie, / Dieu de tendresse, par les prières de tes Saints.

Théotokion: Toi qui portes dans tes bras, / Toute-pure, la plénitude des biens, / exauce les prières de tes serviteurs, / dirige notre marche vers Dieu, / nous donnant la force de vivre en la vertu.

* * *

Toute oreille fut saisie d’étonnement / devant l’ineffable condescendance de Dieu, / car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps / et devenir un homme dans le sein virginal; / pure Mère de Dieu, nous les fidèles, nous te magnifions.

Ayant reçu du Christ une force invincible, / saints Martyrs, vous avez méprisé / les ordres des tyrans impies / et mérité le royaume des cieux, / resplendissants des rayons de la sainte Trinité.

L’Hadès plein d’amertume est défait, / Ami des hommes, tu l’as anéanti, / ressuscitant les fidèles qui avaient dormi depuis les siècles; / et ceux qui ont rejoint ta suprême bonté, / juge-les dignes de ta lumière sans couchant.

Dieu qui nous sauves, tu es toute douceur, / l’inépuisable objet de nos désirs, / la beauté sans égale; veuille donc / aux fidèles passés près de toi / faire goûter le charme de ta divine splendeur.

Théotokion: Sauve-moi, ô Mère de Dieu / qui fis naître le Christ mon Sauveur, / le Fils unique du Père, premier-né de toute création, / en une seule personne unissant l’homme avec Dieu / et qu’en deux natures nous magnifions.

Exapostilaire (ton 3)

Ô Dieu qui seul reposes parmi les Saints, / sauve ceux qui invoquent ton nom, / par les prières des Apôtres, des Martyrs, / des Prophètes, des Pontifes et de tous les Saints.

Ô Dieu, tu es le maître des morts et des vivants: / fais reposer tes serviteurs dans les tabernacles des élus; / et, même s’ils ont péché, / Dieu sauveur, ils ne se sont pas éloignés de toi.

Gloire... Maintenant... Théotokion

En toi, divine Mère, nous trouvons la fierté, / et tu plaides pour nous devant Dieu; / étends ta main vénérable / pour écraser notre Ennemi; / que Dieu par tes prières nous envoie / de son Sanctuaire le salut.

Apostiches

Martyrika

Martyrs, vous avez combattu vaillamment, / souffrant noblement les tourments des impies / et confessant le Christ en présence des rois; / après avoir quitté cette vie, / dans le monde s’exerce encore votre pouvoir, / vous guérissez toute souffrance et maladie: / intercédez pour le salut de nos âmes.

Invincibles Martyrs du Christ qui avez triomphé de l’erreur / par la puissance de la Croix, / vous avez reçu la grâce de la vie éternelle; / sans crainte devant les menaces des tyrans, / vous avez subi les tourments; / et maintenant vous exultez de joie / et nos âmes sont guéries par votre sang: / intercédez pour notre salut.

Fièrement vous avez revêtu la cuirasse de la foi, / pour armure vous avez pris le signe de la Croix, / vous vous êtes montrés de valeureux soldats; / aux tyrans vous avez résisté noblement, / le mensonge du Diable, vous l’avez aboli, / vous avez mérité la couronne des vainqueurs: / intercédez auprès du Christ pour le salut de nos âmes.

Nékrosimon

Sans limites est le châtiment pour ceux qui vivent en débauchés: / le grincement des dents, l’inconsolable gémissement, / les ténèbres extérieures et la nuit sans clarté, / le ver qui ronge sans fin, / les pleurs inefficaces et le juge qui ne se laisse attendrir; / aussi écrions-nous avant la fin: / ô Christ notre Maître, accorde aux trépassés / le repos en compagnie de tes élus.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Sainte Vierge, Mère de Dieu, / je me réfugie sous ta protection, / dans la certitude d’obtenir le salut: / Vierge pure, tu as le pouvoir de venir à mon secours.

S’il y a Alléluia, nous chantons aux Laudes les précédents Martyrika, et comme Apostiches les Prosomia suivants:

Royalement tu as signé ma liberté, / dans la pourpre de ton sang, / et maintenant je te demande d’inscrire, en ta bonté, / Seigneur, sur le livre des premiers-nés, / nos frères passés près de toi, / en leur accordant la joie de tes élus.

Heureux ceux que tu as élus, ceux que tu as pris, Seigneur, avec toi.

Sacrifiant comme prêtre et immolé comme agneau, / à ton Père tu as offert en oblation / le genre humain racheté de la mort; / Ami des hommes, place nos frères trépassés / sur la terre des vivants, / là où s’épanchent les flots du bonheur / et les sources de la vie éternelle.

Leurs âmes trouveront le séjour bienheureux.

Abîme de sagesse infinie, / tu as fixé un terme à la vie / et tu as prévu notre future destinée: / pour une autre vie tu rappelles tes serviteurs; / ceux que tu as pris avec toi, / mène-les, Seigneur, vers les eaux du repos, / dans la lumière des Saints, / là où s’expriment la louange et la joie.

Et leur souvenir demeure d’âge en âge.

Invisible Verbe de Dieu, / de même nature que le Père / et partageant un même trône avec l’Esprit, / pour nous les hommes tu as daigné t’incarner; / en ta miséricorde et ton amour, / accorde aux fidèles ayant quitté cette vie / de resplendir de ton éclat, / de ta magnificence et de ta beauté.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Mère ayant conçu le Verbe de Dieu, / par le crédit dont tu jouis auprès de lui, / demande-lui de placer tes serviteurs / dans le séjour de l’allégresse sans fin, / avec ceux qui célèbrent ton nom, / là où brille l’éternelle clarté / et résonne le doux son de la fête, ô Mère de Dieu.

LE SAMEDI À LA LITURGIE

Béatitudes

Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, / comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, / et rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, / d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.

Avec endurance ayant supporté toute douleur, / par vos saintes blessures, victorieux Martyrs, / et par grâce divine vous avez blessé / la multitude des innombrables démons.

Les Pontifes divins, les saints Moines du Christ, / la multitude des Prophètes et de tous les Saints / ont obtenu l’héritage des cieux; / selon leurs mérites nous les disons bienheureux.

Tous les fidèles ayant quitté cette vie, / place-les sur la terre des Justes, ô notre Dieu, / et remets l’héritage du Paradis / à ceux qui chantent ta divine splendeur.

Gloire au Père...

Père, Fils, Esprit consubstantiel, / tu es le Dieu dont le verbe créa l’univers; / les hommes et les Anges devant toi / se prosternent, célébrant ta gloire sans fin.

Maintenant... Théotokion

Toi qui enfantas la plénitude de tous les biens, / Vierge sainte, exauce nos prières, / demandant pour nous la rémission de nos péchés, / l’illumination et la grande miséricorde.