14 JUILLET. Mémoire du saint apôtre Aquilas, un des Soixante-dix

VÊPRES

Lucernaire, t. 1

Saint Paul, ce grand soleil, * t'envoya, Bienheureux, * comme un rayon lumineux * pour répandre sur l'entière création, * que mettait en péril * la nuit de l'ignorance jadis, * la lumière de ta sainte prédication.

Aquilas, ton cœur pur * éclairé abondamment * par les rayons lumineux * que l'Esprit répandait saint sur lui, * tu devins resplendissant * et par grâce divine dissipas * les sombres ténèbres des païens.

Les fidèles accourant * vers ton temple divin * et t'y suppliant, Bienheureux, * sont délivrés de toutes sortes de maladies, * des dangers, de l'affliction * par tes prières, Aquilas, * et tes intercessions auprès de Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Vierge Mère de Dieu, * toi qui fus dite bienheureuse par ton Fils, * présente nos prières au Créateur, * en bienveillante protectrice des croyants * et procure à tes serviteurs, * divine Épouse, le pardon, * toi qui as enfanté le salut de nos âmes.

Stavrothéotokion

Debout près de la croix * de ton Fils et ton Dieu * et voyant sa patience infinie, * pure Mère, tu dis en pleurant : * Hélas, très-doux Enfant, * combien tu souffres injustement, * Verbe de Dieu, pour sauver le genre humain !

Tropaire, t. 3

Saint apôtre Aquilas, * intercède auprès du Dieu de miséricorde, pour qu'à nos âmes il accorde le pardon de nos péchés.

MATINES

Après la lecture du Psautier et les cathismes du ton occurrent, deux canons de l'Octoèque, puis ce canon du Saint, ayant pour acrostiche : Chantons avec amour le fameux Aquilas. Joseph.

Ode 1, t. 2

« Venez, tous les peuples, chantons pour notre Dieu, * le Christ qui divisa la mer * pour le peuple qu'il a soustrait * à la servitude des Égyptiens, * car il s'est couvert de gloire. »

Célébrons le saint apôtre Aquilas * par des cantiques sacrés * et chantons au Dieu d'amour : * Par ses prières, Compatissant, * sauve-nous tous, en ta bonté.

De toi-même, Apôtre bienheureux, * tu as fait pour l'Esprit * un réceptacle lumineux, * resplendissant de son éclat, * et sur ceux des ténèbres tu répands la clarté.

Puisant aux préceptes du Christ * la force de ton esprit, * tu renversas toute arrogance des impies, * Bienheureux, et fis crouler, * en ta lutte, les temples des faux-dieux.

Par la force purificatrice de tes oraisons, * illustre Apôtre, purifie * les passions de l'âme et du corps * en tous ceux qui dans la foi * célèbrent ta mémoire sacrée.

Vierge pure, en ton sein tu as conçu * le Verbe par ta parole * dont la parole a tout créé ; * c'est pourquoi nous t'adressons, * Pleine de grâce, des cantiques sacrés.

Ode 3

« Seigneur, affermis nos cœurs en ton amour, * toi qui sur la croix fis disparaître le péché, * et plante la crainte de ton nom * dans les cœurs de ceux qui te louent. »

Apôtre glorieux, tu as aimé * Dieu, le seul Seigneur et l'unique Roi, * et tu as, sans hésiter, * accompli sa volonté.

Avec la force de l'Esprit divin, * saint apôtre Aquilas, * tu renversas les forces de Bélial * par ton courage au combat.

Toi qui déjà, en la pureté de ton esprit, * contemplais la gloire du Seigneur, * tu l'as goûtée plus parfaitement * en passant de l'éphémère à l'éternel.

De toutes les créatures te sachant * la plus pure, ô Vierge immaculée, * l'unique pur, le seul Seigneur, * a pris corps de tes chastes entrailles.

Cathisme, t. 4

L'âme éclairée par les discours de saint Paul, * comme un soleil tu as brillé * de la connaissance de Dieu, * bienheureux Aquilas ; * et selon les règles tu méritas * la couronne du martyre ; c'est pourquoi * tu fais jaillir des fleuves de guérisons * pour les fidèles célébrant, * Bienheureux, ta mémoire sacrée.

Théotokion

Ô Vierge, empresse-toi de recevoir * les prières que nous t'adressons ; * très-sainte Dame, présente-les * à ton Fils et ton Dieu ; * l'audace des barbares, en ta puissance, brise-la, * que les nations belliqueuses connaissent ton pouvoir : * il te suffit d'un signe pour tous nous garder.

Stavrothéotokion

Te voyant exalté sur la croix, * ta sainte Mère, ô Verbe de Dieu, * pleurait maternellement et disait : * Quelle est cette étrange merveille, ô mon Fils ? * Toi qui es la Vie de l'univers, * comment peux-tu descendre dans la mort ? * Mais, dans ta miséricorde, tu veux rendre la vie aux défunts.

Ode 4

« Seigneur, j'ai perçu le plan de ton salut * et je t'ai glorifié, seul Ami des hommes. »

Ceux qui gisaient dans le sommeil de l'impiété, * saint Apôtre, tu les éveillas à la lumière de la foi.

Tu renversas le fol orgueil de l'ennemi * en prenant pour cuirasse la sainte humilité.

Pour le Christ tu luttas et répandis ton sang, * pontife et témoin de ses souffrances, Aquilas.

Comme palais spirituel et trône du grand Roi * nous te désignons, Souveraine et Mère de Dieu.

Ode 5

« Toi qui es la source de clarté * et le créateur des siècles, * Seigneur, dirige-nous * à la clarté de tes commandements : * nous ne connaissons nul autre Dieu que toi. »

Sans cesse faisant couler * le doux flot de tes discours * comme initiateur sacré, * illustre Aquilas, tu as adouci * les âmes soumises à l'amertume de l'erreur.

Le saint apôtre Luc * fit l'éloge de toi en ses écrits, * ce prédicateur divin, * car tu fus le disciple de saint Paul * et tu as appris de ton hôte les choses de Dieu.

En saint Paul ayant découvert * comme un astre éblouissant * rayonnant la divine

prédication, * tu as trouvé auprès de lui * les clartés du Verbe dont tu fus illuminé.

Du Christ qui s'est incarné pour nous * tu fus la Mère et la servante ; prie-le donc * sans cesse avec ardeur * de nous sauver qui t'appelons, * Vierge pure, Génitrice de Dieu.

Ode 6

« Encerclé par l'abîme de mes péchés, * j'invoque l'abîme insondable de ta compassion : * de la fosse, mon Dieu, relève-moi. »

Sur tes lèvres la grâce fut répandue * et dans les siècles t'a béni le Seigneur de l'univers, * Aquilas, bienheureux apôtre divinement inspiré.

Elle protège de toutes sortes de maladies * et secourt les âmes des pécheurs, * ton intercession, bienheureux et théophore Aquilas.

Ta démarche accomplie divinement * et menant droit sur les chemins de Dieu * guida les égarés comme voie de salut.

Marie, Vierge pure dont le nom rappelle le Seigneur, * toi qui as porté la divine Source de bonté, * sauve de toute épreuve ceux qui chantent pour toi.

Kondakion, t. 4

Compagnon des Apôtres, siégeant et faisant route avec eux, * bienheureux Aquilas, * tu as éclairé l'univers * de tes miracles et de tes enseignements ; * c'est pourquoi tu as reçu couronne de gloire dans le ciel.

Synaxaire

Le 14 juillet, mémoire du saint apôtre Aquilas.

Paul, ayant déployé comme rets ses paroles,

de l'abîme a tiré, belle prise, Aquilas.

Sur terre le tombeau couvrant ton corps, hélas,

vers le ciel le quatorze, Apôtre, tu t'envoles.

Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7

« Les Jeunes Gens, méprisant le culte impie * de la statue d'or élevée * dans la plaine de Doura, * au milieu des flammes psalmodiaient, * couverts d'une fraîche rosée : * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères. »

Pour toi-même ayant tissé dans l'Esprit saint * l'ornement de l'immortalité, tu devins resplendissant * et tu as dépouillé l'ennemi, * tandis que tu fis endosser * à ceux qu'il avait mis à nu * le vêtement de gloire et la lumière du salut.

Les peuples qui étaient en grand danger, * tenaillés par la faim spirituelle, * tu les as nourris du pain de ta sagesse * et par ta parole tu en as fait, * admirable et divin prédicateur, * les convives du banquet céleste.

Ceux qui accourent vers ton temple saint * y trouvent la santé, * la délivrance des passions * et la guérison des maladies ; * alors, ils te chantent avec amour et s'écrient : * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères.

Jadis Adam connut la mort * pour avoir mangé le fruit de corruption, * mais toi, Vierge pure, mettant au monde notre vie, * tu l'as vivifié ; aussi nous te chantons * comme la cause de ces biens, et nous nous écrions : * Bénie sois-tu qui dans la chair enfantes Dieu.

Ode 8

« Le Dieu qui dans la fournaise descendit * pour venir en aide * aux enfants du peuple

hébreu * et changer la flamme en une fraîche rosée, * toutes ses œuvres, chantez-le comme Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »

Aquilas, toi qui demeures dans les cieux, * exultant de joie * avec les Disciples du Seigneur, * les serviteurs et témoins oculaires du Verbe divin, * et toi-même divinisé auprès de lui, * souviens-toi des fidèles qui te vénèrent de tout cœur.

Les flots de tes sueurs ont fait jaillir, * Bienheureux, pour nous tous * les fleuves des miracles divins ; * ils assèchent le flux des passions * et dans l'abîme font sombrer * le déploiement de l'erreur.

Divinisé par la proximité * de ton esprit immatériel * sans cesse auprès de Dieu, * libéré de la chair, tu es devenu toute-clarté * et tu vois ce que les Anges voient, * illustre Aquilas, apôtre du Christ.

Le Dieu par qui s'explique l'univers, * tu l'as conçu, sans qu'on puisse l'expliquer, * en ton sein, ô Vierge immaculée, * et pour nous tu as enfanté * celui qui s'est montré semblable à nous : * pour qui te chante implore-le.

Ode 9

« Le Dieu et Verbe, en sa sagesse inégalée, * est venu du ciel * renouveler Adam déchu * pour avoir mangé le fruit de perdition ; * d'une Vierge sainte il a pris chair pour nous ; * et nous fidèles, à l'unisson * dans nos hymnes nous le magnifions. »

Aquilas, toi le saint trésor * du Verbe et son très-sage prédicateur, * luminaire éclairant le monde entier * et soutien de notre foi, * par des cantiques sacrés, * tous ensemble réunis, * d'un même chœur nous te magnifions.

Aquilas, prédicateur divin, * toi qui as détruit l'erreur * et servi de guide aux nations, * victorieux athlète du Sauveur, concitoyen et compagnon des saints Anges, * avec eux demande au Seigneur * d'accorder à nos âmes le salut.

En toi, saint Aquilas, reconnaissant * le disciple de Paul, l'astre éclairant le monde sans

errer, * le très-saint Martyr du Christ, * le destructeur des idoles qui nous a menés * vers la connaissance de Dieu, * avec foi nous te magnifions.

Ta mémoire très-sainte, s'étant levée * sur le monde, éclaire comme un soleil * les âmes de tous ceux * qui t'acclament pieusement : * en cette fête, Bienheureux, * intercède pour que soient données à tous rémission des fautes, grande paix et grâce du salut.

D'avance le Prophète a contemplé * en toi, divine Mère immaculée, * le chandelier de la clarté, * portant la lumière qui s'est levée de la lumière, * pour répandre sur les cœurs enténébrés * la riche illumination * de son ineffable divinité.

Le reste de l'office de Matines comme d'habitude, et le Congé.