30 JUILLET. Mémoire des saints apôtres Silas, Silvain, Crescent, Épénète et Andronique, du nombre des Soixante-dix

VÊPRES

Lucernaire, t. 4

Sous l'éclairage de l'Esprit, * vous avez parcouru * l'ensemble de la terre, pour dissiper * les profondes ténèbres de l'erreur * et répandre vos lumières sur les croyants, * saints Apôtres du Verbe ; c'est pourquoi, * sanctifiés par vous, nous célébrons avec joie en ce jour * votre mémoire sainte et porteuse de clarté.

Comme nuages, Bienheureux, * vous avez fait pleuvoir la pluie du ciel * jusqu'aux limites du monde, pour abreuver * de grâce divine les âmes des croyants * et leur faire porter du fruit, * en étouffant l'ivraie semée par les impies, * saints Apôtres ; c'est pourquoi * nous chantons des louanges en votre honneur.

Venez, fidèles, vénérons * et tous ensemble disons bienheureux * Silas, Épénète et

Crescent, * l'excellent Andronique et Silvain avec eux, * de toute notre âme les magnifiant * comme prédicateurs de la foi * qui font couler à flots les guérisons * et balayent les passions sous le souffle de l'Esprit.

Gloire... Maintenant... Théotokion

Délivre ma pauvre âme, très-sainte Épouse de Dieu, * de la condamnation que lui valent ses péchés ; * par tes prières éloigne-moi de la mort * et permets qu'au jour du jugement * comme la multitude de tous les Saints * j'obtienne ma propre justification, * me purifiant avant la

fin * par mon repentir et le flot de mes pleurs.

Stavrothéotokion

Agnelle ayant porté, * Toute-pure, l'agneau sans défaut, * venu guérir le monde entier de son péché, * par son propre sang, et s'immoler pour nous * afin que l'univers trouve en lui la vie, * ô Vierge, revêts mon être dépouillé * de la condition immortelle * sous le manteau de la divine grâce que ton enfantement nous a tissé.

Tropaire, t. 3

Saints Apôtres du Seigneur, * intercédez auprès du Dieu de miséricorde, * pour qu'à nos âmes il accorde le pardon de nos péchés.

MATINES

Après la lecture du Psautier et les cathismes du ton occurrent, deux canons de l'Octoèque, puis ce canon des Saints, avec l'acrostiche : Je chante les illustres disciples du Verbe. Joseph.

Ode 1, t. 2

« Houleuse et infranchissable était la mer, * mais Dieu lui ordonna de s'abaisser * pour y conduire à pied sec le peuple d'Israël : * Chantons le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire. »

Saints Apôtres qui devant le trône de Dieu * recevez sans cesse sa clarté sans déclin, * demandez-lui de faire descendre l'illumination de l'Esprit * venant du Père des lumières sur nous tous * qui vous glorifions avec foi.

Ayant vu le Soleil de justice, qui s'est levé * de la virginale Servante de Dieu, * vous vous êtes joints à lui, * devenant lumière par divine communion * et dissipant les ténèbres de l'erreur.

Portant sur vos lèvres la loi de Dieu, * vous avez parcouru le monde entier, * ôtant de la terre toute impiété * et semant la connaissance du salut, * Crescent et Andronique, Silas et Silvain.

L'illustre Épénète, louons-le, * qui devint la fierté de Carthagène, * ce disciple du Verbe, cette source de guérisons, * ce prédicateur des mystères qui dépassent l'entendement, * ce fondement de la foi.

Ineffablement, Vierge toute-digne de nos chants, * tu as enfanté le Dieu louable hautement * qui prit chair de toi, en sa bonté ; * c'est pourquoi, rendant grâces, nous te chantons * et te disons bienheureuse, comme jadis tu l'as prédit.

Ode 3

« Tu m'as affermi sur la pierre de la foi, * tu m'as fait triompher devant mes ennemis, * et mon esprit exulte de joie en chantant : * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »

Prêchant l'incarnation du Seigneur * et brisant les chaînes du péché, * vous avez délivré, sages prédicateurs, * ceux que l'incroyance avait emprisonnés * et les avez conduits à Dieu par la foi.

Vous les flambeaux de la lumière sans déclin, * vous avez chassé les ténèbres des impies, * montrant aux hommes les clartés du savoir, * saints Apôtres dignes d'acclamations ; * c'est pourquoi nous vous disons bienheureux.

Comme le chante David, a retenti * par toute la terre le message divin * des Apôtres enseignant la Passion du Sauveur * et sa Résurrection, par laquelle nous tous, * nous avons surgi des tombeaux de la vanité.

L'ayant trouvé plus pur que les Anges du ciel, * c'est dans ton sein qu'est descendu, ô Mère de Dieu, * celui qui habite l'inaccessible clarté ; * il s'est laissé voir en homme incarné de toi * et nous fut révélé en deux natures.

Cathisme, t. 4

Astres géants qui répandez * sur le monde les clartés de la foi, * saints Apôtres du Seigneur * qui êtes porteurs de miracles, * pour les siècles vous êtes glorifiés.

Théotokion

Vierge Mère de Dieu, * étendant tes mains immaculées, * protège ceux qui se confient en

toi * et qui implorent ton Fils en disant : * Envoie sur nous tous ta miséricorde, Seigneur.

Stavrothéotokion

Voyant ton Fils suspendu à la croix, * Vierge pure, déchirée en tes entrailles, * comme une Mère, tu t'écrias : * Hélas, comment t'enfonces-tu dans la mort, * toi, ma lumière intemporelle, Jésus ?

Ode 4

« Je te chante, Seigneur, car j'ai ouï ta voix * et suis rempli d'effroi, * car jusqu'à moi tu es venu, * vers la brebis perdue que tu cherchais, * et c'est pourquoi je glorifie * ta condescendance envers moi. »

Parcourant, grâce au pouvoir du Créateur, * la terre entière comme gent ailée, * vous avez sauvé, porteurs de Dieu, * ceux qui sur l'océan du mal * étaient en danger et les avez guidés * vers le havre de paix.

Par ta parole, glorieux Silas * affermissant les esprits paralysés, * avec saint Paul tu es allé, * parcourant le monde entier * et, de nombreux périls environné, * tu prêchas à tous le Sauveur.

Doué des plus grandes qualités, * tu fis route avec saint Paul, * du Levant jusqu'au

Couchant, * comme un rayon de ce brillant soleil * et tu as illuminé les cœurs * des païens, saint apôtre Silas.

Crescent et Andronique soient loués, * avec Silas soit magnifié Silvain, * Épénète reçoive nos éloges en ce jour, * car ils furent les raisins * de cette vigne qu'est le Christ, * en distillant le suc du salut.

La merveille qui se fit en toi * dépasse toutes les merveilles de jadis : * hors des lois de la nature, en effet, * tu enfantes l'Auteur même de la loi, * Vierge toute-pure, le Christ * qui rachète la faute de nos premiers parents.

Ode 5

« Lumière de qui se trouve en la ténèbre, * ô Christ sauveur, salut des sans-espoir, * devant toi je veille, Prince de la paix : * illumine-moi de tes rayons ; * je ne connais point d'autre Dieu que toi. »

Plus haute que les cieux s'est élevée * la magnificence de tes apôtres proclamant * ta venue sur terre, Jésus, * ta Passion et ta Résurrection, * Verbe de Dieu, Seigneur de toute bonté.

Le vase transparent du Paraclet, * le guide des errants, * l'illustre gloire des Saloniciens, * le joyau des apôtres divins, * acclamons-le, c'est le sage Silvain.

Encouragé, en conformité avec ton nom, * Andronique, par le Verbe combattant à ton côté * en tout lieu tu affermis les cœurs * exposés aux attaques du guerroyeur * et les menas à la claire connaissance de Dieu.

D'avance, ô Vierge, t'a désignée David * comme fertile montagne de notre Dieu, * car en toi ses pas furent connus * lorsqu'il s'est appauvri, prenant la chair, * pour nous ramener vers le bonheur des premiers temps.

Ode 6

« Jonas dans le poisson criait vers le Seigneur : * Je t'en prie, retire-moi des antres de

l'Hadès, * Rédempteur, pour que je t'offre un sacrifice * dans les chants de laude et en esprit de vérité. »

Élevés, par vos purs penchants, vers le Seigneur, * vous avez hissé ceux qui dévalaient * la pente de la perdition * vers la hauteur céleste de la contemplation et des vertus.

Bienheureux Apôtres, ayant prêché par le monde * le Dieu unique par nature et trine en ses aspects, * vous avez dissipé la ténèbre des multiples dieux * et resplendi comme flambeaux sur les âmes.

Le Christ, donnant vigueur à tes pensées, * de l'huile d'allégresse t'a consacré * suprême pasteur de Chalcédoine pour montrer, * comme son disciple, le chemin aux égarés.

T'ayant trouvée resplendissante de beauté, * en toi le Créateur fit sa demeure et, dans un corps, * devint le plus beau parmi les fils des hommes, * très-sainte Vierge toute-digne de nos chants.

Kondakion, t. 4

De cette vigne qu'est le Christ * vous êtes devenus les sarments, * sages disciples qui portiez comme raisins les vertus, * et vous avez distillé le vin du salut, * dont nous avons bu, comblés de joie, * nous qui fêtons votre mémoire sacrée ; * en ce jour, pour la rémission de nos

péchés * intercédez, saints Apôtres du Seigneur.

Synaxaire

Le 30 juillet, mémoire des saints apôtres Silas, Silvain, Crescent, Épénète et Andronique, du nombre des Soixante-dix.

Andronique et Silas, Crescent comme Silvain

aient avec Épénète un éloge divin !

Pour rejoindre le ciel où le Christ les convie,

le trente, cinq apôtres quittent cette vie.

Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7

« Les Jeunes Gens se muèrent en rhéteurs, * car du fond de leur cœur * versé en la sagesse de Dieu * s'éleva jusqu'à leurs lèvres ce chant : * Dieu de nos Pères et le nôtre, Seigneur, tu es béni. »

Rendons hommage à Silas et à Silvain * qui ont reçu dans leur cœur * toute grâce du

Paraclet * et qui des réceptacles de l'erreur * firent des vases d'élection pour notre Dieu.

Qui donc sera capable de chanter * l'éloge d'Épénète, si digne d'admiration ? * Car il s'est conformé au Christ * en souffrant pour lui sa passion * et prend part à son royaume pour avoir bien combattu.

Crescent soit honoré de chants divins : * lui qui a montré les voies secrètes du Christ, * dans sa chair il expia * la condamnation due au péché * et blanchit la conscience de beaucoup.

Délivre-moi des chaînes du péché, * Vierge pure, par ta sainte médiation ; * enchaîne-moi à l'amour de ton Fils * qui par l'inconvenance de mes passions * chaque jour m'éloigne de lui.

Ode 8

« Pour avoir méprisé l'ordre du tyran, * les trois nobles Jeunes Gens * furent mis dans la fournaise, * mais ils chantèrent pour rendre gloire à Dieu : * Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur. »

Les serviteurs vigilants du Christ * n'ont point donné de sommeil à leurs yeux * qu'ils n'aient délivré les croyants * de la profonde somnolence de l'erreur * pour en faire des fils de lumière, et du jour.

Illustres Apôtres, devenus les chars de Dieu, * c'est lui que vous avez trouvé * pour vous mener jusqu'à la borne des cieux * et briser tous les chars de l'erreur.

À juste titre le très-sage Silas * soit loué comme serviteur du Christ ; * avec lui Andronique fidèlement * soit glorifié avec Crescent * comme luminaires ayant éclairé les nations.

Chantons la vivifiante Trinité, * par nature unique Dieu, * mais trine en ses aspects, * et disons-lui en psalmodiant : * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Ode 9

« L'astre divin qui avant l'aurore s'est levé * et vécut parmi nous corporellement, * de tes entrailles virginales * tu lui donnas corps ineffablement : * Vierge bénie et Mère de Dieu, nous te magnifions. »

Sauveurs des âmes et guérisseurs des corps, * Apôtres lumineux, * grâce aux remèdes spirituels * vous purifiez les malades * pour leur rendre en tout domaine la santé ; * c'est pourquoi nous vous disons bienheureux.

Vous les braises allumées par la flamme de l'Esprit, * vous avez mis fin * à la froidure de l'erreur * et, réchauffant par la foi * les cœurs glacés, vous les avez conduits * vers le printemps du salut.

Formons un chœur dans la maison de notre Dieu * pour glorifier Silas, * Andronique et Silvain, * le sublime Épénète, le très-sage Crescent, * ces hérauts de vérité * qui intercèdent pour nous.

Votre mémoire de sainteté, * digne d'éloge, sacrée * et comblée des grâces de l'Esprit divin, * illumine l'ensemble des fidèles * de ses rayons divinisants * et nous invite à vous chanter.

Désespéré que je suis par mes péchés, * ne m'envoie pas au feu, mais épargne-moi * par l'intercession de ta virginale Mère, * Maître tout-puissant qui dois revenir * dans la gloire de ta divinité * pour juger le monde entier.

Le reste de l'office de Matines, et le Congé.