28 JUILLET. Mémoire des saints apôtres et diacres Prochore, Nicanor, Timon et Parménas

VÊPRES

Lucernaire, t. 1

Par élection divine * vous fûtes choisis pour servir * aux besoins des Saints, en hommes remplis * de la sagesse, de la lumière et de la grâce de Dieu ; * maintenant vous habitez * sans cesse les cieux * et partagez la sainte joie des Anges.

Révélés au monde * par grâce de l'Esprit * comme lampes lumineuses, * vous avez rayonné abondamment la connaissance de Dieu, * saints Apôtres, mettant fin * aux ténèbres du mal et, trépassant, * vous êtes partis vers la lumière sans déclin.

Acclamons Nicanor, * Parménas et Timon * et le divin Prochore avec eux, * car ils ont accompli les préceptes du Seigneur, * comblant de biens les indigents * et devenant pour

nous * de chaleureux intercesseurs auprès de Dieu.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Vierge Mère de Dieu, * toi qui fus dite bienheureuse par ton Fils, * présente nos prières au Créateur, * en bienveillante protectrice des croyants * et procure à tes serviteurs, * divine Épouse, le pardon, * toi qui as enfanté le salut de nos âmes.

Stavrothéotokion

Debout près de la Croix * de ton Fils et ton Dieu * et voyant sa patience infinie, * pure Mère, tu dis en pleurant : * Hélas, très-doux Enfant, * combien tu souffres injustement, * Verbe de Dieu, pour sauver le genre humain !

Tropaire, t. 3

Saints Apôtres du Seigneur, * intercédez auprès du Dieu de miséricorde, * pour qu'à nos âmes il accorde le pardon de nos péchés.

MATINES

Après la lecture du Psautier et les cathismes du ton occurrent, deux canons de l'Octoèque, puis ce canon des Saints, avec l'acrostiche : Je chante les rayons du mystique Soleil. Joseph.

Ode 1, t. 4

« Lorsqu'il eut franchi à pied sec * l'abîme de la mer Rouge, * l'antique Israël mit en fuite * au désert la puissance d'Amalec * grâce aux mains de Moïse étendues en forme de croix. »

Saints Apôtres devenus lumineux * par votre communion avec Dieu, * délivrez de la ténèbre des passions * et daignez illuminer * ceux qui célèbrent votre sainte fête porteuse de clarté.

Charmés par le très-doux amour du Christ, * Bienheureux, et ayant pieusement rejeté les charmes de la vie corruptible, * vous avez marché à sa suite * en disciples véritables.

Comme luminaires surgis * de l'Orient d'où se lève la clarté, * Parménas, Prochore, l'admirable Timon * et Nicanor, par divine inspiration, * ont illuminé les âmes.

En toi furent connues, * Toute-pure, les voies de Dieu * par ton merveilleux enfantement * et l'incomparable union : * comme Souveraine de toutes ses créatures nous te magnifions.

Ode 3

« Ton Église, ô Christ, * en toi se réjouit et te crie : * Seigneur tu es ma force, * mon refuge et mon soutien. »

Vous les nuées spirituelles, * illustres Apôtres, en la sanctifiant, * sur terre vous avez fait tomber * la pluie du véritable savoir.

Par choix du saint Esprit, * il vous fut assigné, * comme remplis de sa grâce, Bienheureux, * de servir aux besoins des Saints.

Chantons l'illustre Parménas * et le sage Timon ; * et saint Prochore soit loué * avec Nicanor, cet esprit élevé.

Tu as enfanté le Seigneur * qui, dans sa bonté, distille la douceur * et la délivrance du mal, * Vierge pure et tout-immaculée.

Cathisme, t. 3

Vous les vases sacrés de notre foi, * les prémices du salut dans un monde égaré, * les divins clairons de la vérité, * réjouissez-vous, saints Apôtres du Seigneur, * et suppliez le Christ notre Dieu * d'accorder à nos âmes la grâce du salut.

Théotokion

De la nature divine il ne fut pas séparé * en s'incarnant dans ton sein ; * mais, se faisant homme, demeura Dieu, * le Seigneur qui te conserva ton irréprochable virginité, * ô Mère, après l'enfantement tout comme avant ; * prie-le sans cesse de nous accorder la grâce du salut.

Stavrothéotokion

La Brebis mère immaculée, * la virginale Génitrice du Verbe divin, * lorsqu'elle vit suspendre sur la croix * le fruit qu'elle avait fait croître sans douleurs, * dans ses larmes de mère

s'écria : * Hélas, ô mon Enfant, quelle Passion souffres-tu, * toi qui de ses passions infâmes veux sauver la condition humaine !

À la place de ce cathisme du 3e ton et de ses théotokia, que nous empruntons au Ménée slave, le grec donne ici le cathisme Avec foi vous vous êtes montrés (voir plus loin, après la 6e ode), puis, comme théotokion, Ô Vierge inépousée (voir au 13 juillet) et, comme stavrothéotokion, Ô Christ, lorsque ta Mère immaculée (voir au 6 juillet).

Ode 4

« Te voyant suspendu à la croix, * toi le Soleil de justice, * l'Église depuis sa place * en toute vérité s'écria : * Gloire à ta puissance, Seigneur. »

Dans le ciel de l'Église resplendissant * comme astres sans déclin, * les Apôtres du Bienfaiteur * ont dissipé les ténèbres de l'impiété * et répandu sur le monde leur clarté.

Servant l'Évangile du Christ, * bienheureux Prochore, tu devins * pour Nicomédie un excellent prédicateur * et, sur son trône, le premier * tu dirigeas le troupeau du Seigneur.

Bienheureux Nicanor, tu as reçu * en partage l'honneur divin * d'être immolé comme brebis * avec deux mille fidèles du Christ * le jour où mourut saint Étienne, le premier martyr.

Sans connaître d'homme, tu as enfanté, * Toute-pure, le Verbe Dieu * ineffablement devenu chair ; * c'est pourquoi, ô Vierge, nous te glorifions * et te disons bienheureuse, comme il se doit.

Ode 5

« Seigneur, tu es venu * comme la lumière en ce monde, * lumière sainte qui retire de la sombre ignorance * ceux qui te chantent avec foi. »

Tu as envoyé tes disciples, Seigneur, * comme clairons pour réveiller * des sépulcres de l'erreur * les âmes de ceux qui chantent pour toi.

Le saint apôtre Timon, * devenu pasteur de Bostra, * endura sa fin bienheureuse * en martyr consumé par le feu.

Le sublime Parménas * sous les yeux des Apôtres s'éteignit, * achevant avec un zèle ardent * son service divin.

Nous te chantons, Vierge pure, grâce à qui * nous fûmes délivrés de la corruption mortelle * et de la tyrannie du mal * que faisait régner sur nous le Maudit.

Ode 6

« Ton Église te crie à pleine voix : * Je t'offrirai le sacrifice de louange, Seigneur ; * dans ta compassion tu l'as purifiée * du sang offert aux démons * par le sang qui coule de ton côté. »

Nicanor, annonçant la vie sans fin * et prêchant la croix, la passion * de celui qui par pitié pour nous * a souffert en sa chair, * par la main des Juifs est mis à mort.

Le sublime Timon, qu'enflammait * l'ardent amour du Seigneur, * au milieu des flammes est achevé * sur l'ordre des impies, * devenant un holocauste divin.

Votre sainte mémoire, porteuse de clarté * et comblée de grâce, sanctifie, * Apôtres bienheureux, * les âmes de tous ceux * qui la célèbrent avec foi.

L'armée des Anges incorporels, * les chœurs des Apôtres et la foule des Martyrs, * divine Mère, te glorifient, * car tu as enfanté * ineffablement le Roi de tous.

Kondakion, t. 1

Avec foi vous vous êtes montrés * de saints Diacres, les témoins du Verbe, ses vases d'élection, * Prochore, Nicanor, Parménas et Timon ; * c'est pourquoi nous fêtons en ce jour votre mémoire sacrée, * dans l'allégresse du cœur vous disant bienheureux.

Synaxaire

Le 28 juillet, mémoire des saints apôtres et diacres Prochore, Nicanor, Timon et Parménas.

Quatre disciples de la Parole faite homme

par leur parole annoncent Dieu, la Trinité.

Le vingt-huitième jour, au céleste royaume

quatre diacres savourent l'immortalité.

Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7

« Dans la fournaise de Perse les enfants d'Abraham, * plus que par l'ardeur des flammes embrasés par leur piété, * s'écriaient : Seigneur, tu es béni * dans le temple de ta gloire. »

De tout cœur ayant aimé le Christ, * le seul dont la beauté * soit sans égale en vérité, * vous avez hérité, saints Apôtres, le royaume des cieux.

Le Verbe qui de la Vierge s'est levé sur nous * vous a donné de parler et d'œuvrer

saintement * et vous êtes devenus pour les fidèles des sauveurs * en les amenant à confesser leur foi en Dieu.

Admirablement tu combattis, * bienheureux Nicanor, tué par ordre des impies * et offert au Christ comme un agneau t'écriant : * Béni es-tu, mon Seigneur et mon Dieu.

Par ta parole, ô Vierge, tu as enfanté * le Verbe du Père qui a créé par sa parole terre et ciel * et qui donne aux fidèles croyant en lui * la parole pour le glorifier dignement.

Ode 8

« Daniel, étendant les mains, * dans la fosse ferma la gueule des lions ; * les Jeunes Gens, pleins de zèle pour leur foi, * ceints de vertu, éteignirent la puissance du feu, * tandis qu'ils s'écriaient : Bénissez le Seigneur, * toutes les œuvres du Seigneur. »

De la fange des passions et de la vanité * vous avez tiré ceux qui ont cru, * saints Apôtres, à vos enseignements * et vers la cime de la connaissance vous avez mené * ceux qui plurent à Dieu et s'écriaient : * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Honorons par des cantiques divins * Parménas et Timon, * l'illustre Prochore et l'admirable Nicanor, * ces disciples de Jésus * qui firent chanter aux païens : * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

À la suite de Pierre et des autres apôtres préférés * le Seigneur vous choisit comme disciples * pour vous agréger au nombre des Soixante-dix, * et vous fûtes sélectionnés * comme remplis de foi, pour subvenir, * illustres Diacres, aux besoins des Saints.

Les oracles des prophètes, les voici réalisés, * puisque tu enfantes le suprême Dieu, * le Christ montré par eux, * Pleine de grâce, pour le salut * des fidèles s'écriant : * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Ode 9

« Le Christ, pierre angulaire que nulle main n'a taillée, * fut taillé de toi, ô Vierge, montagne inviolée ; * c'est lui qui réunit les natures séparées : * aussi, pleins d'allégresse et de joie, * Mère de Dieu, nous te magnifions. »

Saints Diacres, vous vous êtes montrés * les vases choisis capables de contenir * tout l'éclat du Verbe, vous qui serviez * aux besoins des Saints et jouissez * de l'ineffable gloire avec le Christ.

En ce jour l'entière création * fête votre mémoire en vous disant bienheureux, * témoins oculaires de notre Dieu, * Timon, Parménas et Nicanor * avec Prochore, ce héraut du Christ.

Vers la grande gloire vous êtes montés * en disciples du Verbe Dieu ; * avec les chœurs des Apôtres et des Incorporels * à présent vous jubilez ; avec eux * priez Dieu d'avoir pitié de nous.

Ô Vierge, nous t'adressons joyeusement * la salutation angélique : * Joie des Anges, réjouis-toi, * gloire des Apôtres que les Prophètes ont annoncée * et couronne des Martyrs.

Le reste de l'office de Matines, et le Congé.