10 JUILLET. Mémoire des quarante-cinq Martyrs de Nicopolis en Arménie

VÊPRES

Lucernaire, t. 1

Illustres Martyrs, * sous les pierres qui vous broyaient * vous n'avez pas renié le Christ, * cette pierre qui ne peut chanceler ; * par grâce devenus * porteurs de trophées, * dans le chœur des Anges vous exultez : * avec eux demandez au Seigneur * pour nos âmes la paix et la grâce du salut.

Martyrs victorieux, * tous ensemble enfermés * dans la prison comme gardiens * des divins préceptes salutaires * et consumés par la soif, * vous avez reçu la rosée du ciel * vous rafraîchissant en esprit ; * dans le ciel demandez au Seigneur * pour nos âmes la paix et la grâce du salut.

Invincibles Martyrs, * désirant la vraie vie, * celle qui dure à jamais, * vous avez supporté avec allégresse * l'inique jugement * et l'injuste sentence de mort ; * en compagnie des Martyrs vous jubilez à présent : * avec eux demandez au Seigneur * pour nos âmes la paix et la grâce du salut.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Moi qui suis en tout temps * la proie de tant de maux, * où fuirai-je, malheureux que je suis * si ce n'est, notre Dame, auprès de toi, * mon unique secours * et l'espérance des

sans-espoir ? * Divine Épouse, ne méprise donc pas * ton serviteur, tout indigne qu'il soit, * toi le prompt secours des affligés.

Stavrothéotokion

La Vierge dit en voyant le Christ * suspendu sur la croix : * Un glaive a transpercé mon

cœur, * comme l'avait prédit le vieillard Siméon ; * mais ressuscite, Seigneur immortel, * et glorifie avec toi * ta Mère et ta servante, je t'en prie.

Tropaire, t. 4

Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu'ils ont mené * ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d'immortalité ; * animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l'impuissance l'audace des démons ; * par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

MATINES

Après la lecture du Psautier et les cathismes du ton occurrent, canons de l'Octoèque, puis ce canon des Saints, œuvre du moine Jean, ayant pour acrostiche en dehors des théotokia : Je chante les Martyrs que Dieu a couronnés.

Ode 1, t. 5

« Le Dieu sauveur qui a conduit à pied sec * sur la mer Rouge le peuple d'Israël, * submergeant le Pharaon et toute son armée, * chantons-le comme le seul digne de nos

chants, * car il s'est couvert de gloire. »

Fidèles, chantons les Martyrs, * chantons les soldats du Christ * qui ont détruit l'erreur * et remporté de brillants trophées, * en chantant à Dieu l'hymne de victoire.

Ayant combattu brillamment sur terre * et supporté les châtiments, * vous avez reçu dans le ciel * la couronne, saints Martyrs, * et chanté d'un même chœur l'hymne de victoire.

Unis par la conformité * de vos sentiments fidèles, * contre l'erreur vous avez marché * et vous avez reçu la couronne des vainqueurs, * chantant d'un même chœur l'hymne de victoire.

Le Dieu qui a pris chair de ton sein * sans quitter celui du Père dans les cieux, * divine Mère et Vierge immaculée, * intercède sans cesse auprès de lui * pour qu'il sauve de tout danger ceux qu'il forma de sa main.

Ode 3

« Ô Christ, par la puissance de ta Croix * affermis nos sentiments * pour nous permettre de chanter * et de glorifier ta Passion salutaire. »

Par la sagesse dont vous étiez parés, * soldats du Christ, vous avez étouffé * le maudit, l'antique serpent, * sous les flots de votre sang.

Aux intolérables et cruels châtiments * ayant livré votre corps, * vous avez reçu, pour votre foi, * Martyrs admirables, l'héritage divin.

Broyés, sur l'ordre du tyran, * sous les coups de pierres, * victorieux Martyrs, * vous avez gardé sans faille l'ancre de la foi.

Vierge pure, intercède constamment * devant celui que ton sein a mis au jour, * pour que soient délivrés de tout égarement * ceux qui te chantent comme la Mère de Dieu.

Cathisme, t. 4

Les soldats du Christ, ayant lutté vaillamment, * ont englouti Bélial sous les flots de leur

sang ; * broyés par les pierres, décapités, * brûlés par le feu ou dans les ondes jetés, * ils ont reçu dans le ciel * la couronne et les honneurs, * et leur mémoire est glorifiée par les croyants.

Théotokion

Qui pourrait dire la multitude de mes pensées impures, * les inconvenances dont foisonne mon esprit, * et les assauts des ennemis incorporels contre moi, * leurs maléfices, qui pourrait les dénombrer ? * Mais toi, Vierge tout-immaculée, * accorde-moi dans ta bonté, * par tes prières la délivrance de tout mal.

Stavrothéotokion

Celle qui t'a mis au monde à la fin des temps, * Verbe né d'un Père intemporel, * te voyant suspendu sur la croix, * ô Christ gémissait en disant : * Hélas, ô mon Fils bien-aimé, * pourquoi me laisses-tu crucifier * par des hommes impies, * toi le Dieu que chantent les Anges dans le ciel ? * Longanime Seigneur, gloire, toi.

Ode 4

« Seigneur, j'ai entendu ta voix, * j'ai reconnu la puissance de la Croix, * puisque par elle fut ouvert le Paradis, * et j'ai dit : Gloire à ta puissance, Seigneur. »

Poussé par les lois de l'amour divin, * sur l'ennemi hostile Dieu * le chœur des Martyrs l'emporta, * par la puissance Christ.

La phalange divinement recrutée * des Martyrs du Christ a repoussé * la multitude des impies contraires à Dieu * en chantant : Gloire à ta puissance, Seigneur.

Les Martyrs, ayant vu dans la prison * la lumière inaccessible, ont dissipé * les fumées et l'ivresse des multiples dieux, la puissance divine les fortifiant.

La foule des Martyrs, contemplant * la beauté des biens suprêmes, * a renoncé à la condition incertaine * des affaires humaines ici-bas.

Ô Vierge, la puissance du Très-Haut * t'a couverte de son ombre et elle a fait de toi * un Paradis ayant en son milieu, * tel un arbre de vie, le médiateur et Seigneur.

Ode 5

« En cette veille et dans l'attente du matin, * Seigneur, nous te crions : Prends pitié et sauve-nous, * car tu es en vérité notre Dieu, * nous n'en connaissons nul autre que toi. »

Les Martyrs, s'étant nourris * des paroles du saint Esprit, * ont pulvérisé * les idoles sans verbe ni raison.

Les astres qui nous portent la clarté, * victorieux Athlètes, c'est bien vous ; * et, de même, les fleurs exhalant * le parfum de la foi.

Le verger du Dieu très-haut * que les serpes du témoignage ont émondé, * c'est vous encore, saints Martyrs * dignes de toute acclamation.

Divine Mère, ne cesse pas * d'intercéder auprès de ton Fils, * pour qu'il sauve les âmes de ceux * qui chantent sans cesse pour toi.

Ode 6

« L'abîme m'entourait de toutes parts, * le monstre me tenait comme au tombeau ; * Ami des hommes, j'ai crié vers toi * et ta droite, Seigneur, m'a sauvé. »

Les Martyrs s'écrièrent, pleins de joie : * Entre tes mains, Seigneur, * reçois nos âmes en ton repos ; * c'est toi que nous aimons, seul Seigneur compatissant.

Ami des hommes, la phalange de tes Martyrs, * ayant mené sa course à bonne fin, * partage la condition des Anges * et pour nos âmes intercède à présent.

Grande gloire des Martyrs et leur splendeur, * chœur des Témoins choisis par Dieu, * avec ardeur supplie-le de sauver * ceux qui cherchent refuge auprès de toi.

Quelle parole est capable d'exprimer * la merveille de ta conception virginale ? * Car, ô Vierge, tu enfantes le Dieu * qui par amour a vécu parmi nous.

Kondakion, t. 8

Par amour pour le Christ vous avez subi maints tourments, * saints Martyrs, et vous avez abattu les multiples faux-dieux ; * détruisant toute erreur, vous avez triomphé par la puissance du Christ * et vous avez appris à chanter avec foi : * Alléluia, gloire à toi, ô Dieu.

Synaxaire

Le 10 juillet, mémoire des quarante-cinq Martyrs ayant témoigné à Nicopolis en Arménie.

Nouvelle compagnie se présente pour Dieu :

elle prend position jusqu'au milieu du feu.

Le dix, la flamme brûle les Nicopolites

rivalisant de zèle, en courageux hoplites.

Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7

« Sauveur qui dans la fournaise de feu * préservas les Jeune Gens qui te chantaient, * béni es-tu, Seigneur, Dieu de nos Pères. »

Ô Christ, dans la fournaise de feu * les victorieux Athlètes psalmodiaient : * Béni es-tu, Seigneur, Dieu de nos Pères.

Martyrs illuminés par la clarté * de la divine Trinité, * vous lui avez remis vos âmes avec joie.

En présence du Seigneur Dieu * portant couronne, saints Martyrs, * vous intercédez sans cesse pour nous.

Pour les fidèles vous êtes devenus * des flambeaux de vérité, saints Martyrs, et les phares étincelants de la foi.

Comme celle qui nous procure le salut, * divine Mère, nous supplions : * rends-nous favorable le fruit de ton sein.

Ode 8

« Le Fils de Dieu, né du Père avant les siècles, * en ces derniers temps, * de la Vierge Mère s'est incarné : * vous les prêtres louez-le, * peuple, exalte-le dans tous les siècles. »

Fidèles, que nos prières soient unies * à celles des Martyr et puissions-nous mériter de prendre part * à leur héritage pour chanter le Christ * et l'exalter dans tous les siècles !

Le chœur des Athlètes courageux * a reçu avec joie * Christ les couronnes méritées ; * l'âme radieuse, ils le chantent là-haut * et l'exaltent dans tous les siècles.

Empourprés sous les flots de votre sang, * vous régnez pour toujours * dans le ciel avec le Christ, * admirables Martyrs qui le chantez * et l'exaltez dans tous les siècles.

Chantons les courageux soldats, * les flambeaux d'une clarté qui ne meurt pas, * les compagnons des Anges, les astres sans déclin, * chantons-les, fidèles, en exaltant * le Christ dans tous les siècles.

Tu t'es montrée plus vénérable que les Chérubins, * sainte Mère de Dieu, lorsqu'en ton sein tu as porté * celui qui est porté sur leurs ailes dans les cieux * et qu'avec les Anges incorporels * nous les mortels, nous glorifions dans tous les siècles.

Ode 9

« Dépassant notre esprit et notre entendement, * tu mis au monde et dans le temps * le Seigneur intemporel : * Mère de Dieu, d'une même voix et d'un seul cœur, * nous les fidèles, nous te magnifions. »

Illustres Martyrs, intercédez * pour le salut de tous, * car vous vous tenez devant le Christ * pour lequel, en vérité, * vous avez souffert au combat.

Avec force ayant abattu, * invincibles Martyrs, * la forteresse de l'erreur, * vous avez bien mérité * d'habiter avec les Anges dans le ciel.

Ces luminaires toujours étincelants * que sont devenus pour nous * les victorieux Martyrs * sans cesse éclairent nos âmes * d'une éclatante splendeur.

Vénérables, ayant lutté loyalement * et selon les règles du martyre * ayant vaincu le criminel tyran, * vous avez reçu pour récompense * couronne de justice dans le ciel.

Divine Mère, réjouis-toi, * qui mis au monde le Christ notre Dieu ; * prie celui que tu as enfanté * d'accorder la rémission de leurs péchés * à ceux qui te chantent avec foi.

Exapostilaire, t. 3

Avec courage et sagacité * les quarante-cinq Martyrs ont lutté * jusqu'à mettre en pièces l'ennemi ; * par leurs prières, Sauveur, sauve-nous.

C'est toi que nous avons pour protectrice, nous tous, les pécheurs, * Vierge comblée de grâce par Dieu ; * par le crédit que tu possèdes, en tant que mère, auprès de lui, * implore l'indulgence de ton Fils envers nous tous.

Le reste de l'office de Matines comme d'habitude, et le Congé.